Archives de l’auteur : michellenguyen

Écrivains chroniqueurs et presse

Bruno Curatolo & Alain Schaffner (dir.), La Chronique journalistique des écrivains (1880-2000)

Dijon : Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2010, 220 p.

* ISBN : 978-2-915611-41-0
* Prix : 20 €

Présentation de l’éditeur :

Confirmation de l’éclatement des genres propre au champ littéraire contemporain, la chronique journalistique des écrivains s’offre, pour une part du lectorat, comme la porte d’entrée de leur oeuvre et, pour eux-mêmes, comme un lieu fécond de leur créativité. Force, en effet, est de constater que très nombreux sont les auteurs qui, au XXe siècle, ont collaboré à différents journaux tout en gardant leur statut d’écrivain : c’est cette histoire parallèle de la littérature, jusque-là fort peu étudiée, que veut retracer ce volume où se succèdent, depuis Jules Claretie, la plupart des grands noms de la littérature française : Proust, Aragon, Guilloux, Giono, Calet, Nimier, Fargue, Delteil, Colette, Vian, Duras…

De la chronique judiciaire à la critique d’art, des variations poétiques à la chronique de moeurs, historique ou même politique, le genre dévoile sa vocation polymorphe puisque, à l’instar du roman, il se nourrit de toutes les autres formes. C’est ce qui en fait la richesse.

Sommaire :

La chronique journalistique, un (mauvais) genre littéraire ?

DEFINITION D’UN GENRE

* Jules Claretie et la chronique : littérature du présent, archive du futur
* La métamorphose littéraire de la chronique chez Proust
* Barbe-bleue aux Assises ou la chronique judiciaire en procès

AFFIRMATION D’UN STYLE

* Avatars de la chronique chez Pierre Mac Orlan
* Colette dans la foule : une écriture de la chronique
* Joseph Delteil, chroniqueur des  » Années folles « 

Littérature et presse

Communiqué de sortie (26/01/10):

Études littéraires. Numéro 40,3

Penser la littérature par la presse

Sous la direction de Guillaume Pinson et Maxime Prévost

Ce numéro d’Études littéraires se propose de réfléchir aux relations entre la presse et la littérature, de la fin du XVIIIe au XXe siècle. Si naguère la recherche distinguait soigneusement les territoires médiatiques et littéraires, le renouveau de l’histoire culturelle et de l’histoire littéraire, ainsi que la vague de fond sociocritique nous ont appris à revisiter ces frontières trop communément acceptées. Certes, nulle discipline scientifique ne peut penser et se penser sans frontières : ici le territoire de la littérature, les rapports d’un texte avec son « co-texte », l’établissement des limites d’un corpus, ou encore toute la question des effets du texte sur le social, effets qui supposent à la fois des passages et des blocages entre le texte et le monde. Pour les historiens comme pour les littéraires, il n’y a sans doute pas de pensée possible sans frontière, sans limites et sans articulation fines de ces frontières et limites.

Or, les études actuelles de la presse, qu’elles soient celles de l’histoire culturelle, de l’histoire littéraire, de la sociocritique ou de la sociologie de la littérature et de l’imprimé, sont emportées dans un grand mouvement de redéploiement. La raison essentielle en est sans doute la prise de conscience de l’immense valeur qui gît dans ce continent englouti qu’est la presse. En revisitant les hiérarchisations des corpus et les collaborations d’à peu près tous les écrivains à la presse; en explorant et en analysant les genres médiatiques qui constituent le corpus journalistique; en mettant en relation directe les poétiques médiatiques et les poétiques littéraires pour voir comment elles interagissent; en réévaluant à la hausse la qualité sémiotique accordée aux diverses représentations issues du journal, susceptibles, peut-être aussi bien que le roman, de dire le monde qui les a vues naître : en tout cela les études littéraires confèrent une valeur irremplaçable à l’objet journal et y trouvent une source de leur renouvellement. Ce numéro d’Études littéraires entend contribuer à cette réflexion et invite à penser la littérature par la presse.

