Archives mensuelles : novembre 2015

Parution – « Poésie et institutions au XIXe siècle »

Chers collègues, permettez-moi de vous signaler ce numéro de la revue Francofonia:

 

Poésie et institutions au XIXe siècle (revue Francofonia, n. 67, automne 2014)

 

ISSN 1121-953X

 

Sommaire:

Romain Jalabert, Introduction

Jean-Baptiste Amadieu, Verlaine et Rimbaud examinés par le Saint-Office

Olivier Bivort, Verlaine à l’Académie française

Anne-Emmanuelle Demartini, Les plaidoiries en vers au XIXe siècle

Corinne Legoy, Poésie et fêtes de souveraineté sous la Restauration

Muriel Louâpre, Les lauréats académiques : de l’émulation à la « bête à concours »

Hugues Marchal, « Les sciences peuvent avoir quelques obligations à la poésie » : Delille et l’institution savante

Jean-Yves Mollier, La poésie sous surveillance au XIXe siècle

Luciano Pellegrini, Mystère et magistère. Victor Hugo académicien

Lise Sabourin, Poètes et poésie à l’Académie française au XIXe siècle (1803-1914)

Andrea Schellino, Baudelaire et l’« utopie » académique

 

Les résumés des articles se trouvent à cette adresse:

http://www2.lingue.unibo.it/francofone/francofonia/67.html

 

La revue Francofonia paraît sur JSTOR avec une barrière mobile de 3 ans à cette adresse: Francofonia on JSTOR

 

—– —– —– —–
Maria-Chiara Gnocchi
« Alma Mater Studiorum » – Università di Bologna

http://www.unibo.it/docenti/mariachiara.gnocchi

Direttore di « Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese »

http://www2.lingue.unibo.it/francofonia

LILEC – Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne
via Cartoleria 5, 40124 BOLOGNA
tel. +39 051 2097122
fax +39 051 264722

 

Appel à contribution – « L’humiliation. Discours, représentations et pratiques (XIVe-XXe siècles) »

APPEL A CONTRIBUTION/ CALL OF PAPER

 

Lhumiliation.

Discours, représentations et pratiques (XIVe-XXe siècles)

sous la direction de Lucien Faggion, Christophe Regina et Alexandra Roger

Délaissée par les historiens, l’humiliation a été principalement traitée par les psychologues, les psychanalystes et les sociologues qui, loin de tenir celle-ci pour une émotion, la considèrent comme une blessure infligée à l’amour-propre, qui est accompagnée dun sentiment de honte. Cependant, fragilisant le lien social et moral, au point de le nier, l’humiliation est davantage qu’une blessure affectant l’ego : elle est tout à la fois une action, un mot, un signe et un sentiment qui visent à détruire (ou à ternir) la réputation d’un individu et à rabaisser celui-ci à un statut de déchu, sur qui pèse l’opprobre, l’évitement et le rejet social. En effet, emprunté au latin chrétien humiliatio (« action dabaisser » ; au figuré, « abaissement, action dhumilier par la mortification »), le termehumiliation signifie dans le Dictionnaire universel de la langue française (Paris, 1843, 11e édition) « l’état de celui qui est humilié (“être, tomber dans l’humiliation”) ; [une] action par laquelle on humilie (“essuyer, éprouver une grande humiliationhumiliation extrême”) ». Mais le mot peut également désigner les «événements, choses, pratiques religieuses, qui humilient, mortifient », et le verbe humilier exprimer « abaisser, mortifier, donner de la confusion (humilierquelqu’unl’orgueil, son cœur ». La Bible associe souvent le mot humiliation à ceux de humble et humilité, une acception qui est ainsi positive, et le mot humiliation peut aussi devenir un signe de « prestige », de « reconnaissance » (élu de Dieu).

