Archives mensuelles : janvier 2011

Appel à articles – « S’adapter ou périr ? Comment les professionnels de la culture négocient le virage numérique »

S’adapter ou périr ? Comment les professionnels de la culture négocient le virage numérique

Appel à contributions pour la revue Sociologie de l’Art-Opus

Responsable : Philippe Le Guern

(Professeur, Université d’Avignon et Centre Norbert Elias)

1/ Argumentaire :

En moins de deux décennies, les usages de l’outil numérique et en particulier l’internet sont venus bouleverser à la fois les professions et l’activité culturelle, les filières économiques, les canaux de diffusion, les modalités de prescription et d’établissement de la valeur des œuvres et leur esthétique même, à tel point que certains théoriciens contemporains issus des cultural studies se hasardent aujourd’hui à diagnostiquer la fin de la culture entendue comme processus de classement des œuvres et des artistes selon la différence de talents.

Ce type de discours prophétique sur le destin de la culture repose sur plusieurs arguments : un effacement des hiérarchies et une reconfiguration des valeurs, le numérique remettant en question les circuits traditionnels d’accès à la carrière et les formes de consécration ; la remise en question de la division traditionnelle des tâches et des métiers, avec des technologies intégratrices multifonctionnelles, «tout en un», permettant théoriquement à un même individu de créer, distribuer et promouvoir son oeuvre ; la mise en crise du statut de l’artiste ou du moins de la croyance en l’exceptionnalité du talent avec l’émergence des «nouveaux amateurs» (Nick Prior / André Gunthert).

Ces arguments sont eux-mêmes sous-tendus par l’idée selon laquelle l’internet et l’abaissement de coûts d’acquisition des technologies numériques produisent de nouvelles opportunités pour l’activité créatrice, effaçant partiellement les asymétries traditionnelles qui placent les artistes en situation de dépendance à l’égard des producteurs, des distributeurs et des canaux d’information (Pierre-Michel Menger).

Dans ce contexte, il nous semble important de nous interroger sur la manière dont les professions culturelles ont négocié le virage numérique, la façon dont cette mutation a modifié leur façon de travailler, la définition des statuts et des tâches, les formes de coopération et les hiérarchies, les identités. On se demandera également si elle a produit des formes de déclassement ou au contraire a offert de nouvelles opportunités de travail ou a favorisé l’apparition de nouveaux métiers, voire si dans certains domaines elle a exacerbé les écarts de notoriété. Par « professionnels de la culture », nous entendrons ici non seulement la figure de l’artiste mais bien plus généralement l’ensemble des professions coopérant au sein des mondes de l’art, de la production à la médiation des œuvres (par exemple, du musicien au disquaire).

Les articles proposés pour ce numéro devront permettre de faire le point sur la question suivante :

Quelles modifications suscite le virage numérique et quelles sont les postures adoptées par les professionnels concernés ? : Comment peut-on décrire et analyser l’impact du numérique sur la transformation des métiers culturels ? Quel est l’incidence d’une telle mutation sur les façons de travailler, sur la division des tâches, sur les normes régulant le fonctionnement collectif à l’intérieur d’un groupe professionnel, etc. ? Comment analyser l’apparition de nouveaux entrants sur le marché du travail ? Et comment rendre compte de la façon dont les professionnels font face aux changements numériques, de la résistance face aux nouveaux outils et aux nouveaux contextes qui en découlent à l’adhésion à ces mêmes outils ? Quelles nouvelles opportunités – économiques, esthétiques, organisationnelles – offre le passage au numérique, qu’il s’agisse par exemple des caméras HD ou de la 3D, ou encore des Home Studio en musique, etc. ? Enfin, le numérique et en particulier l’internet modifient t-il les processus d’accès à la notoriété ?

