Archives mensuelles : mars 2014

Séminaire – « Livre: Création, Culture et Société »

La prochaine séance du séminaire « Livre-Création, Culture et Société » aura lieu le jeudi 6 mars au Pôle des métiers du livre de Saint-Cloud (11, avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud, rez-de-chaussée, salle 20).

Nous aurons le plaisir d’y écouter:

Serge Linarès, André du Bouchet et ses éditeurs

Evanghelia Stead, Matérialité, imaginaire et poétique du livre

Linda Gil, Condorcet éditeur de Voltaire : le paratexte éditorial, un dialogue interprétatif et militant

Appel à communications – « La littérature francophone de Mayotte, des Comores et du sud-ouest de l’océan Indien : production et réception »

Appel à communications

Date limite : 30 septembre 2014

 

Le Centre Universitaire de Mayotte organise un colloque international à Dembéni les 19 et 20 mars 2015 :

 

« La littérature francophone de Mayotte, des Comores et du sud-ouest de l’océan Indien : production et réception. »

 

Dans le sud-ouest de l’océan Indien, les écrivains contemporains d’expression française originaires de Madagascar (Jean-Luc Raharimanana, Michèle Rakotoson…), de Maurice (Ananda Devi, Shenaz Patel…) ou de La Réunion (Anne Cheynet, Axel Gauvin…) bénéficient d’une certaine audience. Ils font l’objet d’études universitaires tels les actes du colloque qui s’est tenu à Maurice en 1997 : L’océan Indien dans les littératures francophonessous la direction de Kumari R. Issur et Vinesh Y. Hookoomsing (Karthala/Presses de l’Université de Maurice, 2001) en témoignent.

En revanche, les auteurs issus de Mayotte (Nassur Attoumani, Abdou Salam Baco, Nassuf Djailani, Alain-Kamal Martial…) et des Comores (Mohamed Anssoufouddine, Saindoune Ben Ali, Soeuf Elbadawi, Salim Hatubou, Mohamed Toihiri…) semblent moins étudiés. On recense peu d’ouvrages critiques d’ensemble sur cette production francophone : Les Comores : une littérature en archipel sous la direction de Jean-Luc Raharimanana et Magali Nirina Marson (« Interculturel » Francophonies n°19, juin-juillet 2011, Alliance Française de Lecce) et Le roman comorien de langue française d’Ali Abdou Mdahoma (L’Harmattan, 2012).

La littérature d’expression française de l’archipel des Comores, carrefour de migrations, de langues et de cultures (malgache, bantoue, arabe, française…), a maintenant une trentaine d’années et mérite qu’on l’analyse davantage à la lumière des autres productions india-océanes ou plus largement francophones.

Le colloque de Mayotte sera ainsi l’occasion de favoriser les approches comparatistes et transversales pour établir la spécificité de la littérature de l’archipel des Comores au sein des littératures francophones contemporaines, mais aussi ce qui la rapproche de ces dernières.

À titre indicatif, les analyses pourront explorer un ou plusieurs des points suivants, sans que cette liste soit exhaustive :

 

►     Francophonie et plurilinguisme : modes et enjeux de la coprésence des langues dans les textes littéraires mahorais et comoriens (analyse d’une (ou plusieurs) œuvre(s) : récits, poèmes, pièces de théâtre, essais…), approches interdisciplinaires (poétique, sociolinguistique…)

►     Littérature et Histoire/histoires : transmission et adaptation écrite de la littérature orale (contes et légendes de l’archipel des Comores), littérarisation de la matière historique, imaginaire et fictionalisation de l’événementiel…

►     Taxinomie et épistémologie des textes mahorais et comoriens : délimitation du corpus, problèmes de méthode et conditions de possibilité d’études de ces littératures…

►     Transtextualité dans les textes mahorais et comoriens : rapport aux « classiques » français et aux auteurs francophones d’autres aires géographiques (Afrique subsaharienne, Antilles, Guyane…).

►     Diffusion et réception des auteurs du sud-ouest de l’océan Indien : médias et maisons d’édition, festivals et prix littéraires, lectorats locaux et métropolitains, retentissement des lettres comoriennes dans l’histoire culturelle de la région india-océane…

►     Comparaison des parcours, des statuts et des stratégies d’écriture des auteurs d’expression française de Mayotte et des Comores avec ceux d’autres aires francophones (Belgique, Suisse, Canada, Afrique francophone, Antilles, Guyane…).

►     …

 

Comité scientifique :

–        Papa Samba DIOP (Université de Paris Est-Créteil)

–        Romuald FONKOUA (Université de Paris IV-Sorbonne)

–        Kumari R.ISSUR (Université de Maurice)

–        Arthur MUKENGE (Rhodes University)

–        Musanji NGALASSO-MWATHA (Université de Bordeaux III)

–        Alain RICARD (CNRS Bordeaux)

–        Rémi TCHOKOTHÉ (Université de Bayreuth)

–        Krzysztof JAROSZ (Université de Silésie – Katowice)

 

Comité d’organisation :

–        Buata MALELA (CUFR de Mayotte)

–        Linda RASOAMANANA (CUFR de Mayotte)

 

Envoi des propositions d’intervention :

Les propositions (résumés de 300 mots maximum) et une brève notice biobibliographique de l’auteur (8-10 lignes) au format RTF sont à envoyer, avant le 30 septembre 2014, à l’adresse suivante :

colloque2015.francophonie@univ-mayotte.fr

 

Avis du comité scientifique : 30 novembre 2014 au plus tard.

