Archives de catégorie : Non classé

Parution – « La différenciation. Goûts, savoirs et expériences culturelles »

Hervé Glevarec, La différenciation. Goûts, savoirs et expériences culturelles, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2019, 386 p., ISBN : 9782356876317.

Il y a une sociologie des biens culturels et des pratiques, mais cette sociologie n’est pas une économie, avec son capital, ses intérêts et son marché. Quand ce qui explique un goût musical est, en priorité, la génération d’appartenance des personnes et non leur position sociale, quand la valeur de telle série télévisée est comparée à celle des autres œuvres du même genre et non aux autres genres, quand les œuvres ont une valeur esthétique indépendante de la position sociale de leurs pratiquants privilégiés, quand la fréquentation ordinaire des œuvres est plus décisive que la socialisation, c’est qu’un certain nombre de changements théoriques et conceptuels sont nécessaires.

Parce que les goûts ne sont pas réductibles à la position et à l’origine sociale, parce que les biens culturels n’ont plus une seule valeur (leur valeur sociale), parce que les usages sociaux de la culture varient selon les situations sociales (en couple, en famille, entre pairs, entre amis, etc.) et signifient diversement pour les individus (en termes de plaisir culturel, de savoir), en n’étant pas réductibles à des rapports de distinction et de domination, une évolution du modèle dominant est requise vers la prise en compte de l’expérience due aux biens culturels. Cette évolution est celle qui requalifie la distinction en différenciation, la structure positionnelle en identité sociale et générationnelle, le capital culturel en savoirs, la légitimité en reconnaissance et en normes de groupe, pose le genre culturel comme catégorie constitutive du goût et du jugement de valeur, et enfin, soutient l’autonomie du monde de la culture par rapport au monde de l’école.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs numériques et culturels des préadolescents (La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines par les amateurs du genre (La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations (avec Guy Saez)). Une seconde partie de ses travaux portent sur la radio (« Ma radio », Attachement et engagement (INA); France Culture à l’œuvre (CNRS), Libre Antenne (Seuil), La radio et ses publics (avec Michel Pinet) (Séteun).

Colloque – « Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre. Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ? »

Colloque interuniversitaire

Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre.

Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, 

Paris Sorbonne Université.

Journée 1

28 juin 2019 (9h30-16h30)

Maison de la recherche, Sorbonne Université

Salle D040 (28, rue Serpente, 75006 Paris)

9h Accueil des participant·e·s

9h15 Mot d’accueil

Panel 1 (9h30-11h) : Construire sa légitimité 

(modératrice : Marie Vigy, Sorbonne Nouvelle)

9h30 Caroline Labrune (Université de Rouen Normandie), « Célébrer la gynécocratie en pleine Fronde : comment Pierre Du Ryer a-t-il pu écrire Nitocris, Reine de Babylone? »

10h Esther Demoulin (Sorbonne Université), « Sartre et Beauvoir, ou le transfert de la légitimité littéraire »

10h30 Aurore Turbiau (Sorbonne Université), « Libération des femmes : année zéro. Fonder une légitimité de la parole politique et littéraire des femmes »

11h Pause 

Panel 2 (11h30-12h30) : Une légitimité embarrassante ? 

(modératrice : Charlotte Laure, Sorbonne Nouvelle)

11h30 Jean-Christophe Corrado (Sorbonne Université), « “Et l’embourgeoiser de cette façon était peut-être le plus mauvais tour qu’on pût lui jouer.” Jean Genet face à sa légitimation »

12h Marina Gesrel (Sorbonne Université), « Postures surréalistes : la conquête d’une légitimité contradictoire »

12h30 Pause déjeuner 

Panel 3 (14h-16h30) : Instances de légitimation 

(modératrice : Agathe Giraud, Sorbonne Université)

14h Pierre Lyraud (Sorbonne Université), « De quel droit parle-t-on encore de Pascal ? »

14h30 Augustin Guillot (Paris I Panthéon-Sorbonne), « Les “illégitimes succès” à l’époque romantique : opinion publique et légitimité littéraire en France autour de 1830 »

15h Pause

15h30 Lucie Roussel Richard (Normandie Université), « Le théâtre de Delphine de Girardin à l’épreuve de la critique »

16h Elisabeth Viain (Sorbonne Université), « Le Boulevard-shaming ou la réputation peu flatteuse du théâtre dit de Boulevard auprès du public et des dramaturges de théâtre contemporain »

16h30 Fin de la première journée

Journée 2

29 juin 2019 (9h30-16h)

Maison de la recherche, Sorbonne Nouvelle, 

Salle Athéna (4, rue des Irlandais, 75005 Paris)

9h15 Accueil 

Panel 1 (9h30-10h30) : Délégitimer, censurer 

(modératrice : Alice Desquilbet, Sorbonne Nouvelle)

