Archives de catégorie : Non classé

Annonce – « JE à Paris (ULIP), le 08 juin 2018: « Aux frontières du réel: littérature et réalité au XXIe siècle » »

Journée d’étude

« Aux frontières du réel : Littérature et réalité au XXIe siècle » 

 8 juin 2018University of London Institute in Paris (ULIP), Paris

 

 

Argumentaire

De la théorie antique des niveaux stylistiques au réalisme français du XIXe siècle, l’interprétation du réel à travers la représentation littéraire est une thématique ancienne des études sur la littérature (Auerbach 1946, trad. fr. 1968). Plusieurs indices portent à croire que la question a fait l’objet d’une attention renouvelée depuis le début des années 1980. Philippe Hamon répond à la question des manières dont la littérature nous fait croire qu’elle copie la réalité, en analysant les moyens de créer l’illusion encodées par diverses poétiques (Hamon 1982, p. 128). Barthes rappelle que faire du vrai en matière littéraire implique la maîtrise d’une palette de techniques mimétiques producteurs « d’effets du réel » (Barthes 1982), ayant pour fonction de garantir l’authenticité au sein du système textuel. Le discours réaliste obéit donc à des « contraintes spécifiques » (Hamon 1982, p. 127), malgré le fait que l’esthétique réaliste cherche à se faire passer pour un art sans art, « en complète transparence » (Dubois 2000, p. 31). Ainsi, ce qui passe pour le comble de la fidélité réaliste se retourne en comble de l’artifice. La vraisemblance produite par ces effets de style – on notera avec A. Compagnon le flottement terminologique, signe de la relation problématique entretenue entre le texte et la réalité (Compagnon, 1998, p. 112) – permettrait au lecteur d’entrer dans un double-jeu d’immersion et de prise de distance par rapport à la fiction qui se déploie (Schaeffer 1999).

C’est justement cet espace liminaire entre les réalités externe et interne du texte que la production littéraire contemporaine en langue française tente d’investir. Pour Cécile de Bary, la définition du « pacte autobiographique » par Philippe Lejeune (1975) marque un moment essentiel dans la théorisation de « l’interaction que le texte engage », par sa prise en compte d’un pacte de lecture, et ainsi de la réception (de Bary, 2013, p. 8-9). Tout aussi essentiel, le genre de l’autofiction, initié par Serge Doubrovsky en réponse à la théorisation de  Lejeune, et qui prit véritablement son essor dans les années 1990, repose sur un propos contradictoire : c’est moi et ce n’est pas moi qui écrit (Genette 1991, p. 87). Une telle évolution s’est accompagnée de la récurrence des termes « brouille » et « brouillage » dans le discours critique, symptomatique de l’association presque inévitable de la fiction avec la réalité (Lavocat 2016).

En se fixant pour objectif d’analyser le rapport entretenu entre littérature et réalité dans la production en langue française des quarante dernières années, la deuxième journée du programme de recherche « Littérature sous contraintes/ Literature under Constraint » (L.U.C.) examinera l’articulation d’un projet littéraire à la proposition au lecteur d’un pacte de lecture d’un nouveau genre, indexé au « réel ». Dans une perspective multidisciplinaire, nous croiserons différentes approches issues des études littéraires et des sciences sociales pour étudier les contraintes spécifiques qu’une telle articulation implique.

L’un des axes principaux de la journée portera sur les projets dédiés à l’écriture de l’époque actuelle (Viart et Rubino 2013), au premier rang desquels les littératures dites de « terrain », que ce dernier soit historique ou social (Dominique Viart). L’intérêt pour le réel peut aussi se manifester par le recours à différentes techniques de prélèvement, de collage et d’assemblage, c’est-à-dire par la place centrale qu’il accorde au document, soit pour l’utiliser soit pour s’en démarquer (Alison James, Paul Aron).

