Appel à communications – « L’édition de fortune et de nécessité »

À l’occasion de la 57e journée scientifique de l’AQÉI, les chercheuses et
chercheurs de toutes disciplines sont invités à réfléchir aux pratiques
éditoriales occasionnelles, improvisées et circonstancielles en contexte
canadien.

L’histoire du livre a démontré au cours des trois dernières décennies que le
métier d’éditeur se situe au croisement des sphères entrepreneuriale,
culturelle et sociale (Michon 1999). Or, bien que ce constat décrive
parfaitement la figure et le rôle de l’éditeur professionnel tel qu’il
apparaît en France et au Québec au début des XIXe et XXe siècles
respectivement, il ne rend pas tout à fait compte des activités éditoriales
spontanées, temporaires. Certes plus marginaux, ces projets souvent portés par
des éditeurs dilettantes – des libraires, critiques et intellectuels qui ne
font pas de l’édition leur priorité – ont comme impulsion fréquente un
sentiment d’urgence, de devoir à accomplir. Qu’il s’agisse de la revue
Fermaille, née (et morte) durant la grève étudiante du printemps 2012, ou des
Éditions Mithra-Mythe, fondées expressément pour la publication du célèbre
Refus global, ces entreprises ad hoc se posent ainsi en porte-voix aussi
nécessaires qu’inespérés.

L’autoédition est sans doute l’exemple le plus connu des pratiques propres à «
l’édition hors édition » (Habrand 2016). Les avancées techniques et
technologiques récentes contribuent effectivement à sa popularité, comme en
témoigne la prolifération des plateformes web mises à la portée des auteures
et auteurs (Bouquinbec, Kickstarter, Bookelis…). Mais entre l’autoédition et
l’édition professionnelle se déploie aussi un éventail d’activités moins bien
définies, qui répondent à des besoins et qui poursuivent des mandats aussi
spécifiques que ponctuels. Pensons à l’Association catholique des Voyageurs de
commerce de Trois-Rivières, qui commandite en 1935 des bandes dessinées
québécoises afin de lutter contre la prolifération des comics strips
américains dans les journaux de la province. Pensons encore aux libraires
Bernard Amtmann et Jean Gagnon, qui publient à l’occasion revues et catalogues
dédiés à la promotion et à la diffusion du livre ancien au Canada (Short-Title
Catalogue of Canadiana, Abacus, Canadian Notes and Queries, Les Cahiers de
bibliologie). Citons enfin le cas de la Société Saint-Jean Baptiste de
Montréal, qui revêt temporairement le chapeau d’éditeur littéraire pour
encourager, à l’aide de concours tenus de 1916 à 1919, l’émergence de la
littérature québécoise.

En se penchant sur les pratiques qui ont cours en marge des trois modes de
publication traditionnels (l’édition professionnelle, l’autoédition et
l’édition à compte d’auteur; BAnQ 2019), ce colloque a donc pour objectif
d’analyser les structures éditoriales provisoires, éphémères, et leur
production imprimée afin de comprendre comment elles s’insèrent dans
l’histoire de l’édition.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un des trois axes
suivants, entre autres :


1. Les agents


•        Quel est le profil des éditrices et éditeurs occasionnels? Comment
leur parcours professionnel ou personnel les conduit-il à l’édition?
•        Qui sont les auteures et auteurs qui profitent des structures
éditoriales improvisées? Dans quelles sphères évoluent-ils (politique,
littéraire, scolaire, journalistique, etc.)? Pourquoi confient-ils leurs
textes à des éditeurs plus ou moins expérimentés?
•        Quels sont les agents (maquettiste, imprimeur, distributeur) qui se
chargent de la confection matérielle et de la diffusion-distribution des
imprimés?
•        Comment se déroulent les relations entre agents impliqués dans
l’édition de fortune et de nécessité? Les auteurs et éditeurs entretiennent-
ils des rapports bienveillants ou conflictuels?

