Parution – “Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu”

Cécile VANDERPELEN-DIAGRE,
Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres

En Belgique francophone, dans le dernier quart du XIXe siècle, émerge un groupe d’hommes de lettres revendiquant haut et fort son attachement religieux. S’opposant aux partisans de l’art pour l’art, il défend l’art pour Dieu. Sans renâcler, il participe aux entreprises de rechristianisation entamées par l’Église et se plie, dans sa grande majorité, aux interdits et aux impératifs de l’institution.

Si, à leurs débuts, ces écrivains annoncent une volonté de s’ouvrir à la modernité artistique, leurs dispositions se modifient considérablement après la Première Guerre mondiale. Le paysage politique étant profondément bouleversé (suffrage universel masculin, entrée des socialistes au gouvernement, etc.) il conviendra dorénavant de défendre les orientations conservatrices.

Cependant, les grandes crises que traverse le monde catholique dans l’entre-deux-guerres transforment les enjeux et obligent constamment ces auteurs à redéfinir leurs positions. Comment réagiront-ils à la montée du rexisme, à l’émergence du mouvement ouvrier, et aux revendications séparatistes flamandes ?

Cet ouvrage, fruit d’une thèse de doctorat en histoire, permet d’éclairer les liens de ces écrivains, aujourd’hui méconnus, avec le pouvoir politique, les autorités cléricales, les groupes de pressions et les institutions artistiques. Figures dominantes de la vie sociale et culturelle du pays jusque dans les années 1950, ces auteurs ont occupé des places fortes dans les maisons d’édition, la radio, la presse et les instances de consécration littéraire, notamment l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Les oeuvres qu’ils créent véhiculent naturellement leurs a priori éthiques (patriotisme, traditionalisme, attachement à la terre) Arc-boutés sur des thèmes et sur des styles qui leur sont propres, ces auteurs tentent la synthèse entre une vision politique et philosophique du monde, marquée par les peurs du temps, tout en ambitionnant la reconnaissance de Paris.

La question de l’engagement est omniprésente, charriant avec elle les tensions d’individus tiraillés entre l’adhésion à un dogme religieux et la liberté créatrice.

Bruxelles, CEGES-Editions Complexe, coll. “Histoires contemporaines”

ISBN: 2-8048-0025-3
Prix: 24,90
Diffuseur: Vilo (France) et Nouvelle Diffusion (Belgique)

Cécile Vanderpelen-Diagre est chercheuse pour le Collectif interuniversitaire d’études sur le littéraire, à l’Université libre de Bruxelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.