Archives mensuelles : octobre 2014

Appel à contribution – « Los estudios literarios en la era de la excelencia académica y la globalización »

Appel à contribution :

 

Veuillez trouver ci-joint un appel à contribution pour le prochain numéro (vol. 17, Nº 2, 2015) de la Revue du département de Littérature de l’Université Nationale de Colombie (Teoría, Historia, Crítica)  qui portera sur « Los estudios literarios en la era de la excelencia académica y la globalización ». Les propositions de contribution sont attendues pour le 1er février 2015. Les articles pourront être rédigés en français, espagnol, anglais et portugais.

Call for papers_Feb2015_AcadExcel

(http://www.revistas.unal.edu.co/index.php/lthc)

 

Cordialement,

— Juan Zapata LLCE

Département ERSO Département Lettres Modernes

UFR Humanités Université Lille 3

Appel à communications pour colloque étudiant :  » Les transformations du monde du livre à l’ère du numérique (acteurs, objets, enjeux) « 

Bonjour,

 

Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communications pour le colloque étudiant « Les transformations du monde du livre à l’ère du numérique (acteurs, objets, enjeux) », organisé conjointement par le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). L’événement s’adresse aux étudiant(e)s de 2e et 3e cycle qui s’intéressent aux transformations de la chaine du livre au contact du numérique au Québec et désirant partager les résultats de leur recherche sur le sujet. Le colloque se déroulera à l’Université de Sherbrooke, les 16 et 17 avril 2015.

Appel colloque étudiant 2015

Les intéressé(e)s doivent envoyer leur proposition avant le 15 décembre 2014 à l’adresse suivante : colloque-numerique@usherbrooke.ca

 

Cordialement,

 

Josianne Dubé

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

 

 

Colloque -« La transculturalité des espaces nationaux »

Transkulturalität nationaler Räume. Übersetzungen, Kulturtransfer und Vermittlungsinstanzen im deutsch-französischen Kontext

 

La transculturalité des espaces nationaux. Traductions, transfert culturel et instances de médiations dans le contexte franco-allemand

 

Colloque à Marburg, 23-25 octobre 2014

Organisateurs : Christophe Charle, Hans-Jürgen Lüsebrink, York-Gothart Mix

Programme en pièce jointe.

Conférence « Les entretiens d’écrivains dans une émission grand public : le cas de « Lectures pour tous » (1953-1968) »

Bonjour,

 

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et la Chaire de recherche du Canada en histoire de l’édition et sociologie du littéraire (EDISOC) vous invitent à la conférence « Les entretiens d’écrivains dans une émission grand public : le cas de Lectures pour tous (1953-1968) », de Guillaume Willem. L’événement aura lieu le 7 novembre prochain, à 12h, au A3-113 (Faculté des lettres et sciences humaines – Université de Sherbrooke).

 

Vous trouverez l’affiche officielle en pièce jointe.

 

Cordialement,

 

Josianne Dubé

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

 

 

Colloque RT14 AFS – Programme

Vidéos en ligne

A voir : les vidéos des conférences organisées par le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (Grélq) et la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire (Edisoc)

– David Martens (UCL), « Retours d’écrous : se préfacer sous pseudonyme »

– Guillaume Pinson (U. Laval), « Peut-on penser les médias sans les imaginer? Réflexions sur la notion d’imaginaire médiatique »

– Hervé Serry (U. Paris 8), « Nouvelle forme des marchés de la culture? Une enquête sur les intermédiaires dans les professions culturelles »

URL : http://www.usherbrooke.ca/grelq/activites/seminaires-et-conferences/2013-2014/

Appel à communication – IIe Symposium International de Sociocritique

IIe Symposium International de Sociocritique

Organisé par le Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST),
 en collaboration avec le Centre d’étude et de recherche sur les littératures et les oralités (CERLOM/INALCO), 
le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (FIGURA/UQAM) 
et le Centre de Recherche sur les médiations (CREM/Université de Lorraine)

 

Montréal, 10-11-12 décembre 2015

 

Le chantier des réalismes, et autres travaux en cours

 

Tenu à Paris en décembre 2011, le Ier Symposium international de sociocritique permit de faire le point sur la démarche épistémologique, sur les hypothèses heuristiques, sur les principes herméneutiques et sur les voies d’avenir de la sociocritique. Le IIeSymposium se tiendra en décembre 2015 à Montréal. Il ira davantage et directement vers les pratiques de lecture et comprendra quatre axes, le premier d’entre eux pouvant déterminer des interventions s’indexant sur les trois autres.

