Archives mensuelles : décembre 2016

Séminaires – Célébrations du littéraire 6 janvier 2017; La Grèce au prisme de l’Europe occidentale 13 janvier 2017

Chers collègues,
Nous vous adressons ci-dessous le programme des deux prochaines séances
du séminaire Transferts culturels, qui auront lieu les vendredis 6 et 13
janvier 2017 en salle Pasteur. La première portera sur les « Célébrations
du littéraire », la seconde sur « La Grèce au prisme de l’Europe
occidentale ».

Avec nos bien cordiales salutations et nos meilleurs voeux pour les
fêtes de fin d’année,

Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn, Anne-Marie Thiesse

6 janvier 2017 / Célébrations du littéraire

Pierre Boudrot, Paris : La Société Shakespeare allemande, modèle de la
Société Goethe (1864-1914).

La fondation de la Deutsche Shakespeare Gesellschaft à Weimar à
l’occasion du tricentenaire de la naissance de Shakespeare (1864)
constitue un affront national pour les érudits anglais, qui ne disposent
plus d’un groupement comparable. Fondée à Weimar, l’association
institutionnalise la place de l’oeuvre de l’écrivain d’anglais,
magistralement traduite en allemand, dans la culture germanique et donne
à l’Allemagne encore désunie l’ascendant international sur les études
shakespeariennes. Vingt ans plus tard, elle constituera le modèle de la
Goethe Gesellschaft (1885).

Anne-Marie Thiesse, Paris : Les institutions littéraires actuelles :
transferts et réseaux transnationaux.

Maisons-musées d’écrivains, itinéraires littéraires, festivals de
littérature : ces pratiques du littéraire sont en fort développement
actuellement et engagent de nouvelles politiques culturelles et
identitaires. Les créations de lieux et d’événements littéraires –
éventuellement numériques – s’opèrent par transferts et dans une
perspective transnationale souvent explicites.

13 janvier 2017 / La Grèce au prisme de l’Europe occidentale

Ourania Polycandrioti, Athènes : Traductions, éditions et transferts
culturels en temps de crise. Le cas de la France et de la Grèce pendant
les années 1940-1975.

Le rôle particulier des institutions, des professeurs, des traducteurs
et des éditeurs en tant que vecteurs culturels est évident pour
quiconque étudie les transferts culturels. L’importance de ces
médiateurs en ce qui concerne la diffusion des oeuvres littéraires et
des idées, la formation du contexte et des images de réception, ainsi
que les politiques de traduction, les politiques
éditoriales et culturelles devient d’autant plus significative pendant
les périodes de crise (guerres, crises sociales et politiques,
dictatures etc.), au cours desquelles les censures diverses, les
interdictions ainsi que les choix éditoriaux apportent des dimensions
nouvelles aux multiples interactions culturelles (politisation de la
littérature, manipulations et appropriations diverses, corrélations
idéologiques, constitution de réseaux, etc.). Nous nous proposons
d’approfondir ces questions en mettant en lumière les rapports entre la
France et la Grèce, pendant la période mouvementée des années 1940-1975,
et notamment en étudiant le rôle des institutions telles que l’Institut
français et l’École française d’Athènes ainsi que les activités de
certains personnages tels que Roger Milliex, Robert Levesque, Jean
Ballard, et d’autres.

Sandrine Maufroy, Paris : L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt.

L’exposé sera une présentation de l’ouvrage paru aux éditions Demopolis
L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt et ses prolongements européens, qui
regroupe des interprétations et une traduction des principaux textes de
Humboldt consacrés à la Grèce. La mise en évidence d’une présence
grecque en Allemage et d’une présence de la Grèce allemande en Europe
est liée
au nom de Humboldt, dont les relations avec des philologues et des
archéologues méritent d’être particulièrement analysées : Christian
Gottlob Heyne, Friedrich August Wolf, Friedrich Gottlieb Welcker, August
Boeckh ou encore Heymann Steinthal. Les sciences de l’Antiquité,
l’histoire de l’art et la pratique des beaux-arts sont marquées par la
pensée néo-humaniste. Chez Humboldt, celle-ci s’accompagne d’une
activité traductrice ; il s’est lui-même longuement employé à traduire
Pindare et Sophocle et a développé des réflexions théoriques sur la
traduction. Etude de la langue grecque et réflexion linguistique sont
liées chez Humboldt : c’est aussi comme linguiste
qu’il reste dans l’histoire intellectuelle allemande, et l’étude de son
rôle dans la fondation de cette discipline implique de comprendre le
passage de l’unicité grecque à la pluralité des langues naturelles. La
Grèce de Humboldt est certes la Grèce antique, mais elle inclut aussi
une attention aux périodes postérieures à la période classique, jusqu’à
la Grèce moderne.

CFP/Appel à communication – « Papier, ondes, écran : du texte au public dans la culture populaire africaine »

Bonjour,

Veuillez trouver, pour diffusion sur la liste « socius », en pièce jointe (en fichier pdf) et ci-dessous un appel à communication, en anglais et en français, pour un colloque organisé les 12 et 13 juillet 2017 à l’Université de Bristol au Royaume-Uni. La date-limite de rendu des propositions de contribution est le 15 février 2017. 

Merci beaucoup! 

Bien cordialement,

Claire Ducournau

appelbristolpapierondesecran

cfp-bristol-paper-airwaves-screen

Paper, airwaves, screen: from text to audience in African popular culture

 

CALL FOR PAPERS

University of Bristol, UK

12-13 July 2017

 

Confirmed keynotes: Lydie Moudileno (University of Pennsylvania), Tsitsi Jaji (Duke University)

 

Recent artworks, including Bili Bidjocka’s Infinite Writing and François-Xavier Gbré’s National Printworks, evoke the fragile material status of writing and reading. They also remind us of the power that each can yield. In the light of development agendas pertaining to education and literacy (e.g. UN Sustainable Development Goal 4, as well as earlier initiatives), this conference will attend to the cultures of reading and reception that emerge in popular culture on the African continent.

