Archives de l’auteur : juliencote

Appel à contributions – « Littérature, médias et discours culturel »

Colloque Littérature, médias et discours culturel

Co-organisé par le Centre d’archives Gaston-Miron (CAGM) et le LaboPop UQAM avec le soutien du CRILCQ
Université de Montréal, 14-15 mars 2019

PRÉSENTATION

Les genres médiatiques suscitent de plus en plus l’intérêt des chercheurs en études québécoises, qui voient, avec raison, dans l’analyse de ces vastes corpus l’occasion d’accroître la connaissance que nous avons de l’histoire culturelle et de l’histoire de la littérature, mais aussi, plus précisément, de l’histoire des formes, des dispositifs et des représentations du littéraire.

Or, comme le soulignaient récemment Micheline Cambron et Mylène Bédard, notre savoir sur certains de ces genres médiatiques en est vraiment à ses « balbutiements » (Voix et images, 2017), un constat qui convient particulièrement bien aux genres médiatiques radiophoniques et télévisuels au sein desquels la littérature intervient sur une pluralité de modes : du radioroman à l’entretien d’écrivain, en passant par le reportage, l’hommage, la lecture publique, la recension, le téléroman, la chronique et la table ronde, les médias québécois abritent une pléthore de formes qui s’inscrivent chacune de façon singulière dans le champ discursif de leur époque.

Depuis une dizaine d’années, différentes initiatives ont permis de commencer à prendre la mesure de ces corpus et de nous doter de balises et d’outils pour l’arpenter. La collection du Centre d’archives Gaston-Miron de l’Université de Montréal, par exemple, contient à elle seule près de 5000 documents radiophoniques et télévisuels produits par la Société Radio-Canada entre 1927 et 2005, immense corpus dont nous commençons tout juste à prendre la mesure.

Quant aux bases de données du LaboPop UQAM, dont le mandat est de montrer comment la culture de grande consommation et la culture médiatique contribuent à structurer l’imaginaire collectif québécois, des années 1920 à nos jours, elles contiennent déjà des dizaines de milliers de fiches et/ou de documents (roman en séries, chanson, littérature radiophonique, littérature en fascicules, télévision populaire, best-sellers, etc.), en plus de ceux du fonds Renée Legris qui ont été remis en circulation dans ses collections.

AXES DE RECHERCHE

C’est sur la base de ces acquis mais, surtout, de toutes les questions que posent la considération de ces nouvelles données pour l’histoire de la littérature et de la culture québécoises, que ce colloque se donne pour objectif de réfléchir, de manière large, aux rapports entre littérature, médias et discours culturel, et qu’il s’ouvre à une pluralité d’approches analytiques comme à une grande diversité de corpus.

Nous sollicitons plus particulièrement des communications portant sur les rapports entre la littérature québécoise et les médias radiophoniques et télévisuels. À l’occasion du dixième anniversaire du Centre d’archives Gaston-Miron, nous invitons notamment chercheurs et chercheur.es à mobiliser librement les archives qui y sont conservées. L’index des documents du CAGM peut être consulté en ligne : http://cagm.umontreal.ca/motscles.jsp. Différentes sources et ressources du LaboPop peuvent également être rendues disponibles sur demande (voir les détails à l’adresse suivante https://labopop.uqam.ca/index.php/activites/fiche?id=2). D’autres corpus peuvent bien sûr être étudiés, y compris des corpus constitués de sources imprimées.

– Parmi bien d’autres questions possibles, nous chercherons notamment, dans la perspective d’une histoire des formes, à décrire les dispositifs énonciatifs à l’œuvre dans de tels documents, en portant attention aux possibilités et effets générés par ces différents supports.

– Les études de cas portant sur un genre médiatique particulier sont également les bienvenues : on pourra, par exemple, réfléchir aux « formes d’incarnation » (Meizoz, 2016) que prend la littérature dans les médias en y étudiant la construction de certaines figures d’auteurs et de critiques, de même qu’en retraçant les réseaux et sociabilités qui s’établissent au sein des genres médiatiques, à l’image de la communauté rassemblée autour de Gilles Marcotte dans le cadre de l’émission Des livres et des hommes, que le critique a animée de 1966 à 1970 à la radio de Radio-Canada.

– Nous pourrons en outre examiner les figures du lecteur, de l’auditeur, du téléspectateur et de l’internaute qu’élaborent les genres médiatiques, ainsi que les rapports entre culture « savante » et culture « populaire » qu’ils donnent à penser, et à la ‘middlebrow culture’ qu’ils contribuent à créer et à rendre visible.

– Enfin, sur le plan méthodologique et théorique, il y aura tout lieu de s’interroger sur la poétique et l’usage des archives, en particulier audiovisuelles, dans le champ des études littéraires : comment travailler à partir de documents où la voix vive et l’image en mouvement viennent concurrencer le privilège du texte ? a quelle place accorder à de tels documents dans l’histoire littéraire ? quelle(s) conception(s) du littéraire et de son institution ces documents mettent-ils en jeu ? Comment ces nouvelles connaissances se greffent-elles à l’histoire littéraire et culturelle telle que nous la connaissons, quelles nouvelles inflexions lui donnent-elles? Dans quelle mesure nous incitent-elles à mettre en questions les façons de faire l’histoire littéraire elle-même?

PROPOSITIONS

Prière d’acheminer vos propositions de communication à Karim Larose avant le 15 octobre 2018 : karim.larose@umontreal.ca.

