Archives mensuelles : octobre 2015

Parution – « Sociocriticism » XXX 1 y 2

Desde el siguiente enlace se descargará automáticamente el pdf de la revista SOCIOCRITICISM, vol. XXX, 1 y 2, 652 p., volumen que celebra el XXX aniversario de la fundación de la revista por parte del profesor Edmond Cros y que hemos preparado en homenaje a la profesora Annie Bussière-Perrin. Espero que resulte de tu agrado y le des difusión entre posibles lectores interesados en la misma.

El enlace al archivo « Sociocriticism XXX 1 y 2 (2015).pdf de 10.51MB. » es:

https://consigna.ugr.es/g/hDs8jvHdTF0jYlk5/Sociocriticism%20XXX%201%20y%202%20%282015%29.pdf


DR. ANTONIO CHICHARRO CHAMORRO

Parution – « Le discours ‘néo-réactionnaire' »

Le discours « néo-réactionnaire », sous la direction de Pascal Durand & Sarah Sindaco

Collection « Culture & Société » dirigée par Gisèle Sapiro

 

 

« Les nouveaux réactionnaires » : l’appellation trouve sa source dans un bref pamphlet paru en 2002 sous ce titre. La polémique, aussitôt très vive, n’a pas cessé, depuis, d’envenimer l’espace médiatique et intellectuel français.

Quoi de commun pourtant entre la pensée d’un Marcel Gauchet et les best-sellers d’un Éric Zemmour ? Entre la phraséologie aristocratique d’un Richard Millet et le parler peuple d’un Robert Ménard ? Entre la mélancolie indignée d’un Alain Finkielkraut et le dandysme revenu de tout d’un Michel Houellebecq ?

Un tempérament réfractaire sans doute, articulant transgression et conservatisme ; une même volonté d’en découdre avec le « politiquement correct » et la « police de la pensée » ; une même propension, aussi, à se penser en représentants minoritaires d’une majorité opprimée, sur fond de désenchantement démocratique et de hantise du déclin.

Romanciers, philosophes, intellectuels « médiatiques », historiens, journalistes : le spectre des « néo-réactionnaires » est large, au risque de la confusion et de l’amalgame. Les auteurs réunis dans le présent ouvrage entendent contribuer à un examen dépassionné de cette nébuleuse, en soulignant la diversité des champs d’appartenance et des registres d’expression de ceux qui la composent ou s’y trouvent rangés à leur corps plus ou moins défendant.

 

Pascal Durand, professeur à l’Université de Liège, sociologue de la littérature et de l’édition, est spécialiste de l’œuvre de Mallarmé. On lui doit d’autre part différents travaux sur les figures de l’orthodoxie politico-médiatique contemporaine : Médias et Censure (2004), La Censure invisible (2006) et Les Nouveaux mots du pouvoir. Abécédaire critique (2007). Ce dernier ouvrage a obtenu le prix du Pamphlet créé par les Éditions Anabet.

Docteure de l’Université de Liège, Sarah Sindaco est spécialiste de la littérature française des xxe et xxie siècles et des rapports entre texte et idéologie. Elle a notamment publié La Fabrique du Français moyen. Productions culturelles et imaginaire social dans la France gaullienne (1958-1981) (2009).

 

978-2-271-08898-7

372 pages

25 €

Contact presse :

Solange Bied-Charreton

solange.bied-charreton@cnrseditions.fr et 01 53 10 27 02

 

 

Table des matière ci-après :

 

 

 

