Archives mensuelles : octobre 2016

Programme complet des journées d’étude – La bibliothèque : de l’institution à l’espace démocratique

Bonjour,
Veuillez trouver ci dessous le programme complet et les modalités d’inscription aux journées d’étude organisées conjointement par l’Enssib et la Bibliothèque municipale de Lyon, avec la participation du Centre Gabriel Naudé : La bibliothèque : de l’institution à l’espace démocratique, vendredi 18 et samedi 19 novembre 2016.

Programme


Vendredi 18 novembre 2016
La bibliothèque, le bibliothécaire et la démocratie

  • 9h30 : Accueil.
  • 9h45 : Ouverture par Yves Alix, directeur de l’Enssib et Gilles Eboli, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon (BmL).
  • 10h-11h15 : Démocratie et société de la connaissance, Intervention inaugurale par Daniel Innerarity, professeur de philosophie politique, université du Pays Basque, présenté par  Thierry Ménissier, professeur de philosophie à l’université Grenoble Alpes – directeur de la collection Rien d’impossible aux Presses universitaires de Grenoble.
  • Pause.
  • 11h30-12h30 : Les bibliothèques, des politiques aux publics : agir en démocratie.
    Avec la participation de :
    Raphaëlle Bats, Enssib, Centre Gabriel Naudé, LCSP-Paris 7.
    Christophe Evans, Bpi, Centre Gabriel Naudé.
    Cristina Ion, BnF, Centre Gabriel Naudé.
    Dominique Lahary, faux retraité, ABF-commission éthique.
  • 12h30-12h45 : La démocratie et moi.
    Montage d’interviews de bibliothécaires présenté par Raphaëlle Bats, Enssib et Guillaume Morand, BmL.
  • 12h45-14h : Pause déjeuner.
  • 14h-15h30 : Ateliers (sur inscription)
    • Les politiques culturelles, animé par Cristina Ion, BnF, Centre Gabriel Naudé et Christelle Petit, Enssib.
    • Les bibliothèques et l’émancipation des citoyens, animé par Raphaëlle Bats, Enssib, Centre Gabriel Naudé, LCSP-Paris 7 etÉtienne Mackiewicz, BmL.
    • Les bibliothécaires et la politique, animé par Dominique Lahary, ABF-commission éthique et Julia Morineau, Enssib.
    • Les publics et la citoyenneté, animé par Christophe Evans, Bpi, Centre Gabriel Naudé et Guillaume Morand, BmL.
  • Pause.
  • 15h45-16h45 – Restitution des ateliers.
  • 16h45-17h30 – Conclusion par Thierry Ménissier, professeur de philosophie à l’Université Grenoble Alpes.

Samedi 19 novembre 2016
La bibliothèque parmi les espaces démocratiques de la cité ?

  • 9h30 : Accueil.
  • 9h45 : Ouverture par Yves Alix, directeur de l’Enssib et Gilles Eboli, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon (BmL).
  • 10h-11h15 : Penser la démocratie : espaces citoyens et action politique. Intervention inaugurale par Lionel Bourg, écrivain.
  • Pause.
  • 11h30-12h30 : La bibliothèque : entre vous et nous, présentation de Julia Morineau et Raphaëlle Bats, Enssib.
  • 12h30-14h : Pause déjeuner.
  • 14h-15h30 : Bibliothèques et autres lieux de citoyenneté : comment agir ensemble ?
    Avec la participation de :
    Xavier de la Selle, directeur des Musées Gadagne, Lyon.
    Vincent Veschambre, directeur du Rize, Villeurbanne.
    Noé Gasparini, InfoKiosque, Nuit debout Lyon.
    Éric Pellaton, directeur Maison pour tous – Salle des Rancy.
    Animé par Joseph Belletante, directeur du musée de l’Imprimerie et de la communication graphique, Lyon, membre du Centre Gabriel Naudé.
  • Pause.
  • 15h45-17h : On leur a donné les clés ! Quand les citoyens font la bibliothèque.
    Dialogue entre Raphaëlle Bats, des bibliothécaires de la BmL et le public.
Contact :
Julia Morineau
Adresse événement:
Bibliothèque municipale de Lyon

