Archives de catégorie : Non classé

Appel à communications – « Événement : représentations et enjeux »

Appel à communications

Colloque international

Événement : représentations et enjeux

17 – 18 Avril 2018

Département de Langue et de Littérature Françaises

Faculté des Lettres – Université du Caire

 

Événement et littérature, événement et arts, événement et sciences du langage, événement et médias, c’est peut-être en ces axes que se résument de nombreuses questions des sciences humaines, s’interrogeant sur les avatars et les enjeux de la représentation du réel. Car, si la représentation du réel couvre un champ très large incluant le banal, le quotidien, le continu, elle connaît aussi une forme de mise en relief exacerbée qui projette en avant l’inattendu, l’exceptionnel, le bouleversant, l’élément perturbateur et/ou régulateur, lequel organise les faits selon le paradigme : avant/après. L’Événement, il suffit de changer le verbe qui précède la notion pour qu’apparaisse tout le prisme de significations permettant de nouvelles perspectives de recherches : entre dire l’événement, faire événement, mettre en événement, déconstruire l’événement, mythifier / démythifier l’événement, toute la distance entre l’objet et le sujet, le fictionnel et le factuel, le texte et le contexte, le subjectif et l’objectif, distance qui tantôt se rétrécit pour effacer les frontières entre les composantes du binôme et tantôt s’élargit pour rendre plus aiguë l’opposition.

Se situant dans la continuité d’une réflexion déjà entamée dans une journée d’étude à l’université Paul-Valéry (Montpellier 3), réunissant des chercheurs de cette institution et de l’université du Caire, le présent colloque se propose de revisiter –  à travers un corpus englobant la littérature, les arts, les médias, les sciences du langage –  les tensions qui travaillent cette notion, dans ce qu’elle offre de plus varié et de plus controversé. Car s’il est vrai qu’elle a depuis deux décennies au moins occupé le devant de la scène dans les sciences humaines, il n’en est pas moins vrai qu’elle a été l’objet de plusieurs remises en question. En témoigne ce foisonnement de livres, de colloques sur une problématique qui n’a pas perdu de son actualité et dont les enjeux sont encore à cerner. Le colloque que nous organisons se voudrait être une contribution à la réflexion interdisciplinaire sur la question de l’événement, en l’étudiant dans une perspective comparatiste mettant en rapport, sans s’y restreindre, les deux cultures arabe et française.

Axes de réflexion

Les communications pourraient s’inscrire dans l’un des axes suivants :

  • Événement : définitions et évolution

Cet axe s’intéressera à l’analyse des définitions de l’événement (les constantes et les distinguos apportés à cette notion) dans différentes aires culturelles. De même, il comprendra sa perception dans les diverses disciplines, d’un point de vue synchronique et diachronique.

 

  • Dire l’événement

Cet axe mettra l’accent sur les procédés et techniques d’écriture, les modalités et les schémas d’expression de l’événement, aussi bien dans les textes factuels que dans  les textes fictionnels.

 

  • Mise en événement

Comment se construit l’événement ? Par quels moyens un incident qui, au premier abord semble être sans grande importance est baptisé « événement », voire « événement majeur » ? Quels acteurs décident-ils du sort d’un événement, favorisent-ils son éclipse ou au contraire son retour ? Comment s’effectue la fabrique de l’événement ? Sa déconstruction ? Un large corpus puisé dans le littéraire, l’artistique, l’historique, le médiatique pourrait présenter des réponses à ces questions en se prêtant aux approches les plus variées : narratologique, linguistique, sociologique, psychologique, etc.

 

  • Faire événement

Cet axe sera consacré aux œuvres qui ont fait date et ont représenté un véritable tournant dans l’histoire de l’humanité. Nombreux sont les textes  littéraires, les œuvres artistiques, les films, les traductions, les ouvrages de critique, de théorie, ou encore de réflexion historique, philosophique, culturelle qui ont constitué en eux-mêmes un événement. Événement qui doit sa fortune aux prix, à la notoriété des maisons d’édition, au profil de l’auteur, à la publicité, ou encore à l’actualité, à la censure, à la polémique, à un certain système de valeurs qui serait à vulgariser ou à bannir…Autant de points qui pourraient être étudiés sans exclure l’autre revers : les facteurs qui détrônent une œuvre jadis majeure et la destitue de son aspect «événementiel ».

 

Soumission des propositions de communication

Merci d’adresser votre proposition de communication de 300 mots environ (anonyme) ainsi qu’une brève notice biobibliographique (en fichier séparé) avant le 15 septembre 2017 aux deux adresses suivantes :

 

 

  • La réponse du comité de lecture vous parviendra au plus tard le 15 octobre 2017.
  • Une sélection d’articles sera publiée après évaluation en double aveugle.

