Archives de l’auteur : michellenguyen

Marion Froger — Vient de paraitre

Froger, Marion, le Cinéma à l’épreuve de la communauté. Le cinéma francophone de l’Office national du film. 1960-1985, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2009, 292 p. ISBN : 978-2-7606-2154-1. (34,95 $ / 31 euros)

Description détaillée : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html#froger

Appel à contributions – recensions pour Transeo

La revue de sciences sociales Transeo (http://transeo-review.eu) qui traite de la production et de la circulation des biens culturels, littéraires et scientifiques, recherche des volontaires pour alimenter sa rubrique « Recensions ». Une liste (non exhaustive) d’ouvrages est proposée ci-joint. Les textes, publiés en ligne, peuvent être soumis en français, en anglais ou en allemand.

Si vous êtes intéressé-e-s, merci de contacter Claire Ducournau [claireduc(at)hotmail.com] et Séverine Sofio [severinesofio(at)yahoo.fr].

Fwd: « Littérature et politique en Moldavie soviétique sous Staline (1945-1956) »

Lettre d’information du CEVIPOL du 16/02/2010
CEVIPOL’s Newsletter of 2010-02-16

Séminaire « Acteurs politiques et sociaux en Europe centrale et orientale »

Le CEVIPOL est heureux de vous inviter à son prochain séminaire de recherche:

« Littérature et politique en Moldavie soviétique sous Staline (1945-1956) »

Petru NEGURA
Docteur en sociologie (EHESS) et Maître de Conféren ces (Université Pédagogique d’Etat de Moldavie)

Vendredi 26 février 2010 de 12h15 à 14h

Salle Henri Janne – Bâtiment S, 15ème étage
Avenue Jeanne, 44 – 1050 Bruxelles

Renseignements : jmdewael@ulb.ac.be

Ecole doctorale en science politique de la Communauté française de Belgique

Avec le soutien de la Faculté des Sciences Sociales et Politiques / Solvay Brussels School of Economics and Management et de l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles.

CEVIPOL – Centre d’étude de la vie politique
www.cevipol.be  – cevipol@ulb.ac.be
Avenue F.D. Roosevelt, 39 – B-1050 Bruxelles – Belgique

Gérer vos données personnelles / Edit personal data : Données personnelles / Personal data http://dev.ulb.ac.be/cevipol/fr/donneesperso_7972fu3HZeCEV4ZEXC7839verifHEO982738916560JDHSYE738email2HD02837482020.html

Lancement d’ouvrage sur Les écrivains moldaves et le pouvoir soviétique

Chers collègues,

Je vous invite chaleureusement au lancement de mon livre Ni héros, ni traîtres. Les écrivains moldaves face au pouvoir soviétique sous Staline (paru chez l’Harmattan 2009), le mardi 2 mars 2010 à 19h00, à l’Espace Harmattan (21 bis, rue des Ecoles, Paris 5e, Métro Maubert-Mutalité – Ligne 10).

INVITATION
Les éditions l’Harmattan et l’auteur Petru Negură ont l’honneur de vous inviter à la présentation de l’ouvrage

Ni héros, ni traîtres
Les écrivains moldaves face au pouvoir soviétique sous Staline

Avec l’aimable participation de:
Catherine Durandin
&
Rose-Marie Lagrave

Le mardi 2 Mars 2010 à 19h

A l’Espace Harmattan
21 bis rue des Ecoles, 75005 Paris (M° Maubert-Mutualité, ligne 10)
01 43 29 49 42
Jeune historien moldave, Petru Negură s’est posé, avec cette étude, un défi ambitieux. Il s’en explique : il étudie et cherche à comprendre la relation des intellectuels à un pouvoir totalitaire, ici stalinien de 1924 à 1956. Il s’applique à cerner le processus de construction nationale, ici moldave, sous une domination étrangère, russo-soviétique, en l’occurrence. Enfin se portant vers le centre, Moscou, il s’interroge sur la projection d’un modèle – le réalisme socialiste – vers une périphérie… Sa République de Moldavie.

Ce défi d’intelligence est tenu. Le livre importe de par sa qualité intrinsèque, densité et érudition, mais il y a plus. Ce texte porte un décryptage de phénomène à la fois politique, social et culturel – la soviétisation d’un espace entré dans le cadre de l’URSS, la rupture et jusqu’où avec le passé – dont nous avons aujourd’hui besoin pour saisir les faisceaux de complexité du présent. Quelle identité, quelle modernité aujourd’hui pour la République de Moldavie ? Quels liens avec Moscou et avec Bucarest ? Quel regard de soi-même à soi­-même ?
Catherine Durandin

PETRU NEGURĂ, Docteur en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est enseignant (maître de conférences) à l’université d’État de Chisinau (Moldavie).