Introduction. La construction des « nouveaux réactionnaires »

par Pascal DURAND et Sarah SINDACO ………………………………………………….. 7

PREMIERE PARTIE

Structures et trajectoires

Notables, esthètes et polémistes : manières d’être un écrivain

« réactionnaire » des années 1930 à nos jours par Gisèle SAPIRO 23

Formes d’intervention des écrivains d’extrême droite dans les années

1930-1940………………………………………………………………………………………………………….. 26

Les « notables », 29 – Les « esthètes », 30 – Les « polémistes », 34 – Une

« avant-garde » fasciste ?, 36

La nouvelle droite littéraire : contre l’antiracisme, le multiculturalisme et

le féminisme………………………………………………………………………………………………………. 37

Les « notables » : continuité dans le changement, 39 – Les nouveaux

« polémistes », 40 – Nouvelles figures d’« esthètes », 42

D’un ton réactionnaire : « restauration » et « changement »

dans la Lettre ouverte de Guy Hocquenghem par Antoine IDIER 47

Les années d’hiver ………………………………………………………………………………………. 48

Le changement comme système ……………………………………………………………… 50

Le passé contre le présent ………………………………………………………………………………. 54

Une critique non passéiste ……………………………………………………………………………… 58

Des « nouveaux philosophes » aux « nouveaux réactionnaires » :

trajectoires et récits de soi chez André Glucksmann et Pascal

Bruckner par Sarah SINDACO…………………………………………………………………… 63

Deux étiquettes : une même polémique ? …………………………………………………….. 64

Deux parcours croisés……………………………………………………………………………………… 69

Deux scènes primitives……………………………………………………………………………………. 73

Pierre-André Taguieff : de la critique de la Nouvelle Droite

au libéralisme intellectuel par Jean-François SAVANG ……………………. 79

Un double discours assumé ……………………………………………………………………………. 80

Critique de l’esprit vigilantiel ………………………………………………………………….. 81

La Nouvelle Droite ou le risque du débat …………………………………………………… 83

L’antifascisme instrumental ……………………………………………………………………………. 86

Libéralisme intellectuel de la critique et pluralisme démocratique ………… 89

L’altérité dans le débat…………………………………………………………………………………….. 92

Les Rayons et les Ombres : querelle des « nouveaux réactionnaires »

et critique des Lumières par Marc ANGENOT……………………………………. 95

Looking Backward : 1974-2002 …………………………………………………………………….. 97

Les « nouveaux philosophes » et la querelle du totalitarisme, 97 – Le

bicentenaire de la Révolution – 1789, matrice du totalitarisme ?, 103 –

Le communisme, illusion dissipée, 105 – Nouvelle éruption polémique :

Le Livre noir du communisme, 107

L’examen critique frappé d’interdit au nom des Lumières ? ……………………. 109

Comptoir d’Amérique : les « nouveaux réactionnaires »