COMITÉ

Karim Larose, UdeM

Chantal Savoie, UQAM

Valérie Mailhot, UdeM

Olivier Lapointe, UdeM

 

Appel à contributions – « Mémoires du livre / Studies in Book Culture »

Chers Collègues,

Voici l’appel de textes en vue du numéro d’automne 2019 de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé : « Édition, littérature et politique: échanges franco-américains au XIXe siècle / France and the United States in the Nineteenth Century: Publishing, Literature and Politics », et dirigé par Michaël Roy (Université Paris Nanterre).

Vous le trouverez, dans sa version bilingue, sur la page suivante :

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/38011/

Les propositions d’articles, en français ou en anglais, comprenantun résumé d’environ 500 mots ainsi qu’une courte notice biographique devront parvenir par courriel d’ici le 1er novembre 2018 à Michaël Roy (michael.roy@parisnanterre.fr).

Merci de bien vouloir faire circuler l’information dans vos réseaux.

Cécile Delbecchi
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre Studies in Book Culture
Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Parution – « Publication du congrès Le XIXe face au futur »

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication du VIIe Congrès de la Société des Etudes romantiques et dix-neuviémistes : Le XIXe siècle face au futur. Penser, représenter, rêver l’avenir au XIXe siècle.

Le XIXe siècle qui fut, côté Passé, le siècle de l’Histoire, le siècle des inventaires, un siècle « rétrospectif », est, côté « Futur », à la fois le siècle du progrès, le siècle de l’avenir et le siècle des utopies, et, côté Présent, le siècle du journal, et donc aussi de l’accélération, d’une actualisation montante des pratiques et des vécus. La temporalité telle qu’on la pense est alors la proie d’une sorte d’impérialisme du futur. Le VIIe Congrès de la SERD a exploré, à travers un ensemble de cinquante communications, la manière dont le siècle a imaginé son propre futur. Que reste-t-il aujourd’hui de ce XIXe siècle penseur d’avenir, entre progrès et discours du déclin? Quelles représentations semblent irrémédiablement datées, quelles théories, quels imaginaires sont encore vivants et parlent à notre début du XXIe siècle?

Voici ci-dessous le sommaire du congrès, publié en ligne à l’adresse https://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur

En vous souhaitant une très heureuse fin d’été,
Bien cordialement,

Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz

Le XIXe siècle face au futur

Ouverture du Congrès

François Hartog : Les apothéoses d’Ernest Renan

L’histoire au futur

José-Luis Diaz : L’avenir dans l’histoire

Domenico Paone : Le chimiste et le philosophe : sciences de la nature et sciences historiques face à l’avenir

Olivier Ritz L’avenir d’une révolution : quand les historiens écrivent au futur (1789-1847)

Chapman Wing : Ce qu’il adviendra du passé : l’histoire et l’historien dans la littérature d’anticipation

Modélisations du temps

Bernadette Bensaude-Vincent : À chaque temps son futur

Jacques-Philippe Saint-Gérand : L’avenir dans les dictionnaires

Claude Blanckaert : « Achever l’humanité » : la physiologie du progrès à l’âge romantique

Françoise Sylvos : Le Réel de l’anticipation au XIXe siècle

Les mœurs des temps futurs

Aïcha Salmon : Le mariage du futur. Imaginer le devenir des traditions nuptiales à la fin du XIXe siècle (France)

Concepcion Palacios  & Pedro Mendez : À la rencontre du progrès : la littérature dix-neuviémiste face au phénomène moderne du tourisme

Caroline Grubbs : Véhicules de demain : les anticipations du Métro parisien et l’avenir de l’espace urbain à la fin du XIXe siècle

La religion de l’avenir

Tomasz Szymanski : Retour vers le futur : l’idée de religion universelle au XIXe siècle

Julien Bouchet : L’avenir impossible : la crise du projet laïc à la fin du XIXe siècle

Guillaume Milet : Sociétés secrètes et germination du futur : l’action historique du progrès dans « Le Compagnon du Tour de France » et « La Comtesse de Rudolstadt » de George Sand

Sciences de demain

Martine Lavaud : Le XIXe siècle et l’intelligence de la quatrième dimension

Elsa Courant : Les fictions de l’avenir chez Camille Flammarion

Daniel Perez Zapico : « Le XXe siècle, la vie électrique » L’électricité dans le roman d’anticipation scientifique. Jules Verne, Albert Robida, Nilo Mario Fabra

Edyta Kociubinska : “L’idéal sous les voiles de l’électricité” ? L’Ève future d’Auguste Villiers de l’Isle-Adam

Françoise Gaillard : La pensée du déclin n’est pas l’envers de la pensée du progrès

Imaginaires de la fin

Nicolas Valazza : La fin des livres

Julie Hugonny : “Combien de temps… ? Je n’en sais rien. » La temporalité après l’Apocalypse

Sandrine Schiano : Contre le progrès, contre le temps, contre le futur des espèces… Le XIXe siècle ou le soupçon d’une marche en avant

Le progrès en question

Marta Caraion : Ironie et grandiloquence du progrès

Nicolas Rieder :“L’impression d’une transposition de mon moi dans l’avenir”. Le public des Expositions universelles face au Progrès

Fanny Robles : Écrire à la lumière de Lamarck, Spencer et Darwin : le progrès chez J.H. Rosny aîné

Émilie Piton-Foucault : Des châteaux en Espagne… L’échec des bâtisseurs d’avenir dans l’œuvre d’Émile Zola

L’avenir en farce

Stéphanie Dord-Crouslé : L’avenir de l’humanité selon Bouvard et Pécuchet

Lise Schreier : “L’an 1841 et l’an 1941, ou aujourd’hui et dans cent ans” : le vaudeville à l’avant-garde de la science-fiction ?

