Archives mensuelles : mai 2013

CFP – colloque « Represente​r la ville sud-africa​ine / Representi​ng South African Cities »

Appel à communications / Call for papers

Représenter la ville sud-africaine / Representing South African Cities
Colloque, 27-28 novembre 2013 / Conference, 27-28 November 2013

Université de Paris Ouest Nanterre la Défense

Organisé par / organised by
Cultures Anglo-Saxonnes (CAS, EA 801, Toulouse)
Centre de Recherche Anglophones (CREA) et Centre Espaces/Ecritures (EA
370, Nanterre)
En collaboration avec / in parternship with the Gordon Institute for Performing and Creative Arts (Cape Town)

Dans le cadre de la Saison de l’Afrique du Sud en France / As part of the Season of South Africa in France

Version française (scroll down for English version)

En 2006, Stephen Watson prétendait ressentir « un sentiment de manque », car il n’existait selon lui pas de livre cherchant à définir l’esprit des lieux de la ville du Cap, surnommée « la ville mère » (Watson 2006, 97). Elle n’est pourtant, selon le jeune romancier Niq Mhlongo, lui-même natif d’un township de Johannesburg, pas maternelle du tout (interview avec Laura Arenschield citée par Murray 2011, 78). Deux ans après la publication du recueil d’écrits commandés et rassemblés par Watson, Mhlongo semble donc en réfuter les présupposés et l’image ainsi donnée de la ville à la pointe du continent. Chiawelo, le township dont il est originaire, ne figure pas non plus dans le Portrait aux clés que donne Ivan Vladislavić de la mégalopole sud-africaine, ouvrage paru la même année que celui de Watson. Pour autant, les 138 sections qui composent son ouvrage se présentent bien comme autant de reflets des multiples facettes de la ville qui cherchent ainsi à casser les clichés et représentations trop simplistes sur cette « ville tentaculaire », pour reprendre l’expression de Verharen.

Ce que ces publications concomitantes suggèrent est également l’intérêt croissant pour la représentation de la ville ou plutôt des villes sud-africaines, en même temps qu’elles soulignent l’importance de l’acte de représentation lui-même et celle des visions « imaginées » ou imaginaires qui sont ainsi projetées sur l’espace réel. C’est ce que met ainsi en relief, dans la photographie cette fois, le travail de Mikhael Subotzky qui juxtapose dans une même œuvre différents écrans de contrôle de la police de Johannesburg, et dans une même salle ces vidéos et son travail filmé depuis la fenêtre de son propre appartement, reflet de son regard d’artiste et/ou d’individu voyeur. Il éclaire ainsi entre autres les interactions entre l’espace vécu et l’espace projeté, et souligne l’importance qu’il y a à croiser les approches, qu’elles soient sociologiques, urbanistiques, géographiques ou artistiques, pour porter un regard critique sur la ville et ses multiples incarnations et reflets. Comme le soulignent de leur côté Watson et Vladislavić, tout discours tenu sur la ville, représentation écrite mais aussi plastique ou visuelle, contribue en retour à en modeler l’espace. Ces questionnements donnent aussi lieu à des collaborations fascinantes entre artistes travaillant sur différents media, pour une mise en regard de leurs approches respectives, comme par exemple dans l’ouvrage sur Johannesburg édité par Jo Ractliffe et Terry Kurgan, Johannesburg circa now: photography and the city. Ces créations invitent dans le même temps à une analyse comparée de ces différents modes de représentation, et un colloque pluridisciplinaire permettra ainsi aux chercheurs de comparer leurs travaux pour en retour mieux réfléchir aux genres de leurs spécialités respectives.

Bien entendu, ces auteurs et artistes font aussi écho à des écrits antérieurs sur la ville, en particulier aux essais de Bosman ou aux poèmes de Lionel Abrahams pour ce qui concerne Vladislavić et Johannesburg, mais cela est aussi perceptible dans les travaux de Subotzky, qui souligne par exemple la volonté récente des autorités de changer d’attitude envers les délinquants et donc la façon dont sont perçus certains quartiers de la ville. Ce que ces écrits et débats mettent en effet en relief, ce sont les changements remarquables que les villes d’Afrique du Sud ont connus depuis la fin de l’apartheid. Ainsi, Chris van der Merwe insiste sur le taux d’urbanisation sans précédent que l’Afrique du Sud, et en particulier ses centres urbains déjà existants, ont connu ces derniers temps : « si dans les années 1990 plus de 90% des Indiens et des blancs vivaient en ville, en 1960 seulement 30% des Africains étaient urbanisés, et leur pourcentage a presque doublé entre 1960 et 1990 » (Van der Merwe 2001, 8). Le taux a encore augmenté plus de dix ans après la publication de l’étude de Van der Merwe, et renforce la nécessité d’analyser les changements majeurs survenus dans les villes sud-africaines, et en particulier ce que Tearle, l’un des personnages de Vladislavić dans son roman paru incidemment la même année que l’étude de Van der Merwe, The Restless Supermarket, appelle « une migration historique » (Vladislavić 2001, 129) des Sud-Africains, en particulier des Sud-Africains noirs, mais aussi de populations venues d’au-delà des frontières de l’Afrique du Sud.