et le nationalisme conservateur au Québec par Jean-Pierre COUTURE 111

Stroboscopique………………………………………………………………………………………………….. 113

Points de contact, 114 – Homologies de forme, 115 – Homologies de

structure, 115

Généalogique…………………………………………………………………………………………………….. 116

Taxinomique ……………………………………………………………………………………………………… 118

Passéisme, 119 – Critique conservatrice de la modernité, 119 – Episté-

mologie idéaliste, 120 – Oubli ou rejet des sciences sociales, 120 –

Euphémisation, 121

Raison d’école et auteur collectif ………………………………………………………………….. 121

Les Ensauvagés et l’Empire …………………………………………………………………………… 123

DEUXIEME PARTIE

Discours et topiques

La communauté du ressentiment. Adresse au lecteur et médiation

d’une posture politique : l’exemple du blog d’Ivan Rioufol

par Christine SERVAIS…………………………………………………………………………………… 127

Une position sans point de vue……………………………………………………………………… 130

Le partage de l’énonciation ……………………………………………………………………………. 132

Un espace public infondé, 133 – Le peuple oublié, 136 – Une adresse

court-circuitée, 138

Une violence performative……………………………………………………………………………… 140

Des « salauds » : éthos et interdiscours dans Causeur par François

PROVENZANO ………………………………………………………………………………………………….. 143

Préalables méthodologiques …………………………………………………………………………… 143

Causeur : topiques et formats ………………………………………………………………………… 146

Le manifeste et son escorte : les fonctions de l’interdiscours ………………….. 148

Des salauds en salon………………………………………………………………………………….. 155

Déclin français et antiaméricanisme : invariants et nouvelles

thématiques du discours réactionnaire par Mohamed AIT-AARAB 157

Vieilles topiques : Maurras, Duhamel, Robert Aron et Dandieu …………….. 159

Nouvelles topiques : Zemmour, Finkielkraut, Rioufol………………………………. 162

Les discours réactionnaires sur l’école : certitudes pamphlétaires

et ambiguïtés romanesques par Laurent ROBERT …………………………….. 169

Principaux lieux communs des pamphlets sur l’école ………………………………. 172

L’école selon Pierre Mérot : virulence conventionnelle et ambiguïté

idéologique ………………………………………………………………………………………………………… 177

La laïcité réactionnaire : une tentative de déconstruction par Marc

JACQUEMAIN……………………………………………………………………………………………………. 185

Riposte laïque ………………………………………………………………………………………………. 189

Le  Rappel ……………………………………………………………………………………………………… 192

Dieu et Marianne……………………………………………………………………………………………… 194

Le « Laos » comme réalité intrinsèquement plurielle………………………………… 197

Le magicien et le réactionnaire. A propos des « Dissidents

de l’islam » par Mohamed Amine BRAHIMI ………………………………………… 199

Cadre général : la nouvelle critique de l’islam……………………………………… 200

Dissidence et islam ………………………………………………………………………………………….. 201

Le témoignage comme mode d’intervention intellectuel………………………….. 203

Les  dissidents  comme groupe social ………………………………………………………. 207

Prosopographie des « dissidents », 207 – Le magicien et le réactionnaire,

209

La « bonne nature » du Symbolique : sur quelques équivoques

de l’anthropologie française contemporaine par Edouard

DELRUELLE ……………………………………………………………………………………………………… 215

La doxa française du Tiers symbolique . …………………………………………………. 216

Lacan : une naturalisation du symbolique ?…………………………………………………. 219

PaCS, mariage pour tous et ordre naturel : la science du droit

aux mains des « nouveaux réactionnaires » par Nicolas THIRION 225

Le fond : la résurgence d’un jusnaturalisme de facture réaliste ………………. 227

Quels rapports entre la nature et le droit ?, 228 – Un jusnaturalisme

repeint aux couleurs des sciences humaines, 230 – La réification des

concepts juridiques, 232 – D’un jusnaturalisme « substantiel » a` un

jusnaturalisme « procédural », 235

La méthode : la confusion de la science et de la politique ………………………. 238

Le style des interventions, 238 – Les juristes scientifiques comme substituts

idéaux des agents du système juridique, 240 – De la science du

droit à l’agit-prop ?, 243 – La science du droit, une forme de théologie

?, 245

TROISIE`ME PARTIE

Esthétiques et postures littéraires

Faire du Balzac avec du Rubens : « Outrances à plaisir »

