Archives de catégorie : Non classé

Parution – « Les manuels de langue et de culture étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe/ Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler im Fremdsprachenunterricht: Québec-Kanada-Europa »

Sophie Dubois, Julia Montemayor Gracia,Vera Neusius (dir.), 

Les manuels de langue et de culture étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe/ Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler im Fremdsprachenunterricht: Québec-Kanada-Europa

Éditeur : Universitätsverlag (St. Ingbert, Allemagne)  

Lien : https://www.roehrig-verlag.de/shop/item/9783861106333/lehrwerke-fur-sprache-und-literatur-als-kulturelle-mittler-im-fremdsprachenunterricht-quebec-kanada-europa

Résumé :

La connaissance d’une culture étrangère repose sur des personnes et des objets qui jouent un rôle de médiateur culturel entre la culture source et la culture cible. Conformément à leur orientation didactique spécifique, les manuels de langue, de culture et d’histoire remplissent cette fonction médiatrice : ils constituent, dans leur quête de rencontre avec l’Autre, un lieu de contact entre les cultures.

Partant de ce postulat, cet ouvrage concernant Les manuels de langue et de littérature étrangère comme médiateurs culturels: Québec-Canada-Europe / Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler imFremdsprachenunterricht: Quebec-Kanada-Europa se consacre à l’étude des processus de transfert culturel et à leurs représentations dans un choix de manuels scolaires publiés au Canada et en Europe.  Il s’agit, entre autres, de présenter et d’examiner les relations interculturelles mises en scène dans les manuels dans le but à la fois de révéler la qualité d’outils d’acquisition de connaissances et de compétences interculturelles de ce type de publications et d’interroger l’influence d’une telle fonction sur leur didactisation.

Un intérêt particulier est porté au contexte canadien et se penche sur la culture canadienne dans ses relations avec les autres cultures, tant dans les manuels interculturels que dans le contexte d’enseignement-apprentissage.  

Table des matières : 

Sophie Dubois, Julia Montemayor Gracia, Vera Neusius (Montréal/Saarbrücken), « Introduction »

PREMIÈRE PARTIE : Les manuels de langue et de littérature étrangères comme objet d’étude

Sophie Dubois (Montréal), « Qui parle? Configurations discursives dans les manuels de langue-culture étrangère »

DEUXIÈME PARTIE : Les manuels de FLE dans le monde

Bruno Maurer (Montpellier), « La dialectique du Même et de l’Autre au miroir de manuels de FLS : trois positionnements différents Tunisie, Maroc, Sénégal »

Mélanie Buchart (Helsinki), « La matérialité discursive des représentations de l’altérité française dans les manuels de FLE finlandais : axiologie de la description, subjectivèmes et généralisations. »

Catherine Gravet (Mons), « Entendons-nous, une méthode de FLE à la belge. Quelle place pour la littérature ? »

TROISIÈME PARTIE : Les relations franco-allemandes dans les manuels

Susanne Geiling-Hassnaoui (Saarbrücken/Reims), « Das interkulturelle Potential literarischer Texte in Deutschlehrbüchern für die Oberstufe in Frankreich »

Corinna Koch und Christine Adammek (Paderborn), « Werbung als kultureller Mittler im Französischunterricht: Lehrbuchanalyseergebnisse und erweiternde Vorschläge »

QUATRIÈME PARTIE : Le Québec et le Canada français en Allemagne, en ligne et en anglais

Stefanie Fritzenkötter (Koblenz),  » Die Akadie (Kanada) und Acadiana (USA) im Oberstufenunterricht: Literaturschau und Unterrichtsvorschläge »

Edith Szlezák (Regensburg), La représentation du Québec dans les manuels scolaires de Bavière: perspectives culturelles et linguistiques »

Anne Trépanier (Ottawa), « Enseigner le Québec en anglais et en ligne : entre traduction et interprétation »

Conférence – « L’emprise du bien »

La prochaine séance du séminaire « droit et littérature », organisé dans le cadre du Labex Obvil, avec le soutien du CRLC, du CERDI et de STIH, se tiendra vendredi 22 mars de 10h à 12h, à la Maison de la recherche (28 rue Serpente, métro Odéon), ensalle D116.

