Archives mensuelles : septembre 2015

Appel à communication – Colloque « Le porteur »

Appel à communications (10 octobre 2015)
Colloque internationale à l’Université de la Réunion, 2-4 mai 2016
(Deutsche Version siehe unten)
Le porteur
A propos de la réception littéraire, photographique, filmique et artistique
d’une figure porteuse de l’histoire coloniale
L’histoire de l’expansion européenne et de la colonisation ne peuvent pas être pensées sans certaines figures centrales : les porteurs font partie de celles-ci. Ce sont eux qui ont permis l’avancement dans les terres des découvreurs européens, par leurs connaissances du pays à soumettre, mais aussi par la force de leurs muscles qu’ils mettaient au service des étrangers – de façon volontaire ou forcenée.
Comme les porteurs étaient le plus souvent recrutés par groupes, l’individu n’était pas distingué en tant que tel par les européens, mais s’égrenait dans le collectif. De ce fait, leur rôle central en tant que médiateurs entre les cultures, aux niveaux économique, politique ainsi que sociétal, est le plus souvent sous-estimé.
Ce paradoxe se reflète dans les récits de voyage, mais aussi dans la représentation visuelle (photographie, film, peinture, etc.) du travail qu’ils accomplissent. D’un côté s’est forgé, en un véritable topos, le motif du porteur révolté et désobéissant, avec le danger qui en résulte pour le pouvoir colonial. Celui-ci implique, paradoxalement, la conscience des Européens qu’une expédition (de taille indifférente) ainsi que l’organisation et la construction d’une infrastructure coloniale (par exemple les réseaux de chemin de fer) n’étaient pas pensables sans porteurs. D’un autre côté, en dépit de cette conscience d’être dépendants des porteurs, on remarque un effort des Européens de s’auto-représenter comme les vrais porteurs, ceux qui portent la part la plus lourde : la responsabilité. Ce que Hannah Arendt appelle « le monopole total de responsabilité » (« totales Verantwortungsmonopol ») est fondateur pour une représentation qui est censée rendre plausible la passivité des porteurs et leur incapabilité de « faire bouger » l’histoire.
En tête des colonnes, comme on les voit dans certains bandes dessinées d’Hergé ou sur des photographies d’Afrique Noire, figurent donc toujours ceux qui se considèrent être les vrais « porteurs » du projet de conquête. Ce sont des hommes qui n’ont rien à porter (sauf la responsabilité de « penser en termes de continent » ) : des Européens qui montrent la direction.
En ce qui concerne le portage militaire et commercial, on peut constater que le transport de biens et de matériel était défini par plusieurs points dans l’espace : le point de départ des porteurs et les points divers où les Européens attendaient que leur marchandise arrive, puisqu’une fois installés dans leurs « stations », ils ne participaient plus aux transports. C’étaient donc les « Noirs » qui étaient en mouvement, les « Blancs » ne faisant qu’attendre. Mais comme c’étaient les « Blancs » qui constituaient ces points dispersés dans l’espace qu’il fallait atteindre, le mouvement était considéré être le leur. Même si les Européens ne portaient rien et même s’ils ils ne bougeaient pas, c’étaient donc eux les porteurs du mouvement. Ceux qui faisaient bouger les porteurs – en les payant ou bien en les forçant.
Cette organisation complexe était basée sur le principe que les porteurs n’avaient pas le droit de devenir porteurs du mouvement : leur seule tâche était d’être en mouvement, c’est-à-dire passifs, c’est-à-dire immobiles. En conséquence, ils ne pouvaient pas, à priori, devenir porteurs du progrès, parce que, d’une perspective européenne, incapables de faire bouger les choses.
Dans le contexte de voyages, le rôle du porteur est différent. Ici, on avance ensemble – souvent pendant des semaines –, et on commence à se connaître, bon gré mal gré. Comme par exemple lors d’un voyage en tipoye, un des moyens de transport les plus répandus dans les colonies africaines. Ainsi, en Oubangui-Chari, chaque Européen avait droit à quatre tipoyeurs qui le portaient partout où il voulait.
Dans ces situations d’extrême dépendance ainsi qu’en raison de contraintes techniques, il est bien possible que l’un ou l’autre des porteurs prenne le relais, comme par exemple sur la seule photographie prise sur la cime du Mont Everest, lors de la première ascension en 1953. Sur cette photo – célèbre –, on ne voit pas Edmund Hillary, mais son accompagnateur, le Sherpa Tenzing Norgay, parce que celui-ci ne savait pas manipuler l’appareil. Dans l’archive photographique, Tenzing Norgay devient ainsi le porteur le plus célèbre de notre temps ; la photographie, elle, nous incite à prêter plus d’attention au rôle central de ces accompagnateurs.
