Archives de l’auteur : cameliapaquette

Parution – « Figurer la vie littéraire »

Référence bibliographique : Cahier ReMix, Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2019. EAN13 : 9782923907765.

Parution du Cahier ReMix n°10

FIGURER LA VIE LITTÉRAIRE

Ce dixième numéro des Cahiers ReMix de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain est dirigé par Mathilde Barraband, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Anthony Glinoer, professeur à l’Université de Sherbrooke, et Marie-Pier Luneau, professeure à l’Université de Sherbrooke.

La parution est disponible en ligne à l’adresse suivante: http://oic.uqam.ca/fr/remix/figurer-la-vie-litteraire

Sommaire du numéro

Murat, Michel

Préface par Michel Murat

Pinson, Guillaume / Bertrand, Frédérick

Le journaliste du Gremlin, de Mme de Genlis à Hélène Ling

Lapointe, Olivier

Fictions et (con)figurations: réflexions sur la constitution de bases de données pour les études littéraires

Tilkens, Léa

Du crépuscule au ridicule: Défigurations du littéraire en régime contemporain

Saint-Amand, Denis

Fictions de l’œuvre: projets et textes possibles dans les romans de la vie littéraire

Trottier, Marielle

L’amour avant la plume: l’écriture comme prétexte à l’intrigue amoureuse dans «Le Secret de l’orpheline» d’Andrée Jarret

Luneau, Marie-Pier / Boivin, Karol’Ann

Figures d’étudiant.e.s dans les romans de la vie littéraire au Québec. Étudier en littérature: qu’ossa donne?

Glinoer, Anthony

Les imaginaires du livre et de la vie littéraire. Un projet historique, sociologique et sociocritique

Brissette, Pascal / Lacroix, Michel

Un «couple» sous tension: le romancier et le livre dans les romans de la vie littéraire

Barraband, Mathilde

Organisations secrètes: la Gauche prolétarienne dans la littérature française contemporaine

GREMLIN, Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions / Barraband, Mathilde / Brissette, Pascal / Glinoer, Anthony / Lacroix, Michel / Lapointe, Olivier / Luneau, Marie-Pier

Imaginaires de la vie littéraire. Retours sur un projet collectif [Table ronde]

Responsable : Observatoire de l’imaginaire contemporain

Url de référence : 
http://oic.uqam.ca/fr/remix/figurer-la-vie-litteraire

Adresse : Observatoire de l’imaginaire contemporainUQAM, Pavillon Maisonneuve, local B-2345405, boul. Maisonneuve EstMontréal (Québec) H2L 4J5Canada

Journée d’étude – « L’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle, au prisme des humanités numériques »

Le mercredi 13 mars 2019 se déroulera à l’université Paul Valéry Montpellier 3
(Site Saint-Charles, salle des colloques 1) la journée d’étude Numapresse
portant sur l’écriture cinématographique dans la presse du XXe siècle, au
prisme des humanités numériques. (http://www.numapresse.org/2019/02/20/999/)

Le projet Numapresse, qui veut proposer notamment la constitution d’une
histoire culturelle et littéraire de la presse au XXe siècle grâce à la
production d’outils de lecture automatisée de la presse numérisée, a parmi ses
objectifs d’étudier la formation d’une écriture cinématographique dans la
presse entre 1910 et 1940. Il s’agit d’abord de retracer la construction de la
critique cinématographique en tant que genre spécifique, en étudiant moins des
textes significatifs (nous ne proposerons pas d’arbitrer dans le duel entre
Louis Delluc et Émile Vuillermoz pour la paternité du genre par exemple) qu’en
repérant les évolutions structurelles de textes « ordinaires » – comptes
rendus, interviews, critiques, réclames – parus dans la presse généraliste ou
spécialisée. Il s’agira aussi de mesurer l’implication de nouvelles écritures
du cinéma dans les mutations du journal de l’entre-deux-guerres. En quoi
l’invention du cinéma (films de fiction et documentaires) et la proposition
d’un métadiscours cinématographique ont-elles modifié l’écriture générale de
la presse aussi bien au niveau de l’illustration que du système général des
rubriques ou des poétiques ?

