Archives mensuelles : novembre 2013

Appel à contribution – Sociopoétique du costume: costumes, habits et accesssoires, entre vie sociale et fiction dans la France de l’âge classique (XVII-XVIIIe s.)

Sociopoétique du costume: costumes, habits et accesssoires, entre vie sociale et fiction dans la france de l’âge classique (xvii-xviiie s.)

CELIS (Université Blaise Pascal), CALHISTE (Université de Valenciennes) et Institut Universitaire de France
Moulins (Allier), Centre National du Costume de Scène,
jeudi 4, vendredi 5 et samedi 6 septembre  2014

Observer le vêtement, tel qu’on le porte dans la société et tel qu’on le représente dans les textes de fiction, constitue un excellent observatoire pour comprendre la France d’Ancien Régime dans sa mythologie et son imaginaire poétiques. Historiquement, le XVIIe siècle invente la haute couture et le Mercure Galant, fondé en 1672, apparaît comme le premier journal qui accorde une place à la mode. Au XVIIIe siècle se crée un corpus textuel et graphique exemplaire en ce domaine, puisque les peintures et les gravures vestimentaires, les recueils de costumes français se multiplient, tandis que le vêtement tient une place de premier ordre dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Entre le début du XVIIe et la fin du XVIIIe, le vêtement et la parure prennent une nouvelle signification pour les hommes et les femmes de la bonne société : plus que jamais, le vêtement tient un plein discours sur celui qui le porte et la manière dont il prétend prendre place dans la société. Bien plus, la mode est présentée dès le début du XVIIe siècle comme un principe de lecture du monde, en France tout particulièrement puisque les contemporains de Louis XIII conçoivent la mode comme un trait spécifique du caractère national, comme en témoignent le Discours nouveau sur la mode attribué à Vigier (1613) ou encore La Mode de Grenaille (1642), qui propose une description générale du siècle, dans ses coutumes et sa manière de vivre autant que dans son aspect changeant, selon le moment ou le lieu. La « querelle de la mode », qui sévit dès le règne de Louis XIII et jusqu’à la Révolution française, oppose désormais deux clans. L’opposition conservatrice refuse la confusion des rangs et le luxe, tout comme, sur ce dernier point, la critique bourgeoise qui souligne l’austérité nécessaire au développement du capital. À l’inverse, les défenseurs de la mode mettent en avant que celle-ci est un principe de savoir-vivre en société et le moyen d’une harmonie au sein du groupe. Le vêtement et la parure constituent désormais un enjeu social et esthétique de premier plan.

 

On pourra s’interroger dès lors
– sur la langue du XVIIe siècle et le rapport qu’elle entretient avec les métaphores vestimentaires, particulièrement nombreuses et parfois obscènes (« la petite oie » par exemple) ; sur l’usage des proverbes contenant des références aux vêtements et leur emploi badin au XVIIe siècle.
– sur la proximité, établie à l’époque, entre style littéraire et style vestimentaire. Le négligé par exemple peut revêtir une acception positive et les qualités mises en avant (grâce, naturel, sprezzatura etc.) concernent aussi bien l’art de parler que celui de s’habiller.
– sur le costume de théâtre, souvent pour l’actrice ancien vêtement de ville devenu habit de fiction. Le cas du mouchoir par exemple se révèle très intéressant : élément du costume féminin de l’aristocratie, il devient ensuite, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, un pur accessoire emblématique de Melpomène au théâtre. On s’interrogera aussi sur les représentations des costumes antiques à l’âge classique.
– au sein de la fiction, sur le vêtement dans son rapport avec les mœurs : que dit le vêtement du personnage littéraire et, en matière de tissus, les usages des personnages reflètent-ils peu ou proue les usages sociaux ou faut-il convenir de l’existence de mœurs vestimentaires de fiction ? Quelles sont-elles ? Comment s’habillent le bourgeois, le  provincial, le parvenu des comédies, des satires et des romans comiques ? Dans quelle mesure Le Bourgeois gentilhomme, Georges Dandin et Monsieur de Pourceaugnac reprennent-ils des figures popularisées de la mythologie anti-bourgeoise ? Pourquoi le chat botté de Perrault, en portant des bottes, est-il vêtu comme un homme des années 1620-1630, comme le grand-père des lecteurs ?
– le rapport entre vêtement et frivolité : l’éloge du vêtement d’intérieur, comme celui de sa vieille robe de chambre par Diderot, relève-t-il nécessairement du genre de l’éloge paradoxal ?
Finalement, dans le cadre d’une sociopoétique, on verra comment les représentations sociales du vestimentaire font le jeu des poétiques.