Le renouveau de l’intérêt pour le réel se retrouve aussi au sein d’autres projets littéraires, tant du côté des écrivain.es, comme on le verra à l’analyse des dispositifs internes au texte dans les autobiographies d’écrivaines contemporaines aux démarches et horizons différents (Joane Brueton), que du côté des éditeurs dont le rôle est crucial pour la mise en visibilité de courants littéraires rattachables de prés ou de loin à ce « nouveau réalisme » (Gefen, 2016). Une attention particulière sera à cet égard accordée aux éditions du Seuil, dont la collection « Fiction & Cie » a été pionnière dans la publication de l’autofiction (Hervé Serry), ainsi qu’à Gallimard, à travers l’évocation des processus d’écriture et de publication d’un « roman sans fiction » par son autrice (Anna-Louise Milne).

Programme

 

09.15 Ouverture de la première journée d’étude par Dominic Glynn (IMLR) et Sébastien Lemerle (Paris-Nanterre)

 

Matinée

 

09.30 Hervé Serry (CNRS) ; ‘Le risque littéraire aux éditions du Seuil. Les débuts de la collection « Fiction & Cie »’

10.45 Joanne Brueton (ULIP) ; ‘Self-writing machines: manufacturing the real in contemporary female autobiography (Garréta, Sarraute, Ernaux)

11.30 Anna-Louise Milne (ULIP) ; ‘« Entre deux portes », ou quand les contraintes du temps prennent forme dans la ville’

 

12.45 pause déjeuner

 

Après-midi

 

13.30 Dominique Viart (Nanterre) ; ‘Projets et méthodes des littératures de terrain’

14.45 Alison James (Chicago) ; ‘Contraintes documentaires et esthétiques de l’empreinte dans la littérature française contemporaine’

16.00 Paul Aron (ULB) ; ‘Le récit de voyage antidocumentaire’

 

17.15 Table ronde animée par Subha Xavier (Emory) et Jean-Michel Gouvard (Bordeaux)

Vin d’honneur à 18.00

Modérateurs : Patricia Sorel (Nanterre), Chris Clarke (CUNY), Adina Stroia (KCL), Alexandre Gefen (CNRS), Alain Viala (Oxford), Russell Williams (AUP)

Avec le soutien de l’Arts and Humanities Research Council (AHRC).

 

Bibliographie :

 

Auerbach, Erich, 1968 (1946), Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, Paris, Gallimard.

Aron, Paul, 2012 « Entre journalisme et littérature, l’institution du reportage », COnTEXTES 11, URL : http://journals.openedition.org/contextes, consulté le 15 décembre 2017.

Barthes, Roland, « L’effet de réel », Littérature et réalité, pp. 81-90, Paris, Seuil.

Compagnon, Antoine, 1998, Le démon de la théorie : Littérature et sens commun, Paris, Seuil.

De Bary, Cécile, 2013, « Introduction », Itinéraires [En ligne], 2013-1 | URL : http://itineraires.revues.org/773

Dubois, Jacques, 2000, Les romanciers du réel. De Balzac à Simenon, Paris, Seuil.

Gefen, Alexandre, 2016, « Le monde n’existe pas : le « nouveau réalisme » de la littérature française contemporaine », in Majorano, Matteo (dir.), L’incoerenza creativa nella narrativa francese contemporanea, pp. 115 – 25.

Genette, Gérard, 1991, Fiction et diction, Paris, Seuil.

Hamon, Philippe, 1982, « Un discours contraint », Littérature et réalité, pp. 119-181, Paris, Seuil.

Lavocat, Françoise, 2016, Fait et Fiction – Pour une frontière, Paris, Seuil.

Lejeune, Philippe, 1975, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil.

Milne, Anna-Louise, 2016, 75, Paris, Gallimard.

Rocca, Anna, Reeds, Kenneth, 2013, Women Taking Risks in Contemporary Autobiographical Narratives, Newcastle, Cambridge Scholars Press.

Schaeffer, Jean-Marie, 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil.

