Archives de l’auteur : juliencote

Call for Papers – « New Book by Edmund Birch, Fictions of the Press in 19th-cent. France »

Fictions of the Press in Nineteenth-Century France

By Edmund Birch. Palgrave Macmillan. 2018.

DOI : 10.1007/978-3-319-72200-9

Hardcover ISBN : 978-3-319-72199-6

This book explores how writers responded to the rise of the newspaper over the course of the nineteenth century. Taking as its subject the ceaseless intertwining of fiction and journalism at this time, it tracks the representation of newspapers and journalists in works by Honoré de Balzac, Edmond and Jules de Goncourt, and Guy de Maupassant. This was an era in which novels were published in newspapers and novelists worked as journalists. In France, fiction was to prove an utterly crucial presence at the newspaper’s heart, with a gilded array of predominant literary figures active in journalism. Today, few in search of a novel would turn to the pages of a daily newspaper. But what are usually cast as discrete realms – fiction and journalism – came, in the nineteenth century, to occupy the same space, a point which complicates our sense of the cultural history of French literature.

https://www.palgrave.com/in/book/9783319721996

Félicitations, Edmund!

**********************************************
Catherine Nesci, Chair, Comparative Literature
http://www.complit.ucsb.edu/

Professor of French & Comparative Literature
Affiliate in Feminist Studies
Professional address:
Department of French and Italian
University of California at Santa Barbara
Santa Barbara, CA 93106-4140 USA

*Co-Editor, with Isabel Gil, Series Culture & Conflict, De Gruyter (Berlin & Boston)
<http://www.degruyter.com/view/serial/182480>

Appel à contributions – « [Revue Interrogations] AAC n° 30 – L’hygiène dans tous ses états »

Chers collègues,

nous avons le plaisir de vous informer du lancement du nouvel appel à contribution de la revue Interrogations :

Appel à contributions n° 30 – L’hygiène dans tous ses états

Numéro coordonné par Brice Monier et Émilie Saunier

Si la notion d’hygiène renvoie assez spontanément à des principes, normes ou pratiques visant à maintenir ou améliorer la propreté des corps, force est de constater que ses usages concernent en réalité des domaines très diversifiés. Le présent appel à contribution invite à questionner ces domaines et à appréhender ce qui leur est commun ou au contraire spécifique, en prenant appui sur des ancrages disciplinaires variés. Nous proposons ici quelques pistes de réflexion.

Hygiène et médecine : catégorisations et pratiques professionnelles

La notion d’hygiène publique a peu à peu été imposée au XIXe siècle comme un paradigme, notamment par la voix de médecins-chimistes : l’État intervient progressivement dans la gestion des corps des individus afin de lutter contre les maladies et ce, par le biais d’une série de lois sur les logements insalubres, le travail des enfants, la vaccination, etc. (Jorland, 2010). Actuellement, l’hygiène est une question de santé publique. Comment cet enjeu se décline-t-il dans les pratiques des professionnels de santé ? Dans quelle mesure renvoie-t-il à des cultures professionnelles variées ? En particulier, une étude en psychologie montre que les représentations professionnelles de l’hygiène diffèrent chez les infirmières et aides-soignantes (Salès-Wuillemin et al., 2009) : quelles conséquences cela a-t-il au quotidien, dans les manières de soigner et dans les relations au travail ?

Concernant une dimension telle que l’hygiène mentale, elle renvoie à la notion de santé mentale, qui correspondrait à un bien-être psychique, cognitif, émotionnel. Sur la base de cette norme du bien-être s’établissent des écarts à ladite norme (dépression, troubles bipolaires, schizophrénie, etc.) (Canguilhem, 1966). Mais l’hygiène elle-même peut être définie comme un trouble, notamment lorsqu’elle devient une obsession (les tocs, notamment). Comment sont définies ces catégories ? À partir de quels critères ? Par quels acteurs ? Telles sont des questions qui pourraient faire l’objet de contributions.

Hygiène et représentations

Qu’en est-il des représentations de l’hygiène, de la propreté, du sain ? En sus d’une approche historique (Vigarello, 1985), une voie anthropologique pourrait être convoquée pour appréhender, de manière synchronique et/ou diachronique, les représentations que les sociétés se font de l’hygiène. En cela, l’ouvrage de Mary Douglas (2005) inaugure ce type de travail : « Il s’attaque de front à l’une des orientations les plus répandues de la pensée humaine, à savoir la crainte de la pollution et l’aspiration à la pureté » (Bloch, 2015). Toutes les cultures, toutes les religions sont empreintes d’un désir de pureté et d’une peur de la souillure, mais les représentations qu’elles s’en font et les croyances qui leur sont liées peuvent différe r.