La question de la définition de l’identité des habitants des villes sud-africaines comme moyen de définir en retour les directions à prendre dans l’organisation de l’« environnement construit » a ainsi été au cœur d’une série de conférences données par des architectes, des activistes environnementaux et des archéologues pendant le Think Fest dans le cadre du festival de Grahamstown en juillet 2012, et nul doute qu’architectes et développeurs sont sensibles aux représentations artistiques de la ville telles que celle offerte par Vladislavić dans son ouvrage sur Johannesburg qui, si l’on en croit l’article de Finula Dowling, figurait dans les dix titres les plus lus et recommandés par les architectes (Dowling 2007, 140).

Récemment en effet le nombre de publications de géographes, d’urbanistes, de politologues ou de sociologues qui ne se concentrent plus seulement sur le développement de la ville en elle-même mais qui prennent aussi en compte la perception qu’en ont les gens, qu’ils y résident ou non, s’est considérablement accru. La question de la représentation de la ville sud-africaine est en effet un objet d’étude à part entière, dans la mesure où elle est liée à des questions d’identité et d’appartenance. Telles sont ainsi plusieurs des interrogations posées dans l’ouvrage remarquable d’Achille Mbembe et Sarah Nuttall sur Johannesburg, ou à une échelle plus modeste par l’exposition organisée à l’African Media Matrix de l’Université de Rhodes en juillet 2012. Il semble que la recherche française puisse sur ce point apporter un éclairage intéressant et novateur puisque c’est en partie en France que la géographie culturelle a connu un important renouveau sous l’impulsion de Paul Claval, qui a notamment inspiré après lui de nombreux chercheurs en géographie se spécialisant dans l’étude de l’Afrique du Sud.

Ce colloque se propose dès lors de rassembler des chercheurs et universitaires français et sud-africains spécialistes de littérature comme du cinéma ou d’architecture et d’urbanisme, ainsi que des écrivains, réalisateurs et photographes sud-africains contemporains pour confronter leurs regards sur la ville sud-africaine contemporaine et ses multiples facettes et reflets dans l’art sud-africain d’aujourd’hui. Il s’accompagnera de manifestations culturelles (lectures, rencontres, exposition) ouvertes au public. L’esprit en sera en cela proche de ce que GIPCA, l’un des partenaires de ce colloque, a récemment proposé au Cap lors de la manifestation « Infecting the City » en février et mars 2013, qui incluait des sessions de présentations scientifiques et de débats entre universitaires, et des performances artistiques sur divers supports et en différents endroits de la ville. Pour autant, lors des manifestations organisées au Cap ou à Grahamstown, les perspectives sont encore souvent restreintes à une localité particulière (une ville : Le Cap, Johannesburg ; ou une région : Grahamstown et ses environs). L’apport spécifique de cette manifestation sera de permettre à des penseurs de différentes villes sud-africaines de comparer leurs perspectives au-delà d’une seule région donnée du pays. Ce colloque se propose ainsi d’inviter des spécialistes de disciplines diverses à croiser leurs approches au cours d’un dialogue de deux jours, en échangeant leurs points de vue sur leur objet d’études respectif, ou en appliquant à l’objet de l’autre leurs propres outils critiques. Les spécialistes de littérature et d’arts seront ainsi par exemple également invités à se poser la question de l’interaction des représentations de la ville avec son espace réel et vécu, les géographes ou sociologues à comparer leurs résultats avec les discours et images projetés sur la ville ou à questionner ces représentations au regard de leur propre savoir. Des interventions d’artistes (lectures, table ronde d’écrivains, projection de film et débats) viendront ponctuer les présentations et discussions scientifiques pour donner corps, dans le temps du colloque, à ce dialogue.

Les propositions de communications (résumé de 500 mots maximum ; les présentations sont prévues pour durer un maximum de 30 minutes) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à envoyer avant le 25 juin 2013 à Mathilde Rogez (rogez@univ-tlse2.fr). Les langues de communication seront l’anglais et le français.