Laurent Bihl : Les “anti-Lumières” de la ville ou le choc de la modernité à travers les images satiriques de presse autour de 1900

La merveille et la technologie

Émilie Pézard : Les mutations du merveilleux à l’ère du progrès scientifique

Lise Jankovic : “Jouis de ma nouvelle invention” : pouvoir surnaturel et progrès scientifique dans la comédie de magie espagnole

Patrick Désile : Le voyage dans la Lune, dans tous ses états

Dominique de Font-Réaulx : Présentation de l’exposition « Une brève histoire de l’avenir » (Le Louvre)

Politiques de l’avenir

Jean-Claude Caron Marianne dans le rétroviseur ou l’avenir de la République au miroir de son passé

Arthur Hérisson : Catholicisme intransigeant, progrès technique et modernité politique au milieu du XIXe siècle. La dystopie d’un “monde sans le pape” chez Juan Donoso Cortès et Louis Veuillot

Ludovic Frobert Notes sur crises, alternances et progrès dans l’économie politique du XIXe siècle

Le futur du XIXe siècle : entre raison et imaginaire – Table ronde animée par Jean-Claude Caron (Université de Clermont-Ferrand), avec la participation de Nathalie Richard (Université du Mans), Christophe Bouton (Université Bordeaux 3) et François Jarrige (Université de Bourgogne)

Forward, backward

Susan Harrow : Modernité critique, modernité stylistique : l’écriture zolienne des deux siècles

Laurent Le Gall La galerie folkloriste des années 1880-1914 : discipline en devenir et modernité régressive

Arnaud Baubérot : Prophéties et prédictions astrologiques dans les almanachs populaires du XIXe siècle

L’art au futur

Béatrice Didier : Berlioz et l’instrumentation de l’avenir

Érika Wicky : L’avenir de la peinture face à la photographie

Quentin Rioual : Pensées modernistes de fin-de-siècle en arts

Julien Schuh : L’industrialisation de la culture : reproduction technique et reproduction sociale au XIXe siècle

Utopies, dystopies

Pascale Auraix-Jonchière : George Sand : la Fable, un espace pour l’utopie

Philippe Mustière : Villes rêvées et cités de perdition dans l’œuvre de Jules Verne. La dystopie fin de siècle

Valérie Stiénon : Le siècle de la dystopie? Propositions pour une histoire littéraire

Clément Dessy : Dystopies fin-de-siècle : Paul Adam, Alfred Jarry

Clôture du congrès

Benoît Peeters : Des « Cités obscures » à « Revoir Paris », la bande dessinée au futur antérieur

Parution – « Écrire les saisons »

Parution de l’ouvrage collectif suivant:

ÉCRIRE LES SAISONS
Éditions Hermann, collection MétéoS, 464 p.
dir. Alain Montandon

L’entrée dans l’anthropocène a bousculé le rapport que l’homme entretenait aux saisons. Celles-ci déterminent les formes de l’existence et connaissent de profondes modifications tant dans les représentations que dans les modifications que le changement climatique amène. Aussi la représentation des phénomènes saisonniers par les écrivains, les cinéastes, les musiciens est-elle une source toujours renouvelée d’émerveillement et d’angoisse tant en Grèce ancienne, à l’époque médiévale, au Japon, en Inde ou au Brésil. Parfois décrites avec sidération (Caspar David Friedrich, Hölderlin, Walser) ou avec angoisse (Shelley, Calvino, Lepage), les saisons inspirent aussi bien les écrivains (de Thomson à Rick Brass), les cinéastes (de Rohmer à Kim Ki-Duk), les musiciens ( de Vivaldi à Zender). Cet ouvrage livre un riche panorama des formes variées par lesquelles sont perçues les saisons, avec leur riche cortège de phénomènes météorologiques, entre linéarité temporelle et circularité, éternel retour et finitude au sein de la permanence.

Les auteurs : Nalini Balbir, Giovanna Bellati, Augustin Berque, Annie Besnard, Arlette Girault-Fruet, Anne Gotman, Christine Kossaifi, Françoise Laurent,Suzanne Liandrat-Guigues, Alain Montandon, Bahman Namvar Motlagh, Saulo Neiva, Justine de Reyniès, Fleur Richard, Margarita Serafimova, Martin de la Soudière, Fleur Vigneron, Jessica Wilker.

Bien cordialement,

Alain Montandon

Écrire les saisons

Appel à contributions – « Écritures impliquées et littérature française contemporaine (1968 – 2018) »

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous communiquer l’appel à contribution suivant de la revue RELIEF :

Appel à contributions

RELIEF – Revue électronique de littérature française

Écrire le réel, tisser du lien

Écritures impliquées et littérature française contemporaine (1968-2018)

Objectif :

Ce numéro de RELIEF se propose d’aborder la question des nouveaux réalismes littéraires en étudiant les dispositifs politiques et sociaux des récits français contemporains ou comment récits et textes élaborent du « commun » et de la « démocratie » pour des existences anonymes et non vouées a priori à la littérature. Cet axe de recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux de Bruno Blanckeman (2002, 2004), Dominique Viart (2002, 2005, 2008), Jacques Rancière (2007) et Sandra Laugier (2006) et prend acte des avancées critiques qui depuis quelques années maintenant s’intéressent moins aux « écritures engagées » qu’aux « écritures impliquées ». C’est aussi considérer une métamorphose nouvelle du « littéraire » et du statut ou du métier d’écrivain. Les méthodes privilégiées de ce numéro sont celles de la sociocritique et de la socio-pragmatique. Les études de cas sont les bienvenues quand elles sont accompagnées d’une réflexion théorique.