 

The texts of African popular culture form an abundant body of textual, sonic, and visual material: from songs, magazines, romance fiction, and hip-hop lyrics, to blogs, Facebook posts, and urban inscriptions on tro-tros in Accra (Barber, 1987; 2007; Newell and Okome, 2014; Quayson, 2014). Popular culture also refers to the many ways in which these ‘texts’ are apprehended and read, at a local, national, and/or international scale (Benwell, Procter and Robinson, 2012). This area of research draws on the methods of cultural studies, material print cultures, and the sociology of reception (Charpentier, 2006). The material in question remains relatively under-studied and little-taught, however, due to issues of access and ongoing methodological debate. How can this material be researched (archives; interviews; ethnographic observation (Mbodj, 2013); digitisation; databases)? How is/might it be integrated into teaching across disciplines?

 

This conference therefore aims to reflect on the critical spaces of reading and listening that occur in and around popular cultural texts in Africa. We seek to engage with the critical vocabulary generated by those spaces of reception at a time of transition for the book object and the reading practices which accompany it. We invite participants to engage directly in their abstracts with the following keywords: reception, education, literacy, entrepreneurship, free time, socialisation.

 

Individual abstracts and proposals for panels are welcome. Papers on francophone and multilingual topics will be particularly welcome.

 

Topics may include, but are not limited to:

 

–       Reading cultures in magazines, spoken word poetry, hip-hop, blogs, social media.

–       The representation of reading/listening in literature, film, magazines, spoken word poetry, hip-hop, blogs, social media, contemporary art.

–       The material production and circulation of the word in Africa

–       Reading as education, self-improvement, work and/or leisure

–       Audience, free time and unemployment

–       Popular literacy initiatives and development (including critiques of this term)

–       Public spheres and popular cultural forms

–       Activist collectives and new media

 

Practical information : 

 

Please send abstracts (300 words) with a title and a short biography (50 words max) to: paperairwavesscreen@gmail.com by 15 February 2017. The languages of the conference are French and English. We plan to publish a special issue from a selection of the papers presented.

 

Conference organisers: Ruth Bush (University of Bristol) and Claire Ducournau (University Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21)

 

This conference is made possible by funding from the AHRC Global Challenges Research Fund project: Popular print and reading cultures in francophone Africa.

Papier, ondes, écrans : du texte au public dans la culture populaire africaine

Appel à communication pour un colloque 

Université de Bristol, Royaume-Uni

12-13 juillet 2017

Conférencières invitées : Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie) et Tsitsi Jaji (Université Duke)

De récentes œuvres d’art comme Écriture infinie de Bili Bidjocka ou Imprimerie nationale de François-Xavier Gbré rendent palpable le statut matériel fragile de l’écrit et de la lecture sur le continent africain. Elles nous rappellent aussi les pouvoirs qu’ils donnent. Face à des agendas officiels prônant le développement de l’éducation (e. g. le 4ème objectif de développement durable des Nations-Unies, qui s’ajoute à des initiatives plus anciennes), ce colloque explorera les modes de réception qui se manifestent au sein d’une culture populaire en Afrique.

Les textes propres à une culture populaire africaine forment un abondant corpus composé de matériaux textuels, sonores, et visuels : depuis les chansons, les magazines, la littérature sentimentale, les paroles de hip-hop, jusqu’aux blogs et messages sur Facebook, en passant par les inscriptions urbaines ou les tro-tros à Accra (Barber, 1987, 2007 ; Newell et Okome, 2014 ; Quayson, 2014). La culture populaire englobe aussi les nombreuses manières par lesquelles ces objets culturels sont reçus et interprétés, à une échelle locale, nationale, et/ou internationale (Benwell, Procter and Robinson, 2012). Ce domaine de recherche mobilise des méthodes propres aux études culturelles, à l’histoire matérielle de l’imprimé, ainsi qu’à la sociologie de la réception (Charpentier, 2006). Le matériau en question reste cependant relativement peu étudié et enseigné, du fait de difficultés d’accès et de débats méthodologiques persistants. Comment mener des recherches sur ce matériau (archives, entretiens, observation ethnographique (Mbodj, 2013), numérisation, bases de données) ? Comment est-il, ou pourrait-il être intégré dans les enseignements relevant de différentes disciplines ?

Ce colloque a donc pour objectif de réfléchir aux espaces critiques de lecture et d’écoute qui prennent forme au sein et à partir de textes relevant d’une culture populaire en Afrique. Nous cherchons à discuter le vocabulaire critique suscité par ces espaces de réception en un moment de transition pour l’objet-livre et les pratiques de lecture qui l’accompagnent. Nous invitons les participants à discuter les mots-clés suivants dans leurs propositions : réception, éducation, alphabétisation, entreprenariat, temps libre, socialisation.

Toute proposition de contribution individuelle ou de panel est bienvenue, en particulier sur des terrains francophones ou multilingues.

Les thèmes choisis peuvent inclure (sans s’y limiter) :

– Les modes de réception des magazines, du slam, du hip-hop, des blogs et des réseaux sociaux

– La représentation de scènes de lecture ou d’écoute dans la littérature, les films, les magazines, le slam, le hip-hop, les blogs, les réseaux sociaux, et l’art contemporain

– La production et la circulation matérielles de l’écrit en Afrique

– La lecture comme éducation, souci de soi, travail et/ou loisir

– Public(s), temps libre et chômage

– Initiatives d’alphabétisation populaire et développement (y compris des approches critiques de ce terme)

– Espace public et formes culturelles populaires

– Groupes militants et nouveaux médias

Informations pratiques : 

Merci d’envoyer vos propositions (300 mots), avec un titre et une courte biographie (50 mots maximum) à paperairwavesscreen@gmail.com d’ici le 15 février 2017. Les langues du colloque sont l’anglais et le français. Nous envisageons la publication d’un numéro de revue à la suite du colloque. 

 

Organisatrices du colloque : Ruth Bush (Université de Bristol) et Claire Ducournau (Université Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21)

 

Ce colloque est financé par le Arts and Humanities Research Council (Royaume-uni) et fait partie du projet ‘Popular print and reading cultures in francophone Africa’.