Ouvrages cités:
Dowling, Finuala, “Top Ten Reads by Architects”, Books and Leisure,
Issue 2, March-May 2007, p. 140.
Kurgan, Terry, and Ractliffe, Jo, eds., Johannesburg circa now:
photography and the city, Johannesburg; The Authors, 2005.
Mbembe, Achille and Nuttall, Sarah, Johannesburg: The Elusive
Metropolis, 2008.
Murray, Sally-Ann, “On the Street with Vladislavic, Mhlongo, Moele and
Others”, in Michael Chapman and Margaret Lenta, (eds.), SA Lit beyond
2000, Scottsville: University of KwaZulu-Natal Press, 2011, p. 69-96.
Van der Merwe, Chris, (ed.), Strangely Familiar: South African
Narratives in Town and Country, Stellenbosch: Content Solutions
Online, 2001.
Verharen, Emile, Les Villes tentaculaires, Gallimard, 2006 (1895).
Vladislavić, Ivan, The Restless Supermarket, Cape Town: David
Philip, 2001.
Vladislavić, Ivan, Johannesburg: Portrait with Keys, 2006
Watson, Stephen, « A City Imagined », New Contrast 131 34(1), 2006, p. 97-104.

English version

In 2006, Stephen Watson claimed that he experienced “a certain sense of deprivation. Though books on Cape Town abound,” he explained, “there ha[d] been none to date that ha[d] addressed itself to the particular spirit of the place, the genius loci that is inalienably Cape Town’s own and like no other on this planet”(Watson 2006, 97). He
had therefore suggested that twenty writers write about the so-called “mother city” – although two years later, however, Niq Mhlongo’s answer in an interview seemed to contradict the narratives therefore put together. For this Johannesburger, Cape Town seemed, he recalls, “not ‘motherly’ at all” (interview with Laura Arenschield quoted by Murray 2011, 78), and during his stay in Cape Town he paradoxically missed what constituted life in his beloved township of Chi. Chiawelo does not get much space in Vladislavić’s Portrait of Johannesburg, published in the same year as Watson’s collection, but it can be said that its 138 sections offer just as many views and representations of this multifaceted, “tentacular” city (Verharen). Those concomitant publications and growing interest in the representation of the South African city, or rather, cities, draw attention to the importance of the act of representation itself and the “imagined” views of the cities which are projected onto it, while any discourse on them, and particularly of an artistic nature, as both Watson and Vladislavić remind their readers, in turn contribute to shaping them.

Of course, they also echo previous writings about those cities, and Vladislavić names quite a few when he recalls in particular Bosman’s essays or Lionel Abrahams’s poems on Johannesburg. Yet what those very references and what those writings and debates further suggest is that South African cities have changed dramatically since those times. Chris van der Merwe, for one, underlines the unprecedented rate of urbanisation which South Africa as a whole, but mostly its already major urban centers, has experienced, when he notes that “[b]y the 1990’s [sic] over 90% of whites and Indians lived in towns, but whereas in 1960 only 30% of Africans were urbanized, by 1990 that percentage had almost doubled” (Van der Merwe 2001, 8). The rate is higher still a little more than a decade after the publication of Van der Merwe’s study, and points to the need to analyse the major changes thus experienced by South African cities, after what one could in a sense call, like Vladislavić’s character Tearle in The Restless Supermarket, incidentally published in the same year as Van der Merwe’s study, “[a]n historic migration” (Vladislavic 2001, 129), of South Africans, among whom many black people, but also of people coming from outside South Africa’s borders. The question of defining the cities’ inhabitants’ identities so as to define the directions to take in the organisation of South Africa’s “build environment” was thus at the heart of a series of lectures given by architects, environmentalists and archaeologists during the Think Fest programme of Grahamstown Arts Festival in July 2012, and no doubt architects and urban planners take note of imagined representations of the city such as the one offered by Vladislavić’s book, if one is for instance to believe the list of “Top Ten Reads by Architects” established by Finuala Dowling in her review of 2007 (Dowling 2007, 140). There has indeed recently been a growing body of publications by geographers, urban developers, political scientists or sociologists which do not just simply focus on an analysis of the growth of South African cities, but take into consideration as well the perception people who reside there or elsewhere may have of them. The question of the representation of the South African city is indeed an issue in itself, as it relates to questions of identity and belonging. Such were for instance the questions raised by the seminal work of Mbembe and Nuttall on Johannesburg, or of the exhibition set up at the African Media Matrix in Rhodes University in July 2012. Even more recently, GIPCA invited thinkers to reflect on those multifaceted perceptions of the city as indirectly affected by representations of it, or performances in and about the city, in its multidisciplinary event “Thinking the City” which combined discussion sessions, film screenings, exhibitions and performances.

