Archives de l’auteur : juliencote

Événement – « Colloque Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) – Université du Luxembourg – 28 et 29 juin »

Chères et chers collègues,

Vous trouverez sur le site suivant le programme du colloque  « Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) » qui se tiendra à l’Université du Luxembourg (campus Belval, à Esch-sur-Alzette) les jeudi 28 et vendredi 29 juin prochains : https://langue-nation.event.univ-lorraine.fr/ .

Au plaisir de vous y retrouver,

Bien à vous,

Stéphanie Bertrand

Maître de conférences en langue et littérature françaises (XXe-XXIe siècles)
Membre du centre Ecritures (EA3943): http://ecritures.univ-lorraine.fr/

Université de Lorraine
UFR Arts Lettres et Langues
Ile du Saulcy
BP 70328
57045 Metz cedex 01

Bureau A218
tel. bureau 03 72 74 76 29

Appel à contributions – « Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance »

Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance
Colloque 19-20 novembre 2018
Sorbonne Université – Université Paris Nanterre

Le paradigme Langage(s) et Pouvoir(s) propose d’emblée une réflexion sur la relation qui s’instaure entre les formes d’expression du corps, de la pensée, de la conscience humaine et le système normatif dans le contexte italien de la seconde moitié du XXème siècle. Hannah Arendt affirme dans La condition humaine (1958) : « La puissance n’est actualisée que lorsque la parole et l’acte ne divorcent pas, lorsque les mots ne sont pas vides, ni les actes brutaux, lorsque les mots ne servent pas à voiler les intentions mais à révéler des réalités, lorsque les actes ne servent pas à violer et détruire mais à établir des relations et créer des réalités nouvelles ».

Le colloque vise à interroger cette question à partir d’une ouverture théorique qui se déploie en quatre panels.

  1. Repenser, représenter et réformer les corps

Dans une ère où l’emprise du pouvoir sur la vie biologique des corps est quasiment totale, comment peut-on encore imaginer une prise de distance critique, une résistance, voire une fuite vis-à-vis de ses pratiques de domination ? Cette question peut être envisagée à travers des pistes de réflexions telles que :

  • Transpositions artistiques et poétiques de l’emprise du pouvoir sur les corps, ou des formes de domination qui s’instaurent entre les corps mêmes.
  • Théorisation de la relation des corps au(x) pouvoir(s) politique(s): exploitation du « corps politique » ainsi que neutralisation du langage du pouvoir par la mise en place de stratégies de résistance.
  • Conception de formes de vie antagonistes au biopouvoir : redéfinition de la communauté humaine, réappropriation du corps à travers l’expérience du seuil.
  1. Langage et formes discursives entre littérature et industrie

De « l’industrialisme illuminé » d’Adriano Olivetti à « l’industrialisation forcée » centrée sur un développement détaché du progrès, dont parlait Pasolini, sonder la relation entre littérature et industrie pose une série de questions qui dépassent la seule composante esthétique de l’œuvre. Si, comme l’affirme Fortini, « les formes, les modes, les temps de la production industrielle et ses rapports sont la forme même de la vie sociale, le contenant historique de tout notre contenu et pas simplement un aspect de la réalité », et si « les structures économiques – dans notre cas capitalistes et donc industrielles – sont ni plus ni moins que l’inconscient social », comment est-il possible, aujourd’hui, de développer un discours sur le lien entre littérature et industrie ? La question peut être abordée tout en mettant en lumière le rapport entre :

  • politique et industrie ;
  • université et industrie ;
  • édition et industrie.
  1. Pouvoir et altérité : la langue et ses enjeux dans l’expérience coloniale

Les propositions d’interventions devront approfondir le lien entre langage, formes de pouvoir et d’existence à travers l’analyse d’œuvres littéraires et/ou cinématographiques portant sur l’expérience coloniale italienne et son héritage. En tenant compte du cadre postcolonial, tant au niveau théorique que par de possibles rapprochements avec d’autres contextes et d’autres œuvres, les interventions privilégieront les axes de recherche suivants :

  • Les rapports de force entre langue du colonisateur et langue du colonisé.
  • La relation à une langue autre et imposée comme caractère déterminant de l’expérience du sujet colonial, et sa transposition potentielle à l’expérience migratoire.
  • Les dynamiques de transformation, hybridation et réappropriation linguistiques et leur réécriture dans le corpus postcolonial.
  • L’accès du sujet colonisé à la parole (ou son impossibilité) dans ses différentes mises en scène.
  1. Résistances. Formes, pratiques, stratégies entre vie et littérature

Ce panel déploie une réflexion sur la possibilité de repenser le rapport entre vie et art mis en pratique par la littérature italienne contemporaine à partir de quatre stratégies possibles de résistance.