 

Informations pratiques

  • Frais d’inscription : 100 euros
  • Le colloque ne prend en charge que les repas et les pauses café des 17 – 18 avril, les frais de voyage et de l’hébergement restant à la charge du participant (une liste d’hôtels à prix négociés vous sera communiquée ultérieurement).
  • Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter :

Héba Machhour : hemac19@hotmail.com

 

Comité Scientifique

  • FATHY Rania (Université du Caire)
  • GAD EL-HAK Farida (Université du Caire)
  • HOSNY Aïda (Université du Caire)
  • MACHHOUR Héba (Université du Caire)
  • SABRY Randa (Université du Caire)
  • SAMINADAYAR-PERRIN Corinne (Université Paul-Valéry Montpellier 3)
  • SIRDAR-ISKANDAR Christine (Université du Caire)
  • < >(Université Paul-Valéry Montpellier 3)YOUNES Ebtehal (Université du Caire)

 

url de référence :http://dllf.edu.eg

Parution – « La tentation littéraire de l’art contemporain »

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution aux Presses du réel de La Tentation littéraire de l’art contemporain, ouvrage collectif issu du colloque qui s’est tenu au Lieu Unique à Nantes en octobre 2014.
Présentation du livre sur le site de l’éditeur :
En pièce jointe, le sommaire et l’introduction du livre.
Pascal Mougin
Unité mixte de recherche THALIM (Paris 3 Sorbonne nouvelle – CNRS)

Appel à communications – « Attention, machine ! Pratiques artistiques et recyclages médiatiques »

Attention, machine !

Pratiques artistiques et recyclages médiatiques

8, 9 février 2018

Université Grenoble-Alpes / Hexagone – Scène Nationale arts et sciences (Meylan)

 

Organisé en collaboration avec la scène nationale « Arts-Sciences » de l’Hexagone (Meylan), ce colloque interdisciplinaire s’inscrira dans la programmation d’Experimenta, biennale arts-sciences de l’Hexagone, et articulera communications universitaires, conférences grand public, visite de l’exposition et spectacles.

 

La mécanisation des pratiques artistiques depuis le 19ème siècle a donné lieu tant à de virulents débats esthétiques qu’à l’émergence de pratiques et de formes artistiques nouvelles, pour lesquelles le rôle des machines et des objets techniques n’est plus à démontrer. Mais à l’heure des réseaux et de l’intelligence artificielle, peut-on encore parler de « machines » ? En 1966, Hitchcock confiait à Truffaut qu’il rêvait d’une machine dans laquelle il n’aurait qu’à introduire son scénario pour voir sortir son film, complet et en couleurs1. Cette prévisibilité machinique rejoindrait alors ce qui pousse Pierre-Damien Huyghe à distinguer la machine de l’appareil : l’appareil propre au cinéma définit justement la présence de celui-ci par le fait que quelque chose est saisi par la caméra qui échappe à la programmation de l’auteur, pour la dépasser et la sur-prendre2. Plutôt qu’à « protéger » les humains d’une colonisation par la technique, le vrai défi n’est-il pas de faire attention aux machines – non pour les traiter en ennemis, mais pour en tirer les surprises propres aux appareils ?

En tant qu’ils tendent souvent à créoliser attention humaine et attention appareillée3, les arts vivants constituent un point d’observation stratégique pour observer ce type de phénomènes, qui remettent toujours en question les limites traditionnelles entre les media. Mais au-delà du caractère interartistique des productions artistiques contemporaines – qui a déjà fait l’objet de nombreuses publications4 – nous voudrions porter plus spécifiquement notre attention sur les « restes obstinés » et « recyclages diserts » de ces « mouvements de désappropriation et d’appropriation » qui caractérisent les relations intermédiales, pour reprendre les termes d’E. Méchoulan5. Comment les pratiques artistiques contemporaines (cinéma, théâtre, performance, installation, nouvelles écritures) intègrent-elles de nouveaux médias tout en réactivant des médias et des machines plus anciens ? Le « recyclage » médiatique comme geste artistique est-il caractéristique de l’ère numérique ?

