Archives de l’auteur : cameliapaquette

Parution – « Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises »

Il me fait très plaisir d’annoncer la parution de mon livre sur l’hétérolinguisme littéraire au Québec, qui a fait peau neuve à l’occasion d’une édition entièrement mise à jour :

https://classiques-garnier.com/des-langues-qui-resonnent-heterolinguisme-et-lettres-quebecoises.html

Appel à communications – « Sociocritique et « tournant décolonial ». Convergences et perspectives »

XVIII° CONGRÈS DE L’INSTITUT INTERNATIONAL DE SOCIOCRITIQUE (IIS)

Sociocritique et « tournant décolonial ».

Convergences et perspectives

17-18-19 juin 2020

MSH de Clermont-Ferrand  

Le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, EA 428), l’Université de Córdoba et l’Institut International de Sociocritique (IIS) organisent les 17, 18 et 19 juin 2020 le XVIIIe Congrès de l’Institut International de Sociocritique. Responsables scientifiques : Assia Mohssine (UCA, France) et Juan de Dios Torralbo Caballero (Universidad de Córdoba, Espagne). Les travaux porteront sur la Sociocritique et le « tournant décolonial ». Convergences et perspectives.

Les modalités d’inscription de l’histoire et de l’idéologie dans les productions culturelles et dans la compétence sémiotique du sujet sont objets d’étude de la sociocritique, depuis ses origines dans les années soixante, au croisement de la psychanalyse et du matérialisme dialectique. Edmond Cros, co-fondateur de la discipline en France, avec Claude Duchet, n’a cessé de renouveler ce lien par le biais de mises au point et de nouveaux concepts d’une grande pertinence pour appréhender le travail de décolonisation épistémique. C’est également le cas de la théorie décoloniale d’origine latino-américaine. Née sous l’égide du groupe de recherche Modernité/colonialité (des travaux de Walter Mignolo, Aníbal Quijano, Enrique Dussel, Ramón Grosfoguel et d’autres[1]), cette perspective critique s’attache à  reconfigurer le récit sur la modernité à partir de la notion de « colonialité ». La réflexion de Mignolo en est des plus fécondes car en plus de prendre appui sur des concepts transdisciplinaires tels que colonialité du pouvoir, transmodernité et pensée frontalière (introduits respectivement par le sociologue péruvien Aníbal Quijano, le philosophe argentin Enrique Dussel et l’intellectuelle chicana Gloria Anzaldúa), Mignolo pose la question de la colonialité du savoir et de l’être comme conséquence de la différence épistémique coloniale. Dans La idea de América latina. La herida colonial y la opción decolonial (L’idée de l’Amérique latine. La blessure coloniale et l’option décoloniale)[2], qu’il prolonge et développe dans Desobediencia epistémica (Désobéissance épistémique), publiés respectivement en 2007 et 2010, Mignolo en appelle à la nécessité de considérer la colonialité comme corrélat intrinsèque de la modernité et la découverte de l’Amérique comme l’élément fondateur du projet mondial moderne qu’il redéfinit en termes d’un « monde moderne/colonial », marqué par la violence tant épistémique que matérielle et symbolique. A cette fin, la colonialité est surtout un outil d’analyse qui permet de révéler la logique occultée sous des rhétoriques de rédemption, de progrès, de modernisation et de bien commun, autant de langages dont se sont servi tour à tour le colonialisme et l’impérialisme[3]. Il y a lieu de noter que ces propositions peuvent être rapprochées des travaux conduits dès 1990 par l’Institut International de Sociocritique, à l’initiative en particulier des dispositifss théoriques d’Edmond Cros et Antonio Gómez Moriana sur 1492 : « Découverte/Rencontre » des deux Mondes et la construction de l’amérindien comme instance discursive (cf. El indio. Nacimiento y evolución de una instancia discursiva, Imprévue, 1994).

Tout en rappelant le travail de Quijano sur les quatre sphères de l’expérience humaine dans lesquelles opère la logique de la colonialité (économique, politique, sociale et épistémique)[4], Mignolo porte une attention particulière au cadre conceptuel et discursif qui définit la « différence épistémique coloniale », pour montrer comment le discours hégémonique colonial a enfermé les habitants des territoires colonisés dans des catégories et des taxonomies infériorisantes et racistes, jetant l’opprobre sur leur savoir, sur leur histoire et même sur leur humanité. Une telle approche lui permet de dire que la permanence de la colonialité au-delà de la décolonisation ne peut être comprise que si celle-ci est appréhendée comme un système de domination qui, au travers de la différence coloniale, exerce un contrôle sur la connaissance et la subjectivité. Mignolo invite ici à étendre la colonialité du pouvoir à la colonialité du savoir et de l’être « afin de dévoiler les processus de subjectivation que la colonisation a engendrés chez les sujets colonisés »[5]. Il y a donc dans la colonialité une violence d’ordre épistémique et ontologique. Ce dernier point est l’occasion d’interroger la colonialité de la connaissance et de l’être (et par extension la colonialité de genre, cf. María Lugones) que Mignolo juge comme étant le côté occulte et l’envers le plus sombre de la modernité. Se situant sur ce même plan, Frantz Fanon voit dans la colonialité une manière de transfigurer et d’anéantir l’histoire de l’autre. De ce point de vue, la promotion d’une vision autre, ouverte à la diversité, passant nécessairement par la référence au trauma de l’histoire et les savoirs subalternisés, participerait de la grammaire de la décolonialité. Cette approche n’est pas sans rappeler la façon dont Edmond Cros appréhende la relation colonisé/colonisateur et en particulier sa compréhension du sujet culturel : « Le sujet colonial, écrit Cros, doit être entendu comme un sujet transindividuel (L. Goldmann) qui se reproduit et reproduit de l’idéologique sur le mode non conscient par une sorte de capillarité ou de contamination plus ou moins directes, saturant ainsi les représentations que redistribue le complexe discursif du temps » (Cf https://www.sociocritique.fr/?Le-sujet-culturel-colonial-et-l-immigration). Si Cros insiste sur la définition du « lieu d’où procèdent le discours hégémonique et son éventuelle légitimité », les penseurs décoloniaux comme Quijano, Mignolo, Frosfoguel en appellent à un lieu d’énonciation qui déplacerait l’épistémologie sur le terrain du « desprendimiento » entendu comme déprise, émancipation, libération et décolonialité.

