Archives de catégorie : Non classé

Appel – Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Chères, chers collègues,
Merci de porter cet appel aux personnes que vous dirigez ou aux chercheurs/chercheuses de cycles supérieurs qui travaillent sur une thématique liée à ce secteur des études du livre au XXIe siècle. C’est l’occasion de mettre en réseau cette relève !
Bien cordialement,
René Audet, Julien Lefort-Favreau et Mélodie Simard-Houde
Appel, version web : https://ex-situ.info/2020/10/etudes-du-livre-au-xxie-siecle-chantiers-etudiants-en-cours-appel/
++++++++++++

Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Colloque étudiant en ligne organisé par

René Audet (Université Laval / Littérature québécoise mobile)
Julien Lefort-Favreau (Queen’s University/GRÉLQ)
et Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières / Littérature québécoise mobile)

avec le soutien du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
(GRÉLQ, Université de Sherbrooke)

Ce « printemps » des études du livre au XXIsiècle vise à mettre en valeur les chantiers de recherche en cours et à mettre en lien les jeunes chercheures d’un domaine scientifique qui se dessine à l’intersection de la littérature contemporaine, de l’histoire du livre et de l’édition, de la culture médiatique et des arts visuels.

Le site de l’événement rendra disponibles, à partir de la semaine du 8 mars 2021 et de façon périodique, les contributions des participantes au colloque. Une discussion ouverte suivra chacune d’elles, pour conduire à un événement-synthèse qui se tiendra dans la semaine du 17 mai 2021.

Argumentaire

La culture numérique a profondément bouleversé, notamment depuis les années 2000, le monde du livre. Les pratiques actuelles de création, d’édition et de lecture se reconfigurent en partie autour de nouveaux formats et supports du livre et de la littérature : livres « enrichis » ou « augmentés », livres numériques, livres audio, applications interactives pour appareils mobiles, hypertextes navigables sur le web. Dans ce processus de métamorphose, l’idée du « livre » – qu’il soit imprimé, numérique ou hybride, « homothétique [1] » ou nativement numérique – occupe toujours une place essentielle, mais penser ses formes, sa production, sa diffusion, son positionnement au sein de la culture ne peut désormais faire l’économie d’une réflexion sur les conséquences de l’entrée dans l’ère numérique.

Les études sur l’édition, le livre et son histoire doivent ainsi prendre acte de ces bouleversements, qui appellent – c’est le constat motivant cette journée scientifique – la définition d’un nouveau champ d’étude, interrogeant spécifiquement le livre – ou les livres – du XXIe siècle. Prenant appui sur la réflexion amorcée dans le monde anglophone des « book studies [2] », cette journée souhaite mettre de l’avant des chantiers émergents pouvant se rattacher aux études sur le livre du XXIe siècle. Quelles sont les implications pour les approches du livre contemporain de ce dialogue ouvert avec la culture numérique ? Comment se positionner critiquement, dans les cultures de langue française, en regard des réflexions déjà entamées à ce sujet dans le monde anglophone ?

Les propositions pourront s’inscrire notamment dans l’un des axes suivants :