2/ Calendrier et modalités pratiques :

–      Date limite pour l’envoi des articles : 10 juin 2011

–      Date de réponse aux auteurs : 15 juillet 2011

–      Délai de réécriture en cas de demande par les évaluateurs : 30 octobre

–      Nombre de signes demandés : 25.000

–      Contact mail du responsable : leguern@aol.com

–      Comité d’évaluation : Philippe Le Guern (Université d’Avignon), Hugh Dauncey (Université de Newcastle), Marie Buscatto (Université Paris 1), Laure de Verdalle (CNRS), Gwenaele Rot (Université Paris 8), André Gunthert (EHESS)

–      Consignes de présentation : http://sociologieart.free.fr/appels.htm

Chaque auteur d’article devra mentionner son :

Prénom, Nom

Statut, lieu d’exercice (laboratoire et/ou université), ville, pays, mail

Titre de l’article

Pour la version finale et en vue de la publication si l’article est accepté par le comité de sélection, il sera nécessaire d’inclure :

Résumé (10 lignes maximum) en français/anglais/espagnol

Mots clés (5 à 10 maximum) en français/anglais/espagnol

Contact concernant la revue : Sylvia Girel, directrice adjointe, sylvia.girel@univ-provence.fr
Site de la revue : http://sociologieart.free.fr

Appel à communication – « Les réseauxmédiatiques: presse, radio et cinéma de 1830 à 1939 »

Les réseaux médiatiques: presse, radio et cinéma de 1830 à 1939

Présentation

Ce colloque se propose de réfléchir à la notion de réseau dans le cadre de la culture médiatique occidentale entre 1830 et 1939, à travers l’analyse de la presse, de la radio et du cinéma. S’agissant d’étudier la culture en tant qu’« ensemble des représentations collectives propres à une société » et des pratiques sociales nécessaires à leur production et leur réception[1], la presse, la radio et le cinéma constituent autant d’espaces de médiation de ces représentations permettant d’examiner l’ensemble des facteurs artistiques, politiques, techniques, économiques et sociaux agissant sur cette culture, d’une part, et l’influence des représentations collectives sur l’organisation des pratiques sociales, d’autre part. Privilégiée pour son caractère polysémique, la notion de réseau focalisera la réflexion sur les caractéristiques constitutives de chaque média, tout en mettant en lumière les communautés imaginées ou réalisées par la culture médiatique.

À l’aide de cas d’études de pratiques médiatiques européennes et nord-américaines, nous analyserons les usages de la presse, de la radio et du cinéma comme stratégies de réseautage et leur rôle dans la mise en représentation des réseaux politiques, artistiques ou littéraires. Nous nous pencherons également sur la culture du reportage, l’émergence de la radiodiffusion et du cinéma d’information, la circulation de l’information et des documents médiatiques, la mise en réseau internationale de médias aux allégeances semblables, les métissages de modèles médiatiques, la naissance et le développement des agences de presse et de photographies, l’importance des correspondances entre éditeurs, journalistes, illustrateurs, réalisateurs, photographes, lecteurs ou spectateurs pour le renouvellement de la forme et du contenu des médias et les relations entre textes, images et publicités dans la culture médiatique.Intérêt scientifique

Objets culturels complexes combinant les représentations du social et les articulant en un discours aux intrications multiples, les médias s’affirment comme des matériaux d’études appréciés pour leur nature d’emblée transdisciplinaire. De fait, les recherches sur la culture médiatique contribuent à un renouvellement substantiel du discours dans de nombreuses disciplines universitaires. Que ce soit en études littéraires, en culture visuelle ou en histoire politique, l’étude de la presse, de la radio et du cinéma participe à la critique des canons disciplinaires en remettant en mouvement leurs cadres temporels, géographiques, culturels et sociaux. Mais encore, les regards posés sur les pratiques médiatiques des XIXe et XXe siècles concourent à une meilleure compréhension des enjeux médiatiques d’aujourd’hui.
En mettant particulièrement en valeur les travaux de jeunes chercheurs issus de diverses disciplines, le colloque poursuit trois objectifs: témoigner du dynamisme des études sur la culture médiatique et de leur potentiel pour le devenir du savoir académique, encourager l’ouverture aux approches méthodologiques issues de toutes les sphères des sciences humaines et valoriser l’intégration des participants en un réseau de recherche.
Le colloque

