Archives de l’auteur : Virginie Mailhot

Appel à contributions – Revue Itinéraires. LTC, « La « renaissance littéraire » africaine en débat »

Bonjour,

La revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures lance un appel à contribution pour son numéro 2019-2 intitulé « La « renaissance littéraire” africaine en débat ».

L’argumentaire et les détails de l’appel sont disponibles en ligne ici : http://itineraires.revues.org/3649

La date limite d’envoi des articles est fixée au 6 novembre 2017.

Bien cordialement,

L’équipe de rédaction d’Itinéraires. LTC

Journée d’études – « La somme est les parties ? Visage(s) contemporain(s) de la France dans les littératures de langue française », Porto (2018)

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communication aux journées d’étude
« LA SOMME ET LES PARTIES ?
Visage(s) contemporain(s) de la France dans les littératures de langue française »

FLUP – APEF – 12 mars 2018 (Porto)

Appel à communications – Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches d’autrui, nous n’avons en revanche que rarement l’occasion de nous rassembler largement pour confronter nos objets, nos perspectives, nos champs théoriques. L’objectif des assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques est de pallier ce manque, et pour ce faire d’initier des rencontres et des débats scientifiques inédits entre les disciplines, les méthodes, les outils, les groupes et réseaux…

Afin de juguler le risque d’éparpillement inhérent à toute entreprise panoramique ambitieuse, la réflexion lors de ces assises se concentrera sur les fictions médiatiques, la notion étant ici comprise dans un sens large. En revanche, tous les angles d’attaque des fictions médiatiques sont sur le principe éligibles afin que le maximum de chercheur-e-s puissent se reconnaître dans cet événement fédérateur. Lors de sa première réunion tenue en novembre 2016, le consortium organisateur a établi une liste de thématiques envisageables, mais en précisant que ce recensement ne saurait être considéré comme exhaustif, et en prenant délibérément le parti d’une désignation peu contraignante dans sa formulation. Il serait ainsi possible de proposer des contributions sur les items suivants :

  1. Réceptions (pratiques, usages, publics)
  2. Productions (conception, création, support, socioéconomie)
  3. Récits (médias, sérialité, fiction/non-fiction, genres, poétiques, narrativité)
  4. Circulations (détournement, réappropriation, traduction, intertextualité)
  5. Cultures (médiatique, matérielle, industrielle, populaire ; consommation, objets)
  6. Imaginaires et représentations (mythes, politique, idéologies, genre/race/classe)
  7. Transmissions (héritages, politiques culturelles, éducation, didactique)

 

Format des sessions

Les assises ont pour objectif de permettre le dialogue entre les disciplines, les bases théoriques, les objets étudiés …. Les sessions viseront donc avant tout à stimuler l’interdisciplinarité et à s’affranchir des découpages habituels fondés sur l’affiliation disciplinaire, la parenté des corpus ou les proximités institutionnelles. Les propositions devront donc obligatoirement annoncer la méthode utilisée, le corpus étudié et le positionnement théorique du/de la chercheur-e afin que le comité scientifique puisse composer des panels conforme à cette attente et cette exigence d’échanges interdisciplinaires.

 

Les sessions regrouperont 3 intervenant-e-s qui disposeront chacun de 15 à 20 minutes pour présenter leur contribution. Lors de chaque session, un temps important sera réservé à une discussion interdisciplinaire approfondie, sous la responsabilité d’un-e répondant-e, sollicité-e à l’avance sur la foi de son expertise par le comité scientifique et qui sera chargé d’animer ce dialogue. Les participant-e-s devront donc impérativement envoyer leur texte à l’avance à ce/cette collègue.

 

Il est possible de proposer des communications groupées, mais ce bouquet de contributions devra alors expressément être interdisciplinaire et permettre un travail de croisement entre les objets, les disciplines, les méthodes et les théories.

 

Une sélection des communications fera l’objet de publications.

 

Les propositions de communication doivent renseigner les items dont elle relève (cf. la liste ci-dessus). Elles feront un maximum de 300 mots ou 2000 signes, devront se conformer aux éléments de cadrage présentés ci-dessus. Elles devront être accompagnées d’une courte notice biographique des intervenants. Elles sont à adresser à assises@cpm2018.fr au plus tard pour le 15 octobre 2017.

