Archives de l’auteur : guillaumemadore

Parution – « Contextes – Lucien Goldmann »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 25 de la revue Contextes, qui peut intéresser des membres de cette liste. Il est consacré à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, à ses méthodes et à ses héritages contemporains, et a été coordonné par Quentin Fondu, Laélia Véron et Lucile Dumont. 
Il est disponible en ligne ici: https://journals.openedition.org/contextes/8373 

Appel à communications – « Colloque “La conceptualisation du récit” (littérature et enseignement) »

Dans le cadre des activités scientifiques du CRILCQ et du CRIFPE se tiendra, le 3 avril 2020 à l’Université Laval (Québec), le colloque étudiant La conceptualisation du récit à la croisée des chemins. La littérature, entre analyse et enseignement.

Le colloque se veut l’occasion d’une rencontre interdisciplinaire entre chercheurs-étudiants en études littéraires et en didactique du français. Il vise une réflexion sur les points d’intersection qui unissent les deux disciplines en prenant pour noyau l’étude et l’enseignement du récit.

Appel à communications

 

La conceptualisation du récit à la croisée des chemins
La littérature, entre analyse et enseignement

Colloque étudiant organisé dans le cadre
des activités scientifiques du CRILCQ et du CRIFPE

Présenté par Alexandra Gagné et Mélanie Grenier, doctorantes
Université Laval (Québec)

Vendredi 3 avril 2020

Ricœur disait de la littérature qu’elle « porte au langage des aspects, des qualités, des valeurs de la réalité, qui n’ont pas d’accès au langage directement descriptif » (Ricœur, 1986, p. 27). Au-delà du plaisir que procure leur lecture, les récits constituent un mode de transmission de connaissances particulièrement efficace, et ce, non seulement par leur contenu (l’histoire, les personnages, les actions), mais aussi par leur forme. De fait, de plus en plus de disciplines s’intéressent au lien étroit qui unit notre habileté à produire des histoires et notre compréhension du monde. À travers la notion d’intelligence narrative, laquelle postule que le récit est le mode fondamental par lequel nous donnons un sens à notre existence et à celle d’autrui (Molino et Lafhail-Molino, 2004), la narrativité est devenue un sujet de recherche prisé bien au-delà des limites du champ littéraire et artistique, donnant lieu à des réflexions riches tant en psychologie que dans le domaine de l’intelligence artificielle, pour ne citer que ceux-là.

Pourtant, bien qu’il s’agisse d’une avenue de recherche florissante, les outils sur lesquels on s’appuie pour enseigner le récit n’ont que très peu évolué. Au Québec, le schéma quinaire (Larivaille, 1974), axé sur la transformation de la situation d’un personnage à travers un enchainement d’actions, constitue un outil largement utilisé depuis plusieurs décennies (Falardeau, 2004). Dès la quatrième année du primaire et jusqu’à la fin du secondaire, on invite les élèves à en repérer les composantes dans divers textes, sans égard au genre, faisant ainsi du modèle une grille de lecture réductrice. Or, l’un des enjeux de l’enseignement des récits, et plus largement des œuvres littéraires, consiste à donner les moyens aux sujets lecteurs (Rouxel et Langlade, 2004) de mieux se comprendre eux-mêmes et de mieux comprendre les autres grâce à la médiation privilégiée des textes. En devenant plus habiles pour identifier et interpréter les moyens par lesquels l’œuvre littéraire permet la figuration d’actions individuelles et collectives (Ricœur, 1986), les élèves affinent leurs compétences à comprendre la vie sociale et à y prendre part.

À l’aune de cette conception herméneutique et socialement construite de la lecture, il convient de réfléchir à des modèles plus ouverts, susceptibles d’inspirer des dispositifs d’analyse, d’enseignement et d’apprentissage où peuvent s’échanger et se négocier les interprétations diverses, voire divergentes, des élèves et de l’enseignant.

