Appel à contribution – « Drogues et sens altéré(s) »

Appel à contribution · Revue Cygne noir, 9 : Drogues et sens altéré(s).

 

Nos capacités sensorielles sont au fondement de l’expérience et de la compréhension que nous avons du monde dans lequel nous vivons et que nous contribuons à forger. Mais alors, un dérangement de nos sens implique-t-il automatiquement une altération du sens? En ouvrant « les portes de la perception », la drogue permet-elle de déboucher sur de nouveaux régimes sémiotiques, d’entrevoir d’autres modalités de signification? C’est ce que le jeu de mots présent dans le titre de cet appel voudrait suggérer. Celui-ci est toutefois double et voudrait aussi laisser entendre que la drogue, et les substances hallucinogènes en particulier, seraient le corollaire d’une soif de sens induite par une altération des sens (« altéré » est alors entendu en opposition à « désaltéré », dont l’usage est plus fréquent dans la langue). Les drogues psychédéliques auraient ce pouvoir particulier de susciter un désir et une curiosité à l’égard de notre environnement signifiant, dans la foulée de l’expérience de désordre (relatif) qu’elles donnent à vivre.

 

Cet appel invite les chercheuses et chercheurs à s’intéresser non seulement aux implications sémiotiques de l’usage des drogues (perception, créativité, schèmes de connaissance, rapport à soi et aux autres, etc.), mais également à tout phénomène médiatique ou communicationnel se rapportant à leur existence et à leur circulation (licite ou illicite) au sein des sociétés historiques ou contemporaines. Tant les pratiques que les représentations constituent des objets d’intérêt. On pourra s’intéresser aux formes, aux modes de production, d’échange et de consommation des drogues, c’est-à-dire à toutes les sous-cultures qui se rattachent à elles (et les codifications qu’elles impliquent). Les diverses tentatives de catalogage des substances et de leurs effets représentent aussi un intérêt certain. Sachant que les drogues ont accompagné le développement des sociétés humaines depuis des millénaires, il peut être intéressant de se pencher sur le rôle qu’ont pu jouer les plantes psychoactives (café, coca, peyotl, datura, ergot de seigle, etc.) dans le développement de la conscience humaine et de la religiosité. Leur place dans l’histoire militaire est notable également. Plus près de nous, la contre-culture anglo-saxonne apparaît comme un foyer d’influence tout particulièrement important, ayant essaimé largement. Les représentations tirées de la littérature (les exemples sont nombreux) ou des productions audiovisuelles (cinéma, séries télé) constituent autant de cas d’étude à explorer. La drogue comme muse des artistes peut également être étudiée. Enfin, les formes d’abus et les phénomènes d’addiction constituent aussi des phénomènes dignes d’intérêt, d’autant plus que la drogue peut prendre ici une dimension métaphorique pour aborder divers cas de dépendance et d’excès.

 

 

Date limite pour soumettre une proposition : 15 avril 2021.

 

Consultez tous les détails de l’appel ici : http://www.revuecygnenoir.org/contenu/appel-a-contribution

Simon Levesque
Directeur de publication
Cygne noir, revue d’exploration sémiotique

Université du Québec à Montréal
http://revuecygnenoir.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.