  • Résistance de l’œuvre : dispositifs textuels (contenu et forme de l’œuvre – œuvre ouverte, œuvre fragmentaire, autofiction) qui s’opposent à un système normatif à la fois idéologique, littéraire et stylistique.
  • Résistance de l’auteur : éthique de l’existence (contamination entre la vie et l’œuvre, exposition de soi, pratiques de désubjectivation).
  • Résistance du corps : métamorphoses, hybridations, fuites et fluctuations (le queer au-delà du queer).
  • Résistance à la fin du monde : anthropocène, survie de l’espèce (« emergenza di specie »), horizon écologique.

*
Merci d’envoyer vos propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en italien) en indiquant le panel de référence et, éventuellement, une brève bibliographie, au plus tard le 31 août 2018 à l’adresse suivante : colloque.langagespouvoirs@gmail.com

Chaque proposition sera examinée par le comité scientifique de manière anonyme.

Notification d’acceptation ou de refus : 15 septembre.

La version intégrale de l’appel à communication est disponible à la page suivante :    https://langagesetpouvoirs.wordpress.com/

Comité scientifique : Andrea Agliozzo (Sorbonne Université), Riccardo Antoniani (Sorbonne Université), Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Nicola Brarda (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Alessandro Fiorillo (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alexandra Khaghani (Sorbonne Université), Francesco Rizzo (Sorbonne Université), Graziano Tassi (Université Paris Nanterre), Amélie Aubert-Noël (Université Paris Nanterre).

Organisation : Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Roberto Lapia (Université Paris Nanterre), Estelle Paint (Université Paris Nanterre).

Colloque organisé par l’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI) de Sorbonne Université en collaboration avec le Centre de Recherches Italiennes (CRIX-EA 369) de l’Université Paris Nanterre.​

Parution – « l’ouvrage de Gérard Fabre LES FABLES CANADIENNES DE JULES VERNE »

Les fables canadiennes de Jules Verne
Discorde et concorde dans une autre Amérique
Par Gérard Fabre
203 pages · 9×6 · 20 juin 2018
Papier ISBN : 9782760326781
PDF ISBN : 9782760326798
ePub ISBN : 9782760326804

En trois décennies, du début des années 1870 au tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans couvrant plus d’un demi-siècle d’histoire canadienne.

Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global de la création vernienne, il forme en même temps une entité à part entière, un formidable révélateur de la place du Canada et du Québec en France. Cette place est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions avec l’Angleterre et les États-Unis.

Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860, s’attachent à comparer les réactions de personnages anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889). Le conflit anglo-américain explique les connivences entre Canadiens français et Américains, dont font état ces deux romans.

Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système d’alliance. Dans Le Volcan d’or, rédigé en 1899-1900, les relations vont diamétralement changer : Canadiens français et anglais, tous honnêtes gens en quête de l’or du Klondike, s’unissent contre des Américains originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés.

Comment analyser ce retournement ? Quelle clé offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle, les images du Canada et du Québec qui prévaudront dès lors en France ?

Pour plus d’informations:

https://press.uottawa.ca/les-fables-canadiennes-de-jules-verne.html

Gérard Fabre
Chercheur au CNRS
Centre d’étude des mouvements sociaux (Institut Marcel Mauss)
EHESS

54 bd Raspail
75006 Paris
FRANCE

Parution – « Mémoires du livre/Studies in Book Culture, vol. 9, no 2 »

Bonjour,

Le dernier numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient de paraître.

Placé sous la direction de Marcello Vitali-Rosati (U. de Montréal) et de Nadine Desrochers (U. de Montréal), ce numéro s’intitule « L’écrivaine, l’écrivain en recherche : perceptions et approches/The Writer in Research: Perceptions and Approache ».

Il est accessible à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2018-v9-n2-memoires03728/.

Merci de bien vouloir diffuser la nouvelle dans vos réseaux,

Joanie Grenier
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre Studies in Book Culture
Codirectrices / Co-Directors : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Parution – « Nouveau numéro de la revue Itinéraires. LTC : « Littératures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique » »

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication en ligne et en accès ouvert du nouveau numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, « Littératures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique » dirigé par Magali Nachtergael : https://journals.openedition.org/itineraires/3708

Présentation du numéro
Comment penser la création littéraire aujourd’hui sans prendre en considération ses formes les plus expérimentales ? Sous quelles formes s’actualise le fait littéraire, depuis que W.J.T. Mitchell a proclamé un nouveau paradigme, le pictorial turn, auquel la littérature n’échappe pas ? Dans le prolongement de la réflexion sur la possibilité d’une néo-littérature qui investirait l’image, le spectaculaire et les écrans, le volume interroge les expérimentations contemporaines d’une écriture qui traverse les supports et les disciplines : livre d’artiste, dialogue théorique, transfert, appropriation, montage, performances musicales, poétiques ou numériques sont autant d’entrées dans la fabrique contemporaine de l’écriture. Ces modalités multiples d’apparition du fait littéraire, le rôle du lecteur-auditeur-spectateur ou la présence de l’auteur rendent caduque la fixation d’un texte canonique : elles déplacent l’horizon critique du côté de la perception sensible et d’une expérience cognitive qui ouvre l’espace littéraire et relance les spéculations théoriques.

