Archives mensuelles : juin 2013

Parution – « Le Rouge aux joues – Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb – Une étude d’œuvres et de témoignages d’écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines »

 

Charpentier (Isabelle), Le Rouge aux joues – Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb – Une étude d’œuvres et de témoignages d’écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Littératures postcoloniales – Long-courriers », sous-coll. « Essais », 336 pp. (ISBN : 2862726303) – 25 euros

 

Résumé

Depuis une vingtaine d’années, nombreuses sont les écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines – parfois encore peu (re)connues en France – à briser le silence sur le tabou rémanent pesant sur la virginité des filles dans leurs sociétés patriarcales respectives. Á l’heure où les demandes de certificats de virginité et de réfection d’hymen en prévision d’un prochain mariage semblent se multiplier en Algérie et au Maroc, et en l’absence d’études sociologiques systématiques menées dans les deux pays sur les pratiques sexuelles concrètes, les écrivaines contribuent ainsi dans leurs textes littéraires – introuvables en France pour certains – à mettre en lumière les formes souvent violentes, matérielles ou symboliques, de la socialisation et des dominations qui ont contraint ou contraignent encore la sexualité des femmes dans des sociétés androcentrées. Évoquant frontalement cet interdit – et ses frontières mouvantes –, les représentations stéréotypées du féminin et du masculin qui l’entourent, les enjeux et implications qui le sous-tendent, dans des récits souvent autofictionnels, les auteures reconnaissant l’existence d’une sexualité des filles hors mariage et la « visibilisent » littérairement. Dans deux pays où l’islam est religion d’État, les auteures participent plus largement à déconstruire et à remettre en question les rapports sociaux de pouvoir au fondement des relations de genre, projetant ainsi le débat au cœur des espaces publics algérien et marocain contemporains, par ailleurs secoués par des mouvements de contestation sociale et politique divers, dans la lignée de ce qu’on a appelé « les printemps arabes ». S’appuyant sur les œuvres et les témoignages inédits de quelques-unes de ces auteures (franco-)maghrébines, cet ouvrage, fondé sur une démarche transdisciplinaire, cherche à éclairer sociologiquement les stratégies de prise de parole, de résistance et de transgression que les écrivaines – et leurs personnages – mettent en œuvre (parfois dans l’ambivalence) en prenant la parole sur cette violence « ordinaire » faite aux femmes. Susceptible d’intéresser sociologues et littéraires, spécialistes des cultures et des littératures maghrébines francophones, il s’adresse aussi, et plus largement, à tous ceux qui s’interrogent sur les questions de genre dans les cultures maghrébines.

 

Sommaire

Introduction

I. Virginité versus virilité : une éthique sexuelle et des exigences sociales à genre variable

II. « La meilleure pièce du trousseau » – Virginité et honneur au cœur des transactions matrimoniales

III. Les « mariages de jouissance » en Algérie ou « le retour du refoulé patriarcal » – Rapts et viols de vierges comme armes de guerre pendant la « décennie noire » et « littérature d’urgence »

IV. Perdre ou ne pas perdre le rouge aux joues… Impossible défloration et nouveaux habits du tabou

V. La dénonciation de tous les tabous sexuels ? Des écrivaines (franco)maghrébines entre résistances à la domination masculine et reproduction des stéréotypes

Conclusion générale

Annexe : Index et notices biobibliographiques des écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines citées

Bibliographie thématique

 

Isabelle Charpentier

MDC HDR en Science Politique & en Sociologie – Université de Versailles- Saint-Quentin-en-Yvelines Chercheure au VIP (UVSQ) & chercheure associée au Centre de Sociologie Européenne (C.S.E. – E.H.E.S.S. – C.N.R.S)

 

 

 

Appel à communications (CFP) – Colloque « Cultural mediators in Europe 1750-1950 »

Cultural mediators in Europe 1750-1950

The research groups “Translation and intercultural transfer” and “Cultural History since 1750” of the KU Leuven organise an international colloquium on “Cultural mediators in Europe 1750-1950”, June 5-7 2014 in Leuven, Belgium.

This conference wants to advance understanding of the complex yet largely unknown cultural transfer activities that helped shaping international, national and urban cultures during the last two centuries in Europe. A privileged way to gain insight in these transfer activities is to focus on the agents, i.e. the cultural mediators who embody them.

We want to focus specifically on those cultural mediators who develop a broad range of partly overlapping transfer activities through different cultural fields (literature, painting, music, theatre…), different languages and geo-cultural frontiers.