Poste de professeur en théories littéraires – « Histoire et sociocritique littéraires »

POSTE AU DÉPARTEMENT D’ÉTUDES LITTÉRAIRES

***POSTE DE PROFESSEUR EN THÉORIES LITTÉRAIRES: HISTOIRE ET SOCIOCRITIQUE LITTÉRAIRES***

L’UQAM recherche les ressources humaines les plus qualifiées afin de s’assurer un développement de qualité dans tous les domaines d’activité, tout en assurant le renouvellement de son corps professoral.

SOMMAIRE DE LA FONCTION:

* Enseignement et encadrement aux trois cycles d’études

* Recherches dans le domaine

* Services à la collectivité

EXIGENCES:

* Doctorat en études littéraires, en sémiologie ou dans un domaine équivalent

* Publications récentes importantes et pertinentes au poste

* Aptitudes pour l’administration et l’encadrement académique

* Expérience d’enseignement au premier cycle et aptitudes à l’enseignement aux études supérieures en théories littéraires: histoire et sociocritique littéraires

* Engagement dans la recherche, subventionnée ou non subventionnée

* Cohérence et constance des activités de recherche et de diffusion de la recherche

* Connaissance de la littérature québécoise

* Maîtrise du français parlé et écrit

DATE D’ENTRÉE EN FONCTION: 1er juillet 2010

TRAITEMENT: Selon la convention collective SPUQ-UQAM

L’Université souscrit à un programme d’accès à l’égalité en emploi et un programme d’équité en emploi pour les femmes, les membres des minorités visibles, les autochtones et les personnes handicapées. Toutes les personnes qualifiées sont invitées à poser leur candidature, mais la priorité sera donnée aux Canadiennes, Canadiens et aux résidentes, résidents permanents.

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir un curriculum vitae en français, détaillé, daté et signé, incluant les évaluations d’enseignement disponibles, des tirés à part de publications récentes et trois lettres de recommandation AVANT LE 5 MARS 2010, 17h00 à:

Madame Brenda Dunn-Lardeau, directrice
Département d’études littéraires
Université du Québec à Montréal
C.P. 8888, Succursale Centre-Ville
Montréal, Québec, H3C 3P8
internet: http://www.rhu.uqam.ca  <http://www.rhu.uqam.ca/>

Appel de communications – « Les institutions littéraires en question »

Appel de communications

21e Colloque de l’Association des professeurs de littératures acadienne et québécoise de l’Atlantique (APLAQA)

en association avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises — site Laval (CRILCQ)

à l’Université Laval, Québec, QC, du 20 au 22 octobre 2011

Thème : Les institutions littéraires en question

Argumentaire :

Depuis la parution des Littératures de l’exiguïté il y a un peu plus de quinze ans, l’intérêt pour les littératures francophones du Canada se confirme autant dans les revues savantes que dans les revues destinées à un public plus large. En se limitant à la littérature acadienne, on relève à l’Université de Moncton un nombre impressionnant d’institutions universitaires ayant comme objet d’étude la littérature et la culture acadienne. L’Ontario français n’est pas en reste avec ses instituts et centres de recherche qui se trouvent dans le triangle géographique que forment Ottawa, Sudbury et Toronto. Au Québec, sans être exhaustif, il faut noter la parution de numéros de la revue Tangence portant autant sur la littérature acadienne que sur la littérature franco-ontarienne, de numéros de Voix et images sur les romanciers Daniel Poliquin, France Daigle et sur l’artiste multidisciplinaire Herménégilde Chiasson. De son côté, la revue Nuit blanche a fait paraître des numéros spéciaux sur les littératures franco-ontarienne et acadienne. Cette ouverture du Québec aux littératures francophones du Canada semble marquer un retour du balancier. Par ailleurs, la revue Liaison, qui s’est consacré pendant longtemps aux arts en Ontario français, rend maintenant compte de la production culturelle en Acadie et dans l’Ouest canadien.

Les travaux proposés par ces différentes instances de légitimation se penchent d’abord et avant tout sur les auteurs et les textes. En fait, les chercheurs ont tenté, dans un premier temps, de dégager le caractère distinctif de ces littératures soit l’acadianité ou encore la part franco-ontarienne des oeuvres. La question identitaire se trouvait au coeur des analyses de la poésie, des romans et des pièces de théâtre en y abordant entre autres la langue et l’espace. Dans un deuxième temps, les chercheurs, pour essayer de dépasser la réflexion identitaire, ont plutôt mis l’accent sur la poétique des oeuvres. On s’intéressait alors plus aux qualités esthétiques et formelles des oeuvres préconisées.