 

Des frais d’inscriptions sont susceptibles d’être demandés aux participants (si c’est le cas, ils viseront à couvrir les frais liés aux repas et resteront modiques).

 

 

Comité organisateur

Stéphane Benassi (Univ. Lille, Geriico)

Vincent Berry (Paris 13, EXPERICE – labex ICCA), également représenté par Sébastien François et Vinciane Zabban

Anne Besson (Université d’Artois, « Textes et Cultures »)

Sébastien Févry (UC Louvain, – GIRCAM)

Anne-Isabelle François (Paris 3, CERC)

Anaïs Goudmand (Lausanne/EHESS / assistante de R. Baroni EFLE / RRN)

Irène Langlet (Université de Limoges, EHIC)

Sarah Lecossais (Paris 13, LABSIC – labex ICCA)

Matthieu Letourneux (Paris Nanterre, CSLF)

Jacques Migozzi (Université de Limoges, EHIC)

Federico Pagello (Queen’s University, Belfast)

Isabelle Périer (Université du Mans, 3-LAM)

Lucia Quaquarelli (Paris Nanterre, CPRM)

Luce Roudier (ENS Ulm)

Sarah Sepulchre (UCLouvain, GIRCAM)

 

Comité scientifique

Raphaël Baroni

Stéphane Benassi

Vincent Berry

Anne Besson

Mélanie Bourdaa

Olivier Caïra

Isabelle-Rachel Casta

Monica Dall’Asta

Jean-Pierre Esquenazi

Sébastien Fevry

Anne-Isabelle François

François Jost

Irène Langlet

Sarah Lécossais

Jacques Migozzi

Keith Moser

Lucia Quaquarelli

Angels Santa

Sarah Sepulchre

Olivier Servais

Marie-Eve Therenty

 

 

Call for proposals

Research on popular cultures and media cultures emerged in the 1960s with a few seminal works, and developed considerably in the last 25 years, particularly in the last 10 years through the contributions of a new generation of researchers who fully own up to their immersion in contemporary transmedia and serial culture. Topical or synthetical research has thus explored such diverse fields as literature, cinema, television, transmedia productions, gaming and video games, comics, children’s and young adult literature, action figures, images etc.

Since the 1990s, there has thus been a significant output of enlightening and clearly synergetic research, which now warrants a collective reconsideration on the basis of new cooperation looking for interdisciplinary relationships.

Indeed, although many conferences have been organized in the field of media culture, and although researchers often read and are aware of each other’s research, we rarely get the opportunity to meet in a large group to compare our topics and perspectives or our areas of theory.

The goal of this convention on popular cultures and media cultures is to fill this gap through meetings and unprecedented scientific debates between the disciplines, methodologies, tools, groups and networks…

Such an ambitious enterprise naturally runs the risk of losing its focus, which is why we will concern ourselves with media fictions, writ in the largest sense. However, all research angles on media fictions are welcome in theory, so that as many researchers as possible are able to participate in this unifying event.

On the occasion of its first meeting, held in November 2016, the organizing committee established a list of possible themes, specifying that it was comprehensive and that it deliberately used broad terms.

 

These possible themes include:

  1. Reception (praxis, usages, audiences)
  2. Production (conception, creation, platforms, socioeconomics)
  3. Narrative (media, seriality, fiction/non-fiction, genres, poetics, narrativity)
  4. Distribution/Circulation (appropriation, reappropriation, adaptation, translation, intertextuality)
  5. Cultures (media culture, material culture, industrial culture, popular culture; consumption, objects)
  6. Representations and imaginaries (myths, politics, ideologies, gender/race/class)
  7. Transmissions (heritages, cultural politics, education, pedagogy)

 

Organization of the sessions

The convention aims to facilitate dialogue between disciplines, theories, objects etc. The sessions’ primary goal will therefore be to encourage interdisciplinarity and to do away with the usual dividing lines between fields, corpuses or institutions. Papers proposals must therefore clearly state which method, corpus and theoretical positioning the researcher uses so that the scientific committee can organize panels which fulfill the interdisciplinary expectation and requirement.

