Archives de l’auteur : hombelinepassot

Rééditions – “Nouvelles rééditions sur le site des ressources Socius”

J’ai le plaisir d’annoncer la parution sur le site des ressources Socius (http://resssources-socius.info) de deux nouvelles rééditions : “Recent Moves in the Sociology of Literature” de Wendy Griswold ainsi que deux chapitres du Discours antillais d’Édouard Glissant consacrés à la sociologie de la littérature et de la culture.

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer 

Parution – “Acta fabula : Les études théâtrales à l’intersection des disciplines”

 

Parution d’un dossier de la revue Acta fabula intitulé « Les études théâtrales à l’intersection des disciplines » (https://www.fabula.org/acta/sommaire12836.php), à l’initiative du Centre d’Études Théâtrales de l’Université de Lausanne.

L’étude du théâtre profite de l’ancrage pluridisciplinaire des chercheurs et chercheuses : anthropologie, droit, économie, histoire, histoire de l’art, littérature, musicologie, philosophie, science politique, sociologie, etc. C’est en effet à l’intersection des disciplines que les études théâtrales se demandent aujourd’hui comment, par exemple, articuler description formelle et expérience subjective dans le commentaire de spectacles, comment penser l’impact politique des productions scéniques, comment exploiter les documents textuels, sonores ou visuels pour l’étude des œuvres, ou encore comment lire les pièces publiées sous la forme de livres. Adossées à des parutions récentes thématisant ou illustrant la richesse et la diversité disciplinaires des études théâtrales, mais aussi l’histoire de leur institution universitaire (toujours en jeu), les réflexions offertes dans ce dossier y répondent diversement.

Voici la liste des ouvrages recensés :

– Delphine Abrecht, Lise Michel et Coline Piot (dir.), Faire œuvre d’une réception. Portraits de spectateurs de théâtre : spectacles, textes, films, images (xvie‑xxie siècles), L’entretemps, 2019.
 
– Axel Arthéron, Le Théâtre révolutionnaire afro-caribéen auxxesiècle. Dramaturgies révolutionnaires et enjeux populaires, Honoré Champion, 2018.
 
–Catherine Brun, Jeanyves Guérinet et Marie‑Madeleine Mervant‑Roux (dir.), Genèses des études théâtrales en France (xixe‑xxe siècles), PUR, 2019.
 
– Yvane Chapuis et Julie Sermon (dir.), Partition(s). Objet et concept des pratiques scéniques (20e-21e siècles),Les Presses du réel, 2016.
 
– Marion Coste, La Création en partage. Étude de la mise en scène d’Aliénor Dauchez : Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor, PU de Franche-Comté, 2019.
 
– Joseph Danan, Absence et Présence du texte théâtral, Actes Sud, 2018; Entre théâtre et performance : la question du texte (2013), Actes Sud, 2016; Qu’est‑ce que la dramaturgie ? (2010), Actes Sud, 2017.
 
–Cristina De Simone,Proféractions ! Poésie en action à Paris (1946-1969), Les Presses du réel, 2018.
 
– Nancy Delhalle,Théâtre dans la mondialisation. Communauté et utopies sur les scènes contemporaines, PUL, 2017.
 
– Jeanyves Guérin (dir.), Le Nouveau Théâtre 1946-2017, Honoré Champion, 2019.
 
– Brigitte Joinnault, Antoine Vitez : La mise en scène des textes non dramatiques. Théâtre-document, théâtre-récit, théâtre-musique, L’entretemps, 2019.
 
– Erica Magriset Béatrice Picon-Vallin (dir.), Les Théâtres documentaires, Deuxième époque, 2019.
 
– Olivier Neveux,Contre le théâtre politique, La Fabrique, 2019.
 
– Jérôme Thélot, Sophocle. La condition de la parole, Desclée de Brouwer, 2019.
 