Manart, base de données sur les manifestes artistiques et littéraires – lancement du site du projet

Bonjour,
Pourriez-vous s’il vous-plait faire suivre cette annonce à la liste Socius? Je vous en remercie.
—————–
Chers co-listiers,
Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement du nouveau site du projet Manart, base de données sur les manifestes artistiques et littéraires produits depuis le début du XXème siècle dans tous les domaines de la création.
Le site a une vocation participative, nous serions très heureuses de recevoir vos contributions ou suggestions.
Cordialement.
L’équipe Manart
aa9f6e87-ec4e-435c-8190-8625b037b8db

L’équipe du projet Manart a le plaisir d’annoncer que, après deux ans de travail rendus notamment possibles par le soutien du Labex CAP (2014-2015), le nouveau site internet de la base de données est désormais en ligne, consultable à l’adresse www.basemanart.com.

Manart est une base de données en accès ouvert qui recense et établit des notices critiques sur les manifestes artistiques et littéraires produits au XXe siècle dans le monde entier, dans tous les domaines de la création. Se proposant comme un outil évolutif et collaboratif adressé à la fois à des spécialistes et au plus grand public, Manart rassemble actuellement des informations sur plus de 700 manifestes.

Outre la consultation des notices détaillées, la création d’un compte permet de conduire des recherches sur un large spectre de paramètres aussi bien descriptifs (titre en langue originale et en anglais ; auteur/s ; mouvement/s ; support ; date ; domaine) que critiques et méta-textuels (revendication d’appartenance au genre par son/ses auteur/s ; reconnaissance critique ; références bibliographiques).
Les recherches quantitatives et qualitatives rendues possibles par Manart représentent autant d’outils pour éclaircir l’évolution du genre manifestaire au fil des années, en questionner les traits discursifs et pragmatiques, ainsi que pour explorer de nouveaux domaines d’application du manifeste (architecture, cinéma, musique, entre autres).

Manart est un travail en cours. Aussi, toute contribution à l’élargissement et l’amélioration du corpus de la base est la bienvenue, il vous suffira de cliquer ici.

Pour en savoir plus, la première séance de l’atelier “Manart, les manifestes en littérature et en art: le numérique au service d’un corpus transversal”, qui se tiendra en 2017 dans le cadre du Campus Condorcet, aura lieu le 18 janvier 2016, de 14h30 à 17h30 à Paris 3. Programme détaillé à suivre prochainement.

L’équipe du projet Manart
Viviana Birolli (Paris 1 Panthéon-Sorbonne /EHESS)
Camille Bloomfield (Paris 13, Paris 3)
Mette Tjell (Université de Göteborg)
Audrey Ziane (Université Aix-Marseille)
www.basemanart.com

Appel à communication – Colloque AFUE

Ci-joint l’appel à communication au XXVI colloque de l’AFUE (Asociación de Francesistas de la Universidad Española)
« Méditerranée inter/transculturelle : l’Autre, le lieu autre, la langue autre »
Université des îles Baléares, Palma de Majorque, 3,4 et 5 mai 2017.

Appel à contributions – Récits nationaux et conceptions de la « diversité » dans les discours

APPEL À CONTRIBUTIONS


Laboratoire GRADIS de l’Université Gaston Berger à St-Louis au Sénégal
et Séminaire doctoral international – Groupe Gohard – de l’Université de Fribourg en Suisse

sur le thème :

Récits nationaux et conceptions de la « diversité » dans les discours : quelles répercussions sur les acteurs sociaux, leurs perceptions et leurs pratiques ?

Date limite: 15 janvier 2017

Cet appel à contribution s’adresse à tous ceux qui cherchent à répondre à l’interrogation qui ne cesse de tarauder nos sociétés, qu’elles soient dans des contextes du « Sud » ou du « Nord, de « l’Ouest » ou de « l’Est» – si ces distinctions plus idéologiques que géopolitiques ont encore du sens de nos jours – : comment peut-on vivre ensemble la diversité et la cohésion sociales ?
Dans ce sens, les coordinateurs de l’ouvrage entendent encourager les réflexions scientifiques sur les discours portés sur les diversités, sujets de grande actualité partout dans le monde ; l’accueil des immigrés en Europe, ou plutôt leur refoulement, en donnent la mesure.
L’ouvrage se veut délibérément pluridisciplinaire : sociologie (des migrations), anthropologie (des mobilités), psychologie, économie et sciences de la gestion, géographie (urbaine), histoire politique et sociale, linguistique appliquée, sociolinguistique (urbaine), sémiotique (urbaine, des cultures), lettres/littératures, sémiologie, (socio)didactique des langues et cultures, sciences de l’éducation, sciences de la communication, sciences administratives.

Problématique

Les recherches sur les questions des diversités et de leur gestion ont connu des évolutions contrastées et controversées, suivant les disciplines, suivant les époques et selon les contextes. Le plus souvent, les réflexions et les travaux ont porté davantage sur la production de différences à travers les cultures, ou plus exactement, à travers une appartenance unique (linguistique, nationale, culturelle, religieuse, etc.), traduisant des conceptions ethnicisantes, culturalisantes et donc enfermantes des individus et des groupes visés. Ainsi, s’appuyant sur des a priori culturalistes, des domaines comme la littérature, la linguistique, l’anthropologie, la sociologie, la sémiotique des cultures ou la science politique interprètent les différences supposées comme distances fondatrices de la relation à l’autre dans nos sociétés de fait plurielles (Senghor, 1978 ; Diop, 1985). Ils font le pari d’un possible dépassement de celles-ci grâce à une conception universaliste qui devrait transcender nos différences et homogénéiser notre vivre-ensemble. Ces différences sont tenues comme des allants de soi dans la plupart des approches de la diversité, non seulement dans les « discours ordinaires » (ex. politiques, médiatiques, éducatifs, etc.), mais également dans les discours scientifiques qui, pourtant, devraient faire preuve d’une plus grande prudence épistémologique.

En parallèle, et paradoxalement, nous constatons dans les discours portant sur les diversités (de genre, d’âge, de culture, de langue, de religion, etc.) une attention et un intérêt croissants pour les effets de celles-ci sur les systèmes nationaux, notamment ceux préoccupés par « l’innovation » (Stalder, 2016) ou « l’inclusion »3, au vu de la mobilité croissante, des mouvements migratoires qui s’intensifient, parfois de manière incontrôlable, et des échanges commerciaux qui se sont globalisés et de ce fait déterritorialisés. Ces discours véhiculent des représentations « positivistes » des diversités et sont fondés sur des définitions qui simplifient voire instrumentalisent des concepts-clés, tels que, par exemple, « culture », « identité », « communauté », « minorité », etc. qui ont été et sont encore les chevaux de bataille des Postcolonial Studies (Amselle, 2008). Or, les diversités et les différences qui en découleraient sont avant tout des construits sociaux, notamment liés à la notion de nation et à son récit (Veillette, 2015), portant déjà en germe la distinction binaire entre « nationaux et non-nationaux », entre « autochtones et étrangers », entre « eux et nous » (Sy, 2002, 2003, 2009; Gohard-Radenkovic, 2003, 2005; Stalder, 2014).