Nous aurons le plaisir d’accueillir Nicolas Dissaux (Université de Lille) et Yves-Edouard Le Bos (Sorbonne Nouvelle), pour une conférence intitulée: « L’emprise du bien », dont vous trouverez l’affiche et la présentation ci-dessous.

Le Bien est-il dangereux pour la pensée ? La thèse paraît saugrenue. Certains ne l’ont pas moins défendue avec talent : l’invocation du Bien serait désormais, bien souvent, le paravent d’une piètre dogmatique. Et la tendance minerait non seulement la littérature mais aussi le droit. Au nom du Bien, la censure oeuvrerait avec bien plus d’efficacité qu’en brandissant d’autres valeurs.
Le Bien représente ainsi une belle occasion de croiser Droit & Littérature. D’autant que le remède, si mal il y a, tient peut-être justement en partie au croisement de ces deux disciplines…Yves-Edouard Le Bos et Nicolas Dissaux n’ont pas forcément de réponses à donner. Ils pensent toutefois qu’il serait bien d’y réfléchir ensemble.

Appel à contributions – « Débattre une fiction »

Voici le lien vers un appel pour un prochain numéro de Fabula-LhT intitulé Débattre d’une fiction : https://www.fabula.org/actualites/fabula-lht-debattre-d-une-fiction_90053.php.Ce numéro sera dirigé par Marc Escola, Françoise Lavocat et Aurélien Maignant (pour les contacter, écrire à : aurelien.maignant@gmail.com).

Prenant acte du fait que la fiction n’est pas seulement l’objet d’une expérience individuelle vouée à rester silencieuse, mais est aussi ce dont on parle avec d’autres lecteurs ou spectateurs, ce qu’on partage à condition d’en débattre, de confronter des opinions et de soumettre un jugement à la discussion, il s’agira dans ce numéro de Fabula-LhT de se demander de quoi l’on discourt lorsqu’on s’interroge (par exemple) sur la conduite d’un être de papier, qu’on débat d’une situation fictive ou qu’on revient sur un dénouement arbitraire.

Les proposition, de 2 à 3 pages rédigées accompagnées d’un bibliographie indicative, devront être adressées avant le 1er décembre 2019 à: romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org

Elles seront évaluées de manière anonyme, conformément aux usages de la revue. Une première version aboutie des textes sélectionnés sera à remettre au plus tard le 30 avril 2020. Une journée d’étude pourra réunir les participants à Paris et/ou à Lausanne à l’automne 2020, avant la publication du numéro.

Appel à contributions – « Revista Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural »

Revista Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural

Revista do Programa de Pós-Graduação em Crítica Cultural da UNEB

Vol 9, n° 2, jul./dez. 2019

ISSN 2178-8952

Indexador: http://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint

Écrivaines et mondialisation. 

Carolina Ferrer Université du Québec à Montréal ferrer.carolina@uqam.ca 

Roxane Maiorana Université du Québec à Montréal maiorana.roxane@courrier.uqam.ca 

Licia Soares de Souza,  Universidade do Estado da Bahia, CNPq liciasos@hotmail.com 

PRÉSENTATION

Ce numéro thématique de Pontos de Interrogação: Revista de Crítica Cultural se propose de susciter un regard critique sur les enjeux actuels qui caractérisent la place des écrivaines dans la littérature mondiale. En particulier, nous voulons souligner non seulement le travail de certaines écrivaines, mais les relations entre celles-ci, surtout dans une perspective internationale. En ce sens, une attention spéciale sera portée aux voix féminines au-delà des frontières linguistiques et géographiques. 