 

Les actes du colloque seront publiés en 2016.

 

Organisateurs et contacts :

Buata MALELA buata.malela@univ-mayotte.fr

Linda RASOAMANANA linda.rasoamanana@univ-mayotte.fr

 

Adresse :

Centre Universitaire de Mayotte

Département Lettres-Sciences Humaines

Route nationale 3

BP 53

97660 DEMBENI

MAYOTTE

Téléphone : (+262) (0) 2 69 61 07 62

Site : www.univ-mayotte.fr

 

Laboratoire de rattachement :

CÉRÉdI

Centre d’Études et de Recherche Éditer/Interpréter

Université de Rouen (EA 3229)

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/

Séminaire – « Sacralisation mémorielle. Approches littéraires »

EA 3943 – ECRITURES                                                 

Programme 5 : Sacralisation mémorielle (novembre 2013- mai 2014)

Deuxième séance : le 11 avril 2014

Approches littéraires

De 14h à 17h30, UFR ALL (Metz), A41

 

Présentation (30 min) + échanges

14h – 14h 30. Raymond MICHEL 

La sacralisation  esthétique : le cas de la littérature

L’observation la plus banale et la plus ordinaire nous montre que nos musées sont devenus nos  temples, nos œuvres d’art nos fétiches, nos stars médiatiques nos idoles. Tout le monde se souvient du scandale provoqué, à la fondation Lambert à Avignon, le 19 juillet 2007, par une artiste, Mme Rindy Sam, auteur d’un acte transgressif « impardonnable ». En effet, celle-ci, par un « geste d’amour incontrôlé », ou en mal de notoriété, a osé embrasser un monochrome blanc de Cy Twombly, en y laissant l’empreinte rouge de ses lèvres. Scandale, mais aussi procès ; au terme de celui-ci, elle a été condamnée par le tribunal correctionnel d’Avignon, le 16 novembre 2007, à verser 1000 euros de dommages et intérêts au propriétaire de la toile qui réclamait 2 millions d’euros, 400 euros de frais de restauration, 500 euros à La Fondation Lambert et 1 euro symbolique à l’auteur.

De même, pour ne citer que des exemples récents et peut-être plus sérieux, on a vu toute la communauté occidentale – parfois plus discrète et plus tolérante quand il s’agit de vies humaines ou des conditions d’existence, si l’on peut dire, de certaines populations – s’élever contre la destruction des bouddhas de Bâmiyân, s’alarmer du sort des collections des musées de Baghdâd ou de Damas, et craindre, fiévreusement, la destruction des mausolées et des manuscrits de Tombouctou. Ces exemples montrent que nous avons un rapport aux objets esthétiques, qui après tout ne sont que des choses parmi les choses, et à l’usage que nous en faisons une distance et une vénération qui sont propres au sacré.

De la même façon notre rapport à « La Littérature » – à L’Absolu littéraire, pour reprendre les mots de Jean-Luc Nancy et Philippe Lacoue-Labarthe – résulte, lui aussi, d’un long processus de sacralisation, que Paul Bénichou, dans Le Sacre de l’écrivain,  a bien mis en évidence. Il paraît donc utile, en restreignant notre champ d’investigation à la littérature, de nous interroger sur cette sacralisation esthétique : En quoi elle diffère de sa consœur religieuse ? Quels sont les gestes qui la constituent ? D’où émane l’impression de sacralité inhérente aux expériences esthétiques, en l’occurrence la lecture littéraire ? Nos modes de consommation postmodernes – où la notion  de fonctionnement devient plus importante que celle de « signification », de « représentation » ou d’« expression » – ne mettent-elle pas à mal cette sacralisation ? La sacralisation des expériences esthétiques ne peut-elle pas, néanmoins, apparaître comme une résistance à opposer aux différents flux qui traversent notre société et la privent de toute transcendance ?

Il nous semble que le recours aux travaux de certains anthropologues (Alfred Gell, Philippe Descola, entre autres) nous permettent de répondre à de telles questions – ou, du moins, de les mettre en perspective.

15h – 15h30. Sébastien MORT

Sacralisation mémorielle en politique aux Etats-Unis : les Pères Fondateurs comme figures du sacré dans le discours des conservateurs américains

Le phénomène contemporain de célébration des racines et des origines de la nation américaine donne lieu à un processus de mythification du moment révolutionnaire et de la figure des Pères Fondateurs. Ce phénomène, apparu concomitamment à la résurgence et l’affirmation du conservatisme dans les sphères politique et médiatique, semble être principalement le fait des conservateurs, qui se posent comme garants du projet initial des Pères Fondateurs et de l’intégrité de la Constitution.