Rivera disait déjà en 2000 à ce sujet : « La « mise en scène » superficielle de la variété culturelle, (…), réduit le plus souvent la différence culturelle à n’être plus qu’une question d’appartenance religieuse ou une simple question de mœurs, comprise dans le sens le plus extérieur (habillement, cuisine, musique, danses…) ; l’identité culturelle – surtout celle de l’autre – se résume à l’appartenance ethnique, nationale et/ou religieuse au détriment d’une appréciation tenant compte de différents facteurs tels que l’instruction, la profession, les classes sociales, le sexe, la génération (Rivera, p. 81). Benn Michaels (2006), ayant pourtant longtemps surfé sur la vague des Cultural Studies dont les liens avec les Postcolonial Studies ne sont plus à démontrer, va plus loin. Il voit dans la « reconnaissance » de cette diversité (culturelle, ethnique, raciale, genre, etc.), « imaginée » dirait Anderson (2002), aux traditions et identités « (ré)inventées » démontreraient Hobsbawm et Ranger (2006), une diversité plus fantasmée que réelle mais qui a pourtant des effets de réalité, soit ceux d’évacuer la question sociale et d’occulter les inégalités croissantes dans le monde.

Pourtant il doit exister des pratiques alternatives de gestion viables ou du moins concevables de cette diversité entre des modèles qui sont perçus antinomiques : l’Etat nation à caractère unificateur, renvoyant les appartenances autres que nationale à la sphère privée et donc renvoyant cette pluralité à l’inexistence et celui de l’Etat multinational, catégorisant la diversité en « communautés », « minorités », « ethnies », etc., à travers une politique multiculturelle, ce que Lijphart dès les années 60 a désigné par « consociation »4. Pourtant on observe dans ces différents modèles de gestion de la diversité, des  hiérarchies entre ces groupes, les uns se révélant toutefois plus « légitimes » que les autres, s’inscrivant donc dans une relation d’emblée asymétrique (Gohard-Radenkovic, 2010, 2012).

A nous, contributeurs à cet ouvrage, de trouver des lieux, des niches, des espaces, voire des interstices, dans les discours et les pratiques qui échapperaient à cette doxa de la toute-diversité (Adami et André, 2015) mais aussi à celle de la toute-unité, qui proposeraient des alternatives à toute forme de programmation étatique (ou autre) et à ses principaux relais institutionnels. A nous donc de réinterroger ces pluralités, en les resituant dans leur contexte et leur époque, jusqu’ici circonscrites, désignées, assignées, imposées, fractionnées, occultées,  idéalisées, etc. sous le terme désormais piégé et piégeant de « diversité».

Références bibliographiques

Adami, H. et André, V., 2015, De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue. Regards pluridisciplinaires, Bern, Peter Lang, Transversales.

Amselle, J.-L., 2008, L’Occident décroché. Enquête sur les Post-colonial Studies, Paris : Stock

Anderson, B., 2002. L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris : Poche / La Découverte. (Imagined Communities, London, Verso, 1983).

Benn Michaels, W. (2009). La diversité contre l’égalité. Paris, Ed. Raisons d’agir. 

Choquet, S., 2016, Une théorie anthropologique des consociations – Le cas de la Suisse et du Canada, Thèse d’habilitation sous la dir. de C. Giordano, Faculté des lettres, Université de Fribourg, Suisse.
Diop, A.B., 1985, La famille wolof. Tradition et changement, Paris, Karthala.

Giordano, C.2013), “Regimes of Toleration in Nation-states and in Consociations: The Recoginition of Ethno-Cultural Diversity and its Dilemmas in a Globalized World”, in Social and Evolution & History, vol. 12 n° 1, March, Uchitel Publishing House.

Gohard-Radenkovic, A., 2003, « Politique ethnoculturelle du gouvernement malaisien et ses effets sur le statut des langues dans le supérieur: réflexions à partir d’une expérience », in L’éducation en débats: analyse comparée. Debates in education: comparative analysis. La educacion en debates: analisis comparado. Revue on-line Vol.1, coord. Akkari, A. et Perez, S., http://www.hep-bejune (29-42).

Gohard-Radenkovic, A., 2005, « La nouvelle politique au Québec et ses effets: de la catégorisation culturelle ‘Eux-Autres’ aux tensions sociales entre ‘Nous-Québécois’ », in Giordano, C. und Patry, J.-L. (hrsg), Wertkonflikte und Wertewandel, Münster, LiT Verlag, Freiburger Sozialanthropologische Studien / Fribourg Studies in Social Anthropology (119-134).

Gohard-Radenkovic, A., 2010, « Politiques de gestion de la pluralité linguistique : leurs effets sur les logiques des institutions et les logiques des individus », in Ruegg, F. et Boscoboinik, A. (eds), From Palermo to Penang. A Journey into Political Anthropology / De Palerme à Penang. Un itinéraire en anthropologie politique. Hommage à Christian GIORDANO, Berlin,  LiT Verlag, Freiburger Sozialanthropologische Studien / Fribourg Studies in Social Anthropology  (119-135).

Gohard-Radenkovic, A., 2012,  «  Contrepoint: Le plurilinguisme, un nouveau champ ou une nouvelle idéologie ? Ou quand les discours politiquement corrects prônent la diversité »,  in Gohard-Radenkovic, A., Grémion, M., Yanaprasart, P. et Veillette, J. Alterstice n°2, août, ARIC / Métropolis / Université Laval, Québec : http://journal.psy.ulaval.ca/ojs/index.php/ARIRI

Hobsbawm, E. et Ranger, T. (dir.), 2006, L’invention de la tradition, Paris, Editions Amsterdam (The Invention of Tradition, London, Press of the University of Cambridge, 1983).