Sessions will be comprised of three 15-to-20-minute papers. Ample time will be provided during each session for in-depth interdisciplinary discussion, moderated by a respondent named in advance by the committee for their expertise. All speakers must therefore send their papers in advance to that colleague.

Pre-constituted panel proposals are allowed on the condition that the contributions are clearly interdisciplinary and allow for the aforementioned discussions.

A selection of papers will be published.

The paper abstracts must mention which themes they discuss. They must be no longer than 300 words or 2000 characters and conform to the defining guidelines mentioned above. They should be sent with a short biography of the author(s) by October 15, 2017, at the latest at the following email address: assises@cpm2018.fr

Appel à communications – « Best-sellers et réseaux du livre »

Bonjour,

Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communication « Best-sellers et réseaux du livre » proposé dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche Master 2 « Livre : Création, Culture et Société » du CSLF (Université Paris Nanterre).

Cette année, ce séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème : « Best-sellers et réseaux du livre ».

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques).

Les propositions seront transmises par voie électronique avant le 15 septembre 2017 aux adresses suivantes :  sylvie.ducas@wanadoo.fr et camille.brachet@free.fr

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre des Sciences en Littérature de langue Française (université Paris Ouest Nanterre La Défense), ouvert à des chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Renseignements pratiques :
Responsables :
Sylvie Ducas, maître de conférences HDR en littérature française à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CSLF
Camille  Brachet, maître de conférences en SIC, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, DeVisu

Horaire du séminaire de recherche :
Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

Lieu :
Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Calendrier des séances :
Entre fin septembre et fin mars

Bien à vous,

______________________________________________

Camille Brachet – Sémiologue des médias
Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Laboratoire DeVisu/LSC
camille.brachet@univ-valenciennes.fr
0699851958

Colloque – Imaginaire social (Montréal, septembre 2017)

Bonjour,

Vous trouverez en pièce jointe le programme du colloque sur Le concept
d’imaginaire social, qui se tiendra les 14, 15 et 16 septembre prochains à
l’UQÀM, à la Maison du développement durable de Montréal et à la Cinémathèque
québécoise.

Bien à vous,
Alex Gagnon

Programme_final(2)_-_Colloque_imaginaire_social

 

Parution – « Écriture et vie de société. Les correspondances littéraires de Louise d’Épinay (1755-1783) »

Écriture et vie de société
Les correspondances littéraires de Louise d’Épinay (1755-1783) 
Mélinda Caron
Les Presses de l’Université de Montréal
Collection «Espace littéraire»
ISBN 978-2-7606-3781-8 34,95 $ • 346 pages
Femme des Lumières, Louise d’Épinay est surtout connue pour sa correspondance avec le diplomate napolitain Ferdinando Galiani, de même que pour un long roman autobiographique et Les conversations d’Émilie, un dialogue mère-fille traitant d’éducation. On sait moins qu’elle a été, pendant trente ans, la collaboratrice prolifique de la Correspondance littéraire, l’un des plus importants périodiques clandestins de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. L’analyse des pièces de cette « femme d’esprit » ayant circulé dans les feuilles manuscrites de Grimm et de Meister donne à voir l’aura de la féminité dans la presse littéraire de l’Ancien Régime et la représentation de la relation ayant pris forme entre des rédacteurs parisiens et leurs lecteurs princiers, tenus au secret et dont le nombre n’a jamais excédé la douzaine d’abonnés.
Ce livre, le premier à proposer une critique approfondie des écrits journalistiques et épistolaires de madame d’Épinay, offre une réflexion sur les pratiques d’écriture et les pratiques de sociabilité d’une femme de lettres et de son proche entourage, sur leur influence réciproque, mais aussi sur l’imaginaire du monde et du milieu philosophique qui fascinait l’Europe de l’époque.
Pour feuilleter l’ouvrage :
Pièce jointe : PastedGraphic-1

Rappel AAC N° 27 – Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives.

Chers collègues,

En cette période de rentrée, nous vous rappelons l’appel à contributions actuellement en cours pour le prochain numéro de la revue Interrogations :

Appel à contribution N° 27 – Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives.