AXES

À titre d’exemple, nous vous suggérons les thématiques suivantes: 

  • Femmes et mondialisation versus femmes et marginalisation 
  • La place des écrivaines dans la littérature mondiale 
  • La littérature au féminin à l’âge hypercanonique 
  • Diffusion et réception internationales des œuvres d’écrivaines 
  • Réseaux d’écrivaines 

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes –en français, anglais, espagnol ou portugais– d’ici le 1er septembre 2019. Les contributions doivent être soumises directement à travers le site https://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint/index. Veuillez aussi envoyer une copie à maiorana.roxane@courrier.uqam.ca, ainsi qu’une courte note bio-bibliographique en indiquant votre nom, adresse courriel et affiliation institutionnelle. 

Le protocole de rédaction est disponible à : 

https://www.revistas.uneb.br/index.php/pontosdeint/about/submissions#authorGuidelines​

Colloque – « Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche »

Veuillez trouver ci-joint l’annonce et le programme (détaillé, en PJ) du Colloque international USPC qui se tiendra en Sorbonne à l’Amphi Durkheim les 28 et 29 mars 2019 :« Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche » http://www.univ-paris3.fr/les-francophonies-dans-la-mondialisation-entre-transmission-et-recherche-549259.kjsp

Dans le cadre de ce colloque, j’animerai le jeudi 28 mars, de 16h15 à 18h15, une Table ronde, Littératures francophones, langues du monde, formes de vie,en compagnie de 4 écrivains francophones :Silvia BARON SUPERVIELLE, Leïla SEBBAR, Maryam MADJIDI et YING Chen.

A l’écoute de différentes aires culturelles multilingues – Amériques, Europe, Maghreb et Méditerranée, Proche et Moyen-Orient, Chine – quatre écrivains témoins d’exils, de guerres ou de révolutions interrogent leur expérience des relations du français avec les autres langues ou « phonies » du monde, en ce qu’elles engagent et confrontent des histoires, des gestes et des formes de vie, des cultures, des littératures et des mondes multiples. Quels modes de négociation, d’hybridation et de réinvention du français au contact des langues dans le tiers espace de l’écriture ? Selon quels partages du sensible et des mondes, quelles articulations entre l’esthétique, le politique et l’éthique ? Quels regards sur le devenir des langues et des francophonies dans les dynamiques enchevêtrées et concurrentes des mondialisations– migrations, colonisations et interconnexions des mondes ?

– Silvia Baron Supervielle (Argentine/France), poète, romancière, essayiste, traductrice de J. L. Borges, J. Cortazar, R. Juarroz, V. Ocampo, I. Vitale, M. Yourcenar. Auteur de : Lectures du vent, Paris, José Corti, 1988 ;L’Eau étrangère, José Corti, 1993 ; Le Pays de l’écriture, Paris, Seuil, 2002, Prix Tristan Tzara 2003 ;L’Alphabet du feu. Petites études sur la langue, Paris, Gallimard, « Arcades », 2007 ; Journal d’une saison sans mémoire, Gallimard, 2009 ; Un autre loin, Gallimard, 2018. Prix de littérature francophone Jean Arp 2012.

– Maryam Madjidi (Iran/France), enseignante de français langue étrangère en Chine, en Turquie et à la Croix Rouge française ; auteur de Marx et la poupée, Paris, Le nouvel Attila, 2016, rééd. J’ai lu, 2017, Prix Goncourt du premier roman et Prix Ouest France Etonnants Voyageurs. Livre audio, Audiolib, 2018.

– Leïla Sebbar (Algérie/France), auteur de récits, nouvelles, carnets de voyage, correspondances et ouvrages collectifs : Lettres parisiennes (1986), avec Nancy Huston, rééd. J’ai lu, 2014 ; Une enfance d’ailleurs, 17 écrivains racontent, avec N. Huston (1993), rééd. J’ai lu, 2002 ; Le Silence des rives (1993), Prix Kateb Yacine, rééd. Tunis, Elyzad Poche, 2018. L’Orient est rouge, Elyzad, 2017. Je ne parle pas la langue de mon père, suivi de L’arabe comme un chant secret, rééd. Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2016.

