Archives de catégorie : Non classé

Colloque – « (Dé)limiter l’art. Définitions, représentations et usages de la liberté de création »

Colloque jeunes chercheurs organisé dans le cadre du groupe de recherche «L’art en procès».

6 et 7 juin 2019

0405 DHQ (Pavillon Desjardins-Hydro-Québec, UQTR)

À l’été 2018, au Québec, les pièces de théâtre Slāv et Kanata ont généré d’importantes polémiques autour de la notion d’appropriation culturelle, faisant ressurgir dans le débat public la question de la liberté de création. Les contestations citoyennes ont eu suffisamment de retentissements pour que les représentations de Slāv au Festival de Jazz de Montréal soient annulées et la préparation de Kanata, suspendue. Le débat n’en a été que redoublé.

L’intérêt porté actuellement à la notion de liberté de création traverse les continents et est généralisé à l’ensemble de la francophonie. En France, l’espace public s’anime régulièrement parce qu’une forme de pouvoir (social, médiatique, politique ou judiciaire) tente d’imposer des limites aux artistes.

Présentant des définitions qui varient selon les contextes et les points de vue, la notion de liberté de création est difficile à appréhender. Pour l’artiste burkinabé, le juriste français ou le militant québécois, elle ne détient ni les mêmes pouvoirs ni les mêmes limites. Elle a aussi considérablement évolué dans le temps, au fil des transformations sociétales. Ce colloque se fixera ainsi pour objectif d’observer la façon dont la liberté de création agit, et a agi, dans la (dé)limitation de l’art des XXe et XXIe siècles, et ce dans une perspective multidisciplinaire.

Appel à communications – « Reading and Circulation of Texts After Censorship »

NIHIL OBSTAT: Reading and Circulation of Texts After Censorship

NYU Global Studies Center, Prague: 17-19 October 2019

Literary scholars, sociologists, and historians have long explored the processes and ideology of censorship as well as the histories of the censors themselves. Pre-publication censorship practices and the institutions of church and state that foster them have dominated the field of study. Fewer efforts have taken texts after the fact of censorship or have detailed their further intellectual, cultural, and social trajectories. But as Deleuze wrote in Negotiations (1995), »Repressive forces don’t stop people expressing themselves, but rather force them to express themselves. » While censorship takes various forms, many of them violent, it has tended toward failure, and historically the experience of censorship amongst groups as disparate as 17th century Puritans and 20th century Lithuanian poets is often deeply instructive in the means of subversion, publication, and dissemination. Censorship has informed collecting practices, as with Thomas James, who used the Catholic Index Librorum Prohibitorum to dictate the acquisitions policy of the Bodleian library from the late 16th century onward. Censorship creates new relationships between people and places because it is enforced differently from country to country, even from building to building; for example, in 1984 when the police raided Gay’s the Word bookshop in London to confiscate “obscene” imported books by Oscar Wilde, Tennessee Williams, Kate Millet, and Jean-Paul Sartre, the same titles remained available for loan at Senate House Library a few streets away, and UK publishers continued to publish the same authors unpunished. In the spirit of these examples, this conference seeks to foster an interdisciplinary conversation broaching a larger number of underexplored issues that begin only after the moment of censorship—the excess of argument, collaboration, revision, and in many cases, creative thinking, that are given shape by the experience of suppression.

We are pleased to announce that Hannah Marcus (History of Science, Harvard University) and Gisèle Sapiro (Sociology, Centre national de la recherche scientifique / École des hautes études en sciences sociales) will deliver respective keynote addresses each evening of the conference

This conference aims to be as broad as possible in its geographical, historical, and disciplinary range. The organizers welcome applications from anthropologists, bibliographers, classics scholars, comparative literature scholars, gender studies scholars, historians, philosophers, sociologists, and those within allied fields, including library and information sciences and the publishing industry. The working language of the conference will be English, but participants are naturally encouraged to present research completed in any language(s). The goal of the conference will be to publish the proceedings in a collective volume.

Applications should consist of a title, three-hundred word proposal, and one-page CV, due on May 31, 2019. Accommodations will be available for participants and some funds may be possible for travel assistance within continental Europe.