Numéro coordonné par Mireille Diestchy et Julien Péquignot

« Considérer les effets, pouvant être conçus comme ayant des incidences pratiques, que nous concevons qu’a l’objet de notre conception. Alors, notre conception de ces effets constitue la totalité de notre conception de l’objet  » (Peirce, 1878, repris et traduit dans Peirce, 2002 : 248).

La fameuse maxime de celui qui est aujourd’hui considéré comme le fondateur du pragmatisme va bientôt souffler sa 140e bougie. Pourtant, et c’est l’une des motivations principales de cet appel, force est de constater que, si le “pragmatisme” est plutôt à la mode à l’heure actuelle dans le champ des sciences humaines, le terme est loin de faire consensus, à commencer par ce qu’il implique de la démarche de recherche. On peut même avancer qu’à mesure que l’emploi du mot se popularise, le concept s’opacifie, chaque occurrence, chaque obédience, chaque sensibilité, chaque projection ajoutant une couche qui, au mieux diffracte, au pire réfléchit les lumières épistémologiques des “pères fondateurs” du pragmatisme.

Au sein de disciplines très diverses, il semble qu’un mouvement, un (re)nouveau pragmatique se déploie depuis quelques années : très récemment, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a soutenu l’École thématique, « Pragmatisme et philosophie américaine au XXe et XXIe siècles » (29 mai – 3 juin 2017, Aussois) organisée par l’association Pragmata (qui regroupe des chercheurs d’institutions variées) ; un numéro de Tracés (2008) interrogeait les rapports des pragmatismes à la sociologie, l’histoire, la littérature, les sciences cognitives ; un article collectif paru dans Politix est revenu sur trente ans de « sociologie pragmatique » (Barthe et al., 2008) ; tandis que des travaux ont été écrits sur le sujet en géographie (Dussouy, 2010), en sciences de l’éducation (Frelat Kahn, 2013) ou encore en esthétique (Shusterman, 1992). Dans le même temps, les traductions ou nouvelles traductions de Peirce (à commencer par la série en cours de publication aux éditions du Cerf sous la direction de Claudine Tiercelin et Pierre Thibaud – 4 volumes parus sur 10 prévus), James (2007), Dewey (2014a) se multiplient. Enfin, symptôme autant que conséquence sans doute, la nomination de Claudine Tiercelin, spécialiste de Peirce, à la chaire de métaphysique et philosophie de la connaissance du Collège de France, qui n’a pas été sans remous dans les “milieux autorisés” (Lancelin, 2011), semble acter cette évolution. Loin d’être exhaustif, ce modeste tour d’horizon montre le regain pragmatique que connaissent les sciences humaines en France.

Plusieurs travaux ont récemment montré précisément comment et pourquoi William James (1907, 2007) ou plus tard John Dewey ([1920], 2014b) avaient incarné en France, et ailleurs parfois, le pragmatisme américain bien plus que Peirce ou Morris (1937, 1970), sans parler des thuriféraires nationaux souvent oubliés depuis (voir à ce sujet Chevalier, 2010 ; Schmitt, 2010 ; Pudal, 2011). Aujourd’hui encore, malgré les travaux de passeuses et (re-)découvreurs comme Claudine Tiercelin ou Gérard Deledalle pour ne citer que deux exemples, Peirce est sans doute le moins utilisé, le moins connu des fondateurs. Souvent vu comme une mode intellectuelle, associée au thème du religieux ou à l’esprit de la modernité, le pragmatisme est longtemps resté une curiosité en France. Ce complexe labyrinthe théorique, parfois jungle confuse, trouve son origine en partie dans les tous premiers temps du pragmatisme, en particulier en France. Il faut dire que très tôt, c’est plutôt des pragmatismes que du pragmatisme qu’il a fallu parler, ce qui fait dire à Peirce dès 1905, non sans amertume : « C’est pourquoi, voyant le “pragmatisme”, son rejeton, promu de cette façon, l’auteur pense qu’il est temps de dire adieu à son enfant et de l’abandonner à son plus illustre sort ; tandis qu’il revendique l’honneur d’annoncer, dans le but précis d’exprimer la définition originelle, la naissance du mot “pragmaticisme”, qui est assez laid pour être à l’abri des kidnappeurs » (Peirce, 1905 : 165-166 ; repris et traduit dans Peirce, 2003 : 26).