Lijphart, A. and Hottinger, J. A. (dir.), 1997, « Les démocraties consociatives », Revue internationale  de politique comparée, vol. 4 n°3

Rivera, A., 2000, « Culture », in Galissot, R., Kilani, M. et  Rivera, A.,  L’imbroglio ethnique. En quatorze mots clés, Lausanne, Payot /Anthropologie.

Senghor, L. S., 1978, Liberté III. Négritude et civilisation de l’universel, Paris, Seuil.

Sy K. 2002, « L’Autre, l’Ailleurs, l’Etrange : la rhétorique de l’exclusion dans le roman historique », in SAFARA, n°1, Janvier, Université Gaston Berger, St-Louis.

Sy K. 2003, « Imaginaire collectif et création romanesque dans le roman historique », in Littérature et Culture partagée / Literature and shared culture,  Actes du colloque international de l’A.I.L.C., Dakar 8-10 Novembre 2001, Dakar, Presses Universitaires de Dakar.

Sy K., 2009, « Dendiaagal haalpulaar’en : des mots pour refaire le lien social », in ECRITURES PLURIELLES, n°3, Décembre, Université Cheik Anta Diop, Dakar

Sy, K. 2015a, Structures et signification dans le roman historique, Paris, L’Harmattan

Sy, K. 2015b, « Cultures urbaines et sémiotisation : point de vue théorique », in Sy, K. (sd), Logiques de l’hétérogène. Langages de ville et production de singularités, GRADIS, Revue internationale d’analyse du discours, n°1, Septembre, Université Gaston Berger, St-Louis.

Stalder P., 2016, Aperçu d’une hybridation de démarches et méthodes pour appréhender le lien entre la diversité et l’innovation en Suisse. Dans Actes du colloque RIFReQ, Prudence empirique et risque interprétatif. Montpellier3.

Stalder P., 2014, « Strike Season ? Gestion des diversités linguistiques et culturelles dans les réunions en milieu professionnel international », Les Cahiers de l’Acedle, Recherches en didactique des langues et cultures, Vol. 8, No 4, Décembre.

Veillette J., 2015, Récit national et imaginaires identitaires au double prisme du « bilinguisme » et de la « migration ». Une autre lecture des dynamiques de cohabitation de deux petites communes suisses, Bern, Peter Lang, Transversales.

Axes
Les axes  de réflexion se déclinent comme suit :

1 Diversités, langues et littératures

analyse des types de récits et des procédés narratifs dans les littératures francophones du sud et du nord ;
analyse des matrices discursives dans les usages, pratiques, échanges, interactions en langue première, seconde, étrangère dans les situations de communication orales et écrites ;
analyse des variétés linguistiques et stylistiques dans les littératures francophones
analyse de la littérature comme lieu d’intertextualités (p. ex. intertextualité, interdiscursivité, intermédialité et intergénéricité pour analyser la scénarisation et la scénographie en œuvre dans les productions littéraires) ;
analyse des identités, altérités, hybridités et autres dynamiques relationnelles dans les littératures francophones ;

2 La diversité et l’Etat (avec ses organes et institutions) :

analyse comparative des politiques officielles (linguistiques, éducatives, migratoires, etc.) et leurs impacts sur les liens sociaux ;
analyse de la diversité dans les discours politiques sur l’économie et plus particulièrement sur l’innovation et leur impact sur les entreprises et institutions ;
identification /analyse des diversités dans des lieux et des espaces non-officiels échappant à la programmation politique et institutionnelle ;

3 La diversité et la ville :

analyse comparative des « mixités » sociales, culturelles, linguistiques, etc. des villes ainsi que des modes de cohabitation et les logiques qui y sont liées ;
analyse des diversités des espaces urbains et de leurs modalités d’exclusion, d’inclusion, de transit, etc. ;
identification / analyse des lieux et non-lieux possibles, des réseaux visibles et invisibles dans la ville ;

4 La diversité et l’institution/l’organisation :

analyse des discours sur les diversités et sur les politiques de gestion des diversités dans les entreprises (inter)nationales, locales, familiales, etc.
analyse des diversités des équipes et de leurs impacts sur le fonctionnement, la communication et l’innovation au sein de ces organisations ;
analyses des discours sur les diversités et sur les politiques de gestion des diversités dans les institutions éducatives, de formation initiale, continue ou professionnelle ;

5 La diversité et les parentés

analyse des discours sur les familles et les parentèles (diversités d’âge, de genre, de rôle, de fonction à l’intérieur de la famille, en lien avec l’extérieur, à l’extérieur) à différents niveaux : famille, village, ethnique, institution et société ;
analyse des modes et modalités d’éducation, de cohabitation, de socialisation etc. dans les familles dans divers types de  contexte ;
analyse de la diversité des parcours, des réseaux des individus ou groupes en situation de mobilité versus sédentarisation ;

Format des résumés attendu

Veuillez :
indiquer le nom, le prénom, l’institution de rattachement et le ou les courriels (e-mail) ;
situer le résumé sous un axe thématique précis :
écrire un résumé de 3000 à 4000 signes, espaces compris :
présenter la problématique en rapport avec le titre annoncé, ainsi que l’ancrage scientifique et conceptuel dans lequel vous vous situez;
présenter le corpus (dans le cas d’une étude empirique : terrain d’études ; corpus linguistique, littéraire, étude de cas, etc.) et la méthodologie adoptée (collecte et analyse), ou les principales idées directrices et leur articulation (dans le cas d’une contribution de fond) ;
conclure sur les principales étapes de la contribution
mettre, après le résumé, une liste de 5 mots clés maximum ;
clore par une courte bibliographie indicative.

Les propositions seront soumises à une double évaluation en aveugle.

Éditeurs pressentis selon les axes thématiques

Coll. Espaces interculturels / L’Harmattan, Paris.