Le colloque se tiendra les 11 et 12 mai 2011 à Sherbrooke, dans le cadre du 79e Congrès de l’Association francophone pour le savoir-ACFAS. L’événement sera structuré sur deux jours, soit un jour et demi de conférences qui concerneront avant tout des études de cas de réseaux médiatiques, suivi, le dernier après-midi, d’une table ronde qui profitera de la présence de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés pour aborder les principaux enjeux méthodologiques actuels des études sur la culture médiatique.
Appel à contributions

Nous invitons les chercheurs et étudiants des cycles supérieurs à nous faire parvenir une proposition de communication abordant un ou plusieurs aspects de la problématique du colloque. Les propositions de 250-300 mots maximum devront nous être acheminées avant le 31 janvier 2011 à l’adresse suivante: annemarie.bouchard.4@gmail.com

Les propositions seront examinées dans les deux semaines suivant la clôture de l’appel.
[1]. Pascal Ory,  »L’Histoire culturelle », Paris: PUF, 2004, p. 8, 78-89

Appel à communications Congrès de Grenoble de l’association française de sociologie, RT 27

ASSOCIATION FRANCAISE DE SOCIOLOGIE

RT27 SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DE L’EXPERTISE :
SAVOIRS ET POUVOIRS

Appel à communication pour le 4ème congrès de l’AFS, Grenoble, 5 – 8 juillet 2011
« Création et innovation »

Création, innovation et changement intellectuels

Créations et ruptures sont au cœur des dynamiques sociales et symboliques qui caractérisent les secteurs intellectuels et de l’expertise. Dans ces différents mondes sociaux, les innovations intellectuelles constituent des facteurs importants du changement social. Pour cette raison, la sociologie des intellectuels et de l’expertise a placé les phénomènes de création et d’innovation au cœur de son analyse. Elle considère généralement que ces faits sont collectifs et sociaux plutôt que les produits du « génie » individuel ou seulement d’une différence de talent. L’enjeu, pour le sociologue, consiste d’abord à repérer et à circonscrire les phénomènes d’innovation et de création, c’est-à-dire le plus souvent à restituer les luttes entre intellectuels pour la reconnaissance du nouveau (1). Une autre démarche peut viser à distinguer diverses formes d’innovation et de création et à restituer par-là la dynamique interne des mondes intellectuels (2). On tend alors à proposer une explication du changement intellectuel dont les modèles pourront être discutés dans le cadre de ce congrès (3). L’étude de l’innovation, de la création et du changement intellectuel ne saurait cependant se limiter à celle de ses causes et de ses formes : elle doit également s’interroger sur les usages et les effets dans d’autres sphères sociales des innovations issues des mondes intellectuels ainsi que sur les modalités de leur reconnaissance dans ces sphères (4). L’innovation et la création étant devenues des mots d’ordre de plusieurs politiques publiques et cercles scientifiques ou d’expertise, il sera aussi question de s’interroger de manière réflexive sur la sociologie du discours et des politiques favorisant l’innovation et la création (5).

1. Définition et identification de la création et de l’innovation

La première question à se poser est celle de la définition de la création ou de l’innovation intellectuelle et des critères permettant d’objectiver ce phénomène. La question est d’autant plus délicate qu’en sociologie des intellectuels, ces catégories d’« innovation » et de « création » sont tout autant des catégories « indigènes » que les intellectuels utilisent pour appréhender leur propre monde, pour définir leurs propres activités, que des catégories savantes permettant de décrire ce monde et ces pratiques de l’extérieur. Tout travail de définition ou d’objectivation du changement intellectuel passe donc par une étude des usages au sein des champs de production culturels des différentes catégories destinées à en rendre compte (« création », « innovation », « avant-garde », « révolution », « progrès », « avancée », etc.).

