Archives de l’auteur : hombelinepassot

Parution – « Fixxion, n°20 : Radicalités: contestations et expérimentations littéraires »

C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons la parution du 20e numéro de la revue Fixxion, intitulé « Radicalités : contestations et expérimentations littéraires », coordonné par Justine Huppe, Jean-Pierre Bertrand et Frédéric Claisse. Le numéro peut être entièrement lu en ligne, ici.

Résumé du numéro :

Quelle pourrait être l’acception proprement littéraire de la radicalité ? L’ambition de ce numéro de Fixxion est bien de répondre à cette question, en se préservant d’une part de certains amalgames (entre « radicalité » et « violence », « terrorisme » ou « extrémisme », par exemple) et en congédiant, d’autre part, des traitements exclusivement thématiques de la notion. Les articles rassemblés proposent ainsi plusieurs lectures, tantôt monographiques tantôt transversales, d’œuvres ou de tendances récentes qui ont fait de la radicalité le prisme par lequel il est possible de repenser voire de redéfinir l’articulation de la littérature à la politique, à son langage et à ses normes.

Transposant à sa manière l’axe politique radical/libéral sur le terrain de la littérature, la production littéraire ici étudiée se caractérise, de prime abord, par la suspicion qu’elle jette sur les ressorts traditionnels de la représentation. De même qu’en politique, les théoricien·ne·s radicales et radicaux se méfient du fonctionnement ronronnant des institutions et de leur capacité à produire à peu de frais du consentement, en littérature, les auteur·e·s qui nous intéressent rechignent à croire qu’il suffit de parler de politique pour écrire des livres politiques.

À l’opposé du rôle palliatif d’administration du litige auquel se vouerait une partie significative de la littérature contemporaine, cette littérature reste donc attachée aux situations de différend (pour reprendre la distinction de Jean-François Lyotard), c’est-à-dire aux cas où l’injustice, non reconnue car indicible dans le langage des normes, se mue en tort. La formule de Lyotard – « c’est l’enjeu d’une littérature, d’une philosophie, peut-être d’une politique, de témoigner des différends en leur trouvant des idiomes » – décrit bien la double caractéristique des dispositifs littéraires auxquels est consacrée cette livraison de Fixxion : des textes contestataires et expérimentaux, à la fois attachés à la valeur agonistique de la littérature et soucieux de lui trouver des formes efficaces.

Loin de désigner un mouvement, une école ou encore une quelconque avant-garde, la littérature qualifiée ici de radicale met à distance, suivant des modalités hétérogènes, toute forme de « représentationnalisme naïf » : mise en crise du bien-fondé et de la fiabilité de la mimèsis, dynamitages axiologiques, travail de sape des jeux de langages dominants, prise en compte de l’espace public conflictuel dans lequel s’inscrit le texte, etc. De Sophie Divry ou de Nicole Caligaris aux littératures hacktivistes, en passant par les écritures de la ZAD, par les héritages poétiques de Victor Klemperer ou encore par les rémanences de l’action directe en littérature, c’est tout un empan de pratiques d’écriture contestataires que ce numéro entend étudier.

Sommaire

[Introduction ]

  • Justine Huppe, « “On s’est radicalisés en librairie”. De la littérature sur la radicalité à la radicalité en littérature »

[Études]

  • Aurélien Maignant : « Écritures en lutte dans le cyberespace : existe-t-il une littérature hacktiviste ? »
  • Mathilde Roussigné : « Une littérature offensive. Représentations, gestes et interventions à la zad de Notre-Dame-des-Landes »
  • Corentin Lahouste : « Grouillements anarcho-poétiques : radicalité politique et expérimentations chez Antoine Boute »
  • Stéphane Ledien : « Le roman noir français du XXIe siècle, espace du nouveau désordre mondial et des rapports de méfiance radicale »
  • Alice Laumier : « Technique d’oubli et mémoires truquées : les faux-semblants du récit dans Okosténie de Nicole Caligaris »
  • Nathalie Wourm: “Poetic Sabotage and the Control Society : Christophe Hanna, Nathalie Quintane, Jean-Marie Gleize”
  • Julien Jeusette : « Pour une poétique destituante  : Lefebvre, Lordon, Quintane »
  • Eric Lynch: “Exhibiting Poetry Today”: Collaboration and Politics in Thomas Hirschhorn and Manuel Joseph
  • Philippe Charron : « Faire avec. L’écriture de l’usage »

[Entretien]

  • Michèle Bacholle-Boskovic, Sophie Divry, « Sophie Divry, militante pour une littérature française forte »

[Relire]

  • Hélène Sirven, « Relire Hélène Bessette, Ida ou le délire (1973) : dominations, aliénations, résistances, à la racine du mot »

Online Seminar – « Leila Slimani’s and Marie Darrieussecq’s Lockdown Journals and the Changing Role of the Writer in French Society »

INSTITUTE OF MODERN LANGUAGES RESEARCH

School of Advanced Study • University of London

 Confinement in French and Francophone Literature and Film seminar series

Leila Slimani’s and Marie Darrieussecq’s Lockdown Journals and the Changing Role of the Writer in French Society

 30 June 2020

14:00-15:30 UK time

 ONLINE EVENT

 https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/22630  

 Speaker: Timo Obergöker (Chester)

***

Immediately after French President Emmanuel Macron declared the « confinement », French writers moved to their holiday homes and started to write their lockdown journals. The reaction by the public and on social media however was extremely hostile and violent, criticising their privilege and Parisian elitism. Looking at how the two writers mobilised all the features of the myth of the “writer on holiday” as analysed by Roland Barthes, this paper argues that the role of the writer in French society has changed profoundly. Using Jérôme Meizoz’s theory of the “posture”, this seminar will explore the reasons why this is the case.

***

 Timo Obergöker holds a joint PhD from the Université de Nancy 2 and the Universität Potsdam as well as a Habilitation à diriger des recherches from the Université de Clermont-Ferrand 2. He teaches French literature, language and culture at the University of Chester. His research focuses on contemporary literature from France, Québec and Belgium and on the French chanson. 

***

This free event will be held online, at 14:00 UK time. Please note that it is essential that you register in advance to join the event: https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/22630           

Download guidance on participating in an online event at the IMLR (pdf)

 ***

Institute of Modern Languages Research

School of Advanced Study | University of London
Room 239 | Senate House | Malet Street | London WC1E 7HU | UK

http://modernlanguages.sas.ac.uk | modernlanguages@sas.ac.uk

The School of Advanced Study at the University of London is the UK’s national centre for the facilitation and promotion of research in the humanities and social sciences.

 

Colloque – « La Belle Époque a-t-elle été virale? »

Colloque potentiellement viral sur un sujet viral

La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930)

Colloque en visioconférence ouvert à tous – 25 juin 2020
Accessible via le lien ci-dessous : 

http://meet.google.com/sds-drdc-adq

 
Contact : Julien Schuh – jschuh@parisnanterre.fr
 
Pour toute information :

Bourses – « Concours de bourses d’admission à la maîtrise et de soutien à la rédaction du GRÉLQ »

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire (Édisoc) annoncent l’ouverture d’un concours pour l’attribution de deux bourses d’admission à la maîtrise, d’une valeur de 10 000 $ chacune.

Il y aura également l’attribution de deux bourses de soutien à la rédaction, pour un mémoire ou une thèse, d’une valeur de 2 500 $ chacune.

