Archives de catégorie : Non classé

AAC – Congrès de l’AFS: « Sociologie des intellectuel.le.s, de l’expertise, des arts et de la culture »

Bonjour,
Vous trouverez ci-joint et en ligne l’appel à communication du Réseau Thématique 27 « Sociologie des intellectuel.les et de l’expertise : savoirs et pouvoirs » pour le prochain Congrès de l’AFS qui se tiendra à Aix-en-Provence du 27 au 30 août 2019.
Le RT27 organise des sessions consacrées à ses objets de recherche et des sessions thématiques en lien avec le thème général du congrès. Une session thématique commune au RT27 et au RT14 (Sociologie des arts et de la culture) portera sur les classements de biens symboliques.Cette dernière session peut plus particulièrement intéresser les abonné.e.s de la liste Socius. Nous encourageons notamment les doctorant.es à proposer des communications.  
Les propositions devront être déposées sur le site de l’AFS entre la mi-janvier et le 15 février 2019 ( http://afs-socio.fr/rt/rt27/ ) ou envoyées à l’adresse socio.intellectuels@gmail.com .
Avec mes excuses pour les éventuels doublons.

Bien cordialement, 
Lucile Dumont pour le bureau du RT27

Lucile Dumont Doctorante EHESS, CESSP-CSEATER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IAES).

Appel à communications – « Sartre après Qu’est-ce que la littérature ? »

Sartre après Qu’est-ce que la littérature ?

ENS, 22 février 2019

Les écrits de Sartre sur la littérature sont principalement connus à travers l’ouvrage Qu’est-ce que la littérature ?, paru en 1947. Par l’importance historique de ses réflexions sur l’engagement de l’écrivain, ce texte tend à faire figure de manifeste pour une littérature engagée. Cependant, cet ouvrage n’est pas, loin s’en faut, le dernier mot de Sartre en matière de théorie littéraire, puisque les années 50, 60 et 70 verront l’écriture et la parution de nombreux ouvrages portant sur des figures majeures de la littérature française. Mais en outre, un rapide survol des parutions de Sartre postérieures à 1947 nous amène à faire un constat plus surprenant encore : alors que son texte de 1947 semblait en premier lieu orienté vers la forme romanesque, Sartre, s’il écrit encore plusieurs pièces de théâtre, cesse bientôt de faire des romans1 pour se consacrer à l’écriture de « biographies existentielles » dont le statut littéraire et théorique est des plus complexes.

La littérature critique a déjà souligné qu’on observait chez Sartre le passage progressif, après la Libération, d’une « littérature engagée » reposant sur l’écriture romanesque à un « engagement littéraire » passant par une pluralité de formes de productions écrites2 (théâtre, autobiographie, biographies, intervention journalistique, texte théorique, etc.). Corrélativement, le thème, central en 1947, de l’ « écrivain engagé », qui par ses romans mettrait les lecteurs et lectrices face à leur propre liberté, se trouve supplanté par celui de l’« intellectuel engagé »3, dont la production est difficilement localisable dans un champ disciplinaire spécifique (littérature, philosophie, histoire). Ainsi, les écrits sartriens sur la littérature postérieurs à Qu’est-ce que la littérature ? se présentent avant tout comme des études biographiques consacrés à l’étude de figures de la littérature française moderne et contemporaine (Flaubert, Mallarmé et Genet, mais aussi lui-même, dans Les mots). Mais plus largement, combinant des approches historique, littéraire et psychanalytique, ces ouvrages entreprennent de comprendre les conditions historiques de formation d’une personnalité d’écrivain dans son époque, de même que la constitution du champ littéraire singulier dans lequel celui-ci s’inscrit avec les normes qui le régissent.

Ces textes, qui restent globalement peu étudiés au regard de la grande notoriété du texte de 1947, mettent en œuvre une méthode originale dont les principes sont à trouver, pour une part, dans la partie finale de l’Être et le néant4ainsi que dans Questions de méthode5. Si ces biographies existentielles sont irréductibles au résultat de l’application d’une méthode définie au préalable et par un discours d’ordre essentiellement philosophique, elles n’en forment pas moins des textes impossibles à situer dans un champ disciplinaire unique : s’il s’agit bien d’écrits sur la littérature, elles poursuivent en même temps le but avoué de constituer, dans les termes même de Sartre, «  une œuvre littéraire qui a un sens philosophique »6.