Bien que l’humiliation, appréhendée en tant qu’acte et sentiment, sintègre dans la sphère familiale, sociale et professionnelle, le mot ne figure pas toujours dans le vocabulaire utilisé par ceux qui sont impliqués par l’humiliation (celui qui humilie, celui qui est humilié). Dautres termes le remplacent alors pour qualifier une situation dans laquelle un individu se voit rabaisser après une parole énoncée, un geste commis et/ou un jugement prononcé − situation dans laquelle l’individu se retrouve précisément déclassé aux yeux de tous, se sentant privé de toute reconnaissance et légitimité sociales, et estimant avoir perdu sa crédibilité, autant de valeurs censées être au fondement de son existence. Le rejet, le mépris, l’indifférence, l’invisibilité entrent dans le cadre de l’humiliation, dès lors que l’individu se voit refuser un quelconque lien social. En effet, le déni de reconnaissance, sujet cher au philosophe et sociologue allemand Axel Honneth, nimplique-t-il pas l’humiliation, l’individu étant alors atteint moralement dans son intégrité, exclu de droits et de valeur sociale, perdant la confiance en soi, le respect de soi et l’estime de soi en tant que membre dune communauté et en tant qu’acteur de cette même communauté ? À ce déni de reconnaissance sajoute l’invisibilité sociale qui est une autre modalité du mépris et un corollaire possible del’humiliation – il faut en effet se cacher, se racheter, se faire pardonner, parfois sur plusieurs générations, car les stigmates, réels ou symboliques, subsistent : les individus et les communautés en gardent la mémoire − traces tangibles maintenues notamment dans les domaines de l’administration et de la justice, de la peinture et de la littérature.

Aussi l’objectif de ce livre est-il de sinterroger sur l’humiliation dans les sociétés du XIVe siècle au XXe siècle. Qu’est-ce qui conduit à l’humiliation ? Quelles formes écrites, gestuelles et émotionnelles revêt l’acte de l’humiliation sur le plan interrelationnel, social, religieux, judiciaire et politique ? Quelle en est l’histoire sur le plan de la vie quotidienne ? Lexpérience de l’offense, de la blessure, de l’humiliation est liée à la violation de principes de la justice. Il s’agira aussi bien de mesurer avec attention cette expression de l’injustice et du conflit social, notamment dans la lutte conduite par l’individu pour la reconnaissance, qui est niée dans le cas du mépris et de l’humiliation ; que d’analyser l’acte même de l’humiliation dans la longue durée, en synchronie et en diachronie, dans le cadre des sciences sociales et humaines (droit, linguistique, sociologie, anthropologie, histoire, histoire littéraire et de l’art).

Les lectures différenciées de l’humiliation doivent nous inciter à considérer l’individu et le groupe auquel il appartient dans la longue durée, en fonction des cultures politiques, institutionnelles et religieuses (rites et rituels) ; le statut et l’honneur individuel détenus au sein de la communauté ; le discours et le geste destinés à éclairer l’atteinte portée à l’individu et/ou à un groupe dindividus, ainsi que les valeurs reconnues à l’honneur et à une communauté spécifique ; le discours de l’individu humilié et les éventuelles stratégies-justifications qu’il est amené à exprimer (ouvertement, en présence de ceux qui lui infligent l’humiliation ou par ses écrits) ; les usages de la loi et de la justice, censées préserver et rétablir une justice qui a été bafouée sur le plan individuel et collectif ; le langage des communautés, ainsi que celui des autorités officielles, de l’État et de l’Église, qui cherchent soit à infliger l’humiliation, soit àl’interdire, soit à la réparer, selon des modalités et des contextes variables qu’il convient de mettre à jour du XIVe au XXe siècle.

 

Axes de réflexions possibles

1.- Les discours sur l’humiliation : ceux des hommes de loi, de la politique (les États), de la morale et des Églises, des théoriciens (membres du clergé, écrivains) ; les usages de la dérision et du silence académique comme expression du mépris, du refus et de l’humiliation scientifique ;

2.- Les espaces de l’humiliation : la sphère publique et la sphère privée, la mise en publicité de l’humiliation, l’espace consenti de l’humiliation par l’humilié (le sacrifice de soi, consenti par l’individu au nom de valeurs spirituelles), les liens créés entre l’individu et la société (les degrés de l’exclusion, acceptée ou subie) ;

3.- Les usages de l’humiliation et les réactions : les représentations et les pratiques résultant de l’humiliation et les réactions à l’humiliation (de l’individu qui l’éprouve, des membres de la communauté qui l’infligent) ; le principe dexclusion et daccusation sociales, le refus du contre-don comme possible langage de l’humiliation ; les pratiques éventuellement nécessaires dans certaines stratégies politiques ;