Au-delà de ces nombreuses études, on s’est toutefois peu penché sur les institutions littéraires dans tous leurs états. Ce colloque propose justement de réfléchir sur les institutions littéraires en question. Dans son acceptation large, tous les aspects de la sociologie de la littérature permettront aux chercheurs de mieux rendre compte du fonctionnement de ces institutions. Par ailleurs, il sera possible d’analyser la représentation des institutions littéraires dans les oeuvres de fiction.

Ce thème général permet d’aborder plusieurs sujets portant sur les institutions littéraires franco-canadiennes et québécoises :

· politique du livre

· maisons d’édition

· associations d’écrivains

· réception critique

· enseignement des littératures (au secondaire, au collégial, à l’université)

· prix littéraires

· développements théoriques sur l’étude des littératures

· représentation de l’institution littéraire dans les oeuvres de fiction

· développement des études supérieures dans une perspective diachronique

· champs de production

· capital symbolique

· regards croisés entre les institutions littéraires

· scandales et/ou querelles littéraires

· revues littéraires

· normalisation des corpus canoniques

Proposition de communication : 150-200 mots

Veuillez faire parvenir votre proposition de communication avant le 15 août 2010 au chercheur responsable idéalement par courriel. Les réponses parviendront aux participants au cours du mois de juin. Les propositions seront sélectionnées par un comité scientifique.

Benoit Doyon-Gosselin (benoit.d-gosselin@lit.ulaval.ca)

Département des littératures
Faculté des lettres
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
CANADA

Comité scientifique : Benoit Doyon-Gosselin

Marie-Andrée Beaudet

Martin Pâquet

 

Comité organisateur : Benoit Doyon-Gosselin

Marie-Andrée Beaudet

Carole-Anne Tanguay

David Bélanger

Appel à communications / Call for Papers – « 30 ans après « La Distinction » » / « 30 Years after ‘Distinction' »

30 ans après « La Distinction ».

4, 5 et 6 novembre 2010

INHA — Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75001 Paris

Organisé par l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po/CNRS), le Centre européen de sociologie et de science politique (Paris-1-EHESS-CNRS), le Centre d’études européennes (Sciences-Po) et le laboratoire de sociologie quantitative du CREST, avec le soutien du département des études et de la prospective du Ministère de la Culture et du réseau de recherche POLINE (the Politics of Inequalities)

Appel à communication

 

Comité scientifique :

Tony Bennet, Open University (Royaume Uni)

Donald Broady, Université d’Uppsala (Suède)

Louis Chauvel, OSC-Sciences Po Paris (France)

Alain Chenu, OSC- Sciences Po Paris (France)

Philippe Coulangeon, CNRS/OSC- Sciences Po Paris (France)

François Denord, CNRS/ CESSP-CSE (France)

Christine Detrez, ENS Lettres et Sciences Humaines Lyon (France)

Olivier Donnat Département des études, de la prospective et des statistiques du Ministère de la Culture (France)

Vincent Dubois IEP de Strasbourg (France)

Julien Duval CNRS/ CESSP-CSE (France)

Michel Gollac LSQ-Crest-Insee (France)

Johan Heilbron CNRS/ CESSP-CSE (France)

Johannes Hjellbrekke, Université de Bergen (Suède)

Nicolas Herpin OSC- Sciences Po Paris (France)

Susan Janssen, Université Erasmus de, Rotterdam (Pays-Bas)

Frédéric Lebaron University de Picardie Jules Verne, Amiens (France)

Yannick Lemel LSQ-Crest-Insee (France)

Rémi Lenoir, University de Paris 1/ CESSP-CSE (France)

Omar Lizardo Université de Notre Dame (États-Unis)

Frédérique Matonti, Université Paris 1 (France)

Nonna Mayer CNRS/ Sciences Po Paris (France)

Virgílio Borges Pereira, Université de Porto (Portugal)

Louis Pinto CNRS/ CESSP-CSE (France)

Marco Santoro, Université de Bologne (Italie)

Gisèle Sapiro CNRS/ CESSP-CSE (France)

Franz Schultheis, Université de Genève (Suisse)

Koen Van Eijck, Université Erasmus de, Rotterdam (Pays-Bas)

Anne-Catherine Wagner, University de Paris 1/CSE-EHESS (France)