 

1.     Le chantier des réalismes

 

En art et en littérature, la question du réalisme fait partie de celles que la critique littéraire déclare régulièrement caduques alors qu’elle ne cesse de faire retour et de se présenter sous des formes nouvelles au fil de l’histoire des textes. DepuisMimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale d’Erich Auerbach, classique des études de lettres s’il en est, et les essais de Philippe Hamon, Ian Watt, Leo Bersani, Michael Riffaterre et Roland Barthes rassemblés dans le collectif Littérature et réalité, les travaux qui ont été publiés sur le réalisme — que ce soit en narratologie, en sémiotique, en histoire littéraire, en histoire des représentations, en pragmatique, en sociologie de la littérature ou en psychanalyse — ont été dominés par quatre tendances.

La première fait du réalisme du XIXe siècle la forme la plus achevée d’une esthétique définie par l’ambition de produire une représentation fidèle du réel, à telles enseignes que tout autre essai semblable est évalué en rapport avec ce parangon. Cette première tendance est particulièrement lourde dans les études portant sur la littérature française et dans l’espace des littératures francophones tant le trio Balzac-Flaubert-Zola y est élevé en référence absolue. La deuxième tendance pense le réalisme en refermant la littérature sur elle-même, sans préoccupation particulière de ce qui se passe dans l’espace symbolique global, comme si les textes n’étaient justiciables que de positionnement corporatiste ou que d’une endogamie stylistique ou sémiotique. La troisième instrumentalise le réalisme au profit d’un récit historique fort contestable et simplificateur qui soit l’associe à «la modernité» (ce «mot-perroquet», disait Valéry) soit tient cette dernière pour bipolaire, réalisme et formalisme se succédant en alternance, du romantisme allemand jusqu’au néoréalisme contemporain. Enfin, la quatrième limite le réalisme au cadre national, ignorant tout autant la perméabilité des frontières en matière de création artistique que l’existence d’une large variété de tentatives et de tentations dont des appellations telles «réalisme magique», «réalisme merveilleux», «réalisme symboliste» sont par exemple des indices.

Tout en relisant de façon critique MimésisLittérature et réalité et les travaux dont il vient d’être question, on remettra le réalisme sur le chantier à partir des hypothèses nodales d’une sociocritique qui, parce qu’elle pense le texte littéraire dans ses interactions avec la semiosis sociale conjoncturelle, sait qu’il n’y a pas un réalisme, mais des réalismes, variant selon les âges et les lieux. Par suite, le Symposium accueillera des communications mettant en valeur l’historicité, la socialité, les mutations et la variabilité des réalismes. On privilégiera des lectures de textes choisis dans la longue durée de la littérature (d’Homère aux écrivains de la «Génération inculte») et de toutes les origines géoculturelles que l’on voudra. Il sera important que des communications abordent dans cet esprit des corpus hétérogènes sur les plans historique ou géographique de manière à dégager la migration incessante des démarches créatrices au cours de l’histoire.

 

2.     Le traduire

 

La pensée de la traduction, «le traduire» (Patrick Maurus) pour le dire de manière à insister sur la nécessité de quitter les illusions issues du lexique conjugal (fidèle, belle infidèle, trahison), accompagne la sociocritique depuis ses débuts. Comment le travail du traduire procède-t-il pour faire glisser un texte d’une semiosis sociale à une autre ? Cette question, le sociocriticien traducteur se la pose en permanence et il n’a que des réponses complexes à lui donner au gré de la singularité des textes. En cette matière, la sociocritique doit s’intéresser à la place prépondérante prise par la poétique d’Henri Meschonnic, avec laquelle Claude Duchet a entretenu un dialogue permanent et productif. Cependant, autant Meschonnic représente une véritable coupure épistémologique (« Vous n’avez jamais lu Shakespeare, vous avez lu des traductions de Shakespeare »), autant il est nécessaire que la sociocritique avance sur ce terrain avec ses propres outils et sa propre question, celle de l’objet à traduire en tenant compte de la socialité et de la matérialité langagière du texte. Si les communications pourront porter sur n’importe quel problème dérivant de l’acte de traduire, on sera tout spécialement intéressé par des interventions touchant à la traduction de textes dits réalistes.