Parution – “Pratiques, 183-184 : Oralité, littératie”

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture
( Université de Lorraine, France)
 
 
 
Pratiques, 183-184
 
« Oralité, littératie »
 

Plus de dix ans après une livraison de la revue Pratiques consacré aux travaux d’anthropologie du langage selon Jack Goody, il nous parait nécessaire de faire le point sur les usages actuels de la notion de littératie et d’oralité, en linguistique, en didactique et en littérature. Ces termes d’oralité et de littératie – ce dernier surtout, avec l’acception commune de « culture écrite » – sont en effet omniprésents dans le champ théorique et professionnel mais souvent de façon dissociée.

Cette livraison contribue à interroger leurs articulations selon trois volets distincts : Un volet épistémologique qui cartographie plus précisément les définitions sémiologiques, linguistiques et socio-symboliques des termes oralité et littératie ; et qui s’applique à clarifier les distinctions entre oral et oralité, entre scripturalité et littératie. Un volet d’applications pratiques à partir d’analyses variées sur les modalités de coprésence ou de de conjonction plus ou moins hybride de ces deux mêmes modes dans des discours, littéraires ou non. Un volet ouvert aux pratiques scolaires et à la didactique qui analyse des modes ou des stratégies d’entrée dans la littératie dans ses formes graphiques et ses dispositifs symboliques. Sans négliger la question des normes et des variations linguistiques quand il est question d’évaluer les productions langagières des élèves (qui écriraient comme ils parlent ?).

Sommaire : sommaire pratiques 183-184

Vers le site de l’éditeur (en libre accès) :

https://journals.openedition.org/pratiques/6717

Parution – “Roy Pinker, Fake News et viralité avant internet (CNRS éditions)”

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS éditions, 2020. 

Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice : nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien : au XIXe siècle, le « copier-coller » régnait déjà dans la presse ; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook ; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire ; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux ; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Sous le pseudonyme de Roy Pinker se cachent Pierre-Carl Langlais, post-doctorant au sein du projet Numapresse pour lequel il développe des outils d’analyse des Big Data sur les corpus de journaux anciens, Julien Schuh, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre et Marie-Ève Thérenty, professeure à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, et auteure de Femmes de presse, femmes de lettres (2019).

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/societe/fake-news-viralite-avant-internet/

 

Parution – “Fixxion, n°20 : Radicalités: contestations et expérimentations littéraires”

C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons la parution du 20e numéro de la revue Fixxion, intitulé « Radicalités : contestations et expérimentations littéraires », coordonné par Justine Huppe, Jean-Pierre Bertrand et Frédéric Claisse. Le numéro peut être entièrement lu en ligne, ici.

Résumé du numéro :

Quelle pourrait être l’acception proprement littéraire de la radicalité ? L’ambition de ce numéro de Fixxion est bien de répondre à cette question, en se préservant d’une part de certains amalgames (entre « radicalité » et « violence », « terrorisme » ou « extrémisme », par exemple) et en congédiant, d’autre part, des traitements exclusivement thématiques de la notion. Les articles rassemblés proposent ainsi plusieurs lectures, tantôt monographiques tantôt transversales, d’œuvres ou de tendances récentes qui ont fait de la radicalité le prisme par lequel il est possible de repenser voire de redéfinir l’articulation de la littérature à la politique, à son langage et à ses normes.

Transposant à sa manière l’axe politique radical/libéral sur le terrain de la littérature, la production littéraire ici étudiée se caractérise, de prime abord, par la suspicion qu’elle jette sur les ressorts traditionnels de la représentation. De même qu’en politique, les théoricien·ne·s radicales et radicaux se méfient du fonctionnement ronronnant des institutions et de leur capacité à produire à peu de frais du consentement, en littérature, les auteur·e·s qui nous intéressent rechignent à croire qu’il suffit de parler de politique pour écrire des livres politiques.

À l’opposé du rôle palliatif d’administration du litige auquel se vouerait une partie significative de la littérature contemporaine, cette littérature reste donc attachée aux situations de différend (pour reprendre la distinction de Jean-François Lyotard), c’est-à-dire aux cas où l’injustice, non reconnue car indicible dans le langage des normes, se mue en tort. La formule de Lyotard – « c’est l’enjeu d’une littérature, d’une philosophie, peut-être d’une politique, de témoigner des différends en leur trouvant des idiomes » – décrit bien la double caractéristique des dispositifs littéraires auxquels est consacrée cette livraison de Fixxion : des textes contestataires et expérimentaux, à la fois attachés à la valeur agonistique de la littérature et soucieux de lui trouver des formes efficaces.