La différence épistémique coloniale pointe vers une autre direction : penser à partir des savoirs relégués et subalternisés, non pas à la recherche de ce qui est authentique et de ce qui est antithétique. Mais comme un moyen de penser de façon critique la modernité depuis la perspective de la différence coloniale. C’est-à-dire, depuis une épistémologie frontalière qui, à partir de la subalternité épistémique, réorganise l’hégémonie épistémique de la modernité. Cette épistémologie frontalière peut être pensée comme décolonisation, ou si on préfère, comme déconstruction à partir de la différence coloniale[6].

Ces présupposés invitent à réfléchir aux possibles de résistance qu’offrent les productions culturelles (littérature, arts visuels, cinéma, discours historiographique, etc.) lorsqu’elles s’affrontent à la rhétorique de la colonialité du savoir et de l’être. Ils poussent notamment à prendre en compte le geste critique qui fait du texte littéraire, historiographique et artistique le lieu d’une désobéissance épistémique.

Quelques repères théoriques :

– Sujet culturel (Edmond Cros)

– Sociocritique et décolonialité du pouvoir (Aníbal Quijano)

– Sociocritique et décolonialité de genre (María Lugones)

– Sociocritique et décolonialité du savoir et de l’être (Walter Mignolo)

– Sociocritque et décolonialité épistémique

– Pensée frontalière (Gloria Anzaldúa, Walter Mignolo)

*

Les travaux pourraient explorer de manière tout à fait novatrice les articulations et/ou prolongements possibles entre la sociocritique et la pensée décoloniale, plus particulièrement la question du sujet culturel colonial (Cros) et la décolonisation de l’imaginaire, du savoir et de l’être (Mignolo) à partir de positionnements littéraires et idéologiques décentrés et/ou subalternisés. Notre questionnement portera sur la façon dont la pensée décoloniale interagit avec des notions sociocritiques telles que la représentation, le sujet colonial, le sujet culturel, l’idéosème, etc. Dans tous les cas, toutes les propositions de communication seront admises pour évaluation, même si elles ne répondent pas strictement à ce qui précède, du moment où elles suivent une orientation sociocritique et/ou décoloniale, théorique et/ou appliquée, ou entrent en dialogue avec le cadre théorique établi.

Les débats permettront d’articuler les communications les unes avec les autres avant de faire l’objet d’une proposition de conclusion, en termes de bilan, lors de la dernière séance du Congrès.

Bibliographie succinte

Anzaldúa, Gloria, Borderlands/La Frontera. La nueva Mestiza, [1987], 1era edición en castellano, Madrid, Capitán Swing, 2016.

—, Borderlands, La Frontera : The New Mestiza San Francisco Spinsters/Aunt Lute, 1987.

Bermúdez, Juan Pablo, « Qui est Walter Mignolo? » in Critique sociale et pensée juridique, n° 2. 2014, p. 25.

Bourguignon-Rougier, Claude, Colin, Philippe et Grosfoguel, Ramón (dir.), Penser l’envers obscur de la modernité, Limoges, Pulim, 2014.

Castro-Gómez, Santiago, Grosfoguel, Ramón /eds.), El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistémica más allá del capitalismo global, Bogotá, Siglo del Hombre Editores; Universidad Central, Instituto de Estudios Sociales Contemporáneos y Pontifi cia Universidad Javeriana, Instituto Pensar, 2007.

Cros, Edmond, De l’engendrement des formes, Montpellier, C.E.R.S, 1990.
—, Le sujet culturel. Sociocritique et psychanalyse, Montpellier, C.E.R.S, 1995.

—, Le Sujet culturel, Paris, L’harmattan, 2005.

—, De Freud aux neurosciences et à la critique des textes, Paris, L’Harmattan, 2011.

Fanon, Frantz, Peau noire, masques blancs [1952], rééd. Seuil, coll. « Points », 2001.

—, Les Damnés de la Terre [1961], rééd. La Découverte, 2002.

Lugones, María, « Colonialidad y género », Tábula Rasa, Bogotá, Colombia, no 9, julio-diciembre de 2008, p. 74-101.

Mignolo, Walter D., « Capitalismo y geopolítica del conocimiento », in Modernidades coloniales, México, El Colegio de México, Centro de Estudios de Asia y África, 2004.

—, La idea de América latina. La herida colonial y la opción decolonial, 1era edición, Barcelona, Gedisa Editorial, 2007.