 

3.     Des genres

 

La sociocritique a longtemps privilégié le roman. Il ne s’agit pas de le laisser tomber, mais bien de couvrir autant que possible tout l’éventail générique. S’il existe des travaux en sociocritique de la poésie ou du théâtre, il reste en ce domaine beaucoup de travail à faire. On sera attentif au fait que la question réaliste peut se poser dans tous les genres, du poème en prose à l’impromptu, de la prose d’idée au haï-ku, du discours politique au roman pastoral.

 

4.     Ethnocritique et sociocritique : suites

 

Le Symposium de Paris avait donné lieu à une première rencontre entre ethnocriticiens et sociocriticiens, justifiée par un héritage commun, celui de Bakhtine, et par une attention première au texte considéré dans ses altérités constitutives. Deux autres rencontres fructueuses ont eu lieu depuis lors (à Montréal en 2012, à Metz en 2014) et cette synergie doit être maintenue et développée. Le Symposium sera donc ouvert aux ethnocriticiens, auxquels on demandera comment leur approche culturaliste et leur prise en compte de l’oralité les conduisent à repenser la question réaliste d’une manière innovante.

 

 

5.     Varia et works in progress

 

Enfin, le Symposium accueillera des travaux en cours et des communications libres. Les doctorants en sociocritique et en ethnocritique sont invités à soumettre des propositions de communication.

 

 

Les propositions de communication doivent être adressées à Claudia Bouliane(claudia.bouliane@mail.mcgill.ca) et Pierre Popovic (pierre.popovic@sympatico.ca) pour le 31 décembre 2014.

 

Comité d’organisation : Claudia Bouliane (CRIST, Université McGill), Jean-François Chassay (CRIST, FIGURA, Université du Québec à Montréal), Elaine Després (CRIST, FIGURA, Université de Montréal) Djemaa Maazouzi (CRIST, Université Lille-3), Patrick Maurus (CERLOM/Inalco), Olivier Parenteau (CRIST, FIGURA, Cégep de Saint-Laurent), Pierre Popovic (CRIST, FIGURA, Université de Montréal), Jean-Marie Privat (CREM, Université de Metz), Geneviève Sicotte (CRIST, FIGURA, Université Concordia), Bernabé Wesley (CRIST, Université Paul-Valéry/Montpellier – Université de Montréal).

 

Colloque du RT14 de l’AFS « La sociologie des arts et de la culture et ses frontières. Esquisse pour une auto-analyse »

CherEs collègues,
Le bureau du RT14 de l’AFS a le grand plaisir de vous annoncer la tenue de son premier colloque:
 
 
La « sociologie des arts et de la culture » et ses frontières. 
Esquisse pour une auto-analyse
 
6 et 7 novembre 2014 – La Sorbonne
 
Premier colloque du RT14 de l’AFS, en association avec le RT27, 
en partenariat avec l’ADHC et avec le soutien du Labex ICCA
Vous trouverez en pièces-jointes le programme complet de nos deux jours de travaux ainsi que l’affiche du colloque. L’ensemble des informations se trouve également sur notre site internet.
En espérant vous y rencontrer nombreux,
Pour le bureau du RT14,
_____________________________________________
 
Marie Sonnette
Docteure en sociologie

Colloque – « Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire »

Colloque international / Cinéma / Théâtre

« Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire »

4-19 novembre 2004

En PJ

Programme & lieux où se dérouleront les sessions scientifiques, le cycle de films et les représentations de La Cantate de Bisesero

Appel à contributions – « Figures du traducteur/de la traductrice »

Pour son deuxième numéro (juin 2015), la revue Convergences francophones (ISSN 2291-7012) recherche des articles portant sur le thème suivant : Figures du traducteur/de la traductrice.

Il s’agira d’interroger dans une perspective diachronique les représentations du traducteur/ de la traductrice émanant au niveau social mais aussi personnel ainsi que leurs conséquences : comment le traducteur/la traductrice et son activité sont-ils perçus ? Comment se perçoit-il lui-même ? Comment la propre perception du traducteur joue-t-elle sur la traduction ? Qu’en est-il de l’autotraduction où la séparation traducteur/auteur est plus que jamais remise en question?  Quels peuvent être les effets d’un discours social ou épitextuel sur le traducteur  et son activité ?

Domaines envisagés : traduction littéraire, traduction audiovisuelle, traduction technique, autotraduction

Les propositions ne devront pas dépasser 300 mots et doivent être envoyées à Antoine Eche (aeche@mtroyal.ca) et Justine Huet (jhuet@mtroyal.ca). Leurs auteurs enverront également une brève notice bio-bibliographique.