Ce colloque se veut l’occasion d’une rencontre interdisciplinaire entre la didactique de la littérature et les études littéraires dans le but d’explorer des conceptions dépassant le schéma quinaire, d’une part, et de réfléchir à des façons de renouveler son utilisation, d’autre part. Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des axes de réflexion suivants (ou en explorer d’autres) :

  • De quelle façon les œuvres narratives contemporaines qui déjouent cette attente d’un enchainement d’actions et d’une transformation de la situation du personnage remettent-elles en question le schéma quinaire?
  • Qu’apporte la narratologie dite « postclassique » (narratologies cognitive, naturelle, non naturelle, féministe, transmédiale, etc.) à la conception que nous avons de l’organisation et de la lecture du récit?
  • Que reste-t-il des approches méthodologiques issues des études littéraires (narratologie, sociologie de la littérature, sociocritique, critique féministe ou postmoderne, etc.) dans l’enseignement des œuvres narratives au primaire, au secondaire ou au collégial?
  • Quels outils conceptuels pour accompagner la lecture de récits dans les classes?

 

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront suivies d’une période de discussion de 10 minutes. Les propositions de communication doivent comprendre les éléments suivants :

  • Un titre;
  • Un résumé de 250 à 300 mots;
  • Une notice biobibliographique.

Les propositions doivent être envoyées par courriel à l’adresse suivante, au plus tard le lundi 2 décembre 2019 : litteratureetenseignement@gmail.com

*Veuillez noter que les frais reliés aux déplacements seront à la charge des participants.

Bibliographie

Falardeau, É. (2004). La place des lecteurs dans les classes de littérature. Québec français(124), 38-41. Repéré à http://id.erudit.org/iderudit/55544ac

Larivaille, P. (1974). L’analyse (morpho)logique du récit. Poétique, 19, 368-388.

Molino, J. et Lafhail-Molino, R. (2004). Le récit, un mécanisme universel. Sciences Humaines, 4(148), 23-31. Repéré à https://www.scienceshumaines.com/le-recit-un-mecanisme-universel_fr_3981.html

Patron, S. (2018). Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit. Villeneuves d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Ricœur, P. (1986). Du texte à l’action. Essai d’herméneutique II. Paris, France : Éditions du Seuil.

Rouxel, A. et Langlade, G. (2004). Le sujet lecteur : lecture subjective et enseignement de la littérature : actes du colloque sujets lecteurs et enseignement de la littérature. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

 

Colloque – « “Les Temps de l’anticipation” et dernières publications de l’ANR Anticipation »

Nous avons le plaisir de vous inviter au colloque “Les Temps de l’anticipation” qui se tiendra les 10 et 11 octobre à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon.
En voici le programme en pièce jointe.

J’en profite pour vous signaler les deux dernières publications de l’ANR Anticipation :

Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Presses Universitaires de Montréal, 2019.
https://pum.umontreal.ca/catalogue/le-roman-des-possibles
Vous trouverez en pièce jointe un code fourni par l’éditeur, permettant de commander l’ouvrage sans frais de port.

et le numéro de la revue COnTEXTES, L’Anticipation dans les discours médiatiques et sociaux : genres, supports, valeurs, sous la direction de Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon.
https://journals.openedition.org/contextes/6597

Prog-collTempsAnticipation

Affiche-Le_roman_des_possibles

Appel à contributions – « Revue ¿Interrogations? N° 31 – Penser les représentations de l’ ”idéal féminin” dans les médias contemporains (30 novembre) »

L’équipe de la revue ¿ Interrogations ? vous annonce le prolongement de son appel à contributions :

Appel à contributions n° 31 – Penser les représentations de l’« idéal féminin » dans les médias contemporains

Numéro coordonné par Sebastien Haissat

http://www.revue-interrogations.org/Penser-les-representations-de-l

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013).

