Archives de l’auteur : Virginie Mailhot

Appel à articles – revue « Sociopoétiques »

La revue Sociopoétiques (http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/) lance un appel à textes pour la rubrique varia de son troisième numéro, à paraître en 2018. Ces textes, d’une longueur maximale de 30 000 signes (notes et espaces compris), doivent respecter les normes de publication (http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/normes-aux-auteurs) et être adressés, avant le 30 novembre 2017 à

Anne-Sophie Gomez (a-sophie.gomez@uca.fr) et Pascale Auraix-Jonchière (pascale.auraix-jonchiere@uca.fr), accompagnés d’une notice bio-bibliographique rédigée sur un document à part.

 

Le comité de rédaction de la revue attire l’attention des contributeurs sur le fait que ces derniers devront veiller à bien inscrire leur texte dans la perspective sociopoétique qui constitue la ligne éditoriale de notre revue. Il s’agira en effet d’analyser la manière dont les représentations et l’imaginaire social informent le texte dans son écriture même. Nous renvoyons pour une définition plus approfondie à l’article d’Alain Montandon paru dans le premier numéro de notre revue : http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/mythes-contes-et-sociopoetique/sociopoetiques/sociopoetique

2 juin 2017, prochaine séance du Séminaire – « La notion d’ »auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? »

Chèr.e.s collègues,

Nous sommes heureux de vous inviter à la prochaine séance du séminaire de recherche « La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? ».

Cette séance aura lieu le vendredi 2 juin de 14 h à 17 h (Amphithéâtre) de la Maison des Sciences de l’Homme (20, avenue Georges Sand, 92 210 Saint-Denis, Métro Front populaire, ligne 12).

« Les éditeurs de littératures de genre et la notion d' »auteur » »

Interviendront dans cette séance :

– Anne Hautecoeur, Editions de La Musardine

– Isabelle Solal, Editions Hugo & Publishing

– Stéphane Marsan, Editions Bragelonne

– Benoît Farcy, Editions Gallimard

– Jérôme Vincent, Editions ActuSF.

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Nous vous remercions de votre participation éventuelle et nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Au plaisir de vous retrouver et d’échanger le 2 juin 2017 à 14 h dans l’Amphithéâtre.

Bien cordialement,

Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI) et Bertrand Legendre (Université Paris 13, LabSIC)

Séminaire La notion dauteur au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre

« Du « contemporain » à l’université » en accès libre

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le volume Marie-Odile André et Mathilde Barraband  (dir.), Du « contemporain » à l’université. Usages, configurations, enjeux (Presses Sorbonne nouvelle, décembre 2015) est désormais en accès livre sur open édition : http://books.openedition.org/psn/256.

Le résumé et la table des matières sont reproduits ci-dessous.
Mathilde Barraband et Marie-Odile André

Mathilde Barraband
Professeure de littérature au Département de lettres et communication sociale

Codirectrice adjointe de la revue Tangence
Université du Québec à Trois-Rivières
3351, boul. des Forges, C.P. 500,
Trois-Rivières (Québec), Canada, G9A 5H7
Bureau 3005, Pavillon Ringuet
(819) 376-5011 poste 3864
mathilde.barraband@uqtr.ca

Alors que la littérature contemporaine occupe aujourd’hui une place significative dans la recherche et l’enseignement universitaires, il importe de s’interroger sur les effets et les enjeux d’une telle rencontre. Que fait la réception universitaire à la littérature en train de s’écrire ? Que change pour les études littéraires l’analyse sur le vif ?

Les études et entretiens réunis dans ce volume dressent un état des lieux de la présence de la littérature contemporaine à l’université en France et au Québec. Ils réfléchissent sur les usages de la notion de « contemporain », les difficultés inhérentes à son emploi et les outils critiques susceptibles d’en favoriser la saisie. L’ouvrage invite ainsi à penser les processus de légitimation et de vieillissement littéraires, tout en donnant à voir une institution universitaire en pleine mutation qui s’interroge sur sa mission, entre patrimonialisation et exploration, médiation et création, ou encore entre éducation culturelle et formation professionnelle.

Appel à communications – « 1917-2017 : Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques »

Appel à communications pour le colloque international

« 1917-2017 : Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques »

7 et 8 décembre 2017 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris 8

 

Les avant-gardes artistiques soviétiques suscitent depuis longtemps un intérêt particulier et leurs pratiques multiples, leurs discours théoriques, les œuvres qu’elles ont produites et leurs influences ont été largement étudiés par la communauté scientifique. Depuis les années 1990, une réévaluation a été engagée sur les réinvestissements pluriels de ces « avant-gardes », et c’est précisément ce renouveau de la recherche que nous souhaitons interroger et mettre en perspective lors de ce colloque international.

