Colloque – « Les transferts culturels : paradoxes et malentendus »

Établie au cours des années 1980 dans un positionnement critique par rapport aux études comparées, la notion de transfert culturel couvre un ensemble de phénomènes de circulation, transformation et resémantisation entre différents espaces géoculturels. En tant que méthode de recherche supposée dépasser les cadres nationaux, l’étude des transferts culturels a inspiré un nombre croissant de travaux interdisciplinaires à la croisée des études littéraires (v. Lüsebrink 2008, Roland 2016), des études de la traduction (v. Göpferich 2007, Roig-Sanz & Meylaerts 2018), de l’histoire culturelle et de l’histoire de l’art (v. Espagne 2013, Middell 2014). Au-delà de la seule idée de déplacement de textes et d’objets entre une culture source et une culture cible, les transferts culturels visent à rendre compte de l’hétérogénéité de chaque sphère culturelle impliquée dans l’échange, ainsi que des logiques d’intersection et d’hybridité en identifiant notamment les enclaves, réseaux et vecteurs de circulation. Grâce aux perspectives offertes par l’histoire croisée (Werner & Zimmermann 2003) – qui tient compte de la réciprocité et de la dimension multidirectionnelle des transferts –, des études récentes se sont penchées sur la diversité, l’imbrication et la non-linéarité d’un large spectre de pratiques de transfert (dont les traductions) faisant ainsi l’écho d’instances et d’activités de médiation encore ignorées jusque-là (v. D’hulst 2012).

Malgré leur pertinence conceptuelle et la prolifération d’études de cas portant sur des médiateurs et phénomènes transfrontaliers, les études de transfert semblent avoir atteint un tournant. D’une part, Werner et Zimmermann (2003) ont déjà démontré que les objets, entités et pratiques issus de croisements n’échappent pas au piège des catégorisations (nationales) préétablies. D’autre part, tant l’effacement méthodologique de frontières, parfois aux dépens de l’historicité, que la constatation récurrente de l’imprédictibilité des transferts tendent vers un relativisme improductif. Ces incertitudes, accompagnées d’un manque de consensus parmi les théoriciens (v. Joyeux 2003), nous invitent à remettre en question la plus-value des transferts vis-à-vis de concepts connexes provenant e.a. des études postcoloniales, des études de traductions, de l’historiographie transnationale ou encore des études transculturelles.

Quelle/s spécificité/s peuvent encore revendiquer les transferts culturels ? Comment ces derniers peuvent-ils être pensés en dehors du contexte ouest-européen ? La notion de transfert peut-elle encore aider à surmonter/éliminer les frontières disciplinaires, linguistiques et nationales ? Ou, au contraire, les renforce-t-elle? Comment le chercheur doit-il aborder la non-linéarité et l’asymétrie des processus de transferts au travers des espaces et époques ? Est-il possible de mesurer l’impact d’un transfert et son « succès » relatif ?

Face aux paradoxes et malentendus que le concept engendre, ce colloque a pour objectifs de (re)penser la viabilité des transferts culturels et de questionner leurs outils, objectifs et cadres épistémologiques dans une perspective interdisciplinaire. Les enjeux principaux que nous entendons aborder sont associés – mais pas limités – à quatre thèmes : (1) linéarité, (2) frontières/limites, (3) concepts connexes/concurrents et (4) impact/succès.

Programme

Mercredi 22 Mai
Lieu : Sénat académique

08.30 – 09.00 : Inscription & Café

09.00 – 09.30 : Accueil & ouverture officielle

09.30-10.30 : Keynote Elke Brems (KULeuven): Reluctant rendezvous. The curious lack of literary transfers in Belgium

10.30-11.00 : Pause Café & Thé

11.00-13.00 : Panel 1 Alternative approaches and perspectives to (re)write cultural history: defying borders and linearity

  • Núria Codina (KULeuven)Generation and Rhizome: Two Complementary Approaches to Transcultural Literary History
  • Raluca Tanasescu (University of Ottawa)Translation and Network Science: Or How Can we Measure the Effects of Transfers in Cultural Diplomacy?
  • Petra Broomans (University of Groningen)Translators’ Dictionaries as Instrument and Source for the Writing of Cultural Transfer History
  • Antje Dietze (Universität Leipzig)Cultural mediators and global history

13.00-14.00 : Lunch

14.00-15.30 : Panel 2 Multi-/trans- & heterolingualism: multicultural contexts against the background of 19th-century nationalism

  • Beatrijs Vanacker & Tom Verschaffel (KULeuven)Multilingual patterns and cultural transfer in Flemish journals in the 18th century Southern Low Countries
  • Marjet Brolsma & Francis Mus (ULiège / KULeuven)Cultural transfers in literary internationalism. The case of De Nieuwe Europeesche geest in kunst en letteren (1920)
  •  Svetlana Cecovic (Université Nationale de Recherche – École Supérieure d’Économie, Moscou)Conflit vs. conciliation: quelques cas particuliers de la médiation culturelle franco-belgo-russe

15.30-16.00 : Pause Café & Thé

16.00-18.00 : Panel 3 Translating/transferring knowledge, science and philosophy: impact and success