9h30 Clément Scotto di Clemente (Sorbonne Université), « Légitimation et évolution de la haine du théâtre »

10h Elisabeth Lacombe (Université de Picardie Jules Verne), « La Sorcière (Thomas Middleton, circa 1613-1616) et La Devineresse (Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé, 1679) : deux victoires de la censure ? »

10h30 Pause 

Panel 2 (11h-12h30) : Appropriations et transferts culturels

(modérateur : Marco Doudin, Sorbonne Université)

11h Jean-Baptiste Scherrer (Université Paris I Panthéon-Sorbonne/Université de Fribourg-en-Brisgau), « L’appropriation culturelle, une notion juridique pour protéger les identités collectives »

11h30 Solène Méhat (Université Paris 8), « Du rôle de l’identité de l’auteur dans la controverse littéraire contemporaine : étude des débats autour de la performance de Kenneth Goldsmith “The Body of Michael Brown” »

12h Weihang Huang (Sorbonne Nouvelle), « La légitimité par L’Orage et L’Orage dans sa légitimité. La réception du théâtre occidental en Chine à partir des années 1930 »

12h30 Pause déjeuner  

Panel 3 (13h30-16h) : Sujets illégitimes

(modératrice : Esther Demoulin, Sorbonne Université)

13h30 Nicolas Fréry (Sorbonne Université), « “Jeter un regard sur ce que l’opinion a traité d’ignoble” : la querelle de la lingère et du cocher dans La Vie de Marianne »

14h Pierre Damamme (Sorbonne Université), « “Cupidon déchaîné” : le goût des moins de seize ans dans l’œuvre de Gabriel Matzneff »

14h30 Pause

15h Mouna Adouni (Université de Lille/Université de Sfax), « La représentation de la figure du bourreau dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell, La Disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez, La Part de l’Autre d’Eric-Emmanuel Schmitt et HHhH de Laurent Binet »

15h30 Maxime Boeuf (Aix-Marseille Université / Universität Tübingen), « Clara Viebig, la mise à l’index de la “plume féminine” »

16h Clôture du colloque

Responsable :

Groupe de Recherche Interuniversitaire en Langue et Littérature (Jean-Christophe Corrado, Esther Demoulin, Alice Desquilbet, Marco Doudin, Agathe Giraud, Charlotte Laure, Clément Thiebault Scotto Di Clemente, Marie Vigy)

adresse

Sorbonne Université/Sorbonne Nouvelle

Appel à communication – « L’écriture de la migration dans la littérature et le cinéma contemporains pour adultes et pour enfants : frontières, passages, errances et figures du tragique moderne »

Vous voudrez bien trouver, en fichier attaché, un appel à communication pour un colloque sur « L’écriture de la migration dans la littérature et le cinéma contemporains pour adultes et pour enfants : frontières, passages, errances et figures du tragique moderne » (21-23 novembre 2019, Université de Caen).  La date de soumission avait été reportée au 15 juin.

Appel à communication – « Les droits de l’art. Perspectives sur une recherche pluridiscipinaire »

Appel à communications

Colloque « Les droits de l’art. Perspectives sur une recherche pluridiscipinaire »

Lundi 16 mars et mardi 17 mars 2020

Université du Québec à Montréal

Dans le cadre des travaux de l’équipe « L’art en procès » 

(www.uqtr.ca/art-en/proces)

Ce colloque a pour vocation de faire dialoguer des juristes et des chercheurs en sciences humaines autour de l’art, de son interprétation et de ses droits. Il émane d’un groupe de recherche franco-québécois, « L’art en procès », qui réunit des juristes, des linguistes et des littéraires œuvrant respectivement en droit pénal canadien et droit de la presse, en linguistique légale et en analyse du discours, en stylistique et en histoire et sociologie de la littérature. Depuis 2016, ces chercheur.e.s croisent leurs expertises pour analyser, en commun, des procès intentés à l’art, dans les tribunaux comme dans l’espace public. Dans la continuité des travaux de l’équipe, le colloque sera l’occasion de confronter les outils et les procédures herméneutiques du droit, des études littéraires, de la linguistique, de la sociologie et de l’histoire de l’art, etc. 