L’année 2017, qui marque le centenaire des révolutions russes de 1917, est un moment propice à ces réflexions. S’il recouvre des imaginaires nombreux et parfois contradictoires, ce centenaire invite en effet à repenser la diversité et la pluralité de sens qu’incarnent ces évènements révolutionnaires et à mettre en lumière les créations au cœur ou à l’origine desquelles ils se sont trouvés.

Pendant deux jours, ce colloque cherchera à réunir des spécialistes internationaux issus des sciences humaines et sociales (architecture, musique, cinéma, arts plastiques, danse, littérature, théâtre ; histoire de l’art, histoire culturelle, philosophie, sociologie, anthropologie…).

Il s’agit ici de mettre en lumière les problématiques soulevées par l’avant-garde dans les années 1910, tout en insistant sur les transferts interdisciplinaires et les échanges internationaux qui ont marqué la vie culturelle russe et soviétique. Il convient ensuite de souligner la singularité de la rencontre des avant-gardes artistiques avec l’année charnière que fut 1917 considérée non seulement comme une rupture, mais aussi comme un « moment politique ». Ce colloque aura enfin pour projet de mettre en perspective la contemporanéité des préoccupations artistiques de 1917 en articulant plusieurs temporalités, de 1917 à aujourd’hui.

Les axes suivants pourront servir de pistes de réflexion :

1- Qu’est-ce qu’une œuvre politique ?

– Souligner la mobilité du rapport entre art et politique ;

– Interroger les différents régimes de politicité d’une œuvre d’art (art de propagande, art comme contestation de l’ordre social existant, art révolutionnaire comme émancipation sociale et/ou politique, art qui se revendique apolitique, etc.) ;

– En quoi les œuvres post-1917 sont, a fortiori, des œuvres politiques, ce terme ne pouvant être, selon nous, appréhendé comme contrainte, mais plutôt comme capacité créatrice portée par la puissance d’une séquence politique, la révolution bolchevique ?

– Comment penser la rencontre entre révolution artistique et révolution politique ? Entre modernité et révolution politique ?

– Quelles sont les expérimentations artistiques, les nouvelles pratiques, les techniques et formes artistiques pensées dans une perspective « révolutionnaire » (objets du quotidien, modes de production, expérimentations sonores, matériaux nouveaux, etc.) ?

– Comment appréhender les commémorations artistiques de la révolution de 1917 en ce qu’elles sont censées contenir l’essence même attribuée à la révolution bolchevique (notamment celles de 1918, 1920 et 1927) ?

2- Des avant-gardes interdisciplinaires et ouvertes sur l’Europe

– Mettre en lumière les circulations (influences, apports, co-constructions) entre les différentes disciplines artistiques aux frontières poreuses : architecture, musique, cinéma, arts plastiques, danse, littérature (théâtre, poésie) ;

– L’émergence de communautés de pensées autour de plusieurs centres artistiques : Moscou/Petrograd mais aussi en région et dans les Républiques soviétiques (Vitebsk, Kiev, Tbilissi…) ;

– Mettre en lumière les échanges féconds entre les avant-gardes russes et européennes. Quelles formes prennent ces liens (la presse artistique, les maisons d’édition, les expositions/concerts, les liens personnels) ?

3- La contemporanéité des problématiques esthétiques et artistiques soulevées par l’avant-garde

– Comment les artistes contemporains pensent-ils l’implication politique et institutionnelle des artistes révolutionnaires de 1917 ? Peuvent-ils s’en réclamer ?

– L’actualité des problématiques esthétiques portées par les artistes d’avant-garde et des problématiques politiques de la révolution de 1917 auprès des artistes d’aujourd’hui ;

– Qu’en est-il de la redécouverte des avant-gardes aujourd’hui : actualités et ses différents réinvestissements ; Interroger ces nouvelles approches avec des outils de la pensée contemporaine (théorie des médias, pragmatisme)

– La question de la réception de ces avant-gardes : confronter la pratique à la réalité du terrain, vivre et expérimenter les avant-gardes (comment habiter dans une architecture constructiviste, comment mettre en scène une pièce, quelles sont les œuvres musicales avant-gardistes interprétées lors des concerts/festival etc.).

