Séminaire – « La forme et le social : jalons d’une approche matérialiste du style »

Séance du séminaire SLAC

La séance aura lieu de 9h à 12h. Elle est ouverte à toutes et à tous.

Introduction (Laélia Véron, MCF à l’université d’Orléans)

L’école du style (Pauline Bruley, MCF à l’université d’Angers)
On sait combien les modèles scolaires, avec leurs enjeux politiques et sociaux jouent un rôle de formant pour l’écriture littéraire. Cette interaction constitue un champ d’investigation et de réflexion très riche, à la croisée de plusieurs approches. L’imbrication entre formation de l’écrivain et formation du style à la fin du XIXe siècle sera examinée pour cette séance de façon plus précise dans le cas de Péguy. On pourra remettre celui-ci en perspective en présentant quelques aspects de la recherche menée au sein de l’équipe dirigée par Martine Jey, « L’écrivain, l’institution scolaire et la littérature. L’écrivain face aux modèles scolaires (1840-1940) » (OBVIL).

Le style comme signal et condition sociale de littérarité (Vincent Berthelier, doctorant à Sorbonne Université, Paris IV)
À partir de l’intention inaugurale de Barthes de faire une histoire des signes de la littérature, un courant de la stylistique se consacre à l’étude de ces signes, micro ou macrotextuels (figures, tournures grammaticales, patrons stylistiques), par lesquels la littérature se donne à voir et se constitue comme une production linguistique à part. Condition ou conséquence de son statut social singulier, la littérature ainsi conçue implique que les signes qu’elle produit soit reconnus socialement comme tels, reconnaissance que nous pourrons analyser à travers le concept bourdieusien d’illusio.

Pour une théorie stylistique marxiste : lecture de The Politics of Style (2017), de Daniel Hartley(Marion Leclair, ATER à l’université de Cergy)

L’exposé s’attachera à présenter dans ses grandes lignes The Politics of Style: towards a Marxist Poetics (2017) de Daniel Hartley. L’ouvrage constitue d’abord un effort pour extraire de la critique littéraire marxiste anglophone (en particulier des écrits de Raymond Williams et de Fredric Jameson), où la question du style est rarement frontalement abordée, les éléments d’une théorie marxiste du style : contre un fétichisme du style consistant à abstraire celui-ci de toute relation sociale, elle pose résolument le style comme historiquement et socialement déterminé, et s’attache à retracer l’histoire de son autonomisation progressive au cours du XIXe siècle. Hartley ébauche ensuite à partir des concepts empruntés à Williams et Jameson une théorie unifiée, qui est même temps méthode en cinq temps pour l’analyse stylistique des textes littéraires – de l’échelle de la phrase à celle de l’œuvre entière, de l’identification des sous-styles et des sous-genres qui la composent et des micro-contradictions qui la travaillent à celle de son fonctionnement idéologique et utopique.

Responsable :

Séminaire de Lettres des Armes de la Critique (SLAC)

url de référence

ADRESSE

ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur (sous-sol)​


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.