GIPCA’s programme in Cape Town is undoubtedly one of the most ambitious so far, yet all of those studies remain rather limited in scope, focusing – legitimately – on the local area of Grahamstown and the larger Eastern Cape, or on the symbolic capital of the country, Johannesburg or its alter ego at the tip of the continent. Despite the latter books’ attempt at raising both the issue of urban planning and the question of representation and the imagination projected on the  city, little has yet been done, however, to engage in a real dialogue across disciplines and across the country. Some books have been published which include viewpoints from various specialists, such as Joburg circa now, but such a dialogue should probably not remain within the covers of a book and at a distance, as it were. Setting up a collaboration with GIPCA, our joint teams of researchers seek to enlarge the latter’s scope by inviting contributions and outlooks on all South African cities to engage in a dialogue across regions and disciplines. This conference therefore proposes not only to present the latest developments in the research on South African cities, but to offer an opportunity for academics from various fields to compare their respective analysis and their theoretical conclusions with the imaginative, artistic representations of the cities of South Africa. Some major actors of the literary and art scene will be present to expose their views and discuss their works with researchers as well as with a wider, more general audience. The convenors therefore not only invite researchers from all fields to come and present their latest work on South African cities, but also strongly encourage papers which offer a cross-disciplinary approach, or joint presentations between researchers from various fields or academics and artists (writers, directors, photographs). Presentations can focus for instance on the growth of Johannesburg and the renovation of its city center and its urban and social consequences, and the artistic reflection led for instance by the photographer Mikhael Subotzky, and/or how his work may contrast with Jodi Bieber’s latest album on Soweto. If an artistic look at the evolution of South African cities is thus much welcome, so is its counterpart, and interventions on cultural representations of the city (including literature and films) are also welcome from sociologists, geographers, urban developers or architects.

Proposals for presentations (500 words maximum; presentations not to exceed 30 minutes) together with a brief bio-biographical note should be sent before June 25, 2013 to Mathilde Rogez (rogez@univ-tlse2.fr).
The languages for the conference will be English and French.

Works cited:
Dowling, Finuala, “Top Ten Reads by Architects”, Books and Leisure,
Issue 2, March-May 2007, p. 140.
Kurgan, Terry, and Ractliffe, Jo, eds., Johannesburg circa now:
photography and the city, Johannesburg; The Authors, 2005.
Mbembe, Achille and Nuttall, Sarah, Johannesburg: The Elusive
Metropolis, 2008.
Murray, Sally-Ann, “On the Street with Vladislavic, Mhlongo, Moele and
Others”, in Michael Chapman and Margaret Lenta, (eds.), SA Lit beyond
2000, Scottsville: University of KwaZulu-Natal Press, 2011, p. 69-96.
Van der Merwe, Chris, (ed.), Strangely Familiar: South African
Narratives in Town and Country, Stellenbosch: Content Solutions
Online, 2001.
Verharen, Emile, Les Villes tentaculaires, Gallimard, 2006 (1895).
Vladislavić, Ivan, The Restless Supermarket, Cape Town: David
Philip, 2001.
Vladislavić, Ivan, Johannesburg: Portrait with Keys, 2006
Watson, Stephen, « A City Imagined », New Contrast 131 34(1), 2006, p. 97-104.

Parution – « Actualité de la sociocriti​que », Patrick Maurus (dir.)

Patrick Maurus (dir.), « Actualité de la sociocritique »

Paris : L’Harmattan, 2013, 262 p.

EAN 9782343003085

27,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Sortir l’ancienne analyse idéologique de ses impasses, situer la socialité du texte au principe même de sa mise en forme, penser la textualisation comme un rapport créatif et dynamique avec des discours, des représentations, des langages, se distinguer ainsi radicalement de la sociologie de la littérature, telles sont les bases fondamentales de la sociocritique exposées dans les travaux de Claude Duchet, d’Edmond Cros, de Pierre V. Zima ou Régine Robin.

Url de référence :
http://www.editions-harmattan.fr

Appel à contributi​on – revue Mémoires du livre, numéro « Livre et jeu vidéo »

Mémoires du livre / Studies in Book Culture

Appel de textes

Volume 5, Numéro 2, printemps 2014

« Livre et jeu vidéo »

Sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo, Université de Liège

Si les rapports entre jeu vidéo et cinéma suscitent depuis longtemps l’intérêt des milieux académiques (citons, entre bien d’autres, les travaux d’Alexis Blanchet[1]), les relations, échanges et points de passage entre le livre et le jeu vidéo constituent pour leur part un domaine de recherche toujours en friche. Pourtant, les interactions entre ces deux médias sont loin d’être des exceptions et les disciplines qui les étudient (les game studies et l’histoire du livre) sont connectées par une certaine affinité méthodologique : toutes deux ont un fondement profondément interdisciplinaire ; toutes deux rassemblent, autour d’un objet commun, des chercheurs issus d’horizons très différents. Cette parenté disciplinaire, ajoutée à la richesse des constants échanges entre livre et jeu vidéo, a encouragé la conception de ce numéro thématique consacré à la rencontre entre le médium vidéoludique et son voisin livresque.

