Archives mensuelles : avril 2017

Journée d’étude interdisciplinaire – « Plaisir de lire »

Bonjour,

Le 5 mai prochain aura lieu à l’ENS de Lyon la journée d’étude interdisciplinaire « Plaisir de lire » – Vous trouverez ci-joint l’affiche et le programme de la journée.
Cordialement,
Pour l’équipe organisatrice,
Morgane Maridet
Docteure en sociologie

Ateliers Manart (manifestes artistiques) – quatrième séance le 28 avril

Bonjour,
Pourriez-vous s’il vous-plaît faire suivre cette annonce à la liste Socius? 
Je vous en remercie par avance.

————————

Chers co-listiers,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la quatrième séance des ateliers Manart sur le manifeste artistique et littéraire, consacrée aux enjeux de la numérisation et de l’édition en ligne de corpus artistiques et littéraires,
le vendredi 28 avril 2017
de 14h30 à 17h30 
Paris 3, Salle 239
Centre Censier, bâtiment central, 2ème étage
13, rue de Santeuil, 75005, Paris
Vous trouverez le programme détaillé de cette séance ci-dessous et sur notre site, où vous pourrez aussi consulter l’annonce des séances suivantes.
Le  séminaire est ouvert à tous.
En espérant vous y retrouver nombreux,
Cordialement,
Viviana Birolli pour
l’équipe Manart
Manart, les manifestes en littérature et en art / séance 4               View this email in your browser
Atelier “Manart, les manifestes en littérature et en art”,
Campus Condorcet

Séance 4 : Diffusion –  
Enjeux de la numérisation
et de l’édition en ligne
de corpus artistiques et littéraires

Vendredi 28 avril 2017
de 14h30 à 17h30, 
Paris 3, Salle 239
Centre Censier, bâtiment central, 2ème étage
13, rue de Santeuil, 75005
La quatrième séance vise à confronter des expériences de chercheurs et conservateurs ayant déjà constitué des collections numériques d’objets textuels ou artistiques patrimoniaux, afin d’identifier non seulement les problèmes épistémologiques et techniques que posent de tels corpus, mais aussi les solutions qui y ont été apportées. S’inspirant des conclusions dégagées lors d’expériences réussies, la séance tentera de dessiner une sorte de “guide des bonnes pratiques” qui pourrait servir tant à Manart qu’à d’autres projets de collection numérique au sein du Campus Condorcet.
14h30 : Présentation du programme et de Manart
14h40 : Hélène Campaignolle-Catel (Paris 3) et Sophie Lesiewicz (Conservateur, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet) : Le projet LIVRESC (Bibliothèque numérique critique consacrée au livre comme espace de création)
15h00 : Marie Gispert (Paris 1) et Catherine Méneux (Paris 1): Le projet Bibliographies de critiques d’art francophones
15h20 : Séverine Clément-Tarantino (Lille 3) : Le projet Talie (Traditions de l’Antiquité à Lille et dans l’Eurorégion)
15h40 : Krystelle Denis, Paule Desmoulière et Delphine Vernozy (Labex Obvil, Paris-Sorbonne), Une plateforme intermédiale sur Apollinaire et Marie Curie
16h00 : Pause
16h15 : Table ronde, « Numérisation et édition de corpus artistiques et littéraires : problèmes et solutions, retours d’expérience ». Animée par l’équipe de Manart, autour de trois axes principaux :
  • Aspects juridiques (droit de consultation, accès restreint/ouvert, licences).
  • Système de support (CMS, bases de données, organisation et gestion des données).
  • Recherche (requêtes dans la plateforme et résultats de recherche, affichage, extraction).
17h30 : Fin de la séance
Merci de vous inscrire à la séance par un
mail envoyé à 
contact@basemanart.com
L’équipe du projet Manart
Viviana Birolli (Paris 1 Panthéon-Sorbonne /EHESS)
Camille Bloomfield (Paris 13, Paris 3)
Mette Tjell (Université de Göteborg)
Audrey Ziane (Université Aix-Marseille)
www.basemanart.com

Appel à articles – « Poétique et politique aujourd’hui »

La revue Essais, revue interdisciplinaire d’humanités publiée par l’Ecole doctorale Montaigne-Humanités (Université Bordeaux-Montaigne) consacre un numéro, à paraître en 2018, aux liens qu’entretiennent poétique et politique aujourd’hui. Cet appel s’adresse, dans une perspective interdisciplinaire, aux doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s travaillant dans les champs de la littérature et de l’art.