Alan Warde, Université de Manchester y (Royaume-Uni)

Comité d’organisation :

Philippe Coulangeon

Julien Duval

Mireille Clémençon

Yoann Faure

Paru en français en 1979, traduit en anglais en 1984, La Distinction demeure l’un des ouvrages de Pierre Bourdieu les plus lus et les plus commentés, en France comme à l’étranger et, plus largement, l’une des références les plus fréquemment citées dans l’univers des Sciences Sociales. Fortement mobilisé dans le champ de la sociologie de la culture, cet ouvrage, va pourtant bien au-delà des objets pour lesquels sa référence est la plus souvent sollicitée : pratiques et attitudes culturelles, goûts et dispositions esthétiques. En mettant en avant l’importance des dimensions symboliques et culturelles de l’ordre social, des processus de domination et d’exclusion, La Distinction a d’abord et avant tout contribué à un profond renouvellement de la sociologie de la stratification sociale et des rapports de classe, à travers le regard porté sur la multi dimensionnalité d’un espace social structuré par les échelles hiérarchiques de capitaux économiques, sociaux et culturels. Le rôle prêté aux ressources culturelles dans la structuration des rapports de classes caractéristiques des sociétés contemporaines, du point de vue de l’opposition des classes supérieures et des classes populaires, mais aussi du point de vue de la différenciation interne des différentes fractions des classes supérieures a de ce point de vue particulièrement retenu l’attention des lecteurs et des commentateurs de la Distinction. C’est aussi, avec l’hypothèse d’homologie structurale et la thèse de la légitimité culturelle, l’un des aspects les plus connus de l’oeuvre de Pierre Bourdieu.

Le colloque « 30 ans après La Distinction » se propose d’interroger l’actualité d’un ouvrage qui continue comme nul autre d’irriguer la recherche contemporaine en sciences sociales, sur des objets aussi divers que les pratiques alimentaires, les attitudes politiques, les conditions de logement, les formes de mobilités résidentielles ou géographiques, les attitudes dans le domaine des moeurs et de la famille, les styles éducatifs, les pratiques culturelles, etc. Les questions culturelles, qui retiennent sans doute davantage que d’autres l’attention des lecteurs contemporains de la Distinction, ont évidemment vocation à être particulièrement abordées au cours du colloque. Mais cette orientation thématique ne saurait être exclusive.

Les organisateurs du colloque entendent aussi ouvrir le débat sur les principales controverses auxquelles l’ouvrage a pu donner lieu depuis sa parution. Dans quelle mesure les thèses de Bourdieu, forgées à partir de données principalement collectées dans la France des années 1960 et 1970 permettent-t-elles d’éclairer la réalité d’autres contextes historiques et nationaux ? Dans quelle mesure le modèle de La Distinction permet t-il de rendre compte des métamorphoses de la légitimité culturelle, à travers notamment le débat sur la substitution contemporaine du clivage « omnivore/univore« , selon la formule de Richard Peterson, au clivage savant/populaire ? Dans quelle mesure le concept d’homologie structurale permet-il de rendre compte de la sociographie des styles de vie, des orientations politiques, des dispositions éthiques et esthétiques, des attitudes dans l’ordre des moeurs familiales et matrimoniales, des rapports sociaux de genre, etc. ? Toutes les contributions empiriques sur ces questions, quelles qu’en soient les objets et les méthodes, sont ainsi vivement encouragées.

L’actualité du projet scientifique de La Distinction soulève par ailleurs un ensemble de questions théoriques et méthodologiques qui ont aussi vocation à être abordées au cours du colloque. Les questions de définition, de mesure et d’opérationnalisation des concepts clé de la Distinction, et qui traversent plus largement l’oeuvre de Bourdieu (habitus, champ, capital culturel, notamment), mériteraient ainsi d’être abordées. De même, l’articulation de matériaux empiriques de diverses nature (textes, statistiques, documents iconographiques, archives), d’outils et de techniques d’analyses hétérogènes (entretiens, observations, analyse des données), le style d’exposition des données et des résultats, jusque dans les raffinements stylistique de l’écriture du livre, constituent des points sur lesquels le colloque pourrait utilement faire retour. L’accent sera mis en particulier sur les liens qui unissent les options méthodologiques prises dans La Distinction et les orientations théoriques qui y sont développées. A ce titre, le recours aux méthodes d’analyse des données « à la française » (analyse des correspondances et analyse des correspondances multiples), que La Distinction a beaucoup contribué à populariser dans le monde de la recherche en sciences sociales, apparaît indissociable de l’analyse « relationnelle » du monde social à laquelle renvoie notamment le concept de champ. Cet aspect mérite tout particulièrement d’être soulevé dans un colloque à vocation internationale, tant la réception de l’ouvrage semble parfois à l’étranger obscurcie par une tendance à en enfermer la lecture dans la lecture causaliste du langage des variables. À cet égard, les discussions suscitées par La Distinction ont le grand mérite de rappeler l’absence de neutralité des choix de méthode. Le colloque pourrait de ce point de vue permettre d’avancer utilement dans la mise au jour des contradictions, mais aussi des complémentarités, qui peuvent exister entre des méthodes – analyses de régression, d’un côté, analyse géométrique des données, de l’autre – dont le choix engage des conceptions différentes, sinon divergentes, du monde social et du programme scientifique de la sociologie.