Les propositions d’articles destinées à ce numéro pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants, qui ne sont pas limitatifs :

Le livre comme support ou prolongement de l’expérience vidéoludique

Depuis ses origines, le jeu vidéo use de l’objet-livre comme complément technique, narratif ou ludique. Technique, tout d’abord, lorsque le livre vient pallier la faiblesse du système : ainsi, auparavant, lorsque les ordinateurs n’étaient pas assez performants pour exécuter des jeux prenant en charge la représentation d’un univers fictionnel par leurs propres moyens, un livret explicatif était fourni avec l’œuvre pour décrire l’univers en question et contextualiser l’action du joueur. Narratif, ensuite, car ces mêmes notices ont, de tout temps, servi à transmettre au joueur des informations complémentaires sur les histoires élaborées dans les jeux (le passé des personnages mis en scène, l’histoire des contrées visitées, etc.). Ludique, enfin, car le livre peut également être utilisé comme le support même du jeu. Il en va ainsi du récent Wonderbook, un périphérique destiné à la Playstation 3 qui prend la forme d’un livre et qui permet d’agir sur l’univers virtuel selon le principe de la réalité augmentée. Dans ce dernier cas, le livre est donc le support d’un renouvellement du gameplay.

Les adaptations de jeux vidéo en livres ou de livres en jeu

Les frontières entre les différents médias sont aujourd’hui plus perméables que jamais : le livre et le jeu vidéo n’échappent pas à la règle. Au contraire, les transferts de contenu fictionnel entre ces deux médias sont plus que fréquents. Il peut s’agir d’adaptations vidéoludiques d’œuvres littéraires (telles que Harry Potter de J.K. Rowling, La Divine Comédie de Dante, Moderato Cantabile de Marguerite Duras, etc.) ou, à l’inverse, de novellisations de jeux tels que World of Warcraft, Assassin’s Creed, Starcraft, Halo, etc. Ce deuxième axe de questionnement recouvre également le phénomène des fanfictions, ces récits littéraires écrits par les fans à partir d’univers fictionnels préexistants (voir, sur ce sujet, les travaux d’Henry Jenkins).

Les représentations du livre et de l’écrit au sein des œuvres vidéoludiques

Si le livre peut prolonger l’expérience ludique hors du cadre virtuel, il est aussi très fréquemment représenté à l’intérieur des jeux eux-mêmes. De manière générale, l’écrit joue un rôle fondamental dans le jeu vidéo depuis la création des premiers jeux d’aventure (tels que Colossal Cave Adventure, 1975), qui se composaient exclusivement de texte et se situaient à mi-chemin entre le jeu et la littérature numérique (l’intégralité des décors et des événements était décrite textuellement et le « joueur » ne pouvait interagir avec le logiciel qu’en entrant, pour seules commandes, des mots ou des phrases simples : « go west », « take key », etc.). Aujourd’hui encore, le livre continue d’être utilisé comme un important support de connaissance au sein des univers vidéoludiques : il suffit de songer au jeu de rôle The Elder Scrolls V : Skyrim (2012), dans lequel le joueur peut collectionner une série de livres contenant des informations complémentaires sur le cadre narratif du jeu ou sur certains principes de gameplay. Enfin, dans le domaine du jeu vidéo, la représentation de l’objet-livre semble véhiculer à elle seule un certain imaginaire : le livre est souvent présenté comme un artefact précieux, sacré, détenteur de magie, etc. Ce troisième axe de recherche permet également la mention d’un cas particulier : les « livres dont vous êtes le héros » qui, au contraire de ce qui vient d’être présenté, reproduisent les mécanismes du jeu au sein de l’écrit.

Les propositions d’articles, d’environ 300 mots (ou 2000 caractères, espaces compris) hors bibliographie, devront parvenir par courriel pour le 1er juin 2013 aux deux adresses suivantes : bo.dozo@ulg.ac.be et fanny.barnabe@student.ulg.ac.be. Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 15juin 2013. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 15 septembre 2013. Ils seront alors évalués anonymement par le comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive devra être envoyée pour le 15 novembre 2013. La publication du numéro est prévue à au printemps 2014.

