Archives de catégorie : Non classé

Parution – « La Littérature contemporaine au collectif »

Depuis un demi-siècle est apparue une forme de regroupement d’écrivain.e.s et d’intellectuel.le.s : les collectifs. Les collectifs n’ont pas d’organisation hiérarchique, ils ne reposent pas nécessairement sur des rencontres et sur des formes fixes de sociabilité, ils pratiquent volontiers la co-écriture et reposent sur des formes de diffusion de l’art et de la pensée, comme des revues et des collections. Ils ont ou ont eu pour nom Wu Ming, le Comité invisible, Perpendiculaire, Inculte, Givre, Ramen, Hétérotrophes ou encore Zanzibar.

Les uns se sont nommés groupe, les autres communauté, ligue, cercle ou encore comité. Tous ont rompu avec la logique d’avant-garde sans renoncer à l’action collective, alors même que domine l’image d’un écrivain redevenu solitaire après plus d’un siècle de mouvements littéraires.

C’est à ces collectifs littéraires et, plus largement, aux façons de penser la littérature contemporaine au collectif, qu’ont été dédiées deux journées d’études à l’Université de Sherbrooke (campus de Longueuil) en novembre 2019. Les actes, réunis par Anthony Glinoer et Michel Lacroix, figurent désormais parmi les « Colloques en ligne » de Fabula et sont accessibles à l’adresse suivante : https://www.fabula.org/colloques/index.php?id=6671.

Appel à contributions – « (Re)Traduire les classiques français »

Appel à contributions : (Re)Traduire les classiques français

Éditeurs : Marc Smeets et Maaike Koffeman

Les traductions vieillissent-elles ? Ou est-ce, comme l’écrit Henri Meschonnic, plutôt la pensée du langage qui vieillit ? Et quel est le rôle que joue l’éditeur dans l’édition / la réédition d’un classique ? Ce numéro de la revue RELIEF sera consacré à la (re)traduction des œuvres classiques françaises dans différentes langues, avec une attention particulière pour le néerlandais, l’allemand et l’anglais.

Possédant une valeur culturelle et symbolique importante, le texte classique semble constituer une source éditoriale et commerciale sûre. De ce fait, il donne souvent lieu à de multiples rééditions et retraductions, qui se présentent – bon gré mal gré – comme étant « meilleures » que leurs prédécesseurs (du point de vue de l’innovation et du modèle dominant, s’entend). Considérer la retraduction comme une réponse au vieillissement textuel, Yves Gambier (2011) l’a bien souligné, serait une perspective beaucoup trop simpliste.

Dans ce numéro de RELIEF, nous aimerions présenter une vision plus nuancée sur la (re)traduction des classiques français. Nous invitons les auteurs à proposer des articles qui – plutôt que d’analyser les (re)traductions d’un point de vue purement textuel – prennent en compte le contexte culturel, économique et institutionnel dans lesquels elles évoluent. Les angles d’approche à considérer comprennent :

–          La position du traducteur dans le champ littéraire ;

–          Le rôle des médiateurs culturels dans la réalisation des traductions ;

–          Les structures institutionnelles qui soutiennent la publication de traductions ;

–          L’évolution du marché du livre et les attentes du public ;

–          Les stratégies éditoriales et économiques des maisons d’édition ;

–          La réception des traductions.

Date limite pour l’envoi des propositions : le 1er décembre 2020. Les auteurs des propositions retenues devront soumettre l’article complet (environ 6000 mots) avant le 1er février 2021.

Merci d’envoyer une proposition d’environ 300 mots, accompagnée d’une brève notice biobibliographique, à revuerelief@gmail.com.

RELIEF est une revue internationale évaluée par les pairs qui s’adresse à des chercheurs ainsi qu’à d’autres lecteurs intéressés dans le domaine de la littérature et la culture françaises du moyen âge jusqu’à nos jours. RELIEF paraît deux fois par an. Les numéros sont d’ordinaire organisés par thème, mais dans chaque numéro un certain espace est réservé aux contributions diverses et aux comptes rendus. RELIEF veut rejoindre l’actualité littéraire et culturelle d’aujourd’hui autant pour la création que pour la réflexion critique tout en se retournant régulièrement vers les richesses du passé et leur réception. Nous revendiquons notamment une ouverture transculturelle et une attention particulière aux genres marginaux comme aux créations à redécouvrir.