Dans le contexte d’un voyage commun, les porteurs peuvent devenir, de façon volontaire ou non, de véritables médiateurs entre autochtones et étrangers, médiateurs au service des « transferts culturels » (cf. les travaux de Michel Espagne). Ce sont eux qui se rapprochent le plus de l’étranger et la question est de savoir comment ces médiateurs sont représentés et évalués, si leur rôle de médiateur entre autochtones et étrangers est discerné en tant que tel, dans les textes et dans les images, du côté des autochtones et du côté des étrangers.
Pour entamer une analyse de la perception de ce personnage du porteur, on pourrait donc commencer par des questions très concrètes dépassant le schéma binaire :
• Comment les porteurs étaient-ils recrutés selon les contextes historiques et géographiques ?
• Quelles charges étaient-ils censés porter ? Et quelles conséquences découlaient de ces charges différentes pour leur travail et leur quotidien ?
• Pour quelle durée les recrutait-on ? Combien de temps s’absentaient-ils de leurs villages ? Est-ce qu’il s’agissait de recrutements ponctuels ou bien est-ce qu’il existait le métier de porteur ?
• Les femmes et enfants faisaient-ils partie de la colonne et avec quelle fonction ? Obligés peut-être de suivre leur mari pour des raisons économiques ? Est-ce qu’on peut remarquer un traitement différent des hommes et des femmes porteurs ?
• Comment est-ce qu’était organisé le ravitaillement des porteurs et de leurs familles ? Existait-il des contrats définissant l’équipement des porteurs ? Et dans quelle mesure la qualité de l’équipement des porteurs et de leurs « employeurs » avait-elle un impact sur la santé des uns et des autres ?
• Est-ce qu’il est possible de déceler des différends provoquant régulièrement des conflits entre les deux parties ? Comment ces conflits étaient-ils réglés ?
• Quelles étaient les conséquences économiques, sociales, politiques et psychologiques du portage pour les populations autochtones en général ?
• Quel était le rôle des porteurs dans le transfert des savoirs entre les autochtones et les étrangers ? Quels savoirs étaient transmis par eux ?
Puisque notre intérêt central est celui de la représentation de ces enjeux, dans le texte et dans l’image, quelques pistes d’analyse sont proposées ici :
• Comment la figure du porteur est-elle représentée ? Quel rôle lui est attribué au sein d’un ouvrage ?
• Comment l’idée de l’« héroïsme » se traduit-elle dans le contexte des expéditions ? Dans quelles conditions un porteur peut-il devenir une sorte de « héros » ? Et à quel moment une telle égalité lui est-elle refusée ou retirée ?
• Quelle importance est accordée au porteur en tant que médiateur culturel ou porteur des savoirs ?
• Est-ce que l’un d’entre eux peut devenir individu dans un contexte d’échange intense ?
• Comment le portage a t-il été perçu par les médias de l’époque (et d’aujourd’hui) – en Europe et sur place ?
Pour tenter d’éclairer certaines de ces questions (et la liste ne se veut pas du tout exhaustive), on peut puiser dans le corpus fictionnel et documentaire. Toutefois, nous voudrions mettre l’accent sur des sources visuelles et des sources croisant le texte et l’image.
Pour cela, bandes-dessinées, graphic-novels, récits de voyage (illustrés) ainsi que collections de photographies (p.ex. dans le contexte des expositions coloniales), cartes postales, magazines, matériel filmique, études scientifiques, rapports officiels ou bien ouvrages de la littérature (post)coloniale d’Europe, d’Asie ou d’Afrique sont proposés comme supports à étudier.
Dans un esprit résolument interdisciplinaire, nous invitons les chercheurs des diverses disciplines à participer à cette discussion et aux questions qui en découlent. Historiens, littéraires, chercheurs en sciences des médias et de l’art, en anthropologie, tibétologie, sociologie ou bien en études africaines, soyez les bienvenus ! En outre, nous voudrions explicitement encourager les jeunes chercheurs à ne pas se laisser intimider par la participation de spécialistes, et à nous soumettre leurs propositions.
Veuillez soumettre votre proposition en allemand ou en français. Après entente, des contributions en anglais pourront également être prises en compte.
Une publication des contributions est prévue.
Le colloque aura lieu du 2 au 4 mai 2016 à l’Université de la Réunion. La Réunion étant un département français d’outre-mer, situé dans l’océan indien, à 10 heures de vol de Paris, nous voudrions proposer aux participants un programme culturel volcanique, leur permettant de faire connaissance avec les spécificités de cette île tropique. L’organisation sera assurée par ERIAC (Université de Rouen) et le département d’allemand ainsi que l’équipe de recherche DIRE de l’Université de la Réunion. Nous recommandons aux participants de vérifier si leurs Universités respectives ont un contrat ERASMUS avec l’Université de la Réunion, avant d’acheter leurs billets d’avion.
Veuillez nous envoyer votre proposition jusqu’au 10 octobre 2015. Nous avons hâte de vous lire !
Sonja Malzner, Université de Rouen (ERIAC)
sonja.malzner@univ-rouen.fr
Anne D. Peiter, Département d’études germaniques, Université de la Réunion (DIRE)
AnneD.Peiter@gmx.de
Call for papers (10. Oktober 2015)