 


[1] Notamment Blanchet (Alexis), Des pixels à Hollywood : Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle. Châtillon, Pix’N Love Editions, 2010 ; Blanchet (Alexis), Les jeux vidéo au cinéma. Paris, Armand Colin, 2012.

 

Appel à contribution – comptes rendus en français des Cahiers de la SBC

La Société bibliographique du Canada / The Bibliographical Society of Canada est une association bilingue qui a pour but l’étude de l’histoire, de la matérialité et de la diffusion des imprimés portant d’abord et avant tout sur le Canada, quels que soient leur support et leur format (http://www.bsc-sbc.ca/fr/accueil.html).

Nous sollicitons des rédacteurs et des rédactrices pour écrire des comptes rendus critiques de 1000 mots, à paraître dans les Cahiers de la SBC, des ouvrages ci-dessous.

Frédéric Brisson. La pieuvre verte. Hachette et le Québec depuis 1950. Leméac Éditeur, 2012 (copie reçue).

Karine Cellard, Martine-Emmanuelle Lapointe (dir.). Transmission et héritages de la littérature québécoise. Presses de l’Université de Montréal, 2012.

Richard Clay. Iconoclasm in Revolutionary Paris : The Transformation of Signs. Voltaire Foundation, University of Oxford, 2012 (copie reçue).

Claude Corbo, Sophie Montreuil. Livres québécois remarquables du XXe siècle. Presses de l’Université du Québec, 2012.

Brenda Dunn-Larbo. Humanistes italiens et imprimés de l’Italie de la Renaissance dans les Collections de l’UQAM. Presses de l’Université du Québec, 2012.

Jacinthe Martel (dir). Archives littéraires et manuscrits d’écrivains. Politiques et usages du patrimoine. Éditions Nota Bene, 2008.

Médias 19 http://www.medias19.org/ (« Lancé en 2011, Médias 19 est consacré à l’étude de la culture médiatique au 19e siècle et en tout premier lieu au journalisme »).

Nathalie Piégay-Gros. Le futur antérieur de l’archive. Presses de l’Université du Québec, 2012.

Marie-Pier Luneau et Josée Vincent (dir.). La fabrication de l’auteur. Éditions Nota Bene, 2010.

Jacques Paquin (dir). Nouveaux territoires de la poésie francophone au Canada 1970-2000. Presses de l’Université d’Ottawa, 2012.

Revue de bibliothèque et archives nationales du Québec. « Archives et inédits ». No. 4, 2012 (copie reçue).

Si l’un des ouvrages vous intéresse et que vous aimeriez en faire une recension, veuillez contacter Ruth-Ellen St. Onge (Responsable, comptes rendus en français, Cahiers de la Société bibliographique du Canada).

Veuillez répondre à : comptes_rendus@bsc-sbc.ca

 

Parution sur le site Médias 19 : « La revue Paris-Canada (1884-1909) et les relations franco-canadiennes à la fin du 19e siècle »

Philippe Garneau, La revue Paris-Canada (1884-1909) et les relations franco-canadiennes à la fin du 19e siècle, www.medias19.org, 2013.

En 1882, le gouvernement Macdonald décide de créer à Paris, sur l’initiative de la province de Québec, un commissariat chargé de s’occuper des intérêts du Dominion du Canada en France. Dépourvu de reconnaissance officielle, le commissaire canadien à Paris devait encourager le commerce et le recrutement d’émigrants français. Le poste fut confié à Hector Fabre, sénateur et journaliste propriétaire de L’Événement. Pendant 28 ans celui-ci s’occupe à la fois des intérêts de la province de Québec et du Dominion en France. Son action à Paris se situe quelque part entre les relations publiques et la propagande. En 1884, il fonde la revue Paris-Canada. Organe officiel du commissariat canadien, mais également revue des Canadiens à Paris, Paris-Canada constitue une véritable chronique du rapprochement entre la France et le Canada à la fin du XIXe siècle.

La revue porte sur l’immigration, la colonisation et le potentiel économique du Canada. Elle informe sur les questions qui touchent les relations franco- canadiennes comme la création d’une ligne de navigation directe et la négociation de traités de commerce. On n’hésite pas à justifier le rapprochement économique par des appels aux sentiments et à la solidarité culturelle des Français. La diversité des sujets traités par la revue montre également que les Canadiens recherchent une forme de reconnaissance culturelle de la part de la France. Paris-Canada publie des extraits et de nombreux comptes rendus d’œuvres littéraires. Elle consacre des articles aux visites d’hommes politiques canadiens en France, publie des résumés des fêtes franco-canadiennes et informe sur les diverses activités des Canadiens installés dans la capitale française. Surtout, elle permet de donner un point de vue canadien sur l’actualité politique du Dominion. Par ses éditoriaux, Hector Fabre, explique au public français les subtilités du lien colonial et donne son avis sur l’avenir de la nation canadienne.