Jouant de la visibilité de la réappropriation, signalant le jeu des réemplois, ces pratiques relèvent ainsi bien plus de la « remédiation » que Bolter et Grusin, après McLuhan, accordent aux processus intermédiaux : plus souvent qu’on ne le croit, le contenu d’un medium est un autre medium. Ce recyclage constitutif de la médialité inscrit le geste artistique dans une perspective historique, voire archéologique, dans la mesure où il conserve la trace de l’ancien medium, joue avec l’identité de celui-ci et fait de la réactivation en son sein la source d’une inventivité (narrative, visuelle, sonore, plastique) renouvelée. Le medium qui agit ainsi intègre un autre medium plus ancien – ses codes, qu’il s’agisse de formats, de règles énonciatives, de matières, etc. – mais l’intégrant, il affirme aussi sa spécificité, joue de la confrontation avec celui-ci, de la plasticité de son identité, etc. Comment ce geste de réemploi, d’appropriation joueuse façonne-t-il des pratiques artistiques qu’il est de plus en plus malaisé de classer, catégoriser, discipliner ? Quels nouveaux horizons d’attente ces pratiques produisent-elles, comment troublent-elles nos capacités attentionnelles de (télé)spectateurs et construisent-elles un discours critique sur les media ? C’est à travers l’approche de plusieurs gestes artistiques qui nous semblent caractéristiques de ces processus que nous organiserons ces deux jours de réflexion.

 

Les propositions de communication pourront ainsi s’inscrire dans l’un des axes suivants :

 

Récupérer : le recyclage des « déchets » médiatiques comme espace de résistance ?

Récupérateur inventif de nombreux « déchets » médiatiques, bricoleur ingénieux, l’artiste n’hésite pas à s’emparer de ce qui est rejeté par l’industrie médiatique pour faire de sa pratique le lieu d’une certaine résistance aux discours et aux usages induits par celle-ci. Entre esthétique low-tech et récupération, comment les artistes investissent-ils ces interstices médiatiques laissés en friche par les intérêts économiques ? Ce geste de récupération est-il propre à articuler un discours critique des usages des machines dans notre siècle ?

 

Réactiver : mettre en jeu l’attention

C’est notre attention humaine aux machines de médialité qui les nourrit du sang dont elles nous vampirisent. Comment une attention portée sur les machines elles-mêmes peut-elle nous aider à en faire des appareils de création plutôt que des machines d’aliénation ? Comment l’attention elle-même doit-elle être pensée comme création (plutôt que comme reconnaissance), à l’heure où les algorithmes sont en passe de tout reconnaître plus vite et mieux que nous ? Comment pratiques artistiques et recyclages médiatiques nous aident-ils à stimuler cette attention créative ?

 

Reconfigurer : nouvelles modalités narratives ?

Le réemploi de formats et de règles au sein d’un autre média que celui d’origine constitue un moyen d’interroger les migrations narratives et leurs effets. Rémy Besson rappelle ce mot de Deleuze, « avoir une idée en [quelque chose] », afin de signifier que la mise en récit d’une même histoire varie en fonction du média d’accueil6. Dès lors, comment lire et comprendre l’appropriation, dans un média, de normes caractérisant un genre plus ancien ? Cette appropriation constitue-t-elle une reconfiguration susceptible de faire émerger de nouvelles modalités narratives ?

 

Renouveler : initier des pratiques de création

Il serait tout à fait naïf de penser que ces changements artistiques n’entraînent pas de profondes mutations dans l’organisation des processus de création. Ces changements ne sont pas non plus sans effet sur les temporalités et les rythmes de ces processus : comment les artistes s’adaptent-ils à ces mutations de leur environnement professionnel ? Peut-on aujourd’hui entrevoir ce que ces objets intermédiatiques font naître comme nouvelles dynamiques créatives, à travers l’apparition – ou la disparition – de corps de métiers, de pratiques technologiques, de collaborations institutionnelles, etc. ?

 

Comité scientifique [en cours de composition] (Litt&Arts UMR 5316, LJK UMR 5224) : Guillaume Bourgois (UGA,

Etudes cinématographiques), Yves Citton (UGA, Littérature française), Pierre Jailloux (UGA, Etudes

cinématographiques), Rémi Ronfard (INRIA, Sciences informatiques), Julie Valero (UGA, Arts de la scène).

 

Informations pratiques : dans la mesure du possible, il nous semble nécessaire que les contributeurs puissent participer à l’ensemble des débats et assister aux manifestations artistiques programmées. Les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge par l’équipe d’accueil. En fonction du statut des contributeurs, une prise en charge des frais de déplacement pourra être étudiée.