RELIEF – REVUE ÉLECTRONIQUE DE LITTÉRATURE FRANÇAISE
Site Internet RELIEF | Facebook RELIEF

Parution – « Les cultures du chapitre »

Bonjour à toutes et à tous,

L’équipe de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures est heureuse de vous annoncer la parution de son dernier numéro, « Les cultures du chapitre », dirigé par Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm.

Le numéro est en ligne et en accès ouvert : https://journals.openedition.org/itineraires/7256

En vous souhaitant bonne lecture,

L’équipe d’Itinéraires. LTC


N° 2020-1 Les cultures du chapitre
Sous la direction de Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm
  Que devient l’acte de diviser lorsqu’on le rapporte à la diversité de ses pratiques ? Unité en apparence homogène, le chapitre est interrogé dans ce numéro à travers la variété de ses réalisations : chapitrage du roman, d’un DVD, d’une série télévisée, d’une bande dessinée, mais aussi découpage d’une pièce de théâtre ou d’un recueil de nouvelles, et quelques autres encore. Ces opérations de division peuvent-elles se réduire à un seul et même modèle de découpage ? Chacun des articles réunis tente, pour les domaines mentionnés, de faire émerger une culture de la division, que ce soit à travers des études de cas ou des études transversales.

Claire Colin, Camille Koskas et Jérémy Naïm Les cultures du chapitre : introduction

Hors le roman, diviser la fiction
Marc Douguet Finir in medias res : chapitrage et division en actes
Dimitri Garncarzyk
Rhapsodies, livres, épisodes et suspense   Jérémy Naïm
Des chapitres et des nuits. Les divisions dans Les Mille et Une Nuits (xviiie-xixe siècles)

  Aux limites du romanesque : le chapitre contesté ?
Hélène Baty-Delalande
Chapitrer ses Mémoires : l’exemple de Simone de Beauvoir

Camille Koskas
Jean Paulhan et l’obsession du plan

Clémentine Hougue
Le chapitre face au collage et au montage : Dos Passos, Burroughs, Ballard
Le devenir du chapitre : d’un médium à l’autre
Aurélien Lorig
Le pastiche du roman-feuilleton dans Le Voleur de Georges Darien et ses adaptations

Aude Leblond
Du chapitre à l’épisode : le devenir des chapitres dans les adaptations en franchises multi-médiatiques

  Extension du domaine du chapitre : cultures visuelles et audio-visuelles
Alain Boillat
Le DVD comme vecteur d’une culture du chapitre en contexte médiatique

Raphaël Luis
Sandman, récit métamorphe : l’espace du chapitre chez Neil Gaiman

Anaïs Goudmand
Le découpage chapitral dans House of Cards : une stratégie narrative liée au modèle de diffusion de Netflix

François Jost
Peut-on utiliser la notion de chapitre pour les séries télévisées ?

Olivier Caïra
Métamorphoses du chapitre dans la scénarisation interactive

Varia
Mathias Kusnierz
Expérimenter en langues, 2. L’intraduction : défiguration et valeur politique du langage

Servanne Monjour
« Chercher les forces obliques » : poétique anamorphique dans l’œuvre photolittéraire de Lydia Flem  

Parution – Q. Deluermoz, « Commune(s) 1870-1871 »

Parution : Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle. Seuil, 2020

Depuis les analyses célèbres de Karl Marx, l’histoire de la Commune de Paris a été placée au centre de notre compréhension de l’événement révolutionnaire. Et l’espérance de « faire commune » fait aujourd’hui retour dans notre imaginaire politique.