Au-delà de l’intrication complexe, chez Sartre, entre philosophie et écriture littéraire, et de l’importance de la forme biographique, déjà largement soulignées par les études sartriennes, on peut s’interroger sur le rapport que ces biographies existentielles entretiennent avec l’activité de critique de la littérature : comment Sartre forge-t-il une méthode d’analyse et de critique de textes littéraires en mêlant les apports d’une conceptualité philosophique et d’un héritage psychanalytique ? Et ces textes sont-ils en dialogue avec les pratiques existantes de la critique littéraire dans les années 50, 60 et 70 ? De plus, au regard de l’ambition totalisatrice des descriptions et analyses (psychologiques, générationnelles, sociales, historiques, littéraires, etc.) que ces biographies existentielles entendent produire, on peut légitimement les aborder à la lumière des problématiques qui traversent toute approche matérialiste de la littéraire : comment Sartre, dans ces écrits, conçoit-il la production littéraire et son inscription dans une réalité sociale, économique et historique ? Et comment la prise en compte de ces multiples niveaux de déterminations se trouve-t-elle combinée à une approche psychanalytique du sujet étudié ? Autrement dit, qu’y a-t-il de matérialiste dans la méthode élaborée dans chacun de ces ouvrages ? Et enfin, quel est l’intérêt d’un tel travail de biographie existentielle et pourquoi serait-il un lieu privilégié de réalisation de la tâche d’un intellectuel engagé ?

Format et modalités de soumission des propositions

Cette étude des écrits sartriens sur la littérature venant après Qu’est-ce que la littérature ? s’inscrira de façon plus ou moins directe dans l’orientation générale du Séminaire Littéraire des Armes de la Critique, celle d’une réflexion sur les enjeux et les définitions pluriels d’une approche matérialiste de la littérature. Les communications pourront être centrées sur un ouvrage précis (Saint Genet, Les mots, L’idiot de la famille, Mallarmé, etc.) ou proposer une approche transversale et problématisée des textes sartriens d’après 1947 portant sur la littérature. Ces communications, qui dureront environ 25 minutes et seront suivies d’une discussion, pourront prendre la forme de travaux préparés pour l’occasion ou de synthèses de travaux préexistants sur certains des sujets susmentionnés, et seront dans tous les cas conçues pour un public pluridisciplinaire. Elles seront présentée lors de la séance du SLAC qui se tiendra le vendredi 22 février 2019, à l’ENS Ulm, de 9h à 12h.

Merci aux personnes intéressées d’envoyer une proposition de communication (entre 2500 et 3000 signes) assortie d’une brève notice biographique, au plus tard le 13 janvier 2019, à l’adresse suivante : alix.bouffard arobase unistra.fr. Les propositions seront examinées par le collection d’organisation du SLAC et une reponse sera donnée sous 7 jours maximum. Chaque communication sélectionnée pourra donner lieu à une publication sur notre site. Le séminaire est ouvert à tout·e intervenant·e, y compris non-universitaire.

1En 1949 paraît La Mort dans l’âme (Paris, Gallimard, 1949),troisième des Chemins de la liberté, qui restera inachevé.

2Cette distinction en séquences de l’écriture sartrienne est résumée dans Benoît Denis, « Politiques de l’autobiographie chez Sartre », Gallimard, Les Temps Modernes, 2006/7, n° 641, p. 150.

3Ce thème est au coeur du texte Plaidoyer pour les intellectuels (Paris, Gallimard, 1972), issu de trois conférences prononcées à Tokyo et Kyoto en 1965.

4Voir le chapitre II de la quatrième partie, Jean-Paul Sartre, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943.

5Jean-Paul Sartre, Questions de méthode [1958], Paris, Gallimard, 1960.