Veuillez consulter le document pour connaitre les critères d’admission, les documents nécessaires à la présentation du dossier et les critères d’attribution : Bourses d’admission à la maîtrise GRÉLQ 2020

Les étudiant.e.s intéressé.e.s ont jusqu’au 20 septembre 2020 pour déposer une demande.

 

Parution – « Revue Interrogations : numéros 29 et 30 »

N°29. In Vino Humanitas
N°30. Numéro spécial « en lutte »

Après un riche numéro consacré aux usages du vin dans les sociétés, incluant également plusieurs articles dans ses rubriques non-thématiques (N°29 In Vino Humanitas http://www.revue-interrogations.org/-No-29-In-Vino-Humanitas-Des-usages-), la revue ¿Interrogations? a le plaisir de vous informer de la parution d’un numéro spécial « en lutte » (http://www.revue-interrogations.org/-No30-Revue-Interrogations-en-lutte-) conçu comme un espace pour manifester notre association au collectif des revues en lutte, montrer la créativité de la communauté scientifique, et rappeler la vocation de nos différentes rubriques.

Nous soutenons le collectif des revues en lutte, le carnet d’information sur l’emploi dans l’ESR Academia et le collectif RogueESR et nous les remercions pour leur rôle moteur dans le dynamisme des actions initiées ces derniers mois pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs scientifiques.

Bonne lecture !

Appel à contributions – « Habiter et travailler au même endroit »

APPEL À CONTRIBUTIONS

PROJET D’OUVRAGE COLLECTIF

Programme Habiter

« Habiter et travailler au même endroit »

Dans le cadre du programme « Habiter », porté par le séminaire de sociopoétique du CELIS (EA 4280), Université Clermont Auvergne, il s’agira de réfléchir sur une forme de l’habiter très spécifique : lorsque le lieu de la résidence personnelle se confond avec le lieu professionnel, comment vit-on là où on travaille ? Et : comment travaille-t-on là où on vit ?

Une interrogation transversale rapproche ces différents aspects : quand le « chez soi » devient public, du moins quand le lieu de l’intimité s’ouvre sur l’extérieur et à l’Autre (qui n’est plus seulement la famille éloignée ou le cercle des amis, mais bien des « étrangers »), alors il en va d’une manière (supplémentaire) d’« habiter l’ailleurs » : un ailleurs qui échappe au moi, au cercle du privatif et du secret de l’intimité pour s’ouvrir sur un investissement socialisé de l’espace personnel.

Habiter le lieu professionnel revient à interroger les « lieux du quotidien » dans leur diversité et leur étrangeté, soit une marginalité de l’habitat qui rend compte de la singularité de celui qui habite, la représente ou la fabrique.

Les littératures romanesques et autobiographiques mais aussi des textes plus intimes, épistolaires et mémoriels (carnets et journaux intimes), des XIXe et XXe siècles notamment, semblent nombreux à témoigner de cet entrelacs de relations entre le professionnel et l’intime à travers un habitat partagé, volontairement ou pas. Le corpus est large d’un grand nombre d’occurrences où l’intimité et la socialité d’un même individu s’interrogent, s’interpénètrent dans un lieu chargé de valeurs symboliques, cultivées ou subies, significatives d’une identité personnelle et professionnelle.

  1. Penser la nature de la relation entre le lieu et le métier

La littérature a donné de nombreux exemples de personnages romanesques pour lesquels le lieu personnel d’habitation se confond avec le lieu de travail, généralement pour des raisons d’ordre strictement professionnel lorsque les conditions pratiques et fonctionnelles, les contraintes économiques ou légales imposent la confusion des lieux. Il peut s’agir d’un logement de fonction occupé sous l’effet de l’obligation professionnelle, par exemple le directeur d’école, le chirurgien chef de service à l’hôpital au XIXe siècle; d’un lieu de résidence qui juxtapose le privé et le professionnel, par exemple le cabinet du médecin abrité dans sa propre demeure, le logement qui est attenant à la boutique, l’atelier (du peintre) installé dans une des pièces du logement, le bureau de l’écrivain ; d’une simple pièce mise à disposition, la chambre de bonne dans les combles ou une quelconque dépendance de la résidence bourgeoise, à peine à l’écart mais toujours à proximité immédiate ; de pièces de réception transformées, un jour par semaine, en « salon » où l’artiste (ou l’ami(e) d’artistes) reçoit et met son lieu d’habitation au service d’une place à conquérir, le fait même de « recevoir » relevant de l’activité professionnelle à part entière ; etc.

On pourra par une approche transversale ou une étude monographique contribuer à l’élaboration d’une typologie des métiers qui participent de l’assimilation entre le lieu professionnel et le lieu de résidence, parfois heureuse, parfois plus malheureuse (et aussi comprendre comment le travail renoue éventuellement avec son sens étymologique lorsque les espaces cessent d’être cloisonnés).

Aspects envisageables :

– Définition de ce qu’est un lieu professionnel ou un domicile quand il devient un habitat « mêlé »

– La dimension obligatoire ou choisie de la confusion des habitats : bonheur ou contrainte ?

– La nature du lien au lieu professionnel : intégration, aliénation…

– La place de l’intimité

– Etc.

  1. Construire son identité : la dimension sociale et l’honneur attaché à incarner une profession

Le mélange des fonctions résidence/profession est lourd de conséquences quant à la manière de construire sa propre identité individuelle lorsque l’univers mêlé estompe l’écart entre le professionnel et l’intime, aide à confondre les temps de l’activité et du repos, assimile la fonction professionnelle à l’identité personnelle et contribue à altérer état et fonction de l’individu. Lorsque le lieu double ainsi sa raison d’être, il interroge la conception même des situations professionnelles : où peut vivre le directeur d’école sinon dans son école ? Comment mieux être assimilé à sa fonction de médecin sinon en habitant à côté ou au-dessus de son cabinet ? L’honneur attaché à certaines professions, notamment libérales (médecins, notaires, pharmaciens…) contribue à installer définitivement l’individu dans le lieu où il travaille : en y vivant, en s’y rendant toujours disponible, il s’affirme mieux encore dans sa fonction, jusqu’à se confondre. Ce n’est plus M. Untel mais Dr Untel, Me Untel…

Aspects envisageables

– Fonction et représentation des lieux

– L’espace comme définition de l’individu social

– Le métier comme identité/identification : du social à l’ethos

– Hiérarchie des lieux et des occupations : quand la vie personnelle devient secondaire par

rapport à la vie professionnelle…

– Etc.

  1. Approche sociale et sociologique

Dans la confusion des lieux, s’expriment tout à la fois une position sociale (l’aisance et la reconnaissance de celui qui occupe un logement de fonction, au contraire l’asservissement du domestique, du fermier dans sa ferme, du tisserand dans son atelier…) et une relation à l’Autre (supériorité sociale, dépendance…). Ainsi, peut s’exprimer, lorsque se confondent en un même lieu l’espace personnel et l’espace professionnel, une hiérarchisation de la société, une manière de considérer le jeu des relations sociales, qu’il en aille d’une notoriété ou d’une misère sociale. Les sentiments personnels (fierté vs honte), les conditions de vie (confort vs promiscuité), les conséquences du travail sur la vie personnelle (gestion de son emploi du temps, stress, gestion de l’espace, problèmes de pollution…) marquent mieux encore la ligne de partage entre nantis et indigents, bourgeois et ouvriers. Dans quelle mesure, pour le nanti, la reconnaissance liée à la fonction permet-elle de profiter des avantages du lieu professionnel pour bonifier la résidence personnelle (la maison de maître du médecin ou du notaire qui accueille aussi le cabinet ou l’étude… la bibliothèque de l’écrivain qui déborde du bureau et remplit bientôt toute la maison…) ? Dans quelle mesure, pour l’ouvrier, le travail à la maison de tous les manuels/manoeuvres (la couturière ou la lessiveuse qui rapportent de l’ouvrage à la maison…) est-il amené à transformer l’emploi en asservissement ? Au contraire, comment le travail peut-il être vécu comme un moyen d’intégration sociale quand il oblige à la rencontre de l’Autre ?