Tout effort de définition et de mesure de la création ou du changement intellectuel se trouve en outre confronté à la difficulté que la reconnaissance du caractère innovant d’une production littéraire ou philosophique, scientifique ou experte, constitue un enjeu de luttes au sein des champs de production culturels et que le sociologue risque de se transformer à son insu en arbitre de ces luttes s’il ne prend pas d’abord celles-ci pour objet d’analyse. En étudiant des questions aussi variées que les pratiques de citations en milieu académique, les processus d’entrée dans le « canon » littéraire ou philosophique des écrivains ou essayistes (via les dictionnaires et les encyclopédies mais aussi les histoires), l’effet de marquage que peut opérer l’inclusion dans une revue ou dans une collection réputées avant-gardistes, les logiques sociales d’attribution des prix et récompenses littéraires ou scientifiques ou encore la caractérisation des innovations dans le monde politique ou administratif, on pourra se demander à travers quelles modalités une œuvre ou un auteur, un individu ou un groupe, en viennent à être reconnus comme innovants par rapport à leurs prédécesseurs ou contemporains. Mesurer l’innovation à partir de la renommée ne permet toutefois pas de distinguer l’innovation de sa reconnaissance sociale, et interdit par conséquent de poser certaines questions comme celle des facteurs qui favorisent la réussite ou l’échec d’une innovation intellectuelle. On pourra par conséquent tenter aussi d’élaborer d’autres critères afin d’objectiver création et innovation intellectuelles.

2. Les formes de l’innovation en matière intellectuelle

Un deuxième ensemble de questionnements touche ici aux formes prises par l’innovation intellectuelle. On pourra tout d’abord se demander qui sont les agents du changement intellectuel et s’il est possible d’isoler des propriétés sociales ou des profils de carrière spécifiques qui les distingueraient. On pourra aussi interroger à travers des études de cas la thèse, classique depuis Merton, d’une propension plus grande à innover chez les outsiders ou marginaux au sein d’un champ (femmes, jeunes, étrangers, exilés, etc.) que chez ses membres les plus établis. De même, on pourra se demander si l’innovation théorique est d’abord le fait des agents multi-positionnés, situés autrement dit à la conjonction de plusieurs espaces sociaux ou disciplinaires et donc mieux à même d’opérer des hybridations dans le domaine théorique. On pourra également s’interroger sur les facteurs sociaux qui expliquent dans le contexte français la proximité plusieurs fois observée entre avant-gardes théoriques, artistiques et politiques. Les relations entre engagement politique et innovation ou avant-garde culturelle et intellectuelle seront particulièrement intéressantes à analyser.

On pourra également décrire les trajectoires qu’épouse le changement intellectuel, qu’elles s’apparent à une série de déplacements graduels ou au contraire à une rupture séparant clairement un avant et un après. Il est courant, depuis Schumpeter, de distinguer deux degrés distincts de l’innovation. Faut-il se présenter le changement intellectuel comme un processus continu ou, au contraire, comme une série de ruptures ou révolutions faisant se succéder desépistémè ou paradigmes incommensurables entre eux ? Le changement s’apparente-t-il à une accumulation de connaissances nouvelles ou au contraire à un retour cyclique des mêmes couples d’oppositions ? Peut-il se lire en termes générationnels, les nouveaux entrants au sein du champ cherchant, en proposant de nouvelles avant-gardes, à rendre caduques ou obsolètes les avant-gardes d’hier, désormais consacrées ? On pourra de même étudier comment s’exprime au sein des sciences humaines et sociales la tension entre un modèle, calqué des champs de productions artistiques, et fait de révolutions symboliques successives, et celui, emprunté aux sciences de la nature, fonctionnant par addition d’innovations locales dans un cadre qui se veut cumulatif.

3. Expliquer le changement intellectuel

Peut-on ensuite identifier des facteurs sociaux, plutôt que les seuls acteurs, qui présideraient à l’innovation voire au changement intellectuel ? Ceux-ci peuvent être envisagés à un niveau local, celui des interactions au sein des communautés d’artistes, d’écrivains, d’experts ou de chercheurs, comme au niveau plus vaste de la morphologie du champ intellectuel (effectifs, barrières à l’entrée, procédure d’évaluation, concurrences entre  disciplines etc.), ou des rapports économiques, sociaux ou politiques plus globaux. Il s’agira notamment de se demander comment peuvent être articulés des modèles explicatifs endogènes et des modèles privilégiant des facteurs exogènes. On pourra bien sûr revisiter ces modèles classiques à partir d’études de cas nouvelles, en se demandant par exemple ce que les crises économiques, les guerres, ou les changements de régime font à l’activité intellectuelle.

