Archives de l’auteur : Anthony Glinoer

Parution – « Escolas, academias, grupos literários e artísticos »

interFACES

v. 30, n. 2 (2020)

Escolas, academias, grupos literários e artísticos

Vista como um ato solitário e fruto de inspiração, a criação artística e intelectual é comumente uma ação de grupos. O processo de criação, seja ele musical, arquitetônico, literário ou artístico compreende momentos de discussão, testagem, pré-difusão envolvendo associações de afinidades. Por vezes, a criação ocorre por meio de projetos institucionais; em outras ocasiões, expressa o descontentamento com o status quo e as estéticas dominantes. Assim, são criadas escolas e academias, grupos literários e artísticos que buscam a manutenção dos gostos vigentes ou suas renovações.

Este número da Revista Interfaces acolhe artigos que, recusando a imagem romântica do “gênio” criador, tratem desses espaços de coletividade envolvidos na criação intelectual ou artística; que abordem grupos menos ou mais organizados que, ao longo da história, buscaram renovar a música, a arquitetura, a literatura e as artes; e que investiguem os agrupamentos em torno de uma estética ou de um projeto de feição artística e cultural.

https://revistas.ufrj.br/index.php/interfaces/issue/view/1461/showToc

Apresentação…………………………………………………………………………………………………………………… 7
Pedro Paulo Garcia Ferreira Catharina, Fabiano Dalla Bona
Os grupos literários entre o social e o imaginário ………………………………….. 12
Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke – Québec, Canada)
Academia Gouncourt: a instituição em três momentos …………………………. 23
Zadig Mariano Figueira Gama (Universidade Federal do Rio de Janeiro)
Gabriele D’Annunzio e o Cenacolo de Francavilla ………………………………….. 41
Fernanda Gerbis Fellipe Lacerda (Universidade Federal do Rio de Janeiro)
Crítica acerca do individualismo no campo do design ………………………….. 54
Paulo Vieira da Silva Magalhães – Alberto Cipiniuk (Pontifícia Universidade
Católica do Rio de Janeiro)
Rascunhos e esboços: indícios do processo criativo na literatura e no
design gráfico …………………………………………………………………………………………….. 72
Thais Arnold Fensterseifer – Márcia Ivana de Lima e Silva (Universidade
Federal do Rio Grande do Sul)
Materialidade do livro como convite à criação ………………………………………. 85
Camila Feltre (Universidade Estadual Paulista)
Simulacro e repetição como contrainformação na era da sociedade de
controle ……………………………………………………………………………………………………. 103
Paula Davies Rezende (Universidade de São Paulo)
Relações artístico-pedagógicas além da cena, possibilidades coletivas do
teatro de grupo ……………………………………………………………………………………….. 120
Caio Sérgio Franzolin – Carminda Mendes André (Universidade Estadual
Paulista)
VARIA
Construindo sensibilidades entre Porto Alegre e Beijing …………………… 132
Airton Cattani – César Bastos de Mattos Vieira (Universidade Federal do Rio
Grande do Sul) – Lu Ying (University of China – Beijing, China)

Parution – « Sociologie de la médiation littéraire »

Chers lecteurs,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’un nouveau numéro de RELIEF, consacré à la sociologie de la médiation littéraire. Nous vous invitons à consulter la table des matières ci-dessous, puis à visiter notre site web pour lire les articles qui vous intéressent.
Pour l’été 2021, nous préparons un numéro spécial sur la (Re)Traduction des classiques français. Vous trouverez l’appel à contributions ci-dessous ; n’hésitez pas à nous faire parvenir vos propositions d’articles.
En dehors des thématiques que nous vous proposons, vous pouvez nous présenter des soumissions libres à travers notre site, cliquez ici pour en savoir plus
Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre revue,
L’équipe éditoriale de RELIEF.
  L’équipe éditoriale de RELIEF

RELIEF 14.2: Sociologie de la médiation littéraire

Édité par Maaike Koffeman et Olivier Sécardin

Dans ce dossier thématique de RELIEF, une dizaine de chercheurs présentent des études de cas qui démontrent et analysent la dynamique des rapports entre auteurs, acteurs, institutions et lec­teurs. Tout en reconnaissant l’importance des médiateurs traditionnels et des lieux de socia­bi­lité et d’échange plus ou moins institutionnalisés, ce numéro explore également les nouvelles formes et discours de médiation littéraire qui sont en train d’émerger en ligne, notamment en ce temps de confinement et de distanciation sociale. Pour clore ce dossier thématique, nous proposons deux interviews consacrés aux coulisses de deux instances de médiation littéraire au sein du champ littéraire de la Belgique francophone.