et « profusions d’excès » chez Philippe Muray par Francesca

LORANDINI ………………………………………………………………………………………………………. 249

Ecrire le sans-précédent ……………………………………………………………………………… 251

Outrager le monde……………………………………………………………………………………………. 254

L’hyperbole du désir………………………………………………………………………………………… 257

Faire œuvre ……………………………………………………………………………………………………….. 259

Un formidable participe présent…………………………………………………………………….. 260

Pouvoirs de l’amplification…………………………………………………………………………….. 262

Extension ou liquidation de la lutte ? Remarques sur le roman

selon Houellebecq par Dominique RABATE………………………………………… 265

Arrêt sur un premier livre……………………………………………………………………………….. 266

Un roman de la de pression …………………………………………………………………………….. 269

La nature de la lutte…………………………………………………………………………………………. 271

Une aporie romanesque…………………………………………………………………………………… 275

Richard Millet : le scénario Céline par Jérôme MEIZOZ……………………….. 281

Eloge littéraire d’Anders Breivik…………………………………………………………………… 282

Topiques pamphlétaires…………………………………………………………………………………… 286

La parole du minoritaire, 287 – La dissociation de l’esthétique et de

l’éthique, 288 – La déploration de la décadence, 290

Autonomie du littéraire  : l’empreinte de Gallimard …………………………….. 291

Henri Godard…………………………………………………………………………………………………….. 292

Opprobre et blanchiment ………………………………………………………………………………… 294

Autour de L’Etat culturel de Marc Fumaroli : patrimonialisation

et mort de la littérature par Philippe ROUSSIN…………………………………. 297

Vers une recomposition de la droite culturelle……………………………………………. 299

Culture et civilisation ………………………………………………………………………………………. 308

Au gisant de la littérature ……………………………………………………………………………….. 310

Jean Clair contre le surréalisme : un « nouveau réactionnaire »

pour un vieux discours par Andrea D’URSO……………………………………… 315

Entre néoconservatisme et vieil éreintage anti-surréaliste………………………… 316

L’idéologie comme pratique sociale projetante ………………………………………….. 324

Le soulèvement contre le monde secondaire: de Botho Strauß aux

« nouveaux réactionnaires » allemands par Heribert TOMMEK…… 329

Les topiques d’une nouvelle idéologie ………………………………………………………… 329

La rhétorique esthético-métaphysique de Botho Straus……………………………. 331

Au-delà de l’exil : la critique cynique de Peter Sloterdijk par Jeremy

HAMERS…………………………………………………………………………………………………………….. 337

Brouillages des lignes ……………………………………………………………………………………… 338

Deux indifférences …………………………………………………………………………………………… 341

Aufklärung et réaction……………………………………………………………………………………… 343

Une pensée cynique du cynisme …………………………………………………………………… 346

Présentation des auteurs ………………………………………………………………………………….. 349

 

 

 

 

 

Journées d’études – « Pratiques contre-narratives au prisme du genre et du fait colonial »

Dans le cadre des projets « Fiction littéraire contre Storytelling » (CRLC/Labex OBVIL) et « Genre et autorité » (CRLC/ VALE/Labex OBVIL) et en collaboration avec le Centre International d’Etudes Francophones de Paris-Sorbonne :

                                                           Journées d’études 

                                                Face au storytelling du dominant :

                      Pratiques contre-narratives au prisme du genre et du fait colonial

 

                                      Vendredi 1er avril et Vendredi 08 avril 2016

 

                 Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, salle D-35

 

Le projet de recherche « Fiction littéraire contre storytelling » (coordination : Danielle Perrot-Corpet, CRLC/Labex OBVIL), qui a débuté en 2014, s’intéresse aux renouvellements des pratiques narratives littéraires et aux nécessaires redéfinitions de la « fiction littéraire » à l’heure où triomphent, dans toutes les sphères d’activité étrangères au champ artistique (comme le marketing, le management, la politique, la vie sociale promue par les réseaux en ligne), ces usages stratégiques du récit qu’on regroupe désormais sous le terme de « storytelling », ou « communication narrative ».

Dans son ouvrage polémique Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits (La Découverte, 2007), Christian Salmon dénonce l’emprise du storytelling sur nos existences d’individus connectés à une médiasphère mondialisée et largement acquise à l’idéologie néolibérale, comme « une nouvelle phase du contrôle social qui ajouterait aux disciplines et aux dispositifs analysés par Foucault et Deleuze un pouvoir de narration qui s’exercerait directement sur l’imaginaire des individus[1] ». En résistance à ces nouvelles techniques de « formatage » et de « traçage des conduites » par les instances du Pouvoir, C. Salmon salue la force de « contre-narration » portée par « les pratiques minoritaires » qui surgissent dans l’ombre des médias dominants : « pratiques symboliques visant à enrayer la machine à fabriquer des histoires, en “défocalisant”, en désynchronisant ses récits[2] », ces « contre-narrations » sont le moyen, tout ensemble poétique et politique, d’un désassujettissement et d’une subjectivation des individus, au gré de stratégies de contournement, déplacement, détournement, des épinglages identitaires performés par le storytelling néolibéral dominant.