– Comment les textes, les récits, les narrations peuvent-ils produire aujourd’hui du « commun » ?

– Comment l’écriture et la lecture peuvent-elles produire une forme spécifique de lien social ?

– De quels enjeux sociaux et individuels les formes de réengagement de la littérature témoignent-elles ?

– Comment une « écriture impliquée » produit-elle une « lecture impliquée » ?

État de la recherche : 

En situant le corpus extrême contemporain dans le panorama historique de la littérature française depuis la seconde moitié du XXsiècle jusqu’à nos jours, ce numéro de RELIEF s’efforcera de préciser les grandes orientations de la littérature française contemporaine (de 1968 à nos jours) de façon à en définir les périodisations, les formes, les auteurs, les intérêts et les présupposés. La contextualisation historique, sociologique et théorique permettra de mettre en relation les différentes pratiques d’écriture. « Écrire le réel, tisser du lien » vise à étudier ces corpus contemporain et extrême contemporain, peut-être moins du point de vue du renouvellement des formes que du point de vue de leurs implications politiques (écrire le réel) et sociales (tisser du lien). Les « écritures impliquées » – selon l’expression de Dominique Viart – seront ici l’objet de toutes les attentions.

Depuis les travaux de Christophe Charles (1990) et de Gisèle Sapiro (1998 et 1999), il nous apparaît clairement que le XXsiècle est le grand siècle des « intellectuels ». Quoi qu’il en soit, de Voltaire à Albert Camus, de Victor Hugo à Simone de Beauvoir, il est aisé de distinguer les formes et les combats d’une littérature dite « engagée » et de nombreux travaux (Marc Angenot, 1982 ; Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, 1986 ; Benoît Denis, 2000) ont montré comment se négociaient dans la « République des Lettres » les rapports compliqués entre le champ social, le politique, l’idéologique et le littéraire. Pourtant, la grande majorité de ces travaux ne fait que confirmer une interprétation verticale et en quelque sorte autoritaire du fait littéraire, présupposant sans la remettre en question l’autorité sociale dont elle jouit. L’écrivain serait nécessairement « engagé » et les mots, des façons d’agir, entendu que l’autonomie supposée de la littérature permettrait aux auteurs de bénéficier d’une légitimité a priori. En revanche, très peu de travaux se sont intéressés aux formes ordinaires de l’engagement. Nous croyons qu’il est possible de penser autrement la politique de la littérature que comme un « engagement des écrivains ».

En ayant recours à des pratiques de terrain (très souvent documentées par la théorie critique) ou à des observations in situ, comme « à l’effacé », ces « écrivains impliqués » n’engagent plus une politique de la littérature subordonnée aux « opinions qu’ils professent, aux mots d’ordre qu’ils défendent, aux manifestes qu’ils signent, aux congrès auxquels ils assistent » ainsi que l’écrivait Roland Barthes. Ce n’est pas qu’il n’y ait plus, en France, d’écrivains engagés ni de contre-cultures ni de textes foncièrement politiques (pensons par exemple aux actuels engagements d’Édouard Louis contre le libéralisme et à ceux de Jean-Marie Le Clézio sur le sort réservé aux migrants), mais plutôt qu’on assiste depuis le dernier quart du XXsiècle, à des pratiques d’écriture en retrait, plus sensibles, moins thétiques, moins assertives. Sans doute faut-il aussi considérer une certaine usure de la notion d’engagement et de la mythologie républicaine des héroïsmes littéraires mais aussi d’un point de vue plus statutaire – qu’est-ce qu’un écrivain ? – un certain reflux de la légitimité ou de la responsabilité des écrivains : les écrivains médiatiques se seraient-ils substitués aux écrivains de combat de la même façon que les experts auraient remplacé les intellectuels dans l’espace public et médiatique ?

Dans ce premier quart du XXIsiècle, l’écrivain français n’est sans doute plus ni le procureur ni le juge des affaires de la nation ; pourtant, certaines pratiques d’écriture choisissent de re-politiser le fait littéraire en s’impliquant sensiblement dans les vies qu’elles racontent et accompagnent. Cette éthique relationnelle, quelle que soit la diversité des récits qui l’anime, permet non seulement de réfléchir aux liens et sociabilités internes à l’enceinte démocratique mais encore à la relation de la littérature avec son dehors, à sa façon d’être présente (ou pas) à la société, enfin, au destin des textes et des écrivains aujourd’hui en France.

Positionnement théorique :

Ce qui importe ici, ce n’est pas que la littérature soit un discours d’« exception » (Guillaume Artous-Bouvet, 2012), mais bien plutôt qu’elle puisse se saisir comme une occasion (parmi d’autres) de subjectivation, comme une possibilité (parmi d’autres) de création et d’actualisation de liens entre différents individus. Le corpus extrême contemporain s’intéresse précisément à cette question, à savoir comment la littérature intervient dans la vie sociale en confrontant le sujet à d’autres vies que la sienne, constituant ainsi un rouage important de la démocratie dans sa capacité à témoigner et à reconnaître des points de vue a priori étrangers.