Les propositions de communication de 300 mots maximum, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont à faire parvenir au comité, avant le 31 juillet 2017, à l’adresse mail suivante : attention.machine@gmail.com

1 Hitchcock-Truffaut, Paris, Gallimard, 1993 p. 330.

2 Pierre-Damien Huyghe, Le cinéma, avant, après, De l’Incidence, 2011.

3 N. Nova et J. Vacheron, DadaBot, IdPure éditions, 2015.

4 On pourra à cet égard consulter la bibliographie assez complète réalisée à l’occasion du colloque « Création, intermédialité, dispositif » (sous la direction de P. Ortel, Toulouse le Mirail, Février 2014) : http://fms2.cerimes.fr/vod/media/canalu/documents/utm/cr.ation.interm.dialit.dispositif.ouverture.du.colloque.emmanuelle.garnier.philippe.ortel_14804/bibliographie.creation.intermedialite.pdfConsulté le 22/03/17

Ou encore l’article de M. -C. Lesage, « Théâtre et intermédialité : des œuvres scéniques

protéiformes » Communications, 2/2008 (n° 83), p. 141-155.

URL : http://www.cairn.info/revue-communications-2008-2-page-141.htm

5 E. Méchoulan, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités n°1, « Naître », Printemps 2003, http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/interface/numeros.html Consulté le 22/03/2017

6 Remy Besson. Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine.

2014.

Call for Papers – Embodied Authorships. IV International Congress Texts of the Body (Barcelona, 16-22 April 2018)

Dear colleagues,

 

We are very pleased to send you the Call for Papers for the IV International Congress Texts of the Body. « Embodied Authorships. Intermedia and gendered representations of cultural creation » (Barcelona, 16-22 April 2018). We have also published a webside to gather all the information about the meeting: https://autoriasencarnadas.wordpress.com/.  It would be great if you could share it with other researchers.

We hope that you will find this information useful and we look forward to seeing you in Barcelona.

 CFP Autorías encarnadas Embodied Authorships CONGRESO INTERNACIONAL 2018

Best regards,

Meri Torras and Aina Pérez 

_____

Estimados/as colegas,

Nos complace enviarles el Call for Papers del IV Congreso Internacional Los Textos del Cuerpo. « Autorías encarnadas. Representaciones intermediáticas y sexuadas de la creación cultural », que tendrá lugar del 16 al 22 de abril de 2018 en la Universidad Autónoma de Barcelona. Encontrarán más información en https://autoriasencarnadas.wordpress.com/.

Esperamos contar con su participación y les rogamos difusión entre investigadores/as que puedan estar interesados/as.

Muchas gracias.

Saludos cordiales,

Meri Torras y Aina Pérez

Programme colloque – « Papier, ondes, écrans : du texte au public dans la culture populaire africaine » (Bristol)

Bonjour,

Veuillez trouver ci-dessous, pour diffusion, le programme d’un colloque organisé la semaine prochaine à l’Université de Bristol au Royaume-UniMerci beaucoup !

Bien cordialement,

Claire Ducournau

Paper, airwaves, screen: from text to audience in African popular culture

/ Papier, ondes, écrans: du texte au public dans la culture populaire africaine 

CONFERENCE /COLLOQUE

University of Bristol, UK

12-13 July 2017

 

PROGRAMME

Mercredi 12 juillet

9.45 Introduction (Ruth Bush & Claire Ducournau)

10.00 Keynote: Tsitsi Jaji – « Flights of Imagination: Rerouting Modernity through African Popular Culture » (Chair: Ranka Primorac)

11.15 Panel 1: Radio and the formation of popular public spheres (Chair: Simon Potter) 

Nancy Adagala and Solomon Waliaula (Maasai Mara University) – The Cultural form of the Breakfast Show on Kenyan Commercial Radio: The Case of the Maina Kageni- Mwalimu King’anyi show on Classic FM.

Karen Ferreira-Meyers (University of Swaziland) and Enongene Mirabeau Sone (Walter Sisulu University) – The role of the media in the promotion of Swazi oral literature

12.15 Panel 2: Transmediation and audience in stand-up comedy  (Chair: Sarah Arens)

Théophile Kalbé Yamo (Université de Maroua) – Spectacles d’« humour » au Cameroun. Essai d’analyse de la réception d’un art entre littérature et show-business

John Uwa (Yale/University of Lagos) – (Trans)formation and Trans(mediation) of Nigerian Popular Culture: The Production and Reception of Nigerian Stand-Up Comedy

14.15 Panel 3: Urban spaces and popular culture in Dakar (Chair: Dónal Hassett)

Bacary Sarr (Université Cheikh Anta Diop, Dakar) – Le lecteur-spectateur du graffiti urbain à Dakar : un oxymore de la modernité

