Archives de l’auteur : Anthony Glinoer

Appel à communications : “Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections”

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications pour le colloque “Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections”. L’événement est organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, qui aura lieu du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Appel____communications_Raiders_of_the_Lost_Archives

Les propositions de communications en français comprenant un titre, un résumé (maximum 300 mots) et une courte notice biobibliographique de l’auteur sont à envoyer à Anthony Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca) et Philippe Rioux (philippe.rioux@usherbrooke.ca) avant le 5 janvier 2019.

Bien cordialement,

Philippe Rioux

 

Journée d’études – “Généalogies gramsciennes : usages et mésusages de la pensée d’Antonio Gramsci”

Journée d’études

Généalogies gramsciennes : usages et mésusages de la pensée d’Antonio Gramsci

Paris Nanterre, 7 décembre 2018

 

La journée d’études Généalogies gramsciennes : usages et mésusages de la pensée d’Antonio Gramsci organisée par le Centre de Recherches Italiennes (CRIX) de l’université Paris Nanterre en collaboration avec la revue Historia Magistra. Rivista di storia critica (Turin) vise à questionner les diverses modalités d’utilisation ou de recyclage plus ou moins pertinent de la pensée de Gramsci, telle qu’elle s’exprime notamment dans les Cahiers de prison, dans des domaines et sous des horizons (géographiques et idéologiques) très divers. Les concepts clés de la vulgate gramscienne comme le concept d’État, de classes hégémoniques et subalternes, ainsi que le rôle de la culture dans le processus d’éducation des masses seront analysés à la loupe des études scientifiques les plus récentes. Bien que cela ne soit pas la raison d’être de l’organisation de cette journée, elle ne manquera pas d’intéresser, outre les spécialistes, les candidats aux concours nationaux de l’enseignement (Capes et Agrégation) pour la session 2019.

 

Programme

9h30    Accueil des participants

par Silvia Contarini et Christophe Mileschi, codirecteurs du CRIX

Présentation de la journé par Christophe Mileschi et Francesca Belviso

Généalogies gramsciennes et définition des concepts

Modératrice : Maria Pia De Paulis (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

10h      Angelo d’Orsi (Università di Torino-Historia Magistra)

– « Il Fattore C ». Gramsci, la cultura e gli intellettuali.

10h30  Manuela Bertone (Université Côte d’Azur)

Gramsci logoteta.

11h      Romain Descendre (ENS Lyon)

Le concept de national-populaire.

Débat

Déjeuner

Influences et lectures de la pensée de Gramsci

Modératrice : Silvia Contarini (Université Paris Nanterre)

14h00  Ramona Onnis (CRIX- Études Romanes)

Gramsci e gli studi postcoloniali.

14h30  Lorenzo Ravano (Università di Bologna-Université Paris Lumières) –  Stuart Hall lettore di Gramsci : egemonia, razza, identità.

15h00  Roberto Lapia (CRIX-Études Romanes)

            – Linguaggio, prassi e ideologia : l’ottica gramsciana di Edoardo Sanguineti.

Débat

Pause

Usages (et mésusages?) de Gramsci

Modérateur : Angelo d’Orsi (Università di Torino-Historia Magistra)

16h30  Francesca Chiarotto (Università di Torino-Historia Magistra)

Il Gramsci di Togliatti : editoria, cultura, politica nella costruzione del « Partito nuovo » (1944-1964).

17h00  Anthony Crézégut (Sciences Po Paris)

Note liminaire sur les Appareils Idéologiques d’État (AIE) : avec, sans, contre Gramsci.

Débat

Clôture des travaux

 

Comité scientifique

Francesca Belviso, Silvia Contarini, Angelo d’Orsi, Christophe Mileschi

contact: francesca.belviso@u-picardie.fr

Appel à communications – “L’histoire littéraire française et les approches externalistes de la littérature”

L’histoire littéraire française et les approches externalistes de la littérature

Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC)

Ecole normale supérieure, Paris

 

L’année 1894, qui voit Gustave Lanson publier son Histoire de la littérature française et la Société d’Histoire littéraire de la France fonder la revue du même nom (RHLF), peut servir commodément de date de naissance officielle d’une nouvelle discipline, désormais désignée et théorisée comme telle : l’« histoire littéraire ». Pendant tout le premier vingtième siècle (jusqu’aux remises en cause formalistes des années 1960), l’université française a ainsi voulu fonder son étude de la littérature sur un souci de contextualisation historique. Il s’est alors agi de resituer les œuvres dans une histoire des formes, des mouvements, des courants, des querelles (donc dans une histoire interne à la littérature), mais aussi, parfois, dans une histoire sociale, culturelle, politique plus générale. Après une période de relatif déclin, l’histoire littéraire semble aujourd’hui connaître un certain renouveau, grâce à des chercheur/se-s comme Marie-Ève Thérenty ou Alain Vaillant.