6Jean-Paul Sartre, « L’écriture et la publication » (Entretien avec Michel Sicard), Revue Obliques, 1979, N°18-10, Numéro spécial « Sartre », p. 29.

url de référence : http://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-6e-annee-2018-2019

Publication du n°3 de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods « Questions d’in-disciplines »

(English version below)   Cher.e.s collègues,   C’est avec plaisir que nous vous annonçons la publication du numéro trois de Biens symboliques/Symbolic Goods (BSSG), revue de sciences sociales consacrée aux arts, à la culture et aux idées. Le dossier, intitulé « Questions d’in-disciplines », est consacré aux frontières entre disciplines des sciences sociales ou au sein même de la sociologie pour traiter de ces objets.    Vous trouverez également les rubriques suivantes : « Traduire » consacrée au retour d’expérience d’un traducteur, « Regards sur » à propos des liens entre écrits et action, et « (Re)lire » sur l’histoire des intellectuels.

Vous pouvez consulter et télécharger les articles en PDF bilingue sur le site de la revue. Notre revue dispose également d’un carnet hypothèses proposant, tout au long de l’année, des compléments aux articles parus tels que des entretiens, des documents additionnels sonores ou vidéo et des billets sur les thématiques de la revue.

Nous lançons par ailleurs un appel à articles permanent pour des textes en varia et pour des propositions de dossiers thématiques. N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions, à nous recommander des textes ou des auteurs et à faire connaître ces appels à contribution. 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Julienne Flory, secrétaire de rédaction : contact@biens-symboliques.net
Vous pouvez également suivre l’actualité de la revue sur sa page Facebook. 

En vous souhaitant une bonne lecture,
Bien cordialement, Le comité de rédaction : Wenceslas Lizé et Séverine Sofio (rédaction en chef) Julienne Flory (secrétariat de rédaction) Celia Bense Ferreira Alves, Anne-Sophie Aguilar, Frédéric Chateigner, Claire Ducournau, Karim Fertikh, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Sophie Noël, Marc Perrenoud, Aurélie Pinto, Cécile Rabot, Marine Roussillon, Jérémy Sinigaglia http://biens-symboliques.net   ***  

Dear colleagues,   It is our pleasure to announce the publication of the third issue of Biens symboliques / Symbolic Goods (BSSG), a social science journal dedicated to culture, ideas, and the arts. The issue, entitled “Questions of In-Disciplines”, is dedicated to the frontiers launched between social sciences disciplines or within sociology itself to address these topics.   In this third issue you will also find the following regular sections: “Research in Translation” on the experience feedback of a translator, “Perspectives” based on an interview of the co-editors of a collective book Writing as Action, and “Library” on the history of intellectuals.   The digital journal Biens symboliques / Symbolic Goods is entirely open access and all the issue articles are available in French and English. As you may remember, issue 1 focused on the theme of “ordinary artists”, and issue 2 on “Surveying Literary Life”. All articles are available for consultation and download as bilingual PDFs on the journal’s website. The BSSG Hypotheses webpage also provides additional material to complement the articles such as interviews, sound or video files, or thematic notes by translators and authors.    We would also like to announce an ongoing call for articles and suggestions for thematic issues. Following the review process, articles are systematically published in French and English. The cost of the translation is covered by the journal. Please do not hesitate to send us your submissions.   For further information please contact Julienne Flory, assistant editor:  contact@biens-symboliques.net   You can also follow us on Facebook.   Warm regards,   The editorial committee: Séverine Sofio et Wenceslas Lizé (editors in chief) Julienne Flory (assistant editor) Celia Bense Ferreira Alves, Anne-Sophie Aguilar, Frédéric Chateigner, Claire Ducournau, Karim Fertikh, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Sophie Noël, Marc Perrenoud, Aurélie Pinto, Cécile Rabot, Marine Roussillon, Jérémy Sinigaglia http://symbolic-goods.net

Colloque Médias 19 : « La presse francophone du 19e siècle dans la région Asie-Océanie »

Symposium
Asia-Oceania and the French-speaking world

Colloque
L’Asie-Océanie et le monde francophone

Jointly organized by The University of Hong Kong (China) and Laval University
(Canada)
Organisée par l’Université de Hong Kong (Chine) et l’Université Laval (Canada)