Internationales Kolloquium an der Universität La Réunion, 2.-4. Mai 2016
Der Träger
Zur literarischen, fotografischen, filmischen und künstlerischen Rezeption
einer “tragenden” Figur der Kolonialgeschichte
Die Geschichte der europäischen Expansion und Kolonialisierung kann ohne den Rückgriff auf bestimmte tragende Figuren nicht vorgestellt werden: die Träger – im Wortsinn verstanden – gehörten zu ihnen. Sie waren es, die in ganz unterschiedlichen Kontexten das räumliche Vordringen europäischer Entdecker überhaupt ermöglichten – durch ihre Kenntnisse des Landes, das erkundet oder beherrschbar gemacht werden sollte, aber natürlich auch durch die schiere Muskelkraft, die sie, freiwillig oder erzwungen, in den Dienst der Fremden stellten.
Da Träger gemeinhin in Gruppen zusammengefasst wurden und so der einzelne und seine Geschichte in der Idee eines homogenen Kollektivs zu verschwinden pflegte, steht der tragenden Rolle, die ihnen ökonomisch wie politisch und auch gesellschaftlich (aus der Perspektive der Einheimischen) in ihrer Rolle als Mittler zwischen den Kulturen (vor allem im Kontext der Reise) zukam, eine merkwürdige Unterschätzung ihrer Bedeutung gegenüber.
Dieser Widerspruch spiegelt sich sowohl in Reiseberichten als auch in photographischen, filmischen und künstlerischen Verarbeitungen der Arbeit, die sie verrichteten. Auf der einen Seite avancierte das Motiv revoltierender, widersetzlicher Träger und der Gefahren, die daraus für den kolonialen Herrschaftsanspruch folgten, schnell zu einem festen Topos. Dieser implizierte paradoxerweise, dass durchaus anerkannt wurde, dass Expeditionen (gleich welcher Größe) ebenso wenig ohne Träger auszukommen vermochten wie die Organisatoren, deren Aufgabe im Aufbau einer kolonialen oder gar imperialen Infrastruktur – man denke etwa an den Bau von Eisenbahnnetzen – bestand.
Auf der anderen Seite stand diesem Bewusstsein der Europäer, sich in Abhängigkeit von den Trägern zu befinden (also in gewisser Weise schwächer als sie zu sein), das auffallende Bemühen gegenüber, sich selbst als eigentliche Träger in Szene zu setzen: als Träger nämlich, die das Schwerste trugen – Verantwortungsträger. Das, was Hannah Arendt als “totales Verantwortungsmonopol” bezeichnet, begründete in der Tat eine (nicht zuletzt visuelle) Darstellung, die umgekehrt die Passivität der Träger, ihre Unfähigkeit, Geschichte “in Bewegung zu setzen”, plausibel machen sollte.
Daraus ergibt sich, dass die Europäer in dem Maße Bewegung hervorzubringen glaubten, in dem sich ihre eigene Aufgabe darauf beschränkte, zu bestimmen, in welche Richtung fort-geschritten werden sollte – nämlich weg von der „Statik“, die besonders dem „Treibhaus des Imperialismus“ (so Hannah Arendts Bezeichnung für „Schwarzafrika“ als einem vermeintlich „geschichts-“ und „zeitlosem“ Raum) zugeschrieben wurde.
Im Kontext von (Vergnügungs)Reisen wohlhabender bzw. abenteuerlustiger Europäer ist die Rolle der Träger etwas anders gelagert. Hier wird gemeinsam fortgeschritten – oft über Tage und Wochen hinweg –, und man kommt sich, wohl oder übel, näher. Wie im Fall der vier „Tipoyeurs“ (Tragsessel-Träger), auf die beispielsweise in der französischen Kolonie Oubangui-Chari jeder Europäer ein Recht hatte (Mollion, 1992).
In solchen gemeinsam erlebten Ausnahmesituationen sowie aufgrund technischer Einschränkungen kann es dann durchaus auch vorkommen, dass der eine oder andere Träger in den Fokus rückt, wie zum Beispiel auf dem berühmten Gipfelfoto der Erstbesteigung des Mount Everest (1953). Dieses zeigt nämlich nicht, wie zu erwarten, Edmund Hillary, sondern dessen Begleiter, den Sherpa Tenzing Norgay – weil dieser die Kamera nicht bedienen konnte. Im fotografischen Archiv wird Tenzing Norgay somit zum wohl berühmtesten Träger der jüngeren Geschichte, das Foto zu einer Aufforderung, der zentralen Rolle dieser Begleiter mehr Aufmerksamkeit zu schenken.
Im Kontext des gemeinsamen (Reise)Abenteuers können die Träger (absichtlich oder unabsichtlich) zu Mittlern (im Sinne von Kultur- und Wissenstransfer, cf. die Arbeiten von Michel Espagne) zwischen bereisten „Eingeborenen“ und reisenden Europäern werden: sie sind diejenigen, die dem Fremden am nächsten sind, und die Frage stellt sich, wie diese Mittlerfiguren dargestellt und bewertet werden und ob ihre Mittlerrolle als solche wahrgenommen wird – von Seiten der Einheimischen und von Seiten der Reisenden.
Untersucht man also, welche Funktionen Trägern konkret zukamen, ergeben sich vielfältige Fragen, die im Rahmen der Konferenz entfaltet werden sollen und weit über das binäre Schema hinausführen:
  • Wie wurden Träger je nach historischem Kontext und Land rekrutiert? Handelte es sich – wie zum Beispiel im Kongo unter Leopold II. – um eine Form der Steuerleistung oder erfolgte die Rekrutierung auf freiwilliger Basis?
  • Was für Lasten mussten die Träger transportieren? Menschen? Nahrung? Ausrüstungsgegenstände? Auseinandergenommene Dampfer oder Lokomotiven? Welche Konsequenzen ergaben sich aus den jeweiligen Lasten für ihre Arbeit und ihren Lebensalltag?
