Séminaire – « Littératures d’Asie du Sud »

Vendredi 15 mars 2019

10h30 à 12h30, à la BULAC (Salle RJ 23)

Bibliothèque Universitaires des LAngues et Civilisations

65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Métro : ligne 14 – Bibliothèque nationale François Mitterrand

Roland Lardinois (CNRS/CEIAS)

Un genre émergent dans la littérature indienne de langue anglaise : la littérature d’ingénieurs

Le développement sans précédent de l’enseignement technologique supérieur afin de répondre aux besoins en main-d’œuvre du secteur des technologies de l’information, à partir des deux dernières décennies du xxesiècle, s’est traduit par l’émergence d’un genre littéraire de langue anglaise que je désigne comme une littérature d’ingénieurs. Le roman de Chetan Bhagat, Five Point Someone. What not to do at IIT(2004 ; Des garçons très moyens. Ce qu’il ne faut surtout pas faire dans un IIT), bestseller vendu à plus d’un million d’exemplaires, marque l’apparition de ce genre parfois catalogué de manière partielle, sur le modèle littéraire anglo-saxon, de « campus novel ». Dans ce séminaire, je présenterai donc cette littérature d’ingénieurs comme genre littéraire pour en décrire les conditions d’émergence, et je m’attacherai à l’analyse de quelques romans, ceux de Chetan Bhagat, mais aussi de Ketan Bhagat, d’Amitabha Bagchi, de Parul Mittal, de Suddha Murthy ou de Karthik S. par exemple. Je dégagerai deux voies d’approche possible pour analyser cette littérature. La première consiste à considérer ces romans comme décrivant la biographie collective de jeunes indiens partageant une expérience sociale commune au début du xxisiècle. La seconde conduit à interroger ce que nous disent ces romans sur la place de la profession d’ingénieur dans l’imaginaire de familles issues des fractions des classes urbaines, éduquées et anglophones de l’Inde contemporaine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cameliapaquette (1 mars 2019). Séminaire – « Littératures d’Asie du Sud ». Le carnet de la liste socius. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qya1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.