Appel à communications – « Trentenaire des Conférences nationales en Afrique »

APPEL À COMMUNICATIONS

Trentenaire des Conférences nationales en Afrique : pistes de
relectures en Lettres, Langues, Arts et Sciences pour les à-venir possibles

Dates : 25, 26 et 27 novembre 2020.
Lieu : Université d’Abomey-Calavi (UAC).
Envoi des propositions de résumé de communication : 15 avril 2020 au plus
tard.

1. Contexte et justification

En Afrique au sud du Sahara, les années 1990 sont celles de l’avènement des
expériences démocratiques. Certes, des évènements internationaux majeurs, tels
que la « perestroïka » (avril 1985-décembre 1991) de Mikhaïl Gorbatchev, la
chute du mur de Berlin (novembre 1989) et le discours de La Baule (juin 1990)
de François Mitterrand, créent l’environnement propice à la levée des vagues
de contestation des régimes politiques sur le continent. Mais les facteurs
endogènes sont, de loin, les éléments déterminants de la remise en cause en
profondeur de l’ancien ordre des choses.
 Au Bénin, d’où part cette expérience paradigmatique de la démocratie, la fin
des années 1980 coïncide, pour l’Etat, avec une triple impasse : politique,
économique et socio-culturelle. En réaction à cette crise multidimensionnelle,
des soulèvements populaires se multiplient et se radicalisent, sous la férule
des organisations estudiantines et syndicales. Le constat de la faillite du
régime militaro-marxiste qui dirige le pays est flagrant et il lui faut
trouver une porte de sortie salutaire pour tous, à moins de réprimer, dans le
sang, le peuple qui a soif d’une nouvelle ère. La Conférence des Forces Vives
de la Nation (CFVN) est alors initiée et préparée. Ses travaux se déroulent du
19 au 28 février 1990 à l’hôtel PLM Alédjo à Cotonou, capitale économique du
Bénin.
Ces assises, au terme desquelles un peuple proclame sa victoire sur la
fatalité , interviennent comme un événement-charnière : la CFVN dit le requiem
du régime militaro-marxiste et entonne l’aube nouvelle d’un régime politique
promoteur des libertés individuelles et collectives : la démocratie.
Loin d’être un évènement secondaire, la CFVN est « un phénomène sui generis
conservant une grande part d’originalité et non simplement copiée sur un
modèle préexistant. »  Elle fait boule de neige. La décennie 1990 se révèle en
effet très féconde en répliques plus ou moins réussies du modèle béninois. Sur
le continent africain, plusieurs pays tiennent leurs assises nationales,
notamment le Gabon (mars-avril 1990), le Congo (février-juin 1991), le Niger
(juillet-novembre 1991), le Mali (juillet-août 1991), le Togo (juillet-août
1991), l’ex-Zaïre (août 1991-décembre 1992), actuelle République Démocratique
du Congo (R.D.C.), et le Tchad (janvier-avril 1993), etc. Jusqu’à ces
dernières années, le paradigme de la CFVN continue d’être proposé ou
simplement évoqué par des  hommes politiques africains, comme c’est récemment
le cas en Algérie, avec la lettre à la nation du 11 mars 2019 de l’ex-
président Abdelaziz Bouteflika.
Principalement animés et portés par les intellectuels et les leaders
politiques de tous bords, les processus démocratiques en Afrique connaissent
cependant des destins variés . En outre, les reconfigurations des champs
politiques ont des répercussions majeures sur ceux  littéraires et
artistiques, lesquels contribuent à leur tour à façonner les imaginaires
collectifs des « libéralisations politiques », des « démocratisations », des «
transitions démocratiques » ou des « démocraties consolidées » . Trente ans
après, il ne serait plus pertinent de continuer à considérer uniquement ces
assises comme une « affaire à suivre » . Des bilans critiques sont déjà (et
continueront d’être) établis à divers niveaux, en l’occurrence sur la
dynamique des interactions entre les sphères gouvernementales, créatives,
livresques et purement imaginaires. Comment, par exemple, les artistes, les
hommes de Sciences et de Lettres du continent ont-ils, dans leurs œuvres
respectives, contribué à former dans la conscience populaire des « visions du
monde » mobilisatrices qui ont servi de terreaux aux diverses « actions
collectives »  ayant débouché sur l’organisation des Conférences nationales ?
Au lendemain de la tenue de ces assises et sous l’effet conjugué de la mise en
œuvre des recommandations qui en sont issues, comment se sont reconfigurés les
champs (politiques, artistiques et littéraires), ces structures « de relations
objectives permettant de rendre compte de la forme concrète des interactions »
entre différents agents ? Enfin, existe-t-il encore aujourd’hui une conscience
mémorielle des CFVN manifestée par les auteurs d’œuvres de l’esprit et, si
oui, quelles en sont les modalités et les perspectives de développement
envisagées pour les Etats africains ?
Ce colloque entend saisir l’occasion des trente (30) ans de ces assises
nationales à portées internationales pour réaliser des rappels et des analyses
favorables à une relecture de l’histoire afin d’interroger le présent et se
projeter dans les possibles à-venir.