Actuellement, des expressions et slogans tels que le « un esprit sain dans un corps sain » ou le « manger sain », le rejet des produits chimiques, le « jeûne thérapeutique », ou encore l’attrait du bio renvoient à des croyances relatives à la pollution, à la souillure qui nécessiteraient d’être analysées. Dans cette perspective, les rites de « purification » peuvent intervenir comme « une mise en ordre de notre expérience » (Détrez, 2002 : 130). Ils manifesteraient une représentation du corps comme objet que l’on peut façonner, travailler, par des pratiques hygiénistes, dans le cadre par exemple d’une politique volontariste de transformation de soi (Darmon, 2003 ; Duret, 2005). Quelles logiques sous-tendent ces représentations et quels effets produisent-elles ? Une autre orientation dans la réflexion pourrait aussi rendre compte des représentations de ce qu’est un corps sain ou digne d’être exposé dans les médias, à l’instar du corps de la publicité, tout à la fois libéré (dénudé) et aseptisé (sans poil, sans odeur).

Hygiène scolaire, éducation physique et discours hygiéniste à l’École

Historiens et sociologues ont montré que l’éducation physique a longtemps légitimé sa place dans l’institution scolaire en s’affirmant comme « un temps hygiénique » (Molaro, 2014 ; Molaro et Vivier, 2013). Plus encore, il n’y a guère que dans la première moitié des années 1960 que la référence explicite à un enjeu sanitaire disparaît des discours officiels relatifs à l’enseignement de l’éducation physique à l’École : « Le sport fait oublier la santé », souligne à ce propos Thierry Terret (2002 : 34). Dans cette perspective, des travaux de sociologie, d’histoire, ou de sciences de l’éducation pourraient par exemple revisiter la fresque que nous ont dépeinte les chercheurs pionniers en histoire et en sociologie du sport. De même, si aujourd’hui le sport et l’éducation physique sont envisagés, dans les prescriptions officielles nationales et européennes [1], pour lutter contre l’obésité, qu’en est-il concrètement dans l’exercice quotidien du métier d’enseignant d’éducation physique ? Par ailleurs, sommes-nous face à la résurgence d’une problématique sanitaire qui concernerait la bonne santé de la Nation tout entière, face à la responsabilisation de chaque individu vis-à-vis d’une santé collective ?

Une autre orientation possible pourrait consister à appréhender le discours hygiéniste à l’école au regard de l’appartenance sociale de ceux qui la fréquentent. Par exemple, dans quelle mesure l’hygiène des conditions de vie peut-elle intervenir dans la rhétorique enseignante ? En sociologie, Daniel Thin (1998) a, en effet, montré comment un « laxisme » familial (absence de repères stables, instabilité des pratiques concernant l’alimentation, les heures de coucher etc.) est souvent convoqué par les enseignants lorsqu’ils évoquent les difficultés scolaires des enfants de classes populaires.

Mouvement hygiéniste et arts

La question hygiénique peut aussi être appréhendée par le truchement des arts. Il s’agit là d’une autre manière d’explorer l’imaginaire d’une époque. On l’observe notamment dans le domaine de la littérature. Un certain nombre d’écrivains sont réputés proches du mouvement hygiéniste, tel Flaubert (Kerlouégan, 2013), ou, tout au moins, s’inspirent des travaux que l’hygiénisme suscite (Cabanes, 1991).

Que nous apprennent les fictions rédigées par ces écrivains du XIXe siècle sur l’hygiénisme qui leur est contemporain ? Quel regard porte chacun de ces auteurs sur l’hygiénisme ? Comment mobilisent-ils les études et les discours qui accompagnent cette « doctrine pratique visant à améliorer le cadre et les conditions de vie de la population (alimentation, habitat, travail) afin de diminuer la mortalité […] et d’allonger l’espérance de vie » (Morelle et Tabuteau, 2010 : 16) ? Par extension, qu’en est-il des pratiques hygiénistes abordées dans la littérature contemporaine ? Quels liens peuvent être tissés avec les écrivains du XIXe siècle ? Comment l’hygiène est-elle représentée, par exemple, dans les littératures de genre ?

Hygiène industrielle

L’hygiène industrielle est une autre déclinaison de l’hygiène qui, au regard de l’éventail des questions qu’elle soulève et des objets auxquels elle renvoie, ne manquera pas d’être féconde en propositions.

L’hygiène industrielle se développe dans la seconde moitié du XIXe siècle (Moriceau, 2009). Elle devient un « problème “politique”, un enjeu pour la construction de la société » à partir de 1880 (Buzzi, Devinck, Rosental, 2006 : 10) [2]. Plus encore, au regard des vastes enquêtes de voisinage organisées avant la fin du XIXe siècle, le tournant du siècle marque une inflexion notable en France : « En prônant un devoir moral d’assistance entre les membres d’une même société, il favorise l’immixtion de l’État dans la sphère privée, et notamment dans les entreprises » (ibid. : 10). Dès 1900, par exemple, le Ministre du Commerce et de l’Industrie, Alexandre Millerand, crée au sein de la Direction du travail la Commission d’hygiène industrielle qui perdure jusqu’en 1976 (ibid. : 11). Par ailleurs, l’hygiène industrielle est constituée en chaire d’enseignement au Conservatoire National des Arts et Métiers en 1905 ; on y traite alors «  des conditions extérieures au travail » (Le Bianic, 2004).

