Archives mensuelles : juin 2017

Appel à articles – « Écrire et publier en langues « minorées » : création et circulation des textes en contexte mondialisé »

Écrire et publier en langues « minorées » : création et circulation des textes en contexte mondialisé

Numéro de la revue Bibliodiversity coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, INALCO/PLIDAM) et Raphaël Thierry (Université de Mannheim, Allemagne)

 

Langues « minoritaires » ; « locales » ; « modimes » ; « minorées » ; « mineures » ; « petites langues » : les dénominations et les définitions ne manquent pas pour désigner des langues qui, dans les frontières des États où elles sont parlées et à l’échelle globale, apparaissent en situation d’inégalité face à d’autres bien plus fortes et dont le statut de « langues d’imprimerie » (Anderson, 1983) n’est plus à défendre1. Bien que les États et les institutions les prennent en considération de manière variable2, les difficultés demeurent, notamment lorsque la circulation écrite et les questions d’économie du livre entrent en compte.

Les querelles concernant les graphies et les divergences de transcription entravent largement l’accès à l’écrit mais des langues standardisées peinent également à voir leurs textes publiés et, surtout, diffusés. La nécessaire mise en place d’habitus de lecture et le faible lectorat sont souvent évoqués. On constate pourtant la mise en place d’un certain nombre d’initiatives (souvent sous l’impulsion des auteurs eux-mêmes, la plupart du temps en marge des institutions, mais pas toujours) : des maisons d’édition ou des collections se créent, des ouvrages sont écrits ou traduits dans des langues aussi variées que le breton, le wolof, le same, le kirgiz, etc. Par ailleurs, les TIC offrent des opportunités que certains n’hésitent plus à saisir en s’appuyant par exemple sur des plateformes telles que StoryTruck, Bookbox, Mango Reader ou l’African Story Book Project3.

On assiste ainsi à une insertion progressive de langues jusque récemment peu visibles sur un marché du livre de plus en plus « globalisé ». Pour ce faire, ces dernières répondent à des standards internationaux et non plus seulement à des logiques de « niches » intéressant surtout les linguistes et autres spécialistes. À l’heure où le nom de Ngugi wa Thiong’o, dont les romans sont désormais rédigés en Gikuyu, circule régulièrement comme lauréat potentiel du prix Nobel de littérature, et où Le Clezio (Prix Nobel de littérature 2008) est traduit vers le wolof4, on peut aisément penser que de nouvelles géographies s’ouvrent désormais aux littératures en langues « minorées ». Ce faisant, ces littératures ne proposent-elles pas également des alternatives de diversité éditoriale dans un contexte de globalisation laissant souvent craindre une uniformisation du marché international du livre ?

Ce numéro de Bibliodiversity souhaite s’attacher à des expériences de publication et de diffusion des langues minorées aussi variées que possibles sans pour autant imposer un cadre géographique préalable.

Les contributions gagneront ainsi à proposer des regards transversaux, confrontant des considérations linguistiques à des problématiques socio-économiques, littéraires ou encore historiques. Les questions liées aux traductions ; les problématiques et difficultés propres à l’édition dans ces langues (et les solutions éventuelles apportées par les nouvelles technologies) ; la diffusion, ou encore le référencement (nous pensons ici au cas de l’Index Translationum de l’Unesco) sont autant de thématiques qui seront explorées dans ce numéro.

Dans une perspective transversale, les éditeurs du numéro feront également bon accueil aux contributions portant sur les questions de géographies/panoramas des éditions en langues minorées à travers le monde.

 

Calendrier de publication

· Retour des propositions de contributions (300 mots), accompagnées d’une courte biographie : 1er août 2017

· Envoi des réponses aux contributeurs : mi-septembre 2017

· Retour des contributions : début décembre 2017

· Premières remarques de lecture formulées par les coordinateurs du numéro (et éventuellement la Rédaction) et envoyées aux auteurs : mi-décembre 2017

· Envoi des articles pour lecture en double aveugle : mars 2018

· Retour des avis de lecture ou non-acceptation de la contribution : mai 2018

· Envoi des contributions, après corrections, juillet 2018, ainsi que le chapitre introductif rédigé par les coordinateurs

· Publication du numéro : octobre-novembre 2018

Colloque – « De la démocratisation des lettres »