—,  « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique », Mouvements 2013/1 (n° 73), p.181-190.

https://www.sociocritique.fr/

http://revistaseug.ugr.es/index.php/sociocriticism

http://dialnet.unirioja.es/servlet/revista?codigo=19997

*

ORGANISATION DU CONGRES

Président : Edmond CROS (Université de Montpellier III, France)

Présidente de l’Institut International de Sociocritique (IIS) :

Catherine BERTHET-CAHUZAC (IRIEC – Université de Montpellier III, France)

Comité Scientifique International

María Amoretti (Univ. de Costa Rica, San José) ; Patricia Campos Rodríguez (Univ. de Guanajuato, México) ;  Monique Carcaud-Macaire (Univ. de Montpellier III, France) ; Blanca Cárdenas Fernández (Instituto Mexicano de Investigaciones Cinematográficas y Humanidades, Morelia, México) ;  Antonio Chicharro Chamorro  (Universidad de Granada, España) ; Magali Dumousseau- Lesquer (Univ. d’Avignon, France); Augusto Escobar (Univ. de Montreal, Canada) ; Anthony Glinoer  (Univ. de Sherbrooke, Canada) ; Francisco Linares Alés (Universidad de Granada, España) ; Antonio Gómez Moriana (Univ. Simon Fraser, Vancouver, Canada) ; Jesús González Requena (Univ. Complutense de Madrid) ; Mª Ángeles Hermosilla Álvarez (Univ. de Córdoba, Espagne) ; Théophile Koui (Univ. d’Abiddjan, Côte d’Ivoire) ; Daniel Meyran (Univ. de Perpignan, France) ; Katarzyna Moszczyńska-Dürst (Univ. de Varsovia, Pologne) ; Zulma Palermo (Univ. Salta, Argentine) ; Genara Pulido Tirado (Univ. de Jaén, Espagne) ; María Guadalupe Sánchez Robles (Univ. de Guadalajara, México).

Comité scientifique organisateur

Responsables :

Assia MOHSSINE (CELIS, Université Clermont Auvergne, France)

Juan de Dios TORRALBO CABALLERO (Universidad de Córdoba, Espagne)

Membres :

Chloé CHAUDET (CELIS, Université Clermont Auvergne)

Anne GARRAIT-BOURRIER (CELIS, Université Clermont Auvergne)

Bénédicte MATHIOS (CELIS, Université Clermont Auvergne)

Catherine BERTHET-CAHUZAC (IRIEC – Université de Montpellier III, France)

Michel BOEGLIN (IRIEC – Université de Montpellier III, France)

*

Dates à retenir :

– Juin 2019 : Première circulaire

Appel à communication XVIII° CONGRÈS DE L’INSTITUT INTERNATIONAL DE SOCIOCRITIQUE (IIS) « Sociocritique et « tournant décolonial ». Convergences et perspectives ».

– 1er Septembre 2019 : deuxième circulaire (informations sur inscription et hébergement)

– 15 Septembre 2019 : date limite d’envoi des propositions de communications et des résumés à l’adresse électronique sociocritique2020@gmail.com

-1er Octobre 2019 : Envoi de la Lettre d’acceptation par le comité organisateur

– Novembre 2019 : Inscriptions et paiements sur la plate-forme de l’Université Clermont Auvergne

– A partir du 1er décembre 2019 : majoration des frais d’inscription

– Février 2020 : envoi du programme provisionnel

– 20 avril 2020 à 17h00 : Clôture des inscriptions

– Mai 2020 : envoi du programme définitif

– 17- 18 et 19 Juin 2020 : Tenue du XVIII° Congrès de l’Institut International de Sociocritique (IIS)

Communications

Les personnes désirant participer au XVIII° Congrès de l’Institut International de Sociocritique devront envoyer avant le 15 septembre 2019 le titre et le résumé de leur communication (10 lignes maximum), accompagné de l’imprimé relatif à l’inscription.

Les envois des propositions se feront à l’adresse du congrès : sociocritique2020@gmail.com

Le comité organisateur fera savoir son acceptation par voie électronique (e-mail).

La communication orale ne devra pas dépasser 20 minutes.

Les communications nécessitant un appui technique (power point, vidéoprojecteur…) doivent être signalées.

Les langues du congrès sont : le français, l’espagnol, éventuellement le portugais et l’anglais (dans ce cas, le texte doit être accompagné de la traduction en Français ou en espagnol).

Les propositions retenues, après évaluation, feront l’objet d’une publication. Les normes de présentation seront communiquées ultérieurement.

 Inscription

Frais d’inscription

Les inscriptions sont ouvertes aux membres de l’I.I.S. et du CELIS ainsi qu’à tous ceux intéressés par la problématique du congrès.

Le coût de l’inscription au Congrès est de 90 € si inscription avant le 1° octobre 2019 / 110 € passée cette date.

Pour les étudiants, les accompagnants et les « auditeurs », le coût de l’inscription est de 50 € si inscription avant le 1° octobre 2019 / 70€ passée cette date.

L’inscription au congrès ne prévoit pas le repas de gala, pour lequel il faudra s’inscrire selon les informations qui sont données dans le bulletin d’inscription.

Les informations concernant les modalités d’inscription et les conditions d’hébergement seront transmises dans la 2ème circulaire, septembre 2019. Une interface d’inscription et de paiement en ligne vous sera proposée (gestion UCA).

 

Nota Bene : Pour les collègues provenant de pays européens, pensez à demander une mobilité financée dans le cadre du programme européen Erasmus+ (ORGANIZATION MOBILITY (OM), STAFF MOBILITY FOR TEACHING (STA).

P.S : Seul le paiement des frais valide votre inscription et votre participation au congrès.

Siège   du   Congrès

Maison des Sciences de l’Homme (MSH)

Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique

(CELIS- EA 4280)

4 rue Ledru – 63057 Clermont-Ferrand cedex 1

Tél. + 33 4 73 34 68 32

Contact : celis@uca.fr

http://celis.uca.fr/
Université Clermont Auvergne

Assemblée générale de l’IIS

Comme à l’accoutumée, nous nous réunirons en Assemblée générale de l’IIS à l’issue du Congrès de sociocritique. Les lieu, date et heure de cette assemblée vous seront communiqués avec le programme du Congrès. 