Modalités de soumission

 

a) Les propositions doivent être adressées au comité scientifique à l’adresse mail suivante : 

Humiliationenquestion@gmail.com ;

b) Les propositions de communication ne doivent pas excéder une page et doivent être accompagnées d’un titre (caractères Garamondpoints 12) ;

c) Nous demandons également aux contributeurs de joindre à leur proposition un bref curriculum vitae précisant leurs champs de recherches et leur affiliation ;

d) La proposition de communication, ainsi que la notice personnelle, seront envoyées dans un seul et même fichier ;

e) Le fichier qui sera expédié à l’adresse e-mail indiquée (en format word) sera intitulé de la façon suivante : NOM_Prénom_titre_date de l’envoi.

Calendrier

a) Les propositions de communications seront à adresser au comité au plus tard le 15 février 2016.

b) Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition le 19 février 2016.

Directeurs de l’ouvrage

Lucien Faggion – Université d’Aix-Marseille, TELEMME (MMSH), Aix-en-Provence ;

Christophe Regina – Université Jean Jaurès, FRAMESPA, Toulouse ;

Alexandra Roger – Université de Limoges, CRIHAM.

Comité scientifique

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Université de Limoges

Martine Charageat, Université Bordeaux III

Maria Pia Di Bella, CNRS, Iris-EHESS

David El Kenz, Université de Bourgogne

Irene Fosi, Università degli Studi di Chieti G. DAnnunzio

Benoît Garnot, Université de Bourgogne

Marie Houllemare, Université de Picardie

Pierre Legal, Université de Nantes

Sylvie Mouysset, Université Jean Jaurès – Toulouse

Bernard Ribémont, Université d’Orléans

 

Colloque – « Culture et (in)dépendances. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles »

Colloque international « Culture et (in)dépendances. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles »

 

Date : 26 & 27 novembre 2015

 

Lieu : MSH Paris-Nord. 20, avenue George Sand. 93210 Saint Denis. Métro Front populaire, terminus de la ligne 12.

 

Descriptif : La revendication de l’indépendance a pris une importance grandissante au sein de secteurs aussi divers que l’audiovisuel, l’édition, le cinéma, la musique, ou encore le journalisme. Une position qui est généralement opposée, avec des nuances importantes selon les secteurs, au modèle « dominant » ou mainstream incarné par les « grosses structures » (grands groupes, majors, circuits…) et les pratiques qui leur sont associées. La spécificité des indépendants, que ce soit en termes de contenus produits ou diffusés, de façon de travailler ou de rapports aux créateurs et aux publics, est alors érigée en modèle mis en danger par un certain nombre de « dérives » : la difficulté d’accès au marché pour les plus fragiles, un cycle de rentabilité des biens de plus en plus court, une « offre saturante », la remise en cause de la « diversité culturelle », l’uniformisation des contenus, etc.

L’objectif du colloque est de sonder le rôle et la signification de la revendication d’indépendance aujourd’hui à l’œuvre dans les industries culturelles à travers l’analyse des usages sociaux qui en sont faits, en veillant à les articuler dans leurs dimensions tant économique, que politique et artistique. En effet, loin de renvoyer à une définition univoque et stabilisée, le thème de l’indépendance constitue un important enjeu de luttes dans différents secteurs culturels et médiatiques.

 

Complément en ligne : http://www.univ-paris13.fr/details/921-colloque-international-culture-et-independances-les-enjeux-de-lindependance-dans-les-industries.html

 

Séminaire – « Sociologie des intellectuels et des élites : Méthodes et approches théoriques »

SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DES ÉLITES : MÉTHODES ET APPROCHES THÉORIQUES

 

Cet atelier a pour ambition de se pencher sur l’histoire sociale des idées politiques et plus généralement sur la sociologie des intellectuels. La sociologie des intellectuels et des élites a connu au cours des quarante dernières années un renouveau considérable, comme en témoignent les travaux de nombreux auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michèle Lamont, Randall Collins, etc.  Notre objectif sera, à travers les différentes interventions, d’apporter un regard spécifique et explicite sur les outils que nous apportent l’histoire, la sociologie et la science politique pour objectiver la production intellectuelle et les contraintes qui pèsent sur elle. Il s’agira également de s’intéresser aux différentes méthodes permettant d’analyser la circulation et la réception des idées au sein du champ intellectuel, mais également au-delà. Cet atelier doit permettre un bon fonctionnement des comparaisons entre disciplines afin de réfléchir sur les instruments d’étude ainsi que des objets et des contextes différents. Associée autant que possible aux intérêts des étudiants, chaque séance portera sur un thème déterminé.

