Parution : A. Wrona et M.-E. Thérenty (dir.), « L’écrivain comme marque »

Parution : Adeline Wrona et Marie-Ève Thérenty (dir.), L’écrivain comme marque, Sorbonne Université Presses.  Si l’on voit pourquoi Nespresso dépense une fortune pour faire de Georges Clooney son ambassadeur what else, il est peut-être plus difficile de comprendre le gain que la marque espère tirer de l’association avec un écrivain comme David Foenkinos, publié dans la prestigieuse collection « Blanche » chez Gallimard. Et si le profit escompté par l’écrivain est uniquement financier, alors comment comprendre que Victor Hugo accepte que son nom soit utilisé gratuitement par une marque d’encre ? Les liens entre la littérature et les stratégies de marque sont étroits, complexes et anciens comme en témoigne la construction de marques-auteurs par le symboliste Remy de Gourmont ou par le romancier contemporain Guillaume Musso. Ce livre propose d’utiliser des notions venues de l’analyse des médias et du marketing pour expliquer des pratiques d’écrivains (autopromotion, médiatisation, produits dérivés) et des stratégies d’éditeurs du XIXe siècle à aujourd’hui. L’ouvrage, rédigé par des chercheurs issus de plusieurs disciplines, prend en compte l’ensemble des médias (presse, télévision, internet) en montrant comment l’écrivain s’adapte à l’évolution des contextes culturels et marchands. Sur le site de l’éditeur :https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/lettres-francaises/lecrivain-comme-marque

Table des matières Introduction, par Marie-Ève Thérenty et Adeline Wrona

Première partie : Dispositifs juridiques et logiques symboliques : le marketing d’auteur
Matthieu Letourneux, « Gérard de Villiers présente : marque déposée et auctorialité architextuelle »
Sarah Mombert, « La marque Alexandre Dumas »
Valérie Jeanne-Perrier, « Une coquette conquête de la visibilité par Tatiana de Rosnay ou les cheminements contraints des figures de l’écrivain sur les réseaux sociaux »
Caroline Marti, « Plasticité et résistance à la “mise en marque” de l’écrivain »

Deuxième partie : L’auteur mis en marque
Marie-Ève Thérenty, « Marque auteur vs marque éditeur : Minuit, une maison terriblement marquée »
Sylvie Ducas, « L’écrivain contemporain entre marque et label, branding et storytelling : lalittérature à quel(s) prix ? »
Ambre Abid-Dalençon, « La “marque écrivain” au service du brand content »
Olivier Aïm et Annelise Depoux, « L’écrivain à l’enseigne de la ville : logiques sigillaires de valorisation des territoires »
Adeline Wrona, « Orhan Pamuk, marque stambouliote ? Le Musée de l’innocence, ou quand l’écrivain est à vendre »

Troisième partie : Images de marque
Jérôme Meizoz, « Postures d’auteur à l’ère médiatique : présentation de soi ou autopromotion ? »
Ruth Amossy, « Ethos, image d’auteur, marque »
Yoan Vérilhac, « Hoc signo vinces : le pur poète symboliste comme marque ? »
Galia Yanoshevsky, « Potentiel et actualisation du branding dans l’entretien littéraire : le cas d’Amos Oz »
Oriane Deseilligny, « Le geste de l’auteur, la marque de l’écrivain sur Facebook »
Florence Vinas-Thérond, « Remue.net, tierslivre.net, publie.net, nerval.fr, @fbon : l’ereputation de François Bon »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.