Pour télécharger le document en PDF (français, espagnol, anglais), veuillez visiter notre site web: http://celis.uca.fr/spip.php?article1786

[1] Le groupe Modernité/Colonialité est constitué du philosophe argentin Enrique Dussel, le sociologue péruvien Aníbal Quijano, le sociologue vénézuélien Edgardo Lander, le sémioticien argentin Walter Mignolo, le philosophe colombien Santiago Castro-Gómez, l’anthropologue colombien Arturo Escobar, le philosophe portoricain Nelson Maldonado Torres, le sociologue portoricain Ramón Grosfoguel ou bien encore la théoricienne de la culture nord-américaine Catherine Walsh, cf. Claude Bourguignon-Rougier, Philippe Colin et Ramón Grosfoguel (dir.), Penser l’envers obscur de la modernité, Limoges, Pulim, 2014.

[2] Walter D. Mignolo, La idea de América latina. La herida colonial y la opción decolonial, 1era edición, Barcelona, Gedisa Editorial, 2007. Desobediencia epistémica, Buenos Aires, Ediciones del Signo, 2010.

[3] « La “colonialidad”, entonces, consiste en develar la lógica encubierta que impone el control, la dominación y la explotación, una lógica oculta tras el discurso de la salvación, el progreso, la modernización y el bien común», Walter Mignolo, La idea de América Latina, op.cit., p. 32. 

[4] « à savoir : 1- la sphère économique, à travers l’appropriation des terres, l’exploitation de la main d’oeuvre et le contrôle des finances ;  2- la sphère politique par le contrôle de l’autorité ;   3- la sphère sociale par le contrôle du genre et de la sexualité, 4- la sphère épistémique et subjective/personnelle par le contrôle de la connaissance et de la subjectivité », Ibid., p. 36.

[5] Juan Pablo Bermúdez « Qui est Walter Mignolo? » in Critique sociale et pensée juridique, n° 2. 2014, p. 25.

[6] « La diferencia epistémica apunta hacia otra dirección: al pensamiento a partir de los saberes relegados y subalternizados no ya como una búsqueda de lo auténtico y de lo antitético, sino como una manera de pensar críticamente la modernidad desde la diferencia colonial. Esto es, desde una epistemología fronteriza que, desde la subalternidad epistémica, reorganiza la hegemonía epistémica de la modernidad. Esta epistemología fronteriza puede pensarse como descolonización, o si se quiere, como desconstrucción desde la diferencia colonial », Walter Mignolo, « Capitalismo y geopolítica del conocimiento », in Modernidades coloniales, México, El Colegio de México, Centro de Estudios de Asia y África, 2004, p. 234, notre traduction.

adresse

MSH de Clermont-Ferrand (4, rue Ledu)

Appel à communications – « Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung »

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications pour le colloque « Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung » qui se tiendra à l’Université Paris Nanterre les 6 et 7 décembre 2019. Les propositions (en anglais ou en français) sont à envoyer au plus tard le 10 septembre à l’adresse circulationsafroasiatiques@gmail.com.  

Parution – « Autonomies des arts de la culture »

(English version below)

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la publication du numéro quatre de Biens symboliques/Symbolic Goods (BSSG), revue de sciences sociales consacrée aux arts, à la culture et aux idées. Le dossier, intitulé « Autonomies des arts de la culture », a pour ambition de démêler les significations multiples de la notion d’autonomie et de donner un aperçu de ses usages pour l’étude d’activités comme la littérature, le cinéma, le journalisme, l’édition, l’artisanat d’art et la musique.

 Vous trouverez également les rubriques suivantes : « Transmettre », consacrée à l’enseignement de la sociologie de la culture dans des formations professionnalisantes, et « (Re)lire » sur la sociologie du cinéma.

Vous pouvez consulter et télécharger les articles en PDF bilingue sur le site de la revue. Notre revue dispose également d’un carnet hypothèses proposant, tout au long de l’année, des compléments aux articles parus tels que des entretiens, des documents additionnels sonores ou vidéo et des billets sur les thématiques de la revue.

Nous lançons par ailleurs un appel à articles permanent pour des textes en varia et pour des propositions de dossiers thématiques. N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions, à nous recommander des textes ou des auteurs et à faire connaître ces appels à contribution. 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Julienne Flory, secrétaire de rédaction : contact@biens-symboliques.net.
Vous pouvez également suivre l’actualité de la revue sur sa page Facebook.

Les coordinateurs du numéro :

Mathieu Hauchecorne et Jérôme Pacouret  

 Le comité de rédaction :

Wenceslas Lizé et Séverine Sofio (rédaction en chef)

Julienne Flory (secrétariat de rédaction)

Celia Bense Ferreira Alves, Anne-Sophie Aguilar, Frédéric Chateigner, Claire Ducournau, Karim Fertikh, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Sophie Noël, Marc Perrenoud, Aurélie Pinto, Cécile Rabot, Jérémy Sinigaglia

http://biens-symboliques.net

image002.png

 

*** 

It is our pleasure to announce the publication of the fourth issue of Biens symboliques / Symbolic Goods (BSSG), a social science journal dedicated to culture, ideas, and the arts. The issue, entitled “Autonomies of Art and Culture”, aims to give an overview of the uses of the concept of autonomy and to disentangle its multiple meanings. It includes a review of the definitions of autonomy proposed by different theoretical traditions, as well as case studies on journalism, cinema, publishing, artistic handicraft, and music.

In this fourth issue you will also find the following regular sections: “Transmitting” on teaching sociology of culture, “(Re)Reading” on sociology of cinema.