Possible topics include:

– The reception history of expurgated, bowderlized, and censored texts

– The social history of reading censored and samizdat editions

– The impact of ‘market censorship’ on the rise of small, independent or clandestine publishing establishments.

– Religious communities formed around mutual practices of censorship

– The history of translation vis-à-vis censored texts

– Publishing within colonized spaces

– Canonical texts’ reception vis-à-vis censored editions

– Strategies for circumventing censorship, i.e. scribal publication and xerography

– Scientific and medical pedagogical traditions employing censored texts

– Teaching censored texts: period pedagogy and teaching practices today

– The contingencies of space and geography in censorship practices and the international circulation of censored texts

– ‘Asymmetric’ publication or the coordination of censored and uncensored editions

– The changing status of texts from uncensored to censors, and the inconsistent enforcement of banned items

– Textual histories of self-censored texts and later full republication

– Reversing censorship

– Bibliographical challenges in book description

– Publishing, marketing, and openly advertising censored texts

– Hermeneutic and exegetical concerns facing censored or expurgated texts

– Classical scholarship built upon expurgated texts and embedded polemical citations

In order to apply, please send the materials detailed above to Brooke Palmieri and John Raimo by May 31, 2019: bspalmieri@gmail.com and john.raimo@nyu.edu.

Séminaire – « Approches matérialistes de la littérature contemporaine »

Approches matérialistes de la littérature contemporaine

Séance du séminaire SLAC

Vendredi 24 mai

La séance aura lieu le 24 mai de 9h à 12h en salle Pasteur (pavillon Pasteur, 1er étage), à l’ENS d’Ulm (45 rue d’Ulm, 75 005 Paris). Elle est ouverte à toutes et à tous.

Johan Faerber : Présentation de son ouvrage Après la littérature. Écrire le contemporainRésumé : La littérature est morte. Du moins est-ce le constat que martèlent tous ceux pour qui la culture du contemporain serait décadente. Et s’ils avaient raison ? Si la littérature était morte ? Si elle était plutôt en train de vivre une vie nouvelle, une vie après la mort ? Telle est la question que Johan Faerber a voulu prendre au sérieux dans cet essai électrique. Se plongeant dans la diversité affolante des œuvres et des auteurs d’aujourd’hui, il redistribue la totalité des critères de grandeur, des règles d’interprétation, de l’attirail conceptuel avec lequel nous avions l’habitude de les lire pour nous permettre d’appréhender cet âge de la post-littérature. Jonglant avec virtuosité du plus populaire au plus avant-gardiste, de la poésie au roman, de la francophonie au reste du monde, il dresse ainsi le portrait d’une époque nouvelle de la littérature, où celle-ci s’avère plus utile, plus urgente, mais aussi plus politique que jamais. La littérature est morte ? Vive la littérature !

Mathilde Roussigné (Paris VIII, EHESS) : Retour au réel ? Discours de savoir ? La littérature contemporaine au miroir des partis pris universitaires

Résumé : La multiplication des travaux s’intéressant aux rapports de la littérature contemporaine au réel, au terrain ou encore aux sciences humaines et sociales est à réinscrire dans le cadre plus large d’un renouvellement d’objets et d’approches dans les études littéraires dont les causes restent souvent impensées. On tâchera de déconstruire, ou du moins de contextualiser l’émergence et la récurrence de quelques discours de la discipline littéraire : littérature transitive, dialogue avec les sciences humaines, fait et communication littéraires, se présentant comme de nouveaux objets d’études, sont autant de symptômes d’une redéfinition des partages disciplinaires.

Aurore Labadie (Paris III) : Approches matérialistes du roman d’entreprise

Résumé : Le tournant des années 1980 est marqué par l’avènement d’une importante littérature soucieuse de réfléchir les récentes mutations du monde du travail, et plus spécifiquement de sa structure privilégiée, l’entreprise privée. Cette littérature, en prise avec son contexte de production, s’appuie sur ces transformations qui forment un véritable vivier formel pour les écrivains, politiquement impliqués.
Françoise Cahen (Paris III) : Qu’est-ce que le réalisme des réseaux ?