***

Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront se faire en français, anglais ou russe. Nous invitons les chercheur.e.s à nous envoyer leurs propositions au plus tard le 15 juillet, à l’adresse suivante : avantgardes2017@gmail.com.

Elles comprendront un résumé de 4000 signes, accompagnées d’une courte biographie de l’auteur.e. Le comité d’organisation informera les participant.e.s de la sélection le 1er septembre.

 

Comité scientifique : BAZIN Jérôme (Université Paris-Est/Créteil Val-de-Marne), DESCHEPPER Julie (INALCO), DULGUEROVA Elitza (Paris I-Panthéon Sorbonne), JOSCHKE Christian (Université Paris-Nanterre), MARTIN-CHEVALIER Louisa (Université Paris 8), MILBACH Juliette (EHESS), PICHON-BONIN Cécile (Centre d’histoire de Sciences Po), POZNER Valérie (CNRS), SELIVANOVA Alexandra (Centre de l’avant-garde, Moscou), THOUVENOT Claire (Université Paris-Nanterre).

Comité d’organisation : DESCHEPPER Julie, MARTIN-CHEVALIER Louisa, THOUVENOT Claire.

***

De nombreux événements culturels seront organisés à l’occasion de ce colloque : table-ronde, atelier-création, performances artistiques, création d’une œuvre musicale.

 

Appel à articles – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 9 no 2

La revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture lance un appel à articles.

Dirigé par Nadine Desrochers (U. de Montréal) et Marcello Vitali-Rosati (U. de Montréal), ce 18ème numéro s’intitule : «L’écrivaine, l’écrivain en recherche : perceptions et approches».

L’appel est disponible à l’adresse suivante :

https://www.usherbrooke.ca/gnec/pj/no_18_appel_de_texte_bilingue_vf.pdf

Programme – « Écrivains au prétoire »

Cher collègue,
Pourriez-vous diffuser le programme de la journée d’étude que je coorganise en Sorbonne le 2 juin prochain avec mes collègues Arnaud Latil et Judith Sarfati-Lanter ?
Cette journée est consacrée aux procès d’écrivains en France à l’époque contemporaine et s’intitule « Écrivains au prétoire ».
D’avance, un grand merci.
Bien cordialement,
Anna Arzoumanov

Anna Arzoumanov

MCF Université Paris-Sorbonne
EA STIH

Nouvelle réédition sur le site Socius – « On Literary History » de Peter Bürger

Suivez la liste socius sur Twitter @listesocius.
Consultez les archives de la liste dans son carnet.
La liste fait partie du projet socius : ressources sur le littéraire et le social.

—–

Bonjour,

Dans le puissant article que nous rééditions, Peter Bürger, devenu l’auteur de référence sur l’avant-garde (voir la traduction française de sa Théorie de l’avant-garde chez Questions théoriques en 2013), s’interroge sur les liens et les obstacles qui existent entre l’histoire littéraire et la philosophie critique de l’art et de la littérature.

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer.

Colloque Prospéro – « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme », 1-2 juin 2017, USL, P61

Chers collègues,

Serait-il possible de diffuser cette annonce sur la liste Socius? Merci d’avance.

Très cordialement,

Victoire Feuillebois

 

 

Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

Vous trouverez en pièces jointes le programme et l’affiche du colloque « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme », organisé à l’Université Saint-Louis de Bruxelles les 1 et 2 juin 2017.

Très cordialement,

Laure Cahen-Maurel, Victoire Feuillebois & Martin Mees

AfficheFormespoétiquesdelavie12juinUSL

Les formes poétiques de la vie :

performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme

1er et 2 juin 2017

 

Centre Prospéro,

Université Saint-Louis, Bruxelles

 

 

 