Aspects envisageables

– Conséquences du travail chez soi sur la vie de famille

– Le travail dans une temporalité sans garde-fou : un asservissement de l’emploi du temps ?

– La dimension intégrative du travail : quel lien social pour un travail à domicile ?

– La professionnalisation de l’espace personnel

– Etc.

  1. Confinement et télétravail : quelle littérature à venir ?

Le XXIe siècle ouvre sur de nouvelles modalités de l’« habiter le lieu professionnel ». Le télétravail aide à confondre lieu professionnel et résidence personnelle, à mêler espaces et temporalités : il peut rendre le « travailleur » incapable de se défaire de son activité professionnelle, quitte à mettre en péril sa vie personnelle (aliénation de la vie privée : familiale, amoureuse…). La récente expérience de confinement, dans la plupart des pays, avec la pandémie du Covid19, a contribué à un développement accéléré du télétravail, donc à une généralisation, ponctuelle mais bien réelle, de l’assimilation du lieu professionnel au lieu de résidence privée, en faisant du lieu de vie le nouveau lieu de travail. Le salon ou la chambre à coucher, parfois des espaces plus insolites (un balcon, une salle de bains ou la cuisine) sont devenus les nouveaux bureaux, en général de manière obligée. La presse de ces dernières semaines a largement relevé les risques de cette assimilation d’un lieu à l’autre et pourtant, avec le déconfinement, de nombreux Français par exemple souhaitent qu’on les laisse poursuivre leur activité sous la forme du télétravail. Comment la littérature a-t-elle déjà pu rendre compte de cette modernité-là ? Comment témoignera-t-elle de l’expérience Covid-19 en matière d’organisation de la vie, d’occupation des lieux, de transformation du rapport à l’Autre (le collègue vs la famille) ? Que restera-t-il de cette réévaluation des espaces et des temporalités, ponctuelle ou appelée à devenir définitive ? De nombreux journaux de confinement, écrits testimoniaux ont déjà vu le jour qui proposent une première réflexion avant que le roman, peut-être, ne s’empare de la thématique…

Aspects envisageables

– Dimension aliénante/affranchissante d’une vie sans frontière entre le privé et le professionnel

– Dimension romanesque de l’individu/personnage à l’identité floutée

– Représentations de la vie familiale

– Le rapport à l’Autre au XXIe siècle

– Etc.

L’appel à communications est ouvert à des propositions relevant des littératures française et européenne, de la littérature comparée, de préférence du XVIIIe siècle à nos jours.

Les propositions de communication (maximum 3000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 août 2020 à l’adresse suivante :

Thierry.poyet@uca.fr

Les réponses seront données au 15 septembre 2020 au plus tard, les contributions devront être remises pour le 31 décembre 2020.

La publication est envisagée sous toutes réserves aux Presses Universitaires Blaise-Pascal.

Appel à contributions – « RELIEF : Sociologie de la médiation littéraire »

RELIEF, Revue électronique de littérature française

Appel à contributions : « Sociologie de la médiation littéraire » – DELAI PROLONGÉ

Éditeurs : Maaike Koffeman & Olivier Sécardin

L’équipe de rédaction de RELIEF vous invite à proposer des articles pour un numéro spécial sur la sociologie de la médiation littéraire, qui paraîtra en décembre 2020.

Du grenier des frères Goncourt aux manifestations virtuelles autour du livre, ce numéro de RELIEF sera consacré à la sociologie de la médiation littéraire. Nous vous invitons à proposer des contributions sur les divers acteurs, instances et institutions qui assument un rôle de médiation entre l’auteur et son public, que ce soit à travers des lieux de sociabilité et d’échange plus ou moins institutionnalisés (salons, festivals, foires littéraires, ateliers d’écriture) ou en ligne, en profitant des plateformes numériques (YouTube, réseaux sociaux, forums de critique littéraire, etc.) et des nouveaux médias tels que le podcast ou le livre numérique.

La réflexion sur les enjeux de la médiation permettra d’être attentif à la fois aux nouvelles formes de promotion développées par l’industrie du livre et aux politiques culturelles en faveur de la lecture et des auteurs, enfin aux nouveaux rôles des intermédiaires culturels dans la reconnaissance et la légitimation des œuvres et des auteurs. Les articles s’inscriront dans le champ de la sociologie de la littérature et pourront envisager spécifiquement des niveaux économiques, sociaux, politiques et culturels. Les articles pourront prendre comme point de départ un acteur spécifique dans le champ littéraire (auteur, critique, éditeur, agent littéraire, libraire, etc.) ou se pencher sur un sujet plus général tel que l’emploi d’un certain genre ou médium.

À travers une série d’études de cas, nous espérons voir ainsi émerger une réflexion à la fois historique et théorique sur les évolutions des médiations littéraires et sur les nouveaux rôles et postures de l’auteur dans un champ littéraire bouleversé par la révolution numérique.

Ce numéro de RELIEF accueillera des articles critiques en français ou en anglais dans une ou plusieurs des perspectives mentionnées. Les contributeurs ne sont pas obligés de se pencher uniquement sur des cas francophones ; les propositions basées sur une approche transnationale ou comparatiste seront particulièrement appréciés.

Date limite pour l’envoi des propositions : le 15 juillet 2020. Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (environ 6000 mots) avant le 15 septembre 2020.

Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots, accompagnée d’une brève notice biobibliographique, à revuerelief@gmail.com.

RELIEF est une revue scientifique internationale évaluée par les pairs dans le domaine des littératures de langue française. RELIEF paraît deux fois par an. Les numéros sont organisés par thème, mais chaque numéro réserve un espace aux contributions diverses ainsi qu’aux comptes rendus et notes de lecture. Pour plus d’infos : www.revue-relief.org.

***

RELIEF, Revue électronique de littérature française

Call for papers : ‘The sociology of literary mediation’ – DEADLINE EXTENDED

Editors : Maaike Koffeman & Olivier Sécardin

The editorial team of RELIEF invites you to submit articles for a special issue on the sociology of literary mediation, which will appear in December 2020.

From the attic of the Goncourt brothers to online literary manifestations, this issue of RELIEF will be devoted to the sociology of literary mediation. We invite you to propose contributions on the various actors and institutions which function as intermediaries between the author and his readers, be it in the form of more of less institutionalized physical encounters (salons, festivals, book fairs, writing workshops) or online, thanks to the emergence of digital platforms (YouTube, social networks, literary critic forums, etc.) and new media such as podcasts or e-books.

Reflection on the sociology of literary mediation will allow us to study both new forms of promotion developed by the book industry and the evolution of cultural policies, and also the new roles cultural mediators play in the recognition and legitimization of works and authors.

The articles will need to take the sociology of literature as their theoretical starting point and may consider either the economic, social, political or cultural aspects of literary mediation. They can take as a starting point a specific actor in the literary field (an author, critic, editor, literary agent, bookseller, etc.) or consider a more general subject such as the use of a certain genre or medium.