Les notions de pragmatique, pragmatisme, pragmaticiste, pragmatiste, socio-pragmatique, sémio-pragmatique, la pragmatique, divergent dans leurs emplois, enracinements et implications. Mais c’est également l’usage de chaque terminologie qui fait débat : l’emploi de sémio-pragmatique est loin de ne renvoyer qu’au modèle de Roger Odin (2000, 2011), tandis que la pragmatique en linguistique « donne lieu à de fréquentes et regrettables confusions » (Kleiber, 1982 : 3). L’idée même de pragmatisme reste, dans certains champs, assez exotique, voire incongrue, pour que ses partisanes et partisans en soient encore au stade d’une prudente présentation (Lefebvre, 2007). Très souvent, être “pragmatique/tiste”, avoir une approche pragmatique/tiste équivaut dans l’esprit et les actes de ceux et celles qui s’en revendiquent, à prendre en compte le contexte, à ne pas se contenter de la pure immanence et à se méfier de l’ontologie à œillères. Mais est-ce qu’être pragmatique/tiste peut se résumer à “la prise en compte du contexte” ? Ne faut-il pas sans cesse réinterroger les fondements philosophiques, épistémologiques des modes de pensée pragmatiques/tistes ? Peut-on être pragmatique/tiste sans le savoir et ne pas l’être tout en s’en réclamant ? Le pragmatisme est-il une obédience parmi d’autres, une posture ou une humeur qu’il revient à chacune et chacun d’adopter ou non, ou bien est-il possible de démontrer sa puissance heuristique et sa validité scientifique (ou le contraire), à côté ou au détriment d’autres paradigmes ? Autrement dit, ce numéro cherche à poser et commencer à renseigner des questions pragmatiques au pragmatisme : de quoi parle-t-on, pourquoi, où et comment s’en sert-on, à quoi, à qui, pour qui cela peut-il servir, etc. ?

Sans prétendre résoudre tous les questionnements ni résorber toutes les tensions ou en finir avec toutes les imprécisions, ce numéro a pour ambition d’interroger frontalement le concept de(s) pragmatisme(s), non pas tant per se avec une approche purement philosophique et épistémologique, mais justement “pragmatiquement” à travers les emplois qui en sont faits, les revendications attachées, les inclusions et exclusions impliquées, et bien entendu les résultats, les effets spécifiques et différentiables qui peuvent lui être attribués (à tort ou à raison, là est justement la question), « conçus comme ayant des incidences pratiques » (Peirce, 1878, 2002 : 248).

Ces incidences peuvent être de diverses natures. Sur les résultats de la recherche, leur validité et leur réfutabilité bien entendu, mais aussi sur la ou les méthodes permettant d’y parvenir, sur les modes de pensée et de postulat (rapports entre les recours à l’abduction, l’induction, la déduction) et ainsi sur les méthodologies (qu’est-ce que/y a-t-il une enquête pragmatique/tiste, une analyse pragmatique/tiste, un corpus, un terrain pragmatiques/tistes ?) Notre questionnement porte également sur les ancrages disciplinaires, les obédiences, les courants, les écoles à l’intérieur des disciplines, ou même les orientations pluri- ou transdisciplinaires qui incitent, invitent ou, au contraire, découragent ce type d’approches. Enfin, d’un point de vue institutionnel, vaut-il mieux, pour être publié.e, écouté.e, qualifié.e, faire carrière en tant que chercheur et chercheuse, enseignante et enseignant, être ou ne pas être pragmatique/tiste, le dire ou le taire, et de quelle tendance, de quelle chapelle, avec quel engagement ou distance, quelles références et quelles “impasses” ?