Le but de cette journée est d’engager cette réflexion en mobilisant les
explorateurs sur Le Matin et Le Petit Parisien spécifiquement mis au point par
Pierre-Carl Langlais dans le cadre du projet Numapresse.


Programme

9H30 Introduction par Marie-Ève Thérenty et Pierre-Carl Langlais

9H45 Nejma Omari (UPVM, RIRRA21), Les échos du cinéma : reprise et circulation
de textes cinématographiques dans la presse du début du XXe siècle

10H15 André Gaudreault (Université de Montréal), L’obsession linguistique des
années vingt et trente à propos du septième des arts…

Pause

11h30 Amélie Chabrier (Unîmes, RIRRA21),  « Un baiser de six mètres soixante-
quinze » : la technique cinématographique en mots et en images dans la presse
d’entre-deux-guerres

12h00 Pierre-Carl Langlais (UPVM, RIRRA21), Vers une médiapoétique de l’image
de cinéma : les illustrations du Matin au prisme du deep learning

Déjeuner

14h00 Laurent Le Forestier (UNIL), Sur une certaine tendance de la critique
cinématographique des années 1920 : penser la situation du cinéma au quotidien
avec Raymond Berner

14H30 Yoan Vérilhac (Unîmes, RIRRA21), Critique cinéma et éclatement
médiatique de la littérature : la presse comme acteur et témoin

15h00 Paul Aron (ULB), La critique cinématographique dans L’Humanité sur
l’écran des humanités numériques

Pause

15h45 Adrien Valgalier (UPVM, RIRRA21), Naissance d’une vedette : Fernandel
dans la presse des années trente

16h15 Marie-Ève Thérenty (UPVM, RIRRA21), Journaux et magazines d’écran au
prisme de la presse écrite dans les années trente

Parution – « Les intellectuels russes à la conquête de l’opinion publique française »

Alexandre STROEV (éd.)

Les intellectuels russes à la conquête de l’opinion publique française

Presses Sorbonne Nouvelle, collection « Page ouverte », 2019

EAN13 : 9782379060021

368 p.

PRÉSENTATION

Quelles stratégies politiques, éditoriales, mais aussi mondaines doivent déployer écrivains, intellectuels et diplomates russes en France afin de conquérir l’opinion publique française ? Sont analysées, plutôt que la réception des œuvres, les manœuvres qui contribuent à programmer une fortune littéraire, et la part respective qu’y prennent écrivains, éditeurs, traducteurs, journalistes et diplomates. En contribuant à repenser les mécanismes de la sociologie littéraire, c’est un volet inédit des relations littéraires franco-russes que l’ouvrage révèle. Cet ouvrage s’adresse aux amateurs et aux spécialistes.

Lire la table des matières…

Appel à communications – « La réception universitaire de Victor Hugo en France »

Propositions à envoyer avant le 21 avril 2019

Cette journée d’études, organisée le mardi 25 juin 2019 à l’université Paris-Diderot, entre dans le cadre du projet « HumaRom » – pour « Humanités romantiques », un programme de recherche qui vise à repenser le xixe siècle de façon interdisciplinaire, à étudier le champ large et partagé des « humanités » tel qu’il existe à l’époque romantique, afin de préparer la réouverture d’un champ commun des « humanités » aujourd’hui. Elle s’inscrit plus précisément dans l’axe 1 du projet, « Humanités romantiques et champ disciplinaire », qui nourrit l’ambition d’une histoire des études dix-neuviémistes. Un colloque organisé en 2016 a ainsi porté sur l’« Histoire des études universitaires dix-neuviémistes » et une journée d’études sur la réception universitaire de George Sand a eu lieu en 2018.

