Appel à contributions – « Pour une approche intégrée de la francophonie »

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

Colloque de la revue Relations internationales

28 et 29 mai 2021, Université de Fribourg (Suisse)

La Francophonie : espace de circulations transnationales 

dans un monde global et connecté (fin XIXe-XXe s.)

Présente sur tous les continents, sans exception, et progressivement institutionnalisée à partir des années 1960, la Francophonie doit être interrogée dans ses multiples interactions, culturelles, bien sûr, mais aussi économiques, politiques, stratégiques et militaires. En effet, les enjeux, les choix voire les dominations linguistiques ou culturels s’appuient aussi, et peut-être surtout, sur la défense d’intérêts politiques, stratégiques, économiques et commerciaux. Espace de circulations transnationales et de confrontations, la Francophonie doit s’appréhender historiquement dans la diversité de ses acteurs, associatifs, gouvernementaux et intergouvernementaux, parlementaires, scientifiques, médiatiques, artistiques, issus des collectivités territoriales ou de la société civile. 

La Francophonie a contribué au développement de nouvelles formes de diplomaties, notamment au sein des sociétés civiles, des parlements et des collectivités territoriales. En sens inverse, son émergence politico-institutionnelle au temps des décolonisations a été stimulée et accompagnée par divers élans culturels issus de régions francophones dites « périphériques », qui ont débouché sur la création d’un espace de circulations transnationales et favorisé l’institutionnalisation du fait francophone. Consécutivement, de nouvelles coopérations multilatérales francophones ont été mises en place, notamment dans le cadre des opérations de maintien de la paix, et certaines des formes culturelles plus traditionnelles de l’action francophone ont été renouvelées, notamment dans le combat porté par l’UNESCO en faveur de la diversité des cultures à l’heure d’une mondialisation accélérée. Cet élargissement des domaines de la coopération internationale francophone pose la question de la place de la langue français dans les institutions multilatérales, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, comme de ses effets plus globaux sur les relations internationales, réels ou supposés. 

Dans le champ des relations internationales contemporaines, comment se sont articulés les enjeux d’une géopolitique des langues marquée par des relations de pouvoir durant la période coloniale et postcoloniale ? Comment ont évolué ces rapports de pouvoir dans les échanges qui se sont multipliés au travers de réseaux structurant le champ culturel francophone, du monde académique aux réseaux sociaux, en passant par les secteurs plus classiques de la littérature, du théâtre, du cinéma ou de la chanson, eux aussi mis sous tension par les nouvelles concurrences propres aux industries culturelles et médiatiques ?

Fondé sur ces questions de base, ce colloque de la revue Relations internationales (https://www.puf.com/collections/Revue_relations_internationales) a vocation à étudier l’histoire de la Francophonie, de la fin du XIXe siècle à nos jours, des réseaux, des échanges et des institutions que le partage de la langue française a produits, mais aussi des tensions et des crises qu’elle a fait naître ou qu’elle a eu à gérer. Première pierre d’une histoire globale et connectée de la Francophonie issue de regards scientifiques croisés et critiques, le colloque sera organisé à l’Université de Fribourg (Suisse), en partenariat avec le Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie (https://www.ceqf.ch/) et l’Institut international pour la Francophonie 2IF de l’Université de Lyon (https://2if.universite-lyon.fr/institut-international-pour-la-francophonie). Les contributions sollicitées pour ce colloque pourront en particulier toucher les problématiques générales suivantes :

·      Une histoire globale de l’espace francophone est-elle possible ? Le monde francophone dans la globalisation entre réinvention, adaptation et résistance

·      Francophonie et multilatéralisme : acteurs, réseaux, synergies et concurrences

·      La Francophonie au prisme des études postcoloniales : une relecture

·      Pluriculturalisme et francophonie, quelle gestion et quelle diversité dans les politiques de langues ? 

·      Les réseaux culturels francophones : un espace de création et de médiation dépassé ou en devenir ? (littérature, chanson, théâtre, arts vivants, …)

·      Du français à la « langue monde » ? Evolution de la présence francophone dans les réseaux sociaux et sur les autoroutes de l’information

·      Le fait francophone au miroir du monde : images, représentations, perceptions

·      Le français, une langue d’affaires ? Le rôle d’acteurs économiques, financiers et commerciaux dans l’évolution des industries culturelles et médiatiques 

Les propositions de communication avec résumé de 300 mots max. et CV des contributrices et contributeurs sont à envoyer jusqu’au 31 décembre 2020 à l’adresse suivante, avec mention « Colloque Relations internationales » : ceqf@unifr.ch

A noter que les communications feront l’objet d’une publication in extenso dans la revue Relations internationales et d’un résumé posté sur le site de l’Institut international pour la Francophonie 2IF. À cet effet, les textes présentés et leur résumé seront demandés rapidement après le colloque aux contributrices et contributeurs. 