Lanson est le premier grand théoricien de l’histoire littéraire ; il a eu peu de successeurs dans ce domaine, ses disciples (Joseph Vianey, Daniel Mornet…) étant généralement peu enclins à adopter sur leurs pratiques une posture réflexive[1]. Mais des postulats et des principes, plus ou moins implicites, se laissent toujours repérer quand on se penche sur les enquêtes empiriques menées par celles et ceux qui se réclament d’une démarche historique dans leur étude de la littérature. En particulier, ces travaux font généralement une large part à des questions qui intéressent particulièrement le Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC). Lanson et les lansoniens sont ainsi soucieux d’intégrer à leur approche une dimension sociologique[2], de faire droit à la réception empirique des œuvres, de réfléchir à ce que sont les déterminations pertinentes dans la survenue d’une œuvre, de s’interroger sur la place qu’il convient d’accorder aux individus dans l’étude de la littérature. Peut-on aller jusqu’à parler d’une approche « matérialiste » des phénomènes littéraires ? Le théoricien marxiste Gueorgui Plekhanov pouvait en tout cas noter, dans un article écrit avant 1914 et publié en 1934 dans Commune, qu’« en général, [Lanson] relie assez volontiers  le développement de la littérature française à celui du régime social de la France », et qu’il développe « cette idée que, la littérature étant le reflet de la société, et la société […] l’unité des contradictions, la lutte de ces contradictions détermine la marche du développement de la littérature »[3]. Beau compliment sous sa plume, même s’il est suivi de fortes réserves ! Avec de tels points de départ, les historiens de la littérature se donnent les moyens de combattre certains autres postulats critiques, comme le mythe du génie incréé, la croyance en une hiérarchie objective des valeurs littéraires, etc.

Reste à savoir s’ils le font toujours de manière convaincante : c’est devenu un lieu commun, chez les auteur-e-s étudiant l’histoire littéraire, de souligner à quel point les lansoniens se sont souvent montrés plus naïfs, plus dogmatiques, moins subtils que Lanson lui-même[4]. Et reste à savoir si, parfois, l’histoire littéraire classique n’a pas tendance à se replier – de manière peut-être un peu décevante – sur des problématiques relevant de l’intertextualité, et donc encore internes à la littérature conçue comme un ensemble relativement clos. Peut-être est-ce le danger qui menace quand on donne à l’« étude des sources » l’importance que lui a donnée l’histoire littéraire du premier XXe siècle.

Comment une approche externaliste de la littérature, soucieuse d’étudier les modalités de son inscription sociale (tant du point de vue de la production des œuvres que de leur circulation et de leur réception), peut-elle faire fond sur les travaux de Gustave Lanson, des lansoniens, et au-delà de toutes celles et ceux qui, depuis plus d’un siècle, ont renouvelé cette discipline qu’est l’histoire littéraire et dont la RHLF est encore aujourd’hui l’étendard[5] ? En particulier, quels liens peut-on établir entre une histoire littéraire d’inspiration lansonienne et une démarche plus « matérialiste », en un sens relativement strict, telle que nombre de théoricien-ne-s marxistes ou influencé-e-s par le marxisme l’ont développée depuis plus d’un siècle, de Plekhanov à Fredric Jameson en passant par Sartre, Pierre Macherey, Raymond Williams, etc. ? Et jusqu’à quel point une sociologie de la littérature peut-elle être lansonienne ? Toutes ces questions peuvent être envisagées à partir des écrits des praticien-ne-s et des théoricien-ne-s de l’histoire littéraire, mais aussi à partir des discours tenus par ses adversaires ou rivaux, formalistes et structuralistes par exemple. En tout cas, ce sont elles que nous aborderons dans la séance du SLAC qui se tiendra le vendredi 25 janvier, à l’ENS Ulm, de 9h à 12h.

Les exposés pourront prendre la forme de réflexions théoriques générales, d’études de cas, de synthèse de travaux préexistants sur certains des sujets susmentionnés, etc.

Merci aux personnes intéressées d’envoyer une proposition de 300 mots environ, d’ici le 5 janvier, aux adresses suivantes : jordi.brahamcha.etu@univ-lemans.fr, laeliaveron@hotmail.com (une réponse leur parviendra avant le 9 janvier).

Chaque communication durera environ 25 minutes, sera suivie d’une discussion et pourra donner lieu à une publication sur notre site (https://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-6e-annee-2018-2019).

 

 

[1] Voir sur ce point Luc Fraisse, « Une théorie de l’histoire littéraire est-elle possible ? », in Luc Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle : controverses et consensus, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 5-15.

[2] Voir Martine Jey, « Gustave Lanson : de l’histoire littéraire à une histoire sociale de la littérature ? », Le Français aujourd’hui, n° 145, 2004/2, p. 15-22.

[3] Gueorgui Plekhanov, « Les jugements de Lanson sur Balzac et Corneille » (trad. Jeanne Toscane), Commune, n° 16, décembre 1934, p. 298.

[4] Voir par exemple Gérard Delfau, Anne Roche, Histoire, littérature : histoire et interprétation du fait littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 149 ; Antoine Compagnon, « Lanson (Gustave) », in Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français : les personnes, les lieux, les moments, Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 815-816.