Les rapports de la poétique et de la politique ont été longtemps pensés, au XXe siècle, en termes d’engagement. C’est seulement avec les travaux de Jacques Rancière publiés depuis le milieu des années 1990 que s’est imposée une vision de la politique comme émergence de la mésentente ou du litige, et de l’esthétique comme régime essentiellement politique de l’art. Depuis lors, la politicité de l’art est devenue un topos de la critique contemporaine. Les travaux sur la politique de la littérature et des arts se sont multipliés, mais sans que, peut-être, on s’interroge sur les formes particulières des œuvres aux prises avec les enjeux politiques du temps. N’y a-t-il aucun rapport déterminé, comme l’affirme Rancière, entre une forme littéraire et une pensée du monde social ? Ou bien y a-t-il un (des) style(s) politique(s) ? D’autres questions se posent aujourd’hui : comment penser la capacité d’une œuvre à faire advenir une rupture ou un dissensus ? Le pouvoir de dire est-il aussi – et comment – un pouvoir de faire ?

Ces questions se posent tout particulièrement à l’époque contemporaine, où les enjeux politiques se présentent comme irréductiblement multiples – urgences écologiques, développement exponentiel des migrations, explosion des inégalités, néo-libéralisme triomphant, basculement du centre de gravité du monde vers l’Asie, etc. – laissant le sentiment que le monde est plus incertain et insaisissable que jamais, voire que l’avenir est fermé et qu’aucune utopie n’est plus possible. On est alors fondé à se demander en quoi la littérature et les arts peuvent ouvrir, comme l’écrit Jean-Luc Nancy, « les chantiers sur les lieux mêmes du désarroi et de l’impuissance ». Comment questionnent-ils l’ordre, la norme, les régimes de valeurs et de représentations, les régimes de domination, que ceux-ci relèvent des questions de hiérarchies sociales, de postcolonialité ou de genre et, dans une perspective intersectionnelle, leurs éventuels croisements (entre puissants et subalternes, centre et périphéries, Occident et Orient, Nord et Sud, masculin et féminin, cisgenre et transgenre, etc.) ?

À titre d’exemple, et sans vouloir limiter a priori le champ couvert, peuvent être posées les questions suivantes :

• les effets de visibilisation des invisibilisés, des subordonnés, des subalternes ;

• les tensions entre la norme et ce qui la déborde ou la subvertit ;

• la dialectique entre le surprendre et l’apprendre ;

• les écarts de paroles non autorisées parce que non légitimes ;

• le surgissement disruptif d’une mémoire effacée ;

• les effets de proximité ou de distanciation dans le champ des représentations ;

• l’énoncé des griefs comme consolation ou comme approfondissement de la mélancolie ;

• dans une sociologie de la production et de la réception, la question de la responsabilité des écrivain.e.s et des artistes ; celle des lecteurs.trices ;

• la politicité de la traduction comme faculté à transcender les frontières et à favoriser la migration ou la circulation des significations ;

• dans une perspective généalogique, l’évolution des théories de l’engagement depuis Sartre.

 

Les propositions (une page) s’attacheront aux domaines de la littérature et de l’art contemporains (depuis la chute du mur de Berlin). On essaiera d’en dégager un cadre d’intelligibilité des turbulences de notre temps, et quelques raisons d’espérer « en finir avec la fin » (Camille de Toledo). Elles sont à adresser, accompagnées d’un bref CV de 10 lignes au maximum, au plus tard le 19 mai 2017 à Jean-Paul Engélibert (jean-paul.engelibert@u-bordeaux-montaigne.fr) et Sandra Barrère (sandra.barrere@etu.u-bordeaux-montaigne.fr).