Que reste-t-il aujourd’hui de l’hygiène industrielle, comme ensemble de pratiques, de normes et/ou comme domaine d’investigation scientifique ? Comment les sociologues, les économistes, les ergonomes, entre autres, se saisissent-ils des conditions extérieures au travail pour appréhender, par exemple, les maladies professionnelles ou les troubles liés au métier, tels que le mal-être des salariés, la souffrance au travail ? Par ailleurs, comment les gouvernements français ou d’autres pays se sont-ils approprié la question de l’hygiène industrielle ?

Hygiène informatique

Si l’hygiène, d’une manière générale, a toujours été définie comme « l’art de conserver la santé, en évitant les causes productrices des maladies » (Brémond, 1893 : 1), comme « l’ensemble des principes et des pratiques qui visent à conserver la santé […] » (Académie française, 2005) [3] – nous noterons en revanche que les acceptions de la santé ont évolué –, un glissement sémantique semble s’opérer parfois. C’est tout au moins à ce constat que nous amène la publication, en janvier 2017, d’un « guide d’hygiène informatique » par l’Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI). Ce guide est ainsi présenté sur le site de l’ANSSI : « Parmi les mesures techniques que les entités publiques ou privées doivent prendre pour garantir la sécurité de leurs systèmes d’information, on qualifie les plus simples et élémentaires d’entre elles d’hygiène informatique, car elles sont la transposition dans le monde numérique de règles élémentaires de sécurité sanitaire » [4]. En d’autres termes, l’hygiène informatique se définirait comme « la protection collective contre l’expansion des virus », nous dit Patrick Lamarque (1996). Faut-il y voir une mesure de santé publique, ou de sécurité publique ? Où est la frontière entre ces deux notions ? Dans un tel cadre, sont-elles à différencier ? Finalement, outre cette thématique spécifique de l’univers informatique, des travaux pourraient envisager, de manière épistémologique sans doute, le rapport entre ces trois termes aux acceptions changeantes : santé, sécurité, hygiène.

Quelques-unes des déclinaisons de l’hygiène proposées ici, comme d’autres sans doute, dès lors qu’elles renvoient parfois à un contrôle d’une population ou à un pouvoir qui s’exerce sur la vie et sur les corps, pourraient aussi être interrogées à l’aune des problématiques foucaldiennes de biopolitique et de gouvernement des corps (Foucault, 2001 ; Fassin et Memmi, 2004).

De manière générale, le Comité de rédaction de la revue étudiera toute proposition centrée sur les thématiques de l’hygiène et de l’hygiénisme et respectant les recommandations aux auteurs.

Modalités de soumission des articles

Les articles, rédigés aux normes de la revue, devront être envoyés jusqu’au 15 février 2019 aux deux adresses électroniques suivantes :

Brice.monier@univ-lorraine.fr

Emilie.saunier-pilarski@univ-fcomte.fr

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 (notes et espaces compris) et doivent être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et en anglais.

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication du numéro : juin 2020.

Références bibliographiques

Brémond Félix (1893), Précis d’hygiène industrielle, avec des notions de chimie et de mécanique, rédigé conformément au programme de la loi du 2 novembre 1892, à l’usage des inspecteurs et inspectrices du travail dans l’industrie.

Bloch Maurice (2015), « Mary Douglas et les cacahuètes », Terrain, 65, septembre 2015, [En ligne] http://journals.openedition.org/terrain/15873 (consulté le 1er juin 2018)

Buzzi Stéphane, Devinck Jean-Claude, Rosental Paul-André (2006), La santé au travail, 1880-2006, Paris, La Découverte.

Cabanes Jean-Louis (1991), Le Corps et la Maladie dans les récits réalistes (1856-1893), Paris, Klincksieck.

Canguilhem Georges (1966), Le Normal et le pathologique, Paris, PUF.

Darmon Muriel (2003), Devenir anorexique, Une approche sociologique, Paris, La Découverte.

Détrez Christine (2002), La construction sociale du corps, Paris, Seuil.

Douglas Mary (2005), De la souillure : Essai sur les notions de pollution et de tabou, [1966, Purity and Danger], Paris, La Découverte.

Duret Pascal (2005), « Body building, affirmation de soi et théories de la légitimité », dans Un corps pour soi, Bromberger Christian, Pascal Duret, Jean-Claude Kaufmann, François de Singly, Vigarello Georges, Paris, PUF

Fassin Didier, Memmi Dominique (dir.) (2004), Le gouvernement des corps, Paris, EHESS.