Fondation des Treilles
De la démocratisation des lettres 
Sous la direction d’Olivier Bessard-Banquy (du 12 au 17 juin 2017)

Lundi 12 juin 

Dîner avec tous les participants à 19 h 30 

Mardi 13 juin 

Modérateur : Anthony GLINOER

9 h 30 OLIVIER BESSARD-BANQUY 

En guise d’introduction

10 h 15 Pause-café 

10 h 45 JEAN-YVES MOLLIER 

Le livre et la littérature au début du XIXe siècle

11 h 45 PASCAL DURAND 

La révolution du roman-feuilleton

13 h 00 Déjeuner 

Modérateur : Jean-Yves MOLLIER

16 h ANTHONY GLINOER 

Les batailles pour le livre à bas prix

17 h 00 Pause-café 

17 h 30 NELLY WOLF 

La démocratisation de l’écriture

18 h 30 SYLVIE DUCAS 

Best-sellers d’hier et d’aujourd’hui

19 h 30 Dîner 

Mercredi 14 juin 

Modérateur : William MARX

9 h 30 LAURENT DEMANZE 

Mythes et réalités du grand écrivain

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 DAVID MARTENS 

Du snobisme dans les lettres

12 h 00 BRUNO CURATOLO 

De la critique journalistique

13 h 00 Déjeuner 

Modérateur : Sylvie DUCAS

16 h 00 ALBAN CERISIER 

La Pléiade, bibliothèque idéale

17 h Pause-café 

17 h 30 BERTRAND LEGENDRE 

Le poche, un outil démocratique ?

19 h 30 Dîner 

Jeudi 15 juin 

Modérateur : Laurent DEMANZE

9 h 30 WILLIAM MARX 

Démocratie contre littérature

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 FRANÇOIS CHAUBET 

La génération de 1968 et les lettres

12 00 CHRISTINE DETREZ 

De la légitimisation des sous-productions

13 h 00 Déjeuner 

Après-midi libre 

19 h 30 Dîner 

Vendredi 16 juin 

Modérateur : Pascal DURAND

9 h 30 GISELE SAPIRO 

L’essor des traductions

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 PIERRE JOURDE 

De la culture populaire classique à la culture mainstream mondialisée

12 h 00 LAURENT MARTIN 

Quelle politique culturelle possible aujourd’hui ?

13 h Déjeuner 

Modérateur : Laurent MARTIN

16 h 00 ALEXANDRE GEFEN 

La littérature à l’heure numérique

17 h Pause-café 

17 h 30 OLIVIER BESSARD-BANQUY 

En guise de conclusion

19 h 30 Dîner 

Samedi 17 Départ dans la matinée 

Parution – « À l’œuvre, l’œuvrier »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


À l’œuvre, l’œuvrier

sous la direction de
Sophie Ménard et Jean-Marie Privat

Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 262 pages

(16 euros)

Commander :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100014840


PRÉSENTATION

À l’œuvre, l’œuvrier est le fruit de la rencontre d’une quinzaine de spécialistes de sociocritique et d’ethnocritique, à Metz, au printemps 2014. L’originalité de cet ouvrage est de composer un triptyque autour de trois grandes questions: un retour critique sur Bakhtine et le dialogisme culturel, l’analyse d’un corpus d’œuvres variées selon des modes opératoires exemplaires, enfin, l’ouverture inédite (et féconde) de la sociocritique et de l’ethnocritique aux œuvres d’art, à la peinture contemporaine en particulier.

Les principaux concepts de Bakhtine (carnavalisation, chronotopie, polyphonie, échange verbal) sont mis en question et retravaillés dans une perspective heuristique (corps ouvert, corps fermé; chronotopie/chronotypie; dialogique/dialogal; polyphonie/hétérophonie). C’est un Bakhtine resitué dans son époque politique et intellectuelle et, surtout, dans ses immenses potentialités critiques et herméneutiques qui se redessine avec vigueur.

Le second volet explore des univers langagiers très diversifiés (poésie moderne, album jeunesse, roman sonore, essai polémique, littérature scientifique de l’époque classique, autobiographie du travail de recherche). Le jeu des oralités (et de leurs violences symboliques) et les belligérances culturelles (et de leurs imaginaires littéraires) sont ici au cœur de questionnements toujours très attentifs aux œuvres, ces micro-mondes.