Il existe une tension commune propre aux différentes actualisations du romantisme européen dans les lettres, les arts et la pensée des différents espaces et temporalités où il s’est manifesté : il s’agit de la volonté de transformer radicalement les rapports entre la sphère de la création et ce qui lui est extérieur en poétisant la vie. Le romantisme voit non seulement l’apparition de nouvelles formes, mais il marque la naissance d’une nouvelle ambition pour la forme, qui l’inscrit dans un rapport différent avec ce qui l’excède et la conditionne, ce qui fait ressortir trois enjeux qui s’impliquent réciproquement. D’abord celui de la performativité : les formes du romantisme ne peuvent se penser sans prendre en considération leur capacité à « trans-former » notre expérience du monde par leur singularité même. Le projet romantique part de la vie, à travers la recherche de modèles organiques ou dans l’attention aux formes de l’existence les plus prosaïques et diverses, mais en retour, les formes artistiques qu’il déploie ont aussi pour vocation de « poétiser » le monde. Ensuite celui de la réflexivité : l’ambition de changer la vie par l’art s’accompagne souvent d’une réflexion métacritique, dans la mesure où les formes en régime romantique s’indiquent elles-mêmes comme actes, processus vivants, et pensent leur propre capacité de poétisation. Cette réflexivité est internalisée dans l’œuvre autant qu’elle est affaire d’interprétation ou de retour sur l’œuvre par qui la reçoit. Enfin celui de la modernité : la problématique de la forme apparaît comme un lieu fondamental pour interroger la manière dont le romantisme s’interprète lui-même, ainsi que les appropriations et les lectures dont il a fait l’objet de la part des critiques contemporains et ultérieurs. C’est tout l’héritage du courant qui est mis en tension par la réflexion sur le caractère performatif, réflexif et, par là sans doute, intimement moderne de la forme dans les arts, les lettres et la pensée de l’époque romantique.

 

 

 

Jeudi 1er juin 2017

 

Président de séance matinée :

Isabelle Ost (Université Saint-Louis – Bruxelles)

 

 

10h-10h15 : Accueil des participants

 

10h15-10h30 : Ouverture du colloque par Laurent Van Eynde, directeur du Centre Prospéro

Introduction, par Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles), Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles)

 

10h30-11h25 : André Stanguennec (Université de Nantes) « Form », « Gestalt », « eidos », « Sinnbild ». Quelques aspects de la « forme » dans le romantisme allemand

 

11h25-12h20 : Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Sans forme pas de matière, sans matière pas de forme » : les lettres de Schiller Sur l’éducation esthétique de l’homme, une pierre d’angle du romantisme allemand

 

12h20-13h45 : déjeuner

 

 

 

Président de séance après-midi :

Pierre Piret (Université Catholique de Louvain)

 

 

13h45-14h40 : Dagmar Wieser (Universität Zürich) Faust, héros performatif

 

14h40-15h35 : Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles) L’alchimie des formes chez Nerval : une poétisation romantique

 

15h35-16h05 : Pause-café

 

16h05-17h : Giovanna Pinna (Universita degli Studi del Molise) Tragédie et ironie. De Schlegel à Solger

 

17h-17h55 : Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Le poète est le médecin transcendantal » (Novalis) : l’ambition romantique de guérir les vies par l’art

 

19h30 : Dîner

 

Vendredi 2 juin 2017

 

Président de séance matinée :

Laurent Van Eynde (Université Saint-Louis)

 

 

9h30-10h25 : Olivier Schefer (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) Nature créatrice et nature destructrice : l’art romantique à l’épreuve de la mort

 

10h25-11h20 : José-Luis Diaz (Université Paris VII Paris Diderot, Président de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémiste) Vivre en poète (1800-1850)

 

11h20-11h50 : Pause-café

 

11h50-12h45 : Serge Zenkine (Université d’État des Sciences Humaines, Moscou) Mimésis et sémiosis dans le comportement romantique

 

12h45-14h : déjeuner

 

 

Président de séance après-midi :

Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)

 

 

14h-14h55 : Éric Dayre (ENS de Lyon) Vie poétique et anthropologie : dialogues et tensions post-romantiques en Europe

 

14h55-15h50 : Dominique Peyrache-Leborgne (Université de Nantes) L’arabesque des traditions populaires et le livre-monde, du Romantisme à l’Art Nouveau

 

15h50-16h05 : Pause-café

 

16h05-17h : Émilie Pézard (ENS de Lyon, ANR Anticipation) Différentes incarnations du romantisme dans Madame Bovary

Appel à contribution – « xcentriCité – Bruxelles et Montréal : Cultures urbaines francophones en-dehors de Paris »

xcentriCité

ExcentriCity

Bruxelles et Montréal : Cultures urbaines francophones en-dehors de Paris.

Brussels and Montréal : Francophone urban cultures outside Paris.

 

International Conference. University of Chester.

Conférence internationale à l’Université de Chester.

20-22 Septembre 2017.

 

The dominating role of Paris in French language, literature and culture has been stressed by Pascale Casanova in her République Mondiale des Lettres and before her by Bourdieu in Les Règles de l’art. Being the symbolic centre of literature – and a denationalised hub of consecration until the 1950 and 1960s which Pascale Casanova calls Méridien de Greenwich, Paris is the guardian of the French language (Académie Française), it is the place where literature is either canonised or marginalised (franco-French literature or Francophone literature) and where the major editors are located.