Articles
Maaike Koffeman et Olivier Sécardin, Introduction : Pour une généalogie sociocritique de la médiation littéraire
Barbara Dimopoulou, Le catalogue des Éditions Allia à la lumière de la notion borgésienne de « Bibliothèque »
Corinne Abensour et David Galand, La médiation éditoriale de la poésie : le cas de la collection « Poésie » chez Gallimard
Barbara Bellini, Les conditions du succès. La médiation éditoriale d’Emmanuel Carrère en France
Marys Renné Hertiman, La valorisation du travail des femmes dans la bande dessinée : entre médiation, remédiation et mobilisation
Eve Rouxel, Bilinguisme scolaire et médiation littéraire dans les salons et festivals du livre jeunesse : le cas de la littérature de jeunesse en langue bretonne
Justine Huppe, « Faire cailler l’annexion l’annexion de la recherche-création à l’économie libérale » : hypothèses théoriques sur les masters universitaires en écriture créative
Laurianne Perzo, L’atelier d’écriture théâtrale comme pratique de médiation entre création littéraire et phénomène social : quand le fait littéraire émerge du fait social
Anne-Claire Marpeau, YouTube, un nouvel acteur pédagogique pour la littérature ?
Marie-Clémence Régnier, Un Texte Un jour : applications littéraires et blog dédiés en faveur de la médiation des classiques
Charlène Clonts, Médiations poétiques à l’ère du confinement : quelques exemples belges et français
 
Entretiens
Jan Baetens, « Espace Nord », une collection de littérature belge de langue française : Entretien avec Tanguy Habrand
Camille Van Vyve, L’exposition littéraire comme constellation. Entretien avec Christophe Meurée (Archives & Musée de la Littérature)
 
Comptes rendus
Sjef Houppermans, Mark Lapprand, Pourquoi l’Oulipo ?
Manet van Montfrans, Nicolaas van der Toorn, Le Jeu de l’ambiguïté et du mot. Ambiguïté intentionnelle et Jeu de mots chez Apollinaire, Prévert, Tournier et Beckett

(Re)Traduire les classiques français

Éditeurs : Marc Smeets et Maaike Koffeman

 
Les traductions vieillissent-elles ? Ou est-ce, comme l’écrit Henri Meschonnic, plutôt la pensée du langage qui vieillit ? Et quel est le rôle que joue l’éditeur dans l’édition / la réédition d’un classique ? Ce numéro de la revue RELIEF sera consacré à la (re)traduction des œuvres classiques françaises dans différentes langues, avec une attention particulière pour le néerlandais, l’allemand et l’anglais.
Possédant une valeur culturelle et symbolique importante, le texte classique semble constituer une source éditoriale et commerciale sûre. De ce fait, il donne souvent lieu à de multiples rééditions et retraductions, qui se présentent – bon gré mal gré – comme étant « meilleures » que leurs prédécesseurs (du point de vue de l’innovation et du modèle dominant, s’entend). Considérer la retraduction comme une réponse au vieillissement textuel, Yves Gambier (2011) l’a bien souligné, serait une perspective beaucoup trop simpliste.
Dans ce numéro de RELIEF, nous aimerions présenter une vision plus nuancée sur la (re)traduction des classiques français. Nous invitons les auteurs à proposer des articles qui – plutôt que d’analyser les (re)traductions d’un point de vue purement textuel – prennent en compte le contexte culturel, économique et institutionnel dans lesquels elles évoluent. Les angles d’approche à considérer comprennent :

  • La position du traducteur dans le champ littéraire 
  • Le rôle des médiateurs culturels dans la réalisation des traductions 
  • Les structures institutionnelles qui soutiennent la publication de traductions 
  • L’évolution du marché du livre et les attentes du public 
  • Les stratégies éditoriales et économiques des maisons d’édition 
  • La réception des traductions 

Date limite pour l’envoi des propositions : le 1er janvier 2021. Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (environ 6000 mots) avant le 1er mars 2021.
Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots, accompagnée d’une brève notice biobibliographique, à revuerelief@gmail.com.