Serry, Hervé, 2006, « L’essor des éditions du Seuil et le risque littéraire. La création de la collection “Fiction & Cie” », p. 164-190 in Olivier Bessard-Blanquy (dir.), L’Édition littéraire aujourd’hui, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Viart, Dominique, Rubino, Gianfranco (dir.), 2013, Ecrire le présent, Paris, Armand Colin.

Événement – « Journée d’études sur les approches matérialistes du réalisme »

Le séminaire Séminaire littéraire des Armes de la Critique a le plaisir de vous inviter à une journée d’études sur les approches matérialistes du réalisme, qui aura lieu le 5 juin à l’université de Paris 8, en salle G-2 avec le soutien du laboratoire LHE (Littérature, Histoire, Esthétique), 217322.

La notion de réalisme, souvent convoquée dans les études littéraires, pose problème : d’une part, son pouvoir d’évidence tend à naturaliser certains traits thématiques et stylistiques au détriment d’une contextualisation historique fine ; d’autre part, son intérêt heuristique peut être fortement limité par l’élargissement de son domaine d’application. Si la plupart des critiques l’assimilent surtout à son apogée, au XIXe siècle, d’autres l’étendent jusqu’au XXe, voire jusqu’aux nouvelles formes de la littérature contemporaine. Peut-on discerner des traits communs entre le « réalisme » tel qu’il est canoniquement conçu – à savoir un moment historiquement et géographiquement circonscrit, ce « réalisme français » défini par Lukács et incarné selon lui par Balzac, et ces courants qu’on a pu appeler « nouveau réalisme » ou « réalisme contemporain » ?

Nous souhaitons ainsi aborder à nouveau cette notion de réalisme et interroger la continuité et la cohérence de ces appellations selon un angle méthodologique spécifique, l’approche matérialiste. Nous entendons par là non seulement une attention portée au contexte de production et de réception et à l’inscription et au rôle des œuvres dans le mouvement de l’histoire, mais aussi aux théoriciens qui se revendiquent de l’approche matérialiste (notamment Lukács et ses successeurs, Goldmann, Barbéris, etc.) et se nourrissent des apports du marxisme et des sciences sociales en général.

PROGRAMME

9h : Accueil des participant.e.s

9h15 : Introduction

■  Le réalisme socialiste, de l’URSS à la France

9h30-10h : Guillaume Fondu (doctorant en philosophie, Université de Rennes-I), « Vers une épopée réaliste : la mise en récit de la construction du socialisme »

10h-10h30 : Jordi Brahamcha-Marin (doctorant en littérature française, Université du Mans), « Louis Aragon et le “réalisme” hugolien : le moment 1935-1936 »

10h30-11h : Pascale Fautrier (docteure, agrégée de Lettres Modernes, écrivaine), « Le réalisme chez Sartre »

11h-11h30 : Discussion

11h30-11h45 : Pause

■ Réalisme de Lukács, dépassement et critiques

11h45-12h15 : Alix Bouffard (doctorante en philosophie, Université de Strasbourg), « Le réalisme de Lukács »

12h15-12h45 : Jean Tain (doctorant en philosophie, ÉNS Paris, PSL), « Le réalisme excentrique de Balzac selon Adorno »

12h45-13h : Discussion

            13h-14h30 : Pause déjeuner

■ Retour sur les usages du terme « réalisme » dans les études littéraires

14h30-15h30 : G. Gengembre (professeur émérite, Université de Caen) et J.-D. Ebguy (Maître de Conférences, Université Paris 7 – Denis Diderot) (répondant), « Le terme de “réalisme” : faute de mieux ou mieux disant? »

            15h30-15h45 : Pause

■ Usages contemporains du réalisme  

15h45-16h15 : Vincent Berthelier (doctorant en stylistique, Université Paris IV – Paris Sorbonne), « Houellebecq, la science sociale comme nouvel effet de réel »

16h15-16h45 : Anne-Laure Rebreyend, (docteure, agrégée d’espagnol), « Retour du réalisme et matérialisme historique dans le roman espagnol contemporain »

16h45-17h15 : Daniel Hartley (chercheur postdoctoral, Leverhulme fellowship, University of Leeds), « L’impersonnalité dans la littérature-monde : entre réel et réalisme »

17h15 – 17h45 : Discussion et clôture du colloque

 

Pour plus de détails sur l’approche du séminaire, on pourra se rapporter aux séances mises en ligne sur le site du SLAC : https://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-4e-annee-2016-2017.