  • Für welche Zeiträume wurden die Träger eingesetzt? Wie lange entfernten sie sich von ihren Wohnorten? Erfolgten die Trägerdienste periodisch oder stellten sie eine einmalige Aktion dar? Gab es Situationen, in denen Trägerdienste zu einem regelrechten Beruf wurden?
  • Inwieweit wurden Frauen und Kinder in die Verpflichtung, Lasten zu tragen, einbezogen? In welchen Kontexten waren sie – obwohl selbst nichts tragend – aus rein ökonomischen Gründen gezwungen, den Männern zu folgen? Gab es, diachron wie synchron, bestimmte politische Muster bezüglich der Unterschiede, die sich zwischen der Behandlung männlicher und weiblicher Träger auftaten?
  • Wie gestaltete sich die Versorgung der Träger (und ihrer Familien)? Gab es Verträge, die festlegten, mit welcher Ausrüstung sie auf den Weg geschickt wurden? Welche Unterschiede und Gemeinsamkeiten gab es zwischen der Ausstattung von Europäern und Nicht-Europäern? Inwieweit wirkten sich diese Unterschiede auf die gesundheitliche Situation und Sterblichkeit der jeweiligen Gruppe aus?
  • An welchen Fragen pflegten sich die – offenbar häufigen – Konflikte zwischen Trägern und Getragenen zu entzünden? Mit welchen Mitteln wurden diese Konflikte beigelegt bzw. unterdrückt?
  • Wie wurde sprachlich oder visuell die Idee des „Heroischen“, das sich mit vielen Expeditionen verband, je nach Gruppe gestaltet: Unter welchen Umständen konnten Träger als Teilhaber dieses Konzepts anerkannt werden? Wann wurde ihnen diese tendenzielle Gleichstellung mit den Europäern verweigert?
  • Welche sozialen, ökonomischen, politischen und psychologischen Folgen hatten die Trägerdienste für die betroffenen Bevölkerungsgruppen insgesamt?
  • Fungierten die Träger als Wissensvermittler – in die eine oder in die andere Richtung? Welches Wissen wurde durch sie weiter gegeben?
Aus literatur- bzw. medienwissenschaftlicher Perspektive ergibt sich daraus die Frage, wie diese Aspekte in den unterschiedlichen Werken bzw. Medien dargestellt und bewertet werden:
  • Wie gestaltet sich die literarische bzw. mediale Darstellung der Trägerfigur? Wie viel Platz wird ihr – wenn überhaupt – im jeweiligen Werk eingeräumt? Welche Rolle wird ihr zuerkannt und wie wird sie bewertet?
  • Welche Bedeutung wird dem Träger als Kultur- und Wissensvermittler eingeräumt?
  • Wird der eine oder andere Träger durch den intensiven Kontakt in den Augen von Reisenden zu einem Individuum – mit Namen und Biographie?
  • Wie wurden – und werden – Aspekte des Trägerwesens in den (zeitgenössischen) europäischen Medien diskutiert?
  • Und wie wurde – und wird – das Trägerwesen aus afrikanischer Perspektive wahrgenommen, dargestellt und bewertet?
Als Untersuchungskorpus bietet sich demnach sowohl Fiktionales als auch Dokumentarisches an, wobei visuellen bzw. medienverschränkenden Quellen ein besonderes Augenmerk gelten soll.
Comics und Graphic Novels, (illustrierte) Reiseberichte, Fotosammlungen (z.B. im Kontext von Völkerschauen und Kolonialausstellungen), Postkarten, Illustrierte und Zeitschriften, filmisches Material, wissenschaftliche Abhandlungen, offizielle Berichte der Kolonialverwaltung, (postkoloniale) Literatur aus Afrika und Europa seien als Beispiele genannt.
Wir möchten Vertreter der unterschiedlichsten Fächer einladen, sich an der Diskussion dieser und weiterführender Fragen zu beteiligen. HistorikerInnen, Literatur-, Kultur-, Medien-, Film- und BildwissenschaftlerInnen mögen sich ebenso angesprochen fühlen wie AnthropologInnen, EthnologInnen, AfrikanistInnen, TibetologInnen oder SoziologInnen. Wir möchten Nachwuchs-wissenschaftlerInnen ausdrücklich ermuntern, sich von der Teilnahme ausgewiesener SpezialistInnen nicht eingeschüchtert zu fühlen, sondern einen Vorschlag einzureichen.
Die Konferenzsprachen sind Deutsch und Französisch. Englischsprachige Beiträge können in Ausnahmefällen ebenfalls berücksichtigt werden.
Eine Veröffentlichung der Beiträge ist in Planung.
Die Veranstaltung soll von 2. – 4. Mai 2016 an der Universität von La Réunion stattfinden, die zu Frankreich (und damit Europa) gehört, jedoch im Indischen Ozean 800 Kilometer östlich von Madagaskar liegt. Wir würden allen TeilnehmerInnen gern ein vulkanisch-kulturelles Begleitprogramm anbieten, das es ermöglicht, einen ersten Einblick in die Besonderheiten dieser Insel zu nehmen. Die organisatorische Vorbereitung erfolgt als Gemeinschaftsprojekt des Forschungs-zentrums ERIAC (Universität Rouen) und dem Germanistikinstitut der Universität La Réunion (Forschungszentrum DIRE). Wir möchten dazu ermutigen, zu überprüfen, ob durch bestehende Erasmuskooperationen zwischen La Réunion und anderen europäischen Universitäten eine Finanzierung der Reisekosten bewerkstelligt werden könnte.
Bitte schicken Sie uns Ihre Vorschläge bis spätestens 10. Oktober 2015!
Sonja Malzner, Universität Rouen (ERIAC)
sonja.malzner@univ-rouen.fr
Anne D. Peiter, Universität La Réunion (DIRE)
AnneD.Peiter@gmx.de