  1. Les nouvelles sources des études sur le livre
    L’un des enjeux de l’étude du livre du XXIe siècle est dessiné par ses nouveaux modes de diffusion et de commercialisation. Comment récupérer et utiliser les données provenant des nouvelles sources médiatiques qui tracent l’histoire vivante du livre aujourd’hui, tels les sites d’entreposage numérique, de distribution et de vente en ligne, ou encore les réseaux socio-numériques, où s’expriment des communautés virtuelles de lecteurs ? 
  2. La modélisation des circuits de production et de diffusion du livre
    Comment envisager les nouveaux modèles de production, le rôle des sites d’entreposage, de vente et de diffusion du livre numérique dans la chaîne du livre ? Il serait utile de s’interroger sur la coexistence de modèles de diffusion traditionnels et de plateformes de contenu diffusé en continu. Plus encore, le recours à des stratégies numériques de diffusion du livre papier délimite de nouvelles interactions entre les réseaux sociaux et la commercialisation classique du livre. Comment modéliser ces circuits de production et de diffusion du livre aujourd’hui ? Comment revoir et adapter les modèles et théories antérieurs ?
  3. La périodisation de l’histoire du livre et l’historicisation de ses questionnements
    De nombreuses pratiques du XXIe siècle sont nées à la fin du XXe siècle. Quelles continuités affirmer entre histoire du livre au XXe siècle et au XXIe siècle ? Par ailleurs, comment l’histoire plus ancienne du livre peut-elle éclairer le livre du XXIe siècle et inversement ? Il paraît nécessaire de réfléchir aux questionnements fondamentaux de l’histoire du livre qui persistent quand on aborde le numérique – pensons à l’étude du rôle de l’éditeur et de l’« éditorialisation » sur le web (Vitali-Rosati) ; à l’évaluation des effets des formats et des supports nouveaux sur la création (incorporation par les œuvres et les producteurs culturels d’un imaginaire du support et des formes du livre) comme sur la lecture, à leur incidence sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, et sur la mondialisation culturelle. 
  4. La perméabilité et les frontières disciplinaires des études sur le livre
    L’histoire du livre s’est d’emblée pensée et affirmée comme un champ d’étude interdisciplinaire [3]. Puisant à la fois à l’histoire, à la science de la communication, aux études culturelles, à la sociologie, aux sciences de l’éducation, aux arts visuels, ses frontières disciplinaires sont délibérément poreuses. Il nous importe de poursuivre une réflexion sur la place du livre dans la culture contemporaine et les pratiques actuelles de consommation culturelle. 
  5. Études du livre et identités subalternes
    Les études du livre sont aussi l’occasion de montrer les convergences entre des luttes politiques subalternes et des moyens de diffusion. En effet, nombre de travaux actuels s’intéressent à des moyens de diffusion marginaux, investis par des groupes affinitaires et politiques aux tendances variées. En parallèle de l’économie du livre s’élaborent des économies alternatives qui sont aussi des modes de vie et d’_expression_ marginalisés. Cela permet de reformuler à nouveaux frais d’anciennes questions de sociologie de littérature : la petite édition (voire la micro-édition, voire l’auto-édition) veut-elle constituer une avant-garde visant à transformer le champ éditorial, ou incarne-t-elle plutôt un pôle contre-culturel, investissant les marges pour y rester ?

Formule de l’événement

Les études du livre au XXIe siècle sont un champ disciplinaire naissant, même si des travaux qui en relèvent ont été menés isolément depuis des années. Nous faisons le pari que l’enrichissement de ces recherches passe par la mise en lien des nombreux⋅ses chercheur⋅e⋅s, autant en poste qu’en formation, qui consacrent leurs efforts à déblayer divers aspects de cette thématique. Nous souhaitons ainsi mettre en valeur les recherches actuelles à travers un événement qui contribuera à mieux tisser une communauté scientifique francophone portant sur les études du livre au XXIe siècle.

De façon à ouvrir largement cette communauté, tant géographiquement que thématiquement, nous avons retenu la formule d’un événement long et asynchrone, un printemps des études du livre au XXIe siècle qui invite aux échanges et aux discussions. Le site web de l’événement publiera à intervalles de petits groupes de contributions scientifiques – des interventions brèves sous diverses formes : exposé filmé, court texte incluant des illustrations, présentation numérique narrée, captation audio, etc. Elles seront commentées ou seront l’amorce d’échanges qui découleront de la problématique, à la façon d’un séminaire. 

Dans la dernière semaine du colloque, un événement-synthèse en direct réunissant tou⋅te⋅s les participant⋅e⋅s permettra de rassembler les lignes de force et les enjeux de ce secteur scientifique, de même qu’en identifier les défis et les problématiques naissantes ou à explorer – tel un acte de naissance d’une nouvelle communauté scientifique.  

Modalités de soumission

Les propositions de communication de 250 mots, incluant une bibliographie et une courte notice bio-bibliographique, doivent être envoyées à lqm.quebec@gmail.com avant le 1er décembre 2020. Le comité d’organisation avisera les participants de sa décision à la mi-janvier 2021.


Notes

[1] Le livre homothétique, par opposition au livre enrichi, est un «livre numérique équivalant, notamment par son format et sa mise en forme, à la version papier du même ouvrage ». Office québécois de la langue française, entrée « livre homothétique », Le grand dictionnaire terminologiquehttp://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche= 26541383

[2] Rachel Noorda et Stevie Marsden, « Twenty-First Century Book Studies : The State of the Discipline », Book History, vol. 22, 2019, p. 370-397, https://doi.org/10.1353/bh.2019.0013

[3] Leslie Howsam, « Réfléchir par l’histoire du livre. » Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 7, n° 2, printemps 2016, https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/1900-v1-n1-memoires02575/1037043ar/

Parution – “Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values”


Cultural Sociology, 14 (3)“Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values”
Béatrice Fleury & Jacques Walter(eds)