Annonce – « Séminaire droit et littérature »

Séminaire de recherche « Droit et littérature : regards croisés » 
 
Le séminaire de recherche du projet « Droit et littérature » mené dans le cadre du Labex OBVIL (Sorbonne Université) avec le soutien du CRLC (Centre de Recherche en Littérature comparée), du CERDI (Centre d’Études et de Recherches en droit de l’immatériel) et de STIH(Sens, Texte, Informatique, Histoire)a pour objectif d’explorer un champ de recherches en plein essor en France, portant sur les relations entre droit et littérature. Il s’agit de donner une visibilité aux travaux qui s’inscrivent dans ce domaine mais aussi de faire dialoguer les différents chercheurs qui s’intéressent à ce champ.
 
Séance 2 : Vendredi 08 juin 2018 de 10h à 12h 
Maison de la Recherche de Sorbonne Université, 28 rue Serpente 75006 Paris, salle D116
 
« Narrativité et normativité »
Conférence de Françoise Lavocat (Centre d’Études et de Recherches Comparatistes), Université Sorbonne nouvelle) et de Otto Pfersmann (Centre d’étude des Normes Juridiques, EHESS)
 
Entrée libre
Coordination/contacts:Anna ARZOUMANOV, OBVIL/STIH (annaarzoumanov@gmail.com
Arnaud LATIL, OBVIL/CERDI (arnaud.latil@gmail.com)
Danielle PERROT-CORPET, OBVIL/CRLC (danielle.perrot@wanadoo.fr)
Judith SARFATI LANTER, OBVIL/CRLC (judithsl@yahoo.com)

Annonce – « CfP for Workshop – « Slavery, Authorship and Literary Culture » »

CfP for Workshop: Slavery, Authorship and Literary Culture

Maison française, Columbia University, New York, 

January 24-26, 2019 
 

This interdisciplinary and transregional workshop explores slavery, past and present from the perspective of authorship, textuality and literary culture.

Slavery is often portrayed as shrouded in silence due to the simple fact that the number of texts and accounts written by enslaved people is very limited, especially when compared to the vast amounts of documentation produced by the colonial powers. As recent scholarship has shown, however, enslaved people were not silent—silence is rather an effect created by the privileging of some forms of writing and as a result certain voices and viewpoints over others.

This workshop aims to investigate writing about slavery in all its forms, from the written traces left by enslaved people to the archives of slaveholders and from the discourses of abolition to postcolonial narrative. While we acknowledge the problem of invisibility as a fundamental condition for the study of slavery we also wish to highlight the ways in which discourses about slavery have found their way into print and other media as well as the ways in which these texts have circulated and been read. The workshop will consider how enslaved people expressed themselves in writing, considering, among other genres, letters, legal and financial documents, as well as published texts of all kinds. We will explore how the formerly enslaved took up authorship as free colored people or after emancipation in newspapers, journals or in other contexts and venues. We will consider the literary cultures that took shape in colonies and countries in which texts on slavery were produced and disseminated. Finally, we will explore postcolonial writing about slavery as well as contemporary accounts of slavery in today’s world. An important question for the workshop will be how and to what extent authorship corresponds to agency and political subjectivity.