Through a series of case studies, we hope to see emerge a both historical and theoretical reflection on the evolution of literary mediation and on the new roles and postures of the author in a literary field that is profoundly marked by the digital revolution.

This issue of RELIEF will contain scientific articles in French or English, which take into account one or more of the above-mentioned perspectives. Contributors need not limit their scope to the French speaking world; articles that take a transnational or comparative approach are particularly welcome.

Deadline for proposals: July 15, 2020. Authors of accepted proposals will need to submit the full article (approximately 6000 words) before September 15, 2020.

Please send a proposal of approximately 300 words, along with a short biography, to revuerelief@gmail.com.

RELIEF is an international peer-reviewed scientific journal in the field of French-language literatures. RELIEF is published twice a year. The issues are organized thematically, but each issue has space for various contributions as well as book reviews. For more information, please go to www.revue-relief.org.

Quelques indications bibliographiques :

  • Beau, Nathalie, et Aline Eisenegger. « La promotion du livre pour la jeunesse à travers les salons et les prix littéraires », Françoise Legendre éd., Bibliothèques, enfance et jeunesse. Éditions du Cercle de la Librairie, 2015, pp. 155-164.
  • Bourlon, Véronique. « Organiser des manifestations et rencontres littéraires sur un festival : l’exemple du Festival du premier roman de Chambéry », Jérôme Bessière éd., Exposer la littérature. Éditions du Cercle de la Librairie, 2015, pp. 181-197.
  • Chabault, Vincent. « Entre l’édition et la lecture, la médiation marchande du livre », Librairies en ligne. Sociologie d’une consommation culturelle, sous la direction de Chabault Presses de Sciences Po, 2013, pp. 5-18.
  • Chaudenson, Olivier. « Les nouvelles scènes littéraires », Jérôme Bessière éd., Exposer la littérature. Éditions du Cercle de la Librairie, 2015, pp. 103-119.
  • Clerc, Adeline. « Le rôle des salons du livre dans la construction de la figure de l’écrivain. Primo-romanciers et auteurs peu reconnus », Communication & langages, vol. 174, no. 4, 2012, pp. 19-34 et « Entre artiste idéalisé et personne incarnée : les figures de l’écrivain nées des rencontres avec les lecteurs. Une étude dans un salon du livre », Terrains & travaux, vol. 17, no. 1, 2010, pp. 5-21.
  • Collard, Fabienne, Christophe Goethals et Marcus Wunderle. « Les festivals et autres événements culturels », Dossiers du CRISP, vol. 83, no. 1, 2014, pp. 9-115.
  • Cottenet, Cécile. Literary Agents in the Transatlantic Book Trade. American Fiction, French Rights, and the Hoffman Agency (1944-1955). Routledge, 2017, 204 p. 
  • Couleau, Christelle et Hellégouarc’h, Pascale éd., Les Blogs. Écriture d’un nouveau genre ? Itinéraires, n°2, 2010, 200 p.
  • Deseilligny, Oriane et Clément, Jean éd., L’Écriture au risque du réseau. Communication & langages, n°155, 2008, 160 p.
  • Donnat, Olivier et Lévy, Florence. « Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques ». Culture prospective, 3, 2007, pp. 1-31.
  • Ducas, Sylvie. « Faire écouter la littérature avec les yeux ». Itinéraires, n°3, 2015.Disponible à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/itineraires/3031
  • Ducas, Sylvie et Deseilligny Oriane éd., L’Auteur en réseau, les réseaux de l’auteur : du livre à Internet. Presses universitaires de Paris-Ouest, 2013, pp. 49-72.
  • Fabiani, Jean-Louis. « Les festivals dans la sphère culturelle en France », Philippe Poirrier éd., Festivals et sociétés en Europe, XIXe-XXIesiècles. Territoires contemporains, nouvelle série, 3, mis en ligne le 25 janvier 2012. Disponible à l’adresse suivante : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Festivals_societes/JL_Fabiani.html
  • Jeanneret, Yves. Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Éditions Non Standard, 2014, p. 784.
  • Noël, Sophie. « Les petits éditeurs « critiques » et la presse écrite : une relation ambiguë », Communication & langages, vol. 163, n°1, 2010, pp. 29-46.
  • Ruiz, Ugo. « Blogs d’écrivain et écrivains-blogueurs : Internet et l’hybridation de la littérature », Communication & langages, vol. 198, n°4, 2018, pp. 101-118.
  • Sapiro, Gisèle. « Mesure du littéraire. Approches sociologiques et historiques », Histoire & mesure, vol. vol. XXIII, n°2, 2008, pp. 35-68 et « L’amour de la littérature : le festival, nouvelle instance de production de la croyance. Le cas des Correspondances de Manosque », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 206-207, n°1, 2015, pp. 108-137.
  • Soumagnac, Karel. « La construction de la médiation littéraire sur internet : vers un changement de paradigme des pratiques d’écriture », Études de communication, vol. 31, n°1, 2008, pp. 175-188.

Appel à contributions – « Inspirations littéraires de l’exposition »

Inspirations littéraires de l’exposition

s.dir. Corentin Lahouste (UCLouvain – CRI)

& David Martens (KU Leuven – MDRN), pour les RIMELL

Appel à contributions

Depuis une vingtaine d’années, les interactions entre le monde littéraire et celui de l’exposition et des musées ont connu un essor considérable, sous différentes formes. Outre les nombreuses expositions consacrées à la littérature – écrivain·e·s, œuvres, thèmes –, qui contribuent à sa patrimonialisation et qui sont probablement les plus nombreuses, d’autres types d’expositions mobilisent une matière littéraire pour se constituer, en déclinant des scénographies d’œuvres ou d’installations qui, en tant qu’ensembles d’objets signifiants, actualisent et prolongent un ou plusieurs textes littéraires.

Les formes de cette inspiration littéraire de l’exposition sont elles-mêmes particulièrement diversifiées. Parmi les principales tendances qui paraissent se dégager, certaines participent de ce que Pascal Mougin a identifié comme une « tentation littéraire de l’art contemporain ». Dans ce contexte, les expositions, jouant souvent du pouvoir d’attraction d’un auteur ou d’une autrice devenu·e culte, prennent pour point de départ une œuvre littéraire, en donnant forme d’exposition à certaines de ses lignes de force, à l’instar de l’exposition Amberes, présentée au MHKA d’Anvers lors de l’été 2019, inspirée par le roman éponyme de Roberto Bolaño autour duquel elle a été façonnée en adoptant la multiplicité de perspectives que le livre mobilise. On pense également à l’exposition Rester vivant, mise sur pied par Michel Houellebecq au Palais de Tokyo en 2016 – présentée comme un « scénario qui conduit le visiteur au travers des obsessions de l’écrivain », elle offrait ainsi « une plongée dans le cerveau et le monde de ce créateur protéiforme ». On relèvera encore, dans cette lignée, l’exposition collective Dépenses (2016-2017) présentée à Labanque de Béthune — espace d’art contemporain français centré sur la production et la diffusion d’arts visuels — articulée autour du travail et de l’œuvre de Georges Bataille.