Quelle a été la réception de Hugo à l’université ? Pour apprécier l’ampleur de la question, il faut mesurer la complexité de cet objet, l’université ou la vie universitaire. Trois niveaux de réalité s’y laissent discerner. Car l’université :

‒ ce sont des acteurs, des personnes, avec des statuts différents (des étudiants, des enseignants-chercheurs de divers grades), des arrière-plans, des horizons et des parcours variés ;

‒ c’est un monde d’activités, de pratiques (l’enseignement et la recherche, deux activités remplissant dans des proportions différentes les fonctions de production et de propagation du savoir) mais aussi de relations entre acteurs, activités et relations régies par une organisation, des normes, et où se marient trois ordres de préoccupations, la science(où règne par exemple une division en disciplines), les études et la profession (on a affaire à un milieu professionnel, à des carrières) ;

‒ ce sont enfin (et peut-être surtout, au regard de notre sujet) desdiscours, engendrés par et pour ces acteurs et ces pratiques.

À chacun de ces niveaux, des questions peuvent se poser :

‒ Place de Hugo dans les discours universitaires, qui peuvent être le discours savant du chercheur (thèse de doctorat / publications de l’universitaire chevronné, livre / article de recherche, toutes les nuances de la somme d’érudition jusqu’à l’essai… ; l’histoire de la recherche et celle de la critique sont deux histoires qui ne se recoupent pas parfaitement, d’où la question de leurs rapports), le discours savant et pédagogique de l’enseignant (cours, manuels universitaires) ou le discours exercitatif de l’étudiant (dissertations, mémoires de recherche,…). Les universitaires écrivent-ils sur Hugo, enseignent-ils Hugo, les étudiants travaillent-ils sur Hugo ? Et en glissant des discours auxtravaux universitaires, on fait entrer dans le viseur, à côté des études sur Hugo et son œuvre, les chantiers de la philologie, l’édition savantedes œuvres de Hugo.

‒ Hugo dans ce monde organisé d’activités et de relations qu’est l’université : comment sa réception s’inscrit-elle dans la division disciplinaire ? (est-elle la propriété exclusive des lettres, ou l’histoire et la philosophie, par exemple, en ont-elles leur part ?) Fait-on carrière comme spécialiste de Hugo ? Quel rôle jouent les institutions collectives, qu’elles soient centrales (le Groupe Hugo) ou périphériques (la Société des Amis de Victor Hugo) par rapport à la vie universitaire ? Que nous apprend la création d’une « chaire Hugo » en Sorbonne, au milieu des années 1920, sur le statut de Hugo dans le monde universitaire ?

‒ Le rapport des acteurs à Hugo : comment viennent-ils à Hugo, vivent-ils avec lui, par exemple selon leur horizon idéologique, politique, religieux ? selon leur horizon intellectuel et méthodologique ? Car il y eut, jadis, un Hugo des disciples de Lanson (Paul Berret, Joseph Vianey…), puis un Hugo de l’école de Genève (Albert Béguin, Marcel Raymond…), puis, après la Seconde Guerre mondiale, un Hugo des universitaires communistes (Pierre Albouy, Anne Ubersfeld, Jacques Seebacher…), etc.

Toutes ces questions portent avec elles leurs problèmes de sources : dispose-t-on d’archives suffisamment riches et complètes pour avoir une vision exacte de la place de Hugo dans l’enseignement universitaire du passé ? Comment reconstituer le rapport des acteurs à Hugo quand il n’a pas laissé d’indices clairs ou de traces durables ? Une partie de la réception est irrémédiablement immergée dans l’ombre.