Si des contributions théoriques sont les bienvenues, les propositions s’attachant au retour d’expérience sur des travaux passés, des terrains d’études constitués ou en voie de constitution, des problématiques méthodologiques illustrées par des cas précis sont attendues. La question de la réception et des usages du ou des pragmatismes mérite aussi d’être posée. Y a-t-il eu des événements, des écoles, des individus ayant suscité un regain d’intérêt pour ce type d’approche, comme, par exemple, la réception en France de la sociologie américaine d’après-guerre ? Les transformations, les torsions, les hybridations du ou des pragmatismes avec d’autres paradigmes peuvent également être interrogées afin d’en comprendre l’usage par une analyse diachronique des évolutions. Les questionnements des auteures et auteurs, que cela soit sur leurs travaux et expériences ou sur ceux et celles d’autres chercheurs et chercheuses, que ces interrogations soient pragmatiques/tistes et/ou opposées au pragmatisme, sont également dans l’optique de ce numéro. La pluralité des ancrages disciplinaires, qui est au cœur de la ligne éditoriale de la revue l’est également dans ce cadre. Si des disciplines comme la sémiotique, la sociologie ou encore la philosophie par exemple, entretiennent des liens évidents avec le sujet, les contributions élargissant les champs habituels de questionnement seront les bienvenues : quid du.des pragmatisme.s en anthropologie, en psychanalyse, en information-communication, en sciences politiques, en histoire, en géographie, en musicologie, en lettres ou encore en droit.

Références bibliographiques

Barthe Yannick et al. (2013), « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, vol. 103, n° 3, pp. 175‐204.

Chevalier Jean-Marie (2010),« La réception de Charles S. Peirce en France (1870-1914) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 135, n°2, avril-juin, pp. 179-205.

Dewey John ([1920] 2014b), Reconstruction en philosophie, trad. Patrick Di Mascio, Paris, Gallimard.

Dewey John (2014), L’expérience et la nature suivie de L’expérience et la méthode philosophique, trad. Michel Guy Gouverneur, Paris, L’Harmattan.

Dussouy Gérard (2010), « Pragmatisme et géopolitique – les opportunités méthodologiques d’une retrouvaille épistémologique », L’Espace politique, n°12 [en ligne], URL : https://espacepolitique.revues.org/1752 (consulté le 20 juillet 2017)

Frelat Kahn Brigitte (2013), Pragmatisme et éducationJames, Dewey, Rorty, Paris, Vrin.

James Williams (1907),Pragmatism : A New Name for Some Old Ways of Thinking, New York and London, Longmans, Green & Co.

James Williams (2007), Le pragmatisme. Un nouveau nom pour d’anciennes manières de penser, trad. De Nathalie Ferron, Préfaces, notes, chronologie et bibliographie de Stéphane Madelrieux, Paris, Flammarion.

Kleiber Georges (1982), « Les différentes conceptions de la pragmatique ou pragmatique où es-tu ? », L’Information Grammaticale, n° 12, pp. 3-8.

Lancelin Aude (2011), « L’inconnue du Collège de France », L’Obs [en ligne], URL :http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20110608.OBS4766/l-inconnue-du-college-de-france.html(consulté le 20 juillet 2017).

Lefebvre Martin (2007), « Théorie mon beau souci », Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas : Journal of Film Studies, vol. 17, n°2-3, pp. 143-192.

Mondeme Thomas, Lavergne Cécile (dir.) (2008), « Pragmatismes », Tracés. Revue de sciences humaines, n°15 [en ligne], URL :https://traces.revues.org/563 (consulté le 20 juillet 2017).

Morris Charles William (1937), Logical Positivism, Pragmatism and Scientific Empiricism, Paris, Hermann et Cie.

Morris CharlesWilliam (1970), The Pragmatic Movement in American Philosophy, New York, George Braziller.

Peirce Charles Sanders (1878), « How to Make our Ideas Clear », Popular Science Monthly, n°12, janvier, pp. 286-302.

Peirce Charles Sanders (1905), « What Pragmatismis », The Monist, n°2, Vol. XV, avril, pp. 161-181.

Peirce Charles Sanders (2002), Charles Sanders Peirce. Œuvres I. Pragmatisme et pragmaticisme, éd. et trad. de l’américain par C. Tiercelin et P. Thibaud. Paris, Éd. du Cerf.