[5] Pour une synthèse sur cette revue – et donc pour une aperçu rapide du devenir de l’« histoire littéraire » française sur plus d’un siècle – , voir Sylvain Menant, « Revue d’Histoire littéraire de la France », in Bruno Curatolo (dir.), Dictionnaire des revues littéraires françaises au XXe siècle : domaine français, vol. 2, Paris, Honoré Champion, coll. « Dictionnaires et réfrérences », 2014, p. 1091-1096.

url de référence

https://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-6e-annee-2018-2019

 

Journée d’études “Cultures en temps de conflits”

CULTURES EN TEMPS DE CONFLITS EN SYRIE : ENTRE DESTRUCTIONS ET RÉSISTANCES

Le Comité d’histoire du ministère de la Culture organise, en partenariat avec l’université Paris Diderot, une journée d’étude intitulée Cultures en temps de conflits en Syrie : entre destructions et résistances le 14 décembre, de 9h à 18h, à Paris. 
L’objectif de cette journée d’étude et de débats est donc d’offrir un aperçu des relations complexes entre patrimoine, culture et conflits. Il conviendra de se pencher sur les politiques, tant publiques que privées, qui visent à supprimer des marqueurs culturels (passés et présents) ou au contraire à les protéger contre la destruction. Il s’agira aussi de s’interroger sur les discours sous-jacents dans la mesure où les destructions, résistances et recompositions qui se tissent dans ces contextes sont autant de témoignages des représentations politique et sociale de la culture et du patrimoine. Le choix de croiser les regards sur la situation syrienne s’explique par une actualité largement médiatisée, qui suscite la réaction de tous et à différentes échelles : chercheurs, institutions internationales, professionnels de la culture et du patrimoine, artistes prennent part au débat et à l’action militante. 
En définitive, cette journée visera à favoriser le dialogue entre les acteurs de la culture, les professionnels et les chercheurs de manière à saisir toute la complexité des rapports qui se tissent entre le politique, le social et le culturel, dans la lignée des précédentes journées Diderot. La journée alternera des présentations par des chercheurs confirmés, des interludes où des poèmes seront chantés et des tables rondes. 
Le programme détaillé est en ligne. L’inscription, obligatoire, se fait en ligne
La journée se déroulera à l’amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot, 15, rue Hélène Brion à Paris 13e. 
Contact : Comité d’histoire (comitehistoire@culture.gouv.fr ) 

Soutenance de thèse

Madame Fanny LORENT : La collection et la revue Poétique. Histoire intellectuelle, sociale et matérielle d’une discipline moderne (1970-1987)

Promoteur : Monsieur Laurent DEMOULIN

La défense aura lieu le lundi 3 décembre 2018, à 14h30, à la salle A2/6/11 (Place Cockerill, 3, 4000 Liège, Bâtiment A2, 6e étage)

Jury de la soutenance
Président : Monsieur Jean-Pierre Bertrand
Secrétaire et promoteur : Monsieur Laurent Demoulin
Membres :
– Monsieur Paul Aron (Université Libre de Bruxelles)
– Monsieur Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen)
– Madame Valérie Stiénon (Université Paris 13)

Appel à contributions – “Accuser réception”

Appel à contributions

“Accuser réception”

Dossier pour la section “Colloques en lignes” du site Fabula

 

Responsables scientifiques :

Thierry Roger (Cérédi – Université Rouen-Normandie)

et Stéphane Zékian (CNRS / IHRIM-Lyon 2)

 

Il est aujourd’hui difficile de savoir à quels types de travaux renvoient ce qu’il est convenu d’appeler « les études de réception ». Ce terme même de réception pâtit d’une indétermination peu faite pour dissiper les malentendus. Victime de son succès, ce mot galvaudé semble devenu une catégorie attrape-tout, une étiquette trop commodément collée à des projets pourtant fort dissemblables. Si elle occupe une place de choix en histoire culturelle, elle s’impose également dans les théories de la communication, en sociologie des publics, en sémiologie de la communication, etc. Mobilisée dans une perspective synchronique (sociologie de la lecture, sociologie de la valeur) mais également dans la longue durée (histoire des traditions interprétatives), la réception offre un angle d’approche aujourd’hui très apprécié, mais cette banalisation alimente certaines suspicions pas toujours infondées. Entre bilan des acquis et définition des attentes, ce dossier voudrait marquer une pause réflexive pour mieux déterminer ce que l’on peut légitimement escompter – et sous quelles conditions – du moment réception que semblent aujourd’hui traverser les études littéraires et philosophiques. S’agit-il d’un simple effet de conjoncture ou faut-il y voir une tendance lourde (et nécessaire) de la recherche actuelle ?