À cette grille de questions, une autre doit être combinée, qui émane désormais de l’objet Hugo (si l’on peut ainsi parler) :

‒ L’évaluation de la place de Hugo peut être quantitative (Hugo est-il très présent dans la vie universitaire, comparativement aux autres écrivains ? Lui donne-t-on l’importance que laisse attendre sa stature nationale et patrimoniale ? Ou bien y a-t-il des oublis, des refus, des occultations, des contournements de Hugo ?) et qualitative (Que dit-on de lui ? À quelle axiologie a-t-il droit ? Hugophobie, hugophilie, hugolâtrie ?)

‒ L’objet Hugo est un objet à mille facettes : lesquelles retiennent l’attention, et qu’en dit-on ?

  • Sa vie (biographies,…) / son œuvre ?
  • Sa place dans l’histoire littéraire ? Comment le situe-t-on par rapport à d’autres écrivains ? La critique universitaire, selon les périodes, s’intéresse-t-elle plutôt par exemple au couple Hugo / Lamartine, ou met-elle en scène une rivalité Hugo / Baudelaire… ?
  • Comment périodise-t-on son œuvre, et s’intéresse-t-on à certaines périodes plutôt qu’à d’autres (avant l’exil / pendant et après l’exil) ?
  • Privilégie-t-on chez lui certains genres littéraires, majore-t-on en lui le poète, le dramaturge, le romancier, l’orateur, l’essayiste, le pamphlétaire ?
  • S’attache-t-on plutôt aux aspects idéologiques / politiques / philosophiques / religieux de son œuvre, ou plutôt à des aspects esthétiques et formels (sa poétique, sa versification, son style) ?

Reste à plonger tout cela dans le mouvement de l’histoire.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront porter sur l’une, l’autre ou plusieurs des problématiques évoquées ci-dessus ; elles pourront porter sur n’importe quelle période de la réception universitaire de Hugo (ou proposer des survols transhistoriques) ; elles se focaliseront sur la réception française, mais pourront envisager également les marges de la francophonie et n’excluront pas nécessairement les comparaisons fertiles avec la situation de Hugo dans les universités étrangères.

Merci d’adresser vos propositions (environ 300 mots) à Guillaume Peynet (guillaumepeynet@free.fr) et à Jordi Brahamcha-Marin (jordi.brahamcha-marin@univ-rennes2.fr, avant le 21 avril 2019. Une réponse définitive vous parviendra avant la fin du mois d’avril.

Organisateurs : Guillaume Peynet (Le Mans Université), Jordi Brahamcha-Marin (université Rennes 2).

http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/actualites/appel-communications-la-reception-universitaire-de-victor-hugo-en-france

Appel à contributions – « Publictionnaire Dictionnaire encyclopédique et critique des publics »

Lettre d’information du Centre de recherche sur les médiations
Publictionnaire 
Dictionnaire encyclopédique et critique des publics


8 mars 2019, 79 chercheures, 105 notices

79 chercheures
Abbou Julie • Amara Marie-France • Bahuaud Myriam • Baumann Stephanie • Baurain-Rebillard Laurence • Bernard Françoise • Bonnet Valérie • Bourdaa Mélanie • Bourdeloie Hélène • Brisset Frédérique • Calabrese Laura • Camus Odile • Clerc Adeline • Corral-Regourd Martine • Coulomb-Gully Marlène • Crenn Gaëlle • Crombet Hélène • Cuccoli Rosarita • Dainville Julie • De Iulio Simona • Dubied Annik • Dutheil-Pessin Catherine • Fleury Béatrice • Foisil Nadia • Fourquet-Courbet Marie-Pierre • Fracchiolla Béatrice • Gaboriaux Chloé • Guaaybess Tourya • Guth Suzie • Harchi Kaoutar • Hare Isabelle • Joly Frédérique • Julliard Virginie • Kerbrat-Orecchioni Catherine • Koren Roselyne • Krieg-Planque Alice • Laudati Patrizia • Le Cornec Ubertini Anne-Hélène• Le Marec Joëlle • Lecolle Michelle • Leméteil Élisabeth • Lévy Clara • Magdelaine-Andrianjafitrimo Valérie • Malbois Fabienne • Marchis-Mouren Laure • Marti Caroline • Masseran Anne • Méadel Cécile • Ménard Sophie • Michel Aurélie • Mitropoulou Eleni • Monnier Angeliki • Müller Susanne • Nadaud-Albertini Nathalie • Noel Johanna • Octobre Sylvie • Oger Claire • Pecolo Agnès • Pernot Caroline • Pierre Sylvie • Pignard-Cheynel Nathalie • Piponnier Anne • Renaut Aurore • Rosier Laurence • Saemmer Alexandra • Scarpa Marie • Ségur Céline • Seoane Annabelle • Simon Justine • Spies Virginie • Stein Marieke • Tartakowsky Danielle • Valentin Virginie • Vannier Marie-Anne • Veniard Marie • Vinson Marie-Christine • Vorger Camille • Wahnich Sophie • Wojcik Stéphanie