Organisation : Alain MONTANDON et Carine BARBAFIERI
Les propositions doivent contenir le titre de la communication, un résumé d’une vingtaine de lignes et une petite biobibliographie de 10 lignes de présentation.  Elles doivent être adressées avant le 15  janvier 2014 à :
Alain.Montandon@univ-bpclermont.fr  et  carine.barbafieri@gmail.com

La durée de chaque communication ne doit pas excéder 20 minutes, la version écrite destinée à la publication pouvant être plus longue.
Le colloque international se déroule en langue française au Centre National du Costume de Scène à Moulins (Allier). Le séjour (hébergement et repas) est entièrement pris en charge.

Annonce – « L’histoire littéraire vue de la presse », Atelier du XIXe siècle

L’Atelier du XIXe siècle, Centre Jacques Seebacher, Université Paris –Diderot, Samedi 10 h -13 h

Bât. A, 2e étage – Site des Grands Moulins – 5, rue Thomas Mann, 75013-Paris

7 décembre 2013 

L’histoire littéraire vue de la presse

L’Atelier du XIXe siècle a pour vocation d’associer jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour d’une problématique commune. Il propose 2 séances par semestre.

Seconde séance du semestre, l’atelier sur « L’histoire littéraire vue de la presse » qui se tiendra à l’Université Paris-Diderot, le 7 décembre 2013, consiste en une matinée d’études consacrée à la façon dont la presse du XIXe siècle a contribué à écrire, à chaud, à même l’actualité, mais souvent aussi en essayant de prendre du recul, l’histoire littéraire du siècle. La presse sera considérée sous ses différentes formes (revues, grands journaux, petite presse, presse illustrée, presse généraliste et presse spécialisée…), et aux différents moments d’un siècle fécond en « batailles » et en « révolutions littéraires », de La Décade philosophique aux petites revues symbolistes de la fin du siècle en passant par L’Artiste, la Revue des Deux Mondes; le Figaro, le Gil-Blas, etc. Elle sera envisagée comme susceptible, à la fois, de décrire, de raconter, d’analyser, mais aussi de périodiser, voire même de « faire » à certains égards l’histoire de la littérature contemporaine.

La littérature sera, elle aussi, considérée sous ses diverses formes : chefs d’école et minores, sphère de production restreinte et « littérature industrielle », littérature d’idées et littérature d’art, vie littéraire et débats esthétiques, tendances de fond et effets de mode, écoles et cénacles, manifestes et scandales, etc. Une attention particulière sera accordée aux écrivains et critiques journalistes, ici à la fois acteurs et analystes, de Dussault à Barbey d’Aurevilly ou Octave Mirbeau, en passant par Sainte-Beuve

Dans cette première séance, une attention spéciale sera accordée aux articles « panoramiques » qui, tout au long du siècle, essaient de penser les scansions de l’histoire littéraire se faisant, et de manière plus globale encore, les révolutions affectant les limites mêmes et les définitions de la littérature.

En matière d’histoire littéraire, il est évident que la presse manie elle-même beaucoup le syntagme « histoire littéraire », y compris en titre ou sous-titre d’article, devançant ainsi les historiens de la littérature de la seconde moitié du siècle (Nisard, Brunetière, Lanson). Mais n’oublions pas que leurs auteurs, sans exception, à commencer par Sainte-Beuve, firent eux-mêmes leurs  premières armes dans la presse, véritable « atelier de l’histoire littéraire ».