The overtly dominant position of Paris does not mean however that there is no cultural production on its periphery. Indeed themargins of Paris, such as Brussels and Montreal have striking similarities: both cities speak a variety of French deeply

influenced by another language (Dutch and English); both Belgium and Canada are countries based on a very fragile compromise between often very hostile cultural communities (the famous ‘two solitudes’ apply probably even more to Belgium than to Canada); both cultures are celebrating a more ‘Anglo-Saxon’ style multiculturalism and both countries host fascinating and lively cultural scenes.

In our conference, we will explore Brussels’ and Montreal’s urban cultures as cultures of ex-centri-city.  Given their peripheral positions, it can be argued that their ex-centric geographic locations create an atmosphere which fosters eccentric-city.  We shall explore these cultures in their exuberance, extravagance and in their refusal of mechanisms of canonisation.

Possible themes are:

•       Literature, the representation of urban spaces, the representation of multiculturalism and bilinguism in French, English and Dutch-speaking literatures.

•       Endeavours to go beyond the language conflicts through non-verbal forms of cultural production (Cirque du Soleil).

•       Popular music and the question of centre and periphery, Dick Annegarn, Jacques Brel, Ariane Moffat, Robert Charlebois, etc

•       Film and TV-series: Representation of Brussels in the Belgian TV series Salamander, in Jaco VanDormael’s film, Le tout nouveau testament, Denys Arcan, etc.

•       Paintings, Street arts, Belgian Surrealist painters, Adrien Hébert, etc

 

Abstracts of 300 words (MS Word format) for 20-minutes papers in French or English should be sent by email to T.Obergoeker@chester.ac.uk or J.Hennuy@chester.ac.uk before 30th of June 2017.

*

Le rôle dominant de Paris dans la langue, les littératures et les cultures francophones  a été longuement analysé par Pascale Casanova dans son livre La République mondiale des lettres, et avant elle, par  Pierre Bourdieu dans Les règles de l’art. Considéré par Pascale Casanova comme le Méridien de Greenwich de la littérature, lieu de consécration littéraire, Paris, en tant que « centre naturel » de la langue et de la culture française, héberge des institutions comme l’Académie Française et les grandes maisons d’édition. Toute œuvre littéraire d’expression française y est soit canonisée, soit marginalisée (répertoriée comme faisant partie de la littérature française ou de littérature francophone). Cette position dominante ne veut pour autant pas dire qu’il n’existe aucune production culturelle en dehors de Paris. D’autres villes, telles que Bruxelles et Montréal, ont des similarités étonnantes : ces deux villes parlent un français influencé par une autre langue (le flamand, l’anglais). La Belgique et le Canada sont deux pays basés sur des compromis fragiles entre des communautés culturelles parfois très hostiles (les célèbres « deux solitudes » s’appliquent probablement mieux  à la Belgique qu’au Canada). Les deux cultures ont mis en place un multiculturalisme de style anglo-saxon et ces deux pays ont des scènes culturelles cosmopolites, dynamiques et créatives.

Ce colloque cherchera à explorer les cultures urbaines de Bruxelles et Montréal en tant que cultures de l’excentri-cité. Étant donné leur position périphérique, il est intéressant de se demander si leur position géographique excentrique crée une atmosphère culturelle qui génère une certaine excentri-cité. Nous chercherons à analyser notamment les thèmes de l’exubérance, de l’extravagance et du refus des mécanismes de canonisation.

Pour vous donner quelques idées concernant de possibles interventions :

•       Littérature. Représentations de l’espace urbain, représentation du multiculturalisme et du bilinguisme dans les littératures d’expression française, anglaise, néerlandaise.

•       Tentatives d’aller au-delà des conflits linguistiques par le biais de formes non-verbales de communication (Cirque du soleil).

•       La musique populaire et la question du centre et de la périphérie : Dick Annegarn, Jacques Brel, Ariane Moffat, Robert Charlebois, Arno etc.

•       Films et séries télévisées : Représentations de Bruxelles dans la série Salamander, dans Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael, Denys Arcan, etc.

•       Peinture, Arts de la rue, surréalisme, Adrien Hébert, etc.

 

Les propositions pour des communications en français ou en anglais (20 minutes), sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (format MS Word), doivent être envoyées par courriel à t.obergoeker@ac.uk or j.hennuy@chester.ac.uk avant le 30 juin 2017.