Importées en France il y a un demi-siècle, les théories de l’École de Constance ont à l’évidence joué un rôle central dans l’essor des études dites de réception. Le programme jadis tracé par Hans Robert Jauss, après une spectaculaire phase d’essor, a toutefois suscité des objections suffisamment nombreuses et substantielles pour que la veine puisse aujourd’hui paraître en voie d’épuisement. Avant même que ne soit mis en lumière l’engagement nazi de son principal promoteur[1], l’esthétique de la réception paraissait académiquement passée de mode. En 1997, la philosophe Isabelle Kalinowski a détaillé les paradoxes, les contradictions et les reculs dont fut parsemé le parcours intellectuel de Jauss. Les objections sont connues : émancipation incomplète (davantage proclamée que mise en œuvre) de l’herméneutique gadamérienne ; définition désincarnée de l’horizon d’attente ; primat de « grands lecteurs » (écrivains et critiques) sur les réceptions « hérétiques » ou « ordinaires » ; oubli de la réception par les institutions ; ouverture trop « timide » à l’histoire sociale des lecteurs[2].  Ce désaveu n’a rien d’une particularité disciplinaire. Dans le champ même de la romanistique, on affirme aujourd’hui sans détour « le caractère obsolète[3] » de l’esthétique de la réception. Dès 1983, Joseph Jurt observait combien elle négligeait « les conditionnements extralittéraires du processus de la réception[4]. » Et l’inventaire critique n’a, depuis lors, cessé de s’étoffer : de la figure du lecteur aux contours du célèbre horizon d’attente, « bien des notions restent dans le flou[5] » ; en outre,  l’esthétique de la réception entretiendrait une confusion du sujet et de l’objet (« le lecteur Jauss prend la parole et la garde, le lecteur historique passe à l’arrière-plan[6]. »)

La distance n’est pas moindre, on s’en doute, du côté des historiens. L’effort théorique de Jauss pour repenser l’historicité des œuvres reste trop en retrait des contingences matérielles et sociales pour satisfaire les tenants d’une histoire culturelle toujours plus attachée aux conditions concrètes de production mais aussi de consommation littéraire et philosophique. Logiquement, Roger Chartier ne cache pas sa frustration devant une théorie qui « postule, malgré son désir d’historiciser l’expérience que les lecteurs font des œuvres, une relation pure et immédiate entre les signaux émis par le texte – qui jouent avec les conventions littéraires acceptées – et l’horizon d’attente du public auquel ils sont adressés[7]. »

Ce puissant faisceau d’objections a entériné le discrédit d’une théorie, mais il a surtout produit un curieux effet d’invisibilité. Les études de réception ont en effet survécu au succès académique de l’esthétique de la réception (à laquelle elles ne sauraient sérieusement être réduites). Mais leur vigueur actuelle ne semble étrangement pas perceptible. Dans sa Petite écologie des études littéraires, Jean-Marie Schaeffer, abordant la crise de légitimité des études de lettres, regrette ainsi le manque de « travaux empiriques précis » consacrés aux faits de « dérive herméneutique[8] ». « Il nous faudrait, ajoute-t-il, une étude sur la longue durée des oublis sélectifs, puisqu’ils font l’histoire littéraire, au même titre que les canonisations : ce que la postérité a retenu ne fait sens que si on le situe par rapport à ce qu’elle a oublié[9]. » Or, si l’on ne peut qu’abonder dans le sens de cette dernière affirmation, force est toutefois de rappeler que bien des recherches ont été menées dans cette direction, les développements en germe dans les propositions de Jauss n’étant pas, loin s’en faut, restées lettres mortes. Dans les faits, tout un pan des études littéraires et philosophiques regarde vers l’histoire longue des corpus, mettant l’accent sur les actes de lecture et de sélection, sur les processus de minoration ou de consécration dans le temps long. Évolution guère étonnante au demeurant. Comme l’a bien résumé I. Kalinowski, Jauss a légué « moins des réponses qu’une question stimulante, celle de savoir comment s’articulent logique des œuvres et logique des lectures. » Et cette question stimulante a été entendue. Le pouvoir d’interrogation, la faculté de relance propres aux théories de la réception ont été nettement reconnus par certains historiens[10] et autres historiens de la philosophie[11].

L’inventaire critique n’aura donc pas été vain. Que l’historicité des œuvres ne se résume pas à leur contexte de production ; que leur inscription dans le temps constitue un objet à part entière, autant de certitudes aujourd’hui communément partagées. Les travaux empiriques précis que J.-M. Schaeffer appelle de ses vœux existent bel et bien, les questions de réception constituant même un domaine florissant de la recherche actuelle. Chaque année, de nouvelles manifestations viennent confirmer l’attrait des chercheurs pour l’inscription des œuvres dans la longue durée, mais aussi pour les phénomènes d’oublis et d’exhumations. Pour n’en citer ici qu’un petit nombre, des figures comme Corneille, Boileau, Fénelon, Bossuet ou Molière ont récemment donné lieu à des travaux collectifs analysant les décisions mémorielles dont ces grands noms ont, jadis et naguère, fait l’objet. À une autre échelle, on note aussi la multiplication de recherches sur la « fabrique » d’un siècle par un autre (le XVIe siècle au temps des Lumières ou au XIXe siècle). Les spécialistes du Moyen-Âge ne sont pas en reste, qui depuis longtemps font la part belle à l’histoire même des études médiévales (pensons aux travaux essentiels d’Alain Corbellari et Ursula Bähler sur Joseph Bédier et Gaston Paris). Un coup d’œil sur le champ des études philosophiques convainc rapidement que les strates antérieures de la mémoire collective n’occupent pas les seuls spécialistes de littérature. Les travaux de Jean-Pierre Cavaillé[12] sur la redécouverte en trompe-l’œil, dans l’Université du XIXe siècle, des auteurs réputés libertins au XVIIe siècle; ceux de Delphine Antoine-Mahut[13] sur le prisme cousinien informant l’histoire de la philosophie ; ceux de Catherine König-Pralong[14] sur la construction de la philosophie médiévale aux XVIIIe et XIXe siècles confirment l’attrait actuel pour les aiguillages mémoriels et autres carrefours posthumes où se dessine, à la faveur d’arbitrages dont la contingence fut longtemps perdue de vue, la physionomie des œuvres parvenues jusqu’à nous.