Peirce Charles Sanders(2003), Charles Sanders Peirce. Œuvres II. Pragmatisme et sciences normatives, éd. par C. Tiercelin et P. Thibaud, trad. de l’américain par C. Tiercelin et al. Paris, Éd. du Cerf.

Pudal Romain (2011), « Enjeux et usages du pragmatisme en France (1880-1920). Approche sociologique et historique d’une acculturation philosophique », Revue française de sociologie, n° 4, Vol. 52, pp. 747-775.

Schmitt Arnaud (2010), « Le pragmatisme : une idée américaine », Revue française d’études américaines, n° 124, pp. 3-10.

Shusterman Richard (1992), L’art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, Paris, Minuit.

 

Lire l’appel complet et détaillé dans le fichier PDF en pièce jointe ou sur le site de la revue : http://www.revue-interrogations.org/AAC-No-27-Du-pragmatisme-en

Les articles, rédigés aux normes de la revue, sont à remettre au 31 décembre 2017, aux adresses électroniques suivantes :

mireille.diestchy@gmail.com

julien.pequignot@gmail.com

Ils devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

N’hésitez pas à diffuser cet appel au sein de vos réseaux.

 

Bien cordialement,
Le comité de rédaction

AAC_N___27_-_Du_pragmatisme_en_sciences_humaines._Bilan_et_perspectives

Parution – « Le Moment réaliste »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture

(EA 3476, Université de Lorraine, France)


Le Moment réaliste
sous la direction de Daniel Fabre † et Marie Scarpa
PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 316 pages
(20 euros)
Commander
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100024520

PRÉSENTATION

Dans la continuité de Savoirs romantiques (publié en 2010 aux Presses Universitaires de Nancy dans la collection EthnocritiqueS), ce volume constitue le second temps de cette histoire autre de la discipline ethnologique que Daniel Fabre a voulu entreprendre. Une histoire qui part des pratiques de construction et de connaissance de l’altérité (les « savoirs des différences »), en privilégiant le point de vue européen (les « autres » chez soi) et les situations où un discours de nature anthropologique émerge dans le champ intellectuel et esthétique. Une histoire qui prendrait au(x) mot(s), en somme, le constat récurrent que l’anthropologie est de toutes les sciences humaines et sociales celle qui a conservé le plus d’affinités avec la création littéraire et artistique. Si l’apport profond du romantisme, plus que d’accueillir les aspects « pittoresques » de l’altérité, a été de pointer l’inéluctable disparition des vaincus de l’Histoire et du progrès, le moment réaliste est marqué surtout par la volonté critique de rationaliser et d’objectiver les savoirs et les pratiques, afin d’atteindre une vérité du social, épistémé sur laquelle se construisent et s’instituent en disciplines les différentes sciences de la société. C’est ce tournant de l’ethnologie que ce volume se propose d’explorer à partir des mouvements intellectuels et artistiques qui lui sont contemporains, à partir du roman en particulier qui va s’imposer à la même période comme le presque tout de la production littéraire.

SOMMAIRE
I – Voir/écouter/rendre (le réel)
Judith Lyon-Caen – Enquêtes, littérature et savoir sur le monde social en France dans les années 1840 ; Marie-Ève Thérenty – « Choses vues », corps impressionnés au XIXe siècle. Du journal au roman ; Agnès Sandras, Henri Viltard – Caricaturistes et photographes. Bataille autour du réel (1840-1900) ; Marie Scarpa– Le « document humain », entre littérature et ethnographie.
II – Altérités du proche et du lointain : les savoirs et les devoirs du roman
Claudie Voisenat – Amélie Bosquet (1815-1904), entre folklore romanesque et roman réaliste ;
Sylvie Sagnes – Entre science et roman. Au pays de Roupnel, Nono, Garain et les autres ;
Françoise Michel-Jones – L’Inde chez Jules Verne : exotisme et modernité. Le Tour du monde en quatre-vingts jours et La Maison à vapeur ;
Francis Zimmermann – De Tolstoï à Thakazhi. Le roman réaliste au Kérala (1930-1970).
III – Récits de rite/Rites du Récit
Daniel Fabre † – Le roman du charivari ;
Jean-Marie Privat – Le micmac des rites ;
Agnès Fine – Rite de passage et roman de formation. L’Initiation de Bone (Russell Banks) ;
Sylvie Sagnes – Postface. Éloge de la discordance des temps.