 

Calendrier :

 

L’atelier ce déroule le 1er et 3e vendredi du mois de 15 h à 17 h du 20 novembre 2015 au 18 mars 2016 – La séance du 04 décembre est avancée au 03 décembre en salle 1 et celle du 5 Février est déplacée aux 12 Février en salle 587.

 

20 novembre Sophie Noel, Maîtresse de conférence à l’Université Paris 13, « Spécificités de l’enquête en milieu intellectuel : l’exemple des éditeurs de critique sociale». (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

 

 

3 décembre Marco Santoro, Professeur de Sociologie à  l’Université de Bologna a « Gramsci and Bourdieu: sociology of a missed encounter», (salle 1, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

 

 

22 janvier  Boris Gobille, Maître de conférence de science politique à l’ENS de Lyon, Titre à venir,  (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

 

 

12 Février Paul Pasquali, sociologue chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens) : « Les ‘noms propres’ d’une entreprise collective: quelques réflexions sur les enquêtes de Jean-Claude Chamboredon » (salle 587 , 5ème étage. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

 

 

19 Février Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS «Analyser des controverses et débats publics» (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

 

 

4 Mars Amzat Boukari-Yabara, Docteur associé au Centre d’études africaines (Ceaf, EHESS ), «Intellectuels et militants panafricanistes : entre groupe social et groupe de travail » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

 

 

18 Mars  Eric brun, Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP-Paris) « Faire la sociologie (historique) d’une « avant-garde ». Retour sur une enquête portant sur le mouvement situationniste (1950-1972) » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

Antoine Aubert, doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ( CESSP )
Mohamed Amine Brahimi, doctorant à l’EHESS ( CESSP )
Amín Pérez, docteur de l’EHESS ( IRIS )

Adresses électroniques de contact : Amine_brahimi@hotmail.ca;  antoine.aubert21@gmail.com;  aminperezv@gmail.com

Journée d’étude sur les écrits métathéâtraux

« Écrits sur le théâtre. Formes et fonctions des ‘arts poétiques’ des auteurs dramatiques des XXe et XXIe siècles » :
première journée d’étude sur la constitution historique et sociale d’un genre paralittéraire.
Les informations se trouvent ici:
http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/ecrits-sur-le-theatre-formes-et-fonctions-des-arts-poetiques-des-auteurs?id_evenement=2485#evenement_2485

Séminaire – « Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles »

Séminaire de Judith Lyon-Caen

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles

 

 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h, du 20 novembre 2015 au 3 juin 2016.

EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 11

 

 

Programme 2015-2016

 

Les recherches présentées dans ce séminaire portent sur trois domaines articulés :

  1. les usages sociaux et politiques de la littérature, principalement au XIXe siècle ;
  2. l’histoire des liens entre l’expérience historique, individuelle et collective, et la production d’écrits conçus et reçus comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle ;
  3. de façon plus globale, les relations entre littérature et les sciences humaines et sociales dans l’histoire.

Les questions portant sur la valeur (documentaire, testimoniale, indiciaire…) de la littérature pour les historiens, la réflexion sur la qualité spécifique des « savoirs littéraires » ne sont pas considérées ici comme des questions de méthode: elles sont envisagées comme des objets d’histoire, des objets pour l’histoire.

On propose ainsi une histoire des usages de la littérature qui associe l’étude des formes d’action par l’écriture littéraire à celle des lectures, des appropriations, des savoirs sur les écrits conçus, reçus, qualifiés comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle. On cherche à dégager des modes historiquement et socialement situés de production de la croyance en la « vérité de la littérature » – c’est-à-dire en la puissance de figuration, de représentation, de description ou d’intervention des écrits littéraires. La potentialité cognitive ou historiographique de la littérature, qui interroge de longue date les sciences sociales, fait ainsi l’objet d’une série d’analyses situées.