Le colloque se déroulera les 4, 5 et 6 novembre 2010 à Sciences Po. Toutes les contributions portant notamment sur les thèmes suivants (liste non limitative) sont les bienvenues :

– La légitimité culturelle et ses métamorphoses (le savant et le populaire, l’omnivore et l’univore, etc.)

– Conséquences socioculturelles de la massification scolaire

– Vote et attitudes politiques (quelle est la portée de l’hypothèse d’homologie structurale sur l’explication du vote ?)

– Le capital culturel : définitions, mesure, opérationnalisation

– Rapports sociaux de genre et de générations

– Consommation et styles de vie (consommation alimentaire, biens d’équipements, vêtements, décoration intérieure, analyses de budgets, automobile, etc.)

– Mobilité sociale et styles de vie

– Usages sociaux du temps (temps libre, loisirs, voyages, tourisme)

– Usages sociaux des technologies de l’information et de la communication

– Classes sociales et mondialisation

– Logement et stratification sociale des espaces résidentiels

– Analyse des données et langage des variables

– Valeurs

– Santé

– Famille

Le comité de sélection sera particulièrement attentif aux communications s’appuyant sur un substrat empirique, quelle qu’en soit la nature (qualitatif ou quantitatif), et interrogeant la portée des thèses développées dans la Distinction. Ce parti-pris empirique n’est toutefois pas exclusif : des contributions à caractère principalement théorique pourront être prises en considération, au vue de leur qualité et de leur originalité. Les communications pourront être effectuées en français ou en anglais. Toutefois, au vu du caractère international de la manifestation, la communication en anglais est vivement encouragée. À défaut, il sera demandé a minima un support en langue anglaise (présentation power point) permettant aux participants non-francophones de participer aux débats.

Le comité de sélection statuera sur la base d’un résumé (800 mots maximum) décrivant l’objet de la communication, la méthodologie, les matériaux empiriques mobilisés (si nécessaires), les hypothèses et résultats principaux.

Les résumés sont à soumettre avant le 30 avril 2010, par l’intermédiaire du site web de la conférence (rubrique « informations sur la conférence », puis « proposition en projet »[1] <#_ftn1>) :

http://balzac.sciences-po.fr/OCS/index.php/distinction/

Pour tout renseignements complémentaires, s’adresser à : conf.distinction@gmail.com mailto:conf.distinction@gmail.com

La décision du comité de sélection sera transmise au plus tard au 1er juillet 2010

Des informations complémentaires concernant l’inscription, l’hébergement et le programme de la conférence seront ultérieurement ajoutées sur le site

————————————————————————

[1] <#_ftnref1> nb : le serveur « nativement » anglophone requiert que l’option « english » soit sélectionnée lors de la soumission de l’abstract, même si celui-ci est rédigé en français.

*

—————————————————————————–

*

30 Years after « Distinction »

Paris, November 4, 5 and 6, 2010

Organized by the Observatory of Social Change (Sciences Po/CNRS), the European Centre for Sociology and Political Science (Paris-1-EHESS-CNRS), the Center for European Studies (Sciences-Po) and the Laboratory of Quantitative Sociology (CREST/Insee), with the support of the Ministry of Culture and the POLINE research network

Call for Papers

Scientific committee:

Tony Bennet, Open University (United Kingdom)

Donald Broady, Uppsala University (Sweden)

Louis Chauvel, OSC-Sciences Po Paris (France)

Alain Chenu, OSC- Sciences Po Paris (France)

Philippe Coulangeon, CNRS/OSC- Sciences Po Paris (France)

François Denord, CNRS/ CESSP-CSE (France)

Christine Detrez, ENS Lettres et Sciences Humaines Lyon (France)

Olivier Donnat, DEPS, Ministry of Culture (France)