Certaines expositions mobilisent une matière littéraire – l’idée de littérature – de façon plus générale, voire anonyme, comme pour l’exposition Bacon en toutes lettres présentée au Centre Pompidou en 2019, La voix libérée – Poésie sonore au Palais de Tokyo en 2019, ou CODE/POÉSIE. Digital Lyric (2020) au Château de Morges (Suisse), ou encore celle confiée à Valérie Mréjen par l’IMEC dans le cadre d’une carte blanche : intitulé Soustraction (IMEC, automne 2019), le projet a été présenté comme « aussi plastique que littéraire », et s’inscrivait dans une dynamique où le geste de relecture et du faire fiction s’avère central, bien que construit en dehors de la forme livresque canonique. Si certaines de ces expositions sont accueillies et réalisées par des lieux dédiés à l’art contemporain (MHKA, Palais de Tokyo, Centre Pompidou), d’autres émanent d’institutions plus centrées sur la patrimonialisation de la littérature (IMEC, BNF, AML). À cet égard, les Maisons d’écrivains ne sont pas en reste ; ainsi de la Maison de Balzac, dont la programmation fait de ce principe un ressort, comme le montre, par exemple, l’exposition La Comédie humaine d’Eduardo Arroyo (2019).

Cette mobilisation de modèles littéraires dans l’exposition se situe à la croisée de domaines dont les systèmes de valeurs, les traditions et les modes de fonctionnement ne se recoupent pas nécessairement. Leurs interactions et les productions qu’elles proposent soulèvent par conséquent nombre d’interrogations : Quelles sont les motivations de ces recours à la littérature ? Quelles en sont les formes privilégiées (focalisation sur un écrivain ?, sur une œuvre particulière ?) ? Comment la littérature peut-elle alimenter le geste curatorial ? Dans quelle mesure de telles entreprises ne relèvent-elles pas d’une forme d’instrumentalisation de la littérature (par la mise en avant d’un grand nom, par exemple) ? Comment la dimension littéraire s’y trouve-t-elle non seulement redéployée, mais aussi justifiée ? Dans quelle mesure assiste-t-on (ou non) à des formes de littérarisation de l’exposition ? Quelles sont les institutions qui privilégient les expositions inspirées par la littérature et pour quelles raisons ? Observe-t-on par exemple des disparités entre les institutions à vocations artistiques et celles d’orientation littéraire ? Dans quels types de programmation de telles expositions prennent-elles place ? Quelle en est la réception ? Et, plus largement, quelle est la place de la littérature, de nos jours, dans le monde des musées et centres d’art ?

C’est à ces questions qu’un futur dossier de la revue Captures serait consacré, dossier dont nous cherchons à compléter la liste des contributeurs-trices. Les propositions d’articles (250 à 400 mots, avec bio-bibliographie) sont à envoyer pour le 20 août 2020 à Corentin Lahouste (corentin.lahouste@uclouvain.be) & David Martens (martens.david@kuleuven.be). Les articles seraient à remettre le 1er mars 2021, pour une publication prévue à l’automne 2021.

*

 Captures est une revue à comité de pairs dédiée à la publication de travaux consacrés à l’analyse de problématiques liées aux figures, théories et pratiques de l’imaginaire, sans limitations territoriales ou nationales. S’y voient publiés des articles à la croisée des études littéraires et cinématographiques, des sciences humaines, de l’histoire de l’art et des arts visuels et médiatiques. Il s’agit d’une revue francophone qui accueille également des publications écrites en anglais.Tous les articles parus dans Captures font l’objet d’un processus d’évaluation par les pairs à double insu. Ils mettent en valeur la dimension théorique et culturelle des rapports que le sujet entretient avec le monde contemporain. Cette relation s’établit à travers des figures et des mythes, des fictions et des croyances, des représentations sociales, culturelles et des mutations technologiques, des textes et des images, des lieux et des interfaces numériques, autant de formes et de phénomènes constitutifs d’un imaginaire contemporain. 

Les RIMELL sont un Réseau international de Recherches interdisciplinaires sur la muséographie et l’exposition de la littérature et du livre.

 

Appel à communications – « Vivre vite. Le XIXe face à l’accélération du temps et de l’histoire »

Appel à communications pour le IXe Congrès de la SERD
25-27 janvier 2021
Paris

« Vivre vite »

Le XIXe siècle face à l’accélération du temps et de l’histoire

 

  1. Penser l’accélération

La société postrévolutionnaire est confrontée à une double interrogation à la fois permanente et fragmentée : comment penser le rapport au temps long qu’incarne le passé monarchique de la France et la projection dans un futur à la fois immédiat et lointain ? Le sentiment d’une accélération du temps tend à se confondre avec celle de l’histoire, nourrissant une réflexion partagée tant par les libéraux et les réformateurs sociaux du premier XIXe siècle, que par les socialistes et les nationalistes du second XIXe siècle. Témoin de son temps, Jules Michelet le constate dans l’Histoire du XIXe siècle : « L’allure du temps a tout à fait changé. Il a doublé le pas d’une manière étrange ». Publicistes, réformateurs, intellectuels, écrivains ont conscience du lien de cette double accélération avec l’avènement d’une modernité le plus souvent acceptée, voire souhaitée, mais parfois refusée. Car, face à des à-coups sociaux et des ruptures politiques à répétition, souvent brutales, s’exprime en réaction la nécessité d’une stabilité, d’une permanence, voire d’une résurrection du passé prérévolutionnaire, seules manières de freiner le mouvement socio-politique jugé frénétique. C’est au fond la théorie que défend Daniel Halévy en 1948 dans son Essai sur l’accélération de l’histoire. Mais dès 1835, Lamartine exprime une forme d’inquiétude face à « ce sentiment du tremblement général des choses, du vertige, de l’éblouissement universel de l’esprit humain qui croît avec trop de rapidité pour se rendre compte de sa marche même, mais qui a l’instinct d’un but nouveau, inconnu, où Dieu le mène par la voie rude et précipiteuse des catastrophes sociales » (Voyage en Orient). En définitive, un constat partagé s’impose : le temps lent des mutations a définitivement cédé la place au temps rapide des révolutions – et pas seulement politiques. Mais aussi l’idée selon laquelle aucun état social, politique, économique n’est établi durablement, car soumis en permanence à des tensions qui remettent en cause leur existence sur le temps long. Dans cette entrée, nous souhaitons donc que soient confrontées des pensées complémentaires ou contradictoires sur cette appréhension de l’accélération du temps qui, par un effet mécanique, entraînerait celle de l’histoire.

Pistes possibles

– Accélération du temps et accélération de l’histoire : un couple insécable ?

– La vitesse, paradigme des révolutions 2

– La modernité au prisme de l’accélération du temps

– Les modélisations du temps : continuité ou rupture, conception linéaire ou cyclique, influence des évolutions scientifiques

  1. La vitesse vécue

La vitesse est une expérience individuelle, vécue dans un environnement social qui lui donne sens. Elle affecte l’ensemble des expériences du quotidien, modifiant les rythmes de vie, les usages sociaux. Le temps qui passe est moins affaire de conscience intérieure que de mesure, objectivée par de nouveaux outils : la montre gousset, l’agenda, etc. De nouveaux modèles s’imposent : l’« américanisation » de la vie, à la temporalité minutée et efficace, est mise au service d’un rendement capitaliste. Le sens de l’actualité, matérialisé par les multiples éditions des journaux, change le rapport au présent, instant et non durée. Enfin, la perception intime, existentielle, du passage du temps est marquée par cette accélération, subie ou volontaire, provoquant selon les cas une sensation de griserie et d’exaltation ou un sentiment de perte de maîtrise, de dépossession, qui touchent aussi bien des expériences ponctuelles que le cours de la vie dans son ensemble.

