Parution du n°7 de la revue « Biens symboliques/Symbolic Goods » : « Lire en numérique/Digital Readings »

Dossier : Lire en numérique

Résumé :
Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’_expression_ de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte. Cécile Rabot Ce que le numérique fait à la lecture. Distinguer les supports, questionner les usages Cécile Rabot et Roger Chartier De l’imprimé au numérique : une révolution de l’ordre des discours. Entretien avec Roger Chartier Gérard Mauger Le numérique : une révolution dans les pratiques de lecture ? Une enquête sur les grand·e·s lecteur·rice·s Stéphanie Kellner Lire des classiques sur liseuse en bibliothèque municipale. Une expérience qui fait long feu Emmanuelle Guittet « Moi, il me faut du papier ». Analyse d’une difficile et inégale conversion des lecteurs et lectrices de romans au numérique Philippe Chevallier Les évolutions de l’usage savant du patrimoine documentaire en ligne
Nolwenn Tréhondart Quand la bande dessinée « tient salon » sur Instagram. L’exemple d’Été, entre contraintes de production et enjeux d’appropriation
Traduire
Lucy Garnier Traduire les sciences humaines et sociales du français vers l’anglais. Enjeux, défis et apports

(Re)lire
Lilas Bass Écrivain·e·s et historien·ne·s face à Mai 68 : mutations et permanences de l’ethosprofessionnel et des logiques de champ Note critique sur Boris Gobille (2018). Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires (Paris, CNRS Éditions) et Agnès Callu (dir.) (2018). Le Mai 68 des historiens (Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion)

Digital readings

Abstract

Despite the growing number of writings on digital technology and its effects on culture, they remain insufficient if we wish to understand what effect digital media has on ordinary literary reading. Whether optimistic or concerned, the discourse tends to point out either the possibilities opened up by new mediums or the threats they represent. Neuroscience appears to support both positions, depending on how data are interpreted; it usually offers only a limited understanding, as it seldom integrates social variations, and rarely places use within the framework of a practice and context. Information and communication sciences are more concerned with devices and the uses and users they presuppose, or favour, rather than their actual use. Public statistics measure uses without being able to account for them. This Symbolic Goods dossier sets out to reintegrate reading into the perspectives offered by both the history of books and social science. Moving away from the mainly ideological debates that pit old against new, it wishes to unite empirical studies that identify mediums while also taking social variations into consideration. This dossier starts with an interview with Roger Chartier, who situates digital reading in the long-term context of the history of writing, and questions the rupture that digital technology has brought about for books. Three sociological investigations on ordinary reading practices then put this question to the test through fieldwork. What changes when a text passes from print to screen; or for readers socialized in the order of books who become digitally adept and try out an e-reader device, or conversely cannot imagine that the advantages of paper books could be transposed digitally? The dossier finally explores some actual uses that digital technology permits, from ordinary erudite practices which use a digitized corpus, to reading/commenting practices of an originally digital graphic novel literary production. If one can indeed speak of the “metamorphosis of the reader,” an _expression_ coined by Pierre Assouline, where is this situated? Without claiming to cover all aspects, this dossier aims to show the benefits of empirical study on a question about which much has been written, but that remains largely unanswered. Cécile Rabot Reading Under Digital Constraints. Media and Usage Cécile Rabot et Roger Chartier From Print to Digital: A Revolution in the Order of Speeches. An Interview with Roger Chartier Gérard Mauger Digital Media: A Revolution in Reading Practices? Investigating Avid Readers Stéphanie Kellner Reading Classics on Electronic Readers in Municipal Libraries. A Long-Lasting Experiment Emmanuelle Guittet “Me—I Need Paper”. Analysis of Novel Readers’ Difficult and Unequal Adoption of the Digital Format Philippe Chevallier Developments in the Scholarly Use of Digital Archive Material Nolwenn Tréhondart When Comics Become “Literary Salons” on Instagram. The Example of Été:Between Production Constraints and Issues of Appropriation

Research in TranslationLucy Garnier Translating the Social Sciences and Humanities from French to English. Key Issues, Challenges, and Benefits
LibraryLilas Bass Writers, Historians and May ’68: Changes and Continuities of Professional Ethos and Field Logics. Critical Analysis on Boris Gobille (2018), Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires (Paris, CNRS Éditions) and Agnès Callu (ed.) (2018). Le Mai 68 des historiens (2018) (Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.