Deux exposés introductifs seront suivis d’une table ronde en présence de chercheurs spécialistes de l’histoire et de la littérature du XIXsiècle. On y envisagera entre autres la possibilité de décliner cet Atelier sous forme d’autres séances sur le même sujet ou des sujets connexes : « l’histoire culturelle vue de la presse », « l’histoire du théâtre vue de la presse », « l’histoire de l’art vue de la presse », mais aussi la possibilité de séances à sujets plus restreints : « L’histoire du roman (ou de la critique, etc.) vue de la presse », « 18… – 18… : une décennie littéraire vue de la presse », « La bataille réaliste vue de la presse »,  etc.

 

José-Luis Diaz (Paris-Diderot), La presse comme atelier de l’histoire littéraire au xixsiècle

Émilie Pezard (Paris IV, docteur ès-lettres, membre du groupe des Doctoriales de la SERD), Le romantisme frénétique sous l’œil de la presse

 

Table-ronde avec la participation de :

  • Fabienne Bercegol (Université de Toulouse II)
  • Jean-Luc Chappey (Université de Paris I)
  • Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Université d’Amiens)
  • Denis Pernot (Université de Paris XIII)
  • Jean-Didier Wagneur (BnF)

1. L’Atelier du XIXe siècle. Séance L’histoire littéraire vue de la presse 4

 

Parution – « Proses du monde – Les Enjeux sociaux des styles littéraires »

27574100517000L

Nelly Wolf, Proses du monde – Les Enjeux sociaux des styles littéraires

Presses Universitaires du Septentrion, 2013.

288 p.

EAN 9782757406083

24,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

L’écrivain crée son style en imprimant sa marque à la langue ; mais cette marque est celle d’un individu socialement déterminé. Le style est un acte social. Le choix et l’usage d’une langue littéraire recouvrent des enjeux sociaux. Reprenant une hypothèse autrefois soulevée par Roland Barthes, cet ouvrage se propose ainsi d’explorer la socialité des proses romanesques à l’époque moderne. Il examine en quoi les événements qui surviennent dans une langue littéraire, affectant aussi bien la grammaire que l’énonciation, trahissent une logique sociale.
Les études réunies ici forment quatre tableaux correspondant à quatre intrigues sociostylistiques. « Peuple », « Migrations », « Désengagement », « Français moyen » désignent des problématiques sociales encryptées dans des stratégies d’écriture et faisant apparaître, du XIXe siècle à nos jours, des noms aussi divers que ceux de Zola, Sand ou Huysmans, Jean-Richard Bloch, Irène Némirovsky, Albert Cohen ou Georges Perec, Aragon, Gide, Camus ou Robbe-Grillet, Patrick Modiano, Annie Ernaux ou Gabriel Matzneff.
Ces quatre tableaux ne sont pas simplement juxtaposés. Un fil les relie. Conduisant de la passion politique au repli individualiste, ce fil retrace à sa manière une histoire de France. C’est ainsi que les styles romanesques, tissant leur propre histoire, nous parlent de l’histoire.

Url de référence :
http://www.septentrion.com

Parution – « Miroir des autres, reflet de soi (2) : stéréotypes, politique et société dans le monde occidental »

H. Ménard, C. Courrier (dir.), Miroir des autres, reflet de soi (2) : stéréotypes, politique et société dans le monde occidental (de l’Antiquité romaine à l’époque contemporaine), Michel Houdiard Éditeur, collection « L’Atelier des sciences humaines et sociales, Université Paul Valéry-Montpellier 3, laboratoire CRISES, EA 4424″, 2013. EAN13 : 9782356921055.

Au carrefour des sciences sociales, les stéréotypes constituent des instruments privilégiés de mise au jour des processus de construction identitaire, des sentiments d’appartenance communautaire et des phénomènes d’intégration à la Cité ou d’exclusion aux marges du monde. Éléments structurants du discours historique, littéraire ou iconographique antique, ils peuvent révéler une partie méconnue de l’imaginaire romain, fait de croyances et de peurs, de rôles et de comportements attendus à l’égard de l’Autre. Toutefois, quand ils parlaient des « autres », les Romains parlaient aussi d’eux-mêmes. Les stéréotypes donnent ainsi à voir des normes sociales, dont l’analyse rend compte des modalités de création du consensus ou de naissance du conflit au sein de la société romaine.