 

Une présentation détaillée de la revue, ainsi que les numéros déjà parus, sont disponibles en ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/la-revue-essais.html

 

Bibliographie indicative

Bouju, Emmanuel (dir.), L’Engagement littéraire, Rennes, PUR, 2005.

Bourdieu, Pierre, Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1992.

Butler, Judith, Vie précaire. Les Pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001, Paris, Editions Amsterdam, 2005.

  • Le Pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, Paris, Editions Amsterdam, 2008.

Casanova, Pascale, Des Littératures combatives, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Citton, Yves, Lire, interpréter, actualiser, Paris, Editions Amsterdam, 2007.

Coquio, Catherine, Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2015.

Côté-Fournier, Laurence, Guay, Elise et Hamel, Jean-François (dir.), Politique de la littérature. Une traversée du XXe siècle français, Montréal, P.U. du Québec, 2014.

Engélibert, Jean-Paul et Guidée, Raphaëlle (dir.), Utopie et catastrophe, revers et renaissances de l’utopie, Rennes, PUR, coll. « La Licorne », 2015.

Florey, Sonia, L’Engagement littéraire à l’ère néolibérale, Lille, PU du Septentrion, 2013.

Foucault, Michel, Histoire de la sexualité, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Lagasnerie, Geoffroy de, Penser dans un monde mauvais, Paris, PUF, 2017.

Macé, Eric, L’Après-patriarcat, Paris, Seuil, La Couleur des idées, 2015.

Macé, Marielle, Styles. Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.

Nancy, Jean-Luc, L’Equivalence des catastrophes, Paris, Editions Galilée, La philosophie en effet, 2012.

  •  Que faire ? Paris, Editions Galilée, La Philosophie en effet, 2016

Rancière, Jacques, La Mésentente, Politique et philosophie, Paris, Editions Galilée, La Philosophie en effet, 1995

  • Politique de la littérature, Paris, Editions Galilée, La Philosophie en effet, 2007
  • Aisthesis : scènes du régime esthétique de l’art, Paris, Editions Galilée, La Philosophie en effet, 2011.

Saïd, Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, Points Essais, 2003.

Salmon, Christian, Storytelling, Paris, La Découverte, 2008.

Sapiro, Gisèle, La Responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011.

  • La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, Repères, 2014.

Spivak, Gayatri, Les Subalternes peuvent-elles parler ? Paris, Editions Amsterdam, 2009.

De Toledo, Camille, Imhoff, Aliocha et Quiros, Kantuta, Les Potentiels du temps, Paris, éditions Manuella, 2016.

Parution – Cécile Cottenet, « Literary Agents in the Transatlantic Book Trade. American Fiction, French Rights, and the Hoffman »

Parution

Cécile Cottenet,

Literary Agents in the Transatlantic Book Trade. American Fiction, French Rights, and the Hoffman Agency

Routledge, “Studies in Publishing History: Manuscript, Print, Digital”, 2017

 

https://www.routledge.com/Literary-Agents-in-the-Transatlantic-Book-Trade-American-Fiction-French/Cottenet/p/book/9781138678590

By way of a case study of one of the oldest French book agencies, Agence Hoffman, this book analyzes the role played by French literary agents in the importation of US fiction and literature into France in the years following World War II. It sheds light on the material conditions of the circulation of texts across the Atlantic between 1944 and 1955, exploring the fine mechanisms of agents’ negotiations which allowed texts, and ideas, to cross borders. While providing comparative insights into the history of publishing in France and in the United States in the immediate aftermath of the war, this book aims at foregrounding the role of the book agent, an all-too often neglected intermediary in the field of book history. Grounded in archival work conducted both in France and the United States, this study is based on previously unexamined correspondence. Considering the concept of mediation as central in the field of print culture, this book addresses the dearth of scholarship on literary agents on both sides of the Atlantic, and intersects with the current scholarship on transatlantic, internationalm and transnational cultural and trade networks, as evidenced by the recently emerged field of sociology of translation in Europe.