Problématique : 

Comment un récit ou un texte peuvent-ils produire une forme spécifique de lien social ? Comment les textes, les récits, les narrations peuvent-ils produire aujourd’hui du « commun » ? De quels enjeux sociaux et individuels les formes d’implication ou de réengagement de la littérature témoignent-elles ? Nous pensons qu’une politique de la littérature n’est pas simplement à considérer de « haut », depuis les privilèges d’un quelconque « écrivain autoritaire », fut-il médiatique, mais aussi de façon plus ordinaire, comme capacité de tout un chacun de s’emparer de la littérature, de la lecture, de l’écriture, du récit et parfois même de la poésie. Ainsi, une politique de la littérature doit aussi se penser comme une politique de la lecture, consciente de sa précarité et socialement variable, assumant autant de « représentations, contradictoires et affrontées, par lesquelles les individus et les groupes donnent sens au monde qui est le leur » (Chartier, 1989).

Dans Journal du dehors (1993), Annie Ernaux transcrit une scène significative quand elle décrit les gens en train de lire les journaux au kiosque de la galerie marchande d’un supermarché ; Leslie Kaplan aussi dans Les Outils quand elle parle des ateliers d’écriture en prison, dans les bibliothèques de banlieue ou en entreprise. À chaque fois, ces individus, anonymes et solitaires qui n’achètent pas de journaux ni de livres se retrouvent quelques minutes tous ensemble, dans un partage de lecture. Cette lecture « à la volée » engage sans doute plus qu’il n’y paraît et témoigne à sa façon d’une communauté littéraire « où la lecture devient un mode partagé d’interprétation du réel » (Julien Lefort-Favreau, 2015). En quel sens une « écriture impliquée » pourrait-elle produire une « lecture impliquée » ?

Recommandations aux auteurs : 

Les propositions (titre de la contribution et résumé de quinze lignes) sont à envoyer à Olivier Sécardin (olivier.secardin@gmail.com) ainsi qu’à l’adresse suivante : revuerelief@gmail.com avant le 15 octobre 2018.

Les contributions définitives seront à remettre avant le 30 janvier 2019 à travers le site web de la revue (www.revue-relief.org). Les articles, d’une longueur de 5000 à 8000 mots, peuvent être rédigés en français ou en anglais. Ils doivent obéir aux règles de la charte éditoriale disponible à l’adresse suivante : https://www.revue-relief.org/docs/instructions_FR.pdf

Les articles ne respectant pas ces consignes ne seront pas évalués.

Protocole d’évaluation : 

Les articles soumis à la revue seront évalués en double aveugle. La décision de publication est prise après délibération collective du comité.

RELIEF (https://www.revue-relief.org) est une revue internationale qui s’adresse à des chercheurs dans le domaine de la littérature et de la culture françaises du Moyen Âge jusqu’à nos jours. RELIEF est publié deux fois par an et est disponible en open access.

***

Call for papers

RELIEF — Revue électronique de littérature française

Writing the real, forging links

“Involved writing” and contemporary French literature (1968–2018)

Objective:

In this issue of RELIEF, we will address the topic of new forms of literary realism, looking in particular at political and social devices in contemporary French stories, or how texts and stories build on what is “ordinary” and “democratic” to create anonymous existences that are not necessarily destined for literature. This line of research will be a continuation of the works of Bruno Blanckeman (2002, 2004), Dominique Viart (2002, 2005, 2008), Jacques Rancière (2007) and Sandra Laugier (2006), building on them while also taking note of critical developments of recent years, focusing less on “écritures engagées” (“engaged writing”) and more on “écritures impliquées” (“involved writing”) We will also consider a new metamorphosis of “literature” and the of status or profession of the writer. This issue will prioritise methods of sociocritism and socio-pragmatics. Case studies are welcome, as long as they are accompanied by a theoretical reflection.

–How can texts, stories and narrations create the “ordinary” in the present day?

–How can writing and reading produce a specific kind of social link?

–Which social and individual issues are demonstrated by forms of re-engagement with literature?

–How does “involved writing” give rise to “involved reading”?

 

State of research 

By placing the “extrême contemporain” (the corpus of French literature from the past decade) within the historical overview of French literature from the second half of the 20th Century to nowadays, this issue of RELIEF will endeavour to define the main trends in contemporary French literature (from 1968 to today) with the aim of outlining the specific periods, forms, authors, interests and assumptions involved in them. Historical, sociological and theoretical contextualisation will make it possible to compare different writing practices. “Writing the real, forging links” aims to investigate the contemporary and “extrême contemporain” corpora, perhaps less in terms of renewing forms and more their in terms of their implications, both political (writing the real) and social (forging links). The primary focus here will be “écritures impliquées” (“involved writing”) — an expression coined by Dominique Viart.

