Parce que l’analyse sociodiscursive du littéraire ne peut se faire dans des conditions de travail que l’on ne cesse de « réformer », vous trouverez ci-dessous une annonce d’intérêt scientifique général.L’auteur de la publication en question, Camille Noûs, se présente en ces termes :

« Camille Noûs » est un consortium scientifique créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique.

Ce collectif scientifique, comme Bourbaki, Henri Paul de Saint Gervais ou Arthur Besse en mathématiques, ou Isadore Nabi en biologie, prend l’identité d’une personnalité scientifique qui incarne la contribution collective de la communauté académique. Plus précisément, Camille Noûs est un individu collectif qui symbolise notre attachement profond aux valeurs d’éthique et de probation que porte le débat contradictoire, elle est insensible aux indicateurs élaborés par le management institutionnel de la recherche, elle sait ce que nos résultats doivent à la construction collective. C’est le sens du « Noûs », porteur d’un Nous collégial mais faisant surtout référence au concept de « raison » (ou « esprit » ou « intellect ») hérité de la philosophie grecque.


——————————-Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 119 de Genèses, entièrement rédigé par Camille Noûs.
Un numéro qui met en perspective les réformes actuelles de l’ESR et la résistance des enseignants chercheurs et chercheurs.
Il est téléchargeable sur CAIRN.

Bien cordialement
I. B pour le comité de rédaction de Genèses.


SOMMAIRE
Hommage à Jean-Claude Chamboredon, p. 3

POUR L’UNIVERSITÉ, POUR LA RECHERCHE

Sciences en danger, revues en lutte
Collectif des revues en lutte et Camille Noûs, p. 5

1. Contenus et acteurs des réformes

Qui dirige les machines à réformer l’université et la recherche en France ? Portraits comparés de l’Agence nationale de la recherche et de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (2005-2019)
Camille Noûs, p. 20

L’expert et le profane : qui est juge de la qualité universitaire ?
Camille Noûs, p. 51

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université
Camille Noûs, p. 73

Lingua Technicarum Instructionum. Analyse lexicale et sémantique du « Cahier des charges établi en vue de l’élargissement des compétences des universités prévu par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités »
Camille Noûs, p. 88

Normes du travail scientifique et normes du marché
Camille Noûs, p. 113

Leur recherche et la nôtre
Camille Noûs, p. 121

2. L’Europe des précaires

Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines à la fin des années 1990
Camille Noûs, p. 132

Construire son objet dans un contexte universitaire international et précaire
Camille Noûs, p. 144

Tenir ou partir. Témoignage d’un parcours doctoral et postdoctoral en Suisse
Camille Noûs, p. 161

Flexibles prestataires de services pour la science
Traduit de l’allemand par Camille Noûs, p. 169

3. Mobilisations

Engagement et distanciation à Sauvons la recherche (SLR). Une sociologue des mouvements sociaux dans l’action
Camille Noûs, p. 176

Quelle Europe pour l’Université ? Dix questions de Sauvons l’Université (SLU) aux candidats aux élections européennes (28 mai 2009)
Camille Noûs, p. 191

Slow Science – la désexcellence
Camille Noûs, p. 199

Les manifestations de casseroles de 2012 au Québec, entre réparation politique et éveil civique
Texte importé par Camille Noûs, p. 209

Des droits de grève dans l’Enseignement supérieur et la Recherche
Camille Noûs, p. 224

LECTURES

Écouter pour comprendre
(À propos de : Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Raisons d’agir, 2019)
Christian Baudelot et Camille Noûs, p. 229

(Petites) notes de lecture par gros temps
(À propos de : « Les pêcheurs dans le Maelström » (1995 [1980]), de Norbert Elias ; Le vol de l’histoire (2015 [2006]), de Jack Goody ; Dette : 5000 ans d’histoire, de David Graeber (2016 [2011] ; L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (1990 [1946]), de Marc Bloch)
Camille Noûs, p. 237

Parce que l’analyse sociodiscursive du littéraire ne peut se faire dans des conditions de travail que l’on ne cesse de « réformer », vous trouverez ci-dessous une annonce d’intérêt scientifique général.L’auteur de la publication en question, Camille Noûs, se présente en ces termes :

« Camille Noûs » est un consortium scientifique créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique.

