Parution – « Sociologie de la médiation littéraire »

Chers lecteurs,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’un nouveau numéro de RELIEF, consacré à la sociologie de la médiation littéraire. Nous vous invitons à consulter la table des matières ci-dessous, puis à visiter notre site web pour lire les articles qui vous intéressent.
Pour l’été 2021, nous préparons un numéro spécial sur la (Re)Traduction des classiques français. Vous trouverez l’appel à contributions ci-dessous ; n’hésitez pas à nous faire parvenir vos propositions d’articles.
En dehors des thématiques que nous vous proposons, vous pouvez nous présenter des soumissions libres à travers notre site, cliquez ici pour en savoir plus
Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre revue,
L’équipe éditoriale de RELIEF.
  L’équipe éditoriale de RELIEF

RELIEF 14.2: Sociologie de la médiation littéraire

Édité par Maaike Koffeman et Olivier Sécardin

Dans ce dossier thématique de RELIEF, une dizaine de chercheurs présentent des études de cas qui démontrent et analysent la dynamique des rapports entre auteurs, acteurs, institutions et lec­teurs. Tout en reconnaissant l’importance des médiateurs traditionnels et des lieux de socia­bi­lité et d’échange plus ou moins institutionnalisés, ce numéro explore également les nouvelles formes et discours de médiation littéraire qui sont en train d’émerger en ligne, notamment en ce temps de confinement et de distanciation sociale. Pour clore ce dossier thématique, nous proposons deux interviews consacrés aux coulisses de deux instances de médiation littéraire au sein du champ littéraire de la Belgique francophone.

Articles
Maaike Koffeman et Olivier Sécardin, Introduction : Pour une généalogie sociocritique de la médiation littéraire
Barbara Dimopoulou, Le catalogue des Éditions Allia à la lumière de la notion borgésienne de « Bibliothèque »
Corinne Abensour et David Galand, La médiation éditoriale de la poésie : le cas de la collection « Poésie » chez Gallimard
Barbara Bellini, Les conditions du succès. La médiation éditoriale d’Emmanuel Carrère en France
Marys Renné Hertiman, La valorisation du travail des femmes dans la bande dessinée : entre médiation, remédiation et mobilisation
Eve Rouxel, Bilinguisme scolaire et médiation littéraire dans les salons et festivals du livre jeunesse : le cas de la littérature de jeunesse en langue bretonne
Justine Huppe, « Faire cailler l’annexion l’annexion de la recherche-création à l’économie libérale » : hypothèses théoriques sur les masters universitaires en écriture créative
Laurianne Perzo, L’atelier d’écriture théâtrale comme pratique de médiation entre création littéraire et phénomène social : quand le fait littéraire émerge du fait social
Anne-Claire Marpeau, YouTube, un nouvel acteur pédagogique pour la littérature ?
Marie-Clémence Régnier, Un Texte Un jour : applications littéraires et blog dédiés en faveur de la médiation des classiques
Charlène Clonts, Médiations poétiques à l’ère du confinement : quelques exemples belges et français
 
Entretiens
Jan Baetens, « Espace Nord », une collection de littérature belge de langue française : Entretien avec Tanguy Habrand
Camille Van Vyve, L’exposition littéraire comme constellation. Entretien avec Christophe Meurée (Archives & Musée de la Littérature)
 
Comptes rendus
Sjef Houppermans, Mark Lapprand, Pourquoi l’Oulipo ?
Manet van Montfrans, Nicolaas van der Toorn, Le Jeu de l’ambiguïté et du mot. Ambiguïté intentionnelle et Jeu de mots chez Apollinaire, Prévert, Tournier et Beckett

(Re)Traduire les classiques français

Éditeurs : Marc Smeets et Maaike Koffeman

 
Les traductions vieillissent-elles ? Ou est-ce, comme l’écrit Henri Meschonnic, plutôt la pensée du langage qui vieillit ? Et quel est le rôle que joue l’éditeur dans l’édition / la réédition d’un classique ? Ce numéro de la revue RELIEF sera consacré à la (re)traduction des œuvres classiques françaises dans différentes langues, avec une attention particulière pour le néerlandais, l’allemand et l’anglais.
Possédant une valeur culturelle et symbolique importante, le texte classique semble constituer une source éditoriale et commerciale sûre. De ce fait, il donne souvent lieu à de multiples rééditions et retraductions, qui se présentent – bon gré mal gré – comme étant « meilleures » que leurs prédécesseurs (du point de vue de l’innovation et du modèle dominant, s’entend). Considérer la retraduction comme une réponse au vieillissement textuel, Yves Gambier (2011) l’a bien souligné, serait une perspective beaucoup trop simpliste.
Dans ce numéro de RELIEF, nous aimerions présenter une vision plus nuancée sur la (re)traduction des classiques français. Nous invitons les auteurs à proposer des articles qui – plutôt que d’analyser les (re)traductions d’un point de vue purement textuel – prennent en compte le contexte culturel, économique et institutionnel dans lesquels elles évoluent. Les angles d’approche à considérer comprennent :

  • La position du traducteur dans le champ littéraire 
  • Le rôle des médiateurs culturels dans la réalisation des traductions 
  • Les structures institutionnelles qui soutiennent la publication de traductions 
  • L’évolution du marché du livre et les attentes du public 
  • Les stratégies éditoriales et économiques des maisons d’édition 
  • La réception des traductions 

Date limite pour l’envoi des propositions : le 1er janvier 2021. Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (environ 6000 mots) avant le 1er mars 2021.
Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots, accompagnée d’une brève notice biobibliographique, à revuerelief@gmail.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.