Isbn 13 (ean): 9782920949416

Responsable : Anne-Marie Fortier mailto:anne-marie.fortier@lit.ulaval.ca

Url de référence :
http://www.etudes-litteraires.ulaval.ca

Adresse : Revue Études littéraires Département des littératures Pavillon
Charles-De-Koninck 1030, avenue des Sciences-Humaines Université Laval Québec G1V0A6

Le « créateur » lecteur

Flaubert. Revue critique et génétique 2 : Flaubert, lecteur

Coordonnée par Philippe Dufour

Edité par l’Equipe Flaubert. Institut des Textes et Manuscrits Modernes

Sommaire :

* Philippe Dufour Lire : écrire
http://flaubert.revues.org/index845.html
* Philippe Jousset Flaubert lecteur de Montaigne
http://flaubert.revues.org/index848.html
* Chantal Wionet Flaubert et ses classiques : leçon de maintien
http://flaubert.revues.org/index851.html
* Aurélie Loiseleur Le Procès des poètes : Flaubert contre « l’écume du coeur »
http://flaubert.revues.org/index854.html
* Sylvain Ledda Flaubert lecteur de Musset relu par Louise Colet
http://flaubert.revues.org/index857.html
* Bernard Gendrel Flaubert lecteur de romans historiques
http://flaubert.revues.org/index860.html
* Paule Petitier Flaubert, lecteur d’histoire
http://flaubert.revues.org/index863.html
* Philippe Dufour Flaubert lecteur : une histoire des écritures
http://flaubert.revues.org/index873.html
* Marie-Luce Demonet Rabelais, le grotesque et Flaubert
http://flaubert.revues.org/index893.html

Responsable : Pierre-Marc de Biasi mailto:flaubert@revues.org

Url de référence :
http://flaubert.revues.org/

Adresse : ITEM 4, rue Lhomond 75005 Paris

Discours moderniste (de la NRF)

Romanic Review, January-March 2008, volume 99 Numbers 1-2, 30 $

TABLE OF CONTENTS

La Nouvelle Revue Française in the Age of Modernism

Anna-Louise Milne ……………………………………………………………………….3

Jean Paulhan and the Nouvelle Revue Française : Modernist Editor, Modernist Review ?

Martin Cornick …………………………………………………………………………… 9

L’Antimodernisme de la NRF

Antoine Compagnon …………………………………………………………………….27

Cross-Channel Borrowings and Blindness

« Au coeur de la lumière » : T.S. Eliot, la NRF et Paris

Benoît Tadié…………………………………………………………………………….……….45

Les Deux Modernismes : T.S. Eliot et la NRF

William Marx………………………………………………………………………..…..57

Valéry, Modernist Myths and (Anti) Modernist States of Mind

Suzanne Guerlac……..………………………………………………………………….69

Proust, Woolf, and Modern Fiction

Pericles Lewis …………………………………………………………………………..77

Centers of Influence, Sources of Excitement

The Colonial Metropolis and its Artistic Adventure : Conrad, Congo, and the Nouvelle Revue Française

Niels Buch Leander…………………………………………..…………………………87

Gide’s Polymorphous Perversity, or French Modernism’s Arrested Development

Anna-Louise Milne ……………………………………………………………………103

Peripheral Enterprise

Henry Church et la revue Mesures : « La ressource américaine »

Claire Paulhan …………………………………………………………………………119

Oubliés par la NRF ? Marginalité du modernisme noir

Michel Fabre …………………………………………………………………………..133

Adrienne Monnier et l’esprit moderne

Sophie Robert …………………………………………………………………………143

Appel à communication

FORUM APEF 2010

* *

Invasions & Évasions. La France et nous ; nous et la France

Approche rétrospective, perspective et prospective des relations littéraires et culturelles franco-ibériques

* *

* *

Université de Coimbra, 29 et 30 novembre 2010

* *

* *

APPEL À COMMUNICATION

L’évocation du bicentenaire des invasions napoléoniennes du territoire portugais, de 1807 à 1810, dans tout ce qu’elles éveillent confusément chez nous de tragique et allergique, ou de fascinant et d’illustre, dans notre vision de l’Hexagone, procure l’occasion de dresser un bilan, de mettre la réalité contemporaine en perspective ou de prospecter l’avenir dans ce qui touche aux modalités de présence, voire d’absence de la culture, littérature, pensée et langue françaises dans notre pays. Du fait de ses implications historiques et politiques péninsulaires, elle pointe également des approches ibériques comparatives et / ou contrastives. Rappelons à ce propos que Napoléon laissa la France affaiblie après avoir également mis la Péninsule à feu et à sang pour imposer une domination qui finit par trahir les idéaux révolutionnaires de 1789.