Cet ouvrage se propose de mener l’archéologie de cette puissance d’actualisation, mais en revenant d’abord sur la force de l’événement lui-même. Le récit prend appui sur une enquête archivistique minutieuse qui permet de reconstituer, par le bas, les stratégies des acteurs, leurs luttes comme l’ouverture des possibles qui marque ces journées. L’événement dépasse dès ses débuts le cadre parisien. De la rue Julien-Lacroix aux concessions de Shanghai en passant par l’insurrection kabyle, la Croix-Rousse à Lyon ou la république des cultivateurs aux Caraïbes, le livre propose une histoire à différentes échelles, du local au global, en décrivant des interconnections multiples.

De là un essai vif et original sur l’histoire transnationale des échos entre l’espérance révolutionnaire française et les trajectoires insurrectionnelles mondiales, doublé d’une réflexion renouvelée sur les rapports entre ordre social et révolution.

Quentin Deluermoz, maître de conférence HDR en histoire contemporaine à l’Université Paris 13, a publié au Seuil Le Crépuscule des révolutions (1848-1871) (« Histoire de la France contemporaine », t. 3, 2012, rééd. « Points Histoire », 2014) et, avec Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus (2016, rééd. « Points Histoire », 2019). Il est également cofondateur de la revue Sensibilités, Histoire, critique et sciences sociales.

Appel à contributions – « Postures littéraires et construction de l’image sociale de l’écrivain dans la culture roumaine »

Chers collègues,

 
Je vous pris de faire circuler sur la liste socious notre appel pour le 8-ème numéro de la revue « Dacoromania litteraria » (8/ 2021), revue qui apparaît à Cluj-Napoca (Roumanie), sous le patronage de l’Académie Roumaine. 
Ce dernier numéro sera consacré aux postures d’auteur (Postures littéraires et construction de l’image sociale de l’écrivain dans la culture roumaine), se proposant un focus sur la littérature roumaine contemporaine, mais qui n’exclue pas (tout au contraire) les réflexions qui s’appliquent sur d’autres littératures européennes.
 
Vous trouvez le call sur le site de notre revue: 
 
 
 
Bien cordialement,
Ligia Tudurachi

Parution – « Littérature francophone de Belgique »

Chers collègues,


L’équipe de rédaction d’Études littéraires a le plaisir de vous annoncer la parution du dernier numéro de la revue, le vol. 49, nos 2-3 / 2020 :​

Littérature francophone de Belgique : Langue, Identité, Histoire. À partir des travaux de Marc Quaghebeursous la direction de Christiane Kègle et Jean de Dieu Itsieki Putu Basey

Vous trouverez, en pièce jointe, l’avis du parution du numéro. Nous vous invitons également à lire le texte de présentation intégral du numéro, accessible depuis la page d’accueil de notre site Internet : http://www.etudes-litteraires.ulaval.ca.   Littérature francophone de Belgique : Langue, Identité, Histoire. À partir des travaux de Marc Quaghebeur ​est disponible dès maintenant en accès libre via Érudit (https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/2020-v49-n2-3-etudlitt05500/).   ​ Nous vous souhaitons bonne lecture !   Cordialement,   Anne-Marie Fortier
Directrice de la revue Études littéraires

Parution – « La littérature au-delà des nations. Hommage à Pascale Casanova »

Cher.es collègues,

ce message pour vous annoncer la parution, dans COnTEXTES, Revue de sociologie de la littérature, d’un numéro spécial en hommage à Pascale Casanova, disparue il y a deux ans, le 29 septembre 2018.

« La littérature au-delà des nations. Hommage à Pascale Casanova » rassemble, outre la réédition d’un texte de la chercheuse sur Michaux, des articles de Françoise Lavocat, Claire Ducournau, Christophe Charle, Joseph Jurt, Laurent Jeanpierre, Tristan Leperlier, Anna Boschetti, Julien Duval.

Voici le lien pour accéder au numéro: https://journals.openedition.org/contextes/9188

En espérant qu’il contribuera à faire vivre la mémoire d’une intellectuelle combative et exigeante, et incitera à explorer les voies nouvelles qu’elle a ouvertes à la sociologie de la littérature.