105 notices
Agora • Apparatgeist • Appropriation • Arcy (Jean d’) • Arendt (Hannah) • Arène • Aristote • Audience • Averty (Jean-Christophe)• Cadre participatif et adresse • Carnaval • Certeau (Michel de) • Cible • Citoyen • Client • Communauté interprétative • Communication engageante • Confiance • Consécration • Consommateur • Consultation des publics audiovisuels • Controverse publique (sociologie des sciences) • Corps et public • Cosmopolitisme esthético-culturel • Curation • Décision(s) de justice • Dédicace • Démocratie • Design de service • Eckhart (Maître) • Eclectisme culturel • Eco (Umberto) • Ecrivain public • Eléments de langage • Elias (Norbert) • Elite(s) • Emotion esthétique • Ennemi public • Esprit public • Esthétique de la réception • Ethos • Evénement • Evénement discursif • Faire réceptif • Femme publique • Fidélisation • Formule • Foule • Fraser (Nancy) • Génération Y • Grand public • Habitus • Hoggart (Richard) • Homme public • Identité générationnelle • Identité publique • Insulte • Jenkins (Henry) • Jeune public • Journalisme participatif • Journalisme sportif • Kracauer (Siegfried) • Laïcité • Langue de bois • Lazarsfeld (Paul) • Littérature jeunesse • Livre d’or • Livre de chevet • Logos • Manifestation • Manipulation • Marketing • Marque muséale • Metz (Christian) • Park (Robert E.) • Personnage de fiction • Petite phrase • Prescription culturelle • Public (lexique) • Public du sport • Public du théâtre • Public et territoire • Publicité (lexique) • Publicité • Publics du fait divers • Rapporteur public • Réception • Réclame • Renouvellement des publics de la culture • République • Rue arabe • Salle • Scénographie • Slam • Slogan • Spectature • Surdestinataire • Téléréalité • Téléspectateur • Tract • Transmedia Storytelling • Unheimlich • Usager • Veblen (Thorstein B.) • Vulgarisation

Participer au Publictionnaire
Vous êtes chercheur·e, enseignant·e, expert·e ou encore doctorant·e impliqué·e·s dans la réflexion sur les publics (culture, éducation, médias, politique, sciences…), votre contribution nous intéresse ! N’hésitez pas à nous envoyer vos propositions et participez à la construction d’un savoir commun et évolutif sur les publics.