Parution – « Enseignement du texte littéraire dans l’espace francophone : pratiques, formation, recherche »

François Le Goff, Gersende Plissoneau, Sandrine Bazile et Sylviane Ahr (coords)Enseignement du texte littéraire dans l’espace francophone : pratiques, formation, recherche

Revue disponible en ligne, en libre accès : https://journals.openedition.org/pratiques/8757
Cette livraison de Pratiques renoue avec une tradition de la revue en s’intéressant aux pratiques effectives d’enseignement de la littérature dans l’espace de la francophonie. À partir de perspectives croisées, convoquant des méthodologies de recherches variées de l’étude longitudinale à l’examen qualitatif de pratiques plus marginales en passant par l’enquête professionnelle, les différentes contributions montrent comment le champ de la recherche en didactique de la littérature construit ou reconfigure un vaste ensemble de notions et de concepts (lecture littéraire, sujet lecteur, texte du lecteur, etc.). Elles mettent notamment en évidence la délicate intégration dans les pratiques professionnelles d’une conception de la lecture littéraire, moins portée par une théorie du texte postulant un lecteur implicite ou virtuel, que par les enjeux esthétiques d’une reconfiguration du texte par un lecteur réel et présentant des modes de réalisation pluriels. La première partie de cette livraison s’intéresse aux curriculums prescrits concernant la lecture des textes littéraires, selon des méthodes et des cadres institutionnels distincts. La deuxième partie se concentre sur les pratiques effectives de lecture littéraire, d’où il ressort que la diversité des approches du texte littéraire est un fait marquant, tant du point de vue des médiations orales ou écrites retenues que des manières de considérer le statut du lecteur, sa relation avec le texte et la manière de faire vivre une communauté d’interprètes. La dernière partie s’intéresse à la formation des enseignants, à la prise en compte des approches esthétiques de la lecture littéraire, à la manière dont les problématiques du sujet lecteur investissent les pratiques et intègrent, ou non, les références théoriques des professeurs en formation initiale et celles des formateurs.  

JE « Ecrans à la page : littérature et télévision en Belgique »

Ecrans à la page : littérature et télévision en Belgique Journée d’étude Textyles, en partenariat avec les Archives et Musée de la littérature (AML) KBR, Bruxelles, 28 janvier 2021
Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la télévision devient un acteur incontournable de la vie littéraire. En France, les émissions phares Lectures pour tous et Apostrophes s’imposent par leur succès, et les chaînes de l’audiovisuel public en Belgique se montrent également soucieuses d’ouvrir une plateforme et un espace critique dédiés à la littérature. Dans le cadre de leur mandat culturel, la RTB puis la RTBF diffusent des programmes spécialisés sous forme d’entretiens, de chroniques ou de documentaires, ainsi que des adaptations et des dramatiques télévisées. Des émissions comme EcrituresHors-texteEn toutes lettres ou plus récemment Livrés à domicile offrent un miroir de l’actualité éditoriale tout en rendant hommage aux oeuvres du patrimoine, et nombreuses sont celles qui accordent une place de choix aux écrivains du pays. En explorant ces collections, cette journée d’étude a pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation de la littérature à la télévision belge et la manière dont les écrivains belges investissent la scène d’_expression_ que déploient les médias audiovisuels. Il s’agira d’éclairer par ce biais un aspect important et encore peu étudié de l’histoire littéraire récente de la Belgique francophone.
Programme
8h45 – Accueil des participants   9h – Selina Follonier (FNS, Université de Lausanne & KU Leuven) et David Martens (KU Leuven) : Introduction
Formats et genresModération : Benoît Denis (Université de Liège)
9h15 – Selina Follonier (FNS, Université de Lausanne & KU Leuven), « L’émission littéraire en Belgique francophone » 
10h – André Deridder (UC Louvain), « Les captations télévisuelles de spectacles théâtraux par la RTBF : des enjeux stratégiques aux défis esthétiques »
10h45 – Pause
11h – Christian Janssens (Université libre de Bruxelles), « Mariages, adaptation télévisée du roman de Charles Plisnier, RTB, 1977 : du contexte de production à l’élaboration du scénario »
Figurations littéraires de la télévisionModération : Laurent Demoulin (Université de Liège)
11h45 – Christophe Meurée (Archives et Musée de la littérature), « Toussaint télégénie » 
12h30 – Déjeuner
Portraits d’écrivains Modération : Paul Aron (Université libre de Bruxelles)
14h – Laurent Demoulin (Université de Liège), « Simenon apostrophé »
14h45 – Nausicaa Dewez (Direction des Lettres, FWB), « Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux : de la télévision à l’écriture »
15h30 – François-Xavier Lavenne (UC Louvain & Fondation Maurice Carême), « Maurice Carême, l’image familière du poète et celle, rêvée, d’un pays »
16h15 – Pause
16h30 – Table ronde
Regards croisés sur l’audiovisuel littéraire en BelgiqueModération : François Vallotton (Université de Lausanne)
Thierry Bellefroid (RTBF) Alice Piemme (Archives et Musée de la littérature) Anne Roekens (Université de Namur) Marianne Sluszny (RTBF)
17h45 – Discussion conclusive
Organisation : Selina Follonier (FNS, Université de Lausanne & KU Leuven) & David Martens (KU Leuven)