On tentera donc également de réfléchir aux processus plus graduels de changement intellectuel pouvant se réaliser à la faveur de jeux intellectuels plus routinisés et dans des conjonctures plus stables, mais conduisant sur le temps long à des changements tout aussi décisifs. On pourra par exemple se demander ce que ce changement graduel et continu doit aux dynamiques internes au champ intellectuel (jeu des luttes propres à chaque champ, concurrence entre disciplines, intensification des échanges culturels transnationaux etc.), aux dispositifs techniques ou économiques qui encadrent ces dynamiques (effet sur les biens intellectuels produits de la concentration accrue du secteur de l’édition, des transformations de la division du travail intellectuel ou de ses modes de financement par exemple), et à la réfraction au sein du champ de transformations socio-politiques plus larges (par exemple : effets sur la vie intellectuelle du déclin des partis communistes dans différents pays, ou des transformations des rapports sociaux de sexe, etc.)

4. La diffusion de la création et de l’innovation intellectuelles

Si l’on peut étudier quels facteurs sociaux favorisent la création intellectuelle, il faut aussi se demander, en sens inverse, ce que la création et l’innovation intellectuelles font au social, c’est-à-dire comment elles se diffusent d’un espace à l’autre et quels en sont in fine les effets. Le travail d’enquête suppose alors de se donner des indicateurs afin de retracer la circulation de ces innovations qui peuvent se matérialiser sous forme d’instruments bien identifiés (vaccins, logiciel informatique, mode de taxation…), mais aussi épouser des formes beaucoup plus « molles » et diffuses (circulation de concepts, catégories, cadres intellectuels ou idéologiques nouveaux). Qu’on parle de la « postérité politique de Marx », de la « révolution keynésienne », ou du « tournant néo-libéral », il est courant de décrire au prisme de paradigmes intellectuels les grandes scansions politiques de l’histoire et les politiques mises en œuvre par les gouvernements. On pourra par conséquent se demander quels facteurs favorisent la réussite dans d’autres espaces sociaux de certaines théories nouvelles, quand d’autres sembler demeurer objet de discussion entre savants.

À quelles conditions une production théorique ou littéraire nouvelle est-elle socialement utile ? Quelles logiques président aux usages profanes des sciences humaines et sociales ? À travers quels schèmes et catégories ces « profanes » s’approprient-ils ces productions savantes ou littéraires ? Quel est le rôle joué par les producteurs eux-mêmes dans la diffusion de leurs travaux ? Quels modèles d’intervention s’offrent à eux dans les différents espaces sociaux (expertise, publication de tribunes, signature de pétitions, engagement dans un parti ou une élection) ? Quel rôle jouent dans la diffusion des innovations intellectuelles les médiateurs que sont les éditeurs, libraires, journalistes, traducteurs etc. ?

5. L’expertise sur l’innovation et la création

L’innovation et la création ne sont pas seulement des mécanismes opérant dans les mondes intellectuels ; ils représentent également des objets d’expertise et de discours sur le monde social. Aux échelles locales, nationales et internationales, l’innovation et la création sont en effet devenues des mots d’ordre de l’action publique. On prête généralement aux secteurs qui les portent des vertus dans la croissance économique. On organise des politiques urbaines pour concentrer les entreprises et les individus qui interviennent pour créer ou pour innover. L’appel à la créativité est également un outil de management et il existe un ensemble de discours scientifiques et experts sur les « villes créatives », les « industries créatives » et même les « classes créatives ». On sera donc amené à réfléchir sur la socio-genèse de ces discours et de ces politiques ainsi que sur leurs protagonistes, leurs raisons d’être et leurs limites éventuelles.

Toutes ces thématiques sont indicatives. Les communications traversant plusieurs des cinq points qui viennent d’être évoqués sont bienvenues, leur séparation n’étant ici proposée qu’à titre d’exemple. Par ailleurs, les propositions s’inscrivant dans les autres axes du réseau thématiques 27 seront également prises en comptes. Ces axes peuvent être consultés à l’adresse suivante :http://www.socio-intellectuels.msh-paris.fr/?page_id=187. Enfin, toutes les sessions sont ouvertes à tous, sans restriction de statut ou de domaine de recherche. Sont donc invités à y participer tous les sociologues, qu’ils soient enseignants, doctorants ou chercheurs confirmés, travaillant dans des organismes publics, des sociétés d’études, des administrations ou des entreprises.