Date limite de soumission des propositions : 24 octobre 2014

Notification des propositions retenues : 14 novembre 2014

Date limite de soumission des articles retenus : 30 janvier 2015

Les articles soumis seront ensuite évalués par deux membres du comité de lecture ou spécialistes sollicités pour l’occasion.

Convergences francophones (http://mrujs.mtroyal.ca/index.php/cf/index) est une revue semestrielle, pluridisciplinaire, en libre accès.

 

Rencontre : « La Culture comme vocation »

Dans le cadre des rencontres Lire les sciences sociales, présentation et discussion de l’ouvrage de Vincent Dubois La culture comme vocation (Raisons d’Agir, 2013) par Wenceslas Lizé, en présence de l’auteur

Dans un sondage établissant « les métiers préférés des jeunes de 18 à 25 ans », celui de « manager culturel » arrive ainsi en 7e position (acteur et chanteur occupant respectivement les 1re et 4e places). Et dans les collectivités territoriales, les postes « culturels » sont généralement parmi les plus demandés. Certains métiers semblent attirer pour leur image plus que pour la stabilité d’emploi ou le niveau de revenus qu’ils garantissent. Ce sont des métiers dits « vocationnels », c’est-à-dire des activités professionnelles reposant sur un fort engagement personnel, qui peut être subjectivement vécu sur le double mode de la passion et du désintéressement. On n’y entre pas pour l’argent, mais pour la beauté du métier ou par amour de l’art.
Qu’est-ce qui rend ces métiers de la culture si attractifs ? C’est à cette question que ce livre propose de répondre.
Sur la base d’une enquête originale sur un échantillon d’étudiants qui se destinent à l’administration de la culture, Vincent Dubois répond à cette question en analysant les transformations depuis les années 1960 de l’espace des gratifications symboliques associées à ces métiers, transformations liées à la constitution d’un secteur public de la culture et des formations qui y mènent.
Ce faisant, le livre rompt avec une lecture individualisante et psychologisante, faite de passion et de désir, pour mettre en évidence la logique et la dynamique d’un univers de positions sociales construites par la politique culturelle de l’État. Les métiers de la culture se trouvent ainsi bien ajustées aux attentes et aux aptitudes professionnelles des générations issues de la deuxième explosion scolaire. Le système universitaire lui-même invite ainsi à concevoir l’orientation vers les métiers de la culture comme une manière d’optimiser le rendement professionnel d’un capital scolaire (notamment littéraire et artistique) dévalué.
Deux facteurs ont un rôle prépondérant. La chronologie du développement de ces métiers, initié au milieu des années 1960 et amplifié à partir du début des années 1980, fait que ceux qui s’y destinent dans les années 2000-2010 sont les enfants des générations qui occupent aujourd’hui une part importante des postes, voire les petits-enfants des « pionniers » parmi les premiers à les occuper. La « passion » pour les métiers de la culture peut donc bien être héritée, et correspondre à un mécanisme classique de reproduction professionnelle. Si les métiers de la culture sont « attractifs », c’est donc aussi qu’ils peuvent être envisagés comme une voie de salut dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur et de fort chômage des jeunes. Les filles connaissant cette situation davantage que les garçons, elles sont, pour cette raison également, plus nombreuses à viser de telles positions.
Ainsi est-on dans le cas qui nous intéresse conduit à retourner le syntagme habituel : ce n’est pas à une « crise des vocations » que l’on a affaire mais à des « vocations de crise ».

 

  • Vincent Dubois, sociologue et politiste, est actuellement membre de l’Institute for Advanced Studies à Princeton et professeur à l’Institut d’études politiques de Strasbourg. Ses travaux de sociologie de l’action publique portent sur les rapports entre le champ culturel et l’État et sur le traitement bureaucratique de la misère. Il a notamment publié sur ces questions La Politique culturelle (Belin, 1999) et La Vie au guichet (Economica, 2e éd., 2003).
  • Wenceslas Lizé est sociologue, maître de conférences à l’Université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Ses travaux portent notamment sur l’art et la musique et plus particulièrement sur le Jazz. Il a notamment publié Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l’art et du commerce avec D. Naudier et O. Roueff (La Documentation Française, 2011).

 

Mardi 14 Octobre

14 h 00 – 16 h 00

CNRS/Site Pouchet

Salle 255

59 – 61, rue Pouchet, 75017 Paris

métro ligne 13 – Guy Moquet | Brochant , Bus 66 – La Jonquière