Archives mensuelles : mars 2015

Parution : « Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire »

Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire (revue COnTEXTES, n° 15)

Sous la direction de Frédérique Giraud et d’Émilie Saunier
février 2015, ISSN 1783-094X
Résumé

Ce numéro invite à reposer la question des manières d’analyser la création littéraire d’un point de vue sociologique. La focale choisie est celle des (r)apports contextuels entre la vie et les œuvres qu’il s’agit d’aborder dans une perspective dialectique afin de saisir les manières plurielles dont se nouent des liens entre des vies (celles d’un auteur, celles d’un groupe d’auteurs) et leurs œuvres. Le dossier invite d’abord à interroger les processus socialisateurs menant un individu à un moment donné de sa biographie à se tourner vers l’écriture, à analyser les modalités de sa pratique littéraire et les façons plurielles dont il peut jouer le jeu de la littérature (de façon occasionnelle, ludique ou encore professionnelle). Ce faisant, le point de vue se porte sur la façon dont se nouent les diverses expériences socialisatrices des auteurs en « amont » du jeu littéraire (permettant d’expliquer par exemple leur venue à l’écriture et à la publication) et en son sein (éclairant par exemple leurs prises de position littéraires). Il s’agit donc d’observer comment la vie produit et façonne l’œuvre. Dans le même temps, il importe de penser la littérature comme une pratique et une expérience sociale qui agit sur les écrivains et la société en général. Les questions que se posent les auteurs sont à la fois épistémologiques et méthodologiques. Quels outils, quelle(s) échelle(s) d’analyse et quels types de données mobiliser pour tenter de rendre raison des pratiques de création littéraire et de leurs effets sur le social ? De quelles façons la création littéraire peut-elle constituer pour un auteur un terrain de déchiffrage et de travail d’expériences sociales marquantes ? Comment la littérature et les conduites de vie tenues pour littéraires peuvent-elles représenter des instruments collectifs de façonnage des identités sociales et professionnelles ?

L’intégralité du numéro est accessible en ligne gratuitement à l’adresse : http://contextes.revues.org/6014
 
Sommaire
 
Frédérique Giraud et Émilie Saunier, Des vies à l’œuvre : agencements pluriels de socialisations
Kaoutar Harchi, La création littéraire au carrefour de l’histoire intime et de l’histoire collective. Étude du cas de l’écrivain algérien francophone Rachid Boudjedra
David Vrydaghs Quand un conflit esthétique est aussi un combat des corps. L’adhésion d’Artaud au surréalisme
Denis Saint-Amand et Bernard Lahire, Chronique à deux voix des questionnements en cours

Colloque – « Les imaginaires de la communauté »

Colloque international FIGURA « Les imaginaires de la communauté »

 

Date: Mercredi, 4 Mars, 2015 – 09:00 – Vendredi, 6 Mars, 2015 – 17:00
Lieu: Montréal, UQAM

La communauté ne partage ni la cohésion réglée d’une société, ni la volonté affichée d’un groupe identitaire : elle est spontanée, labile, évanescente. Ce caractère tacite exige toutefois d’en considérer la puissance en imaginant le lien commun au cœur même de chaque individu, dans son ethos, dans ses sentiments, dans ses goûts, dans ses habitudes, etc. Ce qui signifie somme toute qu’on peut faire communauté sans avoir entièrement conscience du lien qui assure la consistance de son être-ensemble.

Cette définition de la communauté est étroitement associée aux textes connus de Maurice Blanchot, La communauté inavouable (1983), de Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée (1986) et de Giorgio Agamben, La communauté qui vient (1990). Si on les a beaucoup glosés depuis, c’est qu’ils ont saisi l’enjeu philosophique du commun au moment où prenait fin l’ère des grands récits d’émancipation, le communisme au premier chef, et où la méfiance à l’égard du totalitarisme était à son comble. L’enjeu semblait d’éviter ces deux écueils, sans pourtant consentir fatalement à leur contraire, c’est-à-dire à l’individualisme au sens strict, le moins noble politiquement. Ce qui a abouti à la création de concepts friables, dont l’apparence paradoxale mais extrêmement suggestive sur les plans logique et temporel, leur a assuré une fortune considérable à l’époque où il était de mise de déconstruire les notions rigides et de morceler le sensible : le comme-un, l’unité dans la déliaison, la relation de singularités, l’être quelconque. Ces concepts qui définissent de manière virtuelle, voire négative, la communauté, constituent le fond commun aux imaginaires contemporains qui la figurent sous le mode implicite de la crise.

Ce fond commun constituera le point de départ du colloque et non son objectif. Nous proposons plutôt de réfléchir aux multiples variations de la communauté que l’on trouve dans les différentes disciplines d’études ou de pratiques artistiques et sociales sans perdre de vue ce morcellement du sensible qui les imprègne.

On pourra notamment questionner, du point de vue des différentes pratiques intellectuelles, artistiques ou sociales, la dialectique entre la « communauté interprétative » (S. Fish) et la « communauté imaginée » (B. Anderson) pour arriver à penser conjointement la constitution et le fonctionnement inconscient de certaines communautés ainsi que les représentations conscientes qu’elles se font d’elles-mêmes. Il s’agira somme toute d’aborder la communauté qui émane du rapport spécifique que des individus entretiennent avec des objets particuliers et dans l’image ou la représentation que ces mêmes individus se font d’eux-mêmes à partir du lien qui les unit à ces objets.

Il sera possible également d’interroger le positionnement politique de toute communauté, même négative ou virtuelle, si l’on admet, comme l’a soutenu F. Jameson, qu’il n’y a aucune sphère du savoir et de la culture, ni même de la vie privée, qui échappe à un tel positionnement à l’ère du capitalisme avancé. On pourra par exemple concrétiser cette hypothèse en repensant la question de la communauté de pensée à l’aune du savoir qu’elle produit et de son mode de diffusion institutionnel. Ce qui aurait pour effet d’engager la réflexion pour déterminer les fondements et la consistance d’un penser-ensemble à une époque où les chercheurs entreprennent individuellement leur recherche, et ce, même si la plupart des organismes subventionnaires valorisent le regroupement stratégique, la connexion et le réseau.

Il y a, derrière ces orientations pratiques et politiques, des questions essentielles qui touchent des formes de vie et des modes d’existence que nous partageons. Ces questions ramènent la réflexion sur le plan des idées qui conditionnent les imaginaires contemporains de l’être-ensemble, ce fond commun que l’on a évoqué précédemment, mais avec l’intention de les interroger de front, c’est-à-dire en évitant de les percevoir uniquement à travers les concepts déjà acquis. Finalement, nous invitons à conceptualiser à nouveau ce qui, dans des pratiques, des disciplines ou des domaines que l’on partage en commun, incite au décentrement, à l’ouverture, à la multiplication des points de vue, à l’anonymat et résiste, par le fait même, au confinement identitaire, au langage commun et à la pensée homogène.

Organisé par Sylvain David et Sylvano Santini, ce colloque international s’inscrit dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l’imaginaire contemporain) et de Figura, le centre de recherche sur le texte et l’imaginaire.

 

programme_colloque_2015_0