Cet appel à contribution propose de réfléchir plus particulièrement sur les modèles de l’idéal féminin diffusés à travers les médias contemporains, de la littérature aux jeux vidéos, en passant par les bandes dessinées, le cinéma et les séries télévisées. On entend par idéal le fait qu’ils soient présentés comme des exemples de perfection, en raisons de leurs qualités et de leurs caractéristiques, que ces modèles soient possibles à atteindre ou non. Plus précisément, il s’agit d’engager un regard critique sur la façon dont l’idéal féminin est représenté par les médias et/ ou sur la manière dont ces représentations sont reçues par le public. Les travaux proposés pourront s’appuyer sur des personnages réels (femmes sportives, politiciennes, actrices, pop stars, etc.) ou des personnages de fiction (super-héroïnes, avatars de jeux vidéos, etc.).

Dès lors, plusieurs pistes sont envisageables pour décrire, analyser et expliquer comment ces modèles de l’idéal féminin sont exprimés dans les médias contemporains : quels messages et significations diffusent-ils ? Existe-t-il des modèles dominants, des standards ? Comment ces modèles ont-ils évolués ? Selon quelles normes ou caractéristiques sont-ils présentés comme des idéaux de référence ? Dans quelles mesures constituent-ils des guides de conduites et de savoirs pratiques ? Quelles sont ses représentations iconographiques (comment, par exemple, les héroïnes de fiction ou les pop stars sont-elles mises en scène) ? Dans quelles mesures ces modèles sont-ils rattachés à des figures mythiques et historiques ou se font-ils l’écho d’un discours idéologique sur le monde et l’ordre social ?

Une attention particulière peut également être apportée à la réception de ces modèles afin d’éviter une analyse trop empreinte de déterminisme médiatique (Hall, 1980 ; Certeau, 1980) : comment sont-ils interprétés selon les caractéristiques sociales des publics concernés ? Sont-ils vécus comme des contraintes ? Quel est le degré d’appropriation et d’intériorisation de ces modèles ? Dans quelle mesure sont-ils relativisés, bricolés, reconfigurés ou détournés ? Enfin, est-il possible d’ignorer ou de s’opposer aux diktats associés à ces figures idéales de la féminité présentées comme des sources d’inspiration, sans risquer le dénigrement, voire l’exclusion par les pairs ? Par exemple, les femmes peuvent-elles se permettre de prendre pour référence des modèles qui valorisent la combativité et la violence ou qui s’écartent des normes de beauté féminines dominantes sans risquer la stigmatisation ?

Modalités de soumission des articles

Les articles, rédigés aux normes de la revue, devront être envoyés jusqu’au 30 novembre 2019 à l’adresse suivante :

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 (notes et espaces compris) et doivent être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et en anglais.

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication du numéro : décembre 2020.

Références bibliographiques

Biscarrat Laetitia (2013), « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°3, juillet 2013, [En ligne] https://journals.openedition.org/rf…

Certeau Michel (de) (1990 [1980]), L’Invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Seuil.

Courbières Caroline (2013), « Représentations du féminin : sexe, concept et définitions », Communication & langages, n° 175, novembre 2013, pp. 141-152.

Hall Stuart (1980 [1973]), « Encoding/decoding », Culture, Media, Language : Working Papers in Cultural Studies, 1972-79, London, Hutchinson, pp. 128-138.

Hoffman Curt & Hurst Nancy (1990), « Gender stereotypes : Perception or rationalization », Journal of Personality and Social Psychology, n° 58, march 1990, pp. 197-208.

Julliard Virginie & Quemener Nelly (2014), « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4, novembre 2014, [En ligne] https://journals.openedition.org/rf…

Mead Margaret (1963), Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Plon.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel thématique à contributions.

♦ La rubrique « Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Émilie Saunier : emiliesaunier@yahoo.fr.

