Appel à communications – « La chambre de travail, la chambre de l’esprit (Atelier APFUCC 2020) »

Appel à communications: La chambre de travail, la chambre de l’esprit :
l’imaginaire artistique dans les littératures d’_expression_ française (Atelier
9, APFUCC, Congrès 2020, Western University London, ON., 30 mai – 5 juin)

La chambre de travail, la chambre de l’esprit : l’imaginaire artistique dans
les littératures d’_expression_ française

Comment l’espace clos, que ce soit la chambre ou encore l’abri, peut-il d’un
côté pousser à la rêverie et de l’autre côté inquiéter et mener au cauchemar?
Pourquoi certaines demeures sont-elles directement liées à notre imaginaire et
à nos rêves, se demandait Gaston Bachelard dans son traité sur la poétique de
l’espace. Et plus précisément, comment l’espace clos, protégé, à l’abri du
bruit et de la foule pourrait-il devenir l’endroit privilégié où l’écrivain(e)
peut poursuivre son travail?

De nombreux auteurs se penchent sur cette image prise littéralement ou
métaphoriquement.  Ainsi, après avoir passé une bonne partie de sa vie dans
des fonctions publiques, Michel de Montaigne choisit une retraite dans la
bibliothèque de sa maison pour pouvoir écrire son œuvre. L’essayiste précise
qu’il nous faut une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, dans laquelle
nous établissons notre véritable liberté et solitude.  En 1794, condamné à
quarante-deux jours d’arrêt dans la citadelle de Turin, Xavier de Maistre
passe ce temps à écrire Voyage autour de ma chambre : ce récit de
conversations de l’auteur avec lui-même, ouvrant tout un univers de sentiments
et souvenirs, le rapproche de Montaigne et sera admiré par Proust. Au début du
XXe siècle, sous l’angle féministe, Virginia Woolf fait l’éloge de la chambre
à soi : une femme a besoin d’une chambre qui ait une porte et une clé à
l’intérieur, privilège évident pour les femmes à l’époque, si elle veut se
plonger dans un processus de réflexion et de création littéraire.  Le poète
acadien Serge Patrice Thibodeau avoue qu’il écrit assis dans son fauteuil, «
apaisé par le simple confort du quotidien » qui crée un rideau entre lui et le
monde externe, rideau nécessaire, cependant perméable puisqu’il reste «
assailli » sans répit par les images menaçantes et furieuses du monde
extérieur.

La chambre, vue comme lieu d’isolation voulue (ou imposée) envisage deux côtés
complémentaires de l’espace qui dévoilent aussi la nature humaine : le
familier/ le confortable et le bizarre/étranger (Freud). En effet, la
perméabilité entre familier/habituel et non-familier/effrayant fait surface
aussi chez Marcel Proust qui nous montre que la transformation du menaçant en
familier est possible à travers l’imagination et encore par l’écriture. Ainsi,
dans l’espace intime, se « loge » la boutique de nos souvenirs (et nos
oublis).

Ouvert à toute approche, genre ou époque littéraire, cet atelier accueille des
propositions qui se penchent sur les représentations diverses de l’espace
clos; de la représentation concrète de la chambre, de la mansarde, du chalet
au milieu de la forêt ou de l’île perdue au milieu d’un océan, allant jusqu’à
l’espace abstrait, à savoir l’espace créé dans l’esprit d’un auteur/d’une
auteure où l’inspiration peut arriver, rester et s’allier au travail ardu.

Les propositions sont à envoyer au plus tard le 15 décembre 2019 par courriel
à : Sanda Badescu (sbadescu@upei.ca) et à Corina Sandu (csandu@uwo.ca).

Les propositions doivent préciser le nom de leur auteur.e, son affiliation,
son adresse, et présenter un titre et un texte de proposition de 250 à 300
mots (il est inutile d’envoyer un CV).

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un
message des organisateurs de l’atelier avant le 15 janvier 2020 les informant
de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC est requise pour participer au
colloque. Il est également d’usage de régler les frais de participation au
Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC.
Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2020 pour bénéficier des tarifs
préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et
l’adhésion est le 10 avril 2020 au-delà de quoi le titre de votre
communication sera retiré du programme. Vous ne pouvez soumettre qu’une seule
proposition de communication pour le colloque de 2020. Toutes les
communications doivent être présentées en français (la langue officielle de
l’APFUCC) en personne, même dans le cas d’une collaboration.

Bibliographie sélective

Bachelard, Gaston. La Poétique de l’espace. Paris : PUF, 2012.
Freud, Sigmund. « L’inquiétante étrangeté ». L’inquiétante étrangeté et autres
essais. Paris: Gallimard, 1985.
Maistre, Xavier de. Voyage autour de ma chambre, avec une Notice biographique
et littéraire de Jules Claretie, Paris: Jouaust, 1877.
Montaigne, Michel de. Œuvres complètes. Édition présentée par Albert Thibaudet
et Maurice Rat. Paris: Gallimard, 1976
Proust, Marcel. À la recherche du temps perdu. Tome II. 1. Paris: Gallimard,
Bibliothèque de la Pléiade, 1987.
—. Lettres choisies. Paris : Plon, 2004.
Thibodeau, Serge Patrice. Lieux cachés: récits de voyage. Moncton : Éditions
Perce-Neige, 2005.
Virginia Woolf. Une chambre à soi. Paris : 10/18, 2001.


Citer ce billet
guillaumemadore (2019, 22 octobre). Appel à communications – « La chambre de travail, la chambre de l’esprit (Atelier APFUCC 2020) ». Le carnet de la liste socius. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyds

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.