30 Boulevard Marius Vivier Merle

Lyon

France
-- 
Emmanuel Brandl
Docteur en sociologie
Ingénieur de recherche
Enssib - Université de Lyon
17,21 boulevard du 11 novembre 1918
69623 Villeurbanne Cedex
Tel. : +33 (0)4.72.44.43.21
emmanuel.brandl@enssib.fr
http://www.enssib.fr
---------------------------------------------------------------------
Membre de l'équipe "Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations"
Centre Max Weber - ENS Lyon - UMR 5283
---------------------------------------------------------------------

Parution – « Conflit, dialogue et représentation »

Essays in French Literature and Culture, European Languages and Studies (French Studies), University of Western Australia, 2016. EAN13 : 18357040.

Le numéro 53 de la revue internationale à comité de lecture Essays in French Literature and Culture publiée par l’University of Western Australia vient de paraître avec des contributions en français ou en anglais. Le thème de cette année est d’actualité, Conflit, dialogue et représentation. Le numéro provient, en partie, des meilleurs papiers présentés lors de la Conférence des Etudes Françaises en Australie (ASFS) et est dirigé par Kerry Mullan et Chantal Crozet de RMIT University, Melbourne.

 

Kerry Mullan and Chantal Crozet, Conflict, Dialogue and Representation: Introduction

Alexandra Kurmann, Internal Dialogue as Means of Collective Conflict Resolution in Linda Lê’s Exile Writing

Françoise Grauby, Coups et blessures. Un cas particulier de la relation entre fiction et réalité: Pierre Jourde et La Première pierre.

Peter Brown, Conflict and reconciliation in New Caledonian theatre

Caroline Trousseau, La traduction de l’aboriginalité: tendances et stratégies

Elizabeth Rechniewski, Representing Conscripts’ Experience of Counter-Insurgency Warfare on Screen: Laurent Herbiet’s Mon Colonel

Sophie Patrick, Declinism, nihilism and conflict avoidance in the novels of Michel Houellebecq

Sidney Smith, Unfeminine revolutionaries?: Four Moroccan women write about sex

Fanny Pascual, Nommer le conflit en Nouvelle-Calédonie des années 1980: des événements à la guerre

Narelle Fletcher, “A genocide of little importance”: the impact of the terminology used by members of the French government on the representation of the 1994 Tutsi genocide in Rwanda

Hamid Mokaddem, La “Souvraineté partagée” conflictuelle en Nouvelle-Calédonie

Ce numéro et les anciens numéros peut être commandé auprès de la Coop, www.coop.com.au pour 20AUD plus frais de port.

Responsable : Hélène Jaccomard
Adresse : University of Western Australia (M204)35 Stirling HighwayCrawley WA 6009Australie

Parution – « Balzac et l’homme social »

Suivez la liste socius sur Twitter @listesocius.
Consultez les archives de la liste dans son carnet.
La liste fait partie du projet socius : ressources sur le littéraire et le social.

balzac

Revue des Sciences Humaines, n°323/juillet – septembre 2016

Balzac et l’homme social

Textes réunis par José-Luis Diaz

Septentrion

Présentation de l’éditeur

En mettant au coeur de notre recherche cette notion d’« homme social » (9 occurrences dans La Comédie humaine), il s’agit de s’intéresser, non tant à la vision d’ensemble qu’a Balzac de l’évolution de la société, mais à la manière dont il dramatise et, tout à la fois, analyse le comportement social de ses personnages, quand ils se meuvent sur les diverses scènes de la « comédie humaine ». C’est donc surtout sa sociologie de la « vie privée » qui est visée, et c’est sur la théâtralisation des comportements de ses acteurs que l’accent est mis.

Appel à communications – « Le récit bref : co-textes et contextes »

Appel à communications: 3e CONFERENCE ENSFR

Le récit bref: co-textes et contextes
Université de Louvain (KU Leuven), 4-5-6 mai 2017