5th and 6th of July 2019, Hong Kong
5 et 6 juillet 2019, Hong Kong

(Version française plus bas)

The conference will be held on the two following topics :

China in Text and Image: Documentary Writing and Art Objects in the early
Modern Era
(Friday, July 5)

We invite applications for 20 minute papers presenting original research on
either the reception of China in France in written reports or the adaptation
of China in France in objects and architecture during the 17th to the 19th
centuries. We encourage colleagues in French and Comparative Literature,
Anthropology, History and Art History to apply, and welcome inter-disciplinary
subjects. Our ambition is to publish the papers following the conference to
add to the existing scholarship on our topics a group of solidly researched
essays on France-China relations and newly explored cross-cultural studies.

The French-speaking press of the 19th century in the Asia-Oceania region
(Saturday, July 6)

As part of the Media 19 project on the literary history of the 19th century
French-language press and the Transfopress network on the foreign-language
press, the second day of our conference will focus on the French-language
press in the Asia-Oceania region (China, Japan, Vietnam, Australia, New
Zealand, New Caledonia, etc.). Presentations will include the development of
local newspapers and the history of Francophone migration, relations with
France, etc. The period under consideration will focus on the 19th century,
with the possibility of excursions in the first half of the 20th century.
Papers will be considered for contribution to the establishment of a world
history of the French-speaking press in the 19th century, under the direction
of Diana Cooper Richet and Guillaume Pinson.

The conferences will be held in English or French (20 minute papers). Deadline
for applications is the 15th of February 2019. Please email fknothe@hku.hk for
the China in Text and Image workshop, and Guillaume.Pinson@lit.ulaval.ca for
the press workshop.


VERSION FRANÇAISE

Le colloque portera sur les deux sujets suivants :

La Chine dans les textes et les images : L’écriture documentaire et les objets
d’art au début de l’ère moderne
(vendredi 5 juillet 2019)

Nous vous invitons à soumettre des propositions de communication originales
portant sur la réception de la Chine en France dans les textes, ou encore sur
l’influence de la Chine sur la France dans les objets et l’architecture, entre
le XVIIe et le XIXe siècle. Nous encourageons nos collègues en littérature
française et comparée, en anthropologie, en histoire et en histoire de l’art à
poser leur candidature et à soumettre des sujets interdisciplinaires. Notre
ambition est de publier les communications qui suivront la conférence afin de
contribuer à la recherche existante sur ces sujets portant sur les relations
France-Chine et sur les nouvelles études interculturelles.

La presse francophone du XIXe siècle dans la région Asie-Océanie
(samedi 6 juillet 2019)

Dans le cadre du projet Médias 19 portant sur l’histoire littéraire de la
presse francophone du XIXe siècle et du réseau Transfopress sur la presse en
langue étrangère, cet atelier portera sur la presse de langue française dans
la région Asie-Océanie (Chine, Japon, Vietnam, Australie, Nouvelle-Zélande,
Nouvelle-Calédonie, etc.). Les présentations porteront notamment sur le
développement des journaux locaux et l’histoire des migrations francophones,
les relations avec la France, etc. La période considérée sera centrée sur le
XIXe siècle, avec possibilité d’excursions dans la première moitié du XXe
siècle. Les travaux de cet atelier permettront de contribuer à l’établissement
d’une histoire mondiale de la presse francophone au XIXe siècle, sous la
direction de Diana Cooper-Richet et Guillaume Pinson.

Les presentations se dérouleront en anglais ou en français (durée de 20
minutes). La date limite pour l’envoi d’une proposition est le 15 février
2019. Merci d’envoyer votre proposition à fknothe@hku.hk pour l’atelier sur La
Chine dans les textes et les images et à Guillaume.Pinson@lit.ulaval.ca pour
l’atelier sur La presse francophone.​

Parution – Jacques Cantier, « Lire sous l’Occupation »

Jacques Cantier, Lire sous l’Occupation

CNRS éditions

Discipline : Histoire

Publication date : 10/01/2019

ISBN : 978-2-271-09332-5

Que lisait-on dans la France des années noires ? Comment expliquer la « faim de lecture » propre à la période de l’Occupation ? Quelle fut la part prise par le régime de Vichy dans la circulation, la diffusion, l’orientation des livres publiés ? Et celle de la Résistance dans la propagation des écrits clandestins ? Comment accéder à l’intimité des millions de lecteurs qui, cherchant à s’évader hors d’un quotidien éprouvant, trouvèrent alors refuge dans un ailleurs fait de phrases imprimées ?