Loin de désigner un mouvement, une école ou encore une quelconque avant-garde, la littérature qualifiée ici de radicale met à distance, suivant des modalités hétérogènes, toute forme de « représentationnalisme naïf » : mise en crise du bien-fondé et de la fiabilité de la mimèsis, dynamitages axiologiques, travail de sape des jeux de langages dominants, prise en compte de l’espace public conflictuel dans lequel s’inscrit le texte, etc. De Sophie Divry ou de Nicole Caligaris aux littératures hacktivistes, en passant par les écritures de la ZAD, par les héritages poétiques de Victor Klemperer ou encore par les rémanences de l’action directe en littérature, c’est tout un empan de pratiques d’écriture contestataires que ce numéro entend étudier.

Sommaire

[Introduction ]

  • Justine Huppe, « “On s’est radicalisés en librairie”. De la littérature sur la radicalité à la radicalité en littérature »

[Études]

  • Aurélien Maignant : « Écritures en lutte dans le cyberespace : existe-t-il une littérature hacktiviste ? »
  • Mathilde Roussigné : « Une littérature offensive. Représentations, gestes et interventions à la zad de Notre-Dame-des-Landes »
  • Corentin Lahouste : « Grouillements anarcho-poétiques : radicalité politique et expérimentations chez Antoine Boute »
  • Stéphane Ledien : « Le roman noir français du XXIe siècle, espace du nouveau désordre mondial et des rapports de méfiance radicale »
  • Alice Laumier : « Technique d’oubli et mémoires truquées : les faux-semblants du récit dans Okosténie de Nicole Caligaris »
  • Nathalie Wourm: “Poetic Sabotage and the Control Society : Christophe Hanna, Nathalie Quintane, Jean-Marie Gleize”
  • Julien Jeusette : « Pour une poétique destituante  : Lefebvre, Lordon, Quintane »
  • Eric Lynch: “Exhibiting Poetry Today”: Collaboration and Politics in Thomas Hirschhorn and Manuel Joseph
  • Philippe Charron : « Faire avec. L’écriture de l’usage »

[Entretien]

  • Michèle Bacholle-Boskovic, Sophie Divry, « Sophie Divry, militante pour une littérature française forte »

[Relire]

  • Hélène Sirven, « Relire Hélène Bessette, Ida ou le délire (1973) : dominations, aliénations, résistances, à la racine du mot »

Online Seminar – “Leila Slimani’s and Marie Darrieussecq’s Lockdown Journals and the Changing Role of the Writer in French Society”

INSTITUTE OF MODERN LANGUAGES RESEARCH

School of Advanced Study • University of London

 Confinement in French and Francophone Literature and Film seminar series

Leila Slimani’s and Marie Darrieussecq’s Lockdown Journals and the Changing Role of the Writer in French Society

 30 June 2020

14:00-15:30 UK time

 ONLINE EVENT

 https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/22630  

 Speaker: Timo Obergöker (Chester)

***

Immediately after French President Emmanuel Macron declared the “confinement”, French writers moved to their holiday homes and started to write their lockdown journals. The reaction by the public and on social media however was extremely hostile and violent, criticising their privilege and Parisian elitism. Looking at how the two writers mobilised all the features of the myth of the “writer on holiday” as analysed by Roland Barthes, this paper argues that the role of the writer in French society has changed profoundly. Using Jérôme Meizoz’s theory of the “posture”, this seminar will explore the reasons why this is the case.

***

 Timo Obergöker holds a joint PhD from the Université de Nancy 2 and the Universität Potsdam as well as a Habilitation à diriger des recherches from the Université de Clermont-Ferrand 2. He teaches French literature, language and culture at the University of Chester. His research focuses on contemporary literature from France, Québec and Belgium and on the French chanson. 