From the works of Christophe Charles (1990) and Gisèle Sapiro (1998 and 1999), the 20th Century was clearly the great century of “intellectuals”. Whatever the case, from Voltaire to Albert Camus, from Victor Hugo to Simone de Beauvoir, the forms and clashes of “engaged” literature can be easily distinguished, and various works (Marc Angenot, 1982; Pascal Ory and Jean-François Sirinelli, 1986; Benoît Denis, 2000) have shown how the complicated relationships between social, political, ideological and literary fields are explored and created. However, the vast majority of these works attest to a vertical and somewhat authoritarian interpretation of literature, assuming without questioning the social authority from which it benefits. They assume that the writer is necessarily “engaged” and that words are ways of acting, taking for granted that authors are automatically legitimised by the assumed autonomy of literature. In contrast, very few works look at ordinary forms of engagement. We believe that it is possible to consider politics of literature as something other than just “engagement of writers”.

Turning to real-life practices (frequently documented by critical theory) or in situ observations, such as writing “à l’effacé”, where the narrator is removed and provides no commentary, these “involved writers” no longer engage in politics of literature contingent upon “the opinions they hold, the slogans they defend, the manifests they sign, the conferences they attend”, as Roland Barthes put it. This is not to say that there are no more engaged writers, counter-cultures or fundamentally political texts in France (consider, for example, Édouard Louis, currently engaged against liberalism, or Jean-Marie Le Clézio’s works on the fate awaiting immigrants); rather, starting from the final quarter of the 20th Century, writing practices have been more reserved and held back, more sensitive, less absolute and assertive. Naturally, it is also important to consider that the notion of engagement and the mythological heroism to which the Republic clings have worn somewhat thin, and equally, from a more statutory angle (what is a writer?), to consider how the legitimacy or responsibility of writers have ebbed away: have media writers given way to war writers in the same way that experts supposedly replaced intellectuals in the public and the media?

In the first quarter of the 21st Century, the French writer has undoubtedly stepped down as the prosecutor or judge of nation’s business; however, there are some practices of writing at play that can re-politicise literature by perceptibly getting involved in the lives that they tell of and accompany. However diverse the stories behind these relational ethics are, it is through them that we can reflect on links and sociabilities within the democratic forum, as well as on the relationship that literature has with its outside, its way of being present (or not) in society; it allows us to reflect on the destiny of texts and writers today in France.

Theoretical position

What is important here is not the fact that literature is a discourse of “exception” (Guillaume Artous-Bouvet, 2012), but rather that it can be seized as an opportunity (one of many) to subjectivise, as a possibility (one of many) to create and update links between different individuals. This is the very issue that the “extrême contemporain” corpus looks at: how literature comes into social living, exposing the subject to lives other than its own, acting as an essential cog of democracy with its ability to demonstrate and acknowledge initially foreign points of view.

Problematic: 

How can a text or story produce a specific kind of social link? How can texts, stories and narrations create the “ordinary” in the present day? Which social and individual issues are demonstrated by forms of re-engagement with literature? We believe that politics of literature should not exclusively be considered from “above”, with the privileges of an “authoritarian writer”, even a media writer. They should also be considered more ordinarily as the shared ability of all people to appropriate literature, reading, writing, stories and sometimes even poetry. In this way, any politics of literature must also be thought of as politics of reading, conscious of their precarious position and socially variable. They must take on “contradicting, compared representations with which individuals and groups give meaning to the world that belongs to them” (Chartier, 1989).

In a notable scene of Journal du dehors (1993), Annie Ernaux describes people reading the newspapers at a kiosk in the shopping arcade of a supermarket. Meanwhile, in Les outils, Leslie Kaplan talks about writing workshops in prisons, libraries in the banlieue or within companies. In both of these cases, although they don’t buy the newspapers or books, these anonymous, solitary individuals all spend a few minutes together, sharing in reading. There is certainly more to this on-the-fly reading than meets the eye; in its own way, it is testament to a literary community “where reading becomes a shared way of interpreting reality” (Julien Lefort-Favreau, 2015). In what way does “involved writing” give rise to “involved reading”?

Recommendations for authors: 

Proposals, including the title of the contribution and a fifteen-line summary, must be sent to Olivier Sécardin (olivier.secardin@gmail.com) and revuerelief@gmail.com by 15 October 2018.

Final contributions must be submitted by 30 January 2019 via the journal’s website (www.revue-relief.org). Articles can be written in French or English and must be between 5000 and 8000 words. They must comply with the editorial charter, available at https://www.revue-relief.org/docs/instructions_FR.pdf

Articles that do not follow these guidelines will not be reviewed.

Review protocol: 

Articles submitted will undergo a double-blind review. The decision to publish an article will be made following the committee’s collective deliberation.

RELIEF (https://www.revue-relief.org) is an international journal that targets researchers and readers interested in French-language literature and culture from the Middle Ages to the present day. RELIEF is published twice a year and is available through open access.

Appel à contributions – « Marges et pouvoir de la francophonie »

33e congrès du CIÉF à Ottawa du 17 au 23 juin 2019

Thème directeur du congrès 2019 : Marges et pouvoir de la francophonie

https://secure.cief.org/wp/?page_id=46993

L’édition 2019 du congrès du Conseil International d’Études Francophones se tiendra à Ottawa, la capitale du Canada. Ce lieu de rencontre nous invite à placer la question du pouvoir au centre de nos préoccupations en lien avec l’existence de communautés marginalisées puisque le français, bien qu’une des deux langues officielles du pays, est une langue minoritaire partout au Canada, sauf au Québec. Raconter l’histoire des marges culturelles et des individus marginalisés permet précisément de questionner le pouvoir en déconstruisant les récits qui le fondent.