L’ambition de ce dossier sera non seulement de comprendre cette tendance actuelle à la généalogie critique, mais de déterminer ce qu’on peut légitimement attendre d’un tel pli réflexif. Pour ce faire, on s’intéressera aux actes de lecture et de catégorisation des œuvres dans le temps long d’une histoire naturellement exposée aux effets de circulations transfrontalières. Après la célèbre intention de l’auteur jadis mise en miettes par Barthes, faut-il croire advenu le règne des intentions de lecteurs ? Comment interpréter cette attention croissante pour les traditions de lecture et, plus généralement, pour l’histoire de la mémoire ? Pourquoi le retour à l’histoire a-t-il pris ce visage réflexif au point de faire des arts de lire de nos prédécesseurs un terrain de chasse privilégié ? Pour un champ disciplinaire, l’objectivation des traditions historiographiques reçues (pouvant aller jusqu’à l’exhumation d’interprétations enfouies ou la remonétisation de catégories jadis mort-nées) est-elle un signe de vitalité ou l’indice d’un essoufflement, d’une complaisance régressive ? Répondre à ces questions oblige à prendre en compte les préjugés dont souffre encore l’étude des réceptions. De longue date on la soupçonne de flatter un certain relativisme : s’intéresser aux répertoires de lectures, n’est-ce pas légitimer des contre-sens flagrants, des interprétations biaisées, des usages tendancieux ? N’est-ce pas favoriser un nivellement des sources, sans tenir compte de leurs valeurs parfois très inégales ? Soupçon ancien mais guère informé. Dans l’entre-deux-guerres, Léon Robin affirmait déjà l’intérêt historique des distorsions et autres écarts dans l’histoire longue des œuvres : « la légende de la philosophie », expliquait-il, fait partie intégrante de son histoire. À la suite de Georges Benrekassa ou de Michel Foucault[15], nous rappellerons ici que « les monstruosités de la critique » figurent à part entière au programme d’une histoire des arts de lire. De leur côté, et sans pour autant plaider la cause des lectures arbitraires ou erronées, Wellek et Warren signalaient combien l’historien gagne « à considérer une œuvre du point de vue d’une tierce époque, qui ne soit contemporaine ni de l’auteur ni de lui-même, ou encore d’examiner toute l’histoire de l’interprétation ou de la critique d’une œuvre donnée, histoire qui le guidera dans la découverte du sens total de l’œuvre en question[16]. »

Reste bien sûr à éviter l’écueil de la pure et simple doxographie. Car au soupçon de relativisme s’ajoute parfois celui, pas toujours infondé, d’une forme de statisme. Le fait est que les études de réception ne déjouent pas toujours le piège de l’énumération, de l’érudition purement constative. « Il y a un danger réel, écrivait Yves Chevrel il y a trente-cinq ans, à voir les œuvres disparaître derrière l’amoncellement des opinions émises à leur sujet[17] ! » L’avertissement n’est pas moins de rigueur aujourd’hui. S’il serait donc imprudent de minimiser ce risque, il ne serait pas moins inconséquent d’en conclure à l’inutilité, voire à l’illégitimité de toute enquête sur l’histoire de la mémoire, ses embranchements, ses avenues, ses impasses, ses sentiers perdus. Dans ses applications les plus stimulantes, l’étude des réceptions revêt la forme d’une telle histoire. En redéployant la palette des appropriations et des catégorisations d’une œuvre, elle met en lumière les soubassements des champs disciplinaires où la postérité a choisi d’inscrire cette œuvre. L’intérêt critique pour la littérature secondaire trouve une de ses justifications dans cette promesse d’une meilleure connaissance des arbitrages dont nos institutions, nos territoires disciplinaires, nos corpus et nos amnésies sont le résultat.