En effet, c’est une vaste et riche imagologie qui se dégage sur un empan de deux siècles, marqué par des crises, les hauts et les bas d’une Nation au destin exceptionnel (débâcle du Second Empire, IIIème République, expansion coloniale et poursuite d’une extraordinaire domination culturelle parisienne).

Mais aussi par des représentations extrinsèques changeantes de l’Hexagone, tantôt exécré, exalté ou imité, mais qui n’a cessé d’influencer la production culturelle et la vie sociopolitique portugaise, et ibérique, à la faveur de la fortune des différents mouvements et oscillations du modèle français, et ce jusqu’au tournant des années quatre-vingt. Ces images, la production littéraire, les manifestations culturelles, les manuels scolaires, les articles de journaux s’en sont fait les échos multiples qu’il convient de creuser.

Le point de bascule des années quatre-vingt balise, en effet, un infléchissement majeur dans la perception de l’image politique, civilisatrice et culturelle de l’Hexagone au Portugal, surtout chez les jeunes générations, qui évoluent en marge de l’influence de la pensée et de la langue françaises, et partant, dans un autre paradigme culturel. Un parallélisme espagnol pourrait être dégagé.

Par ailleurs, cette dernière période voit aussi se dégager en France une image renouvelée et positive des pays ibériques, démocratiques, et de leur production culturelle et littéraire qui connaîtra la reconnaissance et la consécration, notamment par le biais de la traduction et de la célébration.

Dans un cadre mondialisé, où la donne culturelle s’ouvre à de nouvelles perspectives, et où des espaces imaginaires ou émergents travaillent l’étanchéité territoriale et identitaire traditionnelle de nos repères linguistiques, il convient de prendre la mesure des attaches nous liant encore, les uns et les autres, à la France, à ses présences et retraits, et, par la même occasion, d’interroger les modalités de nos présences ibériques dans l’Hexagone.

Ainsi, l’APEF (Associação Portuguesa de Estudos Franceses) a le plaisir d’annoncer le Colloque international qu’elle organise, en collaboration avec l’Université de Coimbra, et la complicité de l’APFUE (Asociación de Profesores de Francés de la Universidad Española), de l’APHELLE (Associação Portuguesa para a História do Ensino das Línguas e Literaturas Estrangeiras) et de la SEHEL (Sociedad Española para la Historia de las Enseñanzas Linguísticas), les 29 et 30 novembre 2010, à Coimbra, et en vue duquel elle lance cet appel à communication aux chercheurs que ce vaste domaine de recherche ne manquera pas d’intéresser.

Nous proposons les axes de travail et d’intervention suivants :

1. Approche historique (Histoire ou fiction historique) ;
2. Approche historique de l’enseignement des langues ;
3. Approche culturelle et littéraire comparatiste ;
4. Approche comparatiste des études postcoloniales lusophones, hispanophones et francophones ;
5. Approche civilisationnelle et médiatique ;
6. Approche linguistique, didactique et statistique ;
7. Approche inter- et multiculturelle et mondialisation ;
8. Approche stratégique et politique.

* *

langues du colloque :

Les langues du colloque sont le français, le portugais, l’espagnol et l’anglais.

calendrier Et conditions:

15 juin 2010 : date limite pour présenter des propositions de communication (200-400 mots). Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité scientifique du colloque. Prière d’indiquer l’axe de travail retenu.**

Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

Les textes seront publiés dans un numéro spécial de Carnets – Revue électronique d’études françaises après acceptation du Comité scientifique désigné.

15 juillet : date limite pour la réponse du Comité scientifique aux propositions de communication.

15 septembre : diffusion du programme prévisionnel.

 1er novembre 2010 : diffusion du programme définitif.

frais d’inscription :

Membres de l’APEF avec communication : 30,00 €

Autres intervenants avec communication : 50,00 €

Étudiants (en mastère ou doctorants) avec communication : 20,00 €

Inscription au dîner du Colloque (30 novembre) : 30,00€

Modalités de paiement :

Le règlement des frais d’inscription (colloque et dîner), pour les participants résidant au Portugal, s’effectuera jusqu’au 30 septembre 2010 moyennant :

1. Envoi de chèque libellé à APEF. À envoyer à :

José Domingues de Almeida (jalmeida@letras.up.pt  mailto:jalmeida@letras.up.pt)

Faculdade de Letras da Universidade do Porto, Via Panorâmica, s/n 4150-564 PORTO

2. Virement bancaire : NIB: 0010 0000 34138130001 44

IBAN: PT50 0010 0000 3413 8130 0014 4

(Photocopie du virement ATM envoyée à l’adresse ci-dessus, faisant foi).