Brian Quinn (University of Colorado Boulder) – Popular theater as craft in urban Senegal

Mouhamed Abdallah Ly (Université Cheikh Anta Diop, Dakar) – Y en marre! La performativité citoyenne et politique d’une formule populaire

16.00 Panel 4: Sitcoms, soaps and popular pedagogy on screen (Chair: Kaya Davis)

Delphine G Ngehndab (Independent scholar / Brunel University) – Using Soap Operas for Educational Purposes

Dragoss Ouédraogo (Université de Bordeaux) – Les séries télévisées en Afrique subsaharienne francophone: l’exemple du Burkina Faso

Louis Ndong (Université Cheikh Anta Diop, Dakar) – Scènes de lecture chez Ousmane Sembène: entre littérature et cinéma

Jeudi 13 juillet

10.00 Panel 5: Emerging New Media in Francophone Africa: Bandes Dessinées Numériques, Transmedia Narratives, and the Publishing Landscape  (Chair: Ed King)

Michelle Bumatay (Beloit College) – From 48CC to Numérique: New Avenues for African Bandes Dessinées and Comics?

Katelyn Knox (University of Central Arkansas) – States and Stakes of Francophone African “New Media Narratives”: Funding, Taxonomies, and the Politics of Representation

George McLeod (St. Mary’s College of Maryland) – Transmedia Project Seeks Investors for No Strings Attached Funding: A Case Study of Jacqueline Kalimunda’s documentaries “Floris” and “De l’Amour au Rwanda”

11.45 Panel 6: Parody and performance in popular oral texts (Chair: Emma Crowley)

Oluwole Coker (Obafemi Awolowo University) – (Under)mining Texts, Constructing Secularity in Yoruba Popular Culture

Ali Abdoulhamid (Université des Comores) – La réception de la chanson populaire comorienne d’aujourd’hui dans l’espace public de l’archipel

13.45 Panel 7: Development, literacy, and the sociology of cultural goods (Chair: Claire Ducournau)

Myriam Odile Blin (Normandie université) – L’alphabet de Bruly Bouabré ou la reconversion esthétique d’un projet d’alphabétisation en langue vernaculaire

Charles Mombo (Université de Libreville) – Production et circulation du livre en Afrique. Lecture transversale du Gabon.

15.00 Panel 8: Social networks and the reception of popular thought (Chair: Billy Kahora)

Kate Haines Wallis (Bristol/Bath Spa) – Brokering Popular Memory: Reading networks of texts in Kwani? and Joe

Nathalie Carré (INALCO, Paris) – Nouveaux espaces littéraires : la circulation des proverbes sur les réseaux sociaux en Afrique de l’Est (Kenya – Tanzanie)

16.00 – 17.00 Keynote: David Murphy – A Living Illustration of Negritude? Reflections on Literature and Performance at the First World Festival of Negro Arts (Dakar 1966) (Chair: Ruth Bush)

Contact: paperairwavesscreen@gmail.com

Organisation : Ruth Bush (Université de Bristol) et Claire Ducournau (Université Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21)

Ce colloque est financé par le Arts and Humanities Research Council (Royaume-uni) et fait partie du projet “‘Popular’ print and reading cultures in francophone Africa”/“L’imprimé ‘populaire’ et les modes de lecture en Afrique francophone”. Pour davantage d’informations, n’hésitez pas à cliquer ici pour être dirigé-e vers le site compagnon.

Appel de textes – « La littérature comme objet social »

Appel de textes : Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques : La littérature comme objet social II, par Lucie Robert, Marie-Andrée Beaudet et Micheline Cambron – la date limite pour soumettre une proposition est le 30 septembre 2017. http://www.crilcq.org/fileadmin/user_upload/Appel-Melanges-DStJacques-2017-2018.pdf

Appel à communications/Call for Papers – « The Gender of Sovereignty »

Cher collègue,

 

Je vous envoie ci-dessous un appel à communications pour un colloque international, qui aura lieu à KU Leuven en décembre 2017. Pourriez-vous l’intégrer dans la liste « socius » ?