The digital journal Biens symboliques / Symbolic Goods is entirely open access and all the issue articles are available in French and English. As you may remember, issue 1 focused on the theme of “ordinary artists”, issue 2 on “Surveying Literary Life”, and issue 3 on the boundaries of the sociology of art and culture. All articles are available for consultation and download as bilingual PDFs on the journal’s website. The BSSG Hypotheses webpage also provides additional material to complement the articles such as interviews, sound or video files, or thematic notes by translators and authors. 

We would also like to announce an ongoing call for articles and suggestions for thematic issues. Following the review process, articles are systematically published in French and English. The cost of the translation is covered by the journal. Please do not hesitate to send us your submissions.

For further information please contact Julienne Flory, assistant editor: contact@biens-symboliques.net. You can also follow us on Facebook.

The issue coordinators:

Mathieu Hauchecorne and Jérôme Pacouret

The editorial committee:

Séverine Sofio and Wenceslas Lizé (editors in chief)

Julienne Flory (assistant editor)

Celia Bense Ferreira Alves, Anne-Sophie Aguilar, Frédéric Chateigner, Claire Ducournau, Karim Fertikh, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Sophie Noël, Marc Perrenoud, Aurélie Pinto, Cécile Rabot, Jérémy Sinigaglia

http://symbolic-goods.net

image002.png

Parution – « La mort de l’auteur »

La Mort de l’auteur (Fabula-LhT, n° 22).
« La mort de l’auteur » (Acta fabula, vol. 20, n° 6, doss. 54).
 
Cinquante ans après « La mort de l’auteur » de Roland Barthes qui plaçait cette mort sur un plan métaphorique, les deux revues Acta fabula et Fabula-LhT publient sous le titre La Mort de lauteur un double numéro réfléchissant aux conséquences de la mort réelle des auteurs et autrices sur la production et la réception de leurs œuvres, ainsi que sur la constitution de l’histoire artistique et/ou littéraire :
— Fabula-LhT, n° 22, La Mort de l’auteur, dir. Romain Bionda et Jean-Louis Jeannelle, en ligne, 2019 : www.fabula.org/lht/22.
— Acta fabula, vol. 20, n° 6, dossier 54, « La mort de l’auteur », dir. Romain Bionda et Jean-Louis Jeannelle, en ligne, 2019 : https://www.fabula.org/revue/sommaire12227.php.
Ces deux numéros contiennent :
— dix articles sur les beaux-arts (Christian Boltanski, Paul Gauguin), le cinéma (Tamer al‑Awam, Christian Poveda, etc.), la littérature (Emmanuèle Bernheim, Louis Hémon, Bernard Lamarche‑Vadel, Édouard Levé, Elsa Triolet) et le théâtre (Christophe Honoré, Christoph Schlingensief) des deux derniers siècles, précédés d’une «poétique de la poèmathanatologie»;
 
— deux entretiens : le premier sur l’art de la fin du XXe siècle dans le contexte du sida, le second sur «l’agir de la littérature» face à la mort;
 
— une traduction d’un article de Boris Tomachevski intitulé «Littérature et biographie» (1923);
 
— cinq comptes rendus d’ouvrages, sur : des «dernières lettres», des «journaux» du sida, les communautés que cette dernière maladie a contribué à façonner, les «morts de l’auteur» au prisme de la queer theory, et la «mort du narrateur»;
 
— cinq annexes documentant la journée d’étude organisée à l’Université de Rouen en février 2019;
 
— deux articles en varia : l’un sur la «vieillesse romantique», l’autre sur la «poét(h)ique» de la littérature.  
Le tout réunit le travail de 21 chercheurs et chercheuses établies en Afrique du Sud, en Allemagne, en Belgique, au Canada, aux États-Unis, en France et en Suisse, soit :
Nicolas Aude (Nanterre), David Bélanger (Mc Gill), Étienne Bergeron (UQAM), Romain Bionda (FNS/UNIL), Morgane Cadieu (Yale), Laure Depretto (Académie française), Raphaël Jaudon (Lyon II), Jean‑Louis Jeannelle (Rouen), Matthias de Jonghe (UCL), Elisabeth Lebovici (chercheuse indépendante), Hélisenne Lestringant (Hildesheim et Nanterre), Hanna Magauer (UDK Berlin), Isabelle Malmon (La Réunion), Gibson Ncube (Stellenbosch), Nicole Pietri (Paris 8), Gaspard Turin (UNIL), Sophie Rabau (Paris III), Anne Wattel (Lille), Myriam Watthee‑Delmotte (UCL), ainsi qu’Arnaud Buchs (UNIL) et Mathieu Roger‑Lacan (ENS Ulm).

Appel à communications – « Écocritique(s) et catastrophes naturelles. Sciences humaines et sciences naturelles : regards croisés. (XXe-XXIe siècles) »

Écocritique(s) et catastrophes naturelles

Sciences humaines et sciences naturelles : regards croisés

(XXe-XXIe siècles)

 

Ecocriticism(s) and Natural Catastrophes

Human Sciences and Natural Sciences : Comparative Perspectives

(20th-21st Centuries)

 

Colloque international, 26-27 novembre 2020

International Colloquium, 26-27 November 2020

 

Appel à communications / Call for Papers

L’écocritique, champ d’études pluriel explorant les relations entre productions humaines (en particulier esthétiques) et environnement, intéresse de plus en plus le monde de la recherche en langue française. Qu’elle relève d’une perspective socio-, ethno- ou géopoétique, d’une approche inter- ou transmédiale et/ou d’une histoire des représentations et des savoirs, l’écocritique déborde le domaine des études littérairesstricto sensu pour impliquer anthropologues, philosophes, et autres représentants des sciences humaines. Dans ce contexte, des chercheurs et chercheuses toujours plus nombreux se réclament d’un champ d’études dont la pertinence semble croître parallèlement à l’angoisse environnementale qui marque notre époque.