URL de référencehttps://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-6e-annee-2018-2019

Parution – « Figures du critique-écrivain. XIXe-XXIe siècles »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage collectif « Figures du critique-écrivain. XIXe-XXIe siècles » (dir. Elina Absalyamova, Laurence van Nuijs et Valérie Stiénon) aux Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 330 pages. ISBN 978-2-7535-7737-4

Veuillez trouver ci-dessous la table des matières et ci-joint la présentation de l’éditeur.

Figures du critique-écrivain
XIXe-XXIe siècles
Du XIXe siècle à nos jours, de nombreux auteurs ont combiné l’écriture de création et la critique littéraire dans le journalisme, l’essai ou la théorie. Leurs écrits témoignent de la partition entre une oeuvre prédominante et une production supposée résiduelle. Mais faire oeuvre signifie aussi intégrer le discours à l’écriture, voire subordonner le texte à son commentaire. Cet ouvrage examine les choix d’une telle pratique et les raisons de sa légitimité problématique. Il montre comment, de l’institution de la critique à la spécialisation culturelle, les classements par l’histoire interagissent avec des catégories intériorisées en (anti)modèles : critique fustigée de Balzac à Morand, critique laboratoire chez Barthes ou Butor, critique professorale reprochée à Sartre, critique poéticienne de Ponge, critique frondeuse de Bayard.

Table des matières

Introduction. Cerner les figures du critique-écrivain: quelques réflexions transversales
Elina Absalyamova, Laurence van Nuijs et Valérie Stiénon


Première partie. Modèles et contre-modèles du critique-écrivain

  • Repentirs et ressentiments de Sainte-Beuve — Jean-Pierre Bertrand
  • Sainte ou prostituée ? La critique jugée par les écrivains au XIXe siècle — Brigitte Diaz
  • Barbey d’Aurevilly, « chouan des lettres » — Pierre Glaudes
  • Critique de la critique et filiation : Fénéon par Paulhan — Denis Saint-Amand
  • Comment taire le commentaire : autour de Maurice Blanchot —Anca Călin et Alain Milon

Deuxième partie. Institution de la critique

  • La « poésie dans la critique » (1834-1869) — José-Luis Diaz
  • Femmes, critiques, écrivains : de quelques profils hybrides au XIXe siècle — Laetitia Hanin
  • Le critique-écrivain dans la collection « Les Jugements » d’Albert Lévesque : émergence d’un nouvel acteur au sein d’un genre en effervescence — Stéphanie Bernier
  • Péguy critique des institutions, ou l’écrivain contre la presse et l’université — Charles Coustille
  • L’évolution de la posture théoricienne dans le post-structuralisme : l’exemple de Julia Kristeva, 1965-1982 — Juliette Drigny

Troisième partie. Poétique du métadiscours

  • Mythographie de Gustave Planche — Anthony Glinoer
  • Montherlant critique et écrivain dans Aux Fontaines du désir — Jean-François Domenget
  • Francis Ponge et le refus du principe de non-contradiction — Laurent Demoulin

Quatrième partie. Critique et création

  • Sainte-Beuve poète dans le Tableau de 1828 — Dominique Coppée
  • Le cas Doubrovsky — Yan Hamel
  • « Tresser le fil » : chassé-croisé de la critique et du roman chez Philippe Forest — Sophie Jaussi
  • Georges Perec ou la méthode pratique de la critique — Tonia Raus
  • Pierre Bayard et la critique interventionniste — Jacques Dubois

Conclusion. De la bonne distance à l’oeuvre – Elina Absalyamova, Laurence van Nuijs et Valérie Stiénon

Parution – « Special issue: Mediating Literature »

French Cultural Studies, SAGE, 2019.

EAN13 : 09571558.

Volume 30 Number 2 May 2019

Nicholas Hewitt (1945–2019) 95

Special issue: Mediating Literature

Edited by: Dominic Glynn and Sébastien Lemerle

Le projet « Literature under Constraint » est né de l’hypothèse très générale qu’il est arrivé quelque chose à la littérature française contemporaine, abstraction faite des jugements de valeur qu’on peut y porter, et que ce quelque chose peut être appréhendé grâce à la notion de contrainte. Pour ce faire, une perspective multidisciplinaire, maniant à la fois les outils propres à l’analyse littéraire (explication de texte, stylistique, génétique textuelle, etc.) et les apports récents des sciences sociales (inscription de la littérature dans l’ensemble des contextes sociaux qui la conditionnent), nous semble la mieux placée pour dégager la spécificité de la production littéraire des quarante dernières années.