 

Merci d’avance,

Meilleures salutations,

 

Beatrijs Vanacker

 

 

**

 

Cfp : The Gender of Sovereignty (Leuven, 18-20 December / deadline for abstracts : August 1st 2017)

http://thegenderofsovereignty.be/papers.html

 

To what extent would our perception of the history of sovereignty change if we systematically looked at it from a gender perspective? Sovereignty as political power or authority of governance has been a major theme in European thought from the beginning of the intellectual reflection on community. Indeed, a multiplicity of discourses and cultural practices ranging from philosophy and political theory to historiography, theology, arts and literature have, often in entangled ways, sought to legitimize, represent, explore, recalibrate or reject conceived notions of rule. While there can be no misunderstanding as to the reality of sovereignty, its conceptualization has always been a matter of imagination, as Hobbes already revealed when he conceded a reciprocity of ‘laws of nature’ and ‘persons artificial’ in his design of the appropriate rule. Yet whereas the imagination of sovereignty is not a straightforward narrative, its entire history reveals a remarkably obsessive embarrassment with gender that still persists today. No matter what political covenant became dominant, the idea of female sovereignty or women’s consistent participation in matters of authority was deemed abnormal, exceptional, unnatural, hence necessarily transitory and in need of a rhetoric of apology and endorsement. Not only state rule, but mutatis mutandis all forms of civic communal configurations, such as the field of cultural production, religious life or scholarship, seem to echo the same mantra of (un)gendered authority. And to what extent do biopolitical theories of rule and power include a gender perspective? Was political sovereignty by women not always already subject to some form of ‘biopolitical’ discourse? Does, in other words, history from the perspective of female rule yield a similar narrative from antiquity to modernity as set out by Foucault et al.? This international, interdisciplinary conference seeks to revisit the history of sovereignty in European thought and culture by consistently assuming a gender perspective from the beginnings of modernity until today.

The conference on the gender of sovereignty in European politics and aesthetics wants to bring together investigations that revisit issues of gender and sovereignty from a variety of disciplines. The historical scope of the conference ranges from the beginnings of modernity to the present. We invite papers that address imaginations of sovereignty in political and cultural discourse either through case-studies or in comprehensive analyses envisioning a modified history. Topics of interests include but are not restricted to:

  • Women’s sovereignty in politics, the arts and different media and performances: cases, modifications and ambivalences
  • Metonymies of sovereignty (in civic life and cultural networks)
  • Fantasies of female rule in intellectual or poetical discourse
  • Gender, authority and literary and artistic genres
  • Beyond the public eye: experiences and reflections of power in correspondence, diaries and memoirs
  • History and historiography: from historicism to biopolitics
  • Pathological scripts of female rule
  • Bodies of female rule

 

 

 

 

Beatrijs Vanacker

Postdoctoral Fellow of the Research Foundation Flanders (FWO-Vlaanderen)

 

KU Leuven

French literature – Research Unit Literature, Discourse and Identity

Blijde-Inkomststraat 21 – box 3311

3000 Leuven

Appel à contribution – Genre et nations partitionnées

Colloque Genre et nations partitionnées

  Appel à contribution

Organisateurs : Anne Castaing, Benjamin Joinau (Séoul Jongik University)

Date limite d’envoi des propositions : vendredi 15 septembre 2017

Lancement de l’appel : lundi 29 mai 2017

14 et 15 décembre 2017 – Maison des Sciences de l’Homme, 54, Bd Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?
Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations (Ivekovic 1998 ; Das 1996 ; Spivak 1987). En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies, dans ces situations de division, d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.
Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée, en particulier l’image des femmes, est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui souhaite accueillir spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Axes possibles :

Les communications proposées, d’une durée de 20 minutes, pourront porter sur les axes thématiques suivants :

- Genre et partitions comparées ;
- Représentations genrées de la nation partitionnée : littérature, cinéma, arts plastiques, arts performatifs ;
- Imaginaires nationalistes des corps féminins et masculins ;
- Guerre civile, colonisation et violence genrée ;
- Genre et constitution des états-nations.

Modalité de soumission :

Les propositions, rédigées en français ou en anglais, comprendront un résumé de 300 mots environ et une notice biographique de 100 mots, sur une même page.

Elles sont à envoyer avant le 15 septembre 2017 à l’adresse suivante : anne.castaing chez ehess.fr

Les résultats de l’appel seront notifiés entre le 30 septembre et le 15 octobre.

Organisation :
Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University, Séoul – CRC)

Appel à communications – « Médiations de la littérature moderniste américaine : le rôle des big magazines, 1880-1960 »

Cher collègue,

Pourriez-vous diffuser via Socius l’information ci-dessous? Le délai de soumission vient d’être modifié.