Stratégies et pratiques des éditeurs, querelles autour du patrimoine littéraire, réorganisation corporative de la chaîne du livre, listes d’interdictions et spoliations de l’occupant, écrivains partagés entre collaboration, accommodement, évitement, insoumission : Jacques Cantier signe la première histoire totale du livre et de la lecture entre 1939 et 1945, des politiques de censure mises en œuvre par Vichy à l’ébullition culturelle de la Libération.

Archives publiques, critiques littéraires, notes de lecture mais aussi écrits du for privé permettent de retrouver les traces intimes des actes de lecture : écoliers de la France rurale cherchant à élargir leur horizon, adolescents parisiens en quête d’initiation, prisonniers de guerre tentant de maintenir une vie de l’esprit, victimes de la persécution antisémite en quête de réarmement moral…

Jacques Cantier est professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean Jaurès et chargé de cours à l’Institut d’Études politiques de Toulouse. Il est notamment l’auteur de L’Algérie sous le régime de Vichy (2002) et d’une biographie de Pierre Drieu La Rochelle (2011). Url de référence : http://www.cnrseditions.fr/histoire/7717-lire-sous-loccupation.html

Séminaire – « Patrick Modiano: la fabrique d’un Nobel »

Bonjour à tou(te)s,

J’ai le plaisir de vous transmettre (en pièce jointe et ci-dessous) le programme du séminaire d’enseignement et de recherche «  Patrick Modiano : la fabrique d’un Nobel», qui reprend ses activités au prochain semestre à l’Institut d’Études Européennes, Université Paris 8, salle A 242 (dates précisées ci-dessous).
Très bonnes fêtes à tou(te)s; bien cordialement,
Clara Lévy.
SéminairePatrick Modiano: la fabrique d’un Nobel Programme 2018-2019

Responsable :

Clara Lévy, Professeure de sociologie, Institut d’Etudes Européennes (Université Paris 8)/LabToP-Cresppa (clara.levy05@univ-paris8.fr)

Statut :

Séminaire d’enseignement et de recherche.

Objectifs du séminaire

Le 9 octobre 2014, le prix Nobel de Littérature a été attribué à l’écrivain Patrick Modiano. Suite aux séances des deux années précédentes, nous reste encore à explorer, dans une perspective pluri-disciplinaire, plusieurs questions : une analyse comparée des deux derniers écrivains français à avoir obtenu le Prix Nobel, J.M.G. Le Clézio et P. Modiano ; une étude des motifs de la judéité et de l’Occupation dans les textes littéraires de P. Modiano ; et enfin, une recherche concernant la place de P. Modiano sur internet.

Calendrier & programme : (jeudi de 12 à 15h)

Séance 1: séance introductive (10/01)
– Clara Lévy (Professeure de sociologie, Université Paris 8) : « Présentation du projet Modiano ».

Séance 2 : Théories et concepts en sociologie de la littérature (24/01)
– Bruno Péquignot (Professeur émérite de sociologie, Université Paris 3): « Panorama de la sociologie de la littérature ».

– Myrtille Picaud (post-doctorante à Sciences Po Ecole urbaine – Centre d’études européennes et de politique comparée) : « Les notions de champ artistique et de champ culturel ».

Séance 3 : Modiano et internet (31/01, exceptionnellement de 15 à 18h)
– Denis Cosnard (Journaliste économique au Monde et animateur du blog Le Réseau Modiano) : « Mon parcours Modiano ».

Dominique Pasquier (Directrice de recherche au CNRS, Telecom-ParisTech) : « Organisation et hiérarchisation des mondes de la critique amateur cinéphile sur Internet ».