Foucault Michel (2001), « La naissance de la médecine sociale », dans Dits et écrits, t. 2, Foucault Michel, Paris, Gallimard, pp. 207-228.

Jorland Gérard (2010), Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard.

Kerlouégan François (2013), « “Gardez-vous de l’abus !” : Flaubert et les ouvrages d’hygiène dans Bouvard et Pécuchet », Revue Flaubert, 13, [en ligne] http://flaubert.univ-rouen.fr/revue….

Lamarque Patrick (1996), « Quel rôle pour l’éthique ? Présentation du sujet », LEGICOM, 1/11, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-legicom-1996-1-page-1.htm (consulté le 4 juin 2018).

Le Bianic Thomas (2004), « Le Conservatoire des Arts et Métiers et la ’machine humaine’. Naissance et développement des sciences de l’homme au travail au CNAM (1910-1990) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2/11, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2004-2-page-185.htm (consulté le 4 juin 2018).

Molaro Christian, Vivier Christian (2013), « Don de soi et devoir de santé. Les pratiques corporelles sous la IIIe République : éthique, morale et ethos », dans Ethique et sport, Andrieu Bernard (dir.), Paris, Éditions L’Age d’Homme.

Molaro Christian (2014), « De l’hygiène à l’hygiène scolaire (1815-1914). L’éducation physique comme temps hygiénique », mis en ligne le 15 octobre 2014 [enregistrement vidéo], dans Projet Demenÿ [en ligne] http://projet-demeny.univ-fcomte.fr/index.php?page=hygiene.

Morelle Aquilino, Tabuteau Didier (2010), La santé publique, Paris, Presses Universitaires de France.

Moriceau Caroline (2009), Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, EHESS.

Salès-Wuillemin Édith, Morlot Rachel, Masse Laurence, Kohler Korina (2009), « La représentation sociale de l’hygiène chez les professionnels de santé : intérêt du recueil par entretien et de l’analyse discursive des opérateurs de liaison issus du modèle des Schèmes Cognitifs de Base (SCB) », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2/82, pp. 43-72.

Terret Thierry (2002), « Education physique et santé », Revue EP&S, n°297, janvier 2002.

Thin Daniel (1998), Quartiers populaires. L’école et les familles, Lyon, PUL.

Vigarello Georges (1985), Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen-Âge, Paris, Seuil.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel thématique à contributions.

♦ La rubrique « Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Émilie Saunier : emiliesaunier@yahoo.fr.

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 25 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique « Varia », par laquelle se clôt tout numéro de la revue, accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions thématiques en cours ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris) et doivent être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des « Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Chaque note de lecture peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et doit être adressée à Florent Schepens : schepens.f@wanadoo.fr. Par ailleurs, les auteurs peuvent nous adresser leur ouvrage pour que la revue en rédige une note de lecture à l’adresse suivante : Sébastien Haissat, UPFR Sports, 31 Chemin de l’Epitaphe – F, 25 000 Besançon. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils soient ou non recensés, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

Notes

[1] Voir par exemple le rapport consécutif à la 16e réunion informelle des Ministres européens du Sport, organisée à Varsovie (Pologne) les 12 et 13 septembre 2002.

[2] Voir le chapitre 1 : « Genèses de la médecine en milieu professionnel (1880-1919) » (p. 10-23).

[3] « Hygiène », Dictionnaire de l’Académie française (9e édition), t. 2 (de Éocène à Mappemonde), Imprimerie nationale/Fayard, 2005.

[4https://www.ssi.gouv.fr/guide/guide-dhygiene-informatique/ (consulté le 18 mai 2018).

Parution – « La collection Socius sur OpenEdition »

La collection « Socius » des Presses de l’Université de Montréal, dirigée par Benoît Melançon, est désormais sur OpenEditon à l’adresse https://books.openedition.org/pum/3991. Les livres d’avant 2011, parmi lesquels ceux de Guillaume Pinson, Yan Hamel, Pascal Brissette et Michel Lacroix, sont disponibles en libre accès.

Appel à contributions – « Au nom du Roi, de la République et du Capital. Légitimation(s) de l’occupation des territoires autochtones de l’époque moderne à nos jours »

Appel à commmunication

Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Au nom du Roi, de la République et du Capital

Légitimation(s) de l’occupation des territoires autochtones de l’époque moderne à nos jours
Université Paul Valéry – Montpellier 3 (Site St-Charles)