Je vous remercie par avance,

Cordialement,

Cecile Cottenet – Maître de Conférences HDR/ Associate Professor – Etudes américaines/ American Studies –
LERMA – EA 853
Responsable de la Licence LLCER – Co-responsable des échanges DEMA/ Etats-Unis
Coordonnatrice Programme « Disciplines à l’épreuve du décentrement: repenser les approches, interroger les savoirs ». 
Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 3 avenue R. Schuman – 13628 Aix-en-Provence
Tél: +33(0)4 13 55 36 56
————————————————————————

COLLOQUE INTERNATIONAL

Médiations de la littérature moderniste américaine :

le rôle des big magazines, 1880-1960 

Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence, France, 5- 7 octobre 2018

LERMA (EA 853)

Conférenciers invités : Mark MORRISSON (Pennsylvania State University)

                                             Faye HAMMILL (University of Strathclyde, Glasgow)

Cette conférence interdisciplinaire a pour objectif de mettre en lumière le rôle des big magazines en matière de production, de publication, de distribution et de réception de la littérature américaine entre 1880 et 1960.

Dans le champ des études modernistes, l’intérêt porté à la question des relations entre modernisme et production périodique est loin de représenter un phénomène nouveau. Depuis une trentaine d’années, les recherches menées sur le rôle des « petites revues » ont ainsi contribué à faire de la revue non plus un « simple contenant de bribes d’informations concrètes », mais un « objet d’étude à part entière », au même titre que le livre individuel (Latham, Scholes).

Pourtant, l’étude de ce champ a quelque peu faussé le regard critique sur les liens entre publications périodiques et pratiques modernistes. En s’intéressant de manière quasi exclusive aux little reviews, on a eu tendance à cloisonner la réflexion en isolant ce type de publication périodique des autres magazines de l’époque (notamment les magazines pulps, traditionnellement associés à la culture lowbrow, et les « grandes » revues—aussi appelées slicksmartmainstream ou big—associées à la culture middlebrow). Ce faisant, on a également relégué ces derniers, dans le meilleur des cas, aux confins nébuleux de la sphère culturelle moderniste. Ce n’est que récemment que nous assistons à un changement d’orientation : une analyse approfondie des relations institutionnelles entre modernisme littéraire et culture mainstreamdans des magazines middlebrow comme Life (première mouture) ou des revues smart, comme The Smart SetVanity Fair ou The New Yorker, a permis de mettre au jour une véritable dynamique fondée sur les associations, les croisements et les échanges.

Dans le sillage du renouvellement de ces approches, cette conférence vise à élargir l’étude des liens entre la littérature américaine et la presse magazine mainstream en attirant l’attention sur « des publications périodiques qui, par-delà leur éclectisme, témoignent d’une même volonté, non seulement d’augmenter leur chiffre de ventes, mais aussi d’élargir leur lectorat en misant davantage sur leur style textuel et visuel que sur leur seul contenu » (Harris, 6). Le terme « presse magazine » recouvre un large éventail de revues (Harper’sScribner’sSaturday Evening Post,Atlantic MonthlyReader’s Digest, Life ou encore le Time d’Henry Luce) unies par leur ambition de s’adresser à un large public à l’échelle nationale et, pour la plupart d’entre elles, d’influencer les goûts culturels, littéraires et politiques de la classe moyenne. À ces publications viennent s’ajouter d’autres revues à l’envergure nationale mais aux politiques éditoriales davantage circonscrites car dictées par des critères idéologiques (McClure’s), ethniques (The Crisis) ou genrés (tels Munsey’s ou Ladies’ Home Journal pour la presse féminine et Esquire et ses successeurs, notamment Playboy, pour la presse masculine).

Nous souhaitons mettre en lumière les interactions entre ces revues et les préoccupations littéraires et esthétiques du modernisme. La période choisie couvre 80 ans, de la naissance de la presse à grand tirage et du « magazine sous sa forme moderne » (Scholes) à l’avènement de la télévision comme média de premier plan et le déclin consécutif du magazine comme « principal vecteur culturel aux États-Unis » (Ohmann, 29). Au regard de l’importance des influences transatlantiques (on pense par exemple aux liens entre Condé Nast et Lucien Vogel, le créateur de Vogue France en 1920, ou encore au rôle de Vu dans la création du deuxième Life en 1936), nous souhaiterions également examiner la production périodique française sous l’angle transnational et transatlantique.

La réflexion pourra s’articuler autour des questions suivantes :

  • parallèles, intersections, croisements et échanges entre petite revues, magazines middlebrow et magazine pulps ;
  • influences sur la production littéraire (formes, contenus, imagination) ;
  • rôle des magazines sur la creative nonfiction ;
  • rôle des magazines en matière de préoccupations financières et commerciales et de politiques éditoriales ;
  • liens, interactions et réseaux (écrivains, éditeurs, rédacteurs et agents) ;
  • construction de « milieux littéraires complexes » (Ohmann) ;
  • le style comme outil de promotion ;
  • liens avec le phénomène de la célébrité et l’émergence de la celebrity culture ;
  • entretiens, portraits et rôle culturel de l’écrivain ;
  • rôle des magazines dans l’institutionnalisation et la professionnalisation de la littérature ;
  • croisements et échanges transatlantiques.