***

This free event will be held online, at 14:00 UK time. Please note that it is essential that you register in advance to join the event: https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/22630           

Download guidance on participating in an online event at the IMLR (pdf)

 ***

Institute of Modern Languages Research

School of Advanced Study | University of London
Room 239 | Senate House | Malet Street | London WC1E 7HU | UK

http://modernlanguages.sas.ac.uk | modernlanguages@sas.ac.uk

The School of Advanced Study at the University of London is the UK’s national centre for the facilitation and promotion of research in the humanities and social sciences.

 

Colloque – “La Belle Époque a-t-elle été virale?”

Colloque potentiellement viral sur un sujet viral

La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930)

Colloque en visioconférence ouvert à tous – 25 juin 2020
Accessible via le lien ci-dessous : 

http://meet.google.com/sds-drdc-adq

 
Contact : Julien Schuh – jschuh@parisnanterre.fr
 
Pour toute information :

Bourses – “Concours de bourses d’admission à la maîtrise et de soutien à la rédaction du GRÉLQ”

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire (Édisoc) annoncent l’ouverture d’un concours pour l’attribution de deux bourses d’admission à la maîtrise, d’une valeur de 10 000 $ chacune.

Il y aura également l’attribution de deux bourses de soutien à la rédaction, pour un mémoire ou une thèse, d’une valeur de 2 500 $ chacune.

Veuillez consulter le document pour connaitre les critères d’admission, les documents nécessaires à la présentation du dossier et les critères d’attribution : Bourses d’admission à la maîtrise GRÉLQ 2020

Les étudiant.e.s intéressé.e.s ont jusqu’au 20 septembre 2020 pour déposer une demande.

 

Parution – “Revue Interrogations : numéros 29 et 30”

N°29. In Vino Humanitas
N°30. Numéro spécial “en lutte”

Après un riche numéro consacré aux usages du vin dans les sociétés, incluant également plusieurs articles dans ses rubriques non-thématiques (N°29 In Vino Humanitas http://www.revue-interrogations.org/-No-29-In-Vino-Humanitas-Des-usages-), la revue ¿Interrogations? a le plaisir de vous informer de la parution d’un numéro spécial “en lutte” (http://www.revue-interrogations.org/-No30-Revue-Interrogations-en-lutte-) conçu comme un espace pour manifester notre association au collectif des revues en lutte, montrer la créativité de la communauté scientifique, et rappeler la vocation de nos différentes rubriques.

Nous soutenons le collectif des revues en lutte, le carnet d’information sur l’emploi dans l’ESR Academia et le collectif RogueESR et nous les remercions pour leur rôle moteur dans le dynamisme des actions initiées ces derniers mois pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs scientifiques.

Bonne lecture !

Appel à contributions – “Habiter et travailler au même endroit”

APPEL À CONTRIBUTIONS

PROJET D’OUVRAGE COLLECTIF

Programme Habiter

« Habiter et travailler au même endroit »

Dans le cadre du programme « Habiter », porté par le séminaire de sociopoétique du CELIS (EA 4280), Université Clermont Auvergne, il s’agira de réfléchir sur une forme de l’habiter très spécifique : lorsque le lieu de la résidence personnelle se confond avec le lieu professionnel, comment vit-on là où on travaille ? Et : comment travaille-t-on là où on vit ?

Une interrogation transversale rapproche ces différents aspects : quand le « chez soi » devient public, du moins quand le lieu de l’intimité s’ouvre sur l’extérieur et à l’Autre (qui n’est plus seulement la famille éloignée ou le cercle des amis, mais bien des « étrangers »), alors il en va d’une manière (supplémentaire) d’« habiter l’ailleurs » : un ailleurs qui échappe au moi, au cercle du privatif et du secret de l’intimité pour s’ouvrir sur un investissement socialisé de l’espace personnel.

Habiter le lieu professionnel revient à interroger les « lieux du quotidien » dans leur diversité et leur étrangeté, soit une marginalité de l’habitat qui rend compte de la singularité de celui qui habite, la représente ou la fabrique.