Pour contribuer, envoyez votre idée de notice ou votre notice rédigée conjointement à :
beatrice.fleury@univ-lorraine.fr
michelle.lecolle@univ-lorraine.fr
jacques.walter@univ-lorraine.fr

Format éditorial des notices:
Adéquation au projet scientifique (voir le Projet scientifique du Publictionnaire)
Nom du (des) auteur·e·s et affiliation(s)
Format : de 7 000 à 15 000
Pas de notes de bas de page
Références par ordre alphabétique

Pour en savoir plus, voir les Recommandations aux auteur·e·s de notices


Appel à communication – « À propos des croisements entre études mémorielles, postcoloniales et de genre »

CARREFOURS II

À propos des croisements entre études mémorielles, postcoloniales et de genre

Comité organisateur : Chloé Chaudet (UCA/CELIS) ; Philippe Mesnard (UCA/CELIS/IUF) ;

Jean-Marc Moura (Université Paris-Nanterre/CSLF/IUF)

Jeudi 28 mars 2019

Fondation de l’Allemagne – Maison Heinrich Heine, Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP),

27C boulevard Jourdan, 75014 Paris

Entrée libre

Prendre pour objet les violences du passé, les considérer sous un angle historique ou communautaire, politique ou économique est le propre de plusieurs champs d’études qui se sont, depuis la fin des années 1970, développés parallèlement aux disciplines des sciences humaines et sociales. Si certaines passerelles existent déjà entre l’histoire, la sociologie et les études littéraires, qu’en est-il des dialogues entre les études mémorielles, postcoloniales et/ou de genre ?

Les journées d’études du 24 janvier (Clermont-Ferrand) et du 28 mars (Paris), ainsi que le dossier en rassemblant les interventions (Mémoires en jeu, n° 10, hiver 2019-2020) interrogent les convergences possibles entre ces différents champs d’études. Il s’agit, d’une part, de repérer les discours respectifs et les positionnements que produisent et tiennent ces trois champs, notamment dans les mondes anglo-saxon et francophone, et d’autre part, d’interroger leurs équivalences conceptuelles en se situant à un niveau épistémologique. Passant de l’épistémologique à l’épistémique, on complétera ce questionnement en travaillant sur des cas qui se prêtent à des types d’analyses et à des concepts situés à la croisée de ces champs.

Programme de la journée d’étude du 28 mars

9h30 Accueil des participants

9h45 Ouverture et présentation par les organisateurs

Interroger les convergences conceptuelles I (modération : Jean-Marc Moura)

10h00 Philippe Mesnard (UCA/IUF) : À quelles conditions les témoins peuvent-ils parler ?

10h30 Max Silverman (U. Leeds) : Palimpsestic memory : towards an intersectional poetics and politics

11h00 Pause

Interroger les convergences conceptuelles II (modération : Philippe Mesnard)

11h30 Anne Tomiche (Sorbonne Université) : Genre et mémoires de l’esclavage

12h00 Stef Craps (U. Gent) : Remembering the pain of Others : towards a decolonized Trauma Studies

13h00 Pause déjeuner

Penser & repenser les corpus I (modération : Luba Jurgenson)

14h00 Mateusz Chmurski (Sorbonne Université) : Mémoire, genre et émancipation au pays du colonisateur/colonisé : une révolution féminine dans les sciences humaines en Pologne ?

14h30 Charles Forsdick (U. Liverpool) : Dark heritage and the taxonomies of postcolonial tourism

15h00 Pause

Penser & repenser les corpus II (modération : Chloé Chaudet)

15h30 Anne Castaing (CNRS/CEIAS) : « Remembering Partition » : documenter l’histoire des femmes dans la Partition de l’Inde (1947)

16h00 Discussion finale

https://celis.univ-bpclermont.fr/spip.php?article1755

Conference – « The Circulation of Print and its Intermediaries: Literary Agents, Translators, Authors, Publishers, and Series Editors in the Anglophone and Francophone Worlds »

One-day Conference:

The Circulation of Print and its Intermediaries: Literary Agents, Translators, Authors, Publishers, and Series Editors in the Anglophone and Francophone Worlds

April 5, 2019, 9h00-17h15, Université Paris Diderot, Olympe de Gouges, room 830. With the support of LARCA (Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones, UMR 8225, Université Paris Diderot-CNRS) and the Institut universitaire de France.