Nouvelle réédition sur le site Socius : Jacques Dubois, « L’institution du texte »

 

Pour saluer la rentrée, nous vous proposons sur le site Socius l’une des plus puissantes tentatives théoriques pour conjoindre analyse sociocritique des textes et analyse institutionnelle des faits littéraires. Elle est due à Jacques Dubois, dans un volume d’hommage à Claude Duchet, et peut être lue ici.

 

Anthony Glinoer

 

Journée d’études – « Sociopoétique : Méthode et enjeux »

Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint le programme de la journée d’études « Sociopoétique : Méthode et enjeux », organisée par M. Montandon, le vendredi 18 septembre 2015 à la MSH – 4 rue Ledru à Clermont-Ferrand (Amphi 220)
Bien cordialement,
Mme Siham Olivier
Secrétaire du CELIS
———————–
Siham OLIVIER
Secrétariat du CELIS

Bureau 218

Maison des Sciences de l’Homme

4 rue Ledru

63057 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1
 
Tél. : 33 (0)4 73 34 68 32
Fax : 33 (0)4 73 34 68 34

Siham.OLIVIER@univ-bpclermont.fr

 
Site du CELIS

Parution – « Bévues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940) »

Parution

(Bé)vues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)
Clément Dessy, Valérie Stiénon

Date de parution : 20/08/2015 
Editeur : PU du Septentrion 
ISBN : 978-2-7574-0887-2 EAN : 9782757408872, 360 p. 30 €

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction.

Ce volume collectif abondamment illustré offre un aperçu chronologique empruntant ses approches à l’analyse de texte, à l’étude de l’image fixe ou animée, à la sociologie des auteurs et de l’édition, ainsi qu’à l’histoire des représentations. Il se centre sur les aires d’expression française, qui ont leurs propres spécificités, distinctes des réalisations anglo-saxonnes. Envisageant tant les œuvres paralittéraires que celles d’avant-garde, il met à l’honneur une production foisonnante, encore peu étudiée : de Souvestre à Bartosch, sans oublier Henriot et Robida, de l’eschatologie biblique à la poétique des ruines de la ville moderne, en passant par l’archéologie rétrofuturiste et l’imaginaire des fourmis.

Table des matières

L’étude des imaginaires visuels de la dystopie : une introduction prospective
Clément Dessy & Valérie Stiénon
Une désignation polémique
Une définition modulable
Un mode d’expression visuel
Un genre et ses limites
Variations sur l’espace-temps
Les convergences d’un imaginaire
Présentation des contributions

Le Monde tel qu’il sera : de la satire d’actualité à la dystopie
Olivier Ghuzel
Un roman original ?
Bertall, dessinateur comique pour la presse
Une pochade illustrée parmi d’autres
Des thèmes iconographiques récurrents
La prophétie ironique de l’almanach
L’anticipation sur le Boulevard
Souvestre, moraliste saint-simonien
Une vaticination contre une doxa providentialiste
Un assemblage inédit

La dystopie, c’est l’histoire.
Les (bé)vues du passé dans la dystopie française

Chapman Wing
Émile Souvestre et les limites du réalisme historique
Les ruines futures et l’imaginaire archéologique
Henriot et le mutisme de l’artefact
Albert Robida : l’histoire comme palimpseste
La dystopie illustrée : expression de la phénoménologie historique moderne

Les futures ruines de Paris chez Méry, Dumas et Franklin.
Modalités de l’archéologie rétro-anticipative

Xavier Fontaine
Confrontation de la fiction au monde réel
Le récit comme entité iconico-verbale
Bouleversements métaphysiques

Rire des Rouges entre 1842 et 1848.
Une approche transgénérique et plurimédiatique

Françoise Sylvos
Le bestiaire des socialistes
Du topos à la dystopie
Dystopie et parodie

Une vision de la fin des arts : Robida et le futur de l’image
Sandrine Doré
Le Vingtième Siècle et ses caractéristiques éditoriales
Les arts visuels du passé au futur
Art et politique dans un monde dystopique
L’image et l’imaginaire d’un dessinateur de la fin de siècle

Un imaginaire électrique et sexuel : autour d’Albert Robida
Philippe Kaenel

Henriot, Paris en l’an 3000 : l’utopique dystopie
Julie Fäcker
Henriot, dessinateur satirique au langage truculent
Sources et filiations
La science : dérisions et démesures
Paris, l’orgueilleuse capitale

Les Villes tentaculaires d’Émile Verhaeren vues de Londres.
Les éditions illustrées par Frank Brangwyn

Clément Dessy
Verhaeren-Brangwyn : un entrecroisement belgo-britannique
La rencontre par recueils illustrés
Illustrer et commémorer

Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie exogène et la dystopie phobique
Natacha Vas-Deyres
Fourmis et insectes : entre aventures, utopies et science-fiction
De la dystopie à l’apocalypse

L’espace américain : du texte à l’image, de la genèse à l’apocalypse
Thibault Gardereau
Première forme : projection dans un futur sans Nouveau Monde
Deuxième forme : survivance du Nouveau Monde
Troisième forme : destruction du Nouveau Monde