Parution – « La Lorraine des écrivains. Création littéraire et territoire »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


 La Lorraine des écrivains. Création littéraire et territoire

sous la direction de
Carole Bisenius-Penin


Actes numériques des journées d’étude internationales (1-2 décembre 2016, Metz)
(accès libre)

Accéder au contenu :
http://lalorrainedesecrivains.univ-lorraine.fr/actes-numeriques-des-journees-detude-internationales-la-lorraine-des-ecrivains-creation-litteraire-et-territoire-1-2-dec-2016-metz/


PRÉSENTATION

Dans le cadre du programme scientifique « La Lorraine des écrivains », en partenariat avec le pôle Démocratisation et industries culturelles de la DRAC Grand Est et le Conseil Régional Grand Est, les 1res journées d’étude internationales du projet consacré à la problématique création littéraire et territoire, ont été organisées par le Crem (Centre de recherche sur les médiations), les 1-2 décembre 2016, à l’Université de Lorraine.  Ces conférences se sont articulées autour de 3 axes : une perspective historique proposant une analyse de l’univers d’écrivains lorrains (Charles de Villers, Maurice Barrès, André Spire, Gustave Kahn,  Erckmann-Chatrian, ou encore Philippe Claudel), une perspective géopoétique traitant de la question de l’espace littéraire et enfin une perspective patrimoniale et culturelle croisant promenades littéraires, géotourisme et géolocalisation. Ces actes numériques sont aussi le lieu d’une articulation entre recherche et création car en plus des articles scientifiques, le public pourra également découvrir les expérimentations littéraires réalisées lors d’un atelier d’écriture déambulatoire au cœur de la ville de Metz, sur le sentier des lanternes ou sur les marchés de Noël, une autre façon de s’approprier le territoire.
SOMMAIRE

I – Articles scientifiques
Malte Helfer – La représentation de la littérature de la Lorraine dans l’espace – utilisation d’un système d’information géographique viainternet ;
Nicolas Brucker – Charles de Villers deux cents après, ou l’opportunité d’être lorrain ;
Philippe Alexandre – Lorraine mythique et Lorraine du terroir chez Maurice Barrès, Maurice Pottecher et les écrivains régionalistes ;
Catherine Fhima – Archéologie d’une mémoire lorraine chez des écrivains juifs français autour de 1900; Pierre-Luc Landry, Éric Mathieu– Entre non-lieux, territoires imaginaires et cartographie lorraine labyrinthique : fragmentation et reconstruction des espaces dans Les Suicidés d’Eau-Claire.
II – Création littéraire et territoire

Noëlle Benhamou – Les Vosges d’Émile Erckmann et d’Alexandre Chatrian : entre réalité et fiction ;
Sylvie Lannegrand – La Lorraine dans l’espace littéraire de Jocelyne François ;
Anne Strasser – Philippe Claudel : une géographie intérieure de la perte.
Patrimoine littéraire Adeline Clerc-Florimond – Les promenades littéraires et historiques. Entre discours amateurs et logiques professionnelles ;
Sylvie Rosienski-Pellerin – Le Graoully dans la littérature de jeunesse d’aujourd’hui : entre vérité historique, anachronismes et mise en tourisme ;
Jean-Matthieu Méon – Le King of Comics à Dornot. Des comics à la Moselle en passant par Hollywood. À propos du festival « Kirby super-héros, Cabanes 2017 ». Création littéraire Noëlle Benhamou – Noëlle au pays des merveilles ;
Catherine Fhima – Déambulation 1. Jeu de Moselle en nombres lumières ;
Catherine Fhima – Déambulation 2. Metz s’émet en mémoire d’écarts vifs ;
Pierre-Luc Landry – Déambulation poétique. Le Sentier des lanternes ;

Éric Mathieu – Le Sentier des lanternes ;
Sylvie Rosienski-Pellerin – Déambulation messine.