Parution : « Dictature et Prolétariat. De l’autocratie tsariste au dirigisme bolchevique »

Parution : Dictature et Prolétariat. De l’autocratie tsariste au dirigisme bolchevique,
Liège, MNEMA Editions, coll. “Les Cahiers du CPTM”, n°1, 2020.
EAN13 : 9782960145038 — 181 p.

Résumé :
Bien qu’hétérogène, contradictoire et plurielle, l’URSS léninienne et
stalinienne est une société répressive et autoritaire. Souvent aux
antipodes des textes et des penseurs dont il se revendique, le pouvoir
incarné par le parti bolchevique puis par le PCUS et par son Comité
central tend avant toute chose à privilégier sa conservation et sa
pérennisation, non l’instauration d’une société sans distinction de
classe, révolutionnaire et émancipée du productivisme économique. Dans
le même temps se développent au sein de la société soviétique des
discours originaux entrant en contradiction avec ceux du pouvoir et
permettant de nuancer l’idée d’une Union soviétique monolithique et
complètement acquise aux causes bolcheviques. Ces contradictions, si
elles sont perceptibles dans les pratiques dictatoriales des autorités,
sont aussi au cœur des différents discours qu’elles produisent et
qu’elles provoquent. La singularité des événements auxquels les
bolcheviks sont confrontés durant les décennies postérieures à leur
prise de pouvoir est bien réelle : révolution dans un pays
économiquement arriéré, guerre civile, communisme de guerre, anarchisme
paysan, NEP, plans quinquennaux, guerres mondiales, guerre froide, etc.

Ces contextes obligent à repenser l’idéologie marxiste-léniniste à
l’aune de ses conjonctures plurielles et à la concevoir comme
potentielle mythification collective au nom d’intérêts politiques. En
tant que matérialisme historique proclamé, cette idéologie oblige à
interroger les événements (entendus comme réalités matérielles et
historiques) se revendiquant de son héritage, malgré l’effectivité de
nombreuses divergences entre le discours et la réalisation.
Le titre de l’ouvrage, Dictature et Prolétariat, mérite quelques
clarifications. La violence mise en place par les bolcheviks a souvent
été motivée par la notion théorisée par Marx de dictature du
prolétariat. Selon celui-ci, la révolution orchestrée par le mouvement
ouvrier devait renverser la domination de la bourgeoisie en une
domination du prolétariat. Toutefois, cette domination devait être
temporaire et le degré de violence devait dépendre du contexte social,
c’est-à-dire de l’état des rapports entre les différentes classes en
lutte pour le pouvoir.

La dictature du prolétariat ne signifiait donc pas directement
l’instauration arbitraire d’une violence étatique durable par un petit
nombre de dirigeants mais plutôt l’auto-organisation provisoire d’un
pouvoir à majorité ouvrière. Plusieurs commentateurs ont montré en quoi
le pouvoir bolchevique, plutôt que d’instaurer une forme de dictature du
prolétariat, avait mis en œuvre une dictature sur le prolétariat. Outre
les torsions de la notion marxienne de dictature du prolétariat,
l’aliénation d’une partie non négligeable de la classe ouvrière, et
surtout de la paysannerie, ainsi que la répression des révolutionnaires
non bolcheviques qui s’instaurent dès le lendemain de la révolution
justifient la qualification du régime soviétique comme « dictature sur
le prolétariat ». Mais dans le même temps, ce sont le plus souvent des
contextes hautement criminogènes qui amènent les bolcheviks à développer
des formes radicales de violence au nom du prolétariat, justifiant ainsi
l’utilisation de la notion de Marx. Bien qu’une partie de la classe
ouvrière acquière un certain pouvoir politique, son pouvoir économique
n’en reste pas moins aliéné à des exigences de production et de
rentabilité intenables.

Ce travail tente donc de comprendre en quoi les pratiques bolcheviques
sont tantôt l’expression d’une dictature du prolétariat répondant à la
domination dont cette classe est l’objet, tantôt l’instauration
arbitraire et autoritaire d’une dictature sur le prolétariat justifiée
par une idéologie consciemment détournée à des fins politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.