Organisation: Claire Parfait (PLÉIADE, Université Paris 13) and Will Slauter (LARCA, Paris Diderot – CNRS / IUF). For further information please write to claire.parfait@univ-paris13.fr and wslauter@univ-paris-diderot.fr.

This one-day conference on the circulation of texts between the Anglophone and Francophone worlds will consider the role of intermediaries, such as literary agents, translators, and collection editors. It will also explore the special status of collective works such as journals, newspapers, and anthologies.

The day will include case studies as well as overviews of recent research in the field.

Program

9h00 : welcome

Moderators for the day: Marie-Françoise Cachin et Sara Thornton (LARCA)

9h30-11h00 : Literary Agents: the profession, circulation, and state of the field

§  Cécile Cottenet (Aix-Marseille Université) : « Les agents littéraires au prisme de l’histoire du livre »

§  Laurence Cossu-Beaumont (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « Les agents littéraires au prisme de l’histoire culturelle transnationale »

11h00-11h15 : Coffee

11h15- 12h45: Translation

§  Alison Martin (Johannes Gutenberg-Universität Mainz): « Politics, Persona and Paratext: Helen Maria Williams as Translator of the French Revolution »

§  Susan Pickford (Université Paris-Sorbonne): « The significance of skopos in the quarrel over the 2009 retranslation of Simone de Beauvoir’s Le Deuxième Sexe »

12h45-14h : Lunch 

14h00-15h30 : Two panels on collective works

a) 14h00-15h30 : Newspapers and Journals: 

§  Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Les revues en réseau : modalités de production et de circulation des littératures africaines contemporaines »

§  Will Slauter (LARCA – Paris Diderot – CNRS / IUF) : “Newspapers and the Question of Copyright”

15h30-15h45: Coffee

b) 15h45-17h15 : Collections and anthologies 

§  Isabelle Olivero (Bibliothèque nationale de France) : « La circulation par la collection. Une évolution contrastée »

§  Claire Parfait (Université Paris 13/délégation CNRS au LARCA) : « À qui appartient le texte ? Le cas des historiens africains américains au 19 ème siècle »

Parution – « Faire littérature. Usages et pratiques du littéraire (XIXe-XXIe siècles) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de Faire littérature. Usages et pratiques du littéraire (XIXe-XXIe siècles).

Le projet: étudier les usages que l’on peut faire de la littérature dans le droit, l’histoire, le marketing, la médecine, le rap, le théâtre, etc., et les pratiques que ces usages informent, tout au long des siècles les plus récents.

On peut lire l’introduction de l’ouvrage en ligne sur Fabula http://www.fabula.org/atelier.php?Faire_litterature.

Pour consulter le sommaire ou commander le livre, il suffit de cliquer sur ce lien: http://wp.unil.ch/archipelessais/volume-27/.

Colloque – « Littérature, médias et discours culturel »

Université de Montréal
14 – 15 mars 2019

Co-organisé, avec le soutien du CRILCQ, par le Centre d’archives Gaston-Miron (CAGM) de l’Université de Montréal et le LaboPop de l’UQAM, le colloque « Littérature, médias et discours culturel » se donne pour objectif de réfléchir, de manière large, aux rapports entre la littérature, les genres médiatiques (en particulier radiophoniques et télévisuels) et le discours culturel, en s’ouvrant à une pluralité d’approches analytiques comme à une grande diversité de corpus. Cet événement permettra d’accroître la connaissance que nous avons de l’histoire culturelle et de l’histoire de la littérature, mais aussi, plus précisément, de l’histoire des formes, des dispositifs et des représentations du littéraire.