En 2015-2016, on poursuivra le travail engagé, d’une part, sur les historiographies romanesques du XIXe siècle, autour de Barbey d’Aurevilly et de quelques romans de 1848, et, d’autre part, sur la figuration de la socialité et de l’historicité de l’expérience érotique et sexuelle dans des écrits littéraires du XIXe siècle. Dans cette perspective, on poursuivra la relecture des « panoramas » et romans sociaux du XIXe siècle à partir de leurs envers licencieux, qui dessinent d’autres univers de lecture et d’appropriation des écritures du social au XIXe siècle.

On s’intéressera par ailleurs aux formes de production “auto-sociologiques” des écrivains du milieu du siècle, en engageant une analyse des récits-romans collectifs de la “bohème” littéraire de la fin des années 1840.

On ouvrira enfin, en collaboration avec Dinah Ribard, une enquête sur la « littérature des ouvriers » au XIXe siècle, à la fois comme catégorie construite contradictoirement par ceux qui s’en réclamaient et ceux qui la fustigeaient, et comme ensemble d’écrits et de pratiques littéraires inscrites dans les mondes du travail. Il s’agit à la fois de faire émerger des corpus d’écrits longtemps demeurés invisibles – des romans du « travail », en particulier –, d’interroger à partir de ces écrits la « littérature », comme activité et comme institution, au XIXe siècle, et d’explorer ses modalités de politisation, en marge des grands récits de « l’engagement » ou du « repli ».

 

 

20 novembre 2015

Introduction générale. Retrouver le passé : Balzac 1950

4 décembre 2015

L’espace de l’effacement : littérature et morphologie urbaine (Barbey d’Aurevilly)

18 décembre 2015

Savoirs érotiques, savoirs sociaux : dessous et envers du monde parisien au XIXe siècle

8 janvier 2016

L’auto-sociologie des gens de lettres au XIXe siècle : perspectives bibliographiques

22 janvier 2016

L’auto-sociologie des gens de lettres au XIXe siècle : pratiques d’écriture collective et « existences problématiques »

5 février 2016

« Littérature des ouvriers », avec Dinah Ribard

19 février 2016

Valérie Stiénon (Paris XIII) : Le littéraire, le culturel et le médiatique : sur les nouveaux objets de l’histoire littéraire (réflexions à partir de la « littérature panoramique »)

Pas de séminaire le 4 mars

18 mars 2016

Sarah Al-Matary (Lyon II, LIRE) : L’apostille du mineur ? Le régionalisme dans la production littéraire des ouvriers (XIXe-XXe siècles)

1er avril 2016 

Guiomar de Grammont (Université de Ouro Preto), « La mission française » au Brésil, 1816.

15 avril 2016 

Romans du travail et contes de l’atelier (avec Dinah Ribard)

Pas de séminaire les 29 avril et 6 mai

20 mai 2016

Ouvriers et bohèmes : la fabrique de la littérature

3 juin 2016

Bilan

Parution – « L’Esthétique de la résistance et de la relation dans les littératures africaine et antillaise »

Chers tous,
Merci de bien vouloir prendre connaissance de cette nouvelle parution et surtout d’aider à sa large diffusion dans vos différents réseaux scientifiques.
OWONO ZAMBO et DJOB-LI-KANA (Sous la direction de), L’Esthétique de la résistance et de la relation dans les littératures africaine et antillaise, Paris, Edilivre, 2015.
L’ouvrage peut être commandé ici
 

Publication en ligne – deuxième numéro « À l’épreuve »

Chères et cher tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication en ligne du deuxième numéro de la revue À l’épreuve, intitulé « Voyage des concepts : itinéraires et modalités ». Vous pouvez le consulter dès à présent sur le site de la revue : http://alepreuve.com/.

Nous vous souhaitons une bonne lecture ainsi qu’une excellente soirée.
Dynamiquement,
Le comité de direction de la revue À l’épreuve
Rabiaa Marhouch, Olivier Migliore et Canissius Allogho

Appel à communications- « Art et argent »

Chers tous,

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications pour le colloque « Art et argent : financement du travail artistique et enjeux socio-esthétiques », qui aura lieu les 20 et 21 mai 2016 à l’amphithéâtre au 105 bd Raspail.