 To the publisher’s website: : https://journals.sagepub.com/toc/cusa/14/3

The table of contents (PDF) is attached to the email.Abstract
The present issue includes all six articles that composed the symposium about Heinich’s book Des Valeurs. Une approche sociologique, which appeared across the 31st to 33rd issues of Questions de Communication. The first paper, by Heinich, is an excerpt from her book organised in the form of 10 extracts. The following article by Béatrice Fleury and Jacques Walter (Crem, University of Lorraine) provides an overview of the editorial exchanges and places them in context. Then come the responses by Laurence Kaufmann and Philippe Gonzalez (University of Lausanne), Louis Quéré (EHESS, CNRS), and Danilo Martuccelli (Millennium Nucleus Centre Authority and Power Asymmetries – Université de Paris – Universidad Diego Portales, Chile). The final paper is Heinich’s rejoinder to the critical commentaries.  
——————————–

Les articles originaux en français sont disponibles en accès libre dans la rubrique «Échanges » des livraisons 31 à 33 de la revue Questions de communication :

———————–

Nouvelle parution – « Les héros du retrait »

LES « HÉROS DU RETRAIT » DANS LES MÉMOIRES ET LES REPRÉSENTATIONS DE L’EUROPE CONTEMPORAINEHistoire et fictionsSous la direction de Michel Fabréguet et Danièle Henky
Le concept de « héros du retrait » peut être élargi à toutes les expériences de la guerre au XXe siècle mais aussi au processus de décolonisation, à la contestation de valeurs traditionnelles, à la mise à l’écart volontaire de la vie sociale au sein de sociétés démocratiques.

Parution – G. Sapiro, « Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? »

Gisèle Sapiro, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?, Seuil, octobre 2020.  

Depuis quelques années, la question resurgit avec force : peut-on séparer l’œuvre de son auteur ? Du Nobel attribué à Peter Handke aux César à Roman Polanski, sans parler du prix Renaudot à Gabriel Matzneff, le débat fait rage. De même, le passé nazi de grands penseurs du XXe siècle, à commencer par Heidegger, trouble notre appréciation de leur legs, tandis que l’inscription d’un Céline ou d’un Maurras au livre des commémorations nationales a suscité une âpre querelle. Faut-il considérer que la morale des œuvres est inextricablement liée à celle de leurs auteurs ? Et bannir les œuvres lorsque leur auteur a fauté ? Loin de l’invective, ce court essai entend mettre en perspective, historique, philosophique et sociologique, cette question, en analysant les prises de position dans ces « affaires ». Mais loin du « tout se vaut », il tranche, offrant à chacun les moyens de cheminer intellectuellement sur un terrain semé d’embûches.

Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l’engagement des intellectuels et des rapports entre littérature et politique. Elle est l’auteure notamment de La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècles), Seuil, 2011, de Les Écrivains et la politique en France. De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Seuil, 2018, et de Des mots qui tuent. La responsabilité de l’intellectuel en temps de crise (1944-1945), Points Seuil, 2020.

(Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur) 

Parution – « La Littérature contemporaine au collectif »

Depuis un demi-siècle est apparue une forme de regroupement d’écrivain.e.s et d’intellectuel.le.s : les collectifs. Les collectifs n’ont pas d’organisation hiérarchique, ils ne reposent pas nécessairement sur des rencontres et sur des formes fixes de sociabilité, ils pratiquent volontiers la co-écriture et reposent sur des formes de diffusion de l’art et de la pensée, comme des revues et des collections. Ils ont ou ont eu pour nom Wu Ming, le Comité invisible, Perpendiculaire, Inculte, Givre, Ramen, Hétérotrophes ou encore Zanzibar.

Les uns se sont nommés groupe, les autres communauté, ligue, cercle ou encore comité. Tous ont rompu avec la logique d’avant-garde sans renoncer à l’action collective, alors même que domine l’image d’un écrivain redevenu solitaire après plus d’un siècle de mouvements littéraires.

C’est à ces collectifs littéraires et, plus largement, aux façons de penser la littérature contemporaine au collectif, qu’ont été dédiées deux journées d’études à l’Université de Sherbrooke (campus de Longueuil) en novembre 2019. Les actes, réunis par Anthony Glinoer et Michel Lacroix, figurent désormais parmi les « Colloques en ligne » de Fabula et sont accessibles à l’adresse suivante : https://www.fabula.org/colloques/index.php?id=6671.

Appel à contributions – « (Re)Traduire les classiques français »

Appel à contributions : (Re)Traduire les classiques français

Éditeurs : Marc Smeets et Maaike Koffeman

Les traductions vieillissent-elles ? Ou est-ce, comme l’écrit Henri Meschonnic, plutôt la pensée du langage qui vieillit ? Et quel est le rôle que joue l’éditeur dans l’édition / la réédition d’un classique ? Ce numéro de la revue RELIEF sera consacré à la (re)traduction des œuvres classiques françaises dans différentes langues, avec une attention particulière pour le néerlandais, l’allemand et l’anglais.