Fruit d’un séminaire mené au sein du laboratoire CRISES – EA 4424 (Montpellier 3), cet ouvrage constitue le deuxième opus de l’équipe « Stéréotypes romains ». Dans le prolongement des réflexions transdisciplinaires qui ont abouti au premier volume paru en 2012, il porte plus spécifiquement sur les modalités de construction des stéréotypes et sur leur rôle socio-politique. Il propose également, à partir du cas de la Rome antique, des éléments de comparaison avec d’autres époques.

Cyril Courrier, agrégé, docteur en histoire et ancien membre de l’École française de Rome, travaille sur la culture et l’imaginaire de la plèbe de Rome dans l’Antiquité. Il est actuellement ATER à l’Université d’Aix-Marseille.

Hélène Ménard, maître de conférences en histoire romaine à l’Université Montpellier 3, spécialiste de la Rome impériale, travaille sur la violence et la justice dans l’empire romain.

 

TABLE DES MATIÈRES

AVANT-PROPOS
Cyril Courrier, UMR 7299 – CCJ, Aix-Marseille Université

Hélène Ménard, EA 4424 – CRISES, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3

 

I. CONSTRUIRE LE STÉRÉOTYPE

  • Noëlle Géroudet (Univ. de Grenoble), « De la réalité à l’image, de l’image à l’idée, de l’idée à l’image… La construction iconographique d’un stéréotype : le cas de Roma »
  • Eric Morvillez (UMR 8167 – Orient et Méditerranée – équipe Antiquité Classique et Tardive ; Univ. d’Avignon et Pays de Vaucluse), « Évolution d’un stéréotype : les images des jardins romains »
  • Sarah Rey (UMR 8210 – ANHIMA), « Veteris Capitolii humilia tecta : le topos de la décadence romaine et sa localisation »
  • Aline Estèves (EA 4424 – CRISES, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3), « De l’archétype à la caricature : jeux de stéréotypie autour du personnage de la magicienne, dans la littérature latine d’époque impériale »
  • Elian Cuvilier (EA 4424 – CRISES, IPT Montpellier), « De quelques stéréotypes et de leur subversion dans deux paraboles évangéliques »

II. STÉRÉOTYPES ET POUVOIRS

  • Robinson Baudry (ESPRI, UMR 7041 – ArScAn, Univ. Paris Ouest-Nanterre-La Défense), « Stéréotypes et défaites électorales à la fin de la République »
  • Romain Millot (ENS de Lyon/Univ. Paris-Diderot), « Le conspirateur sous la République : conception, utilisation et influence d’un stéréotype dans la culture politique romaine »
  • Nathalie Queneau (Institut Catholique de Paris),  « L’amicus principis : une figure politique du Principat (Ier-IIIe siècles ap. J.-C.) »
  • Roxane Chilà (EA 4583 – CEMM, Casa de Velázquez), « Les élites curiales au miroir du stéréotype : la cour de Naples sous Alphonse le Magnanime (1442-1458) »

III. STÉRÉOTYPES DE ROME, STÉRÉOTYPES SUR ROME

  • Elise-A. Neuilly (EA 4583 — CEMM, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3), « La violence et les triomphes : la postérité de l’héritage antique dans les représentations médiévales des vertus »
  • Claudie Martin-Ulrich (IRCL, Univ. de Pau), «Vertus du stéréotype et stéréotype de la vertu à la Renaissance »
  • Christian Amalvi (EA 4424 – CRISES, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3),  « “Nos ancêtres les Gaulois”, un mythe national et républicain de longue durée »
  • Matthieu Soler (PLH-ERASME, Univ. de Toulouse II-Le Mirail), « Le cinéma dans la deuxième moitié du XXe siècle et les jeux romains : images de l’Antiquité et reflets des sociétés contemporaines »