Depuis l’affirmation, dans la seconde moitié du XIXe siècle, du récit bref comme une forme littéraire distincte, de nombreux critiques et écrivains se sont efforcés de déterminer ce qui distingue le récit bref d’autres formes fictionnelles plus longues, notamment le roman : est-ce la longueur, la concision, un intérêt manifeste pour une thématique spécifique, ou plutôt certains traits stylistiques? La question est loin d’être réglée, et peut-être faut-il l’aborder de façon plus pragmatique en examinant les circonstances contextuelles et matérielles associées au récit bref. En effet, l’une des marques les plus caractéristiques de ce dernier est qu’il n’est que rarement, pour ne pas dire presque jamais, publié seul, mais qu’il figure systématiquement à côté d’autres textes à l’intérieur d’un support matériel ou éditorial partagé avec d’autres textes, que ce soit un journal ou une revue, une anthologie ou un recueil, un site internet ou même un message sur twitter. Cette pluralité de contextes de publication et de circulation a aussi contribué à la naissance et au développement de la tradition moderne du récit bref telle que nous la connaissons aujourd’hui. Comme un nombre de critiques l’ont remarqué, il a connu un essor remarquable au cours du XIXe siècle grâce au développement de la presse périodique, tandis que sa baisse de popularité dans la seconde moitié du XXe siècle est clairement en rapport avec la forte diminution du nombre de périodiques prêts à publier des récits brefs. De même, on pourrait dire que le regain contemporain d’intérêt pour le récit bref peut être attribué à la prolifération de nouvelles possibilités de publication offertes par les médias numériques.

Bref, on ne peut pas étudier ce type de récit sans évoquer cette condition de co-textualité (ou, pour reprendre le terme suggéré par Bruno Montfort, de « polytextualité »). L’importance fondamentale de cette grande variété de contextes de publication commence à être reconnue et explorée par la critique. Dans La littérature au quotidien, Marie-Eve Thérenty examine les phénomènes de contamination, d’emprunt et de circularité entre les formes littéraires et les formes journalistiques entre la deuxième moitié du XIXesiècle et les premières décennies du XXe siècle. Dean Baldwin, pour sa part, a documenté dans le volume Art and Commerce in the British Short Story: 1880-1950 la montée et la chute du short story en Grande Bretagne à travers l’étude de ses modes de publication. D’autres études portent sur les processus d’agencement et d’organisation que l’on trouve dans des cycles de récits brefs, des anthologies ou des recueils de récits brefs, tandis que les interactions entre ces derniers et les nouveaux médias numériques ont constitué le thème de la conférence précédente de l’ENSFR.

La troisième conférence annuelle de l’ENSFR entend explorer les nombreuses modalités d’interaction du récit avec ses co-textes et ses contextes dans différentes traditions littéraires. Voici quelques-uns des sujets que la conférence entend aborder:

  • Comment les formats de publication des récits brefs ont-ils changé au cours des siècles?
  • Comment l’histoire du genre peut-elle être liée aux contextes de publication à un moment et en un lieu donnés ?
  • Dans quelle mesure les contextes de publication du récit bref nous le font-ils percevoir comme un genre avant-gardiste ou populaire, comme une forme élitiste ou accessible à tous ?
  • Quels sont les nouveaux formats de publications qui émergent aujourd’hui et comment influencent-ils l’évolution du récit bref ?
    • Quelle est l’interaction entre le récit court et d’autres médias (comme les illustrations, la typographie, les photographies) dans des formats de publication multimedia comme les magazines ou les sites internet?
  • De quelles façons des stratégies de marketing conditionnent-elles l’écriture et la publication du récit ?
  • Comment la nature co-textuelle d’un recueil d’auteur est-elle différente de celle d’une anthologie ou d’un cycle de récits brefs?
  • Comment le contexte influence-t-il notre lecture du récit, si le récit passe par exemple d’une revue à un recueil, puis à une anthologie ou un syllabus? Comment un récit reçoit-il de nouveaux sens tout au long de sa migration à travers différents contextes d’édition?
  • Quelles métamorphoses peuvent être observées depuis la première publication d’un récit jusqu’à ses versions révisées ?
  • Quelles connexions peut-on cerner à l’intérieur de l’œuvre complète d’un auteur? On pourrait penser notamment auxauteurs qui reprennent au cours de leur carrière des mondes narratifs déjà présentés dans les récits écrits précédemment, créant de la sorte des liens qui dépassent le cadre temporel d’une première publication, mais aussi les limites matérielles d’un seul recueil ?
  • De quelle manière les récits interagissent-ils avec le contexte socio-politique qu’ils représentent ?Comment évoquent-ils dans le cadre restreint du récit un contexte beaucoup plus vaste ?