Séance 4 : Recevoir le Prix Nobel (07/02)
– Pilar Andrade Boué (Maître de conférences en littérature française, Université Complutense de Madrid) : « Les positions de J.M.G. Le Clézio et de P. Modiano dans le champ littéraire ».

Sylvie Ducas ((Maître de conférences en Lettres Modernes, Université Paris-Ouest), sous réserve : « Analyse comparée des discours de réception du Prix Nobel de J.M.G. Le Clézio et de P. Modiano ».

Séance 5 : (14/02)
– Annelies Schulte Nordholt (Maître de conférences en littérature française, Université de Leiden) : « Patrick Modiano et la judéité post-Shoah ».

– Philippe Zard (Maître de conférences de littérature comparée, Université de Paris Ouest-Nanterre) : « La figure du fantôme dans l’œuvre de P. Modiano ».

Séance 6 : Modiano et l’Occupation (21/02)
– Carla Killander Cariboni (Maître de conférences en littérature française, Université de Lund): « Le motif du « panier à salade » chez Modiano ».

Séance 7 : Lacombe Lucien (07/03, exceptionnellement de 15 à 18h, dans la salle de recherche de la BU de l’Université Paris 8)

Visionnage du film

Séance 7 : Lacombe Lucien (14/03) Analyse du film

Séance 8 : Conclusion (21/03)
Étudiants de master: «Les avis sur les ouvrages de P. Modiano sur les sites d’Amazon et de la FNAC ».

Clara Lévy : Synthèse des séances précédentes.

Attachment: DC66DD14-078D-47E3-846B-120148BF7F5C.png
Description: DC66DD14-078D-47E3-846B-120148BF7F5C.png

Attachment: 4A6DB64E-2CF1-4389-A097-364A585FECFC.png
Description: 4A6DB64E-2CF1-4389-A097-364A585FECFC.png

Lieu : Institut d’Études Européennes (salle A 242)

Quand on entre dans le bâtiment de l’université, il faut prendre à gauche : bâtiment A. On emprunte un escalator qui monte puis on poursuit tout droit en restant alors sur la droite et en ne prenant pas l’escalator qui descend (qui apparaît sur la gauche). Après les portes battantes, il faut tourner à droite et poursuivre tout droit, jusqu’à un genre de fontaine orientale sur la gauche. Prendre alors l’escalier A5 sur la droite, monter d’un étage. Arrivé(e) à l’étage du dessus, l’entrée de l’IEE se trouve juste à droite de l’escalier. Il suffit de prendre le couloir : la salle A 242 est au bout, à droite.

Création de la plateforme https://archiveseditoriales.net.

Création de la plateforme https://archiveseditoriales.net.

Création de la plateforme https://archiveseditoriales.net.

Les archives de l’édition recèlent une partie de la mémoire qui éclaire les chemins secrets de notre patrimoine collectif. C’est guidé par cette conviction que nous présentons ce programme de recherche en partenariat consacré aux archives éditoriales. Le partenariat réunit des universités (U. de Sherbrooke, U. d’Ottawa, U. de Liège, U. de Lausanne) abritant pour certaines des centres de recherche et des chaires de recherche, l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine et l’Association nationale des éditeurs de livres. Ce projet vise à encourager dans la Francophonie l’acquisition, la conservation (physique et numérique) et la valorisation des archives éditoriales, ainsi que l’analyse des documents d’archives des éditeurs.

Centré sur la période allant de la fin de la seconde Guerre mondiale à aujourd’hui, le projet fait surgir des archives des questions essentielles :

  • Où sont les archives éditoriales, dont beaucoup n’ont pas été déposées ?
  • Comment sont organisées ces archives ?
  • Comment favoriser l’acquisition, la conservation et la valorisation des archives éditoriales ?
  • Que nous révèlent-elles en termes de relations entre les discours et les actes d’un éditeur, en termes de luttes de pouvoir (de groupes sociaux, de sexe, d’ethnie), en termes de réactions aux crises internes (par exemple l’apparition du livre électronique) ou externes (telle la Seconde Guerre mondiale) ?
  • Quels réseaux les archives des éditeurs belges, suisses, français, franco-ontariens et québécois font-elles surgir ?