Les littératures romanesques et autobiographiques mais aussi des textes plus intimes, épistolaires et mémoriels (carnets et journaux intimes), des XIXe et XXe siècles notamment, semblent nombreux à témoigner de cet entrelacs de relations entre le professionnel et l’intime à travers un habitat partagé, volontairement ou pas. Le corpus est large d’un grand nombre d’occurrences où l’intimité et la socialité d’un même individu s’interrogent, s’interpénètrent dans un lieu chargé de valeurs symboliques, cultivées ou subies, significatives d’une identité personnelle et professionnelle.

  1. Penser la nature de la relation entre le lieu et le métier

La littérature a donné de nombreux exemples de personnages romanesques pour lesquels le lieu personnel d’habitation se confond avec le lieu de travail, généralement pour des raisons d’ordre strictement professionnel lorsque les conditions pratiques et fonctionnelles, les contraintes économiques ou légales imposent la confusion des lieux. Il peut s’agir d’un logement de fonction occupé sous l’effet de l’obligation professionnelle, par exemple le directeur d’école, le chirurgien chef de service à l’hôpital au XIXe siècle; d’un lieu de résidence qui juxtapose le privé et le professionnel, par exemple le cabinet du médecin abrité dans sa propre demeure, le logement qui est attenant à la boutique, l’atelier (du peintre) installé dans une des pièces du logement, le bureau de l’écrivain ; d’une simple pièce mise à disposition, la chambre de bonne dans les combles ou une quelconque dépendance de la résidence bourgeoise, à peine à l’écart mais toujours à proximité immédiate ; de pièces de réception transformées, un jour par semaine, en « salon » où l’artiste (ou l’ami(e) d’artistes) reçoit et met son lieu d’habitation au service d’une place à conquérir, le fait même de « recevoir » relevant de l’activité professionnelle à part entière ; etc.

On pourra par une approche transversale ou une étude monographique contribuer à l’élaboration d’une typologie des métiers qui participent de l’assimilation entre le lieu professionnel et le lieu de résidence, parfois heureuse, parfois plus malheureuse (et aussi comprendre comment le travail renoue éventuellement avec son sens étymologique lorsque les espaces cessent d’être cloisonnés).

Aspects envisageables :

– Définition de ce qu’est un lieu professionnel ou un domicile quand il devient un habitat « mêlé »

– La dimension obligatoire ou choisie de la confusion des habitats : bonheur ou contrainte ?

– La nature du lien au lieu professionnel : intégration, aliénation…

– La place de l’intimité

– Etc.

  1. Construire son identité : la dimension sociale et l’honneur attaché à incarner une profession

Le mélange des fonctions résidence/profession est lourd de conséquences quant à la manière de construire sa propre identité individuelle lorsque l’univers mêlé estompe l’écart entre le professionnel et l’intime, aide à confondre les temps de l’activité et du repos, assimile la fonction professionnelle à l’identité personnelle et contribue à altérer état et fonction de l’individu. Lorsque le lieu double ainsi sa raison d’être, il interroge la conception même des situations professionnelles : où peut vivre le directeur d’école sinon dans son école ? Comment mieux être assimilé à sa fonction de médecin sinon en habitant à côté ou au-dessus de son cabinet ? L’honneur attaché à certaines professions, notamment libérales (médecins, notaires, pharmaciens…) contribue à installer définitivement l’individu dans le lieu où il travaille : en y vivant, en s’y rendant toujours disponible, il s’affirme mieux encore dans sa fonction, jusqu’à se confondre. Ce n’est plus M. Untel mais Dr Untel, Me Untel…

Aspects envisageables

– Fonction et représentation des lieux

– L’espace comme définition de l’individu social

– Le métier comme identité/identification : du social à l’ethos

– Hiérarchie des lieux et des occupations : quand la vie personnelle devient secondaire par

rapport à la vie professionnelle…

– Etc.