La formation de l’équipe interuniversitaire « L’art en procès » comme la création récente d’une École d’été en linguistique légale (UQTR/U. Savoie-Mont-Blanc) et d’un séminaire interdisciplinaire « Droit et Littérature » (Sorbonne Université), ou encore l’appel conjoint des Cahiers de droit(U. Laval) et Communitas (UQAM) sur le thème « Société et droit », montrent un intérêt croissant pour des collaborations entre les sciences humaines et le droit dans l’espace francophone. Si la tradition anglo-saxonne de réflexion autour de la thématique « Littérature et droit » a permis l’éclosion de nombreuses études, voire de revues dédiées à la question, le domaine reste peu développé dans la recherche francophone. En outre, les études sur la représentation de la loi dans la littérature ou sur le droit comme littérature ont davantage concentré l’attention des chercheur.e.s que les enquêtes visant à faire dialoguer les catégories et les modes de lecture du droit et des études littéraires, qui est la perspective adoptée par l’équipe « L’art en procès ». De la même manière, alors que la forensic linguisticsa vu éclore de nombreuses recherches (Coulthard et Johnson, Cotterill, Shuy), la linguistique légale reste peu développée dans le domaine francophone (Lagorgette). Ce décalage s’observe aussi dans les tribunaux : ainsi, au Québec comme en France, il demeure fort rare que les spécialistes de la littérature et de la langue soient sollicités à titre d’experts ou témoins spécialistes (Denault, Rioux-Turcotte).

Ce colloque voudrait ainsi rassembler les chercheur.e.s qui travaillent dans une perspective interdisciplinaire ou pluridisciplinaire sur l’art et le droit, en proposant un bilan des travaux déjà menés et en cartographiant les recherches actuelles, en particulier mais non exclusivement, celles qui se développent depuis quelques années dans l’espace francophone. 

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans différents axes :

–      Histoire des courants Littérature et droit, Linguistique légale, Loi et Société et, plus particulièrement, leur apport à la compréhension de la liberté de création ;

–      Les notions telles que la fiction, le plagiat, l’originalité, la signature, la création, l’intention, etc., au prisme du droit et des sciences humaines ;

–      Les conflits de normes entre le champ juridique, le champ artistique et l’espace public ;

–      Comparaison des procédures herméneutiques du droit et des sciences humaines ;

–      Les procès intentés à l’art ;

–      L’expertise linguistique, littéraire et artistique dans les tribunaux à l’occasion des procès intentés à l’art.

Les propositions de communications devront comprendre un titre, un résumé d’environ 300 mots et être accompagnées d’une courte notice biobibliographique. Prière de bien vouloir nous les faire parvenir au plus tard le 31 août 2019à l’adresse suivante :mathilde.barraband@uqtr.ca.

Le comité organisateur : Anna Arzoumanov, Mathilde Barraband, Geneviève Bernard Barbeau et Marty Laforest (Sorbonne Université et UQTR).

Journée d’études – « La réception universitaire de Victor Hugo en France »

Humanités romantiques

Journée d’études HumaRom «La réception universitaire de Victor Hugo en France»

9h30 : accueil des participants

10h : Introduction à la journée

Denis Pernot (Université Paris Est Créteil / Pléiade, coordinateur du projet HumaRom) & Guillaume Peynet (Université du Mans / 3L.AM)

Session 1 : Institutions (10h30 – 12h)

Présidence : Guillaume Peynet (Université du Mans / 3L.AM)

10h30 : La chaire Victor-Hugo en Sorbonne : l’hugophilie institutionnelle face aux controverses politiques

Jordi Brahamcha-Marin (Université Rennes 2 / CELLAM – 3L.AM)

11h : Inscription de la Société des Amis de Victor Hugo dans la réception universitaire de l’auteur

Arnaud Laster (président de la Société des Amis de Victor Hugo)

11h30 : Discussion

Pause déjeuner (12h – 14h)

Session 2 : Histoires littéraires (14h – 15h30)

Présidence : Jordi Brahamcha-Marin (Université Rennes 2 / CELLAM – 3L.AM)

14h : La frénésie d’un « grand » romantique ? Le cas Hugo dans la critique du genre frénétique

Émilie Pézard (Université de Poitiers / FoReLLIS)

14h30 : La chute des Burgraves et le discours universitaire au xxe siècle, ou comment évacuer le théâtre de Victor Hugo

Agathe Giraud (Sorbonne Université / CELLF)

15h : Discussion

Pause (15h30 – 15h45)

Session 3 : Ouvertures disciplinaires et géographiques (15h45-17h15)

Présidence : Agathe Giraud (Sorbonne Université / CELLF)

15h45 : Victor Hugo : la réception de son oeuvre dans les facultés de droit à travers le mouvement « droit et littérature »

Clémence Faugère (Université de Bordeaux / Centre aquitain d’histoire du droit, Institut de recherche Montesquieu)

16h15 : La réception universitaire de Victor Hugo en URSS : quelles stratégies dans le cadre d’un discours contraint ?

