Archives de l’auteur : Anthony Glinoer

Journée d’études – « Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ? »

De: « Pierre Halen » <pierre.halen@univ-lorraine.fr>
Envoyé: Vendredi 2 Avril 2021 10:37:51
Objet: JE 22.06.2021 – délai 15.04

groupe de recherche ASOHLIS (Approches socio-historiques des
littératures des Suds)

Journées d’étude du mardi 22 juin 2021, Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des
Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier
Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste
des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance

Argument : Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques
et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux
corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de
moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut
s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais
pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs
idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de
leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de
leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à
l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux
existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique,
notamment dans les domaines suivants :

·histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;

·sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;

·sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et
de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;

·approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais
mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et
autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à
partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à
évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à
l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches
socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts
devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou
complexifiés quand on étudie « empiriquement » les littératures des
Suds ? Les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe
de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de
référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude
remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la
recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations
futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques,
séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le
15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier :
tristan.leperlier@gmail.com <mailto:tristan.leperlier@gmail.com> &
Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr
<mailto:pierre.halen@univ-lorraine.fr>

Comité scientifique : Groupe Asohlis

Parution du n°7 de la revue « Biens symboliques/Symbolic Goods » : « Lire en numérique/Digital Readings »

Dossier : Lire en numérique

Résumé :
Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’_expression_ de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte. Cécile Rabot Ce que le numérique fait à la lecture. Distinguer les supports, questionner les usages Cécile Rabot et Roger Chartier De l’imprimé au numérique : une révolution de l’ordre des discours. Entretien avec Roger Chartier Gérard Mauger Le numérique : une révolution dans les pratiques de lecture ? Une enquête sur les grand·e·s lecteur·rice·s Stéphanie Kellner Lire des classiques sur liseuse en bibliothèque municipale. Une expérience qui fait long feu Emmanuelle Guittet « Moi, il me faut du papier ». Analyse d’une difficile et inégale conversion des lecteurs et lectrices de romans au numérique Philippe Chevallier Les évolutions de l’usage savant du patrimoine documentaire en ligne
Nolwenn Tréhondart Quand la bande dessinée « tient salon » sur Instagram. L’exemple d’Été, entre contraintes de production et enjeux d’appropriation
Traduire
Lucy Garnier Traduire les sciences humaines et sociales du français vers l’anglais. Enjeux, défis et apports

(Re)lire
Lilas Bass Écrivain·e·s et historien·ne·s face à Mai 68 : mutations et permanences de l’ethosprofessionnel et des logiques de champ Note critique sur Boris Gobille (2018). Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires (Paris, CNRS Éditions) et Agnès Callu (dir.) (2018). Le Mai 68 des historiens (Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion)

Digital readings

Abstract

Despite the growing number of writings on digital technology and its effects on culture, they remain insufficient if we wish to understand what effect digital media has on ordinary literary reading. Whether optimistic or concerned, the discourse tends to point out either the possibilities opened up by new mediums or the threats they represent. Neuroscience appears to support both positions, depending on how data are interpreted; it usually offers only a limited understanding, as it seldom integrates social variations, and rarely places use within the framework of a practice and context. Information and communication sciences are more concerned with devices and the uses and users they presuppose, or favour, rather than their actual use. Public statistics measure uses without being able to account for them. This Symbolic Goods dossier sets out to reintegrate reading into the perspectives offered by both the history of books and social science. Moving away from the mainly ideological debates that pit old against new, it wishes to unite empirical studies that identify mediums while also taking social variations into consideration. This dossier starts with an interview with Roger Chartier, who situates digital reading in the long-term context of the history of writing, and questions the rupture that digital technology has brought about for books. Three sociological investigations on ordinary reading practices then put this question to the test through fieldwork. What changes when a text passes from print to screen; or for readers socialized in the order of books who become digitally adept and try out an e-reader device, or conversely cannot imagine that the advantages of paper books could be transposed digitally? The dossier finally explores some actual uses that digital technology permits, from ordinary erudite practices which use a digitized corpus, to reading/commenting practices of an originally digital graphic novel literary production. If one can indeed speak of the “metamorphosis of the reader,” an _expression_ coined by Pierre Assouline, where is this situated? Without claiming to cover all aspects, this dossier aims to show the benefits of empirical study on a question about which much has been written, but that remains largely unanswered. Cécile Rabot Reading Under Digital Constraints. Media and Usage Cécile Rabot et Roger Chartier From Print to Digital: A Revolution in the Order of Speeches. An Interview with Roger Chartier Gérard Mauger Digital Media: A Revolution in Reading Practices? Investigating Avid Readers Stéphanie Kellner Reading Classics on Electronic Readers in Municipal Libraries. A Long-Lasting Experiment Emmanuelle Guittet “Me—I Need Paper”. Analysis of Novel Readers’ Difficult and Unequal Adoption of the Digital Format Philippe Chevallier Developments in the Scholarly Use of Digital Archive Material Nolwenn Tréhondart When Comics Become “Literary Salons” on Instagram. The Example of Été:Between Production Constraints and Issues of Appropriation