Pour les participants étrangers: paiement sur place et en espèces.

Comité scientifique:

· Ana Clara Santos (U. Algarve / CET – FLUL)

· Ana Paula Coutinho Mendes (U. Porto – ILC-ML)

· Álvaro Manuel Machado (U. Nova de Lisboa)

· Cristina Robalo Cordeiro (U. Coimbra)

· Francisco Lafarga (U. Barcelona)**

· Javier Suso López (U. Granada)**

· João Domingues (U. Coimbra – CLP)**

· José Domingues de Almeida (U. Porto-ILC-ML)

· Maria de Fátima Marinho (U. Porto)

· Maria de Fátima Outeirinho (U. Porto – ILC-ML)

· Maria Hermínia Amado Laurel (U. Aveiro)

· Maria de Jesus Cabral (FCT / U. Coimbra – CLP) **

· Maria José Salema (U. Minho)

· Marta Teixeira Anacleto (U. Coimbra – CLP)**

· Maria Graciete Besse (U. Paris IV) **

· Ofélia Paiva Monteiro (U. de Coimbra)

Comité organisateur :

· Ana Clara Santos (U.Algarve / CET- FLUL)

· Marta Teixeira Anacleto (U. Coimbra- CLP)

· Maria de Jesus Cabral (FCT- U. Coimbra- CLP)

· José Domingues de Almeida (U. Porto-ILC-ML)

· João Domingues (U. Coimbra- CLP)

· Eulalie Pereira (U. Coimbra)

* *

Adresse :

Les propositions de communication (avec nom, institution et courriel) sont à envoyer à l’adresse électronique suivante : invasionsetevasions@gmail.com mailto:invasionsetevasions@gmail.com**

* *

Renseignements :

Merci d’entrer sur les sites http://www.apef.org.pt/  et / ou http://www.fl.uc.pt http://www.fl.uc.pt/

* *

Parution – « Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le Sociologue et l’Historien »

Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le Sociologue et l’Historien

Marseille: Agone, coll. « Banc d’essais », 2010

Co-édition avec Raisons d’agir et l’Ina éditions

ISBN : 978-2-7489-0118-4
13 €

Présentation de l’éditeur:

En 1988, l’historien Roger Chartier reçoit le sociologue Pierre Bourdieu à France-Culture pour une série de cinq entretiens. Ce livre les reprend intégralement, avec une préface de Roger Chartier qui en restitue le contexte intellectuel et politique.

Dans un dialogue où se manifestent à la fois leur complicité et une claire conscience de leurs différences, le sociologue et l’historien confrontent les avancées et les problèmes de leurs deux disciplines, et leurs rôles respectifs dans la société. Ils analysent ensemble les illusions et les confusions répandues par les intellectuels-prophètes, qui font obstacle au rôle émancipateur de la sociologie et de l’histoire. Trente ans après, leurs propos n’ont pas pris une ride.

On trouvera notamment dans ces entretiens, sous une forme concise particulièrement claire et pédagogique :

— la présentation de certains concepts fondamentaux de la pensée de Bourdieu, notamment ceux d’« habitus » et de « champ » ;

— des réponses percutantes à des objections (aujourd’hui encore) récurrentes sur son (prétendu) déterminisme, sur les (fausses) oppositions entre subjectivisme et objectivisme ou entre individu et société, etc., et contre le procès qui lui est fait de vouloir substituer son discours savant à la parole des dominés.

Pierre Bourdieu (1930–2002) était sociologue et professeur au Collège de France. À partir des années 1960, ses livres (Les Héritiers, La Distinction, La Misère du monde, etc.) et ses interventions ont joué un rôle majeur dans la vie intellectuelle et politique en France. Aux éditions Agone : Interventions 1961–2001 http://www.atheles.org/agone/contrefeux/interventions19612001/ , Agone 2002, Bourdieu, savant et politique http://www.atheles.org/agone/bancdessais/bourdieusavantpolitique/ de Jacques Bouveresse, Agone 2004 et Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu http://www.atheles.org/agone/elements/introductionaunesociologiecritique/  de Alain Accardo, Agone 2006.

