Annonce – « Motion du laboratoire THALIM »

La veille de la la mobilisation du 5 mars contre la LPPR et la réforme des retraites, le laboratoire THALIM (CNRS – Sorbonne Nouvelle – ENS), réuni en Assemblée générale, a adopté cette motion à l’unanimité.

 

Dans le contexte très préoccupant pour nos professions de l’actuelle réforme des retraites, et à la veille du 5 mars 2020, journée d’arrêt de l’université et de la recherche à Paris, marquant symboliquement le refus de la politique actuelle du gouvernement en matière d’enseignement et de recherche, nous, enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants et personnels d’appui à la recherche, ainsi que membres associés de l’UMR THALIM, manifestons notre extrême inquiétude à la lecture des trois rapports relatifs à la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui ont été remis en septembre 2019 à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Nous manifestons tout particulièrement notre opposition à :

  • la volonté de marginaliser les prérogatives du Conseil national des universités (CNU), notamment en ce qui concerne la qualification aux fonctions de maître de conférences, dont l’examen ne se ferait plus selon des critères nationaux
  • la proposition d’introduire des tenure-tracks (contrats à court terme, non renouvelables) pour des chaires d’excellence junior, ce qui constitue une menace pour les postes stables, garants d’une recherche sereine et de qualité
  • plus généralement la précarisation d’un nombre de plus en plus grand de personnels dans la recherche et l’enseignement, ce qui engendre un sentiment de peur de l’avenir et rend ces professions de moins en moins attractives

Nous manifestons plus particulièrement notre soutien à :

  • la nécessité d’augmenter le budget de la recherche et de l’enseignement, en particulier sous la forme de subventions d’État versées aux laboratoires, auxquelles ne sauraient se substituer la quête aléatoire de financements extérieurs (ANR, ERC, etc.)
  • la défense du service public, qui ne peut se faire qu’à travers un fort investissement sur un plan national, et non uniquement en valorisant quelques grands pôles supposés « d’excellence » au détriment d’autres établissements ou de régions moins bien dotés
  • la préférence accordée à la notion de collaboration scientifique, et non à celle de concurrence, source d’inégalités (entre chercheurs, entre laboratoires, entre universités, entre pays…)

Les personnels de l’UMR THALIM, en solidarité avec les très nombreuses motions rédigées en ce sens dans les universités et les centres de recherche, tiennent en outre à réaffirmer l’égale dignité de toutes les disciplines, et plus particulièrement, à l’intérieur des humanités, l’importance de la littérature, des arts et de la philosophie, dont le « retour sur investissement », pour n’être pas immédiat, n’en constitue pas moins un élément déterminant en termes de transmission d’une mémoire culturelle partagée et de terrain d’élaboration pour une pensée critique, garante de l’avenir de notre société démocratique.

Motion votée à l’unanimité lors de l’Assemblée générale de l’UMR THALIM le 2 mars 2020 au Centre Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 5e.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.