Archives mensuelles : janvier 2013

Appel à contributi​on – « Récits de société : quelles approches critiques? »

Un appel lancé par deux chercheuses du CENEL autour d’une journée d’études internationale le 10 juin 2013 à l’université Paris 13 – PRES Sorbonne Paris Cité – Campus Condorcet. Tout est en ligne :

http://www.univ-paris13.fr/cenel/component/content/article/90/354-recits-de-societe-quelles-approches-critiques.html

Parution – « La Littératur​e à l’ombre – Sociologie du Zutisme », Denis Saint-Aman​d

Denis Saint-Amand

La Littérature à l’ombre – Sociologie du Zutisme

Editeur : Editions Classiques Garnier

Collection : Etudes romantiques

3 janvier 2013

ISBN-10: 2812408154

ISBN-13: 978-2812408151      

28 euros.

À l’automne 1871, une microsociété de potaches se fédère sous la bannière du Zutisme. Emmenée par Rimbaud, Cros et Verlaine, elle confectionne le frondeur et secret Album zutique. Le présent ouvrage revient sur les logiques de cette éphémère aventure collective et de l’œuvre qui en est le produit.

Table des matières : http://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/DsdMS01_tabmat.pdf

In the Autumn of 1871, a microsociety of students united under the banner of Zutisme. Lead by Rimbaud, Cros, and Verlaine, the group cooked up the irreverent, secretive Album zutique. The present study examines the motivations behind this somewhat ephemeral collective endeavour, and the work which resulted from it.

Table of contents : http://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/DsdMS01_tabmat.pdf

Appel à contribution – COnTEXTES

COnTEXTES – Appel à soumissions

Le comité de rédaction de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature vous invite à (re)découvrir les différentes rubriques de la revue et à nous soumettre vos propositions de publication.

* Le répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique comprend des thèses de doctorat en cours ou soutenues après janvier 2006 qui adoptent, pour une part ou dans leur totalité, une approche sociologique du fait littéraire, sans autre exclusive quant aux méthodes, toutes époques et toutes littératures confondues. Pour intégrer ou modifier une référence, veuillez écrire à Laurence van Nuijs.

* La rubrique des notes de lecture est consacrée à des parutions récentes en sociologie de la littérature. Afin de rédiger une note de lecture, veuillez suivre les instructions sous l’onglet « Soumettre une note de lecture » et consulter notre liste de suggestions. Pour toute demande à cet égard, merci de vous adresser à Clément Dessy et Sarah Sindaco.

* La revue contient une rubrique varia ouverte à des articles adoptant une approche sociale du littéraire et accueille également des dossiers thématiques. Les informations pour la soumission de dossiers ou de varia peuvent être obtenues en consultant le « Protocole rédactionnel ». Les propositions doivent être adressées à Denis Saint-Amand, Valérie Stiénon, Vanessa Gemis et Laurence van Nuijs.

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues. Bien plus qu’un découpage d’objets communs, c’est donc davantage une convergence de regards qui fonde la cohérence de COnTEXTES, dont la démarche consiste à reconnaître l’inscription sociale des pratiques littéraires, par opposition à une conception sacralisée de la littérature et à une lecture immanentiste des textes.

 

 

Annonce – Mise en ligne sur Cairn de la revue « Sociologi​e de l’art »

La mise en ligne de la revue Sociologie de l’art sur le site Cairn-info est effective. Les numéros parus aux éditions l’Harmattan depuis 2003 sont accessibles à l’adresse https://www.cairn.info/revue-sociologie-de-l-art.htm
L’accès à l’ensemble des numéros est gratuit pour ceux dont les institutions sont partenaires de Cairn (voir https://www.cairn.info/acces_hors.php), pour les autres, une barrière mobile est appliquée, les numéros sont payants pendant 3 ans après leur date de parution et deviennent gratuits passé ce délai.

Appel à communicat​ions – « Les mystères urbains au XIXe siècle : circulatio​ns, transferts​, appropriat​ions »

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Organisé par le centre de recherches RIRRA 21, université de Montpellier III

Avec la collaboration du Centre d’histoire du XIXe siècle, Universités Paris 1/Paris 4 et de Medias19

14 et 15 novembre (Montpellier), 16 novembre (Paris) 2013

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Pour donner une idée du succès, on rappellera la célèbre boutade de Théophile Gautier : « Des malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères de Paris ; le magique « la suite à demain » les entraînait de jour en jour, et la mort comprenait qu’ils ne seraient pas tranquilles dans l’autre monde, s’ils ne connaissaient pas le dénouement de cette bizarre épopée ». Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Ces traductions sont d’ailleurs très souvent déjà des adaptations. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), Los misteríos de Madrid de Juan Martínez Villergas (1844), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854), I Misteri di Roma contemporanea de B. Del Vecchio (1851-1853), plusieurs Mystères de Montréal dont ceux d’Hector Berthelot en 1892 …. Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier les 14 et 15 novembre et à Paris le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique. Cette manifestation est organisée dans la continuité d’une série de séminaires et de colloques conduits à Montpellier, à Mexico (2011) et à Québec (2012)… Il n’a donc pas vocation à reprendre l’exploration du corpus sous la forme d’une série de monographies mais bien à proposer une réflexion transversale et transdisciplinaire sur les processus de circulation, des transferts et de transformations des objets. Seront donc privilégiées, sans ce que cette liste soit limitative :

– les communications qui proposeront un défrichage global des corpus encore inexplorés et notamment ceux d’Asie, d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine… Les corpus français, grecs, scandinaves et canadiens ont fait l’objet de travaux spécifiques de l’équipe organisatrice du colloque qui sont en cours de publication sur le site medias19.org. Les corpus britanniques, étasuniens, espagnols ont été bien explorés par la critique. Dans cette catégorie, on évitera de proposer des communications monographiques portant sur une seule œuvre ou se contentant d’exposer de manière non problématisée l’état bibliographique de la question sur un pays.