Le triptyque se clôt (s’ouvre!) enfin sur l’exploration fascinante et innovante d’œuvres de notre modernité artistique. Ethnocriticiens et sociocriticiens nous donnent à voir et à revoir au fond la geste et les gestes d’artistes plasticiens comme Raphaëlle de Groot, Simon Hantaï, Juan Miró, Pierre Soulages, Frank Stella ou encore Wanksy, road artist.

Une nouvelle avancée donc dans le questionnement théorique d’une figure majeure des études littéraires, dans l’exploration des imaginaires culturels qui structurent les œuvres, dans les défis interprétatifs posés par l’œuvrier d’art en ses images.

 

 

SOMMAIRE

I – Bakhtine à l’œuvre

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – En dialogue(s) avec Bakhtine ;
Pierre Popovic – Du chronotope et du chronotype ;
Marie Scarpa – La carnavalisation littéraire : de Bakhtine à l’ethnocritique ;
Émilie Brière – « Comment dire ça ? » ou le dialogue dialogique de Danièle Sallenave ;
Jean-Marie Privat – « Le chapeau de l’arpenteur ». Polylogie, dialogie, hétérophonie.

II – Œuvriers et œuvrières au fil du texte

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Au(x) fil(s) des textes ;
Judith Sribnai – Pierre Gassendi et la conversion du savant au XVIIe siècle ;
Marie-France Amara – La poésie charivarique dans Les Amours jaunes de Tristan Corbière ;
Bernabé Wesley – « Roudoudou » et « blablabla » : dans le monde sonore du roman moderne ;
Eugénie Fouchet – La Petite fille incomplète, une poétique de la liminarité ;
Mélanie Lamarre – La commémoration selon Philippe Muray. Essai de lecture sociocritique ;
Alice Delmotte-Halter – Les deux terrains de l’ethnocriticien.

III – À l’épreuve de l’œuvre d’art

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Le faire artistique et l’imaginaire ;
Anne-Marie David – Sur Polombe de Frank Stella ;
Sophie Ménard – La pesée sauvage. Le Poids des objets de Raphaëlle de Groot ;
Pierre Popovic – Grigner le noir. 29 juin 1979 de Pierre Soulages dans l’imaginaire social des années gaulliennes ;
Marie-Christine Vinson – Une dialogie peinte. Simon Hantaï – Tabula, 1974 ;
Véronique Cnockaert – Analyse ethnopicturale de Personnages et oiseaux dans la nuit (Miró) ;
Judith Sribnai – Boucher les trous, ou le monde à l’envers selon Wanksy.

Parution – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 8 no 2

Chers Collègues,

Auriez-vous l’amabilité de diffuser l’annonce de la parution du 16ème numéro de Mémoires du livre : « LE LIVRE ET LE JOURNAL : CROISEMENTS, PROLONGEMENTS ET TRANSFORMATIONS / THE BOOK AND THE PERIODICAL: INTERSECTIONS, EXTENSIONS AND TRANSFORMATIONS », dirigé par Adrien Rannaud (Université de Sherbrooke)?

http://retro.erudit.org/revue/memoires/2017/v8/n2/index.html

Grand merci à vous,

-- 
Cécile Delbecchi
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre / Studies in Book Culture
Directrice: Marie-Pier Luneau
Codirecteurs / Co-Directors : Josée Vincent, Marc André Fortin
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Call for Papers – « Immigration, refugees and the Humanities: Critical engagements with new challenges/opportunities »

Bonsoir,

Pourriez-vous svp partager cet appel à publication ?

Merci beaucoup.

Bien à vous,

Marie-Manuelle Silva et Fadi Skeiker

Université du Minho/CEHUM, Portugal

Immigration, réfugiés et humanités : approches critiques pour de nouveaux défis/opportunités

Le concept d’immigration convoque d’autres termes comme ceux de réfugiés, migration, citoyenneté, inclusion, innovation, inégalité, exclusion, émigration en tant que capital social, assimilation, local, global, etc.

L’appel à publication accueillera toute réflexion critique à partir d’une conception large du concept d’immigration. Les propositions d’articles concerneront l’immigration depuis des perspectives culturelles, artistiques et linguistiques, abordant des discours qui participent à la construction de la connaissance sur l’immigration, les expériences individuelles/collectives ou la mémoire, dans les contextes d’immigration. Les perceptions et imaginaires liés à des facteurs comme le genre, l’âge, la classe sociale, la religion ou l’ethnie seront particulièrement appréciées, ainsi que les contributions liées aux problématiques actuelles concernant les réfugiés en Européen.