Le prochain numéro de la revue sera intitulé « Devenirs d’un genre indiscipliné : le manifeste à travers les arts ».

Cordialement,

L’équipe d’Itinéraires. LTC
https://journals.openedition.org/itineraires/
Twitter : @Itineraires_LTC

Parution – « Jean Jamin – Littérature et anthropologie »

Jean JAMIN
CNRS éditions
ISBN : 978-2-271-11897-4
368 p.

Littérature et anthropologie ne sont pas des inconnues l’une pour l’autre, elles ont partie liée depuis longtemps avec Montaigne et les Cannibales, Montesquieu et les Persans, ou encore Rousseau et les bons Sauvages. Multipliant les perspectives, attentives aux petits faits ou à l’imaginaire des autres : elles savent se comprendre et dialoguer l’une avec l’autre selon différents registres, qu’ils soient scientifique, épique, onirique ou ludique.

Cet ouvrage joue de cette histoire et de cette proximité complice en croisant les approches : tout en constituant les oeuvres de fiction comme objets d’une enquête ethnologique au même titre que mythes, rites et croyances, il cherche à évaluer l’apport de ces oeuvres à la compréhension du fonctionnement intime d’une société, qui est le projet même de l’anthropologie.

Shakespeare, Goethe, Dumas, Büchner, Melville, Rimbaud, Segalen, Faulkner, Bataille, Leiris… sont enrôlés dans cette investigation, et permettent de repenser des approches ou des notions classiques de l’anthropologie, telles que l’exotisme, l’observation participante, la réflexivité.

Jean Jamin est anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a fondé avec Michel Leiris la revue Gradhiva et dirigé la revue L’Homme. Il a notamment écrit La Tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau ainsi que Faulkner : le nom, le sol et le sang.

Url de référence :
http://www.cnrseditions.fr/ethnologieanthropologie/7622-litterature-et-anthropologie.html

Appel à contributions – « 34e livraison de Questions de communication : livres à chroniquer »

34e livraison de Questions de communication

Vous trouverez ci-dessous une liste de livres envoyés à la rédaction de Questions de communication que vous pourriez chroniquer (6 000 à 10 000 signes espaces non compris). Vous pouvez aussi proposer des notes de lecture sur des titres (en français ou non) de votre choix… Votre contribution est attendue pour le 10 septembre 2018. Tout·e auteur·e d’une note reçoit un exemplaire de la revue.

Merci de nous indiquer votre adresse postale pour recevoir le volume que vous avez choisi.

Jacques Walter et Béatrice Fleury

—————————–

Pr Jacques Walter
Directeur du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476)
+33 (0)6 18 44 75 48
Crem : crem.univ-lorraine.fr

Revues : LiCarC, Pratiques, Questions de communication et Théâtres du Monde
Carnets de recherche :
– Carnet des jeunes chercheurs du Crem
– Cyberviolence et Cyberharcèlement
– Mundus Fabula
– Publics en questions
Dictionnaire en ligne : Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics

Ques2com-NDL-34

Parution – « Yannick Legault, « Hamsun. Romans autobiographiques, figures d’auteur et champ littéraire » »

Yannick Legault
Hamsun. Romans autobiographiques, figures d’auteur et champ littéraire
Presses de l’Université du Québec
2018, 152 pages, D4920, ISBN 978-2-7605-4920-3
http://www.puq.ca/catalogue/livres/hamsun-3574.html

Dans cet essai, Yannick Legault analyse avec finesse la fonction stratégique de la pratique du roman autobiographique chez l’écrivain norvégien Knut Hamsun (1859-1952), récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1920 et l’un des écrivains nordiques les plus connus dans le monde. À partir des romans Faim (1890) et de ceux de la « Trilogie du vagabond », composée de Sous l’étoile d’automne (1906), d’Un vagabond joue en sourdine (1909) et de La dernière joie (1912), il dévoile les moments charnières de la carrière de Hamsun, d’un programme moderniste vers une esthétique régionaliste.