Research in TranslationLucy Garnier Translating the Social Sciences and Humanities from French to English. Key Issues, Challenges, and Benefits
LibraryLilas Bass Writers, Historians and May ’68: Changes and Continuities of Professional Ethos and Field Logics. Critical Analysis on Boris Gobille (2018), Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires (Paris, CNRS Éditions) and Agnès Callu (ed.) (2018). Le Mai 68 des historiens (2018) (Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion).

Séminaire – « Littérature, femmes, féminisme, genre, sexualités »

Littérature, femmes, féminisme, genre, sexualités
Séminaire à The University of Chicago, Center in Paris  (en visioconférence sur zoom) organisé par Christine Planté (IHRIM, Université Lyon 2) et par Damien Zanone (LIS, Université Paris Est Créteil)

La place des femmes fait l’objet d’une critique toujours plus forte dans les sociétés contemporaines, dénonçant les violences, dominations, injustices et exclusions dont elles sont victimes, y compris dans les arts et la littérature. Les recherches qui s’attachent à comprendre les fondements de cet ordre binaire et inégal du monde se sont définies tantôt comme des études sur les femmes, tantôt comme des études féministes, des études de genre, des études sur les sexualités… Le séminaire se propose d’interroger ces différents termes, qui n’impliquent pas les mêmes points de vue, les mêmes objets ni les mêmes approches, mais qui sont liés et que le moment présent appelle à articuler, avec une intensité nouvelle dans les études littéraires de langue française, surtout en France où ce champ s’est développé plus tardivement. En partant de travaux récents ou en cours, le séminaire se propose de tenter un état des lieux et de confronter des travaux qui interrogent avec une exigence renouvelée la littérature au prisme du genre, mais aussi le genre au prisme de la littérature.  Deux séances sont pour l’instant prévues, centrées sur la poésie aux XIXe, XXe et XXIe siècles, qui croiseront des questions d’histoire littéraire, de poétique, de mythologies et représentations, de catégorisations :
– séance 1, le vendredi 5 mars, 14h-17h, « La contribution des femmes à l’histoire de la poésie française (XIXe siècle) », animée par Christine Planté et Damien Zanone.  Avec Adrianna Paliyenko, Nicole Albert, Aimée Boutin, Camille Islert. Voir présentation ci-jointe.
– séance 2, le mercredi 7 avril, 14h-17h, « Poètes femmes, femmes poètes, poétesses… que disent-elles et comment dire ? », Lénaïg Cariou (Paris 8), Claire Finch (Paris 8) et Camille Islert (Paris 3) présenteront une réflexion sur les désignations et les catégories, à partir d’une enquête menée auprès d’une trentaine de poètes.  Avec Rim Battal, Mia Brion, Liliane Giraudon, Marilyn Hacker, Kyiémis (sous réserve de confirmation). 
Les séances se tiendront en visioconférence sur zoom. Il est nécessaire de s’inscrire au préalable en cliquant sur le lien prévu à cet effet dans la présentation ci-jointe (qui vaut pour la première séance). 
Plus d’informations sont disponibles sur le site du « Center in Paris » de l’Université de Chicago (https://centerinparis.uchicago.edu/events/la-contribution-des-femmes-lhistoire-de-la-poesie-francaise-xixe-siecle).
Christine Planté et Damien Zanone

Cycle de conférences « Animalismes »

Bonjour à toustes,

Cosmopolitiques, projet du bout de la fin du monde, est heureux de vous présenter son prochain cycle de conférences dédié à l’animalisme, entre Europe et Amérique du Sud.