Vincent Dubois IEP of Strasbourg (France)

Julien Duval CNRS/ CESSP-CSE (France)

Michel Gollac LSQ-Crest-Insee (France)

Johan Heilbron CNRS/ CESSP-CSE (France)

Johannes Hjellbrekke, University of Bergen (Sweden)

Nicolas Herpin OSC- Sciences Po Paris (France)

Susan Janssen, Erasmus University, Rotterdam (The Netherlands)

Frédéric Lebaron University of Picardie Jules Verne, Amiens (France)

Yannick Lemel LSQ-Crest-Insee (France)

Rémi Lenoir, University of Paris 1/ CESSP-CSE (France)

Omar Lizardo University of Notre Dame (United States)

Frédérique Matonti, University of Paris 1 (France)

Nonna Mayer CNRS/ Sciences Po Paris (France)

Virgílio Borges Pereira, University of Porto (Portugal)

Louis Pinto CNRS/ CESSP-CSE (France)

Marco Santoro, University of Bologna (Italy)

Gisèle Sapiro CNRS/ CESSP-CSE (France)

Franz Schultheis, University of Geneva (Switzerland)

Koen Van Eijck, Erasmus University, Rotterdam (The Netherlands)

Anne-Catherine Wagner, University of Paris 1/CSE-EHESS (France)

Alan Warde, Manchester University (United Kingdom)

 

Organizing committee:

Philippe Coulangeon

Julien Duval

Mirelle Clémençon

Yoann Faure

Published in French in 1979 and translated into English in 1984, Distinction: A Social Critique of the Judgement of Taste remains one of Pierre Bourdieu’s most widely read and commented upon works, both in France and abroad, in addition to being one of the most frequently quoted reference works in all of social sciences. While strongly anchored in the Sociology of culture, the book has made contributions to fields and subjects well beyond those by which it is normally referenced: cultural practices and attitudes, aesthetic tastes and dispositions. By pointing out the importance of the symbolic and cultural dimensions of the social order, processes of domination and exclusion, Distinction first and foremost contributed to a profound renewal of the sociology of social stratification and class relations, by examining the multidimensionality of a social space structured by hierarchical levels of economic, social and cultural capital. The role assigned to cultural resources in the structuration of class relations in contemporary societies, from the perspective of both the upper classes and working classes, as well as from the point of view of the internal differentiation between different segments of the upper classes, has particularly held the attention of readers and commentators of Distinction. This, along with the hypothesis of structural homology and the argument of cultural legitimacy, is one of the most familiar elements of Pierre Bourdieu’s work.

The conference « 30 Years after Distinction » proposes to examine the current relevancy of a book that continues like no other to foment contemporary social science research on topics as diverse as food practices, political attitudes, housing conditions, forms of residential and geographic mobility, attitudes in the areas of mores and the family, educational styles, cultural practices, etc. The cultural questions, which have undoubtedly retained more than other topics the attention of present-day readers of Distinction, will obviously be particularly focused on during the conference. That being said, this thematic orientation is far from exclusive.

The organizers of this conference also intend to open the debate to the main controversies stemming from the book since its publication. To what extent did Bourdieu’s arguments, formed based on data collected mainly in France in the 1960s and 1970s, make it possible to shed light on the reality of other historical and national contexts? To what extent did the Distinction model make it possible to account for the metamorphoses of cultural legitimacy, notably through the alleged substitution of the « omnivore/univore » divide, based on Richard Peterson’s hypothesis, with the high-brow/low-brow (erudite/popular) divide? To what extent does the concept of structural homology make it possible to account for the sociography of lifestyles, political orientation, ethical and aesthetic dispositions, attitudes surrounding family and marital mores, social relationships between genders, etc.? Any and all empirical contributions to these questions, regardless of their topics or methods, are strongly encouraged.

The relevancy of Distinction’s scientific project also raises a series of theoretical and methodological questions that will also be addressed at the conference. The questions of defining, measuring and operationalizing Distinction’s key concepts (notably, habitus, field, cultural capital), which permeate all of Bourdieu’s works also deserve to be addressed. Similarly, the structure of various types of empirical materials (texts, statistics, iconographic documents, archives), tools and heterogeneous analysis techniques (interviews, observations, data analysis), the style of displaying data and results, and even the book’s stylistic refinements, are all points that could be revisited at the conference. Special emphasis will be placed on the connections that unite the methodological choices made in Distinction and the theoretical directions developed therein. In this regard, the use of « French » data analysis methods (correspondence analysis and multiple correspondence analysis), which Distinction greatly helped to popularize in the social sciences research world, seems indissociable from the « relational » analysis of the social world to which the concept of « field » refers. This aspect particularly deserves to be investigated in an international conference setting, as the book’s reception abroad sometimes seems obscured by a tendency to confine its reading to a more « causalistic » reading. In this regard, Distinction underlines that the choice of methods cannot be neutral. From this perspective, the conference may make it possible to effectively make progress in updating the contradictions as well as the complementarities that may exist between the methods—regression analysis on the one hand and geometric analysis of data on the other—the choice of which involves different, if not diverging, ideas of the social world and sociology’s scientific program.