Claire Ducournau, Tristan Leperlier et Gisèle Sapiro


Tristan Leperlier
Chercheur/Researcher CNRS (THALIM)

Publication – Sociocriticism XXXV – 1 « Politiques des représentations queer / cuir »

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication en ligne du volume XXXV – 1 de la revue Socio/criticism (3ème époque) « Politiques des identités et des représentations queer/cuir : Performa(r)tivité et ar(t)chive », coordonné par Thérèse Courau et Marie-Agnès Palaisi.

La revue est accessible à l’adresse suivante : http://revues.univ-tlse2.fr/sociocriticism/

Vous trouverez le sommaire du numéro ci-dessous.

Socio/criticism XXXV – 1 (2020)

Politiques des identités et des représentations queer/cuir. Performa(r)tivité et ar(t)chive

Políticas de las identitades y de las representaciones queer/cuir. Performa(r)tividad y ar(t)chivo

Dossier coordonné par : Marie-Agnès Palaisi et Thérèse Courau

Parution – T. Habrand, « Le Livre au temps du confinement »

Parution : Tanguy Habrand, Le Livre au temps du confinement, Les Impressions Nouvelles. (En librairie dès le 8 octobre 2020.)

En prenant pour objet le livre au temps du confinement, cet essai tente d’appréhender le fonctionnement de l’industrie du livre à l’arrêt. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en effet, la chaîne du livre n’est pas tombée en léthargie. La chaîne du livre s’est adaptée au confinement. Ses terrains d’élection ont été le théâtre d’une activité intense : auteurs, éditeurs, imprimeurs, distributeurs, diffuseurs, libraires, bibliothécaires et lecteurs ont été à l’origine de stratégies de survie, constructives ou désespérées, et d’un grand nombre de discours sur le livre et les métiers du livre.

C’est à ce jeu d’interactions et aux conflits de valeurs qui en découlent que se consacre Tanguy Habrand, considérant que la crise du Covid-19 a joué, dans les activités du monde social, le rôle d’analyseur. Qu’il s’agisse du caractère essentiel du livre et de ses implications, de la vente en ligne, de l’édition numérique, de la surproduction éditoriale, de la place de l’édition indépendante ou encore de l’aide publique au secteur, les acteurs placés en état d’urgence ont été conduits par la force des choses à exacerber leurs positions, à faire face à leurs propres contradictions et, ce faisant, à se dévoiler.

 
Tanguy Habrand est enseignant-chercheur au Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège. Ses principales recherches portent sur l’histoire sociale de l’édition, les stratégies éditoriales et le développement numérique de la chaîne du livre. Il est responsable de la collection Espace Nord et co-directeur, avec Dick Tomasovic, de La Fabrique des Héros aux Impressions Nouvelles.

Séminaire – « Démasculiniser les sciences humaines et sociales »

Démasculiniser les sciences humaines et sociales 

Séminaire, 2020-2021 

Université Paul-Valéry – Montpellier 3 

Crises / Rirra21 / master d’études culturelles / iuf  

Programme : 

21 octobre 2020, 17h-19h, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Michèle Le Doeuff (Cnrs) : « Du mode d’existence du masculinisme » 

18 novembre 2020, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Caroline Fayolle (Université de Montpellier, Lirdef) : « Y a-t-il une écriture féministe de l’histoire ? » 

Vanina Mozziconacci (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Lirdef) : « Faut-il être une femme pour philosopher ? » 

9 décembre 2020, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 006-Panathénée 

Elsa Dorlin (Université Paris 8, Erraphis) : « Mimesis : savoirs minorisés et logiques de pouvoir à l’université » 

Nehara Feldman (Université de Picardie Jules-Verne, Curapp-ess) : « Et si ego était une femme ? Déconstruction de l’androcentrisme en anthropologie à partir d’une étude de cas entre le Mali et la France » 