Coll. Transversales / Peter Lang,  Berne

Revue Alterstice on-line, Université Laval, Québec

Autres (sous discussion)

Calendrier

Date d’envoi de l’appel à contributions : 15 novembre 2016

Date d’envoi des résumés : 15 janvier 2017

Notification aux auteurs : 15 février 2017

Envoi du texte / première version : 30 juin 2017

Retour aux auteurs : 30 août 2017

Renvoi du texte révisé par les auteurs (si nécessaire) : 30 octobre 2017

Publication prévue : printemps 2018

MERCI D’ENVOYER VOS RÉSUMÉS AUX TROIS COORDINATEURS DE L’OUVRAGE :

kalidou.sy@ugb.edu.sn ;  aline.gohard@unifr.ch; pia.stalder@unifr.ch

Appel à communication – « Écrire l’Autre : enjeux éthiques des écritures de la personne réelle »

Écrire l’Autre : enjeux éthiques des écritures de la personne réelle

APPEL DE COMMUNICATIONS

85e Congrès de l’Acfas (McGill)

8 et 9 mai 2017

 

Depuis la décennie 1980, la littérature tend à faire une place considérable aux figures tirées de la réalité ; écrivains, artistes, personnages historiques, personnes ordinaires, membres de la famille et acteurs de faits divers peuplent en effet de plus en plus les fictions contemporaines. Or, cette « littérarisation » de la personne réelle – sa mise en scène et en écriture – suscite dans bien des cas une réflexion éthique qui oblige à penser de façon dialogique les relations entre auteur, personnages, lecteur, texte et monde. Ainsi, dans un contexte marqué tant par l’éclatement des frontières de la fiction que par le retour du sujet en littérature, l’écriture de la personne réelle ne peut plus se limiter à l’évocation naïve de faits avérés, mais constitue désormais une (re)lecture engageante de la vie d’autrui. Or, si celle-ci peut se concevoir comme une façon de redonner vie aux oubliés (chez Pierre Michon, par exemple, dans le sillage des Vies minuscules) ou de redorer leur image (tel écrivain ou artiste méconnus à qui l’on consacre une fiction), elle peut également être perçue comme une prise en charge de l’autre qui l’instrumentalise et lui confisque sa parole (voir Daunais, 2010).

 

Au-delà toutefois de la polarisation qui, d’un côté, proclame la suprématie de l’art et l’impunité du créateur et qui, de l’autre, envisage la littérature comme un discours « responsable » vis-à-vis du réel (entre autres du point de vue juridique), nous souhaitons, dans ce colloque, explorer la variabilité des postures critiques suscitées par le phénomène de l’écriture de la personne réelle d’un point de vue éthique. Par exemple : quel rapport l’écri­vain est-il tenu d’entretenir dans son œuvre avec la « vérité » d’un individu dont l’existence est attestée ? À quel point peut-il ou doit-il la fictionnaliser afin de légitimer son entreprise sur un plan à la fois éthique et littéraire ? A-t-on le droit de faire fiction de tout et de tous ? En bref : quelles sont les implications éthiques de l’écriture de l’Autre, que ce soit dans le contexte de l’autobiographie ou de l’autofiction (où forcément appa­raissent les proches et l’entourage), de la biographie littéraire ou de la fiction biogra­phique, du roman autobiographique ou à clés, ou encore du récit de filiation ?

 

À partir d’exemples précis ou à l’occasion d’une réflexion d’ensemble, les participant(e)s sont ainsi invité(e)s à aborder la question sous trois angles principaux :

·       celui de l’écrivain et de sa démarche (réflexions métatextuelles, investissement du paratexte, entrevues, choix esthétiques et éthiques, etc.) ;

·       celui du texte et de sa lecture (questions de la réception, de la critique, de l’institution, etc.) ;

·       celui de la réception de l’œuvre et de ses usages sociaux (judiciarisation, médias, « devoir de mémoire », etc.).

 

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des travaux de l’équipe « Poétiques et esthétiques du contemporain » (FRQSC) et d’une recherche en cours intitulée « Mise en scène et écriture de la personne réelle dans les fictions contemporaines » (CRSH), aura lieu à l’Université McGill, les 8 et 9 mai 2017, dans le cadre du Congrès de l’ACFAS. Veuillez noter que l’inscription au Congrès est obligatoire pour tous les participants.

Nous serons heureux de recevoir les propositions de communications (d’une durée maximale de 20 minutes) de 250 mots maximum, accompagnées d’une notice biobibliographique au plus tard le 10 février 2017, aux adresses suivantes : dion.robert@uqam.ca ; auger.manon@uqam.ca

Le comité organisateur (Soline Asselin, Manon Auger, Robert Dion et Karine Pietrantonio – UQAM).

 

Manon Auger
Chargée de cours et agente de recherche – Équipe « Poétiques et esthétiques du contemporain »
Département d’études littéraires, local J-4875
Université du Québec à Montréal
C.P 8888, Succ. Centre-ville
Montréal (Québec), Canada
H3C 3P8

Journée d’étude – « Théologie et littérature »

THÉOLOGIE ET LITTÉRATURE DANS LA FRANCE D’ANCIEN RÉGIME

Société Ontarienne des Chercheurs en Ancien Régime (SOCAR)

VIIIe journée d’étude

Vendredi 21 avril 2017 Département d’Études françaises, Queen’s University (Kingston, Canada)

Date limite : 31 janvier 2017

Vénérée, crainte ou décriée, « Dame Théologie » fut une figure de pensée avant de s’imposer comme discipline dès le Moyen Âge, et le développement de la littérature fut étroitement associé à l’histoire de la théologie. En 1565, Ronsard rappelle que « la Poësie n’estoit au premier aage qu’une Theologie allegoricque ». Objet de représentation et source d’inspiration des lettrés et des artistes, la théologie s’est développée avec ou contre les instances du pouvoir politique. Souvent identifiée avec l’Église, elle a fait l’objet d’éloges ou de contestations tout au long de son histoire. Son omniprésence dans la vie sociale et culturelle s’est accompagnée de controverses et a suscité réformes et tentatives d’émancipation.

La VIIIe journée d’étude de la SOCAR sera placée sous le signe de la théologie dans la France d’Ancien Régime. Il s’agira de définir la nature, la place, les enjeux et les limites de la théologie (comme savoir institué) à cette époque. On questionnera les relations qu’elle entretient avec les autres formes du champ littéraire, ses méthodes de construction et de diffusion du savoir, ses acteurs et leur rôle dans la sphère publique, ses normes et les réponses qu’elles suscitent.