La problématisation de catégories comme réfugiés/apatrides/clandestins/demandeurs d’asile ou des processus à l’origine de la formation de l’opinion publique et politique sur celles-ci et sur la notion de culture d’accueil seront les bienvenues.

On accordera une attention particulière aux contributions qui examineront de manière critique et précise ces questions, au-delà des credo traditionnels du respect des droits de l’homme et de l’inclusion des minorités ou du concept de crise, limité en termes d’espace et de temps.

Les propositions pourront porter sur la liminarité de l’expérience des réfugiés et sur la mise en œuvre de la construction de leurs identités, en particulier dans les lieux où ils résident, comme les camps ou centres de réfugiés qui tendent à devenir de moins en moins éphémères.

Les chercheurs sont conviés à analyser et discuter le nécessité de processus créatifs envisagés comme des méthodes complémentaires ou alternatives en vue de l’inclusion de la communauté réfugiée dans son environnement d’accueil. 

Les propositions d’articles pourront prendre la forme de manifestes, de compte-rendu, de témoignages, d’observations ou de fictions.

Délai de soumission:  1/09/2017

Éditeurs : Marie-Manuelle Silva; Fadi Skeiker

 URL : http://diacritica.ilch.uminho.pt/index.php/dia/announcement/view/2

CALL FOR PAPERS DIACRÍTICA 31.3

Immigration, refugees and the Humanities: Critical engagements with new challenges/opportunities

Immigration can be echoed in other terms such as refugees, migration, citizenship, inclusion, innovation, inequality, exclusion, social capital emigration, assimilation, local, global…etc.

Diacrítica 31.3 is interested in writings that engage in a productive dialogue about the broad concept of immigration. The submission can address immigration from cultural, artistic and linguist perspectives with reference to the discourses that contribute to the construction of our knowledge about immigration as well as to the individual / collective experience and memory in this context. Different perceptions and imaginaries as marked by gender, age, social class, religion and ethnicity are particularly relevant.

We particularly welcome contributions that address the current refugee questions within the European context.

Possible questions to be discussed can be related to refugees/ stateless/asylum seekers, and the processes, which inform the public opinion/ politics/ economics of their livelihood and their host culture. Scholars are encouraged to critically and closely examine such questions going beyond the traditional discourse of human rights and minority inclusion and transcending the concept of crisis limited in time and space.

Papers may focus on the liminality of the refugee experience; their identities’ construction processes especially within the sites they reside in, e.g. Refugee camps or centres, that tend to be less ephemeral than we think.

Scholars are also invited to analyze and argue for the necessity of creative processes as complementary or alternative methodology to engage with refugees as a community and in connection with their host context.

In this issue, we would like to welcome submissions that may deal with manifestos, notes from the field, testimonials, observations, and creative writing that engage critically with the topic.

Deadline for submission: September 1, 2017

 Invited editors: Marie-Manuelle Silva; Fadi Skeiker (CEHUM, Universidade do Minho)

 URL http://diacritica.ilch.uminho.pt/index.php/dia/announcement/view/2

|||||||||||||||||||||||||||||||||
Marie-Manuelle da Silva
Visiting Professor Universidad de Vigo/FIFA

Parution – Revue ¿Interrogations?, « Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture

(EA 3476, Université de Lorraine, France)

Revue ¿Interrogations?

« Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie »

Rosana Contreras-Gama, Aurora Fragonara, Nathalie Gerber, Benjamin Kelm et Pauline Thévenot (coords)

http://www.revue-interrogations.org/-No24-Public-non-public-questions

La revue ¿ Interrogations ? accueille les actes du quatrième colloque international de l’Association des jeunes chercheurs du Centre de recherche sur les médiations (AJC Crem) intitulé Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie qui s’est déroulé à l’Université de Lorraine.