We invite papers that address any of the many the ways in which literature relating to slavery has been written, disseminated, read and discussed. This includes, for example, the existence of libraries and literary and scientific circles in colonial settings, the ways in which colonial literature was read and discussed in Europe, international debates about abolition, the uses of literature in colonial schools and missions, and more broadly the use of text as documentation. Papers might also consider processes of translation between languages and cultures, e.g. from an African to a plantation context, when texts pass from one colonial system to another and when accounts circulate between European audiences and the reverberations of these processes in other parts of the world. We also invite papers that address the afterlives of colonial slavery in contemporary literatures worldwide and the recreation of lost authorship as authors engage with the memory of slavery and attempt to recover lost voices.

The workshop will have a broad historical and geographical scope. We encourage papers on modern slavery from the 16thcentury to the present. While the focus will be on the Atlantic world, we are also interested in the related systems of African, Mediterranean and Indian Ocean slavery. Comparative angles are especially welcome. Areas of particular interest include but are not limited to:

— Questions of agency and political subjectivity in relation to authorship. How do we situate slave narratives and their impact both at the time of their publication and since? Where do we locate the voices of enslaved and formerly enslaved in different genres and forms of textual expression?

— Literary cultures in the colonial world, e.g. the existence of libraries, bookstores, printing presses, scientific societies and the relationship between literature and literary institutions and the practices of slavery in the colonies and Europe.

— The relationship between literary, performative, and visual forms of expression relating to slavery in the colonies and in Europe.

— Gender in colonial literary culture, in relation to questions of subjectivity, and in later historical and literary reflections on the gender structures of slavery and post-slavery societies.

— The relationship between slavery and colonialism and the development of African print culture and the traces and translation of oral slavery stories in printed texts.

— The role of abolitionist movements in the disseminations of early texts on slavery and the establishment of African-American and African-European literary traditions.

— The relationship between economy, capitalism and literature in the colonial Atlantic and its importance for the circulation, translation and commerce of texts across the Atlantic and between colonial spheres.

— How to recognize processes of silencing. Which strategies of reading traces and absences must be employed in order to highlight and perhaps counteract silencing?

— Post- and decolonial responses to slavery in 20thcentury art, film and literature especially in relationship to questions of voice and agency.

 

The workshop is the third in a series preparing Comparative Literary Histories of Slavery, eds. Mads Anders Baggesgaard, Madeleine Dobie and Karen-Margrethe Simonsen, a three-volume work to be published by John Benjamins in the ‘literary histories’ (CHLEL) of the International Comparative Literature Association. Two other volumes currently under production engage with the topics of Slavery, Literature and the Emotionsand Slavery, Memory and Literature. Workshop participants will be invited to submit proposals for the third volume on Slavery, Authorship and Literary Cultures.

Please send 100-200 word abstracts for 20 minute papers to madsbaggesgaard@cc.au.dkno later than September 1, 2018 along with a short biographical note.

Participants will have to cover their own costs for travel and lodging. Lunches and coffee breaks will be provided. For information on recommended accommodation and other practical matters please contact mld2027@columbia.edu.The seminar is hosted by the Maison française, Columbia University and is organized by the research project Reading Slavery at Aarhus University, Denmark, see readingslavery.au.dk.

Annonce de parution – « Writing Vichy (new publication) »

Ego-histories of France and the Second World War

Writing Vichy

Editors: Manu Braganca & Fransiska Louwagie

Palgrave 2018

This volume presents the intellectual autobiographies of fourteen leading scholars in the fields of history, literature, film and cultural studies who have dedicated a considerable part of their career to researching the history and memories of France during the Second World War. Based in five different countries, Margaret Atack, Marc Dambre, Laurent Douzou, Hilary Footitt, Robert Gildea, Richard J. Golsan, Bertram M. Gordon, Christopher Lloyd, Colin Nettelbeck, Denis Peschanski, Renée Poznanski, Henry Rousso, Susan Rubin Suleiman and Peter Tame have played a crucial role in shaping and reshaping what has become a thought-provoking field of research. This volume, which also includes an interview with historian Robert O. Paxton, clarifies the rationales and driving forces behind their work and thus behind our current understanding of one of the darkest and most vividly remembered pages of history in contemporary France.