À  cet égard, il paraît injuste de réduire cet intérêt à la simple complaisance narcissique d’un champ disciplinaire se réfugiant dans le musée des lectures (déviantes ou non), comme pour mieux différer le moment de produire à son tour de nouvelles lectures. « De toute façon, écrit ainsi Pierre Laforgue, quand une discipline se prend elle-même pour objet d’étude, ce n’est pas le meilleur signe de sa vitalité[18]. » L’exploration actuelle du massif cousinien par les historiens de la philosophie est-elle vraiment l’indice d’un étiolement ? Pourquoi ne pas l’envisager comme le signe d’une émancipation, certes tardive ? Ce dossier sera l’occasion de répondre à de telles inquiétudes en attestant la fécondité d’une démarche réflexive attentive à la formation des traditions de lecture et des paradigmes critiques. L’histoire réflexive des disciplines recoupe en effet largement celle des réceptions, si l’on accepte d’élargir celle-ci à l’histoire des institutions normatives (palmarès notamment académiques, scolaires, universitaires) et des valeurs critiques en vigueur. Tel était déjà le programme de Roger Fayolle dans une série d’articles qui n’ont rien perdu de leur actualité[19]. L’histoire de la mémoire critique et celle de l’histoire littéraire ne constituent pas par hasard deux directions actuellement privilégiées des études de réception. Outre la mise au jour de quelques impensés disciplinaires dont la formulation pourrait aider à surmonter la crise de légitimité diagnostiquée par J.-M. Schaeffer, elles promettent en effet l’exhumation d’autres héritages possibles, d’autres façons possibles d’hériter.

Le temps paraît ainsi venu de généraliser l’inversion du tropisme téléologique remarquée par Francesco Gregorio dans l’évolution récente des études sur l’Antiquité : « l’auxiliaire et le secondaire deviennent fondateurs[20] ».

*

Les propositions sont à envoyer conjointement à

Thierry Roger (thierry.roger@univ-rouen.fr) et Stéphane Zékian (stephane.zekian(at)gmail.com)

avant le 1er février 2019.

*

Calendrier :

– Envoi des propositions avant le 1er février 2019.

– Remise des articles retenus avant le 1er octobre 2019.

– Publication du dossier complet sur Fabula.org, section Colloques en ligne, fin 2019.

*

[1] Maurice Olender, La Chasse aux évidences. Sur quelques formes de racisme entre mythe et histoire. 1978-2005, Paris, Galaade, 2005 ; Frank-Rutger Hausmann, « Plus dure sera la chute : le cas Hans Robert Jauss », Critique, n° 852, 2018, p. 429-443.

[2]Isabelle Kalinowski, « Hans-Robert Jauss et l’esthétique de la réception », Revue germanique internationale, n° 8, 1997, p. 151-172. Voir également son article « Réception » dans Ch. Berner et D. Thouard (dir.), L’Interprétation. Un dictionnaire philosophique, Paris, Vrin, 2015, p. 369-370.

[3] Frank-Rutger Hausmann, « Plus dure sera la chute : le cas Hans Robert Jauss », loc. cit., p. 437.

[4] Joseph Jurt, « ’’L’esthétique de la réception’’. Une nouvelle approche de la littérature ? », Les Lettres romanes, t. 37, n° 3, 1983, p. 199-220, ici p. 218.

[5] Peter Schnyder, « Hans Robert Jauss et l’histoire littéraire », L’histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle : controverses et consensus, Paris, PUF, 2005, p. 387-397, ici p. 391.

[6] Ibid., p. 395. Pour une vue plus détaillée des objections, voir Elrud Ibsch, « La réception littéraire » (trad. de l’allemand par Daniel Malbert), dans Marc Angenot, Jean Bessière, Douwe Fokkema et Eva Kushner (dir.), Théorie littéraire : problèmes et perspectives, Paris, PUF, 1989 p. 248-271 ; Manon Brunet, « Pour une esthétique de la production de la réception », t. 19, n° 3, 1983, p. 65-82. Voir aussi Antoine Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Le Seuil, 1998, p. 258-259.

[7] Roger Chartier, « Communautés de lecteurs » (1992), Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècles), Paris, Albin Michel, 1996, p. 133-154, ici p. 140.

[8] Jean-Marie Schaeffer, Petite Écologie des études littéraires, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, 2011, p. 100.

[9] Ibid., p. 118.

[10]  Christophe Prochasson, « Héritages et trahisons : la réception des œuvres », Mil neuf cent, n° 12, 1994, p. 5-17.

[11] Catherine König-Pralong, « L’histoire de la philosophie appartient-elle au champ des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 30, 2017, p. 49-70, ici p. 60.

[12] Voir notamment Jean-Pierre Cavaillé, « Historiographie : l’envers du Grand Siècle » (2002), Postures libertines. La culture des esprits forts, Toulouse, Anacharsis, 2011, p. 19-60 ; Id., « Pourquoi les libertins ne sont pas des classiques : réflexions critiques sur la naissance d’une catégorie historiographique à partir des ouvrages de Pierre Brun », XVIIe siècle, n° 224, 2004 ; Id., « Libérer le libertinage. Une catégorie à l’épreuve des sources », Annales HSS, 64e année, n° 1, janvier-février 2009, p. 45-78.

[13] Delphine Antoine-Mahut, L’autorité d’un canon philosophique. Le cas Descartes, Paris, Vrin, à paraître.