La thématique choisie permet aux contributeurs d’aborder des objets et terrains d’études variés : les expositions, les institutions publiques, les festivals littéraires, les musées, les scènes musicales locales, le cirque, les discours politiques et médiatiques, ou encore différentes plate-formes des réseaux socio-numériques. Les méthodes varient elles aussi, allant de l’enquête de terrain ethnographique, participante ou non, aux études discursives, en passant par les entretiens et les analyses de contenus qui doivent s’adapter aux différentes formes de supports médiatiques. Ainsi, loin d’aboutir à une unanimité ou, pire, à une uniformité de pensée, la variété et la complexité des phénomènes étudiés dans les articles retenus montrent la fécondité des recherches actuelles sur ces thématiques. Celles-ci enrichissent alors considérablement les réflexions sur les processus de catégorisation des acteurs sociaux en pointant la multiplicité des niveaux d’analyse de ces phénomènes, pour l’étude desquels il faut alors considérer les bénéfices d’un croisement des regards disciplinaires.

LAMES – Journée d’étude Axe 3 – « La réception : regards croisés entre sociologies de l’art, de la lecture et de l’éducation » / 23 juin, MMSH Aix

Laboratoire méditerranéen de Sociologie

UMR 7305

« La réception : regards croisés entre sociologies de l’art, de la lecture et de l’éducation »

Journée d’étude de l’axe 3 du LAMES, « Education et cultures à l’ère numérique »

vendredi 23 juin

de 9h30 à 17h15 en salle Duby (MMSH, Aix-en-Provence)

Programme en ligne : http://lames.cnrs.fr/spip.php?article778

Laboratoire méditerranéen de Sociologie

UMR 7305

Sylvie Chiousse

LAMES – Laboratoire méditerranéen de Sociologie

Aix Marseille Univ, CNRS UMR 7305

bureau A158

MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme

13100 Aix-en-Provence

04 42 52 49 20

chiousse@mmsh.univ-aix.fr

Identitifant auteur ISNI : 0000 0000 1130 0202

Directrice des publications Esprit critique

Revue internationale de sociologie et sciences sociales

ISSN 1705–1045

Université Ibn Zhor, Agadir

Appel à communications – Colloque international L’Atlantique littéraire au féminin

L’Atlantique littéraire au féminin.
Approches comparatistes (xxexxie siècles)
Colloque international, 7-8 juin 2018
Organisateurs : Chloé Chaudet (Université Paris-Sorbonne, CRLC), Stefania Cubeddu-Proux (Université Paris-Nanterre, CSLF), Jean-Marc Moura (Université Paris-Nanterre, CSLF)
Appel à communications
 
Les études transatlantiques s’affirment comme une étape intermédiaire entre les travaux postcoloniaux et ceux qui concernent la mondialisation des littératures. Elles permettent d’envisager les échanges pluridirectionnels entre les continents qui bordent un océan situé au confluent de dynamiques occidentales et extra-occidentales significatives pour l’époque contemporaine : en particulier, le développement international des études féministes. En tant que sous-catégorie des études de genre, les études féministes s’attachent, au-delà de la question de l’engagement pour les droits des femmes, à élaborer une réflexion générale sur la construction socio-culturelle des identités féminines.
Champ complexe et dynamique, les études féministes se sont développées par le biais d’intenses échanges entre des critiques, artistes et auteur.e.s s’exprimant depuis l’Europe et l’Amérique du nord. Si un certain nombre de critiques l’ont vite reconnu, il reste à étudier de façon systématique ces échanges dans l’ensemble des littératures de langues européennes de l’espace atlantique – en intégrant, donc, les écritures des Suds.
Afin d’initier cette vaste étude comparatiste, ce colloque s’intéressera aux constructions des identités féminines dans l’espace littéraire atlantique selon deux grands types de circulations :
          d’une part, en envisageant l’espace littéraire nord-atlantique, par le biais des dialogues entre l’Europe et l’Amérique du nord, binôme essentiel qui a contribué à faire émerger des interrogations genrées dès la période des avant-gardes ;
          d’autre part, en  s’attachant aux circulations et échanges littéraires transatlantiques débordant l’espace occidental : circulations nord-sud, sud-sud voire sud-nord.
On s’intéressera aux conditions de possibilité d’une histoire littéraire transatlantique au féminin, aux concepts qu’elle convoque, aux œuvres et aux figures qui la constituent ainsi qu’à la poétique transculturelle qu’elle permet – peut-être – de penser.
Les contributions pourraient se répartir selon trois axes :
1) une réflexion théorique concernant l’intérêt de situer les études féministes dans l’espace littéraire transatlantique, attentive en particulier aux liens entre traductions et reconfigurations notionnelles ;
2) l’élaboration d’une histoire littéraire transatlantique au féminin, qui permettrait notamment de mettre en lumière le parcours transatlantique de quelques figures emblématiques, telles qu’Anaïs Nin, Nancy Cunard, Simone de Beauvoir et Monique Wittig, ou encore Maryse Condé ;
3) une mise au jour des circulations et échanges transatlantiques (concrets comme figurés) dans les œuvres littéraires concernées. Si le récit de voyage est une forme qui semble s’imposer d’emblée, ce n’est pas la seule : la fiction romanesque mâtinée de réflexions théoriques (plus ou moins explicites ou ironiques) de langue française ou anglaise, le théâtre féministe – en particulier québécois –, l’écriture de l’intime fragmentée de l’écrivaine argentine Luisa Valenzuela, ou l’esthétique de l’entrecroisement (intersectionnel) s’élaborant dans la poésie de la Congolaise Clémentine Nzuji ou de la Guadeloupéenne Lucie Julia ne sont que quelques exemples manifestant les (re)configurations littéraires des identités féminines à travers l’espace atlantique.
 