Les propositions de communications comprendront un titre et quelques mots clés et ne dépasseront pas 1500 signes (espaces compris). Merci d’indiquer : nom, prénom, adresse électronique, institution d’attache. Ces propositions devront parvenir à l’adresse suivante (socio-intellectuels@gmail.com) AVANT LE 23 JANVIER 2011.

Appel à communications : « Jeunes et jolis » La formation de la jeunesse dans la presse magazine

Centre d’Histoire de Sciences Po

Groupe de Travail « Presse magazine »

APPEL A COMMUNICATION

« Jeunes et jolis »

La formation de la jeunesse dans la presse magazine.

L’histoire de la presse magazine accompagne au XXe siècle celle de la culture de masse. Au Centre d’Histoire de Sciences Po, le groupe « Presse magazine » se propose depuis deux ans d’ouvrir le dialogue entre historiens, chercheurs de diverses disciplines en sciences humaines et acteurs de la presse magazine. Il s’agit de considérer les magazines comme des sources et des objets d’histoire. L’offre de magazines est en effet toujours plus abondante en France, et le discours de ces publications prépare et prolonge l’ensemble des mutations de la société.

Dans la poursuite de ses travaux sur le corps dans la presse magazine, notre groupe de travail organise le 18 mars prochain une journée d’études sur la jeunesse. Il s’agit d’essayer de comprendre comment les magazines contribuent, dans tous les sens du terme, à la « formation » de la jeunesse.

Dans l’histoire de la culture de masse, certains périodiques, tels que Salut les copains, se sont distingués et ont participé à l’invention de la jeunesse, à sa constitution en groupe social à partir des années 1960. Quelles approches envisager pour analyser un tel processus ? D’abord, sur un plan strictement éditorial, le « jeune » constitue un public-cible dont la presse magazine contribue à identifier les attributs spécifiques par rapport à d’autres catégories démographiques ou sociales et participe ainsi au développement de la ou des « culture(s) jeune(s) ». Ensuite, ces attributs – physiques, éthiques, esthétiques, sexuels, etc. – sont mobilisés, au-delà même de la presse estampillée « jeunesse », par le discours médiatique, qui produit des représentations des « jeunes » dont on peut retracer les mutations. Enfin, à un troisième niveau plus général, ce traitement du fait « jeune » transparaît dans l’ensemble du phénomène « presse magazine », comme injonction à la jeunesse et ressort puissant du rêve vendu sur papier glacé.

Quand et comment la presse magazine s’adresse-t-elle à la jeunesse ? Selon quelles modalités (formation, information, complicité, etc.) ce contrat de lecture s’établit-il et comment évolue-t-il sur le long terme ? Quelles oppositions symboliques la presse magazine souligne-t-elle dans ses représentations de la jeunesse ? Enfin, comment cette jeunesse informe-t-elle à son tour les autres secteurs de la presse magazine, tant dans leurs visées idéologiques que dans leurs stratégies rhétoriques ? Voilà les quelques questions qui baliseront cette journée d’étude.

De toute origine disciplinaire, les propositions, d’une quinzaine de lignes, sont à envoyer avant le 14 janvier 2011, à Claire Blandin (blandin@u-pec.fr). La journée s’insèrera dans un projet de publication sur la presse magazine.

Vous pouvez découvrir les travaux du groupe de travail Presse magazine sur le site du Centre d’histoire de Sciences Po à l’adresse suivante :

http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/groupes/presse_magazine.html

Parution – Aurélie Barjonet, « Zola d’Ouest en Est »