Dans l’esprit des précédentes journées de la SOCAR, les étudiant(e)s de maîtrise, de doctorat et les professeur(e)s sont invité(e)s à présenter une communication d’une durée maximale de 20 minutes sur les rapports que la théologie entretient avec la littérature. On privilégiera ainsi, mais pas exclusivement, l’étude des discours théologiques ou plus généralement religieux (traités de dévotion, littérature mystique ; traductions et adaptations ; commentaires et exégèse ; récits apologétiques ou pamphlets polémiques, etc.) qui prennent des formes diverses (théâtre, poésie, contes et romans, récits de voyages, etc.).

Les propositions de communication (titre et résumé de 350 mots maximum) sont à adresser, avant le 31 janvier 2017, aux deux responsables suivants :

Francesca Fiore ( francesca.fiore@queensu.ca ) et François Rouget ( fr2@queensu.ca )

Parution – « Lukács 2016 : cent ans de « Théorie du roman » »

Parution

Romanesques, 2016, n° 8 : « Lukács 2016 : cent ans de Théorie du roman« , Classiques Garnier, 2016. EAN 9782406057697 — 305 p.
https://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=2289&category_id=87&option=com_virtuemart&Itemid=1&vmcchk=1&Itemid=1

Voir la table des matières en fichier joint

romms11_tabmat

Appel à communication – « Literature, Translation, and Mediation by and for Children: Gender, Diversity, and Stereotype »

Literature, Translation, and Mediation by and for Children: Gender, Diversity, and Stereotype

Université de Bologne, Campus de Forlì, 25-26-27 octobre 2017

English version below

Ce colloque international est organisé par MeTRa (lien: http://metra.dipintra.it/), Centro Studi interdisciplinari sulla Mediazione e la Traduzione a opera di e per ragazze/i (Centre d’Études Interdisciplinaires sur la Médiation et la Traduction par et pour la jeunesse).

Le Centre MeTRa s’intéresse à plusieurs domaines de recherche, qui vont des problématiques linguistiques, pédagogiques et interculturelles liées à la traduction de textes pour de jeunes lectrices/lecteurs et spectatrices/spectateurs, à la réflexion critique sur le Child Language Brokering. Cette discipline analyse la médiation linguistique et culturelle assurée par des enfants qui assument le rôle d’interprètes dans les familles immigrées ou appartenant à des minorités ethno-linguistiques. Les études de genre représentent un troisième axe de recherche fondamental du Centre, notamment en ce qui concerne la réflexion critique sur les modèles, les rôles et les identités de genre dans le domaine de la littérature d’enfance et de jeunesse, de sa traduction et du Child Language Brokering.

La littérature pour la jeunesse joue un rôle fondamental dans la transmission de modèles, de valeurs et de rôles culturels et sociaux. Les différences et les modèles de genre constituent, en effet, un aspect fondamental de nos sociétés, et la manière dont ils sont représentés influe sur l’évolution des identités des nouvelles générations. Dans un monde globalisé où la diversité tend à se banaliser en se confondant avec les stéréotypes, ce colloque vise à réfléchir sur le rôle de l’écriture et de la création littéraire dans le panorama de l’édition internationale, afin d’en étudier les tendances actuelles ainsi que les développements souhaitables, dans une perspective d’ouverture et de soutenabilité sociale. Les textes littéraires pourront également être analysés selon une approche traductologique, afin de saisir les modalités de la transmission d’une langue-culture à une autre langue-culture des diversités, des rôles et des stéréotypes, en fonction de plusieurs facteurs, non seulement linguistiques.

Mais le thème des représentations des genres dans les textes pour enfants (dans une perspective sémiotique), avec leurs stéréotypes et leurs diversités, n’intéresse pas que le seul domaine littéraire. Seront également bienvenues les analyses, comparées ou non, concernant les discours sur et pour l’enfance et la jeunesse issus des réseaux sociaux et des textes audiovisuels, pédagogiques et publicitaires.

Même dans le cadre du Child Language Brokering, cette pratique complexe qui implique non seulement la dimension linguistique et culturelle mais aussi les dynamiques socio-familières et psycho-cognitives des jeunes médiatrices et médiateurs, les rôles, les stéréotypes et les anti-stéréotypes de genre jouent un rôle fondamental. Dans ce domaine, à côté du thème charnière du genre, on acceptera des réflexions concernant les façons dont le CLB peut multiplier ou, à l’inverse, réduire les diversités, par exemple, d’une part, en subvertissant les rôles parents-enfants, le stéréotype de l’enfance en tant que moment de la légèreté, ou encore les praxis d’enseignement mono-linguistiques traditionnelles ; de l’autre, en contribuant de façon involontaire, étant donné la nature invisible de ce phénomène, à cacher l’altérité (linguistique, culturelle et sociale…) des familles dans lesquelles les jeunes médiateurs et les jeunes médiatrices grandissent.

Les propositions, dont on appréciera l’approche interdisciplinaire, peuvent s’articuler autour de l’un des axes suivants (ces axes sont donnés à titre indicatif et non restrictif) :

  • Les modèles, les rôles et les identités de genre dans la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • L’immigration/la diversité/le multiculturalisme dans la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • Les modèles de genre transmis dans le paratexte de la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • Le problème du destinataire dans le paratexte : écriture auctoriale et éditoriale.
  • Le renversement des stéréotypes de genre dans la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • Les représentations littéraires des nouvelles formes de parentalité et des familles LGBT.
  • La visibilité, la représentation et la traduction de personnages LGBT dans la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • Les éditeurs engagés dans la diffusion et la traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse sans stéréotypes.
  • Les nouveaux parcours littéraires et éducatifs promouvant le respect et l’inclusion afin de dépasser les stéréotypes liés à la médiatisation de « l’idéologie du gender ».
  • La traduction littéraire d’enfance et de jeunesse et les problématiques liées au sexisme linguistique.
  • Traduire la diversité, l’immigration, le multiculturalisme dans la littérature d’enfance et de jeunesse.
  • Les stéréotypes liés à la traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse : qui traduit et comment il/elle devrait traduire, pour quel public. Évolution des modèles et des théories.
  • Les espaces de communication virtuelle en tant que nouvelles formes d’auto-conscience, résistance et éducation contre le discours sexiste, misogyne, raciste, omophobe et transphobe.
  • L’audiovisuel pour l’enfance et la jeunesse : difficultés dans la traduction des thématiques de genre (stéréotypes, familles arc-en-ciel, questions identitaires, etc.).
  • “Pour les garçons”, “pour les filles”: la représentation des stéréotypes de genre dans la publicité, le packaging, l’exposition dans les magasins de jouets, livres et produits pour enfants.
  • Genre et CLB: s’agit-il d’une pratique pour les filles? Enquêtes sociologiques, repérage des perceptions.
  • Renversement des rôles et des rapports familiers dans le Child Language Brokering.
  • Perception du CLB en tant que travail de mineurs non reconnu vs. aide en famille : les voix des personnes qui le pratiquent, qui en bénéficient et/ou qui le voient de l’extérieur.
  • CLB en tant que facteur de (super)diversité.
  • Perception et/ou représentation des questions identitaires (premières et secondes générations, biculturalisme, bilinguisme).