– Ying Chen (Chine/Canada/France), romancière, poète, essayiste. Auteur de : La Mémoire de l’eau, Montréal, Leméac, 1992, rééd. Arles, Actes Sud, « Babel », 2006 ; Les Lettres chinoises (1993), rééd. Actes Sud, « Babel », 1998 ; Le Champ dans la mer, Montréal, Boréal/Paris, Seuil, 2002 ; Querelle d’un squelette avec son double, Boréal/Seuil, 2003 ; Quatre Mille Marches. Un rêve chinois, Montréal, Boréal/Paris, Seuil, 2004 ;La Lenteur des montagnes, Montréal, Boréal, 2014 ; Impressions d’été, haïkus, trad. chin./fr., MEET, 2008.Entrée libre.

Parution – « La Haine des clercs. L’anti-intellectualisme en France »

Sarah Al-Matary,

La Haine des clercs. L’anti-intellectualisme en France

Seuil, 2019.

Date de parution 14/03/2019
24.00 € TTC
400 pages
EAN 9782021048094

La France serait la patrie des intellectuels. Ce lieu commun occulte la virulence des haines que s’attirent les clercs au « pays qui aime les idées ». Faut-il considérer que les accès d’anti-intellectualisme que l’histoire a retenus ‒ l’affaire Dreyfus, le « procès de l’intelligence », la « querelle des mauvais maîtres » ‒ ne seraient que des accidents de parcours propres à dramatiser le récit national ?

Cet ouvrage montre au contraire que l’anti-intellectualisme manifeste, en France, une ardeur continue depuis le xixe siècle. De Proudhon à Michel Houellebecq, des anarchistes aux catholiques intransigeants, des nationalistes maurrassiens aux maoïstes ou aux situationnistes, il entrelace des traditions à première vue contradictoires, dont les clivages manichéens – entre la gauche et la droite, l’art et la critique, la mondanité et la science, l’élitisme et le populisme – ne permettent pas d’appréhender la convergence au sein d’une culture partagée.

Aux « rhéteurs », aux « gendelettres », au « prolétariat des bacheliers », aux « fonctionnaires de la pensée », aux « intellectuels fatigués », à l’« intelligentsia », on reproche de servir le pouvoir ou de subvertir le peuple, de s’engager ou de se taire, de parler pour les autres ou de disserter entre eux… Mais derrière le procès des intellectuels, le plus souvent instruit dans leurs rangs, c’est moins une « guerre à l’intelligence » qui est menée que des batailles de frontières autour de leur place en démocratie.

Ancienne élève de l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines, Sarah Al-Matary est maîtresse de conférences en littérature à l’université Lumière-Lyon 2. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des polémiques intellectuelles.

Table des matières

Introduction 

Chapitre un. Intellectuels et manuels au travail 

Ressouder la chaîne des savoirs

Proudhon à la manœuvre

Des redingotes et des blouses

Chapitre deux. Classes dangereuses

Mauvais procès

Un nouveau prolétariat ?

Chapitre trois. Prendre parti 

Quand Zola accusait les intellectuels

L’Affaire

Chez d’anciens dreyfusards

Chapitre quatre. Dissiper les nuées 

Humeurs viriles

Le choc des cultures

Chapitre cinq. Action directe 

L’individu à la tribune

La CGT du « chacun chez soi »

Appels au meurtre

Chapitre six. Champs de bataille 

Bourrage de crâne

Entre deux feux

Relever la tête

Chapitre sept. L’Esprit et la lettre 

Connaître Dieu

L’occupation de la Grande Chartreuse : une querelle de clocher ?