2. Objectifs

Le colloque se veut un cadre de réflexions et de débats fédérateur de
compétences pluridisciplinaires. Livrant donc le thème « Trentenaire  des
Conférences nationales en Afrique : pistes de relectures en Lettres, Langues,
Arts et Sciences humaines pour les à-venir possibles » aux analyses
perspicaces de spécialistes des lettres, des langues, des arts puis des
sciences, ce colloque vise à :

– caractériser le modèle sui generis qu’est la CFVN du Bénin au regard des
autres conférences nationales qu’elle a inspirées et peut encore inspirer ;
– décrire les reconfigurations des champs littéraires et artistiques au
lendemain de la tenue de ces assises nationales ;
– évaluer les options et orientations décidées à la CFVN à l’aune des
programmes de gouvernement de ces 30 dernières années ;
– analyser les procédés et enjeux à l’œuvre dans les discours du réel ou de la
fiction sur la CFVN.

3. Les axes

Aucun axe de relecture des événements mémorables que sont les Conférences
nationales des Forces Vives n’est à exclure des débats du colloque tant qu’il
offre un point de liaison avec l’un des objectifs déjà déclinés. Cependant les
propositions de communication peuvent prioritairement essayer de s’inscrire
dans l’un des quatre axes suivants :

Axe 1 : La CFVN du Bénin face aux autres Conférences nationales : singularité
d’un modèle et possibles actualisations
Axe 2 : Champ politique et champs littéraire et artistique : reconfigurations,
évolution et perspectives
Axe 3 : Bilan des options de développement de la CFVN du Bénin et des autres
Conférences nationales en Afrique
Axe 4 : Lectures des discours du réel ou de la fiction sur la CFVN du Bénin et
des autres Conférences nationales en Afrique

4. Les modalités de participation

Les propositions de communication devront comporter un titre, les nom et
prénoms de l’auteur, l’institution d’attache, un résumé de 300 mots au
maximum, des mots-clés et une courte notice biobibliographique. Rédigées en
français, les propositions de communication sont attendues, par courriel, pour
au plus tard le 15 avril 2020 à l’adresse suivante :
colloque.cfvnbenin@gmail.com . Les notifications parviendront aux auteurs le
30 avril 2020.
 Les frais d’inscription au colloque sont de 30 000 francs CFA (46€) pour les
enseignants-chercheurs et de 15 000 francs CFA (23€) pour les auditeurs de
Master et les doctorants. Ils couvriront le kit, et les services de pause-café
et de déjeuner. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des
participants étrangers.

5. Le Comité scientifique

Président : Professeur Mahougnon KAKPO, Université d’Abomey-Calavi ;
Vice-Président : Dr (M.C.) Raphaël YEBOU, Université d’Abomey-Calavi ;

Membres :

Professeur Maxime da CRUZ, Université d’Abomey-Calavi
Professeure Odile DOSSOU GUEDEGBE, Université d’Abomey-Calavi ;
Professeur Okri Pascal TOSSOU, Université d’Abomey-Calavi ;
Professeur Kazaro TASSOU, Université de Lomé ;
Professeure Koutchoukalo TCHASSIM, Université de Lomé ;
Professeur Adiaba Vincent KABLAN, Université Alassane Ouattara  de Bouaké ;
Professeure Aimée-Danielle LEZOU KOFFI, Université Félix Houphouët-Boigny de
Cocody-Abidjan ;
Dr (M.C.) Mylène DANGLADES, Université de Guyane
Dr (M.C.) Henri ASSOGBA,  Université Laval, Canada ;
Dr (M.C.) Anicette QUENUM, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Samuel DJENGUE, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Ariane DJOSSOU SEGLA, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Ferdinand KPOHOUE, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Simplice AGOSSAVI, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Rogatien TOSSOU, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Moussa GIBIGAYE, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.A.) Arsène Joël ADELOUI, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.C.) Laurent Fidèle SOSSOUVI, Université d’Abomey-Calavi.

6. Le Comité d’organisation

Président : Dr (M.-A.) Fernand NOUWLIGBETO, Chef du Département des Lettres
Modernes, Université d’Abomey-Calavi.
Vice-Président : Dr Romain Dédjinnaki HOUNZANDJI, Chef adjoint du Département
des Lettres Modernes, Université d’Abomey-Calavi ;

Membres :         
 
Dr (M.C.) Charles BABADJIDE, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Roger KOUDOADINOU, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Bertin ELOMON, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Sylvestre DJOUAMON, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Rose Ablavi AKAKPO, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr (M.-A.) Hyacinthe OUINGNON, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Armand ADJAGBO, Université de Parakou ;
Dr Mathieu Yaovi AYESSI, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Sévérin Houessou AKEREKORO, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Tatiana Gniré DAFIA KAKPO, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Jean-Pierre Ezin DOTCHE, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Salim Manuel José da SILVA, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Judith BIDOUZO SOGNON-DES, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Bio Sourou Oladélé YAYI, Université d’Abomey-Calavi ;
Dr Richard GBETEY, Université d’Abomey-Calavi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.