 

Table of Contents

Introduction

1. Mediators in the Pre-War Transatlantic Market

2. « New Beginnings »: 1944-1946

3. New Markets for the Taking: 1946-1955

4. The Complex Game of Negotiations: Mixing Business and Taste

5. Bridging the Divide: Money Makes the Books Go Around

AAC / CFP – Lieux, géo-littérature et médiations / Places, geo-literature and mediations

Appel à communication

 

Colloque international

 

 

Lieux, géo-littérature et médiations :

La Lorraine des écrivains dans l’espace francophone

 

30 novembre-1 décembre 2017

Université de Luxembourg – Belval

Call for papers

 

International Conference

Places, geo-literature and mediations :

The Lorraine of writers in the French-speaking world

30 November-1 December 2017

University of Luxembourg – Belval

 

Appel Colloque int Lux déc 2017-CBP

 

Pr Jacques Walter

Directeur du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476)

+33 (0)6 18 44 75 48

 

Crem : crem.univ-lorraine.fr

Revues : LiCarC, Pratiques, Questions de communication et Théâtres du Monde

Carnets de recherche :

– Carnet des jeunes chercheurs du Crem

– Cyberviolence et Cyberharcèlement

– Mundus Fabula

– Publics en questions

Dictionnaire en ligne : Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics

Parution en libre accès – « La question de l’illégitime »

Parution en libre accès

  • Éditeur : Presses universitaires de la Méditerranée
  • Collection : Collection des littératures | 5
  • Lieu d’édition : Montpellier
  • Année d’édition : 2002
  • Publication sur OpenEdition Books : 04 janvier 2016
  • ISBN : 9782842696115
  • ISBN électronique : 9782367810539
  • DOI : 10.4000/books.pulm.1043
  • Nombre de pages : 226 p.

La légitimité est le capital de crédit qu’une oeuvre, un auteur, un courant reçoit de l’institution littéraire à tel moment de l’histoire. Elle se définit en fonction des valeurs littéraires en cours, doit son efficience au taux d’intérêt et de reconnaissance qu’elle suscite dans le monde social et peut se figer dans un processus de consécration, voire de canonisation. Toute œuvre, tout auteur, tout courant se mesure à l’aune des signes de légitimité que lui renvoie l’institution littéraire à travers des instances ad hoc (qui vont de la famille à l’école, en passant par l’éditeur, la critique, les jurys, etc.). La légitimité est donc théoriquement inhérente à la production littéraire, l’oeuvre sécrétant fatalement sa valeur d’usage, d’échange et de reconnaissance. Dans l’économie de marché qui régit la production de la littérature, il se fait néanmoins que c’est le volume de légitimité qui définit la valeur littéraire : les oeuvres (les auteurs) de petite ou de faible légitimité sont celles qui sont reconnues dans leur incapacité à atteindre (ou à rivaliser avec) un niveau d’exigence d’autant plus difficile d’accès qu’il se refuse à toute définition et qu’il relève du jugement social. Au Québec, d’un artiste qui est estimé dans les sphères cultivées, on dit qu’il est « respecté » : l’expression connote tout ensemble reconnaissance, admiration, mais aussi autorité et pouvoir.
La notion de légitimité a donc ses frontières. Des frontières floues, mobiles et labiles. Des frontières qui se dessinent aussi en regard de ce qu’elles rejettent ou du moins empêchent de passer. Le légitime n’a de sens qu’en fonction de ce qui ne l’est pas, ne peut l’être, ou ne pourra le devenir qu’au prix d’une reconnaissance marginale ou parallèle.

URL : http://books.openedition.org/pulm/1043

Appel à communications – « Centre et périphérie : une nouvelle approche de la World Literature »

2e Congrès de la World Literature Association: « Centre et périphérie : une nouvelle approche de la World Literature »

Du 19 au 21 octobre 2017, l’Université catholique de Louvain (UCL) et l’Université de Leuven (UKL) accueilleront le deuxième Congrès de la World Literature Association, lequel aura pour titre « Centre et Périphérie : une nouvelle approche de la World Literature ».

Les travaux de Pascale Casanova et Franco Moretti ont, parmi d’autres, montré toute la pertinence des notions de « centre » et de « périphérie » pour l’étude du système littéraire mondial. Loin d’épuiser toutes les questions relatives à cette approche binaire de la littérature, de tels travaux ont plutôt révélé une série de dimensions qui restent à explorer dans la constitution d’une World Literature et qui peuvent amener à reconsidérer celle-ci tant d’un point de vue diachronique que synchronique.