Cette conception que propose C. Salmon de la « politique de la littérature[3] » repose sur les mêmes figures tutélaires (Bourdieu, Deleuze et Foucault notamment) qui inspirent un courant important dans les études de genre, marqué par le « Performative Turn », notamment les travaux de Judith Butler. Et l’on a vite fait de constater que les assignations genrées sont un mode privilégié de ce « formatage des esprits » par un certain récit dominant destiné à conforter les structures de pouvoir[4]. La contestation des assignations genrées apparaît du reste comme un ressort majeur des pratiques contre-narratives, bien étudiées de ce point de vue par une assez longue tradition d’études féministes.

De manière analogue, les études postcoloniales, de Bernard Mouralis à Gayatri Chakravorty Spivak, en passant par Edward Said, ont de longue date développé la notion de « contre-littérature » ou de « contre-récit » pour décrire des pratiques narratives qui prennent le contrepied des assignations identitaires produites par le récit du colonisateur.

 

Mais en outre, on remarque que le contexte de la mondialisation néolibérale et de la révolution numérique — depuis les années 1980-1990 — est à la fois celui de la montée en puissance des usages stratégiques du récit par les instances du pouvoir et, dans le sillage du « Performative Turn » (et à l’occasion, en réaction contre certaines de ses thèses), celui d’un vaste renouvellement de la réflexion sur les structures sociales de la domination, qu’elles relèvent du « genre », de la « classe » ou de la « race », ce dernier terme étant compris comme l’effet de la naturalisation de rapports sociaux de domination, dans lesquels le fait colonial (depuis la fin du XVe siècle et jusqu’à nos jours, par-delà les décolonisations historiques) joue un rôle majeur et complexe.

Ainsi, des notions comme l’intersectionnalité et la colonialité (entendue comme un fait toujours actuel et justifiant une vaste « critique décoloniale ») ont émergé dans les années 1990 pour penser, depuis des horizons intellectuels et géographiques différents, l’intrication des dominations de genre, de race et de classe[5]. Ils se combinent désormais dans de nombreux discours critiques attentifs à penser la multiplicité des facteurs de domination pesant sur certains individus ou groupes minoritaires, traversés par des antagonismes internes qui mettent en échec les discours militants traditionnels[6].

 

Les nouveaux discours militants sont confrontés aux apories héritées de traditions qui ont « invisibilisé » les rapports de force internes qui les divisaient (par exemple féminisme vs antiracisme). Que fait la littérature de ces apories ? N’est-elle pas un moyen privilégié de penser, de mettre en œuvre, de dire ce que le discours militant intersectionnel ou décolonial n’arrive pas à formuler sans se contredire[7] ?

 

  • Face au storytelling néolibéral, qui utilise à ses propres fins — de reconduction et de renforcement des structures de domination — les pouvoirs qu’a tout récit de configurer l’expérience en termes axiologiques et de performer les identités qu’il met en scène, les pratiques artistiques de résistance contre-narrative ne sont-elles pas amenées, par-delà les discours militants traditionnels, à réfléchir cette combinaison des assignations identitaires que les nouveaux discours critiques tentent par ailleurs de déconstruire[8] ?

 

  • D’autre part, dans quelle mesure cette prise en charge de la critique intersectionnelle et/ou « décoloniale » par certaines pratiques artistiques et littéraires est-elle nouvelle ? Si certaines œuvres littéraires ou performances artistiques réagissent explicitement à l’actuel récit dominant du néolibéralisme mondialisé[9], qu’en est-il d’œuvres plus anciennes, dont la dimension contre-narrative (féministe ou anticoloniale, par exemple), a été mise en évidence par le passé ?