20 janvier 2021, 17h-19h30, Site Saint-Charles, salle 003-Caryatides 

Christine Détrez (École normale supérieure de Lyon, Centre Max Weber) : « Enquêter sur des femmes effacées de l’H·histoire » 

Aline Estèves (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Crises) : « Dynamiter la marginalisation héroïque des femmes : relectures contemporaines du mythe des amazones » 

10 février 2021, 17h-19h30, Site St-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Rirra21) : « Démasculiniser l’histoire de la presse » 

Julie Sauvage (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Emma) : « Histoire de la presse féministe, histoire féministe de la presse » 

24 février 2021, 17h-19h30, Site Saint-Charles 2, salle 003-Caryatides 

Séance consacrée aux travaux d’étudiant·es

Argumentaire : 

Les études féministes et de genre ont pris pour objet, depuis une vingtaine d’années, la critique des sciences humaines et sociales. Elles ont mis en lumière le fait que ces savoirs se sont constitués autour de personnalités et de corpus massivement masculins, en marginalisant les femmes, en les prenant comme objets de discours et en légitimant parfois leur exclusion de l’éducation et de l’espace public*. Ainsi, le fait historique de la domination masculine rejaillit sur les contenus, les impensés, la langue et les institutions scolaires et universitaires du temps présent. Au-delà de leurs spécificités, de leurs différences en termes d’ancienneté et de prestige, la philosophie, l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, les études littéraires, artistiques, culturelles et linguistiques partagent ces principes de constitution faisant primer des hommes, des normes et des valeurs masculines (telles que culturellement et socialement construites) sur des femmes souvent invisibilisées, des normes et des valeurs féminines perçues comme inférieures. Dès lors, comment repérer les différentes formes de sexisme prévalant dans les institutions universitaires et les productions scientifiques ? Comment lire et écrire en étant conscient·es de la manière dont le genre traverse nos savoirs disciplinaires, nos références et notre _expression_ ? 

Organisé dans la continuité de l’atelier du master d’études culturelles 2019/2020, ayant exploré les modalités et les conséquences de cette masculinisation des sciences humaines et sociales d’une manière à la fois critique et constructive, ce séminaire interdisciplinaire poursuit les pistes de recherches et les interrogations tant méthodologiques qu’épistémologiques qui s’y sont ouvertes. Il accueillera d’octobre 2020 à février 2021 des chercheur·ses qui revisiteront leurs enquêtes passées ou en cours, l’évolution de leur écriture et de leurs lectures, en tentant de démasculiniser une ou deux références majeures propres aux disciplines dans lesquelles elles ou ils inscrivent leurs travaux. Chaque séance sera constituée d’une ou deux intervention·s suivie·s d’une discussion avec le public ; la dernière séance permettra de discuter des travaux en cours de doctorant·es et d’étudiant·es avancé·es inscrit·es en Master 2. 

Organisation :  

Ce séminaire est organisé par Claire Ducournau (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Rirra21, Institut universitaire de France) et par Aurélie Knüfer (Université Paul-Valéry – Montpellier 3, Crises), avec le soutien de leurs centres de recherches respectifs, des départements de lettres modernes et de philosophie, du Master d’études culturelles, de l’UFR 1 et de l’IUF.  

Informations pratiques : 

Le site Saint-Charles de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 comprend deux entrées respectivement situées rue du Professeur Henri Serre et Place Albert Ier. En tramway, il faut descendre à l’arrêt Place Albert Ier (ligne 1, directe depuis la Gare Saint-Roch, et ligne 4). 

Contacts : ducournau.claire@gmail.com et aurelie.knufer@gmail.com


*Notamment Claire Michard et Claudine Ribery, Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Lille, Presses universitaires de Lille, 1982 ; Michèle Le Dœuff, Le Sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, Flammarion, 2000 ; Danielle Chabaud-Rychter, Virginie Descoutures, Anne-Marie Devreux et Eleni Varikas (dirs.), Sous les sciences sociales, le genre : relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte, 2010 ; Christine Détrez, Les Femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Paris, Belin, 2016.