En choisissant comme thème le binôme « centre/périphérie », ce congrès entend justement s’intéresser à ces dimensions et les intégrer à une modélisation originale de la World Literature. Pour ce faire, cinq axes seront envisagés.

1) Une perspective micro- et macro-systémique : une littérature peut-elle être à la fois périphérique (dans le monde) et centrale (dans un ensemble culturel, linguistique ou géographique précis) ? La configuration des grands ensembles linguistiques et culturels (mondes anglophone, francophone ou hispanique) reproduit-elle les mêmes dynamiques que le système littéraire mondial ? Comment peut-on interpréter les ensembles insulaires (Caraïbes, océan Indien, océan Pacifique, etc.) ou régionaux (Méditerranée, Maghreb, Proche-Orient, Moyen-Orient, Scandinavie, etc.) en termes de centre et de périphérie ?

2) Une perspective historique : la configuration centre/périphérie est-elle immuable dans le temps ou, au contraire, l’histoire nous présente-t-elle des exemples de littératures dont la position évolue significativement dans le système littéraire ? Quels sont les mécanismes qui expliquent la variabilité ou l’immobilisme du système littéraire à une époque donnée ? En quoi la globalisation engage-t-elle un rapport inédit entre les littératures centrales et périphériques ?

3) Une perspective géographique : la configuration centre/périphérie en littérature imite-t-elle la carte physique du monde ou, à l’inverse, le système littéraire crée-t-il sa propre géographie ? Quelles influences la géographie exerce-t-elle sur les rapports qui s’établissent entre différentes littératures ? Une littérature qui n’est pas centrale est-elle forcément périphérique ? La périphérie est-elle l’opposée du centre ? Les flux de la littérature peuvent-ils s’expliquer par un réseau de forces centripètes et centrifuges ?

4) Une perspective linguistique : quel rôle joue la langue dans la centralité d’une littérature ? Y a-t-il des corrélations entre la place d’une littérature dans le système mondial et son rapport à la traduction ? Quels enjeux entourent, pour une littérature centrale/périphérique, la traduction de ses œuvres dans d’autres langues et la traduction d’autres œuvres dans sa langue ? Comment une littérature nationale plurilingue se positionne-t-elle dans le système littéraire mondial ? Qu’en est-il des littératures écrites dans des langues mineures ?

5) Une perspective culturelle : au-delà de la langue, quels autres facteurs culturels influencent la position d’une littérature dans le monde littéraire ? La situation religieuse ou politique d’un pays influence-t-elle la place de sa littérature dans le système ?

Ces questionnements ne sont bien sûr pas exhaustifs. De nombreuses autres problématiques peuvent être abordées par les conférenciers, pour autant qu’elles répondent à l’un des cinq axes proposés ci-dessus.

 

A côté de conférences plénières, ce congrès proposera également des sessions parallèles, pour lesquelles un appel à contribution est ouvert. Les propositions de communication (15 lignes max.) sont à envoyer par mail à Amaury Dehoux (amaury.dehoux@uclouvain.be), Reine Meylaerts (reine.meylaerts@kuleuven.be) et Zhao Baisheng (bszhao@pku.edu.cn) avant le 30 juin 2017.

Ces propositions, comme les communications, peuvent être faites en anglais ou en français.

Parution – Thierry Groensteen, « La Bande dessinée au tournant »

Thierry Groensteen, La Bande dessinée au tournant

Bruxelles : Les Impressions nouvelles, 2017.

128 p.

EAN 9782874494369

12,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

La bande dessinée est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Son image sociale s’est considérablement améliorée, sa légitimité culturelle ne fait plus guère débat. Or ces évolutions, qui font d’elle un objet de mieux en mieux identifié et de plus en plus reconnu, se produisent alors que le marché, lui, au sortir d’une période de croissance continue, connaît une véritable crise, impactant tant les marges des éditeurs que les revenus des auteurs.