– les communications explorant ces textes avec des méthodologies autres que littéraires. Les interventions d’historiens, de sociologues, de traductologues, de linguistes… seront particulièrement utiles et appréciées.

– les communications proposant une contextualisation du phénomène et mettant en relation par exemple la production de ce genre avec la littérature d’enquête, l’émergence de la statistique sociale, la littérature panoramique, la pensée de la de la ville, de la pauvreté, des bas-fonds sociaux, ainsi que l’écriture du reportage.

– les communications prenant en compte la dimension des transferts culturels et la circulation des objets matériels. Comment concrètement circulent ces textes ? Quel est le profil des passeurs culturels qui prennent en charge la traduction et l’édition des mystères urbains ?

– les communications mettant en jeu des questions de méthode devant ce qui s’apparente déjà à une forme de littérature-monde ou traitant à une échelle globale ou locale la question de la définition du genre.

– les communications transversales visant à comparer, à évaluer des corpus, à mettre en évidence la circulation, la transformation, l’appropriation de motifs urbains, criminels, sexuels, politiques, sociaux, raciaux ou l’hybridation des modèles génériques.

– les communications portant sur les adaptations des mystères urbains du XIXe siècle au cinéma, à la télévision, en bandes dessinées et réfléchissant à la transmodalité de ces récits urbains qui sont à l’origine de notre culture médiatique moderne.

Une page sur le site medias19.org (rubrique actualités) tiendra à la disposition des chercheurs intéressés une série de ressources.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais (avec traduction écrite de la communication). La communication dans d’autres langues pourra être envisagée.

Le congrès sera accompagné d’un cycle Mystères urbains dans les cinémas de la ville. Seront diffusés Les Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz (2010) en hommage à son auteur décédé récemment, Les Mystères de Paris d’André Hunebelle (1962) avec Jean Marais et à une rareté de ciné-club, Les Mystères de New York de Louis Gasnier de 1914 (programme sous réserve). Un spectacle, avec les étudiants de la section arts du spectacle de l’université de Montpellier III, « Les Mystères urbains, de Paris à Saint-Petersbourg », sera représenté deux fois au cours du congrès.

Le congrès prendra en charge l’hébergement et la restauration des chercheurs dont les communications seront retenues. En revanche, le budget du congrès étant limité, il faudrait d’ores et déjà penser à un financement des déplacements des communicants par leurs institutions de rattachement. En cas de problème, le comité organisateur du colloque est à votre disposition pour chercher d’éventuelles solutions.

Les propositions de communication (projet détaillé de 200 mots + bref curriculum vitae) sont attendues pour le 15 février 2013 aux adresses suivantes : marieeve.therenty@sfr.fr et dominique.kalifa@univ-paris1.fr

Comité scientifique : Paul Aron (FNRS, Université libre de Bruxelles), Georgia Gotsi (Université de Patras, Grèce), Micheline Cambron (Université de Montréal), Dominique Kalifa (université de Paris I-Sorbonne), Mathieu Letourneux (Université de Paris Ouest-Nanterre), Catherine Nesci (Université de Californie, Santa Barbara), Guillaume Pinson (université Laval, Québec), Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier III), Gisèle Sapiro (EHESS), Laura Suarez de la Torre (Instituto Mora, Mexico), Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier III), Anne-Marie Thiesse (CNRS), Alain Vaillant (Université de Paris Ouest-Nanterre), Yoan Vérilhac (Université de Nîmes), Helle Waahlberg (Université de Montpellier III).

 

Appel à communications – Colloque « L’artiste en revues. Fonctions, contributi​ons et interactio​ns de l’artiste en mode périodique »

Veuillez trouver ci-joint un appel à communications pour un colloque qui se tiendra à l’Université libre de Bruxelles du 28 au 30 octobre 2013 sur le thème suivant : L’artiste en revues. Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique.

Échéance : 1er mars 2013.

Résumé : Dans le cadre des travaux du groupe « Écrits d’artistes », ce colloque interrogera les différentes modalités de collaborations d’artistes et leurs réalisations concrètes dans une publication périodique. Sous le terme d’« artiste », on prendra en compte peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs… dont la majeure part de la production ne relève pas du champ littéraire. Le présent appel invite à considérer ces interventions sur la longue durée, de 1830 à nos jours, dans les publications périodiques, entendues au sens large : revues artistiques et littéraires, mais aussi journaux et revues généralistes, « petite presse » et magazines (pour la seconde partie du XXe siècle).

Artiste en revues Mis en page (définitif) light