La vitesse est aussi révélatrice des appartenances et des identités, opère une classification et permet de se situer. Nombre de romans, de récits, de mémoires donnent à voir cette forme de distinction sociale qu’est le rapport à la vitesse : il devient un marqueur au même titre que l’apparence extérieure, la consommation alimentaire ou le type de logement. Aller vite, c’est appartenir à l’élite sociale : du cheval au train, de la bicyclette à l’automobile, toutes les innovations techniques demeurent réservées, plus ou moins longtemps, à une fraction réduite de la société. Pour autant, une certaine forme d’intégration sociale partagée est repérable, comme l’illustre « Le wagon de troisième classe » de Daumier : dans cette représentation de distinctions sociales marquées (les trois classes de voyageurs), au moins la vitesse constitue-t-elle une chose commune, bien que n’étant pas vécue de la même manière.

Pistes possibles

– Expériences de la vitesse : du singulier au collectif

– Vitesse et identité sociale : classes, âges, genres, opposition urbains/ruraux

– Inscription de la vitesse dans le quotidien

– Mutation des perceptions sous l’effet de la vitesse

– Raccourcissement de la mémoire sociale

– Intériorisation de la vitesse (tourbillon, dépossession)

  1. La vitesse entre temps et espace (mobilités, communications, compétitions)

En 1843, la ligne de chemin de fer Paris – Rouen est inaugurée : désormais, la métropole normande est à 4 heures de Paris. Parmi d’autres, cet exemple témoigne de la contraction de l’espace entraînée par l’accélération des déplacements grâce au progrès technique. L’évolution des communications, qu’illustre en particulier l’invention du télégraphe, d’abord à bras, puis électrique, et de la TSF, affecte également cette perception des territoires. Dans cette perspective, la vitesse devient un enjeu politique, social, économique : de la maîtrise des mobilités et des communications peut dépendre la survie d’un régime politique, mais aussi d’un secteur économique.

Parallèlement, la progressive émergence du « sportsman » aboutit à des compétitions de divers ordres (pédestre, équestre, cycliste, automobile, nautique, aéronautique, etc.) permettant de valider des records : « Citius, Altius, Fortius » (« Plus vite, plus haut, plus fort »), telle est la devise proposée par Pierre de Coubertin lors de la création du Comité international olympique en 1894.

Pistes possibles

– Les vecteurs techniques de la vitesse : vapeur, électricité, télégraphe, train, TSF, avion

– Géographie et anthropologie de la vitesse 3

 L’accélération des transports et des communications ; la vitesse, nouveau régime viatique : impact sur la perception de l’espace

– Sport(s) et vitesse : le temps des records ; la compétition comme métaphore du progrès

  1. Le temps économique

Associée par Fernand Braudel au temps long, l’économie capitaliste prétend de plus en plus s’émanciper de la routine technologique, du savoir-faire ancestral, au nom d’une rationalité intégrant la vitesse comme un facteur décisif dans la production industrielle. C’est en effet la vitesse qui conditionne ce qui devient le cœur même de toute réflexion théorique et de toute innovation technique : la quête d’une productivité sans cesse accrue, facteur-clef d’un rendement augmenté et, en conséquence, de bénéfices croissants. A la vitesse de conception d’un produit, répondent la vitesse de sa fabrication et celle de sa circulation. L’invention de la mode rétrécit la durée d’existence de nombreuses productions, vestimentaires en particulier. Ici, le « vivre vite » devient le « consommer vite » et de manière massive pour assurer l’écoulement du produit en un temps record. Au bonheur des dames résume cette logique, mais plus encore L’Argent : le monde de la Bourse comme une course de vitesse à l’information, gage de juteux « coups » boursiers, ce que Balzac pointait déjà dans Le Faiseur.

Pistes possibles

– Vitesse et capitalisme : une relation structurelle

– De la production à la productivité : accélérer la cadence

– Images de la consommation de masse : la frénésie consommatrice

– L’accélération des cycles économiques : alternance expansion/crise

  1. Cadences politiques

La rapidité de la succession des régimes politiques à partir de la Révolution se poursuit avec la Restauration. Malgré des affirmations redondantes dont témoignent les différentes constitutions qui s’enchaînent, insistant toutes sur la nécessité d’en finir avec la fuite en avant au profit d’une stabilisation pérenne, ces régimes se révèlent fragiles. Ils sont confrontés de facto à une vitesse de renouvellement qui, au regard du passé prérévolutionnaire, interroge sur les conséquences de la lente démocratisation de la société française. La démocratie serait-elle le règne du fugitif, de l’incertain, de la frénésie contestatrice ? Une marche à cadence forcée vers un but qui semble reculer en permanence ?

Pistes possibles

– Les Révolutions comme accélération du temps

– Fragmentation du temps politique, course aux élections, renouvellement du personnel politique

– Naissance et péremption des idées et des partis

– Le temps politique et le temps du législateur

– Conservatisme et progressisme

– « Entre deux émeutes » : le pouvoir face à la contestation, une lutte de vitesse

  1. Poétiques de la vitesse

La perception d’une accélération de la temporalité se manifeste dans des formes artistiques qui intègrent le paradigme de la vitesse : la frénésie des vaudevilles, le tourbillon de la valse, la virtuosité instrumentale (Études d’exécution transcendante) traduisent rythmiquement ce nouveau visage de la vie moderne. Tel Van Gogh dessinant « à la vitesse de l’éclair », le geste créateur valorise l’intensité, l’ébauche contre « l’oeuvre léchée ». De l’impressionnisme au futurisme, de la photographie rapide à la photographie instantanée, il s’agit de capturer l’instant. Les lecteurs, eux, se jettent sur les nouvelles à la main de la petite presse ou dévorent, le temps d’un voyage, la Bibliothèque des chemins de fer.

Pistes possibles

– Genres sous le signe de la vitesse : vaudeville, reportage, romans automobiles, aéronautiques, ferroviaires, pièces à grandes machines

– Écriture de la vitesse : formes brèves, style télégraphique, rythmes syncopés, fragmentation, juxtaposition, énumération

– Vitesse du geste créateur, improvisation, inspiration sur le motif

– Rythmes accélérés : accumulation de péripéties (roman feuilleton), ellipses, etc. Accélération des tempi musicaux, galop, valse, « musique à la vapeur », virtuosité

– Architecture de l’éphémère (Expositions universelles), rapidité de la construction (essor du verre et de l’acier)

– Esthétique du transitoire, beauté de la vitesse, valorisation de l’intensité

  1. Résistances, peurs, pathologies

Dans la littérature sous toutes ses formes, y compris médico-psychologique, s’exprime un courant affirmant la crainte que l’accélération du temps ne soit pas sans effet sur les comportements sociaux, et plus précisément chez les individus fragiles. La vitesse est source d’angoisse, car contraire au besoin « naturel » de stabilité propre à l’espèce humaine : tel est le credo qui émane de ce courant.

Les enjeux sont aussi idéologiques. Dans une logique de polarisation, refuser la vitesse peut signifier choisir l’univers de la culture contre le monde des sciences. Par conservatisme, ou par humanisme, on défendra la tradition, la permanence contre la modernité. Les réfractaires à la vitesse, conservateurs de tout poil attachés aux traditions immémoriales, affirment ainsi leur singularité ou leurs choix éthiques par la résistance aux injonctions du collectif.