Roger Chartier (né en 1945), historien et professeur au Collège de France, est un des fondateurs de l’histoire du livre et de la lecture (Les Origines culturelles de la Révolution française, Histoire de l’édition française, Inscrire et effacer, etc.).

Il a longtemps animé Les Lundis de l’histoire sur France-Culture.

Extraits:

Roger Chartier : Il me semble que dans la perspective qui est la tienne et qui a cette capacité heuristique de faire penser dans d’autres domaines que le domaine de la sociologie, finalement le projet est tout autre : c’est de donner des outils permettant de démonter les mécanismes de domination qui fonctionnent sous les espèces de la division naturelle, normale, ancestrale. Il y a presque un projet là de reprise de possession de l’individu par lui-même ; ce qui, je crois, est assez contraire avec une image très stéréotypée de ce travail qui est pensé comme montrant des contraintes contre lesquelles on ne pourrait rien, broyant les individus et ne leur donnant aucune place.

Pierre Bourdieu : Si je voulais répondre en une phrase à ce que tu viens de dire, je dirais que nous naissons déterminés et nous avons une petite chance de finir libres. Nous naissons dans l’impensé et nous avons une toute petite chance de devenir des sujets. Et ce que je reproche à ceux qui invoquent à tout va la liberté, le sujet, la personne, etc., c’est d’enfermer les agents sociaux dans l’illusion de la liberté qui est une des voies à travers lesquelles s’exerce le déterminisme.

[…]

Pierre Bourdieu : Je vais employer une image plus noble, aux antipodes dans l’espace hiérarchisé de la culture, c’est Karl Kraus. Personne ne l’a lu en France, mais tout le monde sait qu’il faut dire que Karl Kraus c’est très bien. Donc je vais me servir de cet effet de légitimité (rire). Karl Kraus, c’est un intellectuel professionnel qui a passé sa vie à faire, au fond, l’inverse de ce que faisait Sartre. Il a passé sa vie à faire des happenings. Il faisait des choses magnifiques et si j’avais le temps je ferais ça. Il faisait des fausses pétitions sur la base des sentiments de bienséance sociale qui anime les intellectuels ; les bonnes causes. Par exemple aujourd’hui, ce serait la défense des homosexuels, contre le sida, etc. Il faisait une fausse pétition signée des noms les plus célèbres de l’époque et les gens n’osaient pas démentir. Après il révélait qu’il avait tout inventé, que les gens n’avaient pas signé. Cet homme a passé sa vie à faire, sur le mode coluchien, par des happenings théâtraux, des soirées bordéliques où il mettait en question tout cet univers de sophistes. Donc, il y a tout un travail possible pour faire diffuser cette sorte de défense pratique.

Roger Chartier : Oui, mais enfin, on va encore dire que tu cherches le bâton pour te faire battre…

Pierre Bourdieu : Il est évident que ça doit beaucoup à mon tempérament ; ce qu’on appelle le tempérament et que j’appellerai habitus. Bon, là j’ai présenté la forme exagérée pour prolonger la question, mais ce que je pense, c’est qu’il y a place pour un utopisme rationnel, c’est-à-dire qu’on a le droit à une part d’utopie dans les limites du possible. Et je crois qu’un bon usage de la sociologie comme instrument de transformation du monde social, ce serait de définir les limites de ce qu’on peut faire et d’aller aussi loin que possible au-delà de ces limites avec une toute petite chance de réussir.

Responsable : Agone mailto:contact@agone.org

Url de référence :
http://atheles.org/agone/bancdessais/lesociologueetlhistorien/

Colloque – « Valeur et Variation. Autour des travaux de Jean-Marie Klinkenberg »

Colloque international
Valeur et Variation
Autour des travaux de Jean-Marie Klinkenberg

Programme

_ _

Mercredi 3 mars 2010

19h30 Accueil des invités et repas

Jeudi 4 mars 2010
09.00 Allocutions d’ouverture, par M. le Recteur Bernard Rentier, M. le Doyen Jean-Pierre Bertrand, et mot de bienvenue, par Sémir Badir
9.30 Benoît Denis, « Variations sur un homme de valeur(s) »