2. Les publications


•        Comment le paratexte est-il influencé par ces pratiques éditoriales?
La qualité matérielle des ouvrages est-elle affectée? Le discours paratextuel
adopte-t-il une forme et un contenu particuliers?
•        Quels sont les supports (le livre, le journal, le fascicule) et les
genres (le roman, l’essai, l’article) privilégiés par les éditeurs de fortune?
Les choix faits à cet égard sont-ils contraints par les ressources humaines et
financières dont disposent les producteurs?
•        Quel est l’impact de ces pratiques éditoriales sur le contenu des
publications? Ce dernier est-il le résultat d’une plus grande liberté octroyée
aux auteures et auteurs? Souffre-t-il de l’inexpérience de l’instance
éditoriale?

3. Les catalyseurs

•        Quels sont les mandats (culturels, professionnel), les idéologies
(religieuses, politiques, identitaires) et les événements sociaux et
politiques qui motivent ces pratiques éditoriales?
•        L’édition de fortune et de nécessité relève-t-elle d’initiatives
personnelles, institutionnelles, gouvernementales, etc.?
•        Quelles sont les ambitions des producteurs? Entre le simple passe-
temps et la tentative (ratée ou réussie) d’entrer dans le milieu de l’édition,
où se rangent leurs pratiques?

Les propositions de communications en français, comprenant un titre, un résumé
d’environ 300 mots et une courte notice biographique, doivent être envoyées
par courriel à Philippe Rioux (philippe.rioux@usherbrooke.ca) et Anthony
Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca) avant le 1er août. Les communications
d’une durée de 20 minutes seront suivies d’une période de questions de 10
minutes.

Les participantes et participants devront être membres de l’AQÉI avant la
journée scientifique. Veuillez consulter le site internet de l’AQÉI pour toute
information concernant le processus d’adhésion ou d’inscription.

Organisateurs :

Anthony Glinoer, professeur, Université de Sherbrooke
Philippe Rioux, stagiaire postdoctoral, Université de Sherbrooke

Bibliographie indicative :

Bernier, Stéphanie, Drouin, Sophie et Josée Vincent (dir.), Le livre comme
art. Matérialité et sens, Québec, Éditions Nota Bene, 2013.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Petit guide de l’autoédition au
Québec. Quand l’auteur devient éditeur, Québec, 2019.

Bouvaist, Jean-Marie et Jean-Guy Boin, Du printemps des éditeurs à l’âge de
raison. Les nouveaux éditeurs en France (1974-1988), Paris, La Documentation
française – Sofedis, 1989.

Brogowski, Leszek, Éditer l’art : le livre d’artiste et l’histoire du livre,
Chatou, Éditions de la Transparence, 2010.

Coupry, François, L’Anti-éditeur, Paris, Éditions Hallier, 1976.

Darnton, Robert, Édition et Sédition. L’univers de la littérature clandestine
au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « nrf essais », 1991.

Dony, Christophe, Habrand, Tanguy et Gert Meesters (dir.), La bande dessinée
en dissidence / Comics in Dissent, Liège, Presses Universitaires de Liège,
2014.

Durand, Pascal et Yves Winkin, « Des éditeurs sans édition. Genèse et
structure de l’espace éditorial en Belgique francophone », Actes de la
recherche en Sciences sociales, vol. 130, n° 1, 1999, pp. 48-65.

Habrand, Tanguy, « L’édition hors édition : vers un modèle dynamique.
Pratiques sauvages, parallèles, sécantes et proscrites », Mémoires du livre /
Studies in Book Culture, vol. 8, no 1, automne 2016,

https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2016-v8-n1-memoires02805/1038028ar/.

Labonté, Mélissa, Faire maille. L’engagement poétique de la revue Fermaille au
printemps 2012, Québec, L’instant même, « Trajectoire », 2017.

Lacroix, Michel, « Sociopoétique des revues et l’invention collective des
« petits genres » : lieu commun, ironie et saugrenu au “Nigog” et à “La Nouvelle
Revue française” », Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 4, no 1,
2012.

Michon, Jacques (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe
siècle. Tomes I-III, Montréal, Fides, 1999, 2004, 2010


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.