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique « Varia », par laquelle se clôt tout numéro de la revue, accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions thématiques en cours ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des « Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Chaque note de lecture peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et doit être adressée à Florent Schepens : schepens.f@wanadoo.fr. Par ailleurs, les auteurs peuvent nous adresser leur ouvrage pour que la revue en rédige une note de lecture à l’adresse suivante : Sébastien Haissat, UPFR Sports, 31 Chemin de l’Epitaphe – F, 25 000 Besançon. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils soient ou non recensés, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

 La politique éditoriale de la revue

  • ¿ Interrogations  ? est une revue à comité de lecture. Tous les articles reçus sont d’abord soumis à une pré-expertise interne au comité de rédaction, qui évalue leur pertinence scientifique, ainsi que leurs qualités rédactionnelles. Ils sont ensuite soumis à une double expertise à l’aveugle, réalisée anonymement par le comité de lecture ou par des chercheurs sollicités à l’extérieur.
  • La revue est indépendante de toutes institutions (universités, laboratoires, etc.) et de toutes écoles. Elle défend la pluridisciplinarité et le croisement des regards épistémologiques et méthodologiques.
  • Dans un souci de diffusion de la connaissance, l’ensemble des numéros est en libre accès sur le site internet de la revue (http://www.revue-interrogations.org), dès leur mise en ligne et ce, sans aucune restriction.

Parution – « “Ennemis mortels”. Représentations de l’islam et politiques musulmanes en France à l’époque coloniale »

A l’occasion de la parution de:
 
“Ennemis mortels”. Représentations de l’islam et politiques musulmanes en France à l’époque coloniale
 
La Découverte
En librairie le 17 octobre 2019
 
je présenterai le livre:
 
jeudi 17 octobre 2019, dans le cadre de la Nuit des débats, à 19 heures à la librairie La Petite Egypte, 35 rue des Petits Carreaux, 75002, Paris.
 
mercredi 23 octobre 2019 à 19 heures au Lieu-Dit, 6 rue du Sorbier, 75010, Paris, à l’invitation de la Société Louise Michel.
 
 
samedi 26 octobre 2019 à 18 heures à la librairie Résistance, 4 villa Compoint, 75017, Paris.
 
mercredi 6 novembre 2019 à 19 heures au Café Tata-Monique, 18 rue Laplace, 75005, Paris.
 
vendredi 8 novembre 2019 à 18 heures 30, Université populaire de Givors, salle Rosa Parks, Maison du fleuve Rhône, Place de la Liberté, Givors, 69700.
 
– vendredi 6 décembre 2019  à 19 heures à la librairie L’Alinéa, 12 Traverse Jean Roque, 13500 Martigues.
 
 
jeudi 12 décembre 2019 à 19 heures à l’Institut du Monde Arabe en présence de Rachida El-Azzouzi, journaliste à Mediapart, Christelle Taraud, historienne et professeure à Columbia University et New-York University (Paris) et  Abdellali Hajjat, maître de conférences en sciences politiques.
 
 
Cordialement.
O. Le Cour Grandmaison
Contact Editions La Découverte: Pascale Iltis: p.iltis@editionsladecouverte.com
 
 

“Ennemis mortels”. Représentations de l’islam et politiques musulmanes en France à l’époque coloniale

 

4ème de couverture

 

Pour mieux comprendre la place singulière de l’islam aujourd’hui en France, cet

ouvrage étudie les représentations de cette religion et des musulmans élaborées

de la fin du XIXe siècle jusqu’à la guerre d’Algérie par les élites académiques,

scientifiques, littéraires et politiques.

S’appuyant sur des sources diverses, parfois ignorées ou négligées, Olivier

Le Cour Grandmaison analyse la façon dont ces élites ont, pendant des

décennies, conçu et diffusé un portrait pour le moins sombre des colonisés

musulmans. Pendant qu’Ernest Renan, par exemple, soutient que l’islam

« n’a été que nuisible », Guy de Maupassant se passionne pour la sexualité

prétendument débridée et « contre nature » de ses adeptes.

Conçues par des personnalités souvent célèbres, diffusées par des institutions

prestigieuses, ces représentations sont rapidement incluses dans de multiples

ouvrages de vulgarisation. Jugé rétif au progrès, le « musulman » est décrit

comme un danger protéiforme et existentiel qui menace les bonnes mœurs, la

sécurité sanitaire, celle des biens et des personnes, l’avenir de la nation et de la

civilisation occidentale.

Ces représentations éclairent également les « politiques musulmanes »

mises en œuvre par la France. Enfin, comme le montre l’auteur, ce passé affecte

toujours notre présent et alimente les obsessions islamophobes de beaucoup de

nos contemporains.