Ce cycle permettra de faire se croiser la philosophie, les arts visuels, la littérature, et de traverser les autres espèces, comme elles nous traversent.

Programme du cycle « Animalismes » :

Le 1er mars, de 14h à 16h30 (heure française), conférence d’ouverture avec Nathalie Georges (éditrice) ; Florian Orazy (écrivain) ; Lilas Bass (doctorante et écrivaine)

Le 1er mars, de 20h à 22h30 (heure française), séance débat avec Felipe Durante (professeur de philosophie, Brésil) ; Alexandra Navarro (professeure à l’école de journalisme de l’université nationale de la Plata, Argentine)

Le 3 mars, de 20h à 22h30 (heure française), séance art avec Larissa Schip (artiste, Brésil)

Le 5 mars, de 14h à 16h30 (heure française), séance débat avec Anahi Gabriela Gonzalez (docteure en philosophie, Argentine) et Florence Fitzgerald-Allsopp (doctorante en art contemporain, Grande-Bretagne)

Le 5 mars, de 23h à 1h30, conférence de clôture avec Leon Denis (docteur en philosophie, Brésil)

è Par ici pour écouter les séances en direct : https://us02web.zoom.us/j/9939151372

/ !\ Les horaires indiqués dans les affiches sont les horaires brésiliens, auxquels il faut rajouter 4h.   Un cyle de conférences proposé par « Cosmopolitiques » :  https://cosmopoliticas.com/fr/


Lilas Bass
Doctorante Sociologie EHESSPage professionnelle : cessp.cnrs.fr/spip.php?rubrique461 

Séminaire Valeur-Valuation-Valence (ULiège) / Calendrier

Chères et chers collègues,

Ce semestre, un séminaire de recherche intitulé « Valeur-Valuation-Valence » est organisé à l’Université de Liège par Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse et moi-même. En se saisissant d’une notion aussi labile que celle de la valeur en littérature, le séminaire « Valeur-Valuation-Valence » prend pour fil rouge un terme dont il s’agira de distinguer les acceptions (une grandeur, un objet, un principe d’évaluation), les registres (esthétique, éthique, économique) et les formes d’attribution (mesure, jugement, attachement, rating ou ranking, etc.). Au fil des séances, on tâchera aussi de décrire les acteur.ice.s multiples de l’institution de la valeur littéraire, d’en étudier les épreuves-types, d’en schématiser la circulation mais aussi d’en comprendre les transferts (« enrichissements », latéralisation, dévaluation et revalorisation, etc.). Le programme complet du séminaire se trouve en pièce jointe. En voici le calendrier résumé:

  • 24 février  / DenisSaint-Amand (Unamur) : « Panthéonades : enjeux d’une polémique »
  • 3 mars / Jean-Pierre Bertrand (ULiège) : « Influence vs valeur »
  • 10 mars / Justine Huppe (ULiège) : « Le talent créateur, une valeur refuge? »
  • 17 mars / Nancy Murzilli (Paris-8) : « Enquêtes poétiques, poétiques de la valuation »
  • 31 mars / Gisèle Sapiro (EHESS) : « Autour de Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ? »
  • 21 avril /Jérôme Meizoz (UNIL) : « Débattre de la valeur littéraire (autour de Joël Dicker) »
  • 28 avril / Tanguy Habrand (ULiège) : « Grandeurs et décroissance. La chaîne du livre au temps du confinement»
  • 5 mai / Fanny Barnabé (ULiège) : « Dynamiques de construction et de renversement de la valeur dans l’écriture amateur et les pratiques de fans sur internet »

Pour l’heure, les premières séances sont programmées en ligne. Le lien vers la salle virtuelle qui accueillera la conférence de Denis Saint-Amand est déjà disponible ici: https://eu.bbcollab.com/guest/f2f0fe065d314530aeb489ebe5c06e89
Les autres liens pourront être demandés en amont de chaque séance à Jean-Pierre Bertrand, à l’adresse suivante: <JP.Bertrand@uliege.be>.
Au plaisir de vous y retrouver,
Pour le séminaire Valeur-Valuation-Valence,
Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse et Justine Huppe

Annonce parution : BB Malela / H. Färnlöf, « Position(s) du sujet francophone »

Chères et chers collègues,

Je vous annonce la parution de notre nouvel ouvrage :

Buata B. Malela & Hans Färnlöf (dir.)

