Parution – « Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas »

L’équipe de communication Numapresse a le plaisir de vous annoncer la parution
de l’ouvrage “Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à
Florence Aubenas”, de Marie-Ève Thérenty aux éditions CNRS.

“Alors que l’histoire de la presse célèbre volontiers ses grands hommes, elle
n’a jusqu’ici accordé quasiment aucune place aux femmes journalistes, qu’elles
aient été célèbres en leur temps comme Delphine de Girardin, Séverine ou
Titaÿna, ou des écrivaines reconnues comme George Sand ou Colette. Pourtant,
dès le XVIIIe siècle, des femmes créent et dirigent des feuilles périodiques.
Les femmes journalistes du XIXe siècle, qui écrivent un journalisme de
chronique directement issu du bel esprit des salons, sont leurs héritières.

Cet ouvrage raconte la progression des femmes dans les journaux généralistes
et la manière dont elles ont réussi à s’infiltrer et parfois à s’imposer dans
l’article politique, dans la chronique judiciaire, dans la chronique des
sports et dans le grand reportage. Ces femmes ont dû inventer des pratiques,
créer des postures et imposer des écritures. Pour faire passer leur prose dans
le journal, elles ont pu privilégier la narration, la fiction, l’écriture
intime aussi. Subalternes elles-mêmes, elles ont par ailleurs souvent choisi
d’enquêter sur les exclus de la société.

Cet essai montre aussi combien il serait caricatural d’affirmer l’existence
d’un modèle unique de la femme journaliste qui s’opposerait à son pendant
normatif masculin. Car il existe une infinité de façons d’être femme
journaliste.

Marie-Ève Thérenty nous présente ici un panorama des femmes journalistes, du
XIXe siècle et de l’entrée dans l’ère médiatique à 1944. Après l’octroi du
droit de vote aux femmes françaises, les contraintes professionnelles et les
enjeux ne sont plus tout à fait les mêmes. Néanmoins, dans un univers de
presse encore hiérarchisé et discriminant, les femmes journalistes ont
continué parfois de mobiliser les dispositifs décrits dans cet ouvrage qui se
conclut donc par l’observation de trois cas plus contemporains : Françoise
Giroud, Marguerite Duras et Florence Aubenas.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.