Pour répondre à ces questions, nous nous fixons cinq objectifs :

  1. Jeter les bases d’une réflexion commune sur les archives éditoriales : leur nature, leur développement, leur utilisation et leur traitement, leur contribution;
  2. Enrichir la compréhension des fonctions de l’éditeur à travers l’analyse de ses discours;
  3. Étudier la circulation des discours de l’éditeur à une échelle transnationale;
  4. Consolider et élargir les bases d’un partenariat entre chercheurs universitaires et organismes dépositaires d’archives éditoriales au Canada et en Europe francophone;
  5. Élaborer une plateforme numérique commune de valorisation à l’échelle francophone des archives éditoriales.

C’est cette plate-forme que nous dévoilons aujourd’hui à l’adresse https://archiveseditoriales.net. On y trouvera entre autres une base de données des fonds d’archives disponibles au Canada et en Europe francophone, une sélection de plus d’un millier d’entrevues réalisées avec des éditeurs et des entrées de blogue sur la recherche dans les archives éditoriales.

Séminaire – « Approches sociales des littératures des Suds »

Groupe de recherche

Approches sociales des littératures des Suds

Centre d’Histoire sociale du XXe siècle / Université Paris I

Université de Bourgogne-Franche-Comté / Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures

Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943

& le soutien de l’association « Francophonie-ENS »

Séminaire 2018-2019 : Fabriques des littératures des Suds

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines.

Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Séance n° 1 : 14 décembre 2018

Michal Obszynski (Univ. de Gdansk). Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone.

Séance n° 2 : 8 février 2019

Présentation de Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM), discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS).

Séance n° 3 : 10 mai 2019

Pierre Halen (Univ. Lorraine) : « Réflexions sur la notion de champ »

Approches du canon francophone et de sa constitution (Virginie Brinker, Valentina Tarquini, Erwan Caulet)

Organisation :

Virginie Brinker, MCF, Université de Bourgogne/Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures

Erwan Caulet, Chercheur associé au Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I

Pascale Goetschel, Professeure, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I

Pierre Halen, Professeur, Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943

Kaoutar Harchi, Chercheure associée au CERLIS/post-doctorante au département recherche du musée du Quai Branly

Abdoulaye Imorou, University of Ghana.

Tristan Leperlier, Chercheur associé au CESSP (EHESS-CNRS) et THALIM (Paris 3-CNRS)

Valentina Tarquini, Université de Roma-III

Lieu & horaire

Un vendredi par trimestre, 17h-20h

Centre d’Histoire sociale du XXe siècle

9 rue Malher 75004 Paris

Métro : Saint Paul (ligne 1)

Appel à communications – « De l’archive à l’œuvre : la mémoire face à la crise historique en littérature contemporaine »

Bonjour, Veuillez trouver ci-dessous l’appel de communications pour le colloque De l’archive à l’œuvre : la mémoire face à la crise historique en littérature contemporaine, événement que Robert Dion et moi organisons dans le cadre du 87e Congrès de l’ACFAS (activité no 310), les 27 et 28 mai 2019 à l’Université du Québec en Outaouais.   Nous serons heureux de recevoir les propositions de communications (d’une durée maximale de 20 minutes) de 250 mots maximum, accompagnées d’une notice biobibliogra­phique, au plus tard le 15 février 2019, à l’adresse suivante : chevrette.eric@courrier.uqam.ca.     Cordialement,   Eric Chevrette

Chercheur postdoctoral, CRILCQ-UQAM

_______________________________________________

De l’archive à l’œuvre : la mémoire face à la crise historique en littérature contemporaine