See Palgrave’s website for additional information: Ego-histories of France and the Second World War

Dr Manu Braganca

Assistant Professor in French Studies

UCD School of Languages, Cultures and Linguistics

University College Dublin

Newman Building

Belfield, Dublin 4

Latest publications freely accessible online:

-on violence in France in the 21st century: click

-on memories of WWII in Europe: click

-on the curious history of Mein Kampf in French language in FrenchEnglish or Spani

Avis de parution – « Les Savoirs des barbares, des primitifs et des sauvages. Lectures de l’Autre aux XVIIIe et XIXe siècles »

Chère Madame, Cher Monsieur,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage suivant avec le soutien du CELIS :
Les Savoirs des barbares, des primitifs et des sauvages. Lectures de l’Autre aux XVIIIe et XIXe siècles
Ouvrage collectif publié sous la direction de Françoise Le Borgne, Odile Parsis-Barubé et Nathalie Vuillemin
Paris, Classiques Garnier , coll. « Rencontres » n° 343, 2018, 329 p.
ISBN : 978-2-406-07939-2
Prix : 37,00 
La reconnaissance, aux XVIIIe et XIXe siècles, de savoirs chez les peuples barbares, primitifs et sauvages témoigne de mutations idéologiques et épistémologiques que ce volume collectif analyse à partir d’un corpus francophone constitué de discours savants et d’œuvres littéraires et artistiques.
The recognition, in the eighteenth and nineteenth centuries, that barbar ic, primit ive, andsavage peop les possessed knowledge of their own is a testament to the ideological and epistemologicalchanges that this collective work analyzes, using a francophone corpus composed ofscholarly texts and literary and artistic works as its jumping o » point.
En vous remerciant de votre attention.
Bien cordialement à vous,

—————————————————-

Appel à communications – « Pratiques sociales de l’écrit »

Appel à communications pour l’atelier jeunes chercheur.e.s – « Pratiques sociales de l’écrit » qui se tiendra à l’EHESS.
Après une séance de présentation le jeudi 25 octobre 2018, il se déroulera en cinq autres les jeudi 22 novembre 2018, 24 janvier, 21 février, 28 mars et 22 mai 2019.