Zola d’Ouest en Est

Aurélie Barjonet

PUR, 2010 282 p. ISBN : 978-2-7535-1178-1. Prix : 20,00 €

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2500

Ce livre inscrit la réception de Zola dans le contexte de la Guerre froide. En 1952, l’auteur est mort depuis un demi-siècle. Deux images lui collent encore à la peau : celle de l’écrivain naturaliste « putride » et celle du défenseur de Dreyfus. Des images qui à cette époque font encore polémique. Il apparaît cependant que Zola bénéficie d’une véritable réhabilitation de la part de la critique dans les deux blocs. L’Ouest et l’Est adoptent des stratégies différentes, en fonction de leurs priorités respectives et de leur confrontation, chacun valorisant une image de Zola contre une autre. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France fait de lui un modèle de l’intellectuel engagé ; puis les travaux issus de la Nouvelle critique redécouvrent l’écrivain. Dans les mêmes années, sous l’impulsion du grand romaniste Victor Klemperer – l’auteur de LTI. La Langue du IIIe Reich – et de son assistante Rita Schober, la RDA entame un processus de réhabilitation de Zola en tant que grand écrivain réaliste, tandis que la RFA ne s’intéresse guère à lui. Il faut attendre les années 1970 pour que de nouvelles lectures voient le jour en République fédérale, à la faveur d’une repolitisation de la critique universitaire. Dans la « patrie des ouvriers et des paysans », Rita Schober, qui a été choisie dans les années 1950 pour retraduire l’ensemble des Rougon-Macquart, ne se contente pas de réévaluer Zola comme romancier du prolétariat. Elle déploie les richesses de son esthétique réaliste. Affrontant le verdict marxiste jusque-là hostile à l’écrivain naturaliste, elle s’inscrit néanmoins dans les limites d’un système. En l’espace d’une vingtaine d’années, elle assouplit les principes esthétiques en vigueur en RDA, restituant au marxisme sa dimension humaniste. Aurélie Barjonet s’attache à retracer une histoire intellectuelle et culturelle récente et significative. Utilisant une approche comparatiste qui confronte des réceptions croisées, elle nous offre une relecture originale qui permet d’évaluer l’impact posthume de Zola, intellectuel et écrivain. Elle met au jour les obstacles auxquels son œuvre capitale s’est heurtée dans la critique de la seconde moitié du vingtième siècle. Si les contradictions inhérentes à l’œuvre ont été le moteur de la création zolienne, elles expliquent aussi l’aventure de sa réception. On peut penser que cette réception a joué un rôle important dans l’évolution de la critique moderne.

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION Le verdict marxiste porté sur Zola Le problème du naturalisme La thèse des deux Zola

CHAPITRE I – ZOLA AU LENDEMAIN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE : UN PATRIMOINE DÉMOCRATIQUE Politiques culturelles allemandes et réception de la littérature française L’immédiat après-guerre (1945-1949) RDA : un État d’écrivains, un pays lecteur, mais une vie culturelle et scientifique sous surveillance RFA : un système démocratique, mais un refoulement du politique Le boom du cinquantenaire (1952) En France : un Zola vivant, un créateur de mythes et un honnête homme Un Zola est-allemand et un Zola ouest-allemand ?

CHAPITRE II – DU “MAUVAIS RÉALISTE” AU “RÉALISTE MALGRÉ LUI” (RDA, 1949-1956) Victor Klemperer et Alfred Kantorowicz : deux récepteurs de Zola, deux marginaux en RDA Réhabilitation de Zola en réaliste (Rita Schober) Une première édition des Rougon-Macquart (1952) Les postfaces de Rita Schober. Autocritique et mythocritique

CHAPITRE III – LA RÉHABILITATION DE ZOLA EN “NOVATEUR” (RDA, 1956-1978) Une édition désormais complète (1956) Nouvelle conception du réalisme (1957) Reprise de la rivalité entre Zola et Balzac Rita Schober dans les années 1960 et 1970 : une position hétérodoxe Signification philosophique et sens de la vie

CHAPITRE IV – ÉTUDE CROISÉE DES DEUX RÉCEPTIONS ALLEMANDES ET DE LA RÉCEPTION FRANÇAISE (1949-1978) À la découverte des profondeurs de Zola (la critique française moderne) Comparaison de la recherche sur Zola en RDA et en RFA Nouvelles lectures ouest-allemandes (années 1970) . Zola dans la presse de RDA et de RFA (1949-1978) L’édition est-allemande des Rougon-Macquart dans la presse des deux Allemagnes

CONCLUSION