En fonction de la situation sanitaire, cette journée d’étude aura lieu soit en présentiel (28 janvier), soit en ligne (28-29 janvier, 13h-18h).L’événement est ouvert à tout public et pourra être suivi en ligne, avec inscription à l’adresse : selina.follonier@unil.ch. Les liens de connexion seront envoyés par mail.



Selina Follonier
Doctorante boursière 
Doc.Mobility : Project-194915
Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)
Centre SHC / Section de Français | Université de Lausanne (UNIL)

Chercheur visiteur
Unité de recherche Littérature et culture
Faculteit Letteren | KU Leuven

Parution – « Fictions et pouvoirs »

Nous vous invitons à découvrir le 21e numéro de la Revue critique de fixxion française contemporaine. Dirigée par Aurélie Adler et Julien Lefort-Favreau, cette livraison intitulée «Fictions et pouvoirs» est disponible intégralement en ligne. Comme l’indique son introduction, elle vise à « se recentre[r] sur les manières dont les fictions d’_expression_ française mettent en scène différents types de pouvoir (politique, économique,  social,  racial,  sexuel)  en  retravaillant  et  en  déplaçant  les  discours,  les dispositifs et les imaginaires qu’ils induisent».

Elle rassemble des contributions d’Hélène Barthelmebs-Raguin, Karol’Ann Boivin, Cécile Chatelet, Dominique Carlini Versinin, Marc-Antoine Blais, Frank Wagner, Frédéric Martin-Achard, Morgane Kieffer, Arthur Pétin, Simon Levesque, Annabel Kim, Elara Bertho et Émile Bordeleau-Pitre. À l’occasion d’un entretien mené par Julien Lefort-Favreau, l’écrivaine Hélène Frédérick revient sur la façon dont ses textes pensent les conditions et les formes de l’émancipation et de la résistance ; tandis que Fanny Taillandier signe une carte blanche intitulée «Samples pour un western spaghetti inspiré de nos vies».   Vous trouverez également sur le site l’appel à contributions du n° 24 : «Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir».

Parution – « Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles) »

Chères et chers collègues, 
C’est avec joie que nous vous annonçons la publication du nouveau dossier de la revue COnTEXTES, consacré aux « Logiques de la commande » dans la littérature des XXe et XXIe siècles. Il en accès libre ici : https://journals.openedition.org/contextes/ et vous trouverez ci-dessous son sommaire. 
Bien cordialement, 
Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli
*****

Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

Sous la direction de  Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli
« Eh oui, Monsieur, le tableau le plus célèbre du monde a été commandé par la lie de la terre avec les plus mauvaises intentions du monde, il faut nous y faire ». Prononcés par le narrateur des Onze de Pierre Michon, ces mots emphatisent la façon dont la commande, sans émaner toujours de la « lie de la terre », embarrasse une représentation commune qui fait du projet créateur un critère cardinal de l’auctorialité moderne. Ils suggèrent aussi combien cette variété hétéronome d’occasion du livre est souvent ignorée, méprisée et, ajoutera-t-on, non moinsmonnaie courante. Dirigé par Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli, le dernier dossier de la revue COnTEXTES s’attache au domaine des œuvres suscitées pour en examiner les territoires et les logiques dans la littérature des XXe et XXIe siècles. 