 

Olivier Le Cour Grandmaison enseigne les sciences politiques et la philosophie

politique à l’université Paris-Saclay-Évry-Val d’Essonne. Il est l’auteur, notamment, de

Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial (Fayard, 2005), La République

impériale. Politique et racisme d’État (Fayard, 2009), De l’indigénat. Anatomie d’un

« monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français (Zones/

La Découverte, 2010) et L’Empire des hygiénistes. Vivre aux colonies (Fayard, 2014).

 

Appel à contributions – « Le théâtre de SF (ReS Futurae) »

Voici le lien vers un appel à contributions pour un prochain numéro de ReS Futurae intitulé Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie https://resf.hypotheses.org/3862.
 
Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction.
Il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le XIXe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. 
Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique.
 
Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent me parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Appel à communication – « Colloque des Imaginales 2020 ”Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy” ? »

Colloque des Imaginales 2020

« Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? »

14-15 mai 2020

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

 

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ?

L’œuvre de Martin s’est en effet imposée, aux côtés de celles de Tolkien et de J.K. Rowling, comme nouveau « monument » de la fantasy, au sommet de son panthéon : connue d’un très large public, suscitant des appropriations nombreuses et variées, du champ de la publicité à celui de la politique, son influence la constitue en modèle de ce que peut être, aujourd’hui, la culture populaire – son impact, mais aussi ses limites.

Voici quelques pistes qu’on propose en particulier à l’exploration :

– un nouveau modèle pour le genre et ses sous-genres : Game of Thrones/ Le Trône de Fer a proposé des réorientations fortes par rapport aux modèles antérieurs du genre – la fantasy depuis lors se fait plus sombre, plus historique, plus « adulte ». Si elle n’était pas une nouveauté au milieu des années 90 quand Martin publie son premier volume (La Compagnie Noire de Glen Cook débute en 1984), la dark fantasy, volontairement sanglante et amorale, est arrivée sur le devant de la scène avec GoT ; les expressions de « gritty fantasy » ou de « grimdark » ont été proposées pour repérer ce courant, illustré par exemple par les œuvres de Mark Lawrence, Joe Abercrombie ou en France par les dernières productions de Lionel Davoust et Pierre Pevel. Autre apport de Martin au genre, l’accent mis sur les sources historiques et sur une volonté de vraisemblance « boueuse » a également une très belle et rapide postérité, au point de constituer aujourd’hui l’élément le plus étudié à son sujet[1].

– un nouveau modèle pour une fantasy multi ou transmédiatique : première série télévisée de fantasy médiévale-fantastique à dépasser un public de « niche », GoT a braqué sur le genre les projecteurs de l’actualité médiatique. La diffusion des saisons successives a été accompagnée chaque fois par des campagnes de promotion transmedia remarquées, jeux de plateau et jeux vidéo développant pour leur part toute une gamme d’accès ludiques à l’univers de Westeros. Depuis, les adaptations en séries télévisées de grands succès de la fantasy anglophones n’ont cessé de se multiplier – Les Chroniques de Shannara d’après Terry Brooks (2016-2017), The Magicians d’après Lev Grossman (2015-en cours), American Gods d’après Neil Gaiman (2018-en cours), Good Omens (Gaiman et Pratchett, 2019), A la croisée des mondes (Pullman, 2019)… – et les annonces de projets sont tout aussi nombreuses, à commencer par la série qu’Amazon compte consacrer à l’œuvre de Tolkien. Quels peuvent être les atouts de la fantasy pour de tels déploiements médiatiques ? Comment le modèle du worldbuilding en particulier, popularisé par GoT, trouve-t-il à se diffuser largement dans l’écosystème culturel ?

