Appel à communications – « Écocritique(s) et catastrophes naturelles. Sciences humaines et sciences naturelles : regards croisés. (XXe-XXIe siècles) »

Écocritique(s) et catastrophes naturelles

Sciences humaines et sciences naturelles : regards croisés

(XXe-XXIe siècles)

 

Ecocriticism(s) and Natural Catastrophes

Human Sciences and Natural Sciences : Comparative Perspectives

(20th-21st Centuries)

 

Colloque international, 26-27 novembre 2020

International Colloquium, 26-27 November 2020

 

Appel à communications / Call for Papers

L’écocritique, champ d’études pluriel explorant les relations entre productions humaines (en particulier esthétiques) et environnement, intéresse de plus en plus le monde de la recherche en langue française. Qu’elle relève d’une perspective socio-, ethno- ou géopoétique, d’une approche inter- ou transmédiale et/ou d’une histoire des représentations et des savoirs, l’écocritique déborde le domaine des études littérairesstricto sensu pour impliquer anthropologues, philosophes, et autres représentants des sciences humaines. Dans ce contexte, des chercheurs et chercheuses toujours plus nombreux se réclament d’un champ d’études dont la pertinence semble croître parallèlement à l’angoisse environnementale qui marque notre époque.

Ce colloque vise à mettre en lumière les potentialités interdisciplinaires qui caractérisent l’écocritique, en abordant l’une de ses dimensions saillantes à l’aune de corpus, objets et outils conceptuels récents : le dialogue entre sciences humaines et sciences naturelles. Dans cette optique, on se concentrera sur la notion de « catastrophe naturelle », qui est actuellement au cœur du projet I-Site Clermont Auvergne (https://cap2025.fr/).

Il s’agira ainsi de développer une approche croisée des interactions entre sociétés humaines et catastrophes naturelles, en se focalisant sur un espace et une période emblématiques : l’aire atlantique (Europe, Afrique, Amériques – dont Caraïbes) et les XXet XXIe siècles. Suffisamment vaste pour confronter différentes perspectives et disciplines, l’espace atlantique constitue en effet un terrain essentiel pour l’histoire culturelle et scientifique en langues européennes. Dans ce cadre plurilingue, la période des XXe et XXIe siècles correspond non seulement à un développement transnational et transocéanique de l’écocritique et des recherches scientifiques sur les catastrophes naturelles, mais coïncide également avec une volonté de plus en plus nette de problématiser l’opposition, typiquement occidentale, entre nature et culture.

Les contributions pourraient se répartir selon les trois axes suivants (non exclusifs l’un de l’autre), qui permettraient de regrouper des études de cas émanant de différentes disciplines et/ou d’accueillir des approches transversales :

(1) Une réflexion sur la « catastrophe naturelle » telle qu’elle est appréhendée dans les sciences humaines et les sciences naturelles ;

(2) Une réflexion sur les modalités et les objets d’une écocritique de la catastrophe naturelle située à l’intersection des sciences humaines et des sciences naturelles ;

(3) Une réflexion sur les conditions d’existence et les figures d’une catastrophe véritablement naturelle à l’ère de l’anthropocène.

 

Le colloque sera également l’occasion de travailler collectivement à la constitution d’une bibliographie critique inter- et transdisciplinaireexhaustive autour de la notion de « catastrophe naturelle », qui fait pour l’heure défaut dans le paysage universitaire européen, et que les actes prévus permettront ainsi de diffuser.

Un titre et un résumé d’environ 200 mots (10 à 15 lignes), en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique, devront être envoyés avant le 15 novembre 2019 à l’adresse suivante : catastrophe.naturelle2020@lilo.org.

Les propositions d’ateliers et/ou de tables rondes intégrant des idées d’intervenant·e·s sont également les bienvenues.

Pour toute demande de précision, n’hésitez pas à nous contacter.

Ecocriticism, a plural field of inquiry exploring relationships between human productions (especially esthetic) and the environment, interests greater and greater numbers of  French-speaking researchers. Whether from a socio-, ethno- or geopoetic perspective, an inter- or trans-media approach, and/or a historical view of representations and knowledge, ecocriticism exceeds the area of literary studies stricto sensu to engage anthropology, philosophy, and other areas of the human sciences. In this context, ever more scholars are moving into a research area whose pertinence increases directly with the environmental anxiety that marks our era.

This colloquium seeks to shed light on interdisciplinary potentialities that characterize ecocriticism, by addressing one of its salient dimensions through recent corpus, objects, and conceptual tools : the dialogue between human sciences and natural sciences. With this aim in mind, we will focus on the notion of « natural catastrophe » that is at the heart of the current I-Site Clermont Auvergne project (https://cap2025.fr/).

We therefore aim to develop a comparative perspective on interactions between human societies and natural catastrophes, by focusing on an emblematic space and period : the Atlantic world (Europe, Africa, the Americas, the Caribbean) and the 20th and 21st centuries. Sufficiently vast to bring different perspectives and disciplines into dialogue, the space of the Atlantic constitutes an essential terrain for cultural and scientific history in the European languages. In this multilingual framework, the period of the 20th and 21st centuries not only corresponds to the transnational and transoceanic development of ecocriticism and of science research on natural catastrophes, but also coincides with an increasingly clear interest in problematizing the typically Western opposition between nature and culture.