appel_à communication.pdf

Que ce soit aux Amériques, en Asie, en Océanie, en Afrique ou au Moyen-Orient, les grandes puissances européennes ont toujours justifié leur politique coloniale par les bienfaits moraux et matériels qu’elles apportaient aux populations originaires des territoires qu’elles occupaient et exploitaient au seul bénéfice de la métropole. À l’aube des temps modernes, l’Espagne et le Portugal, encore imprégnés du prosélytisme religieux hérité de la Reconquête, légitimèrent leur souveraineté aux Indes occidentales par le fait d’apporter la foi et la salvation à des populations indigènes et « barbares » qu’ils exploitaient par ailleurs à des fins mercantiles. À partir du XIXe siècle, le discours colonialiste européen s’inspira davantage des théories raciales d’Arthur Gobineau ou Herbert Spencer et mit en avant la « mission civilisatrice » des peuples « supérieurs » auprès des peuples « inférieurs » pour justifier les droits que les premiers s’arrogeaient sur ce qu’ils considéraient comme des terrae nullius, des « territoires sans maître » dont on pouvait librement s’approprier. Ainsi, de l’époque moderne aux années 1930, l’apport de la culture occidentale et de la « modernité » suffirent à légitimer politiquement un acte juridiquement illégitime, à savoir la spoliation de terres appartenant à des nations étrangères jugées « inférieures » et donc inaptes à exercer leurs droits.

L’émancipation du joug colonial ne signifia pas nécessairement la fin de l’usurpation des territoires indigènes. Les jeunes républiques américaines, par exemple, entamèrent tout au long du XIXe siècle un processus d’occupation et d’exploitation des territoires nationaux qui étaient restés en marge de la société coloniale. La conquête de l’Ouest étatsunien, du Nord mexicain ou du « désert » patagonien, afin d’y développer l’élevage et l’extraction minière, se traduisit par la prise de possession par la force des territoires « de frontière » peuplés de communautés amérindiennes vivant en marge du système colonial ou républicain. Dans le bassin amazonien, l’essor du caoutchouc incita les autorités péruvienne, bolivienne ou brésilienne à « coloniser » les terres ancestrales des communautés des Andes orientales et des peuples tribaux des basses terres amazoniennes. Tout comme dans le discours colonialiste européen, l’occupation des territoires indigènes et l’expulsion – quand ce n’est l’extermination – des populations autochtones furent justifiées par le « devoir » de la République d’assurer le développement et la prospérité de l’ensemble de la nation tout en apportant la « civilisation » et la « modernité » à des populations que l’on considérait archaïques et réticentes à toute forme de progrès.
En 1989, l’Organisation Internationale du Travail (O.I.T.) adoptait de la Convention n° 169, qui reconnait aux « peuples indigènes et tribaux » une série de droits communautaires visant à satisfaire « l’aspiration des peuples en question à avoir le contrôle de leurs institutions, de leurs modes de vie et de leur développement économique propres et à conserver et développer leur identité, leur langue et leur religion dans le cadre des États où ils vivent ». Vingt-deux pays dans le monde ont depuis ratifié cette convention, dont quatorze en Amérique latine, où la plupart des constitutions reconnaissent aux communautés indigènes un certain nombre de droits, parmi lesquels celui de pouvoir vivre sur leurs terres ancestrales, de disposer d’un espace suffisamment grand pour assurer leur subsistance et de jouir d’un droit de regard sur l’exploitation économique par des entreprises privées ou publiques de leur territoire.
En septembre 2007, la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones reconnut à son tour le droit des peuples autochtones à posséder, gérer et développer leurs terres et territoires traditionnels. Si cette déclaration fut adoptée à une très large majorité, l’Australie, le Canada, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande, où les « peuples indigènes et tribaux » représentent un pourcentage significatif de la population, la rejetèrent dans un premier temps, avant de l’adopter finalement quelques années plus tard. Toutefois, si les droits des « peuples indigènes et tribaux » continuent de progresser dans la plupart des régions du monde, un simple suivi de l’actualité suffit pour constater combien ces droits sont quotidiennement bafoués par l’appât du gain d’orpailleurs ou braconniers solitaires, de PME régionales, de grandes multinationales ou de consortiums internationaux soutenus par un discours officiel qui justifie l’évacuation, l’occupation et l’exploitation de territoires protégés par la législation nationale et internationale en invoquant l’« intérêt général », la croissance et les lois du marché, sans tenir compte des effets dévastateurs de cette « colonisation économique », non seulement sur les populations autochtones mais aussi sur l’écosystème et l’environnement.

Pluridisciplinaire et transversal, ce colloque aura pour objectif d’étudier sous un angle comparatiste et/ou sur le long terme la façon dont les différents pouvoirs – politique, économique et médiatique – ont justifié l’occupation et l’exploitation des territoires indigènes à travers le monde depuis l’époque moderne jusqu’à nos jours. Les communications s’intéresseront donc aux arguments et aux dispositifs juridiques, politiques, économiques, culturels, scientifiques ou encore médiatiques élaborés par les régimes passés et présents afin de légitimer leur politique de colonisation externe ou interne, en dépit des retombées humaines et environnementales. Dans une perspective postcoloniale, on pourra également se pencher sur la manière dont ces dispositifs ont été ou peuvent être déconstruits, en étudiant notamment les mouvements de revendication des peuples autochtones contemporains ou l’actualité récente des aires géographiques concernées.