Il s’agira de réfléchir ensemble aux marges de la francophonie, aux rapports de pouvoir qui existent entre les langues certes, mais aussi entre les individus ou les groupes sociaux. Cette thématique invite particulièrement au dialogue entre les disciplines afin de comprendre les enjeux de la marginalité touchant à la langue, la culture, la littérature, le cinéma, la chanson, la politique, l’histoire, la géographie et la pédagogie, pour ne nommer que quelques-uns des domaines d’étude possibles. Plusieurs axes de recherche peuvent être envisagés, dans des perspectives variées (littéraire, artistique, sociologique, historique, sociopolitique ou autres) :

 

  • Jeux et rapports de pouvoir
  • Rapports de force entre les langues
  • Rapports de force entre les groupes sociaux
  • Thématiques du conflit
  • Éthique du care
  • Littérature du trauma
  • Théâtre de l’exil
  • Les pratiques culturelles marginales et leur réception
  • Genres littéraires : littérature et paralittérature
  • Le pouvoir de la pédagogie
  • Politiques linguistiques et préservation de la langue française
  • Présences des marginalités  dans la langue française (sociolectes, langue inclusive…)
  • Plurilinguisme
  • Espaces francophones et espaces multilingues
  • Inter et transdisciplinarité
  • Histoire et histoires des groupes marginaux
  • Centre(s) et périphérie(s)
  • Colonialisme et postcolonialisme
  • Immigration, exil, migration
  • Enjeux autochtones
  • Histoire et représentations des classes sociales
  • Urbanisme : ghettoïsation, banlieues, gentrification des quartiers
  • Géopolitique et rapports de force

Afin d’encourager de manière interdisciplinaire le développement des études, de la recherche, des publications portant sur la littérature, la langue, la culture, les arts et les sciences sociales dans tout le monde francophone, le CIÉF accueille chaque année à son congrès un large éventail de sessions regroupées sous ces catégories. Nous acceptons aussi des propositions dans lesquelles la francophonie est un facteur principe et qui permettront de rassembler les intervenants autour de problématiques d’actualité, sous les grandes catégories de LANGUE-CULTURE-LITTÉRATURE-HISTOIRE-PÉDAGOGIE.

Vous souhaitez participer à notre congrès en 2019 ? Il y a deux façons de faire des propositions sur un thème lié aux études francophones :

  1. Proposer une session complète regroupant trois ou de préférence quatre communications autour d’un thème commun.

Nous vous encourageons à réunir des communications autour d’un thème avec des collaborateurs membres du CIÉF ou encore à lancer un appel à communications qui paraîtra dans le Bulletin d’automne. Pour ce faire, il faut être membre en règle du CIÉF, c’est‐à‐dire avoir payé votre adhésion.

Date limite pour lancer un appel à communications15 septembre 2018

Date limite pour proposer une session complète 15 octobre 2018

Si vous souhaitez proposer une communication dans une session, veuillez contacter directement le/la président-e de session avant le 10 octobre 2018 Vous êtes priés de proposer votre communication dans UNE SEULE session.

  1. Proposer une communication individuelle

Date limite pour proposer une communication individuelle : 15 octobre 2018

Les membres sont priés de ne soumettre qu’UNE proposition ; le cas échéant, la proposition faisant partie d’une session complète aura automatiquement priorité. Les propositions individuelles multiples ne seront pas considérées. Si votre proposition peut s’insérer dans une des thématiques proposées ci-dessus, veuillez indiquer la thématique pertinente entre parenthèses à la fin de votre proposition.

Par ailleurs, les membres dont les propositions sont acceptées doivent s’attendre à remplir l’office de président ou de secrétaire de session. Pour faciliter la tâche des organisateurs, nous vous prions de consulter l’horaire provisoire sur le site Web dès le début du mois de février et prévenir la présidente (présidente@cief.org) uniquement dans le cas d’une impossibilité à accomplir cette tâche. Nous comptons sur votre collaboration et vous remercions d’avance.

Pour obtenir des renseignements sur le CIÉF et son congrès, prière de consulter notre site web ou de communiquer avec la présidente du CIÉF, Mme Lucie Hotte (presidente@cief.org). Pour en savoir davantage sur le CIÉF et sa revue Nouvelles Études Francophones (NEF), veuillez consulter notre site Web :

Le Prix Jeune Chercheur est décerné chaque année à la meilleure communication doctorante au Congrès.

Appel à contributions – « Numéro 5 de la revue Mosaïques :Les (im)postures. Figures, discours et modalités »

Cher.e.s collègues,

Je vous prie de trouver ci-joint l’Appel à contributions pour un nouveau numéro ordinaire de la revue Mosaïques qui a pour thème structurateur : « Les (im)postures. Figures, discours et modalités ».

En espérant vivement, comme toujours, votre intérêt.

Avec mes bien cordiales salutations et mes bons messages.

Pr Raymond Mbassi Atéba
Chef de Département de langue française et littératures d’expression française
ENS-Université de Maroua
Directeur de Publication de la revue Mosaïques

ARGUMENTAIRE. MOSAIQUE.V. OK

Parution – « Bérénice Hamidi-Kim et Séverine Ruset, « Troupes, compagnies, collectifs dans les arts vivants » »

Bérénice Hamidi-Kim et Séverine Ruset, Troupes, compagnies, collectifs dans les arts vivants. Organisation du travail, processus de création et conjonctures, Montpellier, L’Entretemps, coll. « Les voies de l’acteur », 2018.