  • Martin Dutron (UCLouvain) : La théologie comme objet de circulation, transformation et resémantisation dans la Revue des Sciences Religieuses de l’Université de Strasbourg dans l’entre-deux-guerres (1921-1933). Malentendus et « transferts culturels » des savoirs théologiques entre Allemagne et France.
  • Stefania Caristia (Sorbonne Université)Succès, anomalies, malentendus. Quelques réflexions sur les transferts culturels à partir du cas de Sartre théoricien et critique littéraire dans l’Italie de l’après-guerre (1945-1970)
  • Laurent Béghin (Université Saint-Louis / UCLouvain) : La création de la slavistique italienne et belge : un transfert culturel réussi.
  • Arno Gimber (Universidad Complutense de Madrid) : Les intellectuels espagnols en dialogue avec Friedrich Nietzsche. Moments d’un transfert culturel asymétrique

18.00 : Drink au Sénat académique (salle de la Tapisserie)

Jeudi 23 Mai
Lieu: Musée L

09.00-10.00 : Keynote Hans-Jürgen Lüsebrink (Universität des Saarlandes)Penser l’échec d’un transfert culturel – malentendus, résistances, réinterprétations

10.00-10.30 : Pause Café & Thé

10.30-12.00 : Panel 4 Translating/transferring philosophical thought: multi-directionality and non-binarity

  • Thomas Franck (ULiège/ Humboldt-Universität zu Berlin)Pour une rhétorique des échanges culturels (Kulturaustausch) : la cas d’Adorno en France
  • Charlotte Bollaert (UGent)Sartre Sovieticus or the early fate of Jean-Paul Sartre in the USSR
  • Antoine Monemou (Chaire Unesco, Université Félix Houphouet-Boigny de Cocody, Abidjan)Les rites de la forêt sacrée : expression philosophique du peuple Konon de la Guinée qui a influencé la culture Yacouba (Côte d’Ivoire) de sacré

12.00-13.00 : Lunch

13.00-15.00 : Panel 5 From Post- to Trans-colonial. Conceptual questions and methodological reconfigurations

  • Anne-Claire Collier (Conservatoire National des Arts et Métiers)Les transferts culturels comme pratique sociale : retour d’enquête
  • Valentina Tarquini (Université de Rome 3/ Université de Marconi de Rome/ Université de MacerataLa circulation du discours africain dans le canon littéraire français : le sujet anticolonial et transnational
  • Evelyne Shamier (UCLouvain)‘Yua olwees in mai haat’: Transcolonial perspectives on Javanese Dutchness in Pramoedya Ananta Toer’s Djongos + Babu (1948)
  • Najib Sadikou (Europa-Universität Flensburg)Irritation et transfert culturel. Réflexions à travers la littérature contemporaine africaine et allemande

15.00-15.30 : Pause Café & Thé

15.30-17.00 : Table ronde

  • Lieven D’hulst (KU Leuven)
  • Sébastien Fevry (UCLouvain)
  • Maud Gonne (UNamur)
  • Helga Mitterbauer (ULB)
  • Wim Weymans (UCLouvain)

18.00 : Conference dinner

Vendredi 24 Mai
Lieu: Musée L

09.00-10.00 : Keynote Diana Roig-Sanz (Universitat Oberta de Catalunya)Shaping International Literary Exchanges. Ibero-American Modernity as a Case Study

10.00-10.30 : Pause Café & Thé

10.30-12.00 : Panel 6 Competing/Connected concepts: Reconsidering Transfer

  • Pieter Boulogne (KULeuven)The road from one jail to another. The arson of the Bank of France by the Russian artist Pavlensky as self-translation and cultural transfer
  • Pierre-Alexis Delhaye (Université Polytechnique des Hauts-de-France)Transferts culturels et comparatismes : une opposition (in)dépassable ?
  • Grâce Ranchon (Université Jean Monnet, CELEC)Apprendre et enseigner une langue-culture non-linéaire ou paradoxale

12.00-13.00 : Lunch

13.00-14.30 : Panel 7 The Limits of language: exploring the conditions of success and failure of cultural transfers

  • Boyden Michael (Uppsala University)Babel in Reverse: Postvernacularity as Cultural Transfer
  • John D. Sanderson (Universidad de Alicante)Screen Translation Sociolects and Cultural Boundaries: Transversal Film Genres and Socio-Linguistic Consequences

14.30-15.00 : Pause Café & Thé

15.00-16.30 : Panel 8 Transfer Through Film: Cultural Memory and Traveling Concepts

  • Alexandra Sanchez (KULeuven)PBS, Éxodocs, and Cultural Transfer: How to Map the Gap?
  • Sara F. Hall (University of Illinois, Chicago)The Entanglement of Historical Reckoning in the German-American Transfer Film
  • Sophie Dufays (UCLouvain)Réception et discussion du concept de transfert culturel dans les études culturelles latino-américaines. Réflexion à partir du cas du mélodrame filmique mexicain

16.30 : Conclusions

L’inscription est obligatoire, et ce avant le 5 mai 2019, via le site https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/evenements/transferts-culturels.html

Responsable :

UCLouvain, Centre de recherche écriture, création, représentation : littératures et arts de la scène

url de référence

https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/evenements/transferts-culturels.html​


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.