Parution – Thomas Frank, « Le philosophe dans l’atelier. Sartre et Giacometti en miroir »

Thomas FRANCK, Le philosophe dans l’atelier. Sartre et Giacometti en miroir, Liège, Presses Universitaires de Liège, coll. « Essai », 2021.

1941. France occupée. Deux hommes se rencontrent à la terrasse de chez Lipp, un café de Saint-Germain-des-Prés. L’un est un artiste en plein doute, héritier du surréalisme, l’autre un philosophe en devenir, sur le point de s’imposer comme une figure dominante de la pensée française. Près d’un quart de siècle plus tard, une brouille les oppose. Chacun a derrière lui une oeuvre monumentale et jouit, dans son domaine, d’une notoriété incontestable. Entre ces deux moments, une amitié profonde s’est nouée, faite de convergences, de distances et d’échanges tant personnels qu’intellectuels. La pensée et l’oeuvre qu’ils ont mûries au cours de ces années se sont réalisées en se confrontant à une même conjoncture historique et sociale et en puisant leurs armes dans une sociabilité à de nombreux égards commune. Jean-Paul Sartre et Alberto Giacometti se rejoignent sans jamais se confondre. Bien qu’ils soient deux penseurs de la liberté, de la recherche artistique et philosophique ininterrompue, de l’homme en situation, ils ne cessent de se mettre mutuellement à l’épreuve. Tous deux s’enrichissent et se singularisent dans la confrontation à l’autre.
En réunissant en constellation différents concepts philosophiques qui sont propres au milieu dans lequel gravitent Sartre et Giacometti – de la contingence à l’engagement –, cet essai propose de relire en miroir deux oeuvres essentielles de la pensée du XXe siècle. Le dialogue critique qui s’en dégage offre plusieurs clefs d’analyse pour l’exercice d’une pensée philosophique, artistique et politique.

Thomas FRANCK est chargé de recherche à La Cité Miroir et collaborateur scientifique à l’Université de Liège où il a réalisé sa thèse de doctorat. Il est l’auteur de Lecture phénoménologique du discours romanesque (Lambert-Lucas, 2017) et prépare la publication d’Adorno en France. La constellation « Arguments » comme dialogue critique aux Presses Universitaires de Rennes.

Table des matières :

Ouverture

Chapitre premier – L’expérience de la contingence        

La pierre brute : naissance du phénomène   

De la dilution de l’objet à sa présence          

L’angoisse du sujet révélée par l’objet         

Deuxième chapitre – Situations de l’artiste          

Premiers mouvements dans le paysage natal

Le socle : quand le sujet s’extrait de la matière       

La liberté en situation : une notion éminemment politique 

Troisième chapitre – L’être-vers-la-mort  

De la mort de Van M. à l’expérience de la guerre   

Mise en branle de l’équilibre des corps        

Sartre, Giacometti et le Nouveau Roman : corps décharnés, corps mutilés

L’épisode des Mots : l’éternel retour et le doute radical      

Quatrième chapitre – Sartre et Giacometti en revues

De La NRF à Critique : multiplication des sociabilités parisiennes

De « La Recherche de l’absolu » aux « Peintures de Giacometti » 

Visages des Temps modernes

Cinquième chapitre – Le corps, espace intersubjectif     

De l’importance du pied comme partie d’un tout    

Du visage à la silhouette (et retour)  

La synthèse du corps, entre émotion et chair sensible         

Sixième chapitre – Engagement artistique et engagement politique     

Idéaux révolutionnaires et critique de la bourgeoisie

À propos des différents régimes communistes et des processus de décolonisation

Rompre avec les institutions et avec la division du travail artistique          

Engagement par l’art et engagement de l’art

Relances        

Bibliographie
URL : http://www.presses.uliege.be/jcms/c_22785/le-philosophe-dans-latelier-sartre-et-giacometti-en-miroir


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.