APPEL DE COMMUNICATIONS

87e Congrès de l’ACFAS – activité no 310

27 et 28 mai 2019, Université du Québec en Outaouais Si son ancrage est éminemment social, puisque « [n]ulle archive [n’est] sans dehors » (Derrida 1995), le document est forcément soumis à un traitement qui est marqué, à divers degrés et de multiples façons, par la subjectivité de l’auteur qui y a recours. À la lumière d’œuvres produites au cours des trois dernières décennies en France et au Québec, il convient de se demander si la littérature contemporaine bouscule, voire met en doute ce que l’on pourrait désigner comme le fondement étymologique de l’archive, sachant que l’arkhé grec désigne autant le commencement que le commandement, comme le rappelle Derrida (1995). Par son utilisation de l’archive, la littérature incite à un détournement historique — lequel n’est pas forcément à voir de manière négative, dans la mesure où l’œuvre cherche moins à remplacer l’histoire qu’à la replacer. Aussi, pour restreindre le cadre visé par ce colloque, désirons-nous nous limiter à l’analyse d’œuvres qui s’intéressent à la crise historique — qu’on pense en France bien sûr à la Seconde Guerre mondiale (Haenel 2009 ; Vuillard 2017) et à l’Occupation (Modiano 1997, voire l’ensemble de son œuvre), à la guerre d’Algérie (Daeninckx 1991 ; Mauvignier 2009) et à Mai 68 (V. Linhart 2008 ; Kaplan 2018), ou au Québec à la crise d’Octobre 1970 (Hamelin 2010 ; Leblanc 2006). Au demeurant, l’archive envisagée, composée de ces « morceaux de vérité à présent échoués [qui] s’étalent sous les yeux : aveuglants de netteté et de crédibilité » (Farge 1989), pourra être exprimée sous ses différentes formes (historiques, journalistiques, fami­liales ou personnelles) et sous ses divers supports (scriptural, photographique, vidéo). Nous sollicitons des communications qui aborderont les stratégies discursives déployées dans la littérature contemporaine pour rendre compte d’événements historiques marqués par un contexte de crise. Quel rapport la littérature entretient-elle avec l’histoire (grande ou petite) ? À quelles exigences éthiques particulières le travail d’archive contem­porain renvoie-t-il ? Comment ce travail s’exprime-t-il selon que les personnes touchées sont encore vivantes ou mortes, qu’il y a ou non des témoins ? Quelle(s) posture(s) (Meizoz 2007) l’auteur adopte-t-il et, le cas échéant, comment se met-il en scène à l’intérieur de son œuvre (de manière ouverte ou dissimulée) ? Nous proposons d’explorer ces questions en emprun­tant un ou plusieurs des axes d’analyses suivants, sans pour autant exclure d’autres avenues : –  Les stratégies d’écriture, ou les ambiguïtés de la vérité en littérature contemporaine relati­ve­ment au réel et à l’histoire (incertitude, doute et mensonge, camouflage et détour­nement) ; –  Les stratégies génériques, ou comment l’archive en littérature soulève des ambiguïtés quant au statut de l’œuvre produite, mais aussi des discours auxquels l’histoire adhère ; –  Les stratégies réflexives, ou la mise en scène du travail d’archive comme caution du travail littéraire. Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des travaux de l’équipe « Poétiques et es­thétiques du contemporain » (FRQSC) et d’une recherche en cours intitulée « Mise en scène et écriture de la personne réelle dans les fictions contemporaines » (CRSH), aura lieu à l’Université du Québec en Outaouais, les 27 et 28 mai 2019, dans le cadre du Congrès de l’ACFAS. Veuillez noter que l’inscription au Congrès est obligatoire pour tous les participants. Nous serons heureux de recevoir les propositions de communications (d’une durée maximale de 20 minutes) de 250 mots maximum, accompagnées d’une notice biobibliogra­phique, au plus tard le 15 février 2019, à l’adresse suivante : chevrette.eric@courrier.uqam.ca.   Le comité organisateur (Robert Dion et Eric Chevrette – CRILCQ-UQAM).

Appel à communications : « Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections »

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications pour le colloque « Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections ». L’événement est organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, qui aura lieu du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Appel____communications_Raiders_of_the_Lost_Archives

Les propositions de communications en français comprenant un titre, un résumé (maximum 300 mots) et une courte notice biobibliographique de l’auteur sont à envoyer à Anthony Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca) et Philippe Rioux (philippe.rioux@usherbrooke.ca) avant le 5 janvier 2019.

Bien cordialement,

Philippe Rioux