– un nouveau modèle de public actif : la constitution de communautés de fans actifs autour du cycle littéraire et de la série télévisée peut manifestement être identifiée comme une des évolutions décisives ayant permis leur succès spectaculaire. Produit des réseaux sociaux et des communications numériques, la participation des publics est désormais recherchée, scrutée, crainte parfois. Certains fans se consacrent à la fiction, d’autres à collecter et partager les données d’une érudition dont ils sont les meilleurs gardiens – Martin lui-même le reconnait en co-signant avec Elio M. García Jr. et Linda Antonsson, du site Westeros.org, son World of Ice and Fire ; en France, La Garde de Nuit voit son expertise reconnue par une collection d’ouvrages chez Pygmalion, l’éditeur des traductions de Martin. Certains s’emparent des messages qu’ils lisent dans l’œuvre pour les transposer dans une actualité politique – le slogan « Winter is coming » a ainsi pu être largement détourné pour alerter sur le changement climatique[2].

– un modèle à prendre en exemple ? Les controverses ont également accompagné le succès de GoT, qu’il s’agisse de la question de la représentation des rôles genrés ou des populations racisées, ou lors de la dernière saison, des options scénaristiques choisies, violemment rejetées par une part du public. La fin semble doublement impossible pour cet ensemble – fin piégée pour une série télévisée aux évolutions inacceptables pour certains, fin toujours repoussée pour le cycle littéraire, dont les volumes annoncés par Martin connaissent sans cesse de nouveaux délais tandis que les projets annexes (Fire and Blood actuellement) semblent davantage inspirer l’auteur… Une œuvre à succès, ainsi adorée sur le long terme, est-elle condamnée à mal finir ou à ne pas finir ? Que peut nous apprendre le cas de GoT sur cette difficulté spécifique à la sérialité, et peut-être plus encore aux univers tentaculaires de la fantasy ?

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2020 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

 

 

Comité scientifique :

Victor Battaggion (rédacteur en chef du magazine Historia)

Mélanie Bourdaa (université de Bordeaux)

Claire Cornillon (université de Nîmes)

Florent Favard (université de Nancy-Lorraine)

Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Sandra Provini (U. Rouen)

Stéphane Rolet (Université Paris 8)

Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Myriam White-Le Goff (U. Artois)

 

[1] Voir en français les articles de William Blanc et Yann Boudier dans Game of Thrones, série noire, Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, de Justine Breton dans Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019, et l’ouvrage de Stéphane Rolet Le Trône de fer ou le pouvoir dans le sang, Tours, PUFR, 2014, auquel s’ajoutent les numéros spéciaux de revues et magazines comme Historia (hors-série, printemps 2019). La production anglophone est importante, avec notamment Shiloh Carroll, Medievalism in A Song of Ice and Fire and Game of Thrones, Cambridge, D.S. Brewer, 2018 ; Carolyne Larrington, Winter is Coming: The Medieval World of Game of Thrones, Londres, I.B.Tauris, 2016 ; Brian A. Pavlac (dir.), Game of Thrones vs. History: Written in Blood, Malden, Wiley Blackwell, 2017.

[2] Voir l’ouvrage de William Blanc, Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy, Libertalia, 2019.

La liste Socius – nouvelle équipe

Chères et Chers collègues,

Voici quinze ans, j’ai lancé avec Pascal Brissette la liste Socius, dédiée à la sociologie de la littérature et plus largement aux approches sociales des faits et des textes littéraires. 

La liste Socius (860 abonnée.e.s à ce jour) a par la suite fait des petits : le carnet qui en conserve les archives, un compte Twitter, le site des ressources Socius avec ses bibliographies, ses rééditions et son lexique, enfin une anthologie bilingue. Je suis heureux et fier du travail accompli pour fournir à la communauté des chercheur.e.s (universitaires ou non) des outils pour mieux comprendre les rapports entre le littéraire et le social. 

Il est temps pour moi de passer la main. J’ai donc le plaisir de vous faire savoir que Denis Saint-Amand, chercheur qualifié du FNRS belge à l’Université de Namur, co-directeur du lexique Socius et co-directeur de la revue COnTEXTES, a accepté de devenir le co-modérateur et le propriétaire de la liste Socius. Paul Dirkx m’a indiqué vouloir poursuivre l’aventure avec la nouvelle équipe et Pascal Brissette m’a dit souhaiter se retirer. Je les remercie l’un et l’autre pour leur soutien au cours des dernières années. 