Affiche Pratique de l'écrit.jpg
À la faveur des renouveaux portés par l’histoire culturelle du livre et de la lecture [R. CHARTIER, 1987 ; 1993], par un dialogue renoué avec les sciences auxiliaires [A. PETRUCCI, 1989 ; 1992], et par les études anglo-saxonnes pionnières sur la literacy [M. CLANCHY, 1979 et J. GOODY, 1977, 1986], les chercheurs-ses en sciences humaines et sociales ont désormais intégré dans leurs recherches de nouvelles manières d’appréhender les pratiques d’écriture. Un regard anthropologique s’impose, consistant à remettre en contexte l’acte d’écriture dans le monde social dans lequel il est apparu [B. FRAENKEL, 1992]. En histoire, la source écrite n’est plus perçue comme un simple support de l’information mais constitue en elle-même un objet d’étude important. En opérant un retour sur sa matérialité, on s’intéresse à son contexte de production et aux desseins des acteurs qui l’ont produite. Particulièrement sensibles à ce renouveau, certain-e-s historien-ne-s du Moyen Âge ont contribué au développement d’une nouvelle méthode – si ce n’est un nouveau courant ou un nouveau champ – pour l’étude des pratiques de l’écrit [P.CHASTANG – É. ANHEIM, 2009].
Dans la recherche francophone, les possibilités de se former à ces nouvelles pratiques sont riches pour les étudiant-e-s en master et doctorat qui ont la possibilité de fréquenter une offre dense de séminaires, journées d’études, et colloques consacrés à ces questions. Des étudiant-e-s en anthropologie, en sociologie comme en histoire accordent désormais une place centrale à l’analyse des usages et des significations culturelle, politique, économique et juridique de l’écrit. Issu-e-s de disciplines et d’institutions différentes, les jeunes chercheurs-ses francilien-ne-s n’ont pas d’occasions régulières pour se réunir et réfléchir ensemble à leurs intérêts de recherche communs. Il nous semble important de répondre à ce manque afin qu’ils puissent se rencontrer et débattre pour inscrire les recherches sur les pratiques de l’écrit dans la voie épistémologique la plus pérenne possible. C’est pourquoi nous invitons celles et ceux qui partagent un intérêt pour ces questions, à participer à l’atelier doctoral interdisciplinaire « Pratiques sociales de l’écrit » qui se tiendra à l’EHESS en salle A4–47 du Centre de Recherches Historiques (4ème étage de la Maison des Sciences de l’Homme), au 54 boulevard Raspail de 17h à 20h. Après une séance de présentation le jeudi 25 octobre 2018, il se déroulera en cinq autres les jeudi 22 novembre 2018, 24 janvier, 21 février, 28 mars et 22 mai 2019.
Chaque session sera animée par un maximum de trois jeunes chercheurs-ses issu-e-s, dans l’idéal, de disciplines variées. Pour préparer la séance, ils pourront proposer à l’ensemble des participant-e-s de l’atelier, la lecture de travaux de recherche ; ce qui permettra de croiser et d’enrichir les références bibliographiques et la réflexion commune. Dans un premier temps d’une heure et demie environ, ils présenteront en commun leurs travaux sur une des thématiques principales de l’atelier (par exemple « écrit et oralité », « l’écrit et la ville », « l’écrit et le gouvernement », etc.). La deuxième partie sera consacrée à un débat conduit par les organisateurs-trices de l’atelier autour de la problématique du jour. Nous insistons sur l’importance que nous voulons donner à cet échange qui permettra d’apporter des regards différents aux intervenant-e-s du jour. Nous espérons qu’il alimentera une réflexion féconde quant aux problématiques générales de l’atelier. Nous invitons celles et ceux qui seraient intéressé-e-s par l’organisation d’une séance à nous envoyer une courte présentation de leur projet de recherche (max. 500 mots) et nous faire part de leurs idées avant le vendredi 29 juin 2018, à l’adresse suivante : atelierpratiquesdelecrit@gmail.com. Cela nous permettra de mettre en contact les chercheurs-ses travaillant sur des sujets de recherche communs ou proches et de programmer les différentes sessions qui seront présentées lors de la séance introductive. Les présentations et références bibliographiques des travaux présentés ainsi que les discussions de chaque atelier donneront lieu à une publication régulière dans un carnet Hypothèse « Pratiques sociales de l’écrit » qui sera spécialement créé comme support aux rencontres et réflexions communes.

Informations complémentaires :

Organisation :

Serena Galasso (EHESS – CRH/EFR)
Louis Genton (UVSQ – DYPAC/FSP)

Propositions :

Prière d’envoyer les propositions de communication le 29 juin 2018  au plus tard, sous forme d’un résumé de 500 mots environ à l’adresse suivante :  atelierpratiquesdelecrit@gmail.com

Appel à communications – « Passeurs de la littérature américaine en France 1917-1967 »

Passeurs de la littérature américaine en France 1917-1967

Ces deux journées d’études interdisciplinaires sont consacrées à la manière dont la littérature américaine entre dans le champ de la culture en France, au cours d’une période définie par deux moments-clé de la relation franco-américaine: l’engagement des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale (1917) et le retrait des forces de l’OTAN du territoire français (1967).

Il s’agira, d’une part, d’identifier les intermédiaires qui ont permis la circulation de la littérature américaine en France au cours de cette période ; d’autre part, d’éclairer la diversité de leurs pratiques (création de fonds ou de corpus, traductions et publications, études universitaires ou critiques, adaptations textuelles ou audio-visuelles, enquêtes ou commentaires journalistiques ou autres) ainsi que les formes de capitalisation, sélection, distorsion, hybridation, censure, rejet ou subversion qui les accompagnent. On souhaiterait également faire apparaître les relations sociales, culturelles, économiques ou politiques que ces passeurs mettent en jeu ainsi que les perceptions et les images de la littérature américaine qu’ils ont construites pour le public français.