 

  • Enfin, qu’en est-il de la dimension politique de telles pratiques littéraires et artistiques contre-narratives, par différence peut-être avec la visée d’empowerment portée par les discours militants au sein desquels sont nés les concepts d’intersectionnalité et de colonialité — milieux qui par ailleurs redoutent le risque d’une dépolitisation de ces concepts lorsqu’ils sont maniés par des universitaires appartenant à des groupes dominants (féministes blanches aux États-Unis, Européens…) ?

 

Les propositions de communication, qui pourront être centrées sur l’analyse d’une ou plusieurs œuvres littéraires, aussi bien que sur une réflexion théorique, sont à adresser conjointement à Romuald FONKOUA (rfonkoua_2@hotmail.com), Danielle PERROT-CORPET (danielle.perrot@wanadoo.fr) et Anne TOMICHE (tomicheanne@gmail.com) avant le 15 décembre 2015.

 

 

[1] Christian Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, (2007), Paris, La Découverte/Poche, « Postface à l’édition de 2008 », p. 223.

[2] Ibid., « Conclusion », p. 213.

[3] Voir par exemple Christian Salmon, Devenir minoritaire : pour une nouvelle politique de la littérature, (entretien avec Joseph Hanimann), Paris, Denoël, 2003.

[4] Voir par exemple : Patrick Farges, Cécile Chamayou-Kuhn, Perin Emel-Yavuz (dir.), Le Lieu du Genre. La narration, espace performatif du genre, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2011.

[5] La notion d’intersectionnalité est née dans le cadre de la réflexion féministe militante (dans la lignée du « Black Feminism ») de Kimberle Williams Crenshaw, Professeur de Droit à UCLA, en vue de défendre les droits politiques et juridiques des femmes afro-américaines, opprimées à la fois du fait de leur genre et du fait de leur « race » ; voir son article de référence « Mapping the Margins : Intersectionality, Identity Politics and Violence Against Women of Color » Stanford Law Review, 1991, XLIII (6), p. 1241–1299 (« Cartographie des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violence contre les femmes de couleur », Cahiers du genre 39, 2005/2). Les notions de « colonialité » et de critique « décoloniale » ont été développées par le sociologue et philosophe péruvien Aníbal Quijano, pour mettre en évidence ce qu’il considère comme les quatre piliers de la matrice coloniale (ou « colonialité ») de la modernité capitaliste : l’exploitation de la force de travail, la domination ethno-raciale, le patriarcat et le contrôle des formes de subjectivité (par l’eurocentrisme). Le concept de colonialité apparaît pour la première fois dans « Colonialidad y Modernidad/Racionalidad, Perú Indígena, vol. 13, n° 29, 1992, Lima. (Voir également : « “Race” et colonialité du pouvoir », Mouvements, 2007/3, n° 51, p. 111-118. Traduction par Jim Cohen de « ¿Qué tal raza ? », Río Abierto, n°11, Lima (Pérou), 2004).

[6] Voir par exemple les Cahiers du CEDREF n°18/2011 : « Théories féministes et queers décoloniales » et n° 20/2015 : « Intersectionnalité et colonialité », ainsi que le réseau Transnational Decolonial Institute (https://transnationaldecolonialinstitute.wordpress.com).

[7] La littérature serait elle-même intersectionnelle : c’est la piste que suit Xavier Garnier dans sa conférence « Propositions pour un usage littéraire de la notion d’intersectionnalité en études de genre » (Séminaire « Genre et autorité », Paris-Sorbonne, 13 mars 2015) : voir https://genretautor.hypotheses.org/83 .

[8] On peut penser ici à l’importante activité artistique qui se déploie au sein même des milieux militants des « queers of color » Chicanas et Latinas aux Etats-Unis : voir Gloria Anzaldúa et Cherríe Morraga, This Bridge Called My Back : Writings of Radical Women of Color, 1981.

[9] Voir par exemple les Conférences consacrées à la « Decolonial Aesthetics » par le réseau Transnational Decolonial Institute : https://transnationaldecolonialinstitute.wordpress.com/decolonial-aesthetics/

url de référence

http://obvil.paris-sorbonne.fr

adresse

Université Paris-Sorbonne

Parution – « Le polar en Europe : réécritures du genre »

Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2014-3 : Le polar en Europe : réécritures du genre, 2015.