The conference will take place on November 4, 5 and 6, 2010 at Sciences Po. Any and all contributions, especially those examining the following (non-exhaustive) themes, are welcome:

– Cultural legitimacy and its metamorphoses (erudite vs. popular, omnivore vs. univore, etc.)

– The sociocultural consequences of the educational expansion

– Voting and political attitudes (to what extent can the hypothesis of structural homology explain voting?)

– Cultural capital: definitions, measurements, operationalization

– Gender and cohorts

– Consumption and lifestyles (food consumption, capital goods, clothing, interior decoration, budget analyses, cars, etc.)

– Social mobility and lifestyles

– Social uses of time (leisure time, hobbies, travel, tourism)

– Social uses of information technology and communication

– Social classes and globalization

– Housing and the social stratification of residential space

– Data analysis and the language of variables

– Values

– Health

– Family

The selection committee will pay special attention to papers supported by empirical data, be it qualitative or quantitative, as well as those that examine the impact of the hypotheses developed in Distinction. However, selection will not be limited to those papers with empirical data. Contributions that are mainly theoretical in nature may be taken into consideration, depending on their quality and originality. The papers may be written in French or English. However, given the international nature of the event, submitting papers written in English is strongly encouraged. If the paper is in French, presenters will be required to provide a visual aid in English (e.g. a PowerPoint presentation) that will allow non-French speakers to participate in the debates.

The selection committee will select papers based on their abstracts (800 words maximum), including the paper’s subject, methodology, empirical materials used (if necessary), hypotheses and primary results.

Abstracts must be submitted through the website of the conference before April 30, 2010 (see « Conference Information » and « Proposal Submission »):

http://balzac.sciences-po.fr/OCS/index.php/distinction/

Any question or request must be emailed to:

conf.distinction@gmail.com  mailto:conf.distinction@gmail.com

Decisions of acceptance or rejection of the papers will be transmitted to the authors no later than July 1, 2010.

Further information on registration, accommodation and conference program will soon be added on the website.

Appel à communications – « La Lecture comme activité d’interprétation »

« La Lecture comme activité d’interprétation »

15 et 16 avril 2010

Faculté des Lettres et Sciences Humaines — Université de Sfax

En prolongement de la IIIe Conférence internationale de l’ERCILIS qui s’est déroulée les 3, 4, 5 et 6 mars 2009, à Tozeur, autour de la question « La Crise du sens », notre Unité de recherche poursuit ses activités. Maintenant, c’est autour de « LECTURE(S) » que cette U.R. projette la tenue de sa IVe Conférence Internationale en 2011. Pour se préparer à cette rencontre, deux journées d’études seront organisées autour de « La lecture comme activité d’interprétation » et ce, les 15 et 16 avril 2010, à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sfax.

S’inscrivant dans une perspective pluridisciplinaire, l’ERCILIS invite les intervenants à une réflexion sur la question de l’interprétation dans son ampleur et sa diversité. Par ce type de réflexion, le but des journées est d’amener les acteurs de la lecture à cerner ce qui fait obstacle à l’interprétation, à ce qui subvertit le sens et, de là, à trouver des solutions aux clivages qu’engendre l’interprétation. Encore faut-il cerner ce qui fait obstacle à l’interprétation, ou ce qui, dans un message, est source d’ambiguïté, ou encore ce qui subvertit le sens… Comment ramener le texte ou l’image à une composante de la culture et de l’art en général ? Comment faire de ces supports un vecteur de connaissance et de savoir tout aussi bien qu’un véhicule de valeurs universelles? De telles questions, déjà posées lors de nos journées précédentes sur « La Crise du sens », ouvrent des pistes nouvelles qui donneront lieu aux axes suivants :

1- La définition ou les définitions de l’interprétation. Interpréter, est-ce plutôt saisir le(s) sens, le(s) actualiser, le(s) continuer, le(s) refaire, le(s) transgresser ou le(s) dépasser ?