Pistes possibles

– La vitesse comme source d’angoisse, de vertige, de pathologies (névropathies, dégénérescence)

– Ralentir : les refus de la tyrannie de la vitesse

– Conservatisme, nostalgie, retour au passé et éloge de la lenteur ou de l’immobilisme

– Vitesse du présent et incertitude de l’avenir

– Défense de la pensée, du sentiment, contre l’agitation et la déshumanisation

– Le temps long des traditions contre l’accélération induite par les progrès technologiques

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 30 juin 2020 à l’adresse suivante : claire.barel-moisan@ens-lyon.fr

L’appel à communications est ouvert à des propositions relevant de la littérature française, de la littérature comparée, de l’histoire, de la philosophie, de l’histoire des arts et de la musicologie. Dans un souci d’analyse globale des phénomènes, on privilégiera des approches transversales, plutôt que des études monographiques.

Après évaluation par le comité scientifique, la réponse sera envoyée mi-juillet.

Comité scientifique

Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS-Lyon)

Jean-Claude Caron (Université Clermont Auvergne)

Christèle Couleau (Université Paris 13)

José-Luis Diaz (Université Paris-Diderot)

Marie-Ange Fougère (Université de Bourgogne)

Françoise Gaillard (Université Paris-Diderot)

Émilie Pézard (Université de Poitiers)

Cécile Reynaud (École Pratique des Hautes Études)

***

La Fondation Singer-Polignac, qui accueillera le congrès, vient de confirmer qu’il était maintenu à ces dates, avec d’éventuelles adaptations pour être en conformité avec les réglementations sanitaires qui seront en vigueur en janvier.

PDF de l’Appel à contributions : Congrès SERD. Vivre vite. Appel 30 juin.

Appel à contributions – « Patrimonialisations de la littérature »

 

Appel à proposition d’articles pour le numéro thématique

Patrimonialisations de la littérature

 Sous la direction de Marcela Scibiorska (Université de Louvain-la-Neuve), Mathilde Labbé (Université de Nantes) & David Martens (Université de Louvain)

 La cristallisation de la littérature dans la mémoire collective et sa circulation dans l’espace public reposent essentiellement sur de grands noms, de grandes œuvres et forgent une mythologie qui fait l’objet d’une médiation spécifique. C’est ce qui fait de la littérature un patrimoine partagé. Mais comment ce patrimoine se construit-t-il et se diffuse-t-il ?

Pendant longtemps, les études littéraires se sont centrées sur l’analyse des œuvres, et des œuvres les plus canoniques en particulier. Même les études de réception se consacraient  le plus souvent à la façon dont les écrivains étaient reçus par leurs pairs. Ce n’est que plus récemment que la manière dont les œuvres et leurs auteurs accédaient à la reconnaissance a été interrogée, à travers les notions de légitimation, de sacralisation ou de canonisation. Depuis une dizaine d’années, ces phénomènes et procédés ont été envisagés comme processus de patrimonialisation, qu’il s’agisse de rendre compte de la présence de l’œuvre hors du livre (Depoux), son adaptation, sa diffusion via des collections de monographies illustrées (Labbé, Martens, Scibiorska), sa mise en scène au sein de maisons d’écrivains (Régnier), ou l’entrée de l’auteur dans les programmes scolaires et dans la statuaire publique (Labbé).

La notion de patrimoine, d’abord en usage dans les domaines architectural, naturel et technique, est aujourd’hui régulièrement utilisée dans le domaine des arts et en particulier en littérature, ce qui invite à interroger les dynamiques de patrimonialisation propres à ce champ et à poser la question des instances qui déterminent ce phénomène. En effet, ces dernières semblent à la fois plus nombreuses et moins centrales que les institutions susceptibles de patrimonialiser des ressources naturelles ou des bâtiments situés dans l’espace public, par exemple. Comment la « raison patrimoniale » (Poulot, 2006) se traduit-elle dans le champ littéraire ? Entre consécration et popularisation, la patrimonialisation de la littérature s’effectue par le biais d’un vaste ensemble de discours et d’images, mais aussi à travers la thésaurisation et la sélection explicites qu’opèrent ces institutions diverses à l’attention des générations futures, même lorsqu’elles présentent leurs choix comme un simple enregistrement de ce qui résiste à l’épreuve du temps.

Alors que les politiques patrimoniales engagées au XIXe siècle et relancées sous l’impulsion d’André Malraux dans les années 1950 ont été suivies d’une diffusion massive, voire d’une banalisation de la notion de patrimoine elle-même, les études concernant la patrimonialisation n’ont véritablement pris leur essor que dans les années 1990, peu après la théorisation de la post-modernité, qui avait mis en évidence le rôle des œuvres du passé dans la création contemporaine. À partir des travaux de Dominique Poulot en histoire de l’art, de ceux de Jean Davallon en sciences de l’information et de la communication, ou de ceux de Nathalie Heinich en sociologie, par exemple, la notion de patrimonialisation a ainsi été explorée pour des objets sensiblement distincts de la littérature, repérés notamment en raison de leur matérialité marquée et des questions du lien entre patrimonialisation et politiques de conservation. L’histoire de l’art se penche, quant à elle, sur l’évolution de la notion d’« objets de mémoire » (Debary et Turgeon) en fonction, notamment, de l’idée d’une qualité esthétique et d’une réception contextuelle, tout en situant dans l’histoire la naissance d’une distinction entre patrimoine matériel et immatériel (Poulot).

Ce dossier s’emploiera à répondre à ces questions en s’intéressant aux mécanismes qui font de la littérature et des écrivains des êtres patrimoniaux, ainsi qu’aux modes de diffusion des œuvres et des figures littéraires à travers différentes sphères médiatiques. Trois axes de recherche, non exclusifs les uns des autres, sont envisageables :

 Axe 1 – Discours et images

Au-delà de la littérature elle-même, quels types de discours sont mobilisés dans le but de patrimonialiser l’œuvre littéraire ? Comment la figure de l’écrivain et de son œuvre s’y trouvent-elles mises en scène ? Quelle place et quelles fonctions y sont-elles données aux images et quels sont les types d’images privilégiés ? Au-delà des seules images, quels sont les modes de patrimonialisation de la littérature qui œuvrent à travers une spatialisation, dans l’espace public (à travers les monuments, par exemple) comme au sein de lieux de mémoire tels que les maisons d’écrivains ou encore à l’occasion d’expositions ? Quels sont les principaux modèles de ces discours et quelle est leur généalogie ? Comment les valeurs symboliques associées à la littérature circulent-elles à travers ces dispositifs ?

 Axe 2 – Médias

Si la patrimonialisation de la littérature apparaît traditionnellement liée au domaine du livre, et plus particulièrement à la pratique anthologique, que celle-ci s’exerce dans le domaine scolaire ou en dehors, elle est corollairement le fruit d’autres types de discours et se déploie au sein d’autres médiums, bien au-delà de l’espace proprement « littéraire ». Qu’il s’agisse de publications dans des collections à visée canonique, d’expositions consacrées à la littérature, de lieux de mémoire littéraire (monuments commémoratifs concernant les écrivains…), d’émissions de radio ou de télévision ou encore de biopics ou de fictions cinématographiques relatifs à des écrivains, le façonnement et la médiation du patrimoine littéraire s’opère à travers différents types de dispositifs et s’incarne à la faveur de scénographies hétérogènes. Comment ces différents médiums mobilisent-ils les outils qui leurs sont propres dans l’objectif de patrimonialisation de la littérature ?