Les propositions de communication seront envoyées avant le 10 octobre 2018 à l’adresse suivante : aunomduroi2019@gmail.com. Elles devront comporter le titre de la communication, les mots-clés et un résumé de 200 mots maximum, et seront accompagnées d’une brève présentation de l’auteur d’une dizaine de lignes. Les réponses seront communiquées au plus tard le 30 novembre 2018.

Les langues de communication seront de préférence le français, mais aussi l’espagnol, le portugais et l’anglais.
Les contributions retenues feront l’objet, après évaluation, d’une publication en français.

Organisation : Paola DOMINGO
Université Paul Valéry-Montpellier 3 – IRIEC (EA 740)

Appel à contributions – « Résilience et Modernité dans les Littératures francophones »

Madame,
Monsieur,

Je me permets de vous rappeler que le prochain colloque organisé par l’Aeef et les Archives & Musée de la Littérature se tiendra les 22 et 23 novembre au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sous le titre Résilience et Modernité dans les Littératures francophones.

Nous attendons vos propositions de communication pour le 31 juillet (nouveau délai), à l’adresse colloque@aml-cfwb.be.

Le texte complet de l’appel se trouve en pièce jointe.

Avec mes salutations les plus cordiales et mes vœux d’heureuses vacances à toutes et à tous,

Marc Quaghebeur

Appel 2

Parution – « Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de notre ouvrage Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art.

Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art
https://brill.com/abstract/title/15793

Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Brill, Dec 7, 2017 – Social Science – 456 pages

In Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art, Jeffrey A. Halley and Daglind E. Sonolet offer to English-speaking audiences an account of the very lively Francophone debates over Pierre Bourdieu’s work in the domain of the arts and culture, and present other directions and perspectives taken by major French researchers who extend or differ from his point of view, and who were marginalized by the Bourdieusian moment. Three generations of research are presented: contemporaries of Bourdieu, the next generation, and recent research. Themes include the art market and value, cultural politics, the reception of artworks, theory and the concept of the artwork, autonomy in art, ethnography and culture, and the critique of Bourdieu on literature. Contributors are: Howard S. Becker, Martine Burgos, Marie Buscatto, Jean-Louis Fabiani, Laurent Fleury, Florent Gaudez, Jeffrey A. Halley, Nathalie Heinich, Yvon Lamy, Jacques Leenhardt, Cecile Leonardi, Clara Levy, Pierre-Michel Menger, Raymonde Moulin, Jean-Claude Passeron, Emmanuel Pedler, Bruno Pequignot, Alain Quemin, Cherry Schrecker, Daglind E. Sonolet.

About the author (2017)

Jeffrey A. Halley, Ph.D. (1978), City University of New York, is Professor of Sociology at the University of Texas San Antonio. He has published on avant-gardes and Dada, art movements and organizations, Mexican American arts, music, theory, and Adorno. Daglind E. Sonolet, Ph.D. (1977, 2000) Universities Paris-X and Paris-IV. She taught at the Universities of Leeds and Bordeaux, at UTSA, and Temple and has published on reading practice, philosophical and civic commitment, exile and identity in literature and art.

Bibliographic information

Title
Bourdieu in Question: New Directions in French Sociology of Art

Volume 130 of International Studies in Socio
Volume 130 of International studies in sociology and social anthropology

ISSN 0074-8684
Editors
Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Contributors
Jeffrey A. Halley, Daglind E. Sonolet
Edition
illustrated
Publisher
Brill, 2017
ISBN
9004310053, 9789004310056
Length
456 pages

 

Bien cordialement,

Jeff Halley and for Daglind Sonolet

Jeffrey A. Halley
Professor of Sociology
Director, Laboratory for the Sociology of the Arts, Culture, and Communications (SACC)
Department of Sociology
College of Liberal and Fine Arts
The University of Texas at San Antonio
One UTSA Circle, San Antonio, TX 78249
e-mail:  jeffrey.halley@utsa.eduOffice: MS 3.03.01

Board, International Sociological Association Research Committee on Sociology of Arts  RC37
Editorial Committee, Sociologie de l’Art

 

 

 

Appel à candidatures – « Bourse de doctorat Médias 19 — valeur de 20 000 $ »

Description :
Une bourse de 20 000 $ est offerte par le projet scientifique Médias 19. Le ou
la titulaire devra s’inscrire à temps plein dans le programme d’Études
littéraires de l’Université Laval, au Département de littérature, théâtre et
cinéma, rattaché à la Faculté des lettres et des sciences humaines (Québec,
Canada). La personne retenue deviendra membre de l’équipe internationale de
Médias 19, dirigée à l’Université Laval par le professeur Guillaume Pinson. Le
projet de thèse doit être orienté sur l’étude de la littérature et de la
culture médiatique.

Valeur et modalités de versements :
La bourse sera remise en quatre versements de 5 000 $, sur les deux premières
années de recherche. Le projet peut démarrer à la session d’automne 2018 ou à
la session d’hiver 2019.