Un titre et un résumé d’environ 200 mots (10 à 15 lignes), en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique, devront être envoyés aux trois organisateurs avant le 15 octobre 2017 :
 
Chloé Chaudet (chloe_chaudet@yahoo.fr)
Stefania Cubeddu-Proux (stefania.proux@u-paris10.fr)
Jean-Marc Moura (jean-marc.moura@u-paris10.fr)
 
 
Lieu du colloque :
 
Université Paris-Nanterre / Université Paris-Sorbonne (les lieux exacts seront communiqués aux participant.e.s fin 2017)
 
 
Comité scientifique (outre les organisateurs) :
 
Jean-Claude Laborie (Université Paris-Nanterre)
Yolaine Parisot (Université Rennes 2)
Sylvie Parizet (Université Paris-Nanterre)
Véronique Porra (Université Johannes Gutenberg de Mayence)
Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal)
Anne Tomiche (Université Paris-Sorbonne)
 
 
Quelques éléments bibliographiques :
 
– Anzaldúa, Gloria, « La Conciencia de la Mestiza : Towards a New Consciousness » [1987], in McCann, Carole R./ Kim, Seung-Kyung (dir.) Feminist Theory Reader. Local and Global Perspectives, Routledge, New York, 2003, p. 179-187.
– Berger, Anne Emmanuelle, Le Grand Théâtre du genre : identités, sexualités et féminismes en Amérique, Paris, Belin, 2013.
– Berger, Anne Emmanuelle/ Varikas, Eleni (dir.), Genres et postcolonialismes. Dialogues transcontinentaux, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2011.
– Butler, Judith, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity [1990], New York, Routledge, 1999.
– Clavaron, Yves/ Moura, Jean-Marc (dir.), Les Empires de l’Atlantique, Plouasne, Les Perséides, 2012.
– Cusset, François, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2001.
– Ette, Ottmar, TransArea. Eine literarische Globalisierungsgeschichte, Berlin/Boston, De Gruyter, 2012. (Trad. anglaise de Mark W. Person,TransArea. A Literary History of Globalization, New-York/Boston, De Gruyter, 2016.)
– Gilbert, Paula Ruth/ Santoro, Miléna (dir.), Transatlantic Passages. Literary and Cultural Relations between Quebec and Francophone Europe, Montreal, MacGill-Queen’s University Press, 2010.
– Macpherson, Heidi S., Transatlantic Women’s Literature, Edinburgh, Edinburgh U.P., 2008.
– Möser, Cornelia, Féminismes en traduction. Théories voyageuses et traductions culturelles dans les débats féministes sur le « genre » en France et en Allemagne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2013.
– Moura, Jean-Marc/ Porra, Véronique (dir.), L’Atlantique littéraire. Perspectives théoriques sur la constitution d’un espace translinguistique, Hildesheim/ Zürich/ New York, Olms Verlag, 2015.
– Ouabdelmoumen, Nadia/ Parisot, Yolaine, Genre et migrations postcoloniales : lectures croisées de la norme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.
– Pinto, Samantha, Difficult Diasporas. The Transnational Feminist Aesthetic of the Black Atlantic, New York, New York University Press, 2013.
– Rodriguez, Ileana/ Lópe, María Milagros (dir.), The Latin American Subaltern Studies Reader, Duke, Duke University Press, 2001.
– Saint-Martin, Lori, Le Nom de la mère. Mères, filles et écriture dans la littérature québécoise au féminin, Montréal, Éditions Alias, 2017.
– Saint-Martin, Lori (dir., avec la collaboration d’Archambault, Lorraine), Mots et espaces du féminisme, UQAM, Montréal, Cahiers de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF), 2000.
– Showalter, Elaine, Toward a Feminist Poetics. Women’s Writing and Writing About Women, Londres, Croom Helm, 1979.
Tomiche, Anne/ Zoberman, Pierre (dir.), Littérature et identités sexuelles, Société Française de Littérature Générale et Comparée, coll.« Poétiques comparatistes », Nîmes, Champ social, 2007.
– Warhol, Robyn R./ Price-Herndl, Diane (dir.), Feminisms. An Anthology of Literary Theory and Criticism, Rutgers University Press, New Brunswick, 1997.

