Séminaire “Esthétique et économie politique”

Dans le cadre des conférences du Collège international de philosophie (CIPh), vous êtes conviés à participer au séminaire « Esthétique et économie politique » donné par Éric Méchoulan à l’Université de Montréal. Professeur et directeur du département d’Études françaises, Éric Méchoulan est également directeur de programme au Collège international de Philosophie. Deux invités Christian Trottmann (U. de Tours et directeur au CIPh) et Éric Lecerf (U. Paris VIII) animeront, à leur tour, deux séances.

Ouvert à des gens d’horizons divers, le séminaire se veut le lieu d’une réflexion pluridisciplinaire sur les enjeux communs de l’esthétique et de l’économie du XVIIIe siècle à aujourd’hui. La notion de travail sera d’ailleurs l’enjeu de cette année.

L’objectif du Collège international de philosophie est de rendre accessible ce type de réflexion à toute personne intéressée, quelle que soit sa formation. Aucun frais ni inscription ne sont exigés. Lieu d’échange, le séminaire se veut donc un espace de discussion où chacun pourra apporter l’éclairage de sa discipline et de son expérience.

Séminaire “Esthétique et économie politique”:

Les développements contemporains de l’économie « postfordiste » posent toute une série de problèmes liés à l’esthétique. Si, pour Adam Smith, le travail productif stocke du temps dans la marchandise et fait alors la valeur des biens , tandis que le travail « improductif » dépense du temps dans des performances et fait la valeur des « services » (dont l’exemple éminent est l’artiste), on voit aujourd’hui que c’est cette relation de service qui domine. Le développement technique des nouvelles formes de communication et l’insistance sur la circulation de l’information comme capital accroissent encore la valeur du travail immatériel dont l’« improductivité » apparaît de plus en plus rentable. Là où l’ouvrier vendait sa force de travail comme quelque chose qu’il possédait et dont il se trouvait, du coup, aliéné en devenant machine, l’homme de services échange, avant tout, ce qu’il est et qu’il doit constamment renouveler à la manière d’un surhomme, par la valeur de ses goûts personnels et par la virtuosité de son style propre. De nouvelles formes d’aliénation se sont ainsi glissées sous une esthétisation de l’économie, au nom même de l’autonomie et de la singularité des individus.

C’est cette esthétisation de l’économie qu’il s’agit, pour moi, de penser. En quoi les modèles de l’oeuvre d’art et la temporalité esthétique qu’ils proposent peuvent-ils permettre de penser travail immatériel et valeur-travail ? Quels sont les rapports que l’on peut envisager entre l’immatériel, la dépense et le temps ? Pour faire cela, je me propose d’effectuer des allers-retours entre l’Ancien Régime où le dispositif culturel de la modernité trouve ses assises (à commencer par l’invention de l’esthétique comme discipline) et les modalités contemporaines de nos sociétés démocratiques.

Pour cette première année, le séminaire portera sur la notion même de travail. Il aura lieu en alternance à l’Université de Montréal et au Collège international de philosophie à Paris.

 

Vous trouverez ci-dessous l’intitulé du séminaire de même que le calendrier des séances (elles se donnent en alternance à Montréal et à Paris). La première rencontre se tiendra le 24 janvier 2005 à l’Université de Montréal.

Dates:

Séances à l’Université de Montréal, salle C-9141, 9e étage, pavillon Lionel Groulx (3150, rue Jean-Brillant):
– Lundi 24 janvier, 19h30-21h30 : « Le travail immatériel » par Éric Méchoulan (U. Montréal)
– Lundi 21 février, 18h-20h : Titre à venir, par Christian Trottmann (U. de Tours et CIPh)
– Lundi 14 mars, 19h-21h : « Nizan : Le travail comme modèle de l’être-nulle-part » par Éric Lecerf (U. Paris VIII).
– Lundi 11 avril, 19h-21h : « Inesthétique et immatériel », par Éric Méchoulan (U. Montréal)

Séances au Collège international de philosophie
(1, rue Descartes, 75005 Paris):
– Lundi 7 mars, 18h-20h
– Lundi 30 mai, 18h-20h
– Lundi 6 juin, 18h-20h

 



Citer ce billet
Anthony Glinoer (2005, 12 janvier). Séminaire “Esthétique et économie politique” Le carnet de la liste socius. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwyh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.