APPEL à CONTRIBUTIONS

 

Colloque de la revue Relations internationales

28 et 29 mai 2021, Université de Fribourg (Suisse)

La Francophonie : espace de circulations transnationales 

dans un monde global et connecté (fin XIXe-XXe s.)

Présente sur tous les continents, sans exception, et progressivement institutionnalisée à partir des années 1960, la Francophonie doit être interrogée dans ses multiples interactions, culturelles, bien sûr, mais aussi économiques, politiques, stratégiques et militaires. En effet, les enjeux, les choix voire les dominations linguistiques ou culturels s’appuient aussi, et peut-être surtout, sur la défense d’intérêts politiques, stratégiques, économiques et commerciaux. Espace de circulations transnationales et de confrontations, la Francophonie doit s’appréhender historiquement dans la diversité de ses acteurs, associatifs, gouvernementaux et intergouvernementaux, parlementaires, scientifiques, médiatiques, artistiques, issus des collectivités territoriales ou de la société civile. 

La Francophonie a contribué au développement de nouvelles formes de diplomaties, notamment au sein des sociétés civiles, des parlements et des collectivités territoriales. En sens inverse, son émergence politico-institutionnelle au temps des décolonisations a été stimulée et accompagnée par divers élans culturels issus de régions francophones dites « périphériques », qui ont débouché sur la création d’un espace de circulations transnationales et favorisé l’institutionnalisation du fait francophone. Consécutivement, de nouvelles coopérations multilatérales francophones ont été mises en place, notamment dans le cadre des opérations de maintien de la paix, et certaines des formes culturelles plus traditionnelles de l’action francophone ont été renouvelées, notamment dans le combat porté par l’UNESCO en faveur de la diversité des cultures à l’heure d’une mondialisation accélérée. Cet élargissement des domaines de la coopération internationale francophone pose la question de la place de la langue français dans les institutions multilatérales, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, comme de ses effets plus globaux sur les relations internationales, réels ou supposés. 

Dans le champ des relations internationales contemporaines, comment se sont articulés les enjeux d’une géopolitique des langues marquée par des relations de pouvoir durant la période coloniale et postcoloniale ? Comment ont évolué ces rapports de pouvoir dans les échanges qui se sont multipliés au travers de réseaux structurant le champ culturel francophone, du monde académique aux réseaux sociaux, en passant par les secteurs plus classiques de la littérature, du théâtre, du cinéma ou de la chanson, eux aussi mis sous tension par les nouvelles concurrences propres aux industries culturelles et médiatiques ?

Fondé sur ces questions de base, ce colloque de la revue Relations internationales (https://www.puf.com/collections/Revue_relations_internationales) a vocation à étudier l’histoire de la Francophonie, de la fin du XIXe siècle à nos jours, des réseaux, des échanges et des institutions que le partage de la langue française a produits, mais aussi des tensions et des crises qu’elle a fait naître ou qu’elle a eu à gérer. Première pierre d’une histoire globale et connectée de la Francophonie issue de regards scientifiques croisés et critiques, le colloque sera organisé à l’Université de Fribourg (Suisse), en partenariat avec le Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie (https://www.ceqf.ch/) et l’Institut international pour la Francophonie 2IF de l’Université de Lyon (https://2if.universite-lyon.fr/institut-international-pour-la-francophonie). Les contributions sollicitées pour ce colloque pourront en particulier toucher les problématiques générales suivantes :

·      Une histoire globale de l’espace francophone est-elle possible ? Le monde francophone dans la globalisation entre réinvention, adaptation et résistance

·      Francophonie et multilatéralisme : acteurs, réseaux, synergies et concurrences

·      La Francophonie au prisme des études postcoloniales : une relecture

·      Pluriculturalisme et francophonie, quelle gestion et quelle diversité dans les politiques de langues ? 

·      Les réseaux culturels francophones : un espace de création et de médiation dépassé ou en devenir ? (littérature, chanson, théâtre, arts vivants, …)

·      Du français à la « langue monde » ? Evolution de la présence francophone dans les réseaux sociaux et sur les autoroutes de l’information

·      Le fait francophone au miroir du monde : images, représentations, perceptions

·      Le français, une langue d’affaires ? Le rôle d’acteurs économiques, financiers et commerciaux dans l’évolution des industries culturelles et médiatiques 

Les propositions de communication avec résumé de 300 mots max. et CV des contributrices et contributeurs sont à envoyer jusqu’au 31 décembre 2020 à l’adresse suivante, avec mention « Colloque Relations internationales » : ceqf@unifr.ch

A noter que les communications feront l’objet d’une publication in extenso dans la revue Relations internationales et d’un résumé posté sur le site de l’Institut international pour la Francophonie 2IF. À cet effet, les textes présentés et leur résumé seront demandés rapidement après le colloque aux contributrices et contributeurs. 

Matthieu Gillabert – Claude Hauser – Pierre Journoud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.