Parution – « Literary translation in Periodicals »

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage suivant :

Laura Folica, Diana Roig-Sanz, Stefania Caristia (éd.), Literary translation in Periodicals. Methodological challenges for a transnational approach, Amsterdam/Philadelfia, John Benjamins Publishing Company, 2020.

L’ouvrage est accessible depuis la page de l’éditeur : https://www.jbe-platform.com/content/books/9789027260598

Bien cordialement,
Stefania Caristia
Université de Lille – Faculté des Humanités
Département Lettres Modernes – ULR 1061 – ALITHILA

Parution – « Toucher au «vrai» : la poésie à l’épreuve des sciences et des savoirs »

Toucher au «vrai» : la poésie à l’épreuve des sciences et des savoirs  (Fabula-LhT, n° 24). «Toucher au “vrai” : la poésie à l’épreuve des sciences et des savoirs» (Acta fabula,doss. 60). Chères et chers collègues,

Les deux revues Acta fabula et Fabula-LhT publient sur Fabula.org un double numéro dirigé par Annick Ettlin et Jan Baetens, qui se propose de revenir sur l’ambition des poètes à représenter ou constituer une parole «vraie», à même de produire des effets de vérité, différents du savoir philosophique et des résultats objectifs et mesurables de la science :
— Fabula-LhT, n° 24, Toucher au «vrai» : la poésie à l’épreuve des savoirs, dir. A. Ettlin et J. Baetens, en ligne, 2020 : www.fabula.org/lht/24.
— Acta fabula, dossier 60, «Toucher au “vrai” : la poésie à l’épreuve des sciences et des savoirs», dir. A. Ettlin et J. Baetens, en ligne, 2020 : 

https://www.fabula.org/revue/sommaire13266.php.

Ces deux numéros contiennent :

— onze articles : deux sur les récits de voyage en vers sous l’Ancien Régime et sur la poésie scientifique au XIXe siècle ; neuf monographiques sur Bonnefoy, Caillois, Coleridge, Jaccottet, Leiris, Mallarmé, Nougé, Ponge et Villon ;

— deux entretiens, le premier avec Hugues Marchal, le second avec l’équipe MDRN ;
— huit comptes rendus d’ouvrages récents, dont plusieurs sont republiés pour l’occasion. 
Il faut ajouter encore deux articles parus dans notre section «Varia», le premier sur la biographie de T.E. Lawrence par André Malraux, le second sur Barthes post-structuraliste.


Le tout réunit le travail de 23 chercheurs et chercheuses établies en Belgique, au Canada, aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne et en Suisse, soit : Abigael van Alst (KU Leuven), Benjamin Bâcle (UCL), Jan Baetens (KU Leuven), Madeleine Brossier (U. Lyon III), Sascha Bru (KU Leuven), Elsa Courant (ENS Ulm et UNIBAS), Jean-François Duclos (MSU Denver), François Elissalt (indép.), Annick Ettlin (UNIGE), Philippe Frieden (UNIGE), Nathalie Gillain (U. Saint-Louis et U. de Namur), Maxime Leblond (U. du Québec à Montréal), Hugues Marchal (UNIBAS), Émilie Merlevede (U. Toulouse 2), François Moll (AMU), Mendel Péladeau-Houle (U. Ottawa), Mathieu Perrot (Lafayette College), Camille Rodic (U. Strasbourg), Layla Roesler (ENS Lyon), Laura Roux (UNIGE), Pierre Vinclair (indép.), Nicolas Wanlin (Institut polytechnique de Paris) et Liesl Yamaguchi (Boston College).

Bonne lecture !
Avec nos meilleures salutations, Romain Bionda, pour le comité de Fabula-LhT.

Parution – « Avec Denis Guénoun. Hypothèses sur la politique, le théâtre, l’Europe, la philosophie »

Avec Denis Guénoun. Hypothèses sur la politique, le théâtre, l’Europe, la philosophie (2020)

Chères et chers collègues,
Denis Guénoun est l’auteur à ce jour d’une quarantaine d’ouvrages et de trois œuvres au moins, si l’on tient à distinguer la théorie dramatique, la spéculation philosophique, politique et théologique, et les écritures théâtrales, que celles-ci aient leur lieu d’abord dans des textes ou directement sur le plateau. Mais faut-il distinguer, et surtout : le peut-on ? Si chacune de ces œuvres a déjà rencontré son audience, et leurs propositions respectives un accueil grandissant, ces différents publics ne s’étaient pas encore trouvés. Un colloque tenu à Lausanne et Genève était venu installer lecteurs et spectateurs de Denis Guénoun sur une même scène — celle où la littérature, la philosophie, la politique, la théologie, la morale même acceptent de se soumettre à une inédite distribution pour mieux se donner la réplique.