Position(s) du sujet francophone

Paris, Éditions du Cerf, coll. Cerf Patrimoines, 2021, 270p. ISBN 978-2-204-14396-7

La question du sujet est un vaste continent tant de fois exploré par les sciences humaines, mais bien moins par le prisme des études littéraires francophones. Or cet ouvrage propose d’interroger la manière dont le questionnement du sujet en tant que position(s) s’articule et prend sens dans les productions littéraires francophones. Cette ligne de force se double encore par l’exposition d’un corpus francophone qui se positionne, lui aussi, par rapport à la littérature de la France hexagonale. Les réflexions amenées par l’ensemble des contributions de ce collectif mettent en évidence le sujet politique tout aussi bien que le sujet philosophique. C’est ce sujet multiple et ses rapports toujours pluriels avec la subjectivité et l’Autre, avec sa propre conscience et la liberté, avec l’Histoire et la vie présente, qu’explore ce collectif.

Contributeurs-trices : Lambros Couloubaritsis, Paul Aron, Simona Jişa, Patrice Forget, Cynthia Parfait, Nao Sasaki, Michaël Vauthier, Florence Lhote, Hans Färnlöf et Buata Malela

Buata B. Malela est maître de conférences habilité à diriger des recherches en littératures francophones à l’Université de Mayotte (France), chercheur associé à l’Université Libre de Bruxelles et membre du laboratoire CEREDI (EA 3229). Ses recherches portent sur les littératures francophones, la théorie de la littérature et les cultures populaires.

Hans Färnlöf est maître de conférences en littérature française à l’Université de Stockholm (Suède). Ses recherches portent sur les formes courtes et les questions de la représentation littéraire du réel, la sémiotique du texte et la production littéraire.

image.png

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/19166/position-s-du-sujet-francophone

Appel à contribution – « Drogues et sens altéré(s) »

Appel à contribution · Revue Cygne noir, 9 : Drogues et sens altéré(s).

 

Nos capacités sensorielles sont au fondement de l’expérience et de la compréhension que nous avons du monde dans lequel nous vivons et que nous contribuons à forger. Mais alors, un dérangement de nos sens implique-t-il automatiquement une altération du sens? En ouvrant « les portes de la perception », la drogue permet-elle de déboucher sur de nouveaux régimes sémiotiques, d’entrevoir d’autres modalités de signification? C’est ce que le jeu de mots présent dans le titre de cet appel voudrait suggérer. Celui-ci est toutefois double et voudrait aussi laisser entendre que la drogue, et les substances hallucinogènes en particulier, seraient le corollaire d’une soif de sens induite par une altération des sens (« altéré » est alors entendu en opposition à « désaltéré », dont l’usage est plus fréquent dans la langue). Les drogues psychédéliques auraient ce pouvoir particulier de susciter un désir et une curiosité à l’égard de notre environnement signifiant, dans la foulée de l’expérience de désordre (relatif) qu’elles donnent à vivre.

 