[14] Catherine König-Pralong, « L’histoire médiévale de la raison philosophique moderne (XVIIIe-XIXe siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2015/3, p. 667-712 ; et Médiévisme philosophique et raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, Paris, Vrin, 2016.

[15] Georges Benrekassa, « Sur les conditions d’élaboration de la critique du matérialisme de Diderot dans la première moitié du XIXe siècle  », dans Olivier Bloch (éd.), Images au XIXe siècle du matérialisme du XVIIIe siècle, Paris, Desclée, 1978 ; Michel Foucault, « Les monstruosités de la critique » (1971), Dits et écrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard, 2001.

[16] René Wellek et Austin Warren, La Théorie littéraire, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Audigier et Jean Gattégno, Paris, Éditions du Seuil, 1971, p. 60.

[17] Yves Chevrel, « De l’influence à la réception critique », La recherche en littérature générale et comparée en France. Aspects et problèmes, Paris, SFLGC, 1983, p. 89-109, ici p. 102.

[18] Pierre Laforgue, « Histoire littéraire, histoire de la littérature et sociocritique : quelle historicité pour quelle histoire ? », Revue d’histoire littéraire de la France, t. 103, n° 3, 2003, p. 543-547, ici p. 546.

[19] Voir notamment Roger Fayolle, « Idéologie et littérature » (1971), Comment la littérature nous arrive, textes rassemblés par Jacques Bersani, Michel Collot, Yves Jeanneret et Philippe Régnier, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2009, p. 17-26.

[20] Francesco Gregorio, « Histoire des incidences (Wirkungsgeschichte) », dans Christian Berner et Denis Thouard (dir.), L’Interprétation. Un dictionnaire philosophique, Paris, Vrin, 2015, p. 221.

 

Responsable :

Thierry Roger et Stéphane Zékian

 

Parution – Jean-Marie Gouanvic, “Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960)”

Jean-Marie Gouanvic

Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960)

Paris, Classiques Garnier

  • Résumé: Cet essai propose une étude sociologique des productions de la Série noire (NRF/Gallimard) de 1945 à 1960, en s’appuyant sur les archives de la collection. Il présente une analyse du mode d’organisation de la Série noire dans le champ français du roman policier et de la sémiotique des romans hard-boiled anglo-américains.
  • Nombre de pages: 281
  • ISBN: 978-2-406-06317-9
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06319-3
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Translatio, n° 1
  • Série: Problématiques de traduction, n° 1
  • Date de parution: 24/10/2018
  • Année de publication: 2018

Appel à communications – “Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes”

Appel à communications

Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes.

Le GEO (Groupe d’Études Orientales, slaves et néo-helléniques – EA 1340) de l’Université de Strasbourg organise un colloque qui s’adresse aux doctorants en sciences humaines à l’échelle nationale. Cette manifestation, consacrée à l’Isolement, sera concentrée autour de trois axes :

Isolement des individus ; Isolement des groupes ; Isolement des genres et des formes.

Ces trois axes qui viennent d’être évoqués, peuvent dégager les pistes ci-après pour l’organisation de notre colloque :

  • l’isolement comme combinaison de mesures (préventives ou a posteriori) visant à écarter un individu ou un groupe d’individus pour préserver une communauté ou le corps social d’un risque connu, présumé ou fantasmé ;
  • l’isolement volontaire comme stratégie individuelle marquant le rejet d’une société ou de rapports perçus comme dénaturés et aliénants, ou comme protection, « auto-exclusion » d’individus encourant un danger face au reste du monde ;
  • l’isolement comme source d’un processus créatif susceptible de donner lieu à des productions intellectuelles ou artistiques.
  • l’isolement par l’insularité d’un groupe social ou d’une communauté (constituée ou instituée) au sein d’un corps collectif (communauté fermée ou privilégiée) ;
  • l’isolement par l’exclusion, la marginalisation, la ségrégation, la mise au ban ou la discrimination d’un groupe social ou d’une communauté (constituée ou instituée) à l’extérieur d’un corps collectif (déportation, ségrégation, exil) ;
  • l’isolement comme instrument/moyen/levier de l’action politique ou comme résultat/conséquence de l’action politique ;
  • l’isolement d’un groupe politique de la scène politique nationale, ou d’une nation ou d’un territoire national vis-à-vis de la communauté internationale ;
  • l’isolement d’une communauté par le discours, les images, la langue et les éléments de langage (discrimination, racisme, essentialisme, stéréotypes) ;
  • l’isolement d’un groupe par l’isolement de sa langue (et de ses locuteurs) et de ses pratiques culturelles (identité collective isolée) ;
  • la catégorisation comme vecteur de l’isolement.
  • les origines de l’isolement d’une catégorie (aussi bien de langue que de genre) ;
  • la place de ces cas isolés dans notre représentation d’un champ divisé en catégories (et la remise en cause ou la réévaluation de notre représentation le cas échéant) ;
  • l’existence et la persistance de l’isolement générique dans une perspective diachronique ;
  • l’histoire des littératures et des langues, leurs contacts, leurs évolutions au regard des éclairages qu’apportent les études sur les cas isolés ;
  • l’impact des exceptions dans l’interprétation d’une langue en tant que système et le dégagement de régularité linguistiques.
  • le sens de l’originalité et de l’élaboration d’isolats littéraires par opposition aux références et aux lieux communs dans l’écriture littéraire.