Proposals could take up any of the following three lines of inquiry (which are not mutually exclusive), permitting grouping of case studies emerging from different disciplines and/or inclusion of cross-disciplinary approaches :

(1) A reflection on « natural catastrophe » as understood in the human sciences and the natural sciences ;

(2) A reflection on the modalities and objects of an ecocritique of natural catastrophe situated at the intersection of the human sciences and the natural sciences ;

(3) A reflection on conditions for existence and representations of a truly natural catastrophe in the Anthropocene era.

The colloquium will additionally provide the framework collectively to create an exhaustive inter- and transdisciplinary critical bibliography around the notion of « natural catastrophe », which at present is missing from the European university landscape and which the published proceedings will be able to circulate.

A title and a summary of approximately 200 words (10-15 lines), in French or English, along with a short bio-bibliographical statement, should be submitted before 15 November 2019 to following address : catastrophe.naturelle2020@lilo.org.

Proposals for workshops and/or roundtables integrating ideas from participants are equally welcome.

Please do not hesitate to contact us with any questions.

*

Bibliographie indicative / Selected Bibliography :

S. N., « Essai de classification des catastrophes naturelles », in « Catastrophes naturelles » (notions de base), Encyclopædia Universalis, URL :http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes-naturelles-notions-de-base/[28/06/2019]

ALEXANDER, David E., Confronting Catastrophe. New Perspectives on Natural Disaster, Harpenden / New York, Terra / Oxford University Press, 2000.

AMIOT, Julie ; BERTHIER, Nancy (dir.), Frente a la catástrofe : temas y estéticas en el cine iberoamericano contemporáneo, Paris, Éditions hispaniques, 2016.

BERQUE, Augustin, Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Paris, Belin, 2014.

BLANC, Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Éditions Quae, 2008.

CHONÉ, Aurélie ; HAJEK, Isabelle ; HAMMAM, Philippe (dir.), Guide des humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

DESCOLA, Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

ESCOBAR, Arturo, Sentir-penser avec la Terre : une écologie au-delà de l’Occident, Paris, Seuil, 2018, trad. de l’espagnol par Roberto Andrade Perez, Anne-Laure Bonvalot, Ella Bordai, Claude Bourguignon et Philippe Colin [1re éd. or. : 2014].

GUÉNARD, Florent ; SIMAY, Philippe, « Le sens des catastrophes », La Vie des idées, 19/04/2011, URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-sens-des-catastrophes.html [28/06/2019]

KEUCHEYAN, Razmig, La Nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, 2018 [1re éd. : 2014].

LATOUR, Bruno, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999.

PARHAM, John et WESTLING, Louise, A Global History of Literature and the Environment, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

REVET, Sandrine, Les Coulisses du monde des catastrophes naturelles, Paris,Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018.

VAN WYK DE VRIES, Benjamin ; BYRNE, Paul ; DELCAMP, Audray et al., « A global framework for the Earth : putting geological sciences in context », Global and Planetary Change, vol. 171, décembre 2018, p. 293-321.

SOKONA, Youba ; YPERSELE, Jean-Pascal van, « Catastrophes naturelles. Résilience à l’ère des changements climatiques », Liaison Énergie-Francophonie,vol. 109, 3e trimestre 2018, URL :http://www.ifdd.francophonie.org/ressources/ressources-pub-desc.php?id=743[28/06/2019]

Pour des références plus spécifiquement consacrées aux rapports entre écologie et littérature, nous renvoyons à la bibliographie, en construction permanente, mise en ligne sur le carnet de recherche du collectif interuniversitaire ZoneZadir / For references specifically devoted to relationships between ecology and literature, we direct you to the bibliography, updated in an ongoing fashion, maintained online as part of the interuniversity collective ZoneZadir :https://zonezadir.hypotheses.org/bibliographie [28/06/2019]

*

Lieu du colloque / Colloquium location :

Université Clermont Auvergne

Comité organisateur / Organizing committee :

– Chloé Chaudet, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Anne Garrait-Bourrier, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Lila Lamrous, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Gaëlle Loisel, Université Clermont Auvergne, CELIS

Comité scientifique (outre les organisatrices) / Scientific committee (in addition to the organizers) :

– Julia Abramson, University of Oklahoma, Department of Modern Languages, Literatures and Linguistics

– Viviane Alary, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Patrick Bachèlery, Université Clermont Auvergne, LMV

– Yves Clavaron, Université Jean-Monnet / Saint-Étienne, CELEC

– Mauricette Fournier, Université Clermont Auvergne, CERAMAC

– Arnaud Guillin, Université Clermont Auvergne, LMPB

– Claudia Schmitt, Université de la Sarre, Lehrstuhl für Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft

– Christiane Solte-Gresser, Université de la Sarre, Lehrstuhl für Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.