Prolongation de l’AAC numéro revue Bibliodiversity, « L’auto-édition, un vecteur de bibliodiversité ? »

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint un appel à contributions pour le prochain numéro de la revue Bibliodiversity : L’auto-édition, un vecteur de bibliodiversité ?

Prolongation Appel à contributions auto-édition Bibliodiversity

L’appel à contribution est prolongé, ainsi que le délai de rendu des textes définitifs.
Quelles sont les formes que prend l’auto-édition dans le domaine de la littérature notamment, mais aussi dans les autres segments éditoriaux comme la bande-dessinée par exemple ? Quelle est sa place et selon quelles modalités existe-t-elle ? Sur quel phénomène sociétal reposent ces nouvelles pratiques d’écriture et de publication ? Qu’en est-il de la désintermédiation que ces dernières impliquent dans l’écologie contemporaine du livre ? Quels sont les axes d’injonction à la créativité qui sous-tendent l’auto-édition en matière d’écriture, etc. ?

Sont attendues des propositions de contribution qui émanent de diverses disciplines (sciences de l’information et de la communication, notamment la socio-économie des industries culturelles, sociologie littéraire, sociologie des pratiques culturelles, littérature, histoire de l’édition, etc.). Les contributions peuvent par ailleurs concerner toutes les zones géographiques, au-delà des espaces francophones.  Les expériences professionnelles peuvent également faire l’objet d’une contribution.

Les articles publiés dans le numéro maquetté de la revue Bibliodiversity sont exclusivement en français pour des raisons budgétaires, ne permettant pas la traduction professionnelle des articles en d’autres langues.

Cependant, des articles dans d’autres langues que le français (notamment des articles en anglais), pourront être publiés directement en ligne, en complément du numéro maquetté de la revue, sur le site de la revue Bibliodiversity(http://www.bibliodiversity.org/) et sur le site de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants (www.alliance-editeurs.org). Ces articles seront soumis au même processus de sélection (lecture en double aveugle) que les articles publiés en français au sein de la revue.

Nouveau calendrier de publication

 

  • Retour des propositions de contributions ; y seront clairement exposées : le sujet de la proposition, la problématique, les cadres théorique et méthodologique, le terrain et les principaux résultats de l’analyse. Le texte de la proposition (hors bibliographie) doit comporter 4 000 caractères, espaces compris ; il est attendu pour le 30 juin 2017
  • Envoi des réponses aux contributeurs : 5 juillet 2017
  • Retour des contributions : 30 novembre 2017
  • Premières remarques de lecture formulées par la coordinatrice (et éventuellement la Rédaction) et envoyées aux auteurs : 15 décembre 2017
  • Envoi des articles pour lecture en double aveugle : 30 janvier 2018
  • Retour des avis de lecture ou non-acceptation de la contribution : 15 mars 2018
  • Envoi des contributions, après corrections : 15 avril 2018, ainsi que le chapitre introductif rédigé par la coordinatrice
  • Publication du numéro : mai-juin 2018

Au plaisir de vous lire.
Bien cordialement,
Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI), coordonnatrice du numéro, le comité éditorial et scientifique de la revue.

 

Merci infiniment de faire circuler cet appel dans vos réseaux.