*

Modalités de participation :

Le colloque est ouvert seulement aux doctorants en sciences humaines. Les communications doivent être présentées en français. Les abstracts devront contenir 300-500 mots et être accompagnés d’une courte biographie permettant de retracer le parcours du doctorant. Les propositions devront être envoyées par e-mail jusqu’au 15 janvier 2019 à l’adresse suivante :

Nader NASIRI-Moghaddam

Professeur des universités

Directeur du Département d’études persanes

Tél : +33 (0)3 68 85 65 34

nasiri@unistra.fr

*

Lieu du colloque : Université de Strasbourg

Date du colloque : 4-5 mars 2019

Le temps de communication : 30 minutes (20 minutes de présentation + 10 minutes de discussion)

url de référence

Appel – Proust et les célibataires de l’art, Revue d’études proustiennes

« Proust et les célibataires de l’art »

Revue d’études proustiennes, no 12

Dossier sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Guillaume Pinson et Mélodie Simard-Houde

Aussi combien s’en tiennent là qui n’extraient rien de leur impression, vieillissent inutiles et insatisfaits, comme des célibataires de l’art !

— Marcel Proust, Le Temps retrouvé

Ce douzième numéro de la Revue d’études proustiennes souhaite éclairer une _expression_-clé du Temps retrouvé, celle, placée ici en exergue, des « célibataires de l’art ». Moins commentée que l’image qui la précède, où le narrateur compare la tâche de l’écrivain à celle d’un traducteur, cette métaphore souligne aussi a contrario la difficulté d’« être » de l’artiste proustien. Là où l’enivrement du créateur devant une sensation porteuse de vérité cède aussitôt sa place au dur labeur d’approfondissement qui lui succède, les célibataires de l’art laissent libre cours à leur exaltation superficielle devant l’objet d’art qui, comme le note le narrateur, « empourpre leur visage ». Cette dialectique se retrouve partout dans À la recherche du temps perdu : l’acte de création authentique est invisible, alors que toute forme d’amour factice multiplie naturellement les signes ostentatoires. En ce sens, Sainte-Beuve, tel que décrit par Proust, serait le plus grand célibataire de l’art.

Mais faut-il réellement tracer une ligne si distincte entre les deux approches ? La pensée proustienne de la création est-elle à ce point teintée de manichéisme et d’intransigeance ? Est-il absolument nécessaire de bâtir une cathédrale ou d’écrire un chef-d’œuvre pour s’inscrire dans la sphère esthétique ? L’amateur, le collectionneur, le journaliste, le mondain, le demi-habile et le snob ne sont-ils pas au contraire des dispositifs essentiels de la machine romanesque de Proust, peut-être plus encore que les artistes de génie ? Non seulement incarnent-ils aussi de puissants vecteurs comiques, mais, en fin de compte, c’est d’abord par eux que l’art existe, circule et se transforme dans la Recherche. Les célibataires de l’art sont également une des principales figures de la correspondance, où les enjeux reliés à la création sont rarement abordés de front, mais toujours par de tels détours comiques et complexes. Enfin, dans une époque où les frontières de la création sont de plus en plus étudiées et théorisées, il est peut-être temps de reconnaître que la philosophie proustienne de la création n’est pas seulement à trouver dans quelques modèles privilégiés, mais qu’elle se ventile à travers autant de formes « mineures » d’auctorialité et de désir esthétique.

*

Nous attendons ainsi des articles qui s’intéressent aux définitions, aux rôles et à l’actualité de la notion de « célibataires de l’art ». Sans restriction et sans exclusivité, les propositions pourront entre autres développer l’un ou l’autre des sujets suivants :

  • Les principales figures romanesques des célibataires de l’art : collectionneurs, dandys, journalistes
  • L’analyse des enjeux sociologiques et symboliques soulevés par les célibataires de l’art
  • Les préoccupations auctoriales dans la correspondance
  • Proust journaliste et critique d’art
  • Mémoire et caricature de l’idéal romantique
  • L’auteur à l’ère médiatique
  • L’auteur comme personnage mondain
  • Les auteurs sans œuvre
  • Les outils mondains de l’autorité artistique : potin, anecdote, cousinage, mot d’esprit
  • Les personnages mécènes
  • Proust et la recherche-création

Accompagnées d’une courte bibliographie ainsi que d’une notice biobibliographique (150 mots), les propositions d’articles, d’environ 500 mots, devront être envoyées à Thomas Carrier-Lafleur (thomascarrierlafleur@gmail.com) et Mélodie Simard-Houde (melodie.houde@gmail.com) avant le 1er mars 2019. Les articles seront à remettre avant le 1er décembre 2019.

L’appel peut également être consulté en ligne sur Fabula en cliquant ici.