En somme, Paris Canada, revue française d’une population d’origine française vivant dans une colonie britannique, est à l’image des relations qui existent entre le Dominion et la France à la fin du XIXe siècle. Relations qui tiennent davantage du lien affectif que des intérêts économiques partagés. Cet ouvrage propose une lecture approfondie de cet important périodique que fut Paris-Canada, et offre des reproductions numérisées d’extraits de livraisons.

Journées d’études – « Ecrire l’insurrec​tion / Écrire dans l’insurrec​tion au XIXe siècle »

Journées d’études

écrire l’insurrection / Écrire dans l’insurrection au XIXe siècle

1789-1914

10 et 11 mai 2013, IHMC, École normale supérieure

Organisation : Quentin Deluermoz (Université Paris 13/Nord) et Anthony Glinoer (CRC, Université de Sherbrooke)

 

Tout au long du XIXe siècle, la France et l’Europe ont vécu au rythme des insurrections. Qu’ils aient été transformés en révolutions ou qu’ils aient été éteints, réprimés, trahis, les « événements » insurrectionnels ont modelé le rapport à l’histoire en train de s’écrire. A l’heure où se multiplient d’une part les travaux sur les « pouvoirs de la littérature » et d’autre part les études sur l’expérience et les déstabilisations induites par le « moment révolutionnaire », il convient de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l’insurrection, temps d’ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l’écriture ; parallèlement le rôle de la littérature, ses codes, ses topiques, son efficace propre, sa force d’évocation, sa capacité de synthèse dans le temps insurrectionnel. Existe-t-il au siècle des révolutions, qui est aussi celui de l’histoire, du sujet dit moderne, du sacre de l’écrivain et d’une mutation de fond de la culture écrite, un lien spécifique entre littérature et insurrection, de la révolution française à la première guerre mondiale ? C’est à cette question qu’entendent répondre ces deux journées d’études.

 

10 mai

8h30 Accueil

9h Introduction par Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Ecritures et écrivains dans l’insurrection

Présidence : Jean-Claude Caron (Université de Clermont-Ferrand/IUF)

9h15 Haim Burstin (Université de Milan)

Le vécu de l’événement. Exemples d’écriture dans les insurrections parisiennes de 1789-1792.

10h Thomas Bouchet (Université de Bourgogne)

« Le moment ténébreux où deux nuées se mêlent » Ecrire l’instant initial de l’insurrection

10h45 – Pause

11h00 Sarah Mombert (ENS Lyon)

Le « sténographe de l’univers ». Le Mois d’Alexandre Dumas (1848-1850)

11h45 Sébastien Hallade (Université Paris 4/Sorbonne)

Morales littéraires et politiques dans / au temps de l’insurrection. Les romanciers journalistes et les insurrections sous la Deuxième République

12h30 – Dîner

Ecrire et faire vivre l’insurrection

Présidence : Alain Vaillant (Université Paris 10 / Ouest)

14h00 Stéphane Zékian (CNRS) et Claude Rétat (CNRS)

Insurrection / Révolte / Révolution. Louise Michel et l’écriture du changement d’ère

14h45 Deborah Xuereb (Université de Toronto)

Le journalisme communard au pluriel

15h30 – Pause

15h45 Laure Godineau (Université Paris 13/Nord)

« Elle n’est pas morte » : quand dire c’est faire. Ecrire et continuer la Commune de Paris dans les années 1880

16h30 – Discussion de la première journée

 

11 mai

Ecrire et faire vivre l’insurrection (suite)

Présidence : À déterminer

9h30 Éric Hazan (éditions La Fabrique)

Une insurrection en mouvement

10h15 Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier III)

Le peuple souverain : le 20 juin 1792 (Michelet, Dumas)

11h – Pause

11h15 Laura O’Brien (Trinity College Dublin)

Entre acteurs politiques et historiens: les auteurs des premières histoires de la Révolution de 1848

12h00 – Dîner

Insurrection et (r)évolution de l’écriture

Présidence : Dominique Kalifa (Université Paris 1 /Sorbonne)

13h30 Hervé Mazurel (Université d’Orléans)

Errances révolutionnaires et errance de l’écriture dans l’Europe des années 1820

14h15 Judith Lyon-Caen (EHESS)

Hippolyte Castille, écrire l’insurrection, inscrire le ralliement.