  • They are multilingual writers and publishers, multilingual literary and art critics who promote specific artistic subsets as typically national, international or regional; they are art dealers who organize (inter)national art exhibitions; they are self-translators or translators who translate, adapt, plagiarise, summarize, censor, manipulate, … works of other language communities. Recent studies illustrate how mediators freely combine several of these transfer techniques even within one and the same work.
  • They are active in a variety of more or less institutionalised intercultural and inter-artistic networks (editing boards of magazines and periodicals, salons, literary and artistic associations, art and music academies, artists’ workshops, reading circles etc.) which promote or oppose their transfer activities.
  • They are real migrants, persons with hybrid identities, who develop transfer activities in several geo-cultural spaces, which considerably sharpens their intercultural and international consciousness.

 

These complex but crucially important transfer roles are rarely acknowledged as such or studied in any depth because they transcend traditional disciplinary divides (translation studies, literary studies, history…) and their binary concepts (source-target, national-international, cultural-intercultural…). The study of cultural mediators and their transfer activities is therefore preferably

  • interdisciplinary and collective, bringing together methods from translation sociology, descriptive translation studies, transfer studies, cultural history…
  • process- and actor-oriented, in order to discover the complex intersections of which cultural products are the surface result;
  • start from the assumption that translation has to be studied in relation to other transfer techniques and that “le débat académique opposant transferts, comparaisons et croisements se résout de lui-même dans la recherche empirique” (Charle 2010:16).

 

In short, “we need histories that describe the meshing and shifting of different spatial references, narratives in which historical agency is emphasized, and interpretations acknowledging that the changing patterns of spatialization are processes fraught with tension” (Middell & Naumann 2010 :161).

 

The colloquium is open to the totality of these historiographical and translational questions, preferably tackled by means of case studies analysing e.g.:

  • How and why mediators’ transfer activities created new forms of writing and translating and new actor roles, challenging the very distinctions between translation, self-translation, multilingual writing, adaptation … How and why did they introduce or oppose  new artistic practices? Did they undertake inter-artistic or field-transgressing activities? Did they assume different attitudes/strategies towards discursive and artistic mediating activities?
  • Which networks –  informal or institutionalized, urban or (inter)national, intra-cultural or intercultural – organized, supported or controlled these transfer activities?  « Les premières manifestations d’un transfert ne sont pas des œuvres, souvent diffusées et traduites à une époque très tardive, mais des individus échangeant des informations ou des représentations et se constituant progressivement en réseaux. » (Espagne & Werner 1987: 984).
  • What was the function and effect of these transfer activities on the consolidation or disintegration of multiple cultural identities? Special attention should be paid to multiple interactions, implying multiple directions and effects which a conceptualization in terms of ‘source’ vs. ‘target’ cannot fully grasp.
  • Which diachronic evolutions can be distinguished in mediating activities? Did a shift from heterogeneous to more homogeneous cultures possibly change the form, the content and the effects of discursive transfer techniques and of mediation as a whole?
  • How do these insights lead to a new historiography of cultural practices and cultural transfer?
  • Which theoretical and methodological frameworks are most helpful to study discursive, artistic and institutional mediating activities? And which methodological implications does the study of intercultural and international transfer practices have on the basic assumptions of cultural history, translation studies and literary studies?

Proposals of 300 words approximately (English or French) and a short CV should be submitted to the organizers (reine.meylaerts@arts.kuleuven.be) before October 1st 2013. Notification of acceptance will be given by November 15, 2013. Papers and discussions will be held in English and French.

Colloque – « Le portrait photograph​ique d’écrivain »

Le portrait photographique d’écrivain

Du 6 juin 2013 au 7 juin 2013, Université de Liège

Selon Pierre Sorlin, 4/5e des clichés photographiques du XIXe siècle seraient des portraits (Les Fils de Nadar, Nathan, 1997). Bourgeois et artistes, écrivains et comédiens, gens d’église et gens de science, Versaillais et Communards, nul n’échappe, quoi qu’il en dise, au rapt photographique ni ne résiste longtemps, s’il s’en défie, à la construction photographique de sa propre représentation. En 1856, le dessinateur Marcelin, en confrontant, dans Le Journal amusant, l’image peinte de quelques célébrités de la vie des lettres et des arts tels que Delacroix, Ingres ou Dumas à leur portrait photographique, afin de faire valoir la supériorité du dessin sur le cliché dans la saisie de la personnalité intime d’un artiste, en faisait la preuve par le contraire : entre 1840 et 1880, l’essor du portrait photographique tient d’une révolution esthétique et culturelle, grosse de puissants effets sur la représentation et la réception de l’écrivain, vu à la fois comme acteur de la vie littéraire, comme personnage social et comme effigie symbolique.