Haro sur les bien-pensants

Un bolchevik chrétien

Chapitre huit. Refondre les cadres 

L’ouvriérisme en débat

Autoportrait de Nizan en révolutionnaire professionnel

Chapitre neuf. Faire « peuple » 

La fabrique de l’écrivain prolétarien

Les vies rêvées de Céline

Chapitre dix. Coups de force

Une crise nazie de la pensée française ?

De leur propre chef

Le style (tout) contre les idées

Chapitre onze. Désunion française 

Le papetier, le ministre et les para

La question

Front contre front

Chapitre douze. Cueillir les fleurs, jeter les pierres 

La voie chinoise

Crève salope

Retour de bâton

Chapitre treize. Sur un plateau 

États d’urgence

Bourdieu dans les cordes ?

Houellebecq et Onfray face à face

Conclusion Url de référence : 
http://www.seuil.com/ouvrage/la-haine-des-clercs-sarah-al-matary/9782021048094

Parution – « The Locations of (World) Literature: Perspectives from Africa and South Asia »

Est paru un numéro spécial du Journal of World Literature (« The Locations of (World) Literature: Perspectives from Africa and South Asia »: https://brill.com/abstract/journals/jwl/4/1/jwl.4.issue-1.xml ), dont les contributions sont pour partie issues d’un colloque co-organisé à l’Ecole normale supérieure en 2017, dans le cadre du labex TransferS et dans celui de l’ERC (« Multilingual locals ») porté par Francesca Orsini à la SOAS.

L’idée initiale était de se saisir de cette catégorie abondamment théorisée de « littérature mondiale » à partir d’autres lieux, d’autres langues, et d’autres disciplines que ceux qui s’en saisissent généralement, et de voir comment celle-ci s’envisage (ou pas) non seulement de Paris, Londres, Harvard ou Stanford, mais aussi de Lagos, Alger, Allahabad, Bombay, Addis Abeba ou Dar es Salaam, et non seulement en anglais ou en français mais aussi en swahili, amharique, hindi, persan ou pulaar. En postulant la pluralité des géographies, des cartographies mais aussi des « mondes » que de nombreux écrivains d’Asie du sud ou d’Afrique habitent et inventent, l’idée était également d’examiner comment ces écrivains qui produisent leurs œuvres à partir de lieux spécifiques considèrent les catégories ou les histoires littéraires dans lesquelles celles-ci sont lues ou placées.

Vous trouverez en pièce jointe la couverture du premier numéro (le deuxième numéro avec les contributions de Fatima Burney, Claire Ducournau, Tristan Leperlier et Soofia Siddique devrait sortir fin mai) où vous pourrez lire les contributions de Mélanie Bourlet, Xavier Garnier, Sara Marzagora, Francesca Orsini, Peter D McDonald et moi-même. 

Plusieurs de ces articles sont en accès libre, mais si jamais certains qui ne le sont pas vous intéressent, n’hésitez pas à me / nous le dire. 

Parution – « Quand les auteurs étaient des nains. Stratégies auctoriales des traducteurs français de la fin du Moyen Âge »

Sous la direction de Olivier Delsaux & Tania Van Hemelryck 

Brepols, 2019

356 p., 12 b/w ill., 5 b/w tables 

ISBN: 978-2-503-58338-9

65,00 €

Depuis quelques dizaines d’années, l’avènement de l’individualité de l’auteur médiéval à la fin du Moyen Âge et l’émergence de stratégies auctoriales destinées à construire et à afficher une figure d’auteur dans l’espace du texte et du manuscrit ont (re)fait l’objet d’une attention soutenue de la critique. Étonnamment, alors que ce processus coïncide avec l’essor des traductions savantes d’autorités latines, la critique n’a guère considéré à sa juste valeur les stratégies auctoriales des traducteurs français des XIVe et XVe siècles, jugés comme un « corps » et corpus à la frontière du champ littéraire et de ses enjeux. Pourtant, les études sur les traductions modernes et pré-modernes ont depuis longtemps entrepris un travail historiographique destiné à revaloriser la figure du traducteur comme une figure auctoriale au sens plein et à part entière du champ littéraire. Dans cette démarche de revalorisation, le corpus médiéval a été négligé.