Les propositions de communications, en anglais ou en français, sont à envoyer avant le 15 janvier 2016.

Merci de diffuser cet appel aux personnes potentiellement intéressées !

Bien à vous tous,
Annelies Fryberger, pour le comité d’organisation

Appel à communications art et argent call for papers Art and Money

Appel à communication : « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle »

Journée d’études des Doctoriales de la SERD

« Espaces et lieux de l’intime au xixe siècle »

Paris, 7 et 8 avril 2016.

 

Michelle Perrot, dans son introduction à l’Histoire de la vie privée au XIXe siècle, souligne l’émergence du sujet moderne au sein de la sphère privée aux lendemains des bouleversements révolutionnaires. Après la dictature du « tout public », on assisterait à l’orée du siècle à un repli progressif des valeurs bourgeoises sur un espace d’épanouissement individualisé et privatisé. La constitution d’un appareil législatif très protecteur à l’égard de la famille et de la propriété privée, la mise en place progressive d’une « Wohnkultur » à travers le culte rendu au chez-soi, l’affirmation d’un besoin d’introspection dont témoignent la vogue du « roman intime » (Sainte-Beuve) et le développement de certaines théories hygiénistes impliquant un nouveau rapport au corps, à la toilette, et à la sexualité constituent autant d’aspects différents d’un même processus historique. On comprend bien, dès lors, pourquoi le XIXe siècle apparaît comme le « siècle de l’intime », du moins celui « de son invention et de son sacre comme valeur à la fois existentielle et esthétique » (Brigitte Diaz et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Toutefois, l’intime au XIXe siècle aurait « besoin d’un minimum de théâtralité » (ibid.).
Paradoxalement, le XIXe siècle est aussi celui de la mise en spectacle et en vitrine de la vie sociale et privée. L’intime ne s’élabore-t-il que dans le culte strict de l’introversion et du secret, ou serait-il tributaire du processus même de son extériorisation ? Au croisement de l’intériorité et de l’extériorité, clivage auquel on le réduirait en vain, l’intime au XIXe siècle paraît en effet engager une dynamique spatiale, identifiable avec plus de précision. Dans cette perspective, on serait tenté d’envisager l’intime comme un territoire subjectif, un espace d’expression du sujet dépendant de lieux, imaginaires ou tangibles, où il pourrait se donner à dire, à lire ou à voir et dans lesquels il trouverait éventuellement à s’épanouir.

La polysémie que gagne le terme au fil du temps, et tout particulièrement au XIXe siècle, témoigne en fait de l’évolution du sème spatial inhérent à la notion. Il semble que l’acception du terme d’« intime » évolue de la notion d’espace intérieur, comme synonyme d’« esprit », de « cœur », de « for intérieur », d’« âme »  au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle à la notion d’ « inconscient » dans la seconde moitié du siècle. Le cadre de vie d’un individu, son intérieur, devient le lieu où s’établit un rapport privilégié du sujet à son corps ou à l’intériorité.

Dès lors, la problématique des lieux de l’intime recouvre la réflexion, propre aux études littéraires, sur le système des genres de la littérature dite « intime » ou « personnelle ». Journaux, autobiographies, correspondances, mémoires et autres confessions bénéficient d’une promotion éditoriale sans précédent au cours de la période. De telles pratiques d’écriture ouvrent un espace propice aussi bien à l’épanchement de la vie intérieure, à l’analyse du moi, qu’à la notation du quotidien, de l’anecdotique. Afin de légitimer cet acte de publicisation du moi, elles se dotent souvent d’une scénographie intimiste qui convoque un imaginaire collectif du rapport à soi, depuis le confessionnal jusqu’à la chambre à coucher et autres architectures et décorations intimes, en passant par le « château de l’âme » (Thérèse d’Avila lue par Verlaine ou Huysmans), autant de lieux communs de l’intime. L’expansion historique de la littérature personnelle répond en cela à un véritable désir d’intime.