L’omniprésence du portrait photographique et son poids croissant sur les représentations collectives de l’écrivain au fil du XIXe siècle n’ont pourtant guère encore été étudiés de façon approfondie et systématique. L’une des raisons en est, sans doute, que, dans un espace scientifique très compartimenté, la photographie d’écrivain émarge à différentes disciplines qui n’ont que très rarement l’occasion d’entrer en dialogue fécond, telles que la sémiotique, l’histoire de l’art, l’esthétique, la sociologie, l’histoire littéraire ou encore l’histoire culturelle. Une autre raison en serait que le médium photographique colonise, au fil du siècle, des supports et des modes de diffusion de plus en plus divers, qu’ils relèvent du portrait carte, de la presse, du livre ou bien encore de l’image et de l’affiche publicitaires.

Les deux journées d’études interdisciplinaires du 6 et 7 juin, organisées en collaboration entre Paris IV et l’Université de Liège, entendent contribuer à combler cette lacune et éclairer sous différents aspects, avec l’apport de plusieurs méthodes, l’histoire des formes et des usages du portrait photographique d’écrivain de 1839 à l’époque contemporaine, quel qu’en soit le support de diffusion. Ce sera aussi l’occasion d’envisager les rapports qu’il entretient non seulement avec d’autres formes de représentation (tableau, dessin, gravure, caricature, etc.), mais aussi, de façon seconde et redoublée, avec la représentation ou l’usage littéraire que l’écrivain lui-même en fait dans son œuvre, tous genres confondus (fiction, chroniques, pamphlets, correspondance, légendages ou dédicaces de photos, détournements parodiques, etc.).

Programme

Jeudi 6 juin

8h45 Accueil des participants par Martine Lavaud, Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand

9h Maria Giulia Dondero (FNRS, ULg), « Les approches sémiotiques du portrait photographique entre “air” et identité »

10h Marc-Emmanuel Mélon (ULg), « Portrait de l’écrivain absorbé : mise en scène photographique d’une posture picturale »

11h Martine Lavaud (Paris IV), « Envisager le texte : le portrait photographique dans les histoires littéraires (de Nadar à Gisèle Freund) »

Déjeuner

14h Pascal Durand (ULg), « “Et, moi, je paraphe” : hexis corporelle et représentation photographique »

15h Jean-Pierre Bertrand (ULg), « Propositions de typologie du portrait »

16h Adeline Wrona (Paris IV), « Le portrait-carte, de la photographie au journal : le marché périodique du portrait d’écrivain »

Vendredi 7 juin

9h Hélène Védrine (Paris IV), « Masques et tombeaux : le portrait photographique d’écrivain dans le livre illustré (1850-1930) »

10h Fanny Lorent (ULg), « Portrait et imaginaire photographique. Cliché et anti-cliché du Nouveau Roman »

11h François Provenzano (ULg), « Portrait photographique d’écrivain et newsmagazine : l’événementialité du littéraire »

Déjeuner

14h Bernard Vouilloux (Paris IV), « Une collection d’unica : les livres à portraits d’Edmond de Goncourt. Éléments d’analyse »

15h Jérôme Meizoz (Lausanne), « Portrait photographique et postures d’écrivain (Cendrars, Houellebecq ) »

16h Analyse en atelier collectif d’un même cliché, avec l’ensemble des participants, chacun disposant de 10 minutes pour exposer son mode de lecture dudit portrait

17h Martine Lavaud, Pascal Durand, Jean-Pierre Bertrand, Conclusions générales et perspectives 2014.

Responsable : Jean-Pierre BERTRAND (ULg), Pascal DURAND (ULg) et Martine LAVAUD (EA 4503 / Paris IV)
Adresse : Salle Lumière, Université de Liège, Place du XX août, 4000 Liège, Belgique.

Parution – « Postcoloni​al studies: modes d’emploi »

Collectif Write Back (dir.), Postcolonial studies : modes d’emploi, Lyon, PUL, 2013, 513 p., ISBN : 978-2-7297-0857-3.