Ce colloque vise à mettre en lumière les potentialités interdisciplinaires qui caractérisent l’écocritique, en abordant l’une de ses dimensions saillantes à l’aune de corpus, objets et outils conceptuels récents : le dialogue entre sciences humaines et sciences naturelles. Dans cette optique, on se concentrera sur la notion de « catastrophe naturelle », qui est actuellement au cœur du projet I-Site Clermont Auvergne (https://cap2025.fr/).

Il s’agira ainsi de développer une approche croisée des interactions entre sociétés humaines et catastrophes naturelles, en se focalisant sur un espace et une période emblématiques : l’aire atlantique (Europe, Afrique, Amériques – dont Caraïbes) et les XXet XXIe siècles. Suffisamment vaste pour confronter différentes perspectives et disciplines, l’espace atlantique constitue en effet un terrain essentiel pour l’histoire culturelle et scientifique en langues européennes. Dans ce cadre plurilingue, la période des XXe et XXIe siècles correspond non seulement à un développement transnational et transocéanique de l’écocritique et des recherches scientifiques sur les catastrophes naturelles, mais coïncide également avec une volonté de plus en plus nette de problématiser l’opposition, typiquement occidentale, entre nature et culture.

Les contributions pourraient se répartir selon les trois axes suivants (non exclusifs l’un de l’autre), qui permettraient de regrouper des études de cas émanant de différentes disciplines et/ou d’accueillir des approches transversales :

(1) Une réflexion sur la « catastrophe naturelle » telle qu’elle est appréhendée dans les sciences humaines et les sciences naturelles ;

(2) Une réflexion sur les modalités et les objets d’une écocritique de la catastrophe naturelle située à l’intersection des sciences humaines et des sciences naturelles ;

(3) Une réflexion sur les conditions d’existence et les figures d’une catastrophe véritablement naturelle à l’ère de l’anthropocène.

 

Le colloque sera également l’occasion de travailler collectivement à la constitution d’une bibliographie critique inter- et transdisciplinaireexhaustive autour de la notion de « catastrophe naturelle », qui fait pour l’heure défaut dans le paysage universitaire européen, et que les actes prévus permettront ainsi de diffuser.

Un titre et un résumé d’environ 200 mots (10 à 15 lignes), en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique, devront être envoyés avant le 15 novembre 2019 à l’adresse suivante : catastrophe.naturelle2020@lilo.org.

Les propositions d’ateliers et/ou de tables rondes intégrant des idées d’intervenant·e·s sont également les bienvenues.

Pour toute demande de précision, n’hésitez pas à nous contacter.

Ecocriticism, a plural field of inquiry exploring relationships between human productions (especially esthetic) and the environment, interests greater and greater numbers of  French-speaking researchers. Whether from a socio-, ethno- or geopoetic perspective, an inter- or trans-media approach, and/or a historical view of representations and knowledge, ecocriticism exceeds the area of literary studies stricto sensu to engage anthropology, philosophy, and other areas of the human sciences. In this context, ever more scholars are moving into a research area whose pertinence increases directly with the environmental anxiety that marks our era.

This colloquium seeks to shed light on interdisciplinary potentialities that characterize ecocriticism, by addressing one of its salient dimensions through recent corpus, objects, and conceptual tools : the dialogue between human sciences and natural sciences. With this aim in mind, we will focus on the notion of « natural catastrophe » that is at the heart of the current I-Site Clermont Auvergne project (https://cap2025.fr/).

We therefore aim to develop a comparative perspective on interactions between human societies and natural catastrophes, by focusing on an emblematic space and period : the Atlantic world (Europe, Africa, the Americas, the Caribbean) and the 20th and 21st centuries. Sufficiently vast to bring different perspectives and disciplines into dialogue, the space of the Atlantic constitutes an essential terrain for cultural and scientific history in the European languages. In this multilingual framework, the period of the 20th and 21st centuries not only corresponds to the transnational and transoceanic development of ecocriticism and of science research on natural catastrophes, but also coincides with an increasingly clear interest in problematizing the typically Western opposition between nature and culture.

Proposals could take up any of the following three lines of inquiry (which are not mutually exclusive), permitting grouping of case studies emerging from different disciplines and/or inclusion of cross-disciplinary approaches :

(1) A reflection on « natural catastrophe » as understood in the human sciences and the natural sciences ;

(2) A reflection on the modalities and objects of an ecocritique of natural catastrophe situated at the intersection of the human sciences and the natural sciences ;

(3) A reflection on conditions for existence and representations of a truly natural catastrophe in the Anthropocene era.

The colloquium will additionally provide the framework collectively to create an exhaustive inter- and transdisciplinary critical bibliography around the notion of « natural catastrophe », which at present is missing from the European university landscape and which the published proceedings will be able to circulate.

A title and a summary of approximately 200 words (10-15 lines), in French or English, along with a short bio-bibliographical statement, should be submitted before 15 November 2019 to following address : catastrophe.naturelle2020@lilo.org.

Proposals for workshops and/or roundtables integrating ideas from participants are equally welcome.

Please do not hesitate to contact us with any questions.

*

Bibliographie indicative / Selected Bibliography :

S. N., « Essai de classification des catastrophes naturelles », in « Catastrophes naturelles » (notions de base), Encyclopædia Universalis, URL :http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes-naturelles-notions-de-base/[28/06/2019]

ALEXANDER, David E., Confronting Catastrophe. New Perspectives on Natural Disaster, Harpenden / New York, Terra / Oxford University Press, 2000.