À titre indicatif, les communications pourront aborder les pistes suivantes :

1. Géographies de l’intime dans l’espace urbain :
– quartiers,
– architectures,
– aménagements d’espaces et de lieux dédiés identifiés (bains, maisons closes, salons privatifs et alcôves), lieux de soin (hôpitaux, cliniques, « maisons »), lieux de sociabilité et de rencontre ;

2. Espaces et lieux au sein de la sphère domestique :
– architectures domestiques et aménagements décoratifs de l’intime ; l’intimité comme critère d’aménagement et d’attribution des pièces ; confort, notion de « Gemütlichkeit »…
– scénographies, objets et accessoires de l’intime dans une mise en espace concertée,
– dérision et critiques qui s’expriment autour d’une certaine complaisance à exprimer, voire à exposer, l’intimité ;

3. La question des conditions matérielles de l’accès à l’intimité et la construction de l’intimité :
– comment l’intime devient une valeur morale, investie par des valeurs économiques ;
– peut-on penser, hors de ce modèle bourgeois, un « intime » ouvrier ou paysan ?
– la féminisation de l’intime, corrélative à l’assignation de la femme à la sphère domestique.

4. L’intime comme espace intérieur – affectif, intellectuel, psychique – et ses relations avec la notion d’inconscient :
– représentation de l’intime selon une logique topographique et de l’inconscient selon une topique au sens de Freud ;
– espaces tangibles et représentables pour figurer l’intériorité, abstraite : images archétypiques de la « maison », de la « chambre noire », de la « grotte », du « magasin »… et du meuble de Baudelaire (« J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans / Un gros meuble à tiroirs encombrés de bilans ») à Maupassant (« La Chevelure ») ;

5. L’intime comme topique et lieu(x) commun(s) :
– topoi et rhétorique de l’intime dans le discours (littéraire) de l’époque,
– l’intime, un stéréotype de la modernité comme recette biographique et effet d’affiche racoleur,
– le culte de l’intime comme outil d’uniformisation de représentations et des modes de vie (au plan de la standardisation de l’habitation par exemple).

À la fois territoire subjectif, mode de relation et valeur idéologique, la sphère de l’intime est des plus vastes. Nous encourageons les communications qui se confronteront à cette problématique et préfèreront des approches transversales aux études de cas plus limitées, monographiques ou descriptives, de manière à ouvrir au maximum le champ d’expression de la culture intimiste qui s’épanouit au XIXe siècle dans tous les domaines de la vie individuelle et sociale.

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées à Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier à l’adresse lieux-de-lintime@googlegroups.com avant le 20 décembre 2015. Elles devront comporter une bio-bibliographie succincte. Les réponses seront communiquées courant janvier.

Bibliographie indicative :

I. Cahn, Pierre Bonnard (1867-1947). Peindre l’Arcadie. Album de l’exposition, Musée d’Orsay/Hazan, 2015.
M. Charpy, « Matières et mémoires : usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle », Revue du Nord, 2011.
J.L. Chrétien, L’Espace intérieur, Minuit, 2014.
N. Laneyrie-Dagen, G. Vigarello, La Toilette, Naissance de l’intime, Hazan, 2015.
D. Cohn, La Transparence intérieure. Modes de représentation de la vie psychique dans le roman, Seuil, 1981.
B. Diaz et J.-L. Diaz, « Le siècle de l’intime », Itinéraires, Pour une histoire de l’intime et de ses variations, dir. Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant, L’Harmattan, 2009.
E. Emery, En toute intimité. Quand la presse people de la Belle Époque s’invitait chez les célébrités, Parigramme, 2015.
Ph. Hamon, Expositions, littérature et architecture au XIXe siècle, Corti, 1989.
N. Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Gallimard, 2012.
L. Jenny, La Fin de l’intériorité. Théorie de l’expression et invention esthétique dans les avant-gardes françaises (1885-1935), Presses universitaires de France, 2002.
J.-F. Laé, « L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi », Sociologie et Sociétés, vol. 35, nº2, 2003.
Ph. Lejeune, « Intime, privé, public », La faute à Rousseau, n° 51, juin 2009.
A. Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Fayard, 2014.
A. Maurel, Le Pays intérieur. Voyage au centre du Moi. Anthologie des penseurs européens (1770-1936), Robert Laffont, 2008.
M. Perrot, Histoire de chambres, Seuil, 2013.

Des documents de travail, constitués au long des deux années du séminaire des Doctoriales, sont également disponibles en ligne : https://doct19serd.hypotheses.org/.