Règlement :
Être inscrit dans le programme de doctorat en Études littéraires de
l’Université Laval à partir de l’automne 2018 ou de l’hiver 2019 ;
Être un nouvel étudiant de l’Université Laval (les propositions de cotutelles
sont admissibles, le versement sera alors effectué durant les sessions de
présence à l’Université Laval) ;
Soumettre un projet de thèse portant sur les liens entre littérature et
culture médiatique ; les projets portant sur la presse imprimée au XIXe siècle
et/ou XXe siècle seront privilégiés, mais toutes les propositions seront
examinées.
La personne retenue est autorisée à cumuler la bourse Médias 19 avec une
bourse d’un organisme subventionnaire (CRSH, FRQSC, etc.). Elle recevra aussi
les bourses à la réussite offertes par la Faculté (10 600 $ pour la durée des
études), ce qui garantit un financement de 30 600 $ au boursier Médias 19.

Dossier de candidature :
Un projet rédigé de deux pages, exposant les grandes orientations envisagées,
le corpus qui sera couvert, la période et le contexte, etc. ;
Un relevé de notes (non officiel) des études antérieures ou en cours ;
Une lettre de recommandation d’une page d’un ou d’une professeur.e.

Le dossier est à envoyer sous forme électronique (documents PDF), avant le
lundi 13 août 2018, à Guillaume Pinson : Guillaume.Pinson@lit.ulaval.ca. La
personne retenue recevra une confirmation au plus tard le mercredi 15 août.

Événement – « Colloque Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) – Université du Luxembourg – 28 et 29 juin »

Chères et chers collègues,

Vous trouverez sur le site suivant le programme du colloque  « Du style des idées : nationalisme et littérature (1870-1920) » qui se tiendra à l’Université du Luxembourg (campus Belval, à Esch-sur-Alzette) les jeudi 28 et vendredi 29 juin prochains : https://langue-nation.event.univ-lorraine.fr/ .

Au plaisir de vous y retrouver,

Bien à vous,

Stéphanie Bertrand

Maître de conférences en langue et littérature françaises (XXe-XXIe siècles)
Membre du centre Ecritures (EA3943): http://ecritures.univ-lorraine.fr/

Université de Lorraine
UFR Arts Lettres et Langues
Ile du Saulcy
BP 70328
57045 Metz cedex 01

Bureau A218
tel. bureau 03 72 74 76 29

Appel à contributions – « Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance »

Langage(s) et pouvoir(s). Formes de vie et formes de résistance
Colloque 19-20 novembre 2018
Sorbonne Université – Université Paris Nanterre

Le paradigme Langage(s) et Pouvoir(s) propose d’emblée une réflexion sur la relation qui s’instaure entre les formes d’expression du corps, de la pensée, de la conscience humaine et le système normatif dans le contexte italien de la seconde moitié du XXème siècle. Hannah Arendt affirme dans La condition humaine (1958) : « La puissance n’est actualisée que lorsque la parole et l’acte ne divorcent pas, lorsque les mots ne sont pas vides, ni les actes brutaux, lorsque les mots ne servent pas à voiler les intentions mais à révéler des réalités, lorsque les actes ne servent pas à violer et détruire mais à établir des relations et créer des réalités nouvelles ».

Le colloque vise à interroger cette question à partir d’une ouverture théorique qui se déploie en quatre panels.

  1. Repenser, représenter et réformer les corps

Dans une ère où l’emprise du pouvoir sur la vie biologique des corps est quasiment totale, comment peut-on encore imaginer une prise de distance critique, une résistance, voire une fuite vis-à-vis de ses pratiques de domination ? Cette question peut être envisagée à travers des pistes de réflexions telles que :

  • Transpositions artistiques et poétiques de l’emprise du pouvoir sur les corps, ou des formes de domination qui s’instaurent entre les corps mêmes.
  • Théorisation de la relation des corps au(x) pouvoir(s) politique(s): exploitation du « corps politique » ainsi que neutralisation du langage du pouvoir par la mise en place de stratégies de résistance.
  • Conception de formes de vie antagonistes au biopouvoir : redéfinition de la communauté humaine, réappropriation du corps à travers l’expérience du seuil.
  1. Langage et formes discursives entre littérature et industrie

De « l’industrialisme illuminé » d’Adriano Olivetti à « l’industrialisation forcée » centrée sur un développement détaché du progrès, dont parlait Pasolini, sonder la relation entre littérature et industrie pose une série de questions qui dépassent la seule composante esthétique de l’œuvre. Si, comme l’affirme Fortini, « les formes, les modes, les temps de la production industrielle et ses rapports sont la forme même de la vie sociale, le contenant historique de tout notre contenu et pas simplement un aspect de la réalité », et si « les structures économiques – dans notre cas capitalistes et donc industrielles – sont ni plus ni moins que l’inconscient social », comment est-il possible, aujourd’hui, de développer un discours sur le lien entre littérature et industrie ? La question peut être abordée tout en mettant en lumière le rapport entre :