Les sujets des communications peuvent dès lors porter entre autres sur les thèmes suivants:

  • le cycle de récits brefs
  • < >le recueil
  • le récit bref à l’intérieur de l’œuvre d’un auteur
  • le récit bref dans les magazines
  • le récit bref et les autres médias
  • le récit bref et le commerce du livre
  • le récit bref et la culture des prix littéraires
  • le récit bref et ses contextes socio-politiques
  • le récit bref et ses interprétations

Les auteurs sont invités à proposer des communications qui envisagent l’étude des questions ici évoquées d’un point de vue théorique et/ou qui cherchent à appliquer une approche théorique particulière à un texte spécifique ou à une tradition littéraire donnée.

Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais et ne devront pas dépasser les 20 minutes de temps de parole. Les résumés (300 mots au maximum), accompagnés d’une notice biographique indiquant l’affiliation institutionnelle, doivent être envoyés avant le 15 janvier 2017 à Elke D’hoker (elke.dhoker@kuleuven.be) et Bart Van den Bossche (bart.vandenbossche@kuleuven.be).

De plus amples informations sur la conférence seront publiées sur le site http://www.shortfiction.be. Des renseignement sur l’ENSFR sont disponibles sur le site http://ensfr.hypotheses.org/. La conférence aura lieu à l’Université de Louvain, dans le bâtiment du Collège Irlandais à Louvain (http://www.leuveninstitute.eu/site/index .php).

Call for Papers: 3rd ENSFR CONFERENCE

Short Fiction: Co-texts and Contexts

University of Leuven (KU Leuven), 4-5-6 May 2017

Since the emergence of the modern short story as a distinct literary form in the second half of the nineteenth century, many critics and writers have sought to decide what it is exactly that distinguishes the short story from longer fiction, such as the novella or the novel – Is it length? Conciseness? A specific thematic concern? Or a particular stylistic feature? The matter has not yet been settled. Perhaps we need to look to more circumstantial, material elements for a pragmatic answer to that question. Indeed, one could argue that one of the discerning features of the short story is that it is rarely if ever published separately. Instead, it appears as one text among others, whether in a newspaper or magazine, an anthology or collection, a short story cycle or sequence, on a website or in a twitter feed. Precisely these different formats and contexts of publication have also been instrumental in the birth and development of the modern short story as we know it today. As several critics have argued, the short story rose to fame as a new and fashionable literary form in the 19th century thanks to the boom in the periodical press. Similarly, its decline in popularity in the second half of the 20th century correlates with the decimation of magazines willing to publish short fiction. And one could argue that the renewed interest in short fiction today is related to the proliferation of new publishing opportunities through digital media.

This necessary co-textuality of the short story or the different contexts in which it is published and read are slowly receiving more critical attention. Dean Baldwin’s Art and Commerce in the British Short Story: 1880-1950  documents the rise and fall of British short fiction through a study of its modes of publication. Other studies address the processes of unification and collection that go into the making of short story cycles, anthologies or collections, while the interactions between short fiction and new (digital) media formed the topic of the previous ENSFR conference.

This third annual ENSFR conference wants to further explore the many different ways in which short fiction interacts with its co-texts and contexts in different literary traditions. Questions we would like to address are:

  • How have the publication formats of short fiction changed over the centuries?
  • How is the development of the short story bound up with the printing and publishing context of a particular time and space?
  • To what extent have the publication contexts of the short story influenced its perception as an avant-garde or popular genre, or as highbrow/middlebrow/lowbrow literary form?
  • What are the new publishing formats emerging today and how do they influence the short story?
  • What is the interaction between short fiction and other media (e.g. illustrations, typography, photographs) in such multimedial publishing formats as the magazine or the website?
  • What is the importance of the book trade and its marketing strategies on the writing and publishing of short stories?
  • How is the co-textual nature of a single-author collection different from that of an anthology or from a short story cycle? How does this context influence our reading of a given short story, as it moves, for instance, from a magazine, to a collection and on to an anthology or syllabus?
  • How does a short story take on new meaning throughout its migration across different publishing contexts? What metamorphoses can be observed from a story’s initial publication to later, revised versions?
  • What connections might be made within an author’s complete oeuvre? For example, do authors sometimes return to initial stories or storyworlds later in his/her career, creating connections that extend beyond the temporal frame of an initial publication, but also beyond the material boundaries of a single collection?
  • In what way do stories interact with the socio-political context of the time and place they reflect? How do they evoke that larger context within a restricted frame?