Sous le titre Avec Denis Guénoun. Hypothèses sur la politique, le théâtre, l’Europe, la philosophie (MétisPresses), un volume réuni par Éric Eigenmann, Marc Escola et Martin Rueff en donne à lire aujourd’hui les actes, enrichis des contributions de Judith Butler, Jean-Luc Nancy et bien d’autres, mais aussi de textes inédits de Denis Guénoun. Fabula vous invite à découvrir l’introduction du volume et à retrouver, à l’entrée «Théâtre» de son Atelier de théorie littéraire, quatre essais de Denis Guénoun : «Sur les deux sens de la répétition au théâtre», «Théâtre et poésie. Propositions», «L’adresse au sans visage. Remarques sur le jeu de l’acteur», et «Oran, Camus et La Peste».

Annonce de parution : Hémery-Hervais Sima Eyi, « La vie littéraire au Gabon »


La vie littéraire au Gabon. Ses acteurs institutionnels, ses instances de médiation et de légitimation et ses enjeux
Hémery-Hervais Sima Eyi

Libreville, Symphonia, 2020, 344 p.

 »  QU’EST CE QUE LA LITTERATURE? Le point de départ de cet ouvrage est de (re) poser la question, « Qu’est-ce que la littérature ? ». Partant en effet de cette question, il ne s’agit pas de revisiter Jean-Paul Sartre et sa vision de la littérature en 1947, quand il publie sous ce titre une longue étude dans laquelle il analyse la position de l’écrivain engagé. Plutôt, nous voulons, au regard de l’évolution actuelle de la littérature, fédérer, voire croiser, différentes visions et différents regards posés sur celle-ci en choisissant une trajectoire qui part de Sartre à Nicole Fortin, en passant par la sociologie positive de Robert Escarpit, Roland Barthes, Jacques Dubois, Jérôme Meizoz et Alain Viala qui s’interroge en ces mots : « [Quelles] conditions sociales furent nécessaires pour que soit inventée la littérature ? ». Au-delà de cette longue parenthèse théorique sur la question « Qu’est-ce que la littérature ? », l’ambition de ce livre c’est d’envisager une analyse sociocritique de la vie littéraire au Gabon qui considère à la fois les acteurs institutionnels et les instances de médiation et de légitimation de cette littérature. La tendance sociocritique privilégiée ici est celle proche de la sociologie de la littérature qui intéresse Jacques Dubois, théoricien de l’institution de la littérature, et Nicole Fortin. Construite autour de cinq chapitres, cette étude sociocritique de la vie littéraire au Gabon souligne que l’institutionnalisation d’une littérature en Afrique subsaharienne francophone a bénéficié au départ d’un acteur institutionnel et politique. C’est cet acteur institutionnel et politique, en l’occurrence la France, qui va mettre au service des sujets écrivants des colonies son appareil institutionnel avec ses différents maillons, (maisons d’édition, prix littéraires, bourses, lectorat, critiques, etc.). L’étude aborde aussi les querelles et débats intellectuels autour de la notion de « littérature nationale » dans le contexte global africain subsaharien : Qu’est-ce qui peut fonder en réalité la nationalité littéraire en Afrique? L’étude montre que cette question intéresse à la fois les critiques africains et les critiques africanistes. L’analyse sociocritique envisagée ici révèle surtout l’importance des acteurs institutionnels de la vie littéraire au Gabon. L’institution universitaire, maillon de l’institution littéraire, se construit autour des instances telles la critique universitaire, les facultés, les instituts de recherche, les grandes écoles, les départements, les centres de recherche et laboratoires. L’institution scolaire, en tant que maillon de la chaîne institutionnelle, constitue, elle aussi, l’un des pôles majeurs et joue un rôle prépondérant dans la vie littéraire au Gabon. Cette institution scolaire ne prend sa place et ne joue son rôle véritable au Gabon qu’à travers des institutions telles, l’IPN (Institut Pédagogique National) et les politiques gouvernementales en matière de diffusion et de vulgarisation du livre (littéraire) gabonais. «