  • politique et industrie ;
  • université et industrie ;
  • édition et industrie.
  1. Pouvoir et altérité : la langue et ses enjeux dans l’expérience coloniale

Les propositions d’interventions devront approfondir le lien entre langage, formes de pouvoir et d’existence à travers l’analyse d’œuvres littéraires et/ou cinématographiques portant sur l’expérience coloniale italienne et son héritage. En tenant compte du cadre postcolonial, tant au niveau théorique que par de possibles rapprochements avec d’autres contextes et d’autres œuvres, les interventions privilégieront les axes de recherche suivants :

  • Les rapports de force entre langue du colonisateur et langue du colonisé.
  • La relation à une langue autre et imposée comme caractère déterminant de l’expérience du sujet colonial, et sa transposition potentielle à l’expérience migratoire.
  • Les dynamiques de transformation, hybridation et réappropriation linguistiques et leur réécriture dans le corpus postcolonial.
  • L’accès du sujet colonisé à la parole (ou son impossibilité) dans ses différentes mises en scène.
  1. Résistances. Formes, pratiques, stratégies entre vie et littérature

Ce panel déploie une réflexion sur la possibilité de repenser le rapport entre vie et art mis en pratique par la littérature italienne contemporaine à partir de quatre stratégies possibles de résistance.

  • Résistance de l’œuvre : dispositifs textuels (contenu et forme de l’œuvre – œuvre ouverte, œuvre fragmentaire, autofiction) qui s’opposent à un système normatif à la fois idéologique, littéraire et stylistique.
  • Résistance de l’auteur : éthique de l’existence (contamination entre la vie et l’œuvre, exposition de soi, pratiques de désubjectivation).
  • Résistance du corps : métamorphoses, hybridations, fuites et fluctuations (le queer au-delà du queer).
  • Résistance à la fin du monde : anthropocène, survie de l’espèce (« emergenza di specie »), horizon écologique.

*
Merci d’envoyer vos propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en italien) en indiquant le panel de référence et, éventuellement, une brève bibliographie, au plus tard le 31 août 2018 à l’adresse suivante : colloque.langagespouvoirs@gmail.com

Chaque proposition sera examinée par le comité scientifique de manière anonyme.

Notification d’acceptation ou de refus : 15 septembre.

La version intégrale de l’appel à communication est disponible à la page suivante :    https://langagesetpouvoirs.wordpress.com/

Comité scientifique : Andrea Agliozzo (Sorbonne Université), Riccardo Antoniani (Sorbonne Université), Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Nicola Brarda (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Alessandro Fiorillo (Scuola Normale Superiore di Pisa), Alexandra Khaghani (Sorbonne Université), Francesco Rizzo (Sorbonne Université), Graziano Tassi (Université Paris Nanterre), Amélie Aubert-Noël (Université Paris Nanterre).

Organisation : Elisa Attanasio (Sorbonne Université), Claudia Dell’Uomo d’Arme (Sorbonne Université), Roberto Lapia (Université Paris Nanterre), Estelle Paint (Université Paris Nanterre).

Colloque organisé par l’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI) de Sorbonne Université en collaboration avec le Centre de Recherches Italiennes (CRIX-EA 369) de l’Université Paris Nanterre.​

Parution – « l’ouvrage de Gérard Fabre LES FABLES CANADIENNES DE JULES VERNE »

Les fables canadiennes de Jules Verne
Discorde et concorde dans une autre Amérique
Par Gérard Fabre
203 pages · 9×6 · 20 juin 2018
Papier ISBN : 9782760326781
PDF ISBN : 9782760326798
ePub ISBN : 9782760326804

En trois décennies, du début des années 1870 au tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans couvrant plus d’un demi-siècle d’histoire canadienne.

Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global de la création vernienne, il forme en même temps une entité à part entière, un formidable révélateur de la place du Canada et du Québec en France. Cette place est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions avec l’Angleterre et les États-Unis.

Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860, s’attachent à comparer les réactions de personnages anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889). Le conflit anglo-américain explique les connivences entre Canadiens français et Américains, dont font état ces deux romans.

Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système d’alliance. Dans Le Volcan d’or, rédigé en 1899-1900, les relations vont diamétralement changer : Canadiens français et anglais, tous honnêtes gens en quête de l’or du Klondike, s’unissent contre des Américains originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés.

Comment analyser ce retournement ? Quelle clé offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle, les images du Canada et du Québec qui prévaudront dès lors en France ?

Pour plus d’informations:

https://press.uottawa.ca/les-fables-canadiennes-de-jules-verne.html

Gérard Fabre
Chercheur au CNRS
Centre d’étude des mouvements sociaux (Institut Marcel Mauss)
EHESS

54 bd Raspail
75006 Paris
FRANCE