Dans le cadre des États généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, qui se proposent de « faire un bilan et une analyse la plus exhaustive possible de la situation », ce petit livre interroge à chaud les évolutions récentes de la production éditoriale, la féminisation de la profession, l’essor de la non-fiction, la situation de l’édition alternative, la multiplication des formations spécialisées, la percée de la bande dessinée sur le marché de l’art, sa place à l’université et quelques autres questions d’actualité.

Sommaire :

 

Dix ans après, la bande dessinée est-elle toujours un objet culturel non identifié ?

1. Édition : le monde où se fabriquent les livres

Des éditeurs plus nombreux, une production qui augmente

Une économie tendue, préjudiciable aux auteurs

Les grandes manœuvres

La redécouverte du patrimoine

De l’hydre comme nouvelle figure du héros

De nouveaux genres émergent

L’évolution des supports

La féminisation de la profession

Comment rester alternatif ?

2. Réception, médiation, valorisation : le monde où se fabrique la valeur

Les politiques culturelles

Un enseignement en pleine mutation

Comment la bande dessinée devient un objet de recherche dans le monde académique

Nouvelle phase critique

Quand la bande dessinée s’expose à être vue

Planches… à billets ?

En quête d’avenir

Parution – « Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur »

Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur

Études littéraires, vol. 46,3 – Automne 2015

sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost

Le monde a peur. L’imaginaire social occidental se définit aujourd’hui, en grande partie, par la terreur : nos discours – et, de plus en plus, nos pratiques – sont ceux de l’État d’exception, voire de l’État de siège, c’est-à-dire ceux de la guerre perpétuelle contre un ennemi dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est fuyant. Ce dossier d’Études littéraires se donne pour aire d’analyse les textes qui alimentent et dessinent les grands paramètres de ce monde qui serait encore plus réel que le réel (avec des complots inconnus, des espions de toutes sortes, des menaces qu’on ne saurait détruire et des moyens techniques, financiers, informatiques, etc., d’une puissance sans cesse grandissante). Il prend pour hypothèse que le roman d’espionnage institue, dès ses origines, les mécanismes d’un imaginaire de la terreur et préfigure ses glissements ultérieurs.

Les articles composant ce dossier s’intéressent aux fondations de l’imaginaire de la terreur, des proto-origines du roman d’espionnage à son âge d’or, aux effets de la terreur au quotidien à travers différents genres et littératures nationales, et aux enjeux contemporains investis par la littérature de la terreur et du complot. Ils analysent une belle sélection d’auteurs, allant de Paul Féval à Jean-Jacques Pelletier, en passant par Jules Vernes, Ian Fleming, George Orwell, Martín Kohan, Pedro Mairal, André Benchetrit, Thomas Kryzaniac et Doris Lessing. Les œuvres étudiées, loin d’alléger l’esprit de celui qui en fait l’expérience, attisent en effet ses pires craintes, voire les fonde symboliquement, donnent vie et forme à des angoisses qui, sans ces multiples narrations, n’auraient jamais acquis une puissance aussi délétère.

Si cette nouvelle livraison d’Études littéraires nous montre l’espionnage, les complots et les secrets d’État comme un puissant moteur de création littéraire, elle nous fait aussi découvrir un imaginaire de la terreur qui ne libère pas, mais opprime.

Adresse : Département des littératures,Pavillon Louis-Jacques-Casault,1055 rue du Séminaire,Université Laval,Québec QcG1V 0A6 Canada

Nouvelle réédition sur le site des ressources Socius – « The Literary Imagination and the Sociological Imagination » de Richard Hoggart

Chères et chers collègues,

 

J’ai le plaisir de vous signaler la parution d’une nouvelle réédition sur le site des ressources Socius. Il s’agit de »The Literary Imagination and the Sociological Imagination », un article publié en 1970 par l’auteur de The Use of Literacy, Richard Hoggart.

C’est à lire ou à relire ici.

Cordialement,

Anthony Glinoer.

Anthony Glinoer
Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire
Professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke
Département des lettres et communications
Local A3-239, Faculté des lettres et sciences humaines
2500, boulevard de l’Université
Sherbrooke (Québec) J1K 2R1