CONCLUSION

Jean-Pierre Guilhembet (UMR 8210 –ANHIMA, Univ. Paris Diderot-Paris 7) « Déconstruire les stéréotypes, déstéréotyper… »

Adresse : Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines (UFR ALLSH), Site Schuman, 29, avenue Robert Schuman, 13621, Aix-en-Provence, Cedex 01

Source : Fabula

Appel à contribution (CFP) – Conférence annuelle de ASMCF : « Langue, Culture et Pouvoir en France / Language, Culture and Power in France »

Annual Conference of the ASMCF, 2014

   University of Southampton, 9-11 September 2014

First Call for Papers

Language, Culture and Power in France/ Langue, Culture et Pouvoir en France

Language and culture have long played a central role in republican ideology and the construction of French nationalism. In our global age of modern communication and saturated visual culture, language -as practice, discourse and ideology- and culture in the widest sense of the term have become powerful political tools for generating change and transforming cultural, social, political, economic and institutional practices. Focusing on Language and Culture, this ASMCF interdisciplinary conference seeks to understand the role played by language, discourse and culture in shaping identification, contesting order or transforming society. Its broader theoretical scope is to examine and conceptualise how language and culture are politicised and used by both individuals and groups within contemporary French society. Papers dealing with any historical or theoretical dimension of the relationship between Language, Culture and Power are particularly welcome. Invited speakers include Stéphane Beaud, Eric Fassin and Max Silverman (Peter Morris lecture).

Proposals for 20-minute papers on any issues related to language, power and culture are invited on the following, non-exhaustive topics:

·         Francophonie

·         Contestations

·         Regional Identities

·         Ideology

·         Ethnicity

·         Social Stratification

·         Media

·         Politics/Political Parties

·         Migrations

·         Politically correctness, double language and langue de bois

·         Gender

·         Globalisation

·         Post-colonial debates

·         Education and Schools

·         Belonging

·         Citizenship

·         Boundaries

·         Youth

·         Institutions

·         Generations

·         Language and Culture in the Banlieues…

 

The conference organisers welcome proposals from individuals or ready-formed panels of two or three speakers from any disciplinary or interdisciplinary perspective in the broad area of ASMCF. Postgraduate students are strongly encouraged to present papers. Papers may be delivered in English or in French. Publications connected with the theme of the Conference are planned. Deadline for submitting panels or papers: End of January 2014.

 

Organising Committee ASMCF 2014

Modern Languages, Cinema and History

University of Southampton

Avenue Campus

Southampton

Tel: + 44 (0)116 252 2692

Fax: + 44 (0)116 252 3633

Email: ASMCF14@soton.ac.uk

Colloque annuel de l’ASMCF, 2014

 Université de Southampton, 9-11 Septembre 2014

Premier appel à communications

Language, Culture and Power in France/ Langue, Culture et Pouvoir en France

Langue et culture ont longtemps joué un rôle central dans l’idéologie républicaine et la construction du nationalisme français. Dans notre ère dominée par la communication moderne et l’omniprésence de la culture visuelle, la langue -comme pratique, discours et idéologie- et la culture au sens large du terme sont devenus des outils politiques puissants pour générer le changement et la transformation des pratiques culturelles, sociales, politiques, économiques et institutionnelles. Mettant l’accent sur ​​la langue et la culture, cette conférence interdisciplinaire ASMCF cherche à comprendre dans quelle mesure la langue, le discours et la culture jouent un rôle important dans l’identification, la contestation de l’ordre ou les transformations sociétales. Sa portée théorique plus large est d’examiner et de conceptualiser comment langue et culture sont politisées et utilisées par les individus ou les groupes sociaux dans la société française contemporaine. Des contributions traitant de toute dimension historique ou théorique de la relation entre langue, culture et pouvoir sont particulièrement bienvenues. Les conférenciers invités comprennent Stéphane Beaud, Eric Fassin and Max Silverman (Peter Morris lecture).