Comité organisateur :

Le colloque se déroulera du 14 au 15 mars 2019, à l’Université de Montréal, pavillon Lionel-Groulx, locaux C-1017-02 (14 mars) et C-3061 (15 mars). Pour consulter le programme détaillé de l’évènement, cliquez ici

Programme

JEUDI 14 MARS 2019 
Pavillon Lionel-Groulx, local C-1017-02

 9 h — Accueil

9 h 15 — Mot d’ouverture

9 h 30 — Espaces esthétiques, espaces énonciatifs

Président de séance : Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal)

  • « Une dramaturgie sonore. L’émission Nouveautés dramatiques (1950-1962) », LUCIE ROBERT (Université du Québec à Montréal)
  • « Book-club : un éventail de formes, de dispositifs et de modalités d’appréhension du littéraire à la radio de Radio-Canada », NICOLAS GAILLE (Université du Québec à Montréal)

10 h 45 — Pause-café

11 h — Femmes et dispositifs télévisuels

Président de séance : Pierre Barrette (Université du Québec à Montréal)

  • « Femme d’aujourd’hui et la littérature à la télévision publique canadienne (1965-1982) », MYLÈNE BÉDARD (Université Laval) et JOSETTE BRUN (Université Laval)
  • « Des femmes à la télévision : une critique féministe et anticapitaliste des médias de masse », MARIE-ANDRÉE BERGERON (University of Calgary)

12 h 10 — Dîner · CRILCQ, C-8141

13 h 30 — Logiques populaires à l’œuvre

Présidente de séance : Micheline Cambron (Université de Montréal)

  • « Zoom sur le fascicule. Logiques concurrentielles et participatives dans le fascicule paralittéraire de l’après-guerre au Québec », MARIE-PIER LUNEAU (Université de Sherbrooke) et JEAN-PHILIPPE WARREN (Université Concordia)
  • « Alys Raby, Roxane d’Amour, Sergerinette et tutti quanti. Spécificités du pseudonyme dans le fascicule d’après-guerre », KAROL’ANN BOIVIN (Université de Sherbrooke)
  • « “Sa Majesté Michelle 1re, pourtant habituée au faste et à la splendeur, a hésité comme une petite fille qui choisit la toilette de son premier bal…” ». Scénographie du vedettariat et événement culturel dans Radiomonde et Télémonde, ADRIEN RANNAUD (Université du Québec à Montréal)

16 h à 18 h — Projections d’archives et vin d’honneur · CRILCQ, C-8141

VENDREDI 15 MARS 2019 
Pavillon Lionel-Groulx, local C-3061

9 h 15 — Accueil

9 h 30 — Figures d’intellectuels, postures médiatiques

Président de séance : Gilles Dupuis (Université de Montréal)

  • « Gérald Godin: occuper l’espace », JONATHAN LIVERNOIS (Université Laval)
  • « Hubert Aquin spectaculaire. Mises en scène de la mort aquinienne dans les médias québécois », FRANÇOIS HARVEY (Cégep Édouard-Montpetit)

10 h 45 — Pause-café

11 h — Marge culturelle, angles morts et enjeux historiographiques

Président de séance : Sylvano Santini (Université du Québec à Montréal)

  • « Silence radio : à propos des “dits et écrits” de Patrick Straram », GUILLAUME BELLEHUMEUR (Université McGill)
  • « Jean Benoît et l’Exécution du testament du Marquis de Sade (1959) », MARIA ROSA LEHMANN (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

12 h — Dîner · CRILCQ, C-8141

13 h 30 — Discours critiques et pratiques méthodologiques

Présidente de séance : Martine-Emmanuelle Lapointe (Université de Montréal)

  • « La voix du critique. Accompagner la littérature à l’ère des nouveaux médias (1940-1965) », KARINE CELLARD (Cégep de l’Outaouais)
  • « Le cas d’Ultimatum I & II : comment intégrer l’archive vidéo à l’histoire littéraire? », SAMUEL MERCIER (Université Concordia) 
  • « Les entrevues avec des éditeurs francophones : dispositif, médiations, figures médiatiques », ANTHONY GLINOER et GUILLAUME MADORE (Université de Sherbrooke)

15 h 45 — Mot de clôture