Ce collectif scientifique, comme Bourbaki, Henri Paul de Saint Gervais ou Arthur Besse en mathématiques, ou Isadore Nabi en biologie, prend l’identité d’une personnalité scientifique qui incarne la contribution collective de la communauté académique. Plus précisément, Camille Noûs est un individu collectif qui symbolise notre attachement profond aux valeurs d’éthique et de probation que porte le débat contradictoire, elle est insensible aux indicateurs élaborés par le management institutionnel de la recherche, elle sait ce que nos résultats doivent à la construction collective. C’est le sens du « Noûs », porteur d’un Nous collégial mais faisant surtout référence au concept de « raison » (ou « esprit » ou « intellect ») hérité de la philosophie grecque.
——————————-Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 119 de Genèses, entièrement rédigé par Camille Noûs.
Un numéro qui met en perspective les réformes actuelles de l’ESR et la résistance des enseignants chercheurs et chercheurs.
Il est téléchargeable sur CAIRN.

Bien cordialement
I. B pour le comité de rédaction de Genèses.


SOMMAIRE
Hommage à Jean-Claude Chamboredon, p. 3

POUR L’UNIVERSITÉ, POUR LA RECHERCHE

Sciences en danger, revues en lutte
Collectif des revues en lutte et Camille Noûs, p. 5

1. Contenus et acteurs des réformes

Qui dirige les machines à réformer l’université et la recherche en France ? Portraits comparés de l’Agence nationale de la recherche et de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (2005-2019)
Camille Noûs, p. 20

L’expert et le profane : qui est juge de la qualité universitaire ?
Camille Noûs, p. 51

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université
Camille Noûs, p. 73

Lingua Technicarum Instructionum. Analyse lexicale et sémantique du « Cahier des charges établi en vue de l’élargissement des compétences des universités prévu par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités »
Camille Noûs, p. 88

Normes du travail scientifique et normes du marché
Camille Noûs, p. 113

Leur recherche et la nôtre
Camille Noûs, p. 121

2. L’Europe des précaires

Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines à la fin des années 1990
Camille Noûs, p. 132

Construire son objet dans un contexte universitaire international et précaire
Camille Noûs, p. 144

Tenir ou partir. Témoignage d’un parcours doctoral et postdoctoral en Suisse
Camille Noûs, p. 161

Flexibles prestataires de services pour la science
Traduit de l’allemand par Camille Noûs, p. 169

3. Mobilisations

Engagement et distanciation à Sauvons la recherche (SLR). Une sociologue des mouvements sociaux dans l’action
Camille Noûs, p. 176

Quelle Europe pour l’Université ? Dix questions de Sauvons l’Université (SLU) aux candidats aux élections européennes (28 mai 2009)
Camille Noûs, p. 191

Slow Science – la désexcellence
Camille Noûs, p. 199

Les manifestations de casseroles de 2012 au Québec, entre réparation politique et éveil civique
Texte importé par Camille Noûs, p. 209

Des droits de grève dans l’Enseignement supérieur et la Recherche
Camille Noûs, p. 224

LECTURES

Écouter pour comprendre
(À propos de : Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Raisons d’agir, 2019)
Christian Baudelot et Camille Noûs, p. 229

(Petites) notes de lecture par gros temps
(À propos de : « Les pêcheurs dans le Maelström » (1995 [1980]), de Norbert Elias ; Le vol de l’histoire (2015 [2006]), de Jack Goody ; Dette : 5000 ans d’histoire, de David Graeber (2016 [2011] ; L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (1990 [1946]), de Marc Bloch)
Camille Noûs, p. 237

-- 
Isabelle BACKOUCHE
https://academia.hypotheses.org/16706

Directrice d'Études, EHESS, Histoire urbaine. Les territoires d’une capitale, XIXe-XXe siècles
Centre de Recherches Historiques (CRH, UMR 8558)
54, Bd Raspail, 75006 Paris
Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l'îlot insalubre au secteur sauvegardé, Paris, Créaphis, collection Lieux habités, 2019
https://www.faire-savoirs.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.