Dissensions de l’image animée. L’Idée de Berthold Bartosch ou le trauma comme mode de représentation dystopique
Dick Tomasovic
Poétiser/politiser
Adapter/affranchir
Animer/expérimenter
Hanter/entraver

La pureté du martyr. La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926), une dystopie hyperbolique
Jean-François Chassay
Naissance d’un roman
La Cité dans les fers ou un imaginaire de la fin
Un rapport ambivalent aux États-Unis
Personnification du fascisme
Des illustrations qui parlent du texte autrement

Figurations, défigurations : aspects de la représentation dystopique dans la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres
Laurent Bazin
Mondes en mutation
Univers à la dérive
Codes en conflagration

Les vertiges visuels et rituels de La Grande Beuverie (1938) de René Daumal
Jérôme Dutel
L’histoire de La Grande Beuverie
Une réflexion sur la représentation visuelle
Les hypotyposes et la force des images
L’emballement descriptif et le vertige visuel
Le cycle rituel de la dystopie

Allégorie d’une termitière déshumanisée, ou Le Retour au silence.
Journal d’un homo citroënsis K.228.bis de Stéphane Hautem

Dominique Warfa et Björn-Olav Dozo
Utopie et anticipation en Belgique francophone
Étienne De Greeff critique des institutions : chrétien, médecin, criminologue et écrivain
La termitière : chromatisme et dépersonnalisation
Le choix du silence
Le contrôle social : mesures et choix illusoires
La dystopie comme annihilation de la nature humaine

Les visions noires d’un État socialiste : l’architecture comme langage critique dans Nous autres d’Evguéni Zamiatine
Katarzyna Cytlak
La structure d’un paradis cristallin
Une ville suprématiste
L’architecture de verre
Le piège de visibilité
L’horreur de l’habitat collectif
La critique d’une société communiste

Postface : Fins du monde.
Configurations et perspectives du genre dystopique

Francesco Muzzioli
Un genre difficile à délimiter
Dispositions et effets
Les marges de l’humour et de l’allégorie
Dystopies problématiques

Index
Crédits d’illustrations
Remerciements

1562_Stienon_Dessy-couv - light

Bevues_du_futur-bon_de_commande

Colloque – Panafricanisme, cosmopolitisme et afropolitanisme dans les littératures africaines

Le colloque

Panafricanisme, cosmopolitisme et afropolitanisme dans les littératures africaines

aura lieu du 17 au 19 septembre 2015.
Voir la page
http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/panafricanisme-cosmopolitisme-et-afropolitanisme-dans-les-litteratures?id_evenement=2439#evenement_2439
de l’équipe Thalim (UMR 7172).

Programme du colloque Biennale du numérique de l’enssib

 

Biennale du numérique 2015 | Les métiers du livre face au numérique
                                            enssib | 23-24 novembre 2015
Chères-ers collègues,
Permettez moi de vous faire parvenir le programme de la Biennale du numérique 2015 organisée par l’école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Vous trouverez aussi ici une courte présentation du colloque.
Bien cordialement


Lundi 23 novembre 2015

9h15 – 9h45 : Accueil café

9h45 – 10h00 : Préambule introductif

10h00 – 11h00 : Conférence d’ouverture

  • Rémi Gimazane (Chef du département de l’économie du livre, DGMIC-SLL, Ministère de la culture et de la communication).

11h00 – 12h00 : Dialogue 1 | Autour des libraires

  •  Activités et métiers dans le commerce électronique du livre imprimé – Vincent Chabault (Maître de conférences en sociologie, Paris Descartes), avec Guillaume Husson (SLF), Renny Aupetit (Directeur de la librairie « Le Comptoir des mots » – Paris).

12h00 – 13h00 : Dialogue 2 | Autour des intermédiaires du numérique (#1)

  •  La montée en puissance des plates-formes numériques – Laurent Petit (Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Sorbonne), avec Stéphane Michalon (Directeur d’ePagine), Marc Minon (Directeur Général de CAIRN).

13h00 – 13h15 : Échanges avec la salle

13h15 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 15h00 : Remise du prix de l’innovation

15h00 – 17h00 : Ateliers en parallèle

Atelier 1 | Diffusion – acquisition

  •  L’animation de communauté, nouvelle frontière de la bibliothèque ? Romain Gaillard (Conservateur des bibliothèques de la Ville de Paris).
  •  Transition vers une gestion intégrée des documents électroniques, Pablo Iriarte (Bibliothécaire-documentaliste, Institut universitaire de médecine sociale et préventive, Lausanne), Mathilde Panes (Bibliothécaire scientifique, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne).

Atelier 2 | Production

  • Principes outils et méthodes de la « Chaîne d’édition structurée XML-TEI », Dominique Roux (Ingénieur de recherche, Responsable éditorial des Presses universitaires de Caen).
  • Le livre parle à ses lecteurs : exploration des implications dans le processus de conception, Olivier Rampnoux (Enseignant-chercheur, Université de Poitiers), Géraldine Cohen (Ingénieur d’étude, Université de Poitiers), et Cyril Béchemin (directeur adjoint d’IGS-CP).