 

Itinéraires. LTC, no 2014-3, « Le polar en Europe : réécritures du genre » (dir. Véronique Desnain), septembre 2015.

URL : itineraires.revues.org/2553

 

Présentation

Ce numéro privilégie les regards croisés pour aborder, à travers le roman policier, les notions de genre (littéraires et sexués), les questionnements sur l’élaboration d’une hiérarchie littéraire et sur la fonction sociale du roman. Il démontre également l’enracinement du polar dans le réel et la façon dont ses règles supposément restrictives offrent à l’auteur dissident la possibilité de défier l’idéologie dominante, d’offrir à un public complice, ou pas, une lecture séditieuse du monde, de son histoire et de nous mettre face à nos propres préjugés et préconceptions. Ce numéro réunit donc des universitaires français et britanniques, dans le but de favoriser un dialogue à la fois multidisciplinaire et multinational, qui reflète les courants actuels de la critique. Il comprend des articles sur le polar français ainsi que sur le Krimi allemand des années 1940 et le roman policier anglais de l’après-guerre, mais aussi sur la question toujours épineuse du statut du polar dans la littérature.

Sommaire

CFP – Conference on « Cosmopolis and Beyond. Literary Cosmopolitanism after the Republic of Letters »

– Call for papers –

Cosmopolis and Beyond. Literary Cosmopolitanism after the Republic of Letters 

Trinity College, Oxford (18-19 March 2016)

Cosmopolitanism, derived from the ancient Greek for ‘world citizenship’, offers a radical alternative to nationalism, asking individuals to imagine themselves as part of a community that goes beyond national and linguistic boundaries. Recent years have seen an explosion of interest in cosmopolitanism in the humanities and social sciences, especially within philosophy, sociology and politics. Cosmopolitanism, however, has also exercised a shaping influence on modern literary culture. It is well known that during the Enlightenment it found an embodiment in the Republic of Letters. Its evolution thereafter included uneasy alliances with the idea of Empire in the nineteenth century, and with the experiments of the international avant gardes and modernist circles, and the phenomenon of globalisation in the twentieth. Through these, and more, cultural formations cosmopolitanism has given rise to new ways of writing, reading, translating and circulating texts; these processes have, in turn, led to new understandings of individual and national identity, new forms of ethics and new configurations of aesthetic and political engagement. From Kant to Derrida, cosmopolitanism has in the course of history been seen as fostering peace and communication across borders. Far from being uncontroversial, though, it has also been attacked by those who have denounced its universalism as impossible and its social ethos as elitist.

This conference intends to explore different literary manifestations of the cosmopolitan ideal, broadly conceived, and its influence on modern literary culture. It seeks to tease out elements of continuity and rupture in a long history of literary cosmopolitanism that goes from the decline of the Republic of Letters to the era of globalisation. In order to do so, it aims to foster a dialogue between experts in different fields of literary studies (English, modern languages, comparative literature) and different historical periods.

Proposals are sought from all areas of literary studies, and cross-disciplinary and comparative approaches are particularly welcome. Possible angles on literary cosmopolitanism might include: translation; the media, transport and communication technologies; networks; migration and rootedness; nationalisms; provincialism; political and social spaces (city, nation, empire); places and institutions; emotions, gender and sexual identity.

Keynote address by Emily Apter (NYU).

Organised by Stefano Evangelista (Oxford).

Deadline for abstracts: 15 November 2015. Please send a title and 300-word abstract to the conference administrator, clement.dessy@gmail.com.

This conference is part of the AHRC-funded research project The Love of Strangers: Literary Cosmopolitanism in the English Fin de Siècle, led by Stefano Evangelista.

Dr Clément Dessy
Postdoctoral Research Assistant

Faculty of English, University of Oxford