Ce colloque accueillera des contributions (en anglais ou en français) d’une durée de 20 minutes maximum, axées sur les thèmes de réflexion suivants (non exhaustifs) :

• Francophonie
• Contestations
• Identités Régionales
• Idéologie

• Ethnicité
• Stratification sociale
• Médias
• Politique / Partis politiques
• Migrations
• Politiquement correct, double langage et langue de bois
• Sexe et Genre
• La mondialisation
• Les débats post-coloniaux
• Éducation et écoles
• Appartenances
• Citoyenneté
• Limites, frontières et identités
• Les jeunes
• Institutions et discours politiques
• Générations
• Langues et cultures dans les Banlieues …

 

Les organisateurs du colloque vous invitent à soumettre des propositions de communication individuelle ou à constituer des panels de deux ou trois communications articulées autour d’une problématique commune. Les communicants sont invités à s’inspirer de la gamme de disciplines reflétant les intérêts de l’ASMCF. Les propositions soumises seront ensuite évaluées par le comité scientifique. Nous accepterons particulièrement les propositions venant d’étudiants de troisième cycle. Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais. Le colloque donnera lieu à une ou plusieurs publications avec comité de lecture. Date limite d’envoi des contributions (session jointe ou présentation individuelle) : Fin Janvier 2014.

 

Comité organisateur ASMCF 2014

Modern Languages, Cinema and History

University of Southampton

Avenue Campus

Southampton

Tel: + 44 (0)116 252 2692

Fax: + 44 (0)116 252 3633

Email: ASMCF14@soton.ac.uk

 

Appel à contribution – Colloque : « La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques »

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

 

Appel à contribution

Colloque international organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014

 

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studiesressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

 

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

 

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

 

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

 

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

 

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

 

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois)Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

 

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesseStrenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games,McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

 

 

Adresse : UFR LSHS Université Paris 1399, avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse

Parution – « Fiction et économie »

Sous la direction de

Geneviève Sicotte, Martial Poirson, Stéphanie Loncle, Christian Biet

vient de paraître aux Presses de l’Université Laval

C1 Sicotte 3e PRESS

Fiction et économie
Représentations de l’économie dans la littérature et les arts du spectacle, XIXe-XXIe siècles

 

C’est à l’examen de pans variés de l’imaginaire économique dans la littérature et les arts du spectacle que se consacrent les contributeurs à ce recueil, avec la conviction que les productions esthétiques peuvent aider à saisir et à interpréter, dans la longue durée comme dans le contexte contemporain, les phénomènes économiques qui nous entourent.

Feuilletez cet ouvrage en cliquant sur l’image ou sur ce lien:

http://www.pulaval.com/produit/fiction-et-economie-representations-de-leconomie-dans-la-litterature-et-les-arts-du-spectacle-xixe-xxie-siecles

 

 

Colloque international – « Représenter la ville sud-africaine / Representing South African Cities »

Représenter la ville sud-africaine / Representing South African Cities
Colloque international, 26-28 novembre 2013 / International conference, 26-28 November 2013
Salle des conférences, B2, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Co-organisers
_ Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes CAS EA 801
_ Centre de Recherche en Etudes Anglophones CREA EA 370
_ Centre Espace/Ecriture
_ Laboratoire Mosaïques-LAVUE UMR 7218

en partenariat avec / in partnership with Paris Bibliothèques, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine Saint-Denis et le Gordon Institute for Performing and Creative Arts (GIPCA)

La manifestation est organisée dans le cadre des Saisons Afrique du Sud – France 2012 & 2013 / The conference is part of the Seasons South-Africa – France 2012 &2013
www.france-southafrica.com

Comités scientifique et d’organisation / Scientific and organisation committees
Corinne Alexandre-Garner (CREA / Centre Espaces/Ecritures, EA 370)
Cécile Birks (CREA, EA 370)
Sophie Didier (Laboratoire Mosaïques-LAVUE, UMR 7218)
Philippe Gervais-Lambony (Laboratoire Mosaïques-LAVUE, UMR 7218)
Annael Le Poullennec (CREA, EA 370)
Cécile Perrot (LERMA, EA 853)
Mathilde Rogez (CAS, EA 801)

Mardi/Tuesday 26/11 (Médiathèque Hélène Berr, 70 rue de Picpus, 75012 Paris)
en collaboration avec / in collaboration with Paris Bibliothèques:

19.00        Les villes sud-africaines. Débat avec Sophie Didier et Niq Mhlongo, modéré par Sophie Bouillon. / South African Cities. Discussion between Sophie Didier and Niq Mhlongo, chaired by Sophie Bouillon.