On pourra croiser les études littéraires (américanistes et comparées), l’histoire, la sociologie, les arts visuels pour approfondir la compréhension du travail de cette multitude d’acteurs – institutions, cercles, communautés, individus – qui permet la circulation transatlantique des textes vers un pays dont la capitale, Paris, est alors dotée d’un immense pouvoir de consécration. On s’attachera à mieux cerner le rôle ce ces acteurs, notamment celui des bibliothèques universitaires ou privées, des maisons d’édition et des collections, des librairies et des périodiques (telles les revues universitaires, relativement peu étudiées). Dans le même esprit, on mettra en lumière le rôle des intermédiaires individuels : traducteurs, préfaciers, mécènes, éditeurs (publishers), rédacteurs et éditorialistes, critiques, agents littéraires, diplomates, universitaires, journalistes et correspondants de périodiques américains à Paris, mais aussi scénaristes, dessinateurs, metteurs en scène et librettistes. Sans exclure les « passeurs » les plus célèbres (Soupault, Larbaud, Bazalgette, ou Coindreau), les propositions veilleront à révéler des intermédiaires méconnus et les réseaux/sociabilités dans lesquels ils s’insèrent.

Outre les personnes et institutions, nous proposons également d’étudier certains médias comme moyens de diffusion de la littérature américaine en France : arts visuels (en particulier la bande dessinée), cinéma, théâtre et radio. On pourra ainsi s’intéresser à l’adaptation de BD américaines par des magazines français dans le contexte politique et moral de l’Hexagone, ou à certaines adaptations cinématographiques emblématiques, comme Le Dernier tournant(1939) ou Pierrot le Fou (1965), ou encore au passage de la poésie et la littérature américaines à travers le médium radiophonique et ses formats privilégiés (lectures, causeries et entretiens). Enfin, on pourra envisager le phénomène de l’adaptation/appropriation/réinvention de certains codes de la littérature américaine – dont l’exemple le plus connu est sans doute J’irai cracher sur vos tombes (1946) de Vernon Sullivan (alias Boris Vian) – qui à défaut de transmettre un texte original véhiculent une certaine idée de la littérature américaine.

Nous encourageons des contributions d’une durée de 25 minutes en anglais et en français dans les champs de la littérature et de la littérature comparée, de l’histoire du livre et de la culture matérielle, de la sociologie, des arts, du théâtre et du cinéma.

Les propositions (résumés) seront déposées sur le site de la conférence accompagnées d’une brève notice biobibliographique : http://passeurs2019.sciencesconf.org/

Date limite pour le dépôt des propositions : 15 septembre 2019

Bibliographie :

Boschetti, Anna (dir.), L’Espace culturel transnational. Paris : Nouveau Monde Editions, 2010.

Brooker, Peter, Thacker, Andrew (dir.), The Oxford Critical and Cultural History of Modernist Magazines. II. North America 1894-1960, Oxford, Oxford University Press, 2009-2013.

Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

Tournès, Ludovic, L’argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement, 2010.

Comité d’organisation :

Sylvie Bauer, Université Rennes 2

Anne Reynes-Delobel, Aix-Marseille Université

Benoît Tadié, Université Rennes 2

Comité scientifique :

Hélène Aji, Université Paris Nanterre

Laurence Cossu-Beaumont, Université Paris 3

Cécile Cottenet, Aix-Marseille Université

Céline Mansanti, Université de Picardie-Jules Verne

Anne Reynes-Delobel, Aix-Marseille Université

Benoît Tadié, Université Rennes 2

Sophie VALLAS, Aix-Marseille Université