In other words, possible topics can include, but are not limited to, the following themes:

  • The short story cycle
  • The anthology
  • The collection
  • The story as part of an author’s oeuvre
  • Short fiction in magazines
  • Short fiction and other media
  • The short story and the book trade
  • The short story and prize culture
  • The short story and its socio-political contexts
  • Interpreting the short story

We welcome papers (in both English and French) that address these questions and topics either through individual case studies or more theoretical or historical explorations as well as in different literary traditions. Proposals for three-paper panels are also welcome.

300-word abstracts for 20-minute papers should be sent to Elke D’hoker (elke.dhoker@kuleuven.be) and Bart Van den Bossche (Bart.vandenbossche@kuleuven.be) by the 15th of January 2017. Contributors should also send a short biographical note indicating institutional affiliation.

Further information about the conference will be posted on the conference website http://www.shortfiction.be. Further information about the ENSFR can be found on http://ensfr.hypotheses.org/. The conference will take place in the Leuven Irish college (http://www.leuveninstitute.eu/site/index.php).

Parution – « Romain Rolland. Une pensée transculturelle »

Romain Rolland. Une pensée transculturelle – réseaux, notions clés, formes de réception. Ed. par Hans-Jürgen Lüsebrink et Manfred Schmeling, Steiner Verlag, collection « VICE VERSA. Deutsch-französische Kulturstudien », 2016. EAN13 : 9783515115476, 59 euros.

9783515115476_f

Depuis quelque temps déjà, on n’entendait plus beaucoup parler du pacifiste français Romain Rolland (1866–1944). En 2016, un double anniversaire – pour les 150 ans de Rolland et les 100 ans de l’attribution du Prix Nobel de Littérature à l’écrivain – invite à redécouvrir ce penseur hors de pair. De surcroît, l’intérêt actuel pour la Première Guerre mondiale comme étape décisive de l’histoire politique et intellectuelle incite à poser un regard nouveau sur Rolland, remarquable acteur de l’entente franco-allemande et européenne. De nouvelles sources et méthodes permettent d’évaluer le rôle de Rolland comme médiateur culturel et témoin historique. Les présentes études avèrent que Rolland agissait au sein des réseaux d’intellectuels les plus importants de son temps et que l’étude de sa personne et de son œuvre permet de faire comprendre l’esprit de toute une époque. Ce volume se consacre particulièrement aux processus de l’imbrication transculturelle, à l’interaction intermédiale, aux transferts et à la réception concernant Rolland et son œuvre. Face aux évolutions actuelles dans la politique mondiale et européenne, l’héritage spirituel d’un précurseur de l’Europe comme Romain Rolland, avec toutes ses contradictions, enrichit la discussion sur les questions de notre temps.

 

Langues de la parution : français et allemand

Adresse : Université de la SarrePôle France – FrankreichzentrumCampus A4 2, bureau 2.12 (secrétariat)66123 SarrebruckAllemagne

Appel à contribution – « La singularité », n° 34 de Tracés. Revue de sciences humaines

From: Christelle Rabier [mailto:christelle.rabier@gmail.com]

 Chères et chers collègues

  Veuillez trouver

ici

un appel à contributions pour le n°34 de la revue Tracés, intitulé « La singularité » et dirigé par Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen et Federico Tarragoni.

 La revue reçoit et évalue des articles en anglais, même si la publication in fine suppose la traduction en français de l’article accepté pour la publication papier.

 La date limite d’envoi des propositions de contribution est fixée au 15 avril 2017, et celle d’envoi des articles au 1er juin 2017.