À travers la mise en avant de leurs sources plus ou moins reconnues (French Theory, Subaltern Studies de Delhi, traditions intellectuelles d’Afrique Noire, Cultural Studies, écrits anticoloniaux de Frantz Fanon, Chinua Achebe, Aimé Césaire,  Albert Memmi) et de leurs connexions avec d’autres champs de recherche  contemporains (Queer Studies, études francophones, Black Studies), les études postcoloniales sont apparues comme une sorte de laboratoire  expérimentant des perspectives pluridisciplinaires : étrangères à toute  orthodoxie, elles se placent à l’intersection de diverses  problématiques, politiques, linguistiques, ou encore identitaires, non  sans une certaine propension à faire retour sur leurs propres fondements théoriques. Le travail proposé ici, par sa dimension internationale et  polyphonique, participe à son tour d’un dépassement des étiquettes  nationales et académiques rigides : autant de « modes d’emploi » qui  invitent à de nouveaux usages des Postcolonial Studies, de nouvelles explorations esthétiques et intellectuelles, dans les champs de la littérature et du cinéma en particulier.

Le collectif Write Back (en référence à l’ouvrage fondateur de Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, The Empire Writes Back, 1989) rassemble les sept membres du laboratoire jeunes chercheurs « Littératures et études postcoloniales : les outils théoriques à  l’épreuve des textes », créé en 2007 à l’École normale supérieure de  Lyon : Florian Alix, Anne-Sophie Catalan, Claire Ducournau, Tina Harpin, Estelle Olivier, Myriam Suchet et Cyril Vettorato. Outre les  contributions des membres du collectif, le volume propose des articles  de chercheurs de divers horizons, en particulier la traduction inédite  d’un article de Graham Huggan et un texte inédit de Kathleen Gyssels.

 

Table des matières
Introduction -Collectif Write Back

Circulation et historicisation des concepts postcoloniaux

Approches historiographiques –Myriam Suchet

Un malentendu postcolonial ? Réception et débats dans le champ académique français autour des postcolonial studiesNicolas Bancel

De l’utilité des postcolonial studies en civilisation britannique : les archives missionnaires à l’épreuve des concepts postcoloniaux –Maud Michaud

Itinéraires intellectuels et méthodologiques en Grande-Bretagne : de l’imperial history aux postcolonial studies en passant par les French studiesBerny Sèbe

 

Pluralité théorique des postcolonial studies

Pluridisciplinarité, polémique et polyphonie –Florian Alix

Les trois Said –Guillaume Bridet

Les lectures africaines de Michel Foucault : essai d’analyse des fondements philosophiques du discours postcolonial –Léon-Marie Nkolo Ndjodo

Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste –Burleigh Hendrickson

 

Les aléas d’une réception culturelle

Circulation transnationale, usages et détournements des concepts postcoloniaux –Claire Ducournau & Cyril Vettorato

Qu’est-ce qu’un auteur beur ? –Kathryn Kleppinger

Transnationaliser la France ? Faire connaître les créations africaines et déconstruire le regard occidental : la revue AfriculturesLotte Arndt

Tourments identitaires belges au prisme de la pensée anticoloniale –Lisbeth Verstraete-Hansen

Une littérature postcoloniale d’extrême droite ? Réflexions sur un « braconnage » intellectuel –Sylvain Crépon

 

L’exotisme postcolonial par Graham Huggan

Présentation –Claire Ducournau

L’exotisme postcolonial : Salman Rushdie et le « Booker des Bookers » –Graham Huggan

 

Les concepts à l’épreuve des textes littéraires : Subalternité, identité, traduction

Littérature et postcolonial studies : allers-retours critiques –Tina Harpin

Subalternité et représentation aux Antilles : le devenir-subalterne de Marie Celat –Alessandro Corio

Espace et identité « nationale » au miroir de la théorie postcoloniale dans les récits de V.S. Naipaul et de David Albahari –Robert Rakocevic

Traduction de la littérature postcoloniale en Espagne : l’exemple de L’Amour, la fantasia d’Assia Djebar Nahed –Nadia Noureddine

 

Le cas des Littératures de l’océan Indien

Littératures india-océaniques et postcolonial studies –Estelle Olivier

Essentialisme stratégique ? Lectures postcoloniales et créolisation à travers Le Sari vert d’Ananda Devi (2009) –Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo

Comment parlent les subalternes ? Formes vernaculaires et processus de créolisation : le maloya de la Réunion –Carpanin Marimoutou

 

La réflexion théorique postcoloniale au cinéma

La place des arts visuels dans les postcolonial studiesAnne-Sophie Catalan

Stéréotypies et stéréotomies dans les fictions cinématographiques orientales postcoloniales –Annick Gendre

Le rôle de la mémoire et du trauma dans la création de citoyens-sujets minoritaires –Shailja Sharma

 

Du Black Atlantic à La Cohée du Lamentin par Kathleen Gyssels

Du Black Atlantic de Paul Gilroy à La Cohée du Lamentin d’Édouard Glissant : migration d’un concept et retour sur la pensée glissantienne (intertextes impensés et incréés) –Kathleen Gyssels