Atelier 3 | Métiers et organisation du travail

  • Collaboration, organisations…, l’impact du numérique, Brigitte Bodet (Responsable du bureau études et accompagnement, Département des systèmes d’information, BnF), Luc Bellier (Coordinateur informatique et product owner de la chaîne d’entrée de numérisation, Département de la conservation) et Sophie Bertrand (Responsable du service de la coopération numérique et de Gallica, Département de la Coopération, BnF).
  • Le métier d’enseignant documentaliste : nouvelles identités et nouvelles manières de faire, Julie Jacoutot (Doctorante en sociologie, Université de Bourgogne).

Atelier 4 | Métadonnées et distribution

  • L’évolution de l’économie des métadonnées du livre en France, Souad Odeh (Chercheur en sciences de l’information et de la communication, INTD-CNAM).
  • Le développement du réseau Mir@bel pour le signalement et l’accès aux revues francophones en SHS, Sophie Fotiadi (Chargée de ressources documentaires, Sciences Po Lyon) et Bernard Teissier (Responsable du système d’information documentaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon, ENS de Lyon).

17h00 – 17h15 : Pause

17h15 – 18h15 : Synthèse des ateliers

Mardi 24 novembre 2015


9h00 – 9h30 : Accueil café

9h30 – 10h30 : Dialogue 3 | Autour des intermédiaires du numérique (#2)

  • Comment le livre numérique vient aux lecteurs des bibliothèques ? – Marie Doga (Maître de Conférences en sociologie, UPMF Grenoble) et Olivier Zerbib (Maître de Conférences en sociologie, UPMF Grenoble), avec Guillaume Hatt (Conservateur des bibliothèques, Bibliothèque Municipale de Grenoble) et Antoine Fauchié (Chargé de mission numérique, Arald).

10h30 – 11h30 : Dialogue 4 | Autour des éditeurs

  • Quels modèles pour le catalogue à l’ère du numérique ? – Benoit Berthou (Maître de Conférences, Paris 13), avec Agnès Fruman (Secrétariat Général des éditions Albin Michel), Gilles Colleu (Directeur de la production des éditions Actes Sud) et François Gèze (Directeur de collection à La Découverte).

11h30 – 11h45 : Pause

11h45 – 12h45 : Dialogue 5 | Autour des bibliothécaires

  • Du passé ne faisons pas table rase : la révolution numérique au service du métier de bibliothécaire – Malik Diallo (Archiviste paléographe, conservateur d’État des bibliothèques, Bibliothèque Municipale de Nancy) et Claire Haquet (Archiviste paléographe, conservateur d’État des bibliothèques, Bibliothèque Municipale de Nancy), avec Catherine Muller (Conservateur des bibliothèques, enssibLab, responsable de médiation scientifique), et Guillaume Hatt (Conservateur des bibliothèques, Bibliothèque Municipale de Grenoble).

12h45 – 13h00 : Echanges avec la salle

13h00 – 14h15 : Déjeuner

14h15 – 15h45 : Table ronde | Autour de la formation

  • Modération : Ghislaine Chartron (Professeur des universités, INTD-CNAM), avec Aïda Diab (Directrice générale, Asfored), Armelle de Boisse (Responsable de la formation tout au long de la vie, enssib), Loïc Lebigre (CNAM – INTD), Christian Robin (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13), Patricia Sorel (Enseignante Chercheur, IUT « métiers du livre », Nanterre).

15h45 – 16h00 : Pause

16h00 – 16h30 : Conférence de clôture

  • Laurence Engel (Médiateur du livre, Ministère de la culture et de la communication).

Call for Papers – « Presumed Autonomy »

Presumed Autonomy:

Literature and Art in Theory and Practice

10–13 May 2016

Department of English, Stockholm University, Sweden

 

Ever since the emergence of the modern marketplace for cultural goods, literary texts and art works have, on occasion, defied the expectations of its readers and audience, affronted their moral ethos, or flaunted a disregard for their sensibilities and norms. The potential power of art to disrupt the perceptions of its audience was foregrounded in the critical discourse of the modernists and the historical avant-garde and this possibility continues to animate critical debates, particularly those organized around some understanding of autonomy. With the all but complete commodification of every artistic and literary practice, it is more urgent than ever to pose the question whether we can still presume autonomy.

The four-day conference seeks to bring together researchers from a range of disciplines to assess, from the perspective of the present, the historical trajectory of autonomy as it has been conceptualized, recognized, assumed, deployed, and questioned by critics and practitioners of art, and to explore artistic, philosophical, cultural, and institutional negotiations of art as embedded in and entangled with the multiple heteronomies of market, state, religion, education… (a list that cannot be complete). As there are important intersections between various definitions of autonomy as well as artistic practices, several methodological and thematic strands will be brought together in four streams :

–Autonomy and the Avant-garde

–Theories of aesthetic autonomy

–Fields, markets, capitals, commodities and autonomy

–Autonomy and the body

The conference organizers invite contributions that address the issues indicated in the rubrics above. You can choose either to earmark your abstract for one of the streams, or send it in for general consideration. The list below can be taken to indicate the scope of those particular and general concerns, while not necessarily restricting the possibilities. Proposals for presentations should address the problematics of autonomy in relation to one or several of the following thematic headings :