AMIOT, Julie ; BERTHIER, Nancy (dir.), Frente a la catástrofe : temas y estéticas en el cine iberoamericano contemporáneo, Paris, Éditions hispaniques, 2016.

BERQUE, Augustin, Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Paris, Belin, 2014.

BLANC, Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Éditions Quae, 2008.

CHONÉ, Aurélie ; HAJEK, Isabelle ; HAMMAM, Philippe (dir.), Guide des humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

DESCOLA, Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

ESCOBAR, Arturo, Sentir-penser avec la Terre : une écologie au-delà de l’Occident, Paris, Seuil, 2018, trad. de l’espagnol par Roberto Andrade Perez, Anne-Laure Bonvalot, Ella Bordai, Claude Bourguignon et Philippe Colin [1re éd. or. : 2014].

GUÉNARD, Florent ; SIMAY, Philippe, « Le sens des catastrophes », La Vie des idées, 19/04/2011, URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-sens-des-catastrophes.html [28/06/2019]

KEUCHEYAN, Razmig, La Nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, 2018 [1re éd. : 2014].

LATOUR, Bruno, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999.

PARHAM, John et WESTLING, Louise, A Global History of Literature and the Environment, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

REVET, Sandrine, Les Coulisses du monde des catastrophes naturelles, Paris,Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018.

VAN WYK DE VRIES, Benjamin ; BYRNE, Paul ; DELCAMP, Audray et al., « A global framework for the Earth : putting geological sciences in context », Global and Planetary Change, vol. 171, décembre 2018, p. 293-321.

SOKONA, Youba ; YPERSELE, Jean-Pascal van, « Catastrophes naturelles. Résilience à l’ère des changements climatiques », Liaison Énergie-Francophonie,vol. 109, 3e trimestre 2018, URL :http://www.ifdd.francophonie.org/ressources/ressources-pub-desc.php?id=743[28/06/2019]

Pour des références plus spécifiquement consacrées aux rapports entre écologie et littérature, nous renvoyons à la bibliographie, en construction permanente, mise en ligne sur le carnet de recherche du collectif interuniversitaire ZoneZadir / For references specifically devoted to relationships between ecology and literature, we direct you to the bibliography, updated in an ongoing fashion, maintained online as part of the interuniversity collective ZoneZadir :https://zonezadir.hypotheses.org/bibliographie [28/06/2019]

*

Lieu du colloque / Colloquium location :

Université Clermont Auvergne

Comité organisateur / Organizing committee :

– Chloé Chaudet, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Anne Garrait-Bourrier, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Lila Lamrous, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Gaëlle Loisel, Université Clermont Auvergne, CELIS

Comité scientifique (outre les organisatrices) / Scientific committee (in addition to the organizers) :

– Julia Abramson, University of Oklahoma, Department of Modern Languages, Literatures and Linguistics

– Viviane Alary, Université Clermont Auvergne, CELIS

– Patrick Bachèlery, Université Clermont Auvergne, LMV

– Yves Clavaron, Université Jean-Monnet / Saint-Étienne, CELEC

– Mauricette Fournier, Université Clermont Auvergne, CERAMAC

– Arnaud Guillin, Université Clermont Auvergne, LMPB

– Claudia Schmitt, Université de la Sarre, Lehrstuhl für Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft

– Christiane Solte-Gresser, Université de la Sarre, Lehrstuhl für Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft

Parution – « Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution prochaine (11 juillet 2019) du dernier ouvrage des Cahiers de la MSHE Ledoux édité aux Presses universitaires de Franche-Comté : 
Un mousquetaire du journalisme : Alexandre Dumas
Sarah MOMBERT et Corinne SAMINADAYAR-PERRIN (dir.)

Bretteur des lettres, Alexandre Dumas se fit journaliste par tempérament et par passion. Dès ses débuts, le jeune dramaturge s’est forgé dans et par la presse une personnalité publique, dans tous les sens du terme. Sa trajectoire est celle d’un engagé volontaire dans l’espace médiatique, où il occupe presque tous les postes : critique dramatique, chroniqueur, feuilletoniste, historien du contemporain, correspondant de guerre, intarissable causeur. De fortes convictions animent cette écriture en mouvement perpétuel : Dumas défend l’idéal démocratique d’une littérature authentiquement populaire, engagée dans les combats du présent, et intensément interactive.

Sarah Mombert est maître de conférences à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur Alexandre Dumas, le roman, la presse et la littérature populaire du XIXe siècle.
Professeur à l’université de Montpellier 3, Corinne Saminadayar-Perrin s’intéresse aux rapports entre presse et littérature au XIXe siècle.
Pour télécharger le sommaire : https://mshe.univ-fcomte.fr/documents/cahiers/37_Dumas_TDM.pdf
Pour plus d’informations sur l’ouvrage : https://mshe.univ-fcomte.fr/cahiers-de-la-mshe/les-series/archives-de-l-imaginaire-social/829-n-37-un-mousquetaire-du-journalisme-alexandre-dumas

Parution – « Le littéraire et le social »

J’ai le plaisir de vous annoncer de la parution de l’anthologie intitulée Le littéraire et le social. Elle est disponible, en français et en anglais, dans la collection d’anthologies digitales Living Books About History.

La littérature n’est jamais isolée du monde social et nombreux ont été les travaux qui ont développé, approfondi ou illustré cette affirmation. La littérature prend naissance dans des pratiques sociales spécifiques et tout texte littéraire entre en résonance, quelles que soient les intentions de son auteur, avec ce qui l’entoure, que ce soit les individus, les choses ou les discours.