  1. Approche sociale et sociologique

Dans la confusion des lieux, s’expriment tout à la fois une position sociale (l’aisance et la reconnaissance de celui qui occupe un logement de fonction, au contraire l’asservissement du domestique, du fermier dans sa ferme, du tisserand dans son atelier…) et une relation à l’Autre (supériorité sociale, dépendance…). Ainsi, peut s’exprimer, lorsque se confondent en un même lieu l’espace personnel et l’espace professionnel, une hiérarchisation de la société, une manière de considérer le jeu des relations sociales, qu’il en aille d’une notoriété ou d’une misère sociale. Les sentiments personnels (fierté vs honte), les conditions de vie (confort vs promiscuité), les conséquences du travail sur la vie personnelle (gestion de son emploi du temps, stress, gestion de l’espace, problèmes de pollution…) marquent mieux encore la ligne de partage entre nantis et indigents, bourgeois et ouvriers. Dans quelle mesure, pour le nanti, la reconnaissance liée à la fonction permet-elle de profiter des avantages du lieu professionnel pour bonifier la résidence personnelle (la maison de maître du médecin ou du notaire qui accueille aussi le cabinet ou l’étude… la bibliothèque de l’écrivain qui déborde du bureau et remplit bientôt toute la maison…) ? Dans quelle mesure, pour l’ouvrier, le travail à la maison de tous les manuels/manoeuvres (la couturière ou la lessiveuse qui rapportent de l’ouvrage à la maison…) est-il amené à transformer l’emploi en asservissement ? Au contraire, comment le travail peut-il être vécu comme un moyen d’intégration sociale quand il oblige à la rencontre de l’Autre ?

Aspects envisageables

– Conséquences du travail chez soi sur la vie de famille

– Le travail dans une temporalité sans garde-fou : un asservissement de l’emploi du temps ?

– La dimension intégrative du travail : quel lien social pour un travail à domicile ?

– La professionnalisation de l’espace personnel

– Etc.

  1. Confinement et télétravail : quelle littérature à venir ?

Le XXIe siècle ouvre sur de nouvelles modalités de l’« habiter le lieu professionnel ». Le télétravail aide à confondre lieu professionnel et résidence personnelle, à mêler espaces et temporalités : il peut rendre le « travailleur » incapable de se défaire de son activité professionnelle, quitte à mettre en péril sa vie personnelle (aliénation de la vie privée : familiale, amoureuse…). La récente expérience de confinement, dans la plupart des pays, avec la pandémie du Covid19, a contribué à un développement accéléré du télétravail, donc à une généralisation, ponctuelle mais bien réelle, de l’assimilation du lieu professionnel au lieu de résidence privée, en faisant du lieu de vie le nouveau lieu de travail. Le salon ou la chambre à coucher, parfois des espaces plus insolites (un balcon, une salle de bains ou la cuisine) sont devenus les nouveaux bureaux, en général de manière obligée. La presse de ces dernières semaines a largement relevé les risques de cette assimilation d’un lieu à l’autre et pourtant, avec le déconfinement, de nombreux Français par exemple souhaitent qu’on les laisse poursuivre leur activité sous la forme du télétravail. Comment la littérature a-t-elle déjà pu rendre compte de cette modernité-là ? Comment témoignera-t-elle de l’expérience Covid-19 en matière d’organisation de la vie, d’occupation des lieux, de transformation du rapport à l’Autre (le collègue vs la famille) ? Que restera-t-il de cette réévaluation des espaces et des temporalités, ponctuelle ou appelée à devenir définitive ? De nombreux journaux de confinement, écrits testimoniaux ont déjà vu le jour qui proposent une première réflexion avant que le roman, peut-être, ne s’empare de la thématique…

Aspects envisageables

– Dimension aliénante/affranchissante d’une vie sans frontière entre le privé et le professionnel

– Dimension romanesque de l’individu/personnage à l’identité floutée

– Représentations de la vie familiale

– Le rapport à l’Autre au XXIe siècle

– Etc.

L’appel à communications est ouvert à des propositions relevant des littératures française et européenne, de la littérature comparée, de préférence du XVIIIe siècle à nos jours.

Les propositions de communication (maximum 3000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 août 2020 à l’adresse suivante :

Thierry.poyet@uca.fr

Les réponses seront données au 15 septembre 2020 au plus tard, les contributions devront être remises pour le 31 décembre 2020.

La publication est envisagée sous toutes réserves aux Presses Universitaires Blaise-Pascal.