C’est ce processus, et plus particulièrement l’effort des médias et commentateurs conservateurs pour naturaliser au sein de la société américaine une idéologie initialement à la marge, que se propose d’analyser cette communication.

16h – 16h30. Dominique RANAIVOSON 

Les prix littéraires comme forme de sacralisation : une réflexion à partir de Sylvie Ducas : La littérature à quel(s) prix? Histoire des prix littéraires (Paris, La Découverte, 2013)

Sylvie DUCAS montre en quoi les prix littéraires, en tant qu’instances officielles de consécration, tantôt sacralisent tantôt désacralisent les écrivains. La perspective historique lui permet d’avoir le recul sur les trajectoires des primés du XXè siècle.

Conclusions + Divers : 17h-17h30

Annonce – « Création de la Bibliothèque idéale des sciences sociales »

Nous avons l’immense plaisir de vous annoncer la création de la « Bibliothèque idéale des sciences sociales » (Bi2S), une collection de rééditions de grands ouvrages de sciences sociales diffusée OpenEdition et ENS Editions, et réalisée en partenariat avec l’ENS de Lyon, l’ENSSIB, le Centre Max Weber et Triangle.

Vous pouvez découvrir la  Bibliothèque idéale des sciences sociales ici :

https://books.openedition.org/enseditions/177

Présentation

Faire lire et relire les sciences sociales : telle est l’ambition de la Bibliothèque idéale des sciences sociales (Bi2S). En publiant des rééditions électroniques et imprimées d’ouvrages marquants en sciences sociales, cette collection veut permettre au plus grand nombre de découvrir ou redécouvrir les grands textes classiques qui fondent les différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, histoire, géographie, économie, anthropologie, science politique…). Elle ambitionne également de permettre aux lecteurs d’accéder à des ouvrages et des textes de références plus récents, mais devenus introuvables ou difficilement accessibles.

Les premiers titres de la bibliothèque

La politique éditoriale de la Bibliothèque idéale des sciences sociales (et en particulier la sélection des œuvres rééditées et la coordination scientifique des rééditions) est définie et mise en œuvre par un comité scientifique constitué d’une dizaine de spécialistes des différentes disciplines des sciences sociales.

Quatre titres sont d’ores et déjà disponibles :

·         LANGLOIS, Charles-Victor ; SEIGNOBOS, Charles. Introduction aux études historiques (1898), nouvelle édition en ligne, avec une préface inédite de Gérard Noiriel, Lyon : ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014. Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/enseditions/273. ISBN : 9782847885767.

·         SEIGNOBOS, Charles. La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901), nouvelle édition en ligne, avec une préface inédite d’Antoine Prost. Lyon : ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014. Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/enseditions/487. ISBN : 9782847885750.

·         CIBOIS, Philippe. Les méthodes d’analyse d’enquête (2007), nouvelle édition en ligne, avec une préface de Pierre Mercklé. Lyon : ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014. Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/enseditions/1443. ISBN : 9782847885743.

·         JUGLAR, Clément. Des crises commerciales et de leur retour périodique (1889), nouvelle édition en ligne, avec une préface inédite de Ludovic Frobert, . Lyon : ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014. Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/enseditions/1382. ISBN : 9782847885774.

Et plusieurs titres sont en préparation, et paraîtront au cours des semaines et des mois à venir, parmi lesquels : Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire (1974) ; Björn-Olav Dozo et François Provenzano (dir.), Historiographie de la littérature belge. Une anthologie (2014) ; Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille (1990) ; Edward Sapir, Anthropologie (1967) ; Emile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse (1913) ; Paul Vidal de la Blache Paul et Emmanuel de Martonne, Principes de géographie humaine (1922) ; Elisée Reclus, L’homme et la terre (1905-1908), 6 volumes ; Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler, Le temps donné aux tableaux(1991)…

Les textes originaux des oeuvres rééditées dans la Bibliothèque des sciences sociales sont systématiquement accompagnés d’une nouvelle préface, proposée par un grand spécialiste de l’auteur et de l’œuvre rééditée. Selon les titres, l’édition des textes originaux peut être augmentée de textes complémentaires, de traductions, d’entretiens avec les auteurs, d’annexes inédites…

Tous les ouvrages de la Bibliothèque idéale des sciences sociales sont consultables en accès libre et gratuit sur le site de la collection, et peuvent également être acquis en formats PDF et ePub, ainsi qu’en version imprimée pour certains titres.

Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « books.openedition.org » qui semble être une tentative de fraude envers Pour en savoir plus : présentation détaillée, équipe, comité scientifique, partenaires, coordonnées…

Nous espérons pouvoir vous compter très vite parmi nos lecteurs, et nous tenons bien sûr à votre disposition pour tous les renseignements complémentaires que vous pourriez souhaiter recevoir au sujet de la Bibliothèque des sciences sociales.