Mercredi/Wednesday 27/11 (Salle des conférences, B2, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense):

08.30 – 09.00        Accueil des participants / Registration and coffee
09.00 – 09.45        Ouverture du colloque / Conference opening
09.45 – 10.30        Séance plénière / Plenary session: Philippe Gervais-Lambony (UMR LAVUE, Laboratoire Mosaïques)
Modérateur/Chair: Sophie Didier (UMR LAVUE, Laboratoire Mosaïques)
10.30 – 10.45        Pause café / Coffee break

Représenter la ville dans la littérature / Representing the city in literature
Modérateur/Chair: Bernard Cros (CREA, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense)
10.45 – 11.15        Kudzayi M. Ngara (University of the Western Cape): “Manoeuvres in the Dark – Avatars of Integration in Ivan Vladislavic’s The Exploded View”
11.15 – 11.45        Richard Samin (Université de Lorraine – Nancy 2): “Ivan Vladislavic’s Vision of Jo’burg in Portrait with Keys and The Exploded View: A Poetics of the Surface”
11.45 – 12.15        Rim Makni-Béjar (Université Paris-Diderot-Paris 7): «‘Jo’burg. Johannesburg, longue vie à toi, Amandla!’ : la représentation de la ville dans l’oeuvre de Nadine Gordimer »
12.15 – 12.45        Discussion
12.45 – 14.00        Déjeuner / Lunch

14.00 – 15.00        Orateur invité / Keynote speaker: Meg Samuelson
(University of Cape Town)
Modérateur/Chair: Richard Samin

Représenter la ville au cinéma / Representing the city on the screen
Modérateur/Chair: Serge Chauvin (CREA, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense)
15.00 – 15.30        Samuel Lelièvre (LCP/CNRS): « Images de la ville dans le cinéma sud-africain »
15.30 – 16.00        Annael Le Poullennec (Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense et Université d’Aix Marseille): «Représenter Johannesburg : l’obsession de la criminalité au cinéma »
16.00 – 16.15        Discussion
16.15 – 16.45        Pause café / Coffee break

16.45 – 18.45        Lecture et table ronde / Reading and round-table discussion: Niq Mhlongo, Kgebetli Moele, Henrietta Rose-Innes
Modérateurs/Chairs: Corinne Alexandre-Garner (CREA, Centre Espaces /
Ecritures), Sophie Didier, Mathilde Rogez (CAS – UTM)

19.00 – 20.00        Exposition de photographie : vernissage / Photograph exhibition: preview: Yeoville Studio, Claire Bénit-Gbaffou (University of the Witwatersrand, Center for Urbanism and Built Environment Studies (CUBES))
Apéritif / Drinks

Jeudi/Thursday 28/11 (Salle des conférences, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense)

08.30 – 09.00        Accueil / Coffee
09.00 – 10.00        Présentation de l’exposition de photographie / Discussion around the photograph exhibition: Sophie Didier
10.00 – 10.15        Pause café / Coffee break

L’art dans la ville / Arts in/and the city
Modérateur/Chair: Judith Hayem (Université de Lille 1, CLERSE – UMR 8019)
10.15 – 10.45        Pauline Guinard (Ecole normale supérieure, Paris, et UMR LAVUE, Laboratoire Mosaïques): « Inhabitants de Sello Pesa et Vaugh Sadie (2011), ou quand les rues de Johannesburg font oeuvre d’art »
10.45 – 11.15        Fiona Siegenthaler (University of Basel): “Imageries of Johannesburg. Visual Arts and Spatial Practices in a Transforming City”
11.15 – 11.30        Discussion
11.30 – 12.30        Rebekah Lee (Goldsmith College, University of London): “‘The Price of Death’ and the Township Funeral Business in South Africa”: film (28’) and discussion
12.30 – 14.00        Déjeuner / Lunch