Myriam Truel (Collège universitaire français de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg / CECILLE EA 4074)

16h45 : Discussion

17h15 : Clôture de la journée

Organisation : Jordi Brahamcha-Marin (Université Rennes 2 / CELLAM – 3L.AM)

& Guillaume Peynet (Université du Mans / 3L.AM)

Congrès – « Lis tes pubs ! Biens littéraires et culture marchande (XIXe-XXIe siècle)»

Nous sommes heureux de vous annoncer la tenue du congrès de clôture du programme de recherche ANR LITTéPUB :

 Lis tes pubs ! Biens littéraires et culture marchande (XIXe-XXIe siècle) 

du 11 au 14 juin 2019 à l’Académie royale de Belgique (Bruxelles)

Si vous souhaitez assister (gratuitement) à l’une ou l’autre de ces journées – ou à toutes, merci de vous inscrire en vous rendant sur le sitehttp://littepub.net  ou en suivant directement ce lien-ci : https://webquest.fr/?m=68054_inscription-au-congres-international-lis-tes-pubs—bruxelles-11-14-juin-2019

Colloque – « Les occasions du livre. Pratiques, discours et imaginaires de la commande dans la littérature des XXe et XXIe siècles »

Nous avons le plaisir de vous convier au colloque « Les occasions du livre. Pratiques, discours et imaginaires de la commande dans la littérature des XXe et XXIe siècles », qui se tiendra à l’ENS de Lyon les 7 et 8 juin prochains. L’entrée est libre et sans inscription : vous êtes tous et toutes les bienvenu·e·s.

Colloque – « Colloque 2019 de l’APFUCC »

Dans quelques jours, nous allons nous rencontrer à Vancouver pour le colloque 2019 de l’APFUCC ! 

Ci-jointes, veuillez trouver trois affiches pour les interventions de nos conférenciers d’honneur : 

– le samedi 1 juin2019 de 11h00 à 12h00, conférence plénière de Bruno Blanckeman : “De la littérature comme sujet vulnérable”, salle BUCH A 103, UBC

– le dimanche 2 juin 2019 de 11h00 à 12h00, causerie avec l’écrivain Deni Ellis Béchard, modérée par Sylvie Bérard : “Cercles de dialogue dans les littératures francophones et autochtones contemporaines” , salle BUCH A 103, UBC. Causerie organisée en collaboration avec l’ALCQ.

– le lundi 3 juin 2019 de 11h00 à 12h00, conférence plénière de François-Emmanuël Boucher : “Fanatisme religieux, terreur, chaos et décadence : Enquête sur la valeur attribuée aux révélations abrahamiques de la Révolution industrielle à aujourd’hui”, salle BUCH A 203. Conférence organisée en collaboration avec l’ACÉF-XIX.

Ces trois événements sont organisés avec le soutien financier de la Fédération des Sciences Humaines du Canada et sont ouverts au public. 

Appel à contributions – « Humanity on the move »

International Conference 29 – 30 Abril 2020

organized by EHum2M – Humanistic Studies on Migrations and Marginalization, a research team of the Centre for Humanistic Studies (CEHUM) at the University of Minho, Portugal, and its Partners.

Proposals: until 31 July 2019

Humanity on the move is the title of a so-called Flagship Report of more than 500 pages (Berlin: WBGU, 2016): Nothing stands still on our planet any more, and above all, hardly anyone stays in the same place. Today, anyone who grows up in a residential block, hut or villa is highly unlikely to die there. He or she will move many times during lifetime – from house to house, from countryside to city, from village to metropolis, from home country to neighbouring country, from continent to continent, constantly commuting, travelling, roving, and … fleeing. These relocations of humanity are driven by the pursuit of happiness and self-fulfilment, by curiosity, but also by the logic of global value chains, by the harsh laws of poverty, violence, political disorder, military conflicts and social disintegration.

With the Humanity on the move, the Humanities should move. That is an idea launched by the World Humanities Conference. Challenges and Responsibilities for a Planet in Transition (Liège 2017): Until the Second World War, the Humanities were at the heart of both public debate and the political arena. In the last decades, their role has faded and they have been marginalized. It is crucial to stop their marginalization, restore them and impose their presence in the public sphere.

It is not about demonstrating that the Humanities are ‘useful’, but to determine their scope and how they can contribute to resolve the main challenges of the third millennium, dealing with, inter alia, decoupling quality of life from resource-intensive lifestyles. The starting point is an extended and reframed definition of quality of life and prosperity that goes beyond materially / economically ‘objective’ factors and also includes ‘subjective’ factors such as identity, solidarity, a sense of belonging, trust and social circles. In this sense, research should focus on how the complex and highly diverse life-long learning processes in Arts, Languages, Culture and Literature can stimulate changes in individual orientations and in collective lifestyles towards a sustainable solidarity-based life; research should analyse ways to find an alternative definition of ‘good life’ oriented, inter alia, towards a knowledge fed by the Humanities in its capacity for discovery, for building knowledge in ever new forms (Friedman, 2017: 347): how to live, to live together in shifting, heterogeneous community and to preserve the richness of plural memory that anchors collective consciousness of transcultural belonging.

Friedman, Susan Stanford (2017). Both / And: Critique and Discovery in the Humanities. PMLA 132.2 (2017), 344-351