 Cordialement,

 Christelle Rabier, pour Tracés

 Résumé

Le numéro 34 de la revue Tracés accueillera des contributions portant sur la question de la singularité, telle qu’elle est saisie par les sciences humaines et sociales. La singularité, définie ici comme l’unicité d’individus en relation avec d’autres individus également autonomes, mais non interchangeables, se trouve en effet au cœur de plusieurs phénomènes d’importance. D’abord, la singularité donne lieu à de fortes controverses épistémologiques sur les manières de construire et d’étudier les cas singuliers en sciences humaines et sociales. Ensuite, la singularité et sa critique sont au centre de certaines pratiques sociales spécifiques, en particulier dans les domaines de l’écriture, de la culture, de l’art. Enfin, la singularité peut apparaître comme un élément central de processus sociohistoriques caractéristiques de la modernité dite occidentale. Les contributions attendues pourront se saisir de tout ou partie de ces questionnements, dans une optique théorique et/ou empirique.

Argumentaire

Les sociétés contemporaines sont travaillées par la question de la singularité, comme idéal de réalisation de soi, comme système de représentations à travers lesquelles les individus se construisent, comme agrégat de valeurs et de normes spécifiques, poussant à l’authenticité, à la différence, à l’épanouissement. De ce point de vue, la singularité prolonge, accentue et déplace la dynamique d’individualisation, mise en lumière par l’anthropologie comparatiste de Louis Dumont, qu’ont connue les sociétés modernes occidentales entre les XVIIIe et XIXe siècles (Dumont, 1983). Dans ces sociétés, l’individu a acquis, en tant qu’individu, une place de plus en plus centrale dans l’organisation sociale, sous les espèces d’une égalisation des conditions et des droits et d’une centralité nouvelle de l’autonomie individuelle dans la plupart des sphères sociales – la famille, l’école, la vie professionnelle, la religion. Cependant, lorsqu’on parle de singularité, on fait référence à quelque chose de plus spécifique au sein de cette dynamique fondamentale : de manière provisoire, on peut dire que la singularité met l’accent sur l’unicité d’individus en relation avec d’autres individus également autonomes, mais non interchangeables (à la différence par exemple des individus considérés par les modèles d’économie néoclassique ou par l’individualisme méthodologique). En conséquence, la valorisation de la singularité conduit, dans sa focalisation sur l’individu singulier, à l’impératif de cultiver sa différence par rapport à autrui dans une démarche visant à « trouver le sens de son existence dans la différence par rapport aux autres » (Rosanvallon, 2013, p. 359). Jeu de l’égal et du différent, du même et de l’autre, de l’unique et du multiple, la singularité est au centre d’analyses et d’interrogations contemporaines dont ce numéro de la revue Tracés entend se faire l’écho.

Suite de l’argumentaire Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « traces.hypotheses.org » qui semble être une tentative de fraude envers ici : https://traces.hypotheses.org/1713

Cycle de conférences – Genèse et actualités des Humanités critiques, Université de Liège, 2016-2017

Projet GENACH
Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980)

Cycle de conférences 2016-2017

Université de Liège (campus centre-ville)
[Affiche et programme complet en annexe]

– Mardi 11/10/16, 14h-17h, A2/6/11 :
Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne), « Poétique de l’intellectuel, pragmatique de la littérature : autour de Zola et des Cahiers naturalistes (1955) »

– Lundi 7/11/16, 14h-17h, Petit Physique :
Sarah Cordonnier (Elico, Lyon-2), « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites »

– Lundi 16/1/17, 14h-17h, Séminaire Médias :
Anne Kwaschik (F.U. Berlin), « Provincialiser les sciences humaines : genèse et actualité des “area studies” »

– Vendredi 10/2/17, 9h30-12h30, A2/6/8 :
Hans-Jürgen Lüsebrink (U. des Saarlandes), « La théorie des transferts culturels – Genèse franco-allemande et dynamique transculturelle d’un (nouveau) paradigme en sciences sociales et culturelles »

– Lundi 13/3/17, 14h-17h, Séminaire Médias :
Rossana De Angelis (UPEC, Paris), « L’herméneutique allemande et ses supports : réceptions et adaptations francophones et italiennes (revues, livres et débats dans la deuxième moitié du XXe siècle) »

– Lundi 15/5/17, 14h-17h, Séminaire Médias :
Marielle Macé (CRAL, CNRS-EHESS), « Style et colère : quelles formes pour nos vies ? »

– Lundi 12/6/17, 14h-17h, Séminaire Médias :
Nicolas Fernando de Warren (KU Leuven), « La conférence de Paris de Husserl dans le contexte de la Première Guerre mondiale et le rétablissement des contacts philosophiques entre la France et l’Allemagne »

Entrée libre

Contacts : Gregory.Cormann@ulg.ac.be & Francois.Provenzano@ulg.ac.be

Parution – « Matérialismes, culture et communication », 2 t.