La littérature en médiations : Introduction

Dominic Glynn and Sébastien Lemerle, p. 97

The writing profession in France: Between symbolic and professional recognition

Gisèle Sapiro, p. 105

Digital authorship and social media: French digital authors’ attitudes towards Facebook

Erika Fülöp, p. 121

Une visibilité à négocier : « Monde noir » et « Continents noirs », deux collections françaises de littérature africaine

Claire Ducournau, p. 138

The global afterlife: Sino-French literature and the politics of translation

Subha Xavier, p. 153

Toutes ces fois où je me suis trouvé au milieu (tentative d’autoportrait)

Alain Farah, p. 166

Url de référence : 
https://journals.sagepub.com/home/frc

Appel à communications – « Migrations, Déplacements et Mouvements Africains/Diasporiques: Histoires, Politiques et Poétiques »

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications d’un colloque international organisé par Clément Akassi, de l’Université de Howard (USA), prévu du 30 octobre au 1er novembre 2019.

Parution – « Un nouvel âge de l’enquête. Portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur »

Un nouvel âge de l’enquête. Portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur

Laurent Demanze

Corti, coll. Les Essais (2019)

304 p. — ISBN : 978-2-7143-1222-8
 

« L’« âge de l’enquête » : c’est la formule d’Émile Zola qui décrit là un XIXe siècle emporté par une fièvre d’investigations et de déchiffrements. Une formule d’actualité au XXIe siècle, au moment où s’ouvre un nouvel âge de l’enquête : les écrivains contemporains investissent à nouveaux frais le terrain social, à la croisée du reportage, des sciences sociales et du roman noir.

C’est cette passion renouvelée du réel que je voudrais saisir ici, à travers les gestes de l’enquête. S’étonner, explorer, collecter, restituer, poursuivre, suspendre : cette liste ouverte d’opérations concrètes, de pratiques et d’expérimentations dessine le cheminement même de l’enquête. Elle dessine également les moments d’une dynamique, inlassable et inachevable, qu’empruntent aujourd’hui les écrivains pour élucider, nommer et raconter l’épaisseur du monde, en donnant voix aux vies silencieuses. Cette obsession de l’enquête, je la traque à mon tour depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, dans une littérature qui s’invente aux franges des disciplines – d’Emmanuel Carrère à Jean Rolin, d’Ivan Jablonka à Hélène Gaudy, d’Emmanuelle Pireyre à Patrick Modiano, de Philippe Artières à Kamel Daoud, de Philippe Vasset à Svetlana Alexievitch.

Il m’a semblé, chemin faisant, que cette littérature du réel s’écrivait dans le sillage de Georges Perec. Ses dispositifs inventifs, minutieux et critiques sont autant d’instruments d’exploration, qui font de la littérature un protocole de savoir et un outil de connaissance intime. » — Laurent Demanze

Lire dans l’Atelier de théorie littéraire de Fabula un extrait de l’introduction…