15h – Pause

15h15 Anthony Glinoer (CRC, Université de Sherbrooke)

Les Mystères du peuple : une histoire insurrectionnelle de la France

16h00 Alain Vaillant (Université Paris 10 / Ouest)

Révolution politique et anomie littéraire : notes sur les révolutions de 1830, 1848 et 1871

16h45 Discussion et bilan

17h30 Clôture des journées d’études

 

programme

 

 

Colloque – « Les douze travaux du texte. Au point de rencontre de la sociocriti​que et de l’ethnocri​tique »

Les douze travaux du texte.

Au point de rencontre de la sociocritique et de l’ethnocritique: bases épistémologiques, échanges, recherches en cours

Université de Montréal, 3-4 juin 2013

Responsables scientifiques : Marie Scarpa et Pierre Popovic

Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST)

Centre de recherche sur les médiations (CREM)

Voir le programme : http://www.fabula.org/actualites/colloque-les-douze-travaux-du-texte_56854.php

 

Colloque – « Fantômas en Europe. Les origines industriel​les, sociales et esthétique​s »

fantomas-affiche-petit-format

Fantômas en Europe

Les origines industrielles, sociales et esthétiques

(fin XIXe-années 1930)

Colloque international organisé par les Université de Limoges, Paris X-Nanterre, Bologne et le Théâtre de l’Union

(Limoges, Théâtre de l’Union, 15, 16 et 17 mai, entrée libre et accès gratuit aux spectacles)

Renseignements : loic.artiaga@unilim.fr

Télécharger le programme en version PDF: Programme fantomas

 

Programme

Mercredi 15 mai

13h-13h30

Accueil des participants

13h45

Introduction du colloque, Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union), Philippe Allée (Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges)

14h

Dominique Kalifa (Université de Paris I) « Ecrire l’histoire de Fantômas »

15h15-17h30

Session 1. Cent visages pour Fantômas

Jacques Migozzi (Université de Limoges) « De Zigomar à Fantômas ou le passage du côté obscur de la Force »

Monica Dall’Asta (Université de Bologne), « Les femmes de Fantômas : images de l’ambiguité dans le cinéma noir des années 1910 »

François-Marie Pons (Université de Paris XIII), « Navarre-Fantômas. Destins mêlés »

18h00

Séance de signatures et de présentation à la presse

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Histoire culturelle d’un héros sériel, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013 et Fantômas, t. 1 et 2, Paris, Bouquins, 2013.

Dominique Kalifa, Les bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Natacha Levet, Sherlock Holmes. De Baker street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

François-Marie Pons, Fantômas c’était moi. Souvenirs du créateur de Fantômas en 1913, mémoires de René Navarre présentés par François-Marie Pons, Paris, L’Harmattan, 2012.

Olivier Boquet, La Colère de Fantômas, Dargaud, 2013

19h30 Diffusion publique et gratuite de Fantômas (Paul Fejös, 1932)

Jeudi 16 mai

9h30-12h45

Session 2. Souvestre & Allain : journalistes, écrivains, hommes du monde, etc.

Thomas Bauer (Université de Limoges), « Les origines sportives de Fantômas. Le Rour (1909), de Pierre Souvestre et Marcel Allain»

Paul Bleton (Téluq, Montréal), « Naz-en-l’air (1912-1913) »

Matthieu Letourneux (Université de Paris X), « Fantômas. Du feuilleton à la collection »

14h30-17h30

Assemblée générale de la LPCM

18h Table Table ronde, « Adapter les classiques… populaires », animée par Natacha Levet (Olivier Boquet, Gabor Rassov, Hugues Pagan, Pierre Pradinas)

19h30 Diffusion publique et gratuite de la captation de « Fantômas revient ! » (2006)

Vendredi 17 mai

9h30

Robin Walz (Université de l’Alaska), Panorama de la pègre. Une arrière-pensée de l’avant-garde

10h30-12h30

Session 3. L’Européenne du crime

Federico Pagello (Université de Dublin), « Dr Nikola »

Sandor Kalai (Université de Debrecen), « Un génie du crime : le docteur Cornélius »

Christos Dermentzopoulos, Lampros Flitouris (Université de Ioannina), « Les aigles des montagnes : Des options du crime dans le roman populaire grec du début du XXème siècle »

14h

Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Arthème Fayard et la révolution du Livre populaire »

15h-17h

Session 4. Cent lectures de Fantômas

Loïc Artiaga (Université de Limoges) « Fantômas, la presse et la morale. Comment on reçoit un criminel »

Alain Carou (BNF), « Fantômas-Express, récits de films »

Annabelle Audureau (Université de La Rochelle), « Fantômas, mythe moderne et et mythe de la modernité dans la peinture, du Cubisme au Surréalisme »

Isabel Violante (Université de Paris I), « Fantômas en relief dans les Soirées de Paris »

17h30

Conclusions, par Jacques Migozzi et les organisateurs du colloque