Cette anthologie reprend les grands textes en accès libre (Lénine, Lukács, Goldmann, Bourdieu, Angenot, Dubois, etc.) qui se sont penchés sur les rapports entre le littéraire et le social : classée chronologiquement, elle met en dialogue différentes approches marquantes comme la sociocritique, l’histoire littéraire, le marxisme et la sociologie des champs.

Elle fait aussi une large place aux recherches les plus contemporaines qui croisent la sociologie de la littérature avec l’analyse du discours, l’histoire ou encore la psychanalyse. L’anthologie est accompagnée par une introduction qui retrace l’histoire des écoles de pensée qui ont animé la réflexion sur le littéraire et le social depuis le début du XXe siècle.

Introduction

De Lanson à Lukács

L’histoire littéraire et la sociologie (1904)

Leo Tolstoy as the Mirror of the Russian Revolution (1908)

Le marxisme et la littérature (1936)

Le réalisme critique dans la littérature russe du XIXe siècle

D’Escarpit à Macherey

Einige Thesen zur Literatursoziologie (1974)

Sociologie de la littérature (1958)

L’industrie culturelle (1964)

The Frankfurt School of Critical Theory (2009)

Pour une théorie de la production littéraire (2014)

Le sujet de la création culturelle (1967)

Literature (1977)

De Duchet à Bourdieu

Pour une socio-critique, ou variations sur un incipit (1971)

1889. Un état du discours social (1989)

Polysystem Studies (1990)

Le champ littéraire (1991)

Cours sur Balzac et sur Stendhal (1993)

Le roman sociologue (2009)

Effets de champ et effets de prisme (1988)

Recherches contemporaines

Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire (2006)

De l’ethnologie de la littérature à l’ethnocritique (2013)

Retours sur la posture (2011)

La sociocritique (2011)

Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France (2011)

De la démarche empirique à la théorie (2017)

Conditions de production et de circulation (2015)

Socius. Ressources sur le littéraire et le social

Url de référence : 
https://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/the-literary-and-the-social

Parution – « Networks of Enlightenment: Digital Approaches to the Republic of Letters »

edited by Chloe Edmondson and Dan Edelstein

Oxford University Studies in the Enlightenment 2019:06

ISBN: 9781786941961, 320 pages, £65.00

This volume presents a series of case studies of networks in the Republic of Letters. These studies examine correspondence, social, and knowledge networks throughout eighteenth-century Europe, from Russia to Italy and England, with particular focus on France. Drawing on digital methods and Social Network Analysis (SNA), contributors to this volume pioneer new historically driven methods for thinking about networks in early-modern societies.

·        The first volume that brings together the work of scholars pioneering digital approaches to the Republic of Letters.

·        A volume that elegantly combines traditional humanistic inquiry with innovative digital methods, to offer fresh perspectives on some of the most important issues in eighteenth-century studies.

·        This volume provides exemplary models of how social network analysis (SNA) can be adapted for historical research.

 

Table of Contents:
List of figures and tables

Dan Edelstein and Chloe Summers Edmonson, Introduction: historical network analysis and social groups in the Enlightenment

I. Correspondence networks

Nicholas Cronk, Voltaire’s correspondence network: questions of exploration and interpretation
Kelsey Rubin-Detlev and Andrew Kahn, Catherine the Great and the art of epistolary networking
Cheryl Smeall, ‘He belonged to Europe’: Francesco Algarotti (1712-1764) and his European networks
Pierre-Yves Beaurepaire, The networks and the reputation of an ambitious Republican of Letters: Jacques de Pérard (Paris, 1713-Stettin, 1766)

II. Social networks

Chloe Summers Edmonson, Julie de Lespinasse and the ‘philosophical’ salon
Charlotta Wolff, ‘Un admirateur des philosophes modernes’: the networks of Swedish ambassador Gustav Philip Creutz in Paris, 1766-1783
Maria Teodora Comsa, Casanova’s French networks: transitioning from a backstage coterie to the beau monde

III. Knowledge networks

Melanie Conroy, The eighteenth-century French academic network
Mark Algee-Hewitt, The principles of meaning: networks of knowledge in Johnson’s Dictionary

Summaries
Bibliography
Index



« At this intersection of Enlightenment historiography, data capture, and social network analysis, the essays in this volume take advantage of new data sources, configurations, and modes of analysis to deepen our understanding of how Enlightenment sociability worked, who it included, and what it meant for participants. » (Read Chloe Edmondson’s accompanying blog post)



Chloe Edmondson is a PhD candidate in the Department of French & Italian at Stanford University. She specializes in French literary and cultural history of the long eighteenth century, with a particular focus on letter-writing practices. Her work in the field of digital humanities has appeared in the Journal of Modern History and Digital Humanities Quarterly.

Dan Edelstein is the William H. Bonsall Professor of French and, by courtesy, History at Stanford University. He is the author, most recently, of On the Spirit of Rights(Chicago, 2018). He is also active in the field of digital humanities, notably through the “Mapping the Republic of Letters” project.

The Oxford University Studies in the Enlightenment series, previously known as SVEC (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century), has published over 500 peer-reviewed scholarly volumes since 1955 as part of the Voltaire Foundation at the University of Oxford. International in focus, Oxford University Studies in the Enlightenment volumes cover wide-ranging aspects of the eighteenth century and the Enlightenment, from gender studies to political theory, and from economics to visual arts and music, and are published in English or French.

Responsable : Chloe Edmondson and Dan Edelstein

Url de référence : 
https://www.liverpooluniversitypress.co.uk/books/id/43050/