Fabien Granjon (dir.)

Matérialismes, culture et communication

Tome 1 – Marxismes, Théorie et sociologies critiques

Paris, Presses des Mines, 2016

422 pages , 16 x 24

ISBN : 9782356713902

 

Présentation de l’éditeur:

L’objectif de Matérialismes, culture et communication est de mettre en cycle et en concordance des savoirs critiques matérialistes traitant de la culture et de la communication. Ce projet encyclopédique entend, pour l’heure, se déployer sur trois volumes.

Le présent tome, rend hommage aux approches marxistes, à la Théorie critique, ainsi qu’à la sociologie de la domination culturelle, qui prolongent et enrichissent l’héritage classique du matérialisme historique, lequel a ouvert la voie pour envisager les phénomènes culturels et communicationnels dans la relation qu’ils entretiennent avec le mouvement du capital et le mode de production capitaliste.

 

Ont participé à cet ouvrage : Olivier Agard, David Allen, Antoine Artous, Isabelle Aubert, Marc Berdet, Philippe Coulangeon, David Douyère, Julien Duval, Isabelle Garo, Katia Genel, Fabien Granjon, Haud Guéguen, Razmig Keucheyan, Jean-Marc Lachaud, Michael Löwy, Christophe Magis, Gérard Mauger, Alexander Neumann, Jean-Paul Olive, Michel Sénécal, Jean Vioulac et Hervé Zénouda.

 

Fabien Granjon est sociologue, professeur en sciences de l’information et de la communication au sein de l’université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis. Il y dirige le Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI). Il a récemment publié, avec Michel Sénécal, une anthologie en trois volumes des textes d’Armand Mattelart couvrant la période 1970-1986 (Presses des Mines, 2015).

material1_extr

Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös (dir.)

Matérialismes, culture & communication, Tome 2

Cultural Studies, théories féministes et décoloniales

Presses des Mines, Paris, 2016

350 pages , 16 x 24

ISBN : 9782356713919

 

Présentation de l’éditeur:

Cet ouvrage est le deuxième tome de la série Matérialismes, culture et communication. Il emprunte les voies du matérialisme qui serpentent le long des territoires critiques qu’ont dessinés les Cultural Studies, les théories féministes et les études décoloniales. Il donne à voir les points de friction occasionnés par la rencontre épistémologique, dans divers contextes historiques et géographiques, entre les actualisations marxistes du matérialisme et des modes de critique ayant étendu la contestation au-delà de l’antagonisme de classe. Il vise à saisir la portée de cette rencontre pour une approche renouvelée de la culture et la communication. À partir d’un groupe hétérogène de figures intellectuelles réunies pour la puissance de leurs apports aux théories critiques, il dégage ainsi des généalogies matérialistes parfois souterraines, excave des conceptions souvent tacites des formes et lieux de la culture et trace des chemins inédits pour penser les moyens de communication.

 

Ont participé à cet ouvrage : Norman Ajari, Maxime Boidy, Anne Castaing, Maxime Cervulle, Claire Cossée, Marco Dell’Omodarme, Keivan Djavadzadeh, Fanny Gallot, Juan Grigera, Orazio Irrera, Stéphanie Kunert, Jean-Jacques Lecercle, Éric Maigret, Jamila M. H. Mascat, Noémi Michel, Cornelia Möser, Emmanuel Parent, Nelly Quemener, Gianfranco Rebucini, Matthieu Renault, Colin Sparks, Florian Vörös.

materialismes2-extr

Appel à communications – Colloque sur l’imaginaire social

Bonjour,

Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communications pour un colloque sur le concept d’imaginaire social en histoire et en études littéraires et culturelles.

le-concept-dimaginaire-social-appel-a-communications

Le colloque se déroulera à l’Université du Québec à Montréal les 14, 15 et 16 septembre 2017, et la date limite pour l’envoi des propositions est le 1er décembre prochain (2016).

Bien à vous,

Alex Gagnon