 Axe 3 – Institutions et réseaux

Les processus de patrimonialisation dont la littérature et les écrivains sont les objets émanent nécessairement d’institutions et d’acteurs liés par des interactions régulées et relativement normées. Quels sont dès lors les espaces, institutions et réseaux servant cette patrimonialisation de la littérature et qui en tirent parti en retour ? Quels sont les acteurs et les lieux déterminants de ces entreprises et quelles relations entretiennent-ils avec ceux du champ littéraire ? Quelles sont leurs interactions ? Dans quelle mesure les systèmes de valeurs de ces champs extra-littéraires affectent-ils l’image de la littérature et des écrivains qu’ils génèrent et diffusent ? Dans quelle mesure et selon quelles modalités les écrivains et la littérature sont-ils transformés, voire instrumentalisés lorsqu’ils sont investis au sein de champs extra-littéraires (musée, politique, publicité…) ?

L’étude des modes de patrimonialisation de la littérature mène, comme on le voit, à une extension du domaine traditionnellement dévolu aux études littéraires en mettant en lumière la constitution d’un savoir sur l’histoire littéraire et culturelle couplé à l’établissement d’une affectivité induite par le rapport ainsi institué avec un passé rendu présent, disponible, et valorisé. Du côté des disciplines qui ont développé des travaux d’envergure sur le patrimoine et sa constitution, la confrontation avec les objets proposés par la patrimonialisation de la littérature et des écrivains conduit, en raison des nécessaires ajustements conceptuels que suppose le recours à une notion élaborée pour éclairer d’autres phénomènes, à une remise en perspective de la notion elle-même et des approches auxquelles elle a jusqu’à présent donné lieu.

Ce dossier de Culture & Musées aura pour finalité de présenter ces nouvelles tendances, convergentes dans des champs disciplinaires distincts, en cartographiant leurs lignes de force et en examinant les enjeux épistémologiques qu’elles soulèvent, en ce qu’elles engagent l’adoption d’approches interdisciplinaires et de points de vue résolument croisés. Pour favoriser un tel questionnement, le dossier réunira des chercheurs venus d’horizons disciplinaires distincts en les invitant à confronter leurs perspectives et leurs objets aux approches développées non seulement au sein des sciences de l’information et de la communication et des études littéraires, mais aussi dans le cadre des études culturelles, de l’analyse du discours, de la sociologie, ainsi que de la muséologie.

Bibliographie indicative

Bénichou Paul, Le Sacre de l’Écrivain, 1750-1780. Essai sur l’avènement. d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne. Paris, Joseph Corti,1973

Bisenius-Penin Carole (dir.), Les résidences d’écrivains et d’artistes : des dispositifs de création et de médiation, Culture & Musées, n° 31, 2018, https://journals.openedition.org/culturemusees/1512

Boucharenc Myriam, Laurence Guellec & David Martens (dir.), Interférences littéraires/Literaire interferenties, n° 18, « Circulations publicitaires de la littérature », mai 2016, http://interferenceslitteraires.be/index.php/illi/issue/view/3.

Bourdieu Pierre. Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Le Seuil, 2016.

Davallon Jean, Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès Science-Lavoisier, 2006.

Debary Octave et turgeon Laurier (dir.), Objets et Mémoires, Paris et Québec, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme et Presses de l’Université Laval, 2007.

Delassus Justine, Visiter les œuvres littéraires au-delà des mots : des maisons d’écrivains aux parcs à thème, l’impossible pari de rendre la littérature visible, thèse en histoire culturelle, s. dir. Jean-Yves Mollier, Université Paris-Saclay, 2016.

Depoux Anneliese, Le patrimoine littéraire hors le livre, thèse en sciences de l’information et de la communication, s. dir. Marc Escola & Yves Jeanneret, CELSA – Université Paris-Sorbonne, 2013.

Dubois Jacques, L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 1978.   

Fabre Daniel (dir.), Émotions patrimoniales, textes réunis par Annick Arnaud, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013.

Folin Marco & Preti Monica (dir.), Maisons-musées. La patrimonialisation des demeures des illustresCulture & Musées, n  34, 2019

https://journals.openedition.org/culturemusees/3474

Guillory John, Cultural Capital. The Problem of Literary Canon Formation, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

Heinich Nathalie, La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2009.

Jeanneret Yves, Penser la trivialité, Paris, Lavoisier, 2008.

Labbé Mathilde et Martens David (dir.), « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrées » dans : Mémoires du livre/Studies in Book Culture, vol. 7, n°1, 2015.

Labbé Mathilde, Héritages baudelairiens (1931-2013), thèse de doctorat s. dir. André Guyaux, Sorbonne Université, 2014.

Poulot Dominique (dir.), Patrimoine et modernité, Paris-Montréal, L’Harmattan, coll. Chemins de la mémoire, 1998.

Poulot Dominique, Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècle. Du monument aux valeurs, Paris, PUF, 2006.

Régnier Marie-Clémence (dir.), Ce que le musée fait à la littérature. Muséalisation et exposition du littéraire, dans : Interférences littéraires/Literaire interferenties, n°16, 2015.

Régnier Marie-Clémence, Vies encloses, demeures écloses. Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937), thèse en lettres modernes s. dir. Françoise Mélonio et Florence Naugrette, Sorbonne Université, 2017.

Saurier Delphine, La Fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, Paris, Éditions Non Standard, 2013.

Scibiorska Marcela, Les Albums de la Pléiade. Histoire et analyse discursive d’une collection patrimoniale, thèse en littérature et en langue française, s. dir. David Martens et Dominique Maingueneau, KU Leuven et Sorbonne Université, 2018.

Thiesse Anne-Marie, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique. Gallimard, 2019.

Les résumés comporteront : un titre, 5 mots clés, 5 références bibliographiques (mobilisées dans le projet d’article), les noms, adresse électronique, qualité et rattachement institutionnel (Université, laboratoire) de leur auteur.e. ainsi qu’une courte biographie et 3 références bibliographiques (pour chaque auteur.e). Ils détailleront l’ancrage disciplinaire ou interdisciplinaire de la recherche, la problématique, le terrain ou le corpus, la méthodologie employée, le cas échéant, une première projection sur les résultats.

Calendrier :

15 mai 2020 : Diffusion de l’appel à propositions d’articles 

1er octobre 2020 : Réception des propositions d’articles

15 octobre 2020 : Retour aux contributeurs (acceptation ou refus de la proposition d’article)

5 janvier 2021 : Réception des articles complets

Janvier – février 2021 : Expertise des articles en double aveugle

1er mars 2021 : Retour aux auteurs suite aux expertises

30 avril 2021 : Réception des versions définitives des articles

1er Décembre 2021 : Publication du numéro

Envoi des propositions d’articles à :

Marcela Scibiorska : marcela.scibiorska@uclouvain.be

Mathilde Labbé : mathilde.labbe@univ-nantes.fr

David Martens : david.martens@kuleuven.be

Copie à :

Dominique Poulot, directeur de rédaction : culturedominique@gmail.com

Et : Culture.Musees@gmail.com

 Culture & Musées est une revue scientifique de recherche à comité de lecture qui pratique l’évaluation en double-aveugle. Elle édite des travaux de recherche inédits sur les publics, les institutions et les médiations de la culture. Elle s’adresse aux chercheurs et étudiants de ces domaines ainsi qu’aux professionnels œuvrant dans le champ des musées et des patrimoines.

La revue est co-portée par Avignon Université et UGA Éditions. Elle est publiée avec les soutiens de la Direction générale des patrimoines – département de la politique des publics, Ministère de la Culture et de la Communication et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Culture & Musées a obtenu le soutien de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS pour les années 2018 – 2020.

Depuis 2010, elle est indexée à l’INIST et sur les bases Arts and Humanities Citation Index et Current Contents/Arts and Humanities (Thomson Reuters). Elle est également référencée par l’HCERES dans la section 71ème du CNU (Sciences de l’information et de  la communication).