Possédant une valeur culturelle et symbolique importante, le texte classique semble constituer une source éditoriale et commerciale sûre. De ce fait, il donne souvent lieu à de multiples rééditions et retraductions, qui se présentent – bon gré mal gré – comme étant « meilleures » que leurs prédécesseurs (du point de vue de l’innovation et du modèle dominant, s’entend). Considérer la retraduction comme une réponse au vieillissement textuel, Yves Gambier (2011) l’a bien souligné, serait une perspective beaucoup trop simpliste.

Dans ce numéro de RELIEF, nous aimerions présenter une vision plus nuancée sur la (re)traduction des classiques français. Nous invitons les auteurs à proposer des articles qui – plutôt que d’analyser les (re)traductions d’un point de vue purement textuel – prennent en compte le contexte culturel, économique et institutionnel dans lesquels elles évoluent. Les angles d’approche à considérer comprennent :

–          La position du traducteur dans le champ littéraire ;

–          Le rôle des médiateurs culturels dans la réalisation des traductions ;

–          Les structures institutionnelles qui soutiennent la publication de traductions ;

–          L’évolution du marché du livre et les attentes du public ;

–          Les stratégies éditoriales et économiques des maisons d’édition ;

–          La réception des traductions.

Date limite pour l’envoi des propositions : le 1er décembre 2020. Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (environ 6000 mots) avant le 1er février 2021.

Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots, accompagnée d’une brève notice biobibliographique, à revuerelief@gmail.com.

RELIEF est une revue internationale évaluée par les pairs qui s’adresse à des chercheurs ainsi qu’à d’autres lecteurs intéressés dans le domaine de la littérature et la culture françaises du moyen âge jusqu’à nos jours. RELIEF paraît deux fois par an. Les numéros sont d’ordinaire organisés par thème, mais dans chaque numéro un certain espace est réservé aux contributions diverses et aux comptes rendus. RELIEF veut rejoindre l’actualité littéraire et culturelle d’aujourd’hui autant pour la création que pour la réflexion critique tout en se retournant régulièrement vers les richesses du passé et leur réception. Nous revendiquons notamment une ouverture transculturelle et une attention particulière aux genres marginaux comme aux créations à redécouvrir.


RELIEF – REVUE ÉLECTRONIQUE DE LITTÉRATURE FRANÇAISE
Site Internet RELIEF | Facebook RELIEF

Parution – « Les cultures du chapitre »

Bonjour à toutes et à tous,

L’équipe de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures est heureuse de vous annoncer la parution de son dernier numéro, « Les cultures du chapitre », dirigé par Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm.

Le numéro est en ligne et en accès ouvert : https://journals.openedition.org/itineraires/7256

En vous souhaitant bonne lecture,

L’équipe d’Itinéraires. LTC


N° 2020-1 Les cultures du chapitre
Sous la direction de Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm
  Que devient l’acte de diviser lorsqu’on le rapporte à la diversité de ses pratiques ? Unité en apparence homogène, le chapitre est interrogé dans ce numéro à travers la variété de ses réalisations : chapitrage du roman, d’un DVD, d’une série télévisée, d’une bande dessinée, mais aussi découpage d’une pièce de théâtre ou d’un recueil de nouvelles, et quelques autres encore. Ces opérations de division peuvent-elles se réduire à un seul et même modèle de découpage ? Chacun des articles réunis tente, pour les domaines mentionnés, de faire émerger une culture de la division, que ce soit à travers des études de cas ou des études transversales.

Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm Les cultures du chapitre : introduction

Hors le roman, diviser la fiction
Marc Douguet Finir in medias res : chapitrage et division en actes
Dimitri Garncarzyk
Rhapsodies, livres, épisodes et suspense   Jérémy Naïm
Des chapitres et des nuits. Les divisions dans Les Mille et Une Nuits (xviiie-xixe siècles)

  Aux limites du romanesque : le chapitre contesté ?
Hélène Baty-Delalande
Chapitrer ses Mémoires : l’exemple de Simone de Beauvoir

Camille Koskas
Jean Paulhan et l’obsession du plan

Clémentine Hougue
Le chapitre face au collage et au montage : Dos Passos, Burroughs, Ballard
Le devenir du chapitre : d’un médium à l’autre
Aurélien Lorig
Le pastiche du roman-feuilleton dans Le Voleur de Georges Darien et ses adaptations

Aude Leblond
Du chapitre à l’épisode : le devenir des chapitres dans les adaptations en franchises multi-médiatiques

  Extension du domaine du chapitre : cultures visuelles et audio-visuelles
Alain Boillat
Le DVD comme vecteur d’une culture du chapitre en contexte médiatique

Raphaël Luis
Sandman, récit métamorphe : l’espace du chapitre chez Neil Gaiman

Anaïs Goudmand
Le découpage chapitral dans House of Cards : une stratégie narrative liée au modèle de diffusion de Netflix

François Jost
Peut-on utiliser la notion de chapitre pour les séries télévisées ?