 Cette liste n’est pas limitative.

Pour soumettre une proposition avant le 25 août 2017, suivre le lien:
—————-
CALL FOR PAPERS, « Mediating American Modernist Literature: the Case of/ for Big Magazines, 1880-1960 »

Aix-Marseille Université, France. October 5-7, 2018
Sponsored by the Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA EA 853)
EXTENDED DEADLINE: August 25, 2017
Keynote speakers: 
Pr. Mark Morrisson, Pennsylvania State University.
Pr. Faye Hammill, University of Strathclyde, Glasgow.

This interdisciplinary conference seeks to explore the role played by “Big Magazines” in the production, publication, circulation, and reception of American literature between 1880 and 1960.

The study of modernism’s relations to the press and periodical culture is certainly not new to Modernist Studies. Over the last three decades, sustained interest in the role played by “little magazines” has been instrumental in reorienting the conventional reading of magazines “merely as containers of concrete bits of information” to an approach that considers them as “autonomous objects of study,” comparable with individual books (Latham and Scholes) in the field of modernism.

However, this interest has, so far, been directed mostly towards little magazines, as if these were the only periodicals intersecting with modernist practices. In doing so, it has tended to insulate little magazines as a field separate from other kinds of contemporary periodicals (the lowbrow pulps, the middlebrow slick/smart/mainstream/big periodicals), reducing the latter, at best, to a kind of dim cultural fringe or hinterland of modernism. It is only recently that modernist studies have begun to deal directly with the institutional overlap of literary modernism and middlebrow culture, enriching our understanding of their deep affiliations, by focusing on such middlebrow and smart magazines as Life (in its first form), The Smart SetVanity Fair or The New Yorker.

In the wake of such studies, the purpose of this conference is to expand consideration of the connection between American literature and mainstream print culture so as to include “an eclectic range of periodical genres having in common, beyond the necessary qualification of being unapologetically commercial, …a conscious effort to expand their readerships by way of their textual and visual styles rather than their content (Harris, 6). Mainstream print culture includes a vast array of diverse magazines, united by their ambition to speak to a wide national audience and, often, to forge the cultural, literary and political tastes of the middle class, with periodicals such as Harper’sScribner’sSaturday Evening PostAtlantic MonthlyReader’s Digest, Life or Henry Luce’s Time. To this same field of national periodicals one can also relate magazines with a narrower editorial scope, selecting their audience on an ideological (McClure’s) or ethnic (The Crisis) basis, or along gender lines, as with the women-oriented Munsey’s and Ladies’ Home Journal and the more masculine Esquire, a precursor in many ways of the men’s magazines that emerged with and around Playboy in the early 1950s.

We invite papers that explore the interaction between mass-market magazines and modernist literary and aesthetic preoccupations over the time span of eighty years, from the emergence of industrialized journalism and the “fully-fledged magazine” (Scholes) to the rise of television as a most influential medium, and the coincident decline of the magazine as “the major form of repeated cultural experience for people in the United States” (Ohmann, 29). Taking into account transatlantic influences – such as Vu’s influence on Henry Luce’s decision to remodel Life after 1936, or connections between Condé Nast and Lucien Vogel, creator of the French edition of Vogue – we would also like to encourage transatlantic perspectives involving French magazines.

Subjects might include, but are not limited to, the following:

  • overlaps, parallels & points of intersection between “little”, “middlebrow”, & “pulp” magazines;
  • the influence of magazine work on literary work (form, content, imagination);
  • the role of magazines in fostering creative nonfiction stories;
  • the role of aesthetic, financial, & commercial preoccupations in shaping editorial policies & contents;
  • the links, interactions, & networks among writers, publishers, editors, & agents;
  • the construction of “complex literary milieus” (Ohmann);
  • the identification of style as a promotional tool;
  • the link with the phenomenon of celebrity & the rise of popular celebrity culture;
  • the role of interviews and portraits in fashioning authorial personae;
  • the role of magazines in creating literary institutionalization & professionalization;
  • transatlantic exchanges & influences with French magazines (VuVoilàMatch, or Marie Claire).

For more information, and to submit an abstract, follow the link:

https://bigmagazines.sciencesconf.org/