Archives mensuelles : février 2013

Parution – « La vie à l’oeuvre. Le biographiq​ue dans le discours philosophi​que », F. Cossutta, P. Delormas, D. Maingueneau

La vie à l’œuvre.  Le biographique dans le discours philosophique 

Frédéric Cossutta, Pascale Delormas et Dominique Maingueneau (éds)

Limoges, Lambert-Lucas, 2012

150 pages, ISBN 978-2-35935-061-6, 15 Euros

S’intéresser à la biographie des philosophes c’est trop souvent opposer la vie et l’œuvre, la première étant réduite à l’éclairage de la seconde. Ce livre collectif propose une réévaluation de ce rapport et lui restitue sa complexité. La vie, c’est aussi bien la biographie proprement dite, faite des évènements attachés à un nom et à une personne situés, un mode de vie spécifique consistant à vivre selon des préceptes théoriques et pratiques, mais aussi les formes narratives qui stylisent, voire tentent d’objectiver scientifiquement la vie en biographie. Ces trois modalités s’entrecroisent, s’interpénètrent, se répondent ou s’opposent.

En se montrant sensibles aux dimensions discursives et institutionnelles de l’activité philosophique, les auteurs s’attachent à montrer que l’analyse ne doit pas dissocier récits de vie et récits de méthode, émergence des genres biographiques et constitution de l’identité de philosophe. Ainsi la vie se vit de s’écrire autant que l’écriture se fait vie, dans un perpétuel jeu de boucles.

Commandes auprès des éditions Lambert-Lucas : www.lambert-lucas.com, et, pour Paris, disponible à la librairie Compagnie.

Vie à l’oeuvre Présentation-3

 

Parution – « De l’autobiog​raphie à la mise en scène de soi. Le cas Rousseau », Pascale Delormas

De l’autobiographie à la mise en scène de soi. Le cas Rousseau 

Pascale Delormas

 Limoges, Lambert-Lucas, 2012

230 pages, ISBN 978-2-35935-062-3, 25 euros

Dans la perspective de l’analyse de discours, en s’efforçant d’articuler image de soi, fonctionnements textuels et institutionnels, ce livre cherche à modifier la représentation conventionnelle selon laquelle les écrits autobiographiques de Rousseau dévoileraient l’intimité du philosophe.

Il s’attache à montrer que, loin d’être le lieu d’une quelconque expression de soi, les Confessions, les Dialogues et les Rêveries soutiennent la légende d’un auteur conscient de la nécessité de contrôler la postérité de son nom à travers la mise en scène d’une figure hors norme. Les trois écrits répètent le même argumentaire selon des configurations toujours nouvelles. Qu’ils s’appuient sur les réminiscences d’un je de mémoire ou sur le dialogue avec un personnage, ils ne prétendent pas tant à rendre compte de la recherche d’un « temps perdu » qu’à transcender toute temporalité. Au-delà de l’autocélébration, se détachant de la fonction ancillaire de vie de philosophe, ils aspirent à être lus comme œuvres à part entière.

Edition : Limoges, Lambert-Lucas, 2012, 230 pages, ISBN 978-2-35935-062-3, 25 euros

Commandes auprès des éditions Lambert Lucas : www.lambert-lucas.com, et, pour Paris, disponible à la librairie Compagnie.