Pause

_ _

Séance 1, président : Jean Winand
10.15 Dominique Maingueneau (Paris-XII), « Se mettre en valeur par son discours. Style et présentation de soi »
11.00 François Provenzano (FNRS — ULg), « L’argument littéraire. Usages rhétoriques de la sémiotique émergente »

12h Déjeuner

_ _

Séance 2, président : Francis Édeline
14.00 Alain Rabatel (Lyon), « L’imputation de points de vue et de valeurs conflictuelles dans les médias au prisme d’une analyse énonciativo-pragmatique et éthique »
14.45 Maria Giulia Dondero (FNRS — ULg), « Rhétorique des pratiques »

Pause

16.00 Jean-François Bordron (CeReS, Limoges), « Valeur, dualité et mesure »
16.45 Laurent Demoulin (ULg), « Sémiotique du foulard »

18h30 Réception au Grand Curtius et conférence de Jacques Dubois, « Petites Mythologies Klinkenberg » (sur invitation)

20h30 Repas

Vendredi 5 mars 2010
Séance 3, présidente : Danielle Bajomée
09.00 Jacques Fontanille (Limoges), « Jeux de corde : invention et fluctuation de la valeur d’un objet sans qualité »
09.45 Paul Aron (ULB), « La Femme de Gilles et les valeurs chrétiennes »

Pause

1.00 Rainier Grutman (Ottawa), « Diglossie et dicodie, variété et valeur : la régulation sociale de la variation sémiotique ».
11.45 Jean-Pierre Bertrand (ULg), « Poétique de la variation »

13h Déjeuner

_ _

Séance 4, président : Jacques Dubois
14.30 Paolo Fabbri (Rome), « Variations : figurativiser et iconiser »
15.15 Georges Roque (CNRS), « Rhétorique visuelle et argumentation visuelle »

Pause

16.30 Georges Molinié (Paris-IV), « De la signification et de l’éthique : du doxique ? »
17.15 Sémir Badir (FNRS — ULg), « Valeur et variation, sémiologie et rhétorique »

Clôture du colloque

Comité organisateur et scientifique :

_ _

Paul Aron (FNRS-ULB)

Jean-Pierre Bertrand (ULg)

Sémir Badir (FNRS-ULg)

Benoît Denis (ULg)

Maria Giulia Dondero (FNRS-ULg)

Björn-Olav Dozo (FNRS-ULg)

Eleni Mouratidou (ULg)

François Provenzano (FNRS-ULg)

Sarah Sindaco (ULg)

David Vrydaghs (FUNDP Namur)

Parution – « Des prix »

Les Actes du 12ème Colloque des Invalides sont disponibles en librairie.
« Des prix »
Textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens
http://www.editionsdulerot.fr/index.php?ID=1009649
Editions Du Lérot
25 euros

Sommaire

Avant-propos

Daniel Zinszner : Hors de prix
Olivier Bessard-Banquy : « À bas le Goncourt des coquins »
Benoît Virot : Qui a peur du noir ?
Discussion des trois communications précédentes

Jean-Louis Debauve : Les Prix littéraires
Jean-Paul Morel et Patrick Ramseyer : Le Prix sans nom
Vincent Kaufmann : ABC ou le prix de la recherche
Discussion des trois communications précédentes

Sima Godfrey : Les Ratés du prix de Rome
Olivier Barrot : Louise Brooks ou « Prix de beauté »
Discussion des communications précédentesSilvia Disegni : Vallès et l’honneur des prix
Héloïse Neefs : La Distribution des prix
Thomas Loué : Petite histoire du scandale de l’attribution du Prix biennal de l’Institut
Julien Schuh : Jarry lauréat
Discussion des trois communications précédentes

Isabelle Moindrot : Rosière, et prix de vertu
Anthony Glinoer : Prix de Flore, prix de groupe
Clothilde Roullier : Pinget mis au prix ou un roman « à l’eau de rose »
Discussion des trois communications précédentes

Clément Carbonnier : De la valeur et des prix
Paul Schneebeli : Le Prix de l’Arquebuse
Françoise Gaillard : Matthieu Laurette : un artiste hors de prix
Michel Bernard : Prix littéraires : quelques statistiques
Discussion des quatre communications précédentes

Jean-Pierre Bacot : 1923 : des prix à petit prix Alain Zalmanski : Prix à réclamer
Dominique Noguez : Petite contribution à une future science des prix
Christophe Bourseiller : D’un Goncourt l’autre