Les romans autobiographiques de Knut Hamsun sont issus de moments lors desquels l’auteur a donné une nouvelle direction à sa pratique d’écriture. Ce serait donc sur ce plan que l’on devrait rechercher l’objectif poursuivi, consciemment ou non, par Hamsun en écrivant ces romans : l’utilisation de ce genre littéraire peut être une stratégie apte à faire valoir de nouvelles esthétiques par la construction de figures d’auteur en fonction de l’état du champ littéraire.

Événement – « Séminaire « littératures nationales », 26 juin »

Chers collègues,

Dans le cadre du projet IDEA sur l’institutionnalisation des disciplines, Matthew Smith et moi-même lançons une série de séminaires sur les littératures nationales en Angleterre, France et Allemagne. Pour la première séance, Marie Baudry (Université de Lorraine, Lettres modernes, LIS) fera une présentation sur « Mme de Staël, ou l’invention de littératures nationales en Europe: premières approches ». La séance aura lieu à 14h le mardi 26 juin en A311 au Campus Lettres à Nancy.  Vous y êtes tous chaleureusement conviés. Marie Baudry fera sans doute circuler un/des extraits des ouvrages de Mme de Staël en amont.

Bien à vous,
Richard Somerset

Appel à candidatures – « Derniers jours pour candidater : Chercheurs associés et bourses de recherche de l’Ina »

Afin d’encourager le développement de travaux scientifiques menés à partir de
ses fonds et des outils d’analyse qu’il développe, l’Ina propose deux
dispositifs de soutien à la recherche et à la valorisation scientifique de ses
collections :
–              l’octroi d’un statut de chercheur associé à l’Ina
–              l’attribution de bourses de recherche

Par ces dispositifs, l’Ina entend accompagner des doctorants et des chercheurs
dans la réalisation de projets de recherche originaux et innovants portant sur
(ou faisant appel à) ses collections, ou portant sur l’analyse ou le
traitement des images et/ou des sons et/ou de données associées.

NOUVEAU : À partir de 2018, l’une des deux bourses de recherche, intitulée  «
Bourse Louise Merzeau », sera attribuée à un(e) lauréat(e) proposant un Projet
de Recherche particulièrement pionnier dans le domaine des Humanités
Numériques et/ou portant sur les collections du dépôt légal du web.

L’Institut offre aux chercheurs sélectionnés un accueil privilégié, assorti de
divers soutiens matériels.

1.      Le statut de chercheur associé
Le statut de chercheur associé est ouvert aux chercheurs de toutes
disciplines. Les candidats peuvent proposer pour leur Projet de Recherche le
sujet original de leur choix dès lors qu’il porte sur :
–              l’étude et la valorisation des collections de l’Ina,
–              et/ou l’analyse ou le traitement des images et/ou des sons et/
ou de données associées en lien avec les projets portés par le Département
Recherche et Innovation de l’Ina

Le chercheur associé bénéficie :
D’un accueil à l’Ina « en résidence »
– accueil à l’Inathèque, dans les délégations régionales ou à Bry-sur-Marne,
selon la nature du Projet de Recherche du Lauréat,
– accompagnement par un référent, qui oriente le chercheur au sein des
collections et l’accompagne dans l’utilisation des outils de recherche mis à
disposition par l’Ina.
– accès facilité aux solutions d’analyse des images et des sons développés par
les équipes de l’Ina (OTmedia, outils de signature, fouille/visualisation de
corpus web etc.), ainsi qu’à des corpus tests
– accès aux services de restauration, à la BnF ou à Bry
D’un soutien à la valorisation des travaux :
– soutien à l’organisation de manifestations liées au Projet de Recherche du
Lauréat,
– soutien à la valorisation des résultats du Projet de Recherche, notamment
par possibilités de publication (Ina Editions, InaGLOBAL, Carnet de recherche
de l’Inathèque).

2.      Des bourses pour encourager la recherche sur les collections
Ce dispositif vise à développer les recherches sur des fonds que l’Ina a
identifiés comme étant moins connus du public ou sous-exploités, telles que
les collections radio, web, ou encore certains fonds d’archives écrites (voir
la liste des thématiques dans le règlement de l’appel à chercheurs).
Les lauréats bénéficient des avantages accordés aux chercheurs associés et
d’un soutien financier à la recherche, pendant un an, d’un montant de 5000 €.

Calendrier de dépôt des candidatures

Les dossiers de candidatures devront être envoyés avant le 15 juin 2018 sous
forme électronique, à l’intention de Mme Géraldine Poels, à l’adresse
gpoels@ina.fr
Les travaux des lauréats débuteront le 1er octobre 2018.

Sur les conditions d’attribution des statuts, les obligations des
bénéficiaires, les thématiques et fonds éligibles pour les projets financés et
les modalités de dépôt des candidatures : voir le règlement en ligne :
http://www.inatheque.fr/actualites/2018/mai_2018/appel-chercheur-2018-2019.html.