Nous accepterons des propositions de communications de 250 mots + bibliographie (en anglais et éventuellement dans la langue de présentation) avant le 15 février 2017, adressées à metraconference@dipintra.it.  Les réponses du comité scientifique seront communiquées avant le 10 avril 2017. Les présentations, qui se tiendront dans l’une des langues du colloque (italien, anglais, français, espagnol), ne devront pas dépasser les 20 minutes. Les propositions seront accompagnées d’une brève biographie (100 mots).

 

***********************************************************************************************

 

« Literature, Translation, and Mediation by and for Children: Gender, Diversity, and Stereotype »

University of Bologna at Forlì – 25-27 October 2017

MeTRa is a research centre that operates within the Department of Interpreting and Translation of the University of Bologna at Forlì (Italy). It promotes interpreting and translation research applied to childhood and adolescence, and its studies range from analyzing all issues connected with translating for children to a critical discussion of children translating for adults, or child language brokering (CLB), which involves first-generation children and adolescents bridging the language and cultural gap between their families and the larger society. One of the centre’s transversal foci is gender studies, where a critical look is cast on the gender roles, models, and identities as they emerge in children’s literature (whether in translation or in the original) and CLB. These interests explain why the main topic of MeTRa’s first international conference is gender diversity/gender stereotypes in mediation and translation by and for children and young adults (YA).

Children’s literature is a key carrier of social and cultural models, values, and roles. Gender difference and gender models available to children have recently acquired particular relevance in many Western societies, and the way they are represented has an impact on the evolution of younger generations’ gender identities. In a globalized world where diversity tends to be flattened out in favour of stereotyping, the conference looks at the role of writing and literature-making with a view to exploring the latest trends in the international publishing industry and future developments that may contribute to more open, sustainable societies. Looking at the translation of children’s literature can contribute to shedding light on how diversity, various roles, and stereotypes are carried across languages and cultures. Analyses of non-linguistic factors of literary texts for children and YA are also welcome.

Of course, the issue of gender stereotyping vs. gender diversity is by no means limited to children’s literature. On the contrary, it can be traced in all kinds of texts aimed at children and teenagers – where the term, ‘texts’, is used in the broadest meaning of the word. We therefore welcome proposals to analyse gender discourses about, generated by, or aimed at children/young adults in social networks, multimedia products, educational books/videos, advertising, or other kinds of material, whether monolingual or translated.

Roles, stereotypes, and their possible reversal are of paramount importance in CLB research as well. CLB is a complex practice that not only involves language and cultural aspects, but also intersects with young brokers’ psychological development as well as their social and family lives. Within the field of CLB studies, in addition to the main topic of gender, we will accept contributions that investigate how CLB practices may increase or reduce the level of diversity in young brokers’ lives and surrounding contexts. Possible topics may include, for instance, whether and how CLB subverts traditional parent/child relations, or monolingual teacher-centred classroom practices, or the stereotype of childhood as an age that must be protected from responsibilities and cares. Or, on the other hand, studies are also welcome on whether and how CLB – being a largely invisible phenomenon – can contribute to keeping the rich language, cultural, and social diversity of young brokers and their families below the threshold of collective awareness.

Transversal and interdisciplinary proposals will be particularly welcome. Possible sub-topics may include, but are not limited to:

  • Gender models, roles and identities in children’s and YA literature;
  • Migration, diversity, multiculturalism in children’s and YA literature;
  • Paratext-mediated gender models in children’s and YA literature;
  • The addressee of the paratext: the role of authors vs that of editors and publishers;
  • Reversing gender stereotypes in children’s and YA literature;
  • Literary representations of new forms of parenthood and LGBTQ families;
  • Visibility, representation and translation of LGBTQ characters in children’s and YA literature;
  • ‘Sensitive’ publishing: fortune and translation of stereotype-free children’s and YA literature;
  • New literary and educational approaches oriented to respect and inclusion and against the stereotype of so-called ‘gender ideology’;
  • The translation of children’s and YA literature – issues of sexism in language;
  • Translating diversity, migration, multiculturalism in children’s and YA literature;
  • Stereotypes about the translation of children’s and YA literature: who translates, how s/he should translate, for what readership. Evolution of models and theories;
  • Virtual communication spaces as new forms of self-awareness, resistance/education against sexist, misogynist, racist, homophobic, transphobic discourses;
  • Audio-visuals for children and YA: translation criticalities vis-à-vis gender issues, stereotypes, rainbow families, identity issues, etc.
  • ‘Boys’ play, girls’ play’: gender stereotypes in the advertising, packaging, selling of children’s toys, books and products;
  • Gender and CLB: is it ‘a girl’s thing’? Ethnographic/sociological inquiries on the gender of child brokers and perceptions about their roles;
  • Impact of CLB on relations within the family and parent/child role reversal;
  • Perceptions of CLB as hidden child labour vs. helping with housework: the points of view of child brokers, beneficiaries and/or witnesses of CLB;
  • CLB as a factor of (super)diversity;
  • Perceptions and/or representations of ‘bridge/edge’ identity issues (first/second generations of migrants, biculturalism, bilingualism).

Proposals for 20-minutes presentations in one of the official languages of the conference (Italian, English, French or Spanish) should be sent to metraconference@dipintra.it no later than February 15, 2017. Please make sure that the abstract does not exceed 250 words (which excludes any bibliography/works cited list), and include a short bio, no longer than 100 words. Both abstract and bio should be in English. If the language of presentation is Italian, French or Spanish, an additional abstract and bio in that language may also be included. Notification of acceptance will be sent no later than April 10, 2017.