Table des matières

Introduction 11

Devenirs d’une culture de l’enquête 12

Investigations à la croisée des disciplines 15

Exigence de réel 19

Politiques de l’enquête 25

Figures de l’enquêteur : le détective, le reporter et l’ethnographe 29

Chapitre I : S’étonner 35

Émergence du récit herméneutique 39

Usages de l’indice 40

Proust détective 43

Roman policier et sciences sociales 50

Extension du domaine du noir 55

Enquêtes sur une disparition 61

Jean-Christophe Bailly : la dissémination des indices 70

Éric Chauvier : le sentiment de familiarité rompue 77

Chapitre II : Explorer 86

Voyages de proximité 95

Formes contemporaines du reportage 99

Jean Rolin : les dérives du reportage 107

Résidences in situ 112

Philippe Vasset : tentative d’épuisement des marges parisiennes 116

Chapitre III : Collecter 123

Collectes naturalistes 123

Collecte et expérience 128

Formes d’implication du je 131

Philippe Artières : le corps de l’enquêteur 140

Les topographies de l’archive 146

Collection de voix et récollection politique 153

Pratiques de l’amateur 163

Emmanuelle Pireyre : collecte numérique 168

Chapitre IV : Restituer 177

La transcription, entre traduction et trahison 180

Composer un espace des paroles 181

Une éthique de la transcription 185

Tentatives de compréhension 189

Démocratie de l’herméneutique 192

Monter : une recomposition du discours social 194

Les montages historiques de Philippe Artières 196

Témoigner formes de la délégation de parole 201

Une littérature de reportage selon Emmanuel Carrère 205

Raconter : force démocratique de la narration 215

Dans la fabrique du savoir avec Ivan Jablonka 218

Enquête, fiction et imagination 226

Chapitre V : Poursuivre 231

Les contre-enquêtes de Didier Blonde 232

Dérèglements paranoïaques 241

Contre-enquête littéraire 244

Enquêtes dans la fiction et fictions d’enquête 252

Kamel Daoud : l’histoire littéraire à rebours 260

Épilogue : Suspendre 265

Un cadre temporel 266

Un impératif pratique 270

Une déliaison narrative 272

Un autre régime de pensée 274

Une éthique de l’opacité 277

Remerciements 284

Index des auteurs étudiés 287

Colloque – « Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections »

Vous trouverez ci-joint le programme du colloque « Raiders of the Lost Archives. Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections ». Ce colloque, qui aura lieu les 27 et 28 mai prochains, propose de réfléchir à la relation en histoire culturelle entre les archives, les collections de médias et la culture médiatique. Résolument interdisciplinaire, il envisagera la culture médiatique dans la diversité et la continuité de ses formes : cinéma, télévision, chanson, BD, roman, jeu vidéo, etc.

La journée du 27 mai se déroulera dans le cadre de l’ACFAS, au local B-1008 du Pavillon Lucien-Brault.

La journée du 28 mai aura lieu au Centre de recherche en civilisation canadienne-française, à l’Université d’Ottawa.

Comité organisateur :

Anthony Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca)

Lucie Hotte (lhotte@uottawa.ca)

Philippe Rioux (philippe.rioux@usherbrooke.ca)

Parution – « Le peuple à l’écrit. De Flaubert à Virginie Despentes »

Le peuple à l’écrit. De Flaubert à Virginie Despentes

Nelly Wolf

P.U. Vincennes

Collection : Culture et Société
Nombre de pages : 206
Langues : Française
Paru le : 02/05/2019
EAN : 9782379240126

À l’heure d’internet comme au XIXe siècle, un vaste public s’est emparé des pouvoirs de l’écrit. Comment la littérature, de Flaubert à Virginie Despentes réagit-elle à cette concurrence inédite ?

Comment la littérature, comment les écrivains professionnels, qui jusqu’alors détenaient sinon un monopole, du moins un pouvoir sur la langue écrite ont-ils accueilli ce nouveau partage ? Comment ont-ils réagi à cette concurrence inédite ? Y ont-ils vu une ressource ou une menace ?

Ce livre tente de répondre à de telles questions en explorant les œuvres littéraires de Gustave Flaubert à Virginie Despentes. À travers la littérature, il nous invite à réfléchir sur la démocratie, l’oral et l’écrit, l’école.

Lire un extrait…

Sommaire

Introduction
Écritures ordinaires
         Extension du domaine de la lettre
         Portraits du peuple rédacteur
         Fragilité d’une transmission

Apprendre à écrire ?
         À l’école de la République
         Entre les murs du collège
         Écrire et conter
         La scène de l’acculturation

La revanche de l’oral
         À la recherche du beau français
         Un conflit de loyauté
         Pour en finir avec le point-virgule

La faute et la marge
         Grammaires du crime
         Un imaginaire social de la langue
         L’illetrisme rédempteur

Conclusion

Bibliographie critique sélective

*

Voir le site de l’éditeur…