Olivier Caïra
Métamorphoses du chapitre dans la scénarisation interactive

Varia
Mathias Kusnierz
Expérimenter en langues, 2. L’intraduction : défiguration et valeur politique du langage

Servanne Monjour
« Chercher les forces obliques » : poétique anamorphique dans l’œuvre photolittéraire de Lydia Flem  

Parution – Q. Deluermoz, « Commune(s) 1870-1871 »

Parution : Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle. Seuil, 2020

Depuis les analyses célèbres de Karl Marx, l’histoire de la Commune de Paris a été placée au centre de notre compréhension de l’événement révolutionnaire. Et l’espérance de « faire commune » fait aujourd’hui retour dans notre imaginaire politique.

Cet ouvrage se propose de mener l’archéologie de cette puissance d’actualisation, mais en revenant d’abord sur la force de l’événement lui-même. Le récit prend appui sur une enquête archivistique minutieuse qui permet de reconstituer, par le bas, les stratégies des acteurs, leurs luttes comme l’ouverture des possibles qui marque ces journées. L’événement dépasse dès ses débuts le cadre parisien. De la rue Julien-Lacroix aux concessions de Shanghai en passant par l’insurrection kabyle, la Croix-Rousse à Lyon ou la république des cultivateurs aux Caraïbes, le livre propose une histoire à différentes échelles, du local au global, en décrivant des interconnections multiples.

De là un essai vif et original sur l’histoire transnationale des échos entre l’espérance révolutionnaire française et les trajectoires insurrectionnelles mondiales, doublé d’une réflexion renouvelée sur les rapports entre ordre social et révolution.

Quentin Deluermoz, maître de conférence HDR en histoire contemporaine à l’Université Paris 13, a publié au Seuil Le Crépuscule des révolutions (1848-1871) (« Histoire de la France contemporaine », t. 3, 2012, rééd. « Points Histoire », 2014) et, avec Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus (2016, rééd. « Points Histoire », 2019). Il est également cofondateur de la revue Sensibilités, Histoire, critique et sciences sociales.

Appel à contributions – « Postures littéraires et construction de l’image sociale de l’écrivain dans la culture roumaine »

Chers collègues,

 
Je vous pris de faire circuler sur la liste socious notre appel pour le 8-ème numéro de la revue « Dacoromania litteraria » (8/ 2021), revue qui apparaît à Cluj-Napoca (Roumanie), sous le patronage de l’Académie Roumaine. 
Ce dernier numéro sera consacré aux postures d’auteur (Postures littéraires et construction de l’image sociale de l’écrivain dans la culture roumaine), se proposant un focus sur la littérature roumaine contemporaine, mais qui n’exclue pas (tout au contraire) les réflexions qui s’appliquent sur d’autres littératures européennes.
 
Vous trouvez le call sur le site de notre revue: 
 
 
 
Bien cordialement,
Ligia Tudurachi

Parution – « Littérature francophone de Belgique »

Chers collègues,


L’équipe de rédaction d’Études littéraires a le plaisir de vous annoncer la parution du dernier numéro de la revue, le vol. 49, nos 2-3 / 2020 :​

Littérature francophone de Belgique : Langue, Identité, Histoire. À partir des travaux de Marc Quaghebeursous la direction de Christiane Kègle et Jean de Dieu Itsieki Putu Basey

Vous trouverez, en pièce jointe, l’avis du parution du numéro. Nous vous invitons également à lire le texte de présentation intégral du numéro, accessible depuis la page d’accueil de notre site Internet : http://www.etudes-litteraires.ulaval.ca.   Littérature francophone de Belgique : Langue, Identité, Histoire. À partir des travaux de Marc Quaghebeur ​est disponible dès maintenant en accès libre via Érudit (https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/2020-v49-n2-3-etudlitt05500/).   ​ Nous vous souhaitons bonne lecture !   Cordialement,   Anne-Marie Fortier
Directrice de la revue Études littéraires