Parution – Territoires de la non-fiction. Cartographie d’un genre émergent

Alexandre Gefen (dir.), 

Territoires de la non-fiction. Cartographie d’un genre émergent, 

Brill/Rodopi, collection « Chiasma », 2020, Volume: 46.

Si les siècles qui précédaient avaient vu le couronnement du roman, la littérature du XXIe siècle débute avec le triomphe du document : écritures de voyage, d’investigation, enquêtes judiciaires ou ethnologiques, autobiographies, factographies, factions, rapports et enregistrements littéraires, et autres formes de récits refusant de se dire fictions occupent nos librairies : émerge sous nos yeux une toute nouvelle littérature d’information, de témoignage, d’inventaire ou de documentation. Or ces textes ne se contentent pas de déjouer les critères des classements des bibliothèques et d’intriguer les théoriciens du récit, ils modifient profondément les catégories du littéraire et imposent leur poétique propre. C’est dire si l’heure est à inventorier et à comprendre les territoires de la non-fiction, genre capital de notre contemporain. 

If the previous centuries had seen the crowning of the novel, the literature of the 21st century begins with the triumph of the document: travel writings, investigative, criminal or ethnological investigations, autobiographies, “factographies”, factions, literary reports and recordings, and other forms of narrative that refuse to call themselves fictions occupy our bookstores : a whole new literature of information, testimony, inventory or documentation is emerging before our eyes. Yet these texts not only thwart the criteria of library classifications and intrigue narrative theorists, they also profoundly modify the categories of the literary and impose their own poetics. In other words, the time has come to inventory and understand the territories of non-fiction, the capital genre of our time.

Lire dans l’Atelier de théorie littéraire un extrait de l’ouvrage…

Table des matières

Alexandre Gefen, Introduction

Les précurseurs d’un genre

Maryline Heck, « Écrire l’instant »

Gaspard Turin, « Édouard Levé, entre fiction et non-fiction »

Anne Coudreuse ,« “ Toutes les images disparaîtront ” »

La question du réel 

Claude Perez, « Subjectiver le document ? »

Laurent Demanze, « Portrait de l’écrivain contemporain en enquêteur »

Cornelia Ruhe, « L’“ exofiction ” entre non-fiction, contrainte et exemplarité »

Dominique Viart, « Légitimité et illégitimité des écrivains de terrain »

Frank Wagner, « Récits de la frontière »

Marie-Jeanne Zenetti, « Littérature contemporaine : un “ tournant documentaire ” »

Morgane Kieffer, « Dire le vrai par le faux »

Expérimentations de l’extrême contemporain

Isabelle Danguy, « Science et non-fiction : Le Chat de Schrödinger »

Yona Hanhart-Marmor, « Poétiques de la voix chez Emmanuel Carrère et Olivier Rolin »

Bruno Thibault, « L’imitation de Jésus-Christ »

Nenad Ivic, « La guerre civile des noms : histoire/littérature/document »

Yaelle Sibony-Malpertu, « Valérie Valère et la colère du sujet »

Francophonie nord-américaine

Sophie Letourneau, « Petit tour d’horizon du Québec et de sa non-fiction »

Eva Voldřichová Beránková, « La trilogie 1984 d’Éric Plamondon »

Croisements génériques

Barbara Metais-Chastanier, « Éthique, esthétique et politique des théâtres de la non-fiction »

Louis Dubost, « Recomposer le néo-polar à l’épreuve de la géopolitique »

Jean-Luc Martinet, « “Cette conformité organique de nos écrits” »

Le rapport à l’image

Henri Garric, « Récits d’expérience : raconter et dessiner la maladie »

Maxime Hureau, « Essai et industries culturelles »

Dominique Vaugeois, « Se situer pour s’instituer »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.