Cet appel invite les chercheuses et chercheurs à s’intéresser non seulement aux implications sémiotiques de l’usage des drogues (perception, créativité, schèmes de connaissance, rapport à soi et aux autres, etc.), mais également à tout phénomène médiatique ou communicationnel se rapportant à leur existence et à leur circulation (licite ou illicite) au sein des sociétés historiques ou contemporaines. Tant les pratiques que les représentations constituent des objets d’intérêt. On pourra s’intéresser aux formes, aux modes de production, d’échange et de consommation des drogues, c’est-à-dire à toutes les sous-cultures qui se rattachent à elles (et les codifications qu’elles impliquent). Les diverses tentatives de catalogage des substances et de leurs effets représentent aussi un intérêt certain. Sachant que les drogues ont accompagné le développement des sociétés humaines depuis des millénaires, il peut être intéressant de se pencher sur le rôle qu’ont pu jouer les plantes psychoactives (café, coca, peyotl, datura, ergot de seigle, etc.) dans le développement de la conscience humaine et de la religiosité. Leur place dans l’histoire militaire est notable également. Plus près de nous, la contre-culture anglo-saxonne apparaît comme un foyer d’influence tout particulièrement important, ayant essaimé largement. Les représentations tirées de la littérature (les exemples sont nombreux) ou des productions audiovisuelles (cinéma, séries télé) constituent autant de cas d’étude à explorer. La drogue comme muse des artistes peut également être étudiée. Enfin, les formes d’abus et les phénomènes d’addiction constituent aussi des phénomènes dignes d’intérêt, d’autant plus que la drogue peut prendre ici une dimension métaphorique pour aborder divers cas de dépendance et d’excès.

 

 

Date limite pour soumettre une proposition : 15 avril 2021.

 

Consultez tous les détails de l’appel ici : http://www.revuecygnenoir.org/contenu/appel-a-contribution

Simon Levesque
Directeur de publication
Cygne noir, revue d’exploration sémiotique

Université du Québec à Montréal
http://revuecygnenoir.org

Revue Interrogations – appel à contributions permanent

Bonjour à tous,

La revue ¿ Interrogations ? Revue pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales maintient un appel à contributions permanent ouvert pour ses différentes rubriques (hors rubrique thématique) lui permettant d’accueillir les travaux les plus divers:
·      Des travaux et des jours :

La rubrique « Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquelles l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude (cette partie étant ainsi notamment propice à la présentation des thèses de doctorat).

·      Fiches techniques :

La rubrique « Fiches techniques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologiques (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théoriques (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique.

·      Notes de lecture :

La revue ou l’ouvrage recensé fera l’objet d’une approche visant à faire transparaître sa problématisation et/ou sa méthodologie. La note peut ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Une approche critique ne sous-entend pas que toutes les failles d’un ouvrage soient dénoncées mais bien qu’il soit l’objet d’une analyse documentée quant à ses apports ou ses manques. Dans ce cadre, les notes ne peuvent en aucun cas être de simples quatrièmes de couverture.

·      Varia :

Cette rubrique, par laquelle se clôt tout numéro de la revue, accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions thématiques ni aux rubriques précédentes.


Les précisions sur le nombre de signes attendus et les personnes contacts sont présentées sur :

http://www.revue-interrogations.org/Comment-publier


Les articles proposés doivent l’être aux normes de la revue :

http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs


Les articles acceptés seront publiés dans les prochains numéros de la revue.

Suivez également notre actualité sur la page Facebook de la revue :


https://www.facebook.com/revueinterrogations

Appel à communications – « Politiques et récits du corps »

Colloque international

Politiques et récits du corps 

Paris, 26, 27 et 28 mai 2021

www.colloquecorps.com

 

Le Colloque international Politiques et récits du corps a pour objectif d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire prenant en compte les multiples façons de penser, de représenter, d’incarner et d’écrire la corporalité, en particulier dans les contextes contemporains. Les politiques créées autour du corps génèrent des récits, des discours et des poétiques variés, dissidents, irrévérencieux et complexes.

À cet effet, le présent Colloque vise à convoquer des études sur le corps, ainsi que ses politiques et récits respectifs, à partir de perspectives incluant une optique interdisciplinaire. De cette manière, différentes disciplines des sciences humaines, sociales et artistiques convergent pour penser transversalement la corporalité.

La dernière version de l’appel à communications se trouve ici : https://colloquecorps.com/wp-content/uploads/2020/12/FRANCES.SEGUNDA-CIRCULAR.pdf

Article collages féministes

L’atelier de théorie littéraire de Fabula publie un article consacré aux collages féministes, objet au travers duquel son auteur montre l’ampleur des changements en cours des conditions de production littéraire et de production des frontières du littéraire : https://www.fabula.org/atelier.php?Collages_feministes.

Paul Dirkx