28€
EAN13 : 9782355392337

Présentation de l’éditeur :
Ce livre s’attache aux « troupes », « compagnies », « collectifs », etc., quelle que soit la façon dont ces entités collectives visant à la production de spectacles se désignent ou sont désignées. Il s’intéresse plus précisément aux différentes manières dont elles s’organisent pour créer des œuvres, tout en ouvrant l’analyse aux conjonctures politiques, sociales et culturelles qui leur donnent forme et sens.
A l’heure où les appels à une refondation de l’économie du spectacle vivant se multiplient, en France comme dans d’autres pays, la question des formes d’organisation du travail artistique se pose avec une force sans précédent. Si certaines voix plaident pour une conformation aux valeurs et aux formats des industries culturelles, d’autres affirment le projet de « faire autrement » que selon les normes hégémoniques de l’économie capitaliste, manifestes désormais jusque dans les pays où la culture relève d’une économie subventionnée. Elles prônent le développement de modèles fondés sur des valeurs de l’économie sociale et solidaire. En focalisant le regard sur les compagnies, parent pauvre des dispositifs de financement public, ce livre entend rappeler que c’est avant tout en leur sein que se fait la création des œuvres dans les arts vivants. Il prête ce faisant une attention forte aux relations de pouvoir et aux ambivalences propres à un univers professionnel très marqué par la « coopétition ».

Responsable : Bérénice Hamidi-Kim et Séverine Ruset

Url de référence :
https://www.entretemps.org/les-voies-de-l-acteur/256-troupes-compagnies-collectifs-9782355392337.html

Appel à contributions – « « Femmes engagées au cœur de l’action. Espace euro-méditerranéen. Mise en récit(s), mise en image(s) » – 4-5 avril 2019 »

Chers collègues,

J’ai le plaisir de vous communiquer l’appel à communication pour le colloque

Femmes engagées au cœur de l’action
Espace euro-méditerranéen
Mise en récit(s), mise en image(s)

qui aura lieu à Nancy, les 4 et 5 avril 2019.

Toutes les modalités pratiques de participation sont reprises dans le document ci-joint.

Cordialement,

——————————–

Laurence Denooz
Professeur des Universités
Directrice UFR Arts, Lettres et Langues-Nancy

Revue LiCArC

Université de Lorraine

Appel Figures féminines de l’engagement-2

Parution – « Dix-Neuf Special Issue: Literature and the Press »

The Editors of Dix-Neuf: Journal of the Society of Dix-Neuvièmistes are pleased to announce the publication of volume 21. 4: a special issue on Literature and the Press in France, edited by Edmund Birch. The issue features an editorial by Birch followed by articles by Marie-Ève Thérenty, Tim Farrant, Paul Rowe, Thomas Bouchet, Alexandra Tranca, Kate Rees, Nicholas White, Marieke Dubbelboer, Max McGuinness, and Guillaume Pinson.

A full table of contents is below and online at: https://www.tandfonline.com/toc/ydix20/current

Dix-Neuf, the journal of the Society of Dix-Neuviémistes, is a forum for cutting-edge research in nineteenth-century French and francophone studies in all relevant disciplines. It is interdisciplinary in focus and seeks to promote wide-ranging critical and theoretical debate. We invite contribution on all aspects of French studies.  To submit an article, please visit the journal’s page: https://www.tandfonline.com/action/authorSubmission?journalCode=ydix20&page=instructions

Our next issue, 22:1&2, will be published in August.

 

With best wishes,

Dix-Neuf Editors

Dix-Neuf Special Issue: Literature and the Press

Editorial

Edmund Birch

Literature and the Press in France

 

Articles

Marie-Ève Thérenty (translated by Kate Rees)

The Cassandra Journalists (1848–1940)

Tim Farrant

Fragmentation, feuilleton, form: Balzac, Baudelaire, Zola

Paul Rowe

Style on Trial, or ‘Veut-on charger MM. les avocats du roi de composer le Dictionnaire de l’Académie?’

Thomas Bouchet

Fouriérisme, journalisme et littérature au milieu de la monarchie de Juillet

Alexandra Tranca

The Illustrated Press and the Writing of History: The Recueils ofL’Illustration in 1848

Edmund Birch

‘Les suites des suites’: Alexandre Dumas’s Le Comte de Monte-Cristo and the News

Kate Rees

Sensory Reportage and the ‘Steeplechase’ Between Novels and Newspapers in Verne’s Michel Strogoff

Nicholas White

‘L’enclume toujours chaude’: Émile Zola’s Newspaper Trilogy

Marieke Dubbelboer

‘Il faut vivre’: Writers, Journalists and Income, 1890–1914

Max McGuinness

Literature and ‘Universel Reportage’ in Mallarmé’s ‘Livre’

Guillaume Pinson

Lire la presse du XIXe siècle en contexte numérique: vers une nouvelle historiographique des objets médiatiques?

**********************************************
Catherine Nesci, Chair, Comparative Literature
http://www.complit.ucsb.edu/

Professor of French & Comparative Literature
Affiliate in Feminist Studies
Professional address:
Department of French and Italian
University of California at Santa Barbara
Santa Barbara, CA 93106-4140 USA

*Co-Editor, with Isabel Gil, Series Culture & Conflict, De Gruyter (Berlin & Boston)
<http://www.degruyter.com/view/serial/182480>