2- Le rapport entre la lecture et l’interprétation. Quel complément ou supplément le sujet-lisant apporte-t-il au texte? Comment réagit-il au contenant et au contenu de ce qu’il lit ? De quoi s’alimente-t-il pour interpréter: de sa mémoire, de son idéologie ou de sa fantaisie ?

3- Comment le sujet-lecteur reconfigure-t-il le texte et pourquoi ? Recourt-il à une pratique objective ou subjective ?

En effet, prise en charge par des lecteurs multiples, de par leur investissement émotionnel et affectif, leur engagement intellectuel, leur appartenance à des sphères mentales, géographiques et culturelles différentes, la lecture, qui se veut « un transfert du sens », se perçoit comme une activité interprétative. Dès lors, elle acquiert un aspect problématique et équivoque. De surcroît, la diversité des approches (littéraires, linguistiques, sémiologiques, pragmatiques, cognitives, sociologiques, psychologiques, artistiques, etc.), la pluralité des domaines (littérature, musique, peinture, photographie, cinéma, publicité, presse, etc.) et l’hétérogénéité des supports (textes littéraires dans leur diversité générique, articles de presse, bandes sonores, images, etc.) donnent à la lecture interprétative toute sa complexité et sa richesse.

Sensibles à une actualité où nous assistons à une profusion de textes, d’images et d’affiches publicitaires, nous tenterons d’approfondir la recherche déjà effectuée sur cette problématique pour nous lancer sur des terrains nouveaux, légitimant les associations les plus diverses et les plus originales en rassemblant différents chercheurs travaillant sur des périodes, des genres et des terrains variés.

Tout en laissant le choix de la théorisation aux participants et dans une tentative de quête de la signification, nous invitons à un rassemblement d’artistes créateurs (écrivains, musiciens, peintres, cinéaste, etc.) et de lecteurs concernés par la question de la lecture comme activité d’interprétation.

Les collègues désireux de participer à cette manifestation scientifique sont priés d’envoyer un résumé en français, anglais ou arabe, accompagné d’une notice bio-bibliographique au plus tard le 6 mars 2010. Les propositions sont à adresser à :

– Mme Alya Chelly-Zemni (Université de Sousse) ch_alya@yahoo.fr  mailto:ch_alya@yahoo.fr

– M. Chokri Hammami (Université de Sfax) hachok@yahoo.fr  mailto:hachok@yahoo.fr

Responsable scientifique : M.Kamel Skander

Responsable : Unité de recherche ERCILIS mailto:ercilis.flshs@gmail.com

Url de référence :
http://www.ercilis.org

Adresse : EQUIPE DE RECHERCHE EN CIVILISATION ET LITTERATURE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES B. P1168 SFAX 3000.

Parution – « La francophonie comme utopie »

Parution du nouveau numéro de la revue « Alternative francophone »

****

Vol. 1, No 2 (2009)

**

La francophonie comme utopie

Parmi les langues héritières d’un passé impérial et encore dominantes, le français offre cette particularité qu’il a toujours cultivé une légitimation étroitement territoriale. Depuis qu’un dialecte d’Île-de-France s’imposa comme langue nationale vers la fin du 18eme siècle, celle-ci trouve son autorité d’être parlée sur la surface de l’hexagone et les autres formes de locution, pratiquées dans d’autres pays européens ou sur d’autres continents, souffrent d’un manque de reconnaissance, quand elles ne sont pas considérées avec une distance condescendante.

Au demeurant, l’engagement, tardif, de la France pour la cause de la francophonie répond surtout à des raisons politiques, ce qui explique de nombreuses ambigüités dans les directives et stratégies adoptées.

Or, force est de constater que la défense de la francophonie s’appuie sur des configurations géoculturelles échappant à l’hégémonie hexagonale et qu’elle semble en certains cas ne pas être tributaire de gains politiques ou économiques immédiats.

La francophonie pourrait-elle être abordée comme une utopie, à savoir une pratique et un imaginaire autorisant des modes d’énonciation et de représentation critiques et novateurs, dont les francophonies locales dans leur grande diversité seraient autant de manifestations? Peut-elle être un espace de questionnement (plutôt que d’idéalisation), d’expérimentation, voire d’invention échappant aux rapports de pouvoir traditionnels liant des centres à des périphéries? L’a-t-elle déjà été? Sous quelles conditions le deviendrait-elle?

Nous nous proposons de traiter ce sujet à l’aide de contributions empruntant leurs perspectives aux domaines historique, philosophique, sociologique ou esthétique.

Pour le sommaire et les articles, voir :
http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af/issue/current/showToc