Je sais que la liste est entre de bonnes mains et je vous remercie pour votre fidélité aux annonces de la liste Socius. 

Anthony Glinoer

Annonce de poste – « Urgent : ingénieur.e d’étude – CDD 16 mois »

La revue Biens symboliques/Symbolic Goods recherche une coordinatrice ou un coordinateur pour le programme TRANSIENS (programme d’expérimentation et de réflexion autour du multilinguisme dans l’édition en SHS, porté par la revue en partenariat avec OpenEdition)

Le poste est à pourvoir de manière urgente (candidatures jusqu’à lundi 30/09 minuit, nos excuses pour ce délai…)

Vous trouverez toutes les informations sur ce poste à cette adresse : https://bssg.hypotheses.org/547

Appel à communications – « Enquête sur les enquêtes : tableaux, parnasses, panoramas de l’histoire littéraire »

Enquête sur les enquêtes : tableaux, parnasses, panoramas de l’histoire littéraire

Colloque organisé par Alexandre Gefen et Guillaume Métayer

UMR THALIM (CNRS-Paris 3-ENS) & UMR CELLF (CNRS-Sorbonne université)

14-15 septembre 2020

Maison de la recherche de l’université Paris 3 (rue des Irlandais) et Maison de la recherche de Sorbonne Université (rue Serpente)

Du Tableau de l’esprit de nos écrivains de Sabatier de Castres en 1772 au Tableau de la littérature française de la NRF en 1929 en passant par le Tableau historique de l’état et des progrès de la littérature française depuis 1789 de Marie-Joseph Chénier (1818), de L’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret de 1891 à l’enquête « Pourquoi écrivez-vous ? » de la revue Papiers en 2019 en passant par la célèbre enquête de la revue Littérature de 1919, tableaux, bilans, enquêtes, panoramas jalonnent l’histoire littéraire en fournissant autant de points d’arrêt et de comparaison que de vues synoptiques. Passant de la modalité sérieuse du rapport (Rapport sur le progrès des lettres et des sciences en France de Silvestre de Sacy) à des formes plus enjouées et intimes (le questionnaire de Proust), distincts des entreprises historiennes par leur volonté de proposer une coupe instantanée du présent, souvent produits par les écrivains eux-mêmes et recourant à partir de la fin du XIXe siècle à la modalité spécifique de l’entretien et de l’enquête, ces tableaux synchroniques sont une modalité à part de la critique littéraire. Or ces tentatives de bilan, parfois rééditées, toujours objets de curiosité, n’ont jamais été étudiées en tant que telles. Ce colloque fera le pari qu’elles offrent des points d’observations exceptionnels, à la fois pour les résultats de synthèse qu’elles proposent que pour les présupposés qui les animent. Leurs auteurs, leurs modalités (tableaux de synthèse, schémas, listes, réponses des écrivains eux-mêmes, etc.), leurs frontières chronologiques et leurs choix sociologiques nous semblent aussi riches d’informations que les conclusions qu’elles recueillent sur des moments de l’histoire des lettres. Après l’âge des représentations allégoriques, telles que le Voyage au Parnasse de Cervantès (1614) ou encore le Temple du goût de Voltaire (1733), comment la littérature donne-t-elle d’elle-même une vue synoptique et, le plus souvent, synchronique ? À quelles images et à quels instruments recourt-elle pour mettre en lumière, et parfois en scène, ses grands tendances esthétiques, ses hiérarchies et ses valeurs ? En proposant de revenir de près sur les nombreux exemples de ces enquêtes littéraires, et en réfléchissant sur les formes et la signification du genre lui-même, on se proposera ainsi de réfléchir à l’histoire de l’histoire littéraire, mais aussi aux systèmes de valeurs accompagnant l’idée même de littérature.

 

Les propositions d’interventions (1 page accompagnée d’une brève bio-bibliographie) sont à envoyer à gefen@fabula.org et gme.metayer@gmail.com avant le 31 mars 2020.​