Journée d’étude – « L’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle, au prisme des humanités numériques »

Le mercredi 13 mars 2019 se déroulera à l’université Paul Valéry Montpellier 3
(Site Saint-Charles, salle des colloques 1) la journée d’étude Numapresse
portant sur l’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle, au
prisme des humanités numériques. (http://www.numapresse.org/2019/02/20/999/)

Le projet Numapresse, qui veut proposer notamment la constitution d’une
histoire culturelle et littéraire de la presse au XXe siècle grâce à la
production d’outils de lecture automatisée de la presse numérisée, a parmi ses
objectifs d’étudier la formation d’une écriture cinématographique dans la
presse entre 1910 et 1940. Il s’agit d’abord de retracer la construction de la
critique cinématographique en tant que genre spécifique, en étudiant moins des
textes significatifs (nous ne proposerons pas d’arbitrer dans le duel entre
Louis Delluc et Émile Vuillermoz pour la paternité du genre par exemple) qu’en
repérant les évolutions structurelles de textes « ordinaires » – comptes
rendus, interviews, critiques, réclames – parus dans la presse généraliste ou
spécialisée. Il s’agira aussi de mesurer l’implication de nouvelles écritures
du cinéma dans les mutations du journal de l’entre-deux-guerres. En quoi
l’invention du cinéma (films de fiction et documentaires) et la proposition
d’un métadiscours cinématographique ont-elles modifié l’écriture générale de
la presse aussi bien au niveau de l’illustration que du système général des
rubriques ou des poétiques ?

Le but de cette journée est d’engager cette réflexion en mobilisant les
explorateurs sur Le Matin et Le Petit Parisien spécifiquement mis au point par
Pierre-Carl Langlais dans le cadre du projet Numapresse.


Programme

9H30 Introduction par Marie-Ève Thérenty et Pierre-Carl Langlais

9H45 Nejma Omari (UPVM, RIRRA21), Les échos du cinéma : reprise et circulation
de textes cinématographiques dans la presse du début du XXe siècle

10H15 André Gaudreault (Université de Montréal), L’obsession linguistique des
années vingt et trente à propos du septième des arts…

Pause

11h30 Amélie Chabrier (Unîmes, RIRRA21),  « Un baiser de six mètres soixante-
quinze » : la technique cinématographique en mots et en images dans la presse
d’entre-deux-guerres

12h00 Pierre-Carl Langlais (UPVM, RIRRA21), Vers une médiapoétique de l’image
de cinéma : les illustrations du Matin au prisme du deep learning

Déjeuner

14h00 Laurent Le Forestier (UNIL), Sur une certaine tendance de la critique
cinématographique des années 1920 : penser la situation du cinéma au quotidien
avec Raymond Berner

14H30 Yoan Vérilhac (Unîmes, RIRRA21), Critique cinéma et éclatement
médiatique de la littérature : la presse comme acteur et témoin

15h00 Paul Aron (ULB), La critique cinématographique dans L’Humanité sur
l’écran des humanités numériques

Pause

15h45 Adrien Valgalier (UPVM, RIRRA21), Naissance d’une vedette : Fernandel
dans la presse des années trente

16h15 Marie-Ève Thérenty (UPVM, RIRRA21), Journaux et magazines d’écran au
prisme de la presse écrite dans les années trente


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.