  • aesthetic codings of the modern: myths, styles, temporalities, and techniques
  • affect
  • the architecture of thought
  • biopower and control
  • capitalism
  • the commodity
  • contemporary critical efforts to re-theorize form
  • the debate between activist and normative formalisms
  • early twentieth-century theorizations of literature and modern art
  • ecologies
  • fields of cultural production
  • education, the university: formation, reproduction and defense of autonomy
  • forms of capital
  • global modernisms
  • the historical avant-garde
  • inaesthetics
  • institutions
  • living materialities
  • national, transnational, and postnational frameworks
  • object-oriented vs. becoming-oriented paradigms
  • politics
  • the (post)human body
  • spaces, territories, place
  • the state as the source of autonomy or heteronomy
  • “world literature,” the postcolonial condition, and economic globalization

 

For more information about the conference, please visit our website: presumedautonomy.se

Confirmed Keynotes: Tim Armstrong (Royal Holloway, University of London), Jane Bennett (Johns Hopkins University), Nicholas Brown (University of Illinois, Chicago), Anne A. Cheng (Princeton University), Peter Kalliney (University of Kentucky), Gisèle Sapiro (L’École des hautes études en sciences sociales, EHESS, Paris), and Lisa Siraganian (Southern Methodist University).

 

Please submit your paper abstract (about 500 words) and a brief biographical note either by email to autonomy@english.su.se, or by using the ‘Proposal Submission’ tab on the conference’s website page “Call for Papers” for online submission. The deadline for submissions is on 15 December, 2015.

 

Conference organizers:

Gül Bilge Han

Bo G. Ekelund

Marina Ludwigs

Charlotta Palmstierna Einarsson

Irina Rasmussen Goloubeva

url de référence

http://www.presumedautonomy.se

adresse

Stockholm University, Stockholm, Sweden

Parution – « La Question de l’auteur en littératures africaines »

Begenat-Neuschäfer, Anne / Mazauric, Catherine (éds.), La Question de l’auteur en littératures africaines, Peter Lang, collection « Coll. Sprachen, Literaturen, Kulturen – Aachener Beiträge zur Romania », 2015. EAN13 : 9783631654316.

Actes du 14e Congrès de l’APELA organisé à Aix-la-Chapelle par Anne Begenat-Neuschäfer, Daniel Delas, Pierre Halen et Catherine Mazauric, du 22 au 24 septembre 2011.

 

Le 14e Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA) entendait poser la question de l’auteur dans le champ spécifique des littératures africaines (domaines francophone et lusophone notamment). Après la question de l’« invention » de l’auteur africain, des raisons et des opérations qui la rendraient possible, il convient en effet de se pencher sur les instances de légitimation de l’auteur africain et de son œuvre : outre les éditeurs du « centre », les collections patrimoniales, les prix littéraires, les festivals, salons et rencontres littéraires, la critique littéraire, les médias audio-visuels et jusqu’aux réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la « fabrique » de l’auteur reconnu. Les contributions réunies ici examinent enfin la négociation, dans le contexte africain, entre les figures et postures d’auteur et l’insistante question de l’oralité anonyme et collective.

Table des matières

Couverture et 4e de couverture

Adresse : Sekretariat Prof. Dr. Anne Begenat-Neuschäfer, RWTH Aachen, Institut für Anglistik, Amerikanistik und Romanistik, Lehrstuhl für Romanische Philologie,Kármánstraße 17/1952062 Aachen

Conférences D. Rabaté, septembre 2015, Québec

Tangence éditeur (UQAR-UQTR) invite Dominique Rabaté pour une tournée de conférences au Québec autour de l’essai qu’il publie dans la collection « Confluences » :

Désirs de disparaître. Une traversée du roman français contemporain

Programme des conférences :

Université du Québec à Montréal

Lundi 14 septembre 2015 à 12h45

Salle des Boiseries (J-2805)
Conférence Figura et lancement du livre

La conférence sera retransmise sur le site de l’OIC (http://oic.uqam.ca)
Université du Québec à Rimouski
Mercredi 16 septembre 2015 à 12h00
Salle C-410

Université du Québec à Trois-Rivières

Jeudi 17 septembre 2015 à 16h
Amphithéâtre 4015R

Références et quatrième de couverture du livre :

Dominique Rabaté, Désirs de disparaître. Une traversée du roman français contemporain, présentation de Mathilde Barraband. Tangence éditeur, coll. « Confluences », 2015, 93 p. (ISBN : 978-2-9815100-1-3
)

« Qui dira la joie qu’on éprouve à disparaître, à faire faux bond, à se soustraire, à tout laisser derrière soi, et à se fondre dans le paysage ? » Ces lignes de Christian Garcin dans Selon Vincent disent bien la force d’attraction impérieuse et romanesque d’un désir de disparaître. Ce fantasme alimente une veine importante de la fiction française contemporaine, chez Carrère, Echenoz, Modiano, NDiaye, Quignard, Perec ou Puech, dont il faut décrire les modalités contradictoires et variées. Pris entre l’effroi de rester ou de devenir invisible et l’envie de se soustraire à la tyrannie actuelle de la visibilité, les héros de ces œuvres font l’épreuve imaginaire d’une ambivalence. La fiction pro- pose un lieu paradoxal de résistance face à la normalisation sociale, aux dispositifs toujours grandissants de contrôle et d’assignation, une façon de déserter qui puisse exprimer la force encore vitale d’une sécession individuelle.

La collection « Confluences » de Tangence éditeur (UQAR/UQTR) publie des chercheurs de premier plan accueillis
 au Québec par la revue Tangence et ses partenaires pour une série de grandes conférences.

http://www.uqtr.ca/tangence/confluences.html