Les contributions réunies ici visent à étudier la figure d’auteur des traducteurs français des XIVe et XVe siècles et sa mise en œuvre textuelle et matérielle afin de déterminer les continuités et les ruptures entre leurs stratégies auctoriales et celles des autres auteurs du même champ littéraire.

Olivier Delsaux est professeur invité à l’Université Saint-Louis de Bruxelles (« Centre Prospéro ») et à l’Université de Louvain (« Groupe de recherche sur le moyen français »).

Tania Van Hemelryck est maitre de recherche au Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS et Professeure à l’Université de Louvain (« Groupe de recherche sur le moyen français »). Leurs recherches portent sur la littérature française de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, envisagées dans la matérialité de sa production, de sa diffusion et de sa circulation.

Table des matières:
Tania Van Hemelryck, Avant-propos
Olivier Delsaux, Quand les auteurs étaient des nains. L’auctorialité des traducteurs à l’aube de la Modernité
Claudio Galderisi, Les traducteurs et l’invention de la prose savante entre xive et xve siècle
Vladimir Agrigoroaei, Le portrait du traducteur en poupée russe Guyart des Moulins, Pierre le Mangeur et Saint Jérôme dans les enluminures du manuscrit BnF, fr. 155
Michèle Goyens, « Por la quel chose je di » : Jean d’Antioche et Évrart de Conty, deux autorités à traduire, deux approches différentes ?
Marie-Hélène Tesnière, Pierre Bersuire, traducteur des Décades de Tite-Live : Nouvelles perspectives
Anne Dubois, La création des cycles iconographiques : une face cachée de la mise en œuvre des manuscrits
Géraldine Veysseyre, « Translater » Bonaventure : la figure auctoriale des traducteurs français des Meditationes vitae Christi
Anne Schoysman, Hiéron ou De la Tyrannie traduit par Charles Soillot pour Charles le Téméraire
Elina Suomela-Härmä, Jean Lodé, traducteur de Plutarque et de Maffeo Vegio
Maria Colombo Timelli, Translateur, traducteur, auteur : quelle terminologie pour quelle(s) identité(s) dans les prologues des mises en prose ?
Aline Smeesters, Traductions humanistes du grec classique au latin classique : le cas de l’officine d’Oporinus (Bâle, 1542-1568)
Jean Balsamo, Montaigne, les traducteurs de l’italien et les stratégies auctoriales dans la seconde moitié du xvie siècle
Index des noms
Index des titres
Table des matièresUrl de référence : 
http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503583389-1

Appel à communications – « Écritures urbaines, écritures exposées »

Voici l’appel à communications pour le colloque international « Ecritures urbaines, écritures exposées » qui aura lieu les 11 et 18 octobre 2019 à Paris et à Marseille. Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai.

Ce colloque international est organisé dans le cadre du projet POSSIBLE(S) (programme Émergences de la Ville de Paris) et de la revue bilingue Biens symboliques/ Symbolic Goods, en partenariat avec le Mucem, et avec le soutien de la MSH Paris Nord, de l’Université Paris Lumière, du Laboratoire d’études en Sciences de l’art (LESA) d’Aix-Marseille Université et de la fondation A*MIDEX.

Appel à communications – « La poésie de Théophile Gauthier »

Nous avons le plaisir de vous communiquer l’appel à communications pour le colloque « La poésie de Théophile Gautier : textes et postures » organisé par la Société Théophile Gautier en collaboration avec le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, Université Clermont Auvergne) les 3, 4 et 5 juin 2020 sous la responsabilité scientifique de Monsieur Alain Montandon (CELIS/UCA).

Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 20 à 30 lignes.

Elles doivent parvenir avant la fin septembre à Alain.Montandon@uca.fr

Pour plus de renseignements, veuillez consulter le document joint.