14.00 – 14.45        Orateur invité : Rike Sitas (African Center for Cities, dala)
Modérateur/Chair: Mathilde Rogez

Villes du polar / Cities in crime fiction
Modérateur/Chair: Bernard Cros
14.45 – 15.15        Donald Powers (University of Cape Town): “Cape Town in South African Crime Fiction”
15.15 – 15.45        Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne): « Un Johannesburg de science fiction : Zoo City, roman « hard-boiled » sud-africain ? »
15.45 – 16.00        Discussion
16.00 – 16.30        Pause café / Coffee break

16.30 – 18.30        Projection / Film screening: Jeppe on a Friday (85’, Arya Lalloo et/and Shannon Walsh)
Discussion avec / with Shannon Walsh (City University, Hong Kong)
Modérateur/Chair: Annael Le Poullennec

18.30 – 19.00        Clôture du colloque / Concluding comments: Cornelius Crowley (Directeur du CREA)

CFP – Cultural History: The State of the Field (extended deadline)

Call for Contributions for a special Issue of the journal Humanities edited by Victoria E. Thompson, Arizona State University.  **PLEASE NOTE THAT THE DEADLINE HAS BEEN EXTENDED TO MARCH 1, 2014**

 

Cultural History: The State of the Field

 

In the 1980s, in response to the crisis of social history, advocates of the “New Cultural History” proposed a new paradigm for studying the past. Drawing on the work of structuralist and poststructuralist thinkers from a variety of disciplines, new cultural historians analyzed texts, images and practices to identify systems of thought and belief. By the turn of the twentieth century, New Cultural History had reached its own crisis point. Both critics and practitioners expressed concern at a lack of standard definitions and methodology as well as a tendency to focus on representations divorced from social practices. Including cultural history within a larger critique of postmodernism, skeptics and adherents alike asked whether cultural history was able to bring to light any objective “truth” about the past. Yet despite this criticism, cultural history has continued to develop as a distinct approach to the past, as historians turn to new topics (emotions, memory) and draw from diverse disciplines (cultural geography, neurobiology). This special issue asks whether it is possible, twenty-five or so years after the “cultural turn,” to speak of cultural history as a coherent field. Are the criticisms of cultural history made in the late 1990s still valid? How has new technology altered cultural historical approaches? What might we gain by thinking of cultural history as a field, and what might we lose? This special issue asks authors to submit articles based on their own original research that speak to these questions concerning the state of the field.

 

Manuscripts should be submitted online at www.mdpi.com <http://www.mdpi.com/> by registering <http://www.mdpi.com/user/register> and logging in to this website <http://www.mdpi.com/user/login>. Once you are registered, click here to go to the submission form <http://www.mdpi.com/user/manuscripts/upload/?journal=humanities>. Manuscripts can be submitted until the deadline. Papers will be published continuously (as soon as accepted) and will be listed together on the special issue website. Research articles, review articles as well as communications are invited. For planned papers, a title and short abstract (about 100 words) can be sent to the Editorial Office for announcement on this website.

 

Submitted manuscripts should not have been published previously, nor be under consideration for publication elsewhere (except conference proceedings papers). All manuscripts are refereed through a peer-review process. A guide for authors and other relevant information for submission of manuscripts is available on the Instructions for Authors <http://www.mdpi.com/journal/humanities/instructions> page. Humanities <http://www.mdpi.com/journal/humanities/> is an international peer-reviewed Open Access quarterly journal published by MDPI <http://www.mdpi.com/>.  There is no charge to publish in this special issue.

 

Please contact me with any questions at: victoria.thompson@asu.edu<